Navigation – Plan du site
Varia

L’évolution de l’offre des professionnels du risque mondialisé

Conor O’Reilly

Résumés

Cet article traite de l’industrie des consultants en sécurité transnationale et de ses prestations de service spécialisées en sécurité dans les régions hostiles du monde. Pour les professionnels du risque mondialisé, un continuum se dégage depuis les débuts de leurs collaborations avec les assureurs spécialisés dans les enlèvements et demandes de rançon en Amérique latine, jusqu’aux synergies plus contemporaines établies avec les fournisseurs internationaux d’assistance médicale d’urgence. Puisant dans un savoir-faire en sécurité très étendu et diversifié ― acquis depuis des décennies dans de nombreux environnements difficiles ― ces gardiens de la mobilité internationale assurent, améliorent et, si nécessaire, rétablissent la circulation des clients qui s’aventurent dans les « zones malfamées du monde ». Leurs solutions haut de gamme en matière de sécurité favorisent principalement l’hypermobilité des privilégiés, mais produisent aussi des externalités négatives par leur capacité à aggraver les inégalités sur les plans social et sécuritaire.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est une version abrégée et actualisée d’un article publié dans la revue International Political Sociology en 2011, vol. 5, numéro 2, p. 178-197, sous le titre : « From Kidnaps to Contagious Diseases: Elite Rescue & The Strategic Expansion of the Transnational Security Consultancy Industry ». © [2011] The International Studies Association. Il est possible d’en lire le résumé via ce lien, et de télécharger la totalité de l’article à partir de la bibliothèque de votre établissement. Ce texte a été traduit par Mme Emmanuelle Royer et révisé par la rédaction de Champ Pénal/Penal Field.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cet article s’appuie sur la recherche empirique menée auprès d’entreprises de l’industrie des consu (...)

1Cet article1 analyse un secteur de l’offre commerciale de sécurité transnationale peu étudié, l’industrie des consultants en sécurité transnationale (TSC). Il attire l’attention sur les synergies développées par de grandes sociétés avec leurs homologues de l’assurance couvrant les enlèvements et les demandes de rançon (K&R) et avec celles de l’assistance médicale d’urgence. Travaillant souvent en tandem avec ces professionnels du risque mondialisé, les consultants en sécurité transnationale agissent comme des gardiens de la mobilité internationale pour assurer, améliorer et, si nécessaire, rétablir la libre circulation de leur clientèle privilégiée. Ils y parviennent grâce à des solutions de sécurité très élaborées qui puisent dans un vaste répertoire, forgé depuis des décennies à travers le monde dans les environnements les plus difficiles. Leur capacité d’absorber, dans des structures transnationales, le savoir-faire local en sécurité et de l’adapter habilement dans d’autres contextes à haut risque, les a placés à la pointe des services de sauvetage et de protection de l’élite transnationale.

2En montrant l’évolution du continuum des services du risque mondialisé, cet article en met en lumière les conséquences et montre, entre autres, comment la nature privilégiée des services de secours transnationaux aggrave les inégalités, tant sur le plan social que sécuritaire. Cette situation se concrétise selon deux modalités : en premier lieu, les élites locales et transnationales accèdent aux nouvelles offres qui leur assurent une plus grande protection contre des menaces tels l’enlèvement et les catastrophes naturelles. Il en résulte des disparités plus prononcées, par rapport aux résidants locaux plus désavantagés et restant plus vulnérables. En second lieu, si l’efficacité dans la réduction des risques d’exposition chez les privilégiés est patente ― s’agissant par exemple du risque d’enlèvement ― les conséquences indirectes peuvent en être d’engendrer des modèles de victimisation bien plus nocifs, socialement parlant. Dans certaines régions d’Amérique latine, notamment, l’exposition aux risques d’enlèvement s’est faite sentir en se déplaçant vers les classes moyennes inférieures moins fortunées pour pouvoir s’assurer ou pour pouvoir déménager en s’éloignant de ce type de menace. Cet article apporte également de nouvelles réflexions aux analyses universitaires traitant de sécurité et de mobilité mondiale. Alors que maintes études précédentes s’étaient surtout focalisées sur le confinement des communautés migrantes suspectes, dont la mobilité était considérée comme « indésirable », le présent article souligne la nécessité d’une analyse complémentaire au sujet d’une sécurité favorisant l’hypermobilité des nantis.

  • 2 L’expertise qu’a développée Clayton Consultants dans le domaine des enlèvements et des demandes de (...)

3On dresse d’abord un bref panorama des entreprises de TSC et de leur clientèle principale, avant d’analyser, plus en détail, les alliances stratégiques forgées par les grandes entreprises en réponse à l’insécurité mondiale. On observe des perspectives très différentes, si l’on considère, d’une part la réalité de l’épidémie mondiale d’enlèvements et, d’autre part, la quasi-hystérie plus récente entourant le potentiel d’une pandémie sanitaire internationale. L’importance de la menace constituée par le kidnapping est telle que la documentation commerciale de l’une des firmes de TSC stipulait : « Aucune partie du monde n’est à l’abri » (Clayton Consultants, 2008)2. Pourtant, en dépit de la nature endémique de cette menace, les insécurités qui entourent le kidnapping demeurent très étroitement liées aux régions et aux endroits les plus pauvres du monde, où l’inégalité sociale est la plus marquée. En revanche, la crainte d’une pandémie mondiale s’est davantage ancrée dans l’inconscient collectif des habitants des pays les plus riches de l’hémisphère nord. Même si cette réalité potentiellement dévastatrice ne s’est pas matérialisée, l’impact de cette préoccupation en matière d’insécurités internationales s’est avéré significatif, fournissant, entre autres, des occasions commerciales dont les entreprises de TSC ont cherché à tirer profit. En conclusion, on décrit la façon dont toutes les compétences élaborées par ces professionnels du risque à travers des régions explosives de l’hémisphère sud, se retrouvent maintenant redéployées dans les pays du nord, et plus particulièrement aux États-Unis. Le retour à une politique néo-libérale indique que les inégalités sécuritaires, qui ont affecté pendant longtemps les zones explosives du monde, s’étendent, maintenant, bien au-delà des périmètres des quartiers résidentiels fortifiés jusqu’à s’infiltrer dans le dernier bastion des domaines assurés par la protection de l’État ― à savoir, la responsabilité qu’avait ce dernier de fournir des services de secours en cas de catastrophes naturelles et de désastres.

L’industrie des consultants et la classe moyenne mobile à l’échelle transnationale

4Le capitalisme international a créé l’industrie des consultants en sécurité transnationale. Les sociétés principales telles que Control Risks, Diligence, Kroll et The Risk Advisory Group (« TRAG ») facilitent la circulation sécurisée de ses divers intervenants à travers les régions les plus hostiles du globe. Ce qui caractérise leur offre, c’est une vaste zone de couverture internationale selon un large éventail de services de sécurité haut de gamme. La firme britannique Control Risks en est un bon exemple : les solutions sur mesure qu’elle propose en matière de risques liés à la politique, à la sécurité et à l’intégrité sont fournies au travers d’un réseau mondial de trente-trois bureaux, répartis sur cinq continents, pour soutenir la « présence sur le terrain dans plus de cent pays, à tout moment » (Control Risks, 2013). Les services typiques que proposent ces sociétés incluent : veille stratégique ; enquêtes confidentielles ; conseil aux entreprises et services de restructuration ; gestion et intervention de crise (y compris les services correspondant aux enlèvements et demandes de rançon [K&R]) ; prévention des fraudes ; service de gouvernance et de développement ; analyse des risques politiques et de sécurité ; protection de la propriété intellectuelle et des marques d’entreprises ; services de formation (souvent dans des domaines spécialisés de la réforme du secteur de la sécurité) ; et sécurité en voyage. Cependant, comme on le rappellera infra, les services offerts par les firmes de TSC évoluent inévitablement selon les changements géopolitiques, l’expansion des marchés transnationaux et la demande des clients ― ainsi que la diversification de l’offre de cette industrie en quête constante de nouveaux débouchés d’insécurité mondiale.

5Bien que les entreprises de TSC se polarisent sur le fait de favoriser et d’assurer la mobilité transnationale de leur clientèle, elles sont elles-mêmes devenues des acteurs transnationaux de plein droit. Elles opèrent sur un mode international, mais conservent une sensibilité aiguë aux dynamiques de sécurité locale, à travers diverses régions. Le commerce transnational préconisant des modèles d’entreprise glocalisés, le déploiement de ce type de sociétés se justifie d’autant plus dans le cadre de la « sécurisphère ». Dans leur manière de procéder, les firmes de TSC exploitent les réseaux locaux touchant la sécurité et la politique, pour établir des rapports de confiance continus. La firme américaine Clayton Consultants fonde son propre argumentaire de vente sur cette double force qu’elle appelle l’« avantage Clayton » : « une présence mondiale doublée d’une compréhension locale ».

6La connaissance obtenue grâce aux contacts entretenus in situ, ou par l’embauche d’anciens membres de l’appareil de sécurité du pays d’accueil, est essentielle à une appréciation plus nuancée de la gouvernance de sécurité. Une telle agence formée d’experts locaux permet d’évaluer plus précisément l’exposition aux risques du client et possède une valeur inestimable, quant à la résolution de ses problèmes. Même si les firmes de TSC sont basées dans l’hémisphère nord, leur bassin d’expertise tire ses origines des pays du Sud. En ce qui concerne les grandes sociétés, le processus d’analyse permanente liée à l’expérience en matière de sécurité locale leur a permis de mettre au point des techniques adaptables et redéployées dans d’autres environnements difficiles du globe : une réalité qu’illustre parfaitement le recalibrage de l’expérience latino-américaine en matière d’enlèvements et de demandes de rançon (K&R), comme on le verra infra. Il convient également de remarquer que l’accès officieux à la puissance de ces réseaux, dans leurs pays de résidence, constitue un autre trait significatif de cette industrie. Les salles du conseil de ces multinationales sont souvent remplies d’illustres retraités de la classe politique et des forces de sécurité. Ces hiérarchies organisées en réseaux (Whyte, 2003, 590) nécessitent des services de qualité, ainsi qu’un accès privilégié à la sphère politique, et facilitent des processus continus de symbiose entre l’État et l’entreprise au sein de la gouvernance de sécurité transnationale (O’Reilly, 2010).

7L’industrie des consultants en sécurité transnationale se situe dans un créneau spécialisé de l’offre commerciale de sécurité transnationale. Les services offerts sont non seulement à la pointe du progrès, mais leur commercialisation est aussi stratégiquement ciblée vers les nantis, à savoir cette élite qui voyage et que Sheptycki a désignée sous le concept de classe moyenne mobile à l’échelle transnationale (TMMC) :

L’économie de marché mondialisée a besoin d’une classe de cadres mobiles : avocats, banquiers, comptables, courtiers en assurances, vendeurs, ingénieurs et autres professionnels qui travaillent et vivent sur le mode transnational. Les membres de cette classe moyenne mobile transnationalement (sic) étaient, à la fin des années 1990 et sans doute même avant, parfaitement habitués à voyager à l’intérieur de ces corridors sécurisés (…). Les corridors sécurisés, planifiés et entretenus par une multitude de consultants en sécurité, de risk managers et de fournisseurs privés de sécurité, garantissent donc la liberté de mouvements d’une classe spécifique. Et lorsque le besoin d’acquérir un service de protection personnalisé se fait sentir, on peut compter sur ces professionnels de la sécurité (Sheptycki, 2005, 221).

8Au cours des années suivant ces réflexions, cette classe moyenne, qui voyage à travers le monde, a eu de plus en plus recours aux professionnels du risque mondialisé, en raison de la multitude croissante d’insécurités qu’elle rencontre lors de ses déplacements. Aujourd’hui, ses membres représentent bien plus que le fait d’être des cibles lucratives, dans un objectif de rançon ou d’extorsion, car certains groupes militants les ont identifiés comme étant des symboles de l’insupportable ingérence occidentale. La preuve du ciblage de ces émissaires du capitalisme international a déjà été faite, lors d’attaques coordonnées de chaînes d’hôtels américaines en Asie (notamment, les hôtels Marriott à Jakarta et à Islamabad) ainsi qu’au cours des attentats terroristes menés sur plusieurs fronts dans le quartier d’affaires de Bombay, à la fin de 2008. Ces voyageurs transnationaux peuvent également constituer des cibles vulnérables durant leurs moments de loisir. Un penchant pour le tourisme d’aventure peut les emmener dans des contrées étrangères isolées ou des régions sujettes aux catastrophes naturelles (Briggs, 2001, 3). À certains endroits, il se pourrait même qu’ils fassent l’objet d’un accueil hostile d’autochtones privés de leurs droits cherchant à se venger des griefs provoqués par la mondialisation ; on peut considérer des incidents violents telles les attaques terroristes en Égypte, à Bali et en Turquie comme autant d’opérations visant symboliquement le sujet mobile contemporain (Aas, 2007, 294).

9Résultant de ses obligations professionnelles et de ses choix personnels, le style de vie des membres de la classe moyenne mobile à l’échelle transnationale (TMMC) les amène vers certaines régions parmi les plus instables au monde. Même s’ils bénéficient souvent d’une formation préparatoire leur apportant des conseils sur mesure en matière de sécurité et, ensuite, d’un hébergement dans des enclaves protégées, il arrive que ceux-ci s’écartent de ces bulles et corridors de sécurité sous contrôle. Lorsqu’ils s’aventurent effectivement d’une vie en vase clos à une vie en liberté et disparaissent de la circulation dans les pays en développement, les entreprises de TSC et leurs associés spécialisés en gestion de risques mondialisés entrent en jeu. En tant que gardiens et facilitateurs de mobilité internationale ― du moins pour ceux qui ont recours à leurs services ― ils sont appelés à la rescousse, afin de retrouver, d’extraire et de ramener les clients ayant essuyé les fâcheuses conséquences de leurs pérégrinations dans les « zones malfamées du monde ». Leur tâche est de sauver des clients enlevés, pris dans des catastrophes naturelles, bloqués à la suite de l’agitation sociale d’un pays ou d’une attaque terroriste, ou aspirés dans un quelconque autre danger. En conséquence, les firmes de TSC permettent non seulement aux membres de cette classe moyenne mobile d’exercer dans les endroits les plus difficiles du monde, grâce à une logique de réduction des risques, mais ils sont également prêts à récupérer leurs clients, si jamais ils étaient pris au piège de leur environnement. Le marché des services d’intervention et de gestion de crise touchant les enlèvements et les demandes de rançon (K&R) fournit l’exemple prototypique de la façon dont cette industrie a marchandisé ce processus de sauvetage.

Le marché des services relatifs aux enlèvements et demandes de rançon (K&R)

10La genèse de l’industrie des consultants en sécurité transnationale remonte aux menaces d’enlèvements et de demandes de rançon rencontrées par des cadres d’entreprise détachés en Amérique latine, dans les années 1970. Alors que le capitalisme mondial s’étendait à cette région, les membres de la classe moyenne mobile à l’échelle transnationale représentèrent les premières cibles lucratives auxquelles des groupes criminels organisés et des mouvements de guérilla pouvaient s’en prendre. Chargée d’élaborer une solution pour remédier à cette menace, la firme Control Risks ― alors filiale du groupe d’assurance Hogg Robinson ― suggéra que les risques liés aux enlèvements et demandes de rançon pourraient être atténués en employant d’anciens agents de sécurité. Il serait alors possible de faire appel à leur expérience des environnements hostiles pour modeler le comportement du client, en lui apprenant à s’exposer le moins possible au risque, et de recourir aussi à leurs savoirs négociateurs pour réduire sensiblement la demande de rançon après un enlèvement. Après avoir brillamment résolu plus de 2 000 scénarios de K&R au cours des trente dernières années, Control Risks affirme pouvoir dépêcher un consultant n’importe où dans le monde dans les 24 heures suivant la notification3. L’entreprise a également élaboré d’immenses bases de données sur ce phénomène, pour fournir aux clients une information à jour concernant les risques d’enlèvement à l’échelle mondiale. En transformant ce type d’incident en menace susceptible d’être gérée, et grâce à leur expertise en sécurité, les firmes de TSC comme Control Risks en ont aussi façonné un produit assurable, en synergie avec des assureurs en K&R, une caractéristique du domaine. Ce type de fusion d’intérêts a généré ce que Lobo-Guerrero appelle le complexe risquo-assurantiel (2007, 318). Ce fut également l’étape inaugurale vers un continuum des services du risque mondialisé : les services des principales firmes de TSC sont maintenant inclus dans les polices d’assurance contre les enlèvements et les demandes de rançon. À l’image de la compagnie Control Risks qui possède une longue relation d’affaires avec Hiscox, le leader mondial sur ce marché, d’autres grandes sociétés issues de ces deux domaines d’activités4 ont forgé des alliances identiques.

11Si de tels accords fournissent des occasions évidentes de vente croisée, ces synergies méritent, cependant, un examen critique plus minutieux. En premier lieu, il faut souligner que les assureurs en K&R, comme c’est le cas dans tous les domaines de l’assurance, ne font pas que vendre un produit ou un service, mais tentent également d’influencer le comportement de leurs clients (Haufler, 1997, 16). Pour eux, un bon risque est un risque faible, et exploiter l’expertise des firmes de TSC réduit l’exposition des cibles susceptibles d’être enlevées. Les mesures de précaution typiques préconisées par ces sociétés à leurs clients incluent les éléments suivants : modifier fréquemment ses habitudes de déplacement ; rester anonyme et discret ; utiliser des véhicules fiables qui n’attirent pas l’attention ; demeurer vigilant ; tenir compte de tout comportement suspect ; et se déplacer en étant accompagné par des agents armés. Comme Isenberg (2004, 115) l’a illustré à propos de ces alliances stratégiques dans le domaine de la sécurité, on peut faire état de retombées bénéfiques pour toutes les parties concernées : la sécurité du client assuré est garantie ; l’assureur réduit le risque ; et la firme de TSC est rémunérée pour ses services.

12La menace représentée par le kidnapping est foncièrement liée à une problématique de (im)mobilité. Elle entraîne non seulement la privation illégale de la liberté personnelle, mais s’avère également une menace criminelle qui voyage, au point que son caractère épidémique a atteint des proportions mondiales ces dernières années. Même si, selon des idées reçues, les scénarios de K&R demeurent concentrés en Amérique latine, ce phénomène se répand maintenant de plus en plus sur la surface de la planète. Une étude néerlandaise réalisée en 2008 estimait à plus plus de 100 000 cas le nombre d’enlèvements par an dans le monde entier (IKV Pax Christi, 2008). Toutefois, par les différentes normes de signalement des faits d’une région à l’autre ― au cas où de tels incidents feraient l’objet de déclarations officielles ― il reste quasi impossible de donner une évaluation précise du nombre de rapts perpétrés. En outre, on a vu apparaître des variantes de cette vieille pratique dans des endroits aussi divers que l’Irak, le delta du Niger et le golfe d’Aden. Comme la firme Control Risks l’indiquait dans sa RiskMap (carte des risques) de 2008, « le nombre de pays hébergeant des groupes qui pratiquent l’enlèvement en série a non seulement augmenté, mais la variété des profils des victimes s’est elle-même élargie » (2007). Si la motivation principale d’un enlèvement demeure économique, les limites avec le kidnapping politique sont souvent vagues dans la pratique. De nombreux groupes militants commettent ces actes pour réunir des fonds et exploiter le capital symbolique de leurs prisonniers. Il faut également souligner que l’étiquette « enlèvements et demandes de rançon » (K&R) reste un terme générique de l’industrie des consultants en sécurité transnationale, ce domaine comprenant aussi : les prises d’otages ; les états de siège ; les détentions illégales ; et les cas d’extorsion. Ainsi dans de multiples situations tendues, fait-on de plus en plus souvent appel aux solutions de sécurité que ces professionnels du risque ont élaborées pour gérer les incidents d’enlèvement.

13Un exemple caractéristique de la mutation contemporaine du ‘phénomène K&R’ ― et de la refonte de l’ensemble des compétences de l’industrie des consultants en sécurité transnationale (TSC) qui lui est associée ― est la réapparition de la piraterie. De la mer de Chine méridionale aux zones côtières au large de l’Afrique de l’Est, on adapte l’expertise en négociation initialement exercée en Amérique latine pour venir en aide aux clients dont les navires et les équipages ont été détournés. S’il est possible de transférer habilement certains aspects de l’expérience de ces sociétés, les différents contextes géopolitiques et culturels en jeu présentent souvent des défis uniques. Un consultant en sécurité a raconté un cas étrange dans lequel les négociations prolongées avaient même nécessité le transport d’animaux sur un navire détourné, de sorte que les pirates musulmans somaliens puissent abattre ce bétail à bord, conformément aux prescriptions de l’islam [NDT : afin d’obtenir une viande hallal]. En dépit de ces disparités culturelles inévitables, les entreprises de TSC ont fait évoluer avec succès le savoir-faire acquis vers cette variante des modèles d’enlèvements précédents et ont su tirer profit des occasions commerciales qu’il présentait.

14En ce qui concerne les événements de K&R, il faut souligner que, lors des discussions réglant le retour du client enlevé, les firmes de TSC privilégient une libération négociée plutôt que forcée : « Il ne relève pas de la mission du consultant d’attraper les kidnappeurs ou de résoudre les crimes. Le consultant ne mènera pas une équipe de forces spéciales pour sauver les otages et les ramener en lieu sûr » (Clayton Consultants, 2008). D’ailleurs, cette priorité donnée à la libération sécuritaire et opportune des clients enlevés s’explique, en fin de compte, non pas tant par leur valeur humaine en tant que telle, que par ce qu’elle représente en tant que bien appartenant à l’entreprise. La tâche du spécialiste de TSC, lors des négociations pour le retour des clients, consiste à rétablir leur liberté de circulation en tant que source de profits. Celle de l’assureur en K&R vise à prendre en charge tous les coûts engagés dans ces efforts. Si la combinaison de ces efforts résoud les expériences traumatiques autant pour la victime que sa famille, il faut rappeler que ces opérations de secours sont principalement menées dans une optique économique, lorsqu’elles sont orchestrées au travers des protections contre le K&R des entreprises. Voici, dans son intégralité, l’excellent condensé que Lobo-Guerrero a fait de cet appareil de sécurité complexe au travers de son propre vécu d’un événement de K&R :

M. Smith qui était couvert [par une assurance comportant une protection contre les enlèvements et les demandes de rançon (K&R)] ― M. Smith, le vice-président d’une société minière, et non pas M. Smith, le mari ou le père ― bénéficiait d’une protection en raison de sa valeur réelle pour les opérations en cours, mais surtout du fait de sa capacité à développer ces projets et à en générer d’autres, grâce à son expérience et à son expertise… Ce qui importait, c’était de permettre au vice-président à l’exploration de circuler à nouveau librement et de générer des revenus pour les parties prenantes de la compagnie (Lobo-Guerrero, 2007, 327).

15Le recours aux services offerts par les firmes de TSC pour secourir l’élite dérive du « devoir de protection » que les multinationales doivent à leurs employés, lorsqu’elles les envoient dans des sites à haut risque. Si ces entreprises n’effectuaient aucune « formation aux environnements hostiles », préalablement au déploiement de leur personnel, ni ne prévoyaient aucune protection adéquate contre les enlèvements et les demandes de rançon (K&R), ni n’établissaient aucun protocole de sécurité pertinent, elles prêteraient le flanc à de futures poursuites judiciaires pour négligence de la part de l’entreprise ou, même, d’imputation d’homicide involontaire par une personne morale. De telles obligations constituent aujourd’hui des conditions impératives dans les régimes de gouvernance d’entreprise. Un consultant a d’ailleurs ajouté que ceci pourrait représenter des dilemmes embarrassants pour les clients, lorsqu’ils établissent un équilibre entre la réassurance du personnel et la nécessité de maintenir l’intégrité de la sécurité organisationnelle. Il peut arriver, par exemple, qu’une multinationale qui dispose d’une assurance contre les enlèvements et les demandes de rançon pour ses employés se voit contrainte d’ajouter aussi une clause de confidentialité à ce type de police sous la forme d’un accord de non-divulgation stipulant que les parties assurées ignorent tout de cette couverture.

  • 5 Tragique ironie du sort, Batista fut lui-même enlevé, par la suite, par des terroristes armés à Sal (...)
  • 6 La complexité de ces rapports changeants fut manifeste dans le siège de la plateforme gazière d’In (...)

16Le marché des services relatifs au K&R est donc souligné par deux aspects-clés : l’impératif commercial visant à rétablir le statut mobile ― souvent transnational ― des victimes enlevées considérées comme de précieuses sources de revenus pour leurs sociétés ; et la crainte d’un litige, si la société échouait dans son devoir de protection et ne parvenait pas à fournir la sécurité voulue pour des employés. À la lumière de telles motivations, le recours à l’action combinée des firmes de TSC et des assureurs en K&R est une entreprise à caractère manifestement lucratif. Il est certain que les scénarios de K&R sont de véritables débouchés, mais il faut également noter que la vaste expérience acquise par les consultants en sécurité, dans ce domaine, peut aussi jouer un rôle de médiation important dans des scénarios complexes en matière de sécurité. Comme l’a fait remarquer Felix Batista, un consultant en K&R d’ASI Global ayant travaillé dans la zone frontalière des États-Unis et du Mexique : Le consultant type cowboy récupèrera [un otage] mort… Il faut quelqu’un d’analytique et d’intellectuel ― qui ait à la fois des qualités de psychologue, de guide, de metteur en scène, et de baratineur expert (cité dans Fischer, 2009)5. Les incidents de K&R et les situations de prises d’otages impliqueront souvent divers acteurs susceptibles de mettre en avant des priorités et des intérêts concurrents, sur le plan de la sécurité. Le besoin de confiance avec les forces de police locales peut présenter des risques, à cause de la corruption et de leur possibles liens avec les kidnappeurs ; elles peuvent également se montrer trop zélées et vouloir adopter une position intransigeante ― en particulier, quand les incidents se rapportent à un conflit politique6. En cherchant à obtenir la libération de leur client, les entreprises de TSC doivent donc savoir composer avec les aléas des rapports liés à la sécurité, c’est-à-dire savoir travailler conjointement avec l’employeur de la victime, sa famille et avec les divers représentants des autorités consulaires compétentes.

17La valeur de telles expériences n’a pas été négligée par les agences de sécurité de l’État qui ont tenté d’exploiter la base de connaissance acquise par les firmes de TSC dans ce domaine. Lors de conversations recueillies avec plusieurs conseillers principaux possédant de solides antécédents en K&R, ceux-ci ont évoqué la façon dont ils avaient dispensé des cours de formation aux académies des prestigieux services de sécurité occidentaux. Quoique les mandats opérationnels des firmes de TSC et des agents de sécurité d’État possèdent des orientations très différentes ― il arrive même que leurs objectifs et attentes concernant des incidents de K&R et des négociations dans le cadre de prises d’otages soient en complète opposition —, les leçons tirées de l’expérience d’experts chevronnés prouvent la reconnaissance incontestable attribuée à leurs compétences. Cela montre également une prise de conscience du fait qu’il est possible d’améliorer le calibre des interventions de l’État, aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays, en recourant au secteur privé.

18Un consultant a d’ailleurs expliqué à quel point une gestion efficace des divers intérêts en concurrence était essentielle au retour du client en toute sécurité. Racontant un incident spécifique, il a décrit comment les firmes de TSC étaient parvenues à empêcher les forces spéciales locales de donner l’assaut à des bâtiments consulaires qui avaient été pris par des militants armés, lors d’une réception officielle. Comme des cadres supérieurs des sociétés clientes se trouvaient parmi les otages, les consultants en sécurité ont fait valoir l’argument du poids économique collectif représenté par les multinationales et brandi la menace d’un retrait des intérêts commerciaux du pays, si un assaut violent devait être lancé. Selon le compte rendu fourni, le délai ainsi créé a permis de gérer plus stratégiquement la situation de siège qui s’ensuivit, la fin de celle-ci s’étant déroulée avec un minimum de pertes parmi les otages. Comme le conseiller l’a fait remarquer, cela se régla selon une option radicalement opposée à d’autres états de sièges, où la manière forte coûta la vie à de nombreux otages ― les sièges du théâtre de Moscou, en 2002, et de l’école de Beslan, en 2004, figurant comme éléments de comparaison majeurs. Il convient naturellement traiter ce genre d’exemples avec une certaine prudence ; en effet, tout en réaffirmant leur position, les firmes de TSC peuvent exagérer leur degré d’influence sur le cours des événements. Il faut reconnaître, néanmoins, qu’étant donné leurs objectifs commerciaux, il est dans l’intérêt de ces sociétés d’exercer une influence modératrice lors de tels scénarios, pour permettre le retour des clients enlevés en toute sécurité.

19En conclusion, il importe de souligner que la sécurité offerte aux clients privilégiés, au moyen de ces interventions synergétiques, comporte ses propres effets pervers ou externalités négatives. L’efficacité de la protection des élites locales et transnationales peut non seulement réorienter l’enlèvement pour motif économique vers de nouvelles cibles issues des classes moyennes et inférieures, mais il se pourrait même que cela contribue à augmenter la violence des tactiques employées par les kidnappeurs (Associated Press, 2005). Ces communautés ne disposent pas des garanties leur assurant la sécurité physique promise par le biais des paiements d’assurance et elles ont « bien moins de latitude pour prendre des dispositions en matière de sécurité ou s’éloigner physiquement de la menace » (IKV Pax Christi, 2008 ; voir également, Kenney, 2008, 574). De plus en plus souvent victimes des kidnappeurs, ces groupes sociaux n’ont eu recours qu’à quelques autres des ressources de défense à leur disposition : la protestation publique lors de défilés appelés « marches blanches », au sein desquelles des centaines de milliers de citoyens ont manifesté dans les rues, en Amérique latine et dans les Caraïbes, pour réclamer que l’État intervienne et fasse respecter la primauté du droit (Bailliet, 2010). Autre effet pervers : l’alliance réussie entre firmes de TSC et assureurs en K&R pour protéger les travailleurs expatriés peut également déplacer les risques d’enlèvement vers les entrepreneurs locaux qui n’ont pas les ressources pour s’isoler de cette menace ou de ces trafics d’extorsion associés (IKV Pax Christi, chap. 6). Se manifestant principalement en Amérique latine, la pratique du kidnapping montre une tendance générale selon laquelle les mesures de sécurité privée et les polices d’assurance contre les K&R déplacent, en fait, le problème vers d’autres groupes sociaux, plutôt qu’elles ne le suppriment. Comme l’indique l’étude citée supra :

Dans les sociétés qui voient apparaître le problème du kidnapping, les ravisseurs commencent généralement par cibler l’élite économique. Dès que cette classe sociale commence à améliorer ses mesures de sécurité ou à se déplacer vers une zone plus sûre, les kidnappeurs déportent leur attention vers les classes moyennes, voire les moins riches de ces catégories. Tout ce que ces gens peuvent faire alors, c’est d’exprimer publiquement leur crainte et leur mécontentement (IKV, Pax Christi, 2008, 56).

20Finalement, comme Bailliet le fait remarquer le marché de l’enlèvement est avantageux pour les acteurs privés des deux côtés (Bailliet, 2010, 609). Combattre avec force ce fléau mondial exige des solutions secondaires cosmopolites qui s’attaquent aux causes profondes liant des innovations normatives et institutionnelles au niveau transnational (pour une analyse complète, voir Bailliet, 2010). Si de telles solutions dépassent la portée de cette analyse, il faut toutefois reconnaître que les activités des spécialistes de TSC et de leurs confrères gestionnaires de risques, dans le domaine du K&R, ont des répercussions plus pathogènes qu’antidotiques en ce qui concerne l’épidémie des kidnappings, tant au niveau local que mondial. Non seulement les inégalités en matière de sécurité se sont aggravées dans ces régions sous-développées du monde où cette pratique illicite s’était déjà fortement implantée, mais le kidnapping est, en somme, devenu encore plus envahissant dans le monde. Pratique incontestablement plus répandue à travers les pays du Sud, ses effets s’infiltrent maintenant dans ceux du Nord, à travers des zones d’interface problématiques, notamment les territoires frontaliers des États-Unis et du Mexique. Descendant toujours plus bas dans les cibles de l’échelle sociale, les ravisseurs ont commencé à cibler des victimes issues de régions plus pauvres du Mexique afin d’obtenir le paiement de rançons des membres de leur famille ayant émigré au nord de la frontière, près de la Californie et d’autres États américains (Dillon, 2009).

Le marché des services relatifs aux catastrophes et aux pandémies

La réalité d’aujourd’hui est que les intérêts des entreprises et des particuliers exigent de voyager vers de nombreux coins inhabituels et inconnus du globe… Il est crucial que les gens se sentent en sécurité et qu’il y ait de solides mesures en place, advenant un risque médical ou un enjeu de sécurité. Les entreprises ne peuvent pas éliminer le risque, mais elles peuvent mettre en place un programme complet pour rassurer les voyageurs internationaux et répondre à leurs besoins. (Kenneth Kurtz, président-directeur général de la Steele Foundation, 2006)

21Cette citation concerne une coentreprise créée par la firme de TSC américaine, The Steele Foundation et MedjetAssist, une société spécialisée dans les évacuations sanitaires d’urgence (The Steele Foundation, 2006). Elle souligne la dernière évolution intervenue dans le continuum des services du risque mondialisé : des ententes de collaboration entre les compagnies de TSC et les fournisseurs internationaux d’aide médicale d’urgence. Comme la gamme des risques mondialisés ancrée dans l’esprit du public s’est étendue et comprend maintenant le changement climatique, les catastrophes naturelles et les pandémies, les firmes de TSC ont décelé une autre excellente occasion leur permettant de vendre, en parallèle, des services de (in)sécurité aux riches. À l’image de la Steele Foundation, la société Control Risks a fondé une coentreprise équivalente avec le groupe International SOS, chef de file mondial des prestataires d’aide médicale et de services d’évacuation, celle-ci apportant même une touche médicale aux devises glocalisées des entreprises : « une dimension internationale avec un côté humain », selon son slogan. D’autres grandes firmes de TSC ont également forgé des partenariats identiques. Si les sociétés de TSC et ces fournisseurs internationaux d’aide médicale d’urgence partagent des structures organisationnelles similaires ― opérant principalement au travers de bases logistiques dans des régions stratégiques ― ils possèdent des spécialisations différentes, quoique complémentaires. Par exemple, le personnel du groupe International SOS est majoritairement composé de médecins, de coordonnateurs multilingues et d’experts en logistique. L’entreprise se concentre sur les services d’urgence et d’assistance médicale et n’a pas de dimension explicite de sécurité privée. Cependant, de telles différences n’ont pas pour autant suscité de cloisonnements entre ces secteurs, s’agissant de saisir les opportunités commerciales d’une collaboration plus étroite. Au début de l’alliance stratégique entre Control Risk et International SOS ― la première entité détenant 48% de la filiale commune et la seconde 52% ―, les projections initiales prévoyaient de 50 à 60 millions de dollars de recettes annuelles (Intelligence Online, 2008).

22Cette efficience opérationnelle accrue entre conseil en sécurité et expertise en assistance médicale d’urgence a créé de nouveaux services à la clientèle qui sont commercialisés auprès des consommateurs les plus intéressés à l’offre de produits du risque mondialisé, c’est-à-dire la TMMC. « Ouvrant la voie à un nouveau niveau de services dédié au voyage pour des organismes opérant à l’international » (International SOS, 2008), ces infrastructures communes prolongent leur capacité à secourir l’élite sur d’autres plans. Lorsqu’ils sont confrontés à des urgences médicales, dans des régions du monde isolées, ou qu’ils ont besoin d’être évacués rapidement hors de lieux en proie à une catastrophe naturelle ou à un bouleversement politique, les clients souscripteurs peuvent bénéficier de ressources accrues. Tout en vantant les avantages de leurs solutions hybrides en matière de sécurité et de santé, ces sociétés tirent inévitablement d’importants bénéfices commerciaux de coalitions qui vont bien au-delà de la diversité des services offerts : elles étendent leur présence mondiale, élargissent leur fonds collectif de connaissances « glocalisées », exploitent de nouveaux marchés et ont accès aux portefeuilles de clients de leur partenaire. Si de telles ententes ne se sont pas traduites jusqu’à présent par des fusions complètes, il n’empêche que ces rapprochements entre professionnels du risque mondialisé ont déjà eu des incidences effectives, lors d’incidents internationaux majeurs.

23L’entreprise en participation entre Control Risk et International SOS représente la forme la plus développée de ces alliances stratégiques. Peu de temps après les débuts de leur entente, les deux firmes ont combiné leurs ressources et les ont déployées pour retrouver et exflitrer des clients pris dans les attaques terroristes de Bombay, tout en aidant simultanément les autres bloqués en Thaïlande, lors du blocus de l’aéroport international de Bangkok. Dans le cas de Bombay, elles pouvaient repérer et avertir les clients se trouvant dans la ville ou étant sur le point d’y arriver. Les entreprises ont immédiatement déployé des consultants, installé un centre d’appels régional, établi des canaux de communication avec les clients bloqués à l’intérieur des hôtels assiégés, et fourni un soutien médical et psychologique après l’incident. Ces services ont nécessité la fourniture d’un soutien à 59 sociétés clientes et à plus de 200 individus (Control Risks, 2008). Les comptes rendus fournis par les firmes Control Risks et International SOS confirment la plus-value de sécurité additionnelle prodiguée aux membres de la TMMC. Cependant, ce succès souligne également par contraste la vulnérabilité accrue de ceux qui ne disposent pas de ce type de protection supplémentaire : que l’on songe par exemple aux 50 individus tués au terminus ferroviaire de Chhatrapati Shivaji de Bombay. De même, tandis que Control Risks et International SOS aidaient 36 clients à évacuer de Thaïlande durant le blocus de l’aéroport, environ 100 000 touristes étrangers restaient à la merci de la manifestation. Dans un exemple encore plus saisissant, les deux sociétés ― opérant indépendamment l’une de l’autre à cette époque ― ont coordonné l’évacuation de clients du Liban, durant l’assaut israélien de 2006, alors que le gouvernement américain avait tenté de faire payer leur évacuation à ses propres citoyens (Neumann, Spiegel, 2006, cité dans Klein, 2007, 41).

24De telles disparités sont encore plus marquées en cas de catastrophes naturelles : cette intervention d’urgence met d’autant plus en lumière l’augmentation des inégalités en matière de sécurité. Même si Klein (2007) a détaillé les disparités déplorables de cet apartheid lors de catastrophes dans divers endroits du monde, il est évident que le continuum des services du risque mondialisé analysé ici ne peut être dissocié d’un tel processus. Par la nature de leurs activités, ces sociétés contribuent au dessaisissement d’un des principes les plus fondamentaux de l’État développé ― et de toute la communauté internationale, en fait ―, celui de l’assistance en cas de catastrophe. Il est certain que les firmes de TSC et leurs sociétés affiliées spécialisées en risque mondialisé s’occupent essentiellement de la santé et la sécurité de leur clientèle assurée ― après tout, c’est leur vocation commerciale et elles ne s’en cachent pas. Cependant, la triste réalité due au caractère éminemment commercial de telles activités renforce cette attitude inquiétante consistant à abandonner les personnes défavorisées, qui sont, après tout, les plus vulnérables en cas de catastrophe.

25Dans la recherche constante de nouveaux débouchés, ce nouveau réseau de professionnels du risque a également tenté de tirer parti des insécurités mondiales concernant la menace confuse d’une pandémie, afin de créer des marchés durables pour leurs services. En 2009, l’émergence de la menace d’une épidémie potentielle du virus A (H1N1) ― plus connue sous le nom de « grippe porcine » ― s’est révélée très alarmante, d’autant que les médias internationaux ont considérablement amplifié le phénomène. Les alliances décrites supra étaient idéalement placées pour exploiter cette anxiété mondiale en renforçant respectivement leurs capacités en matière de services de sécurité et de santé. Les entreprises de TSC avaient, effectivement, déjà tenté de profiter de pandémies qui représentaient une menace rentable susceptible de les aider à promouvoir leurs services, mais leur capacité à le faire fut quelque peu freinée par un manque d’expertise médicale (Control Risks, 2003). De nouvelles collaborations avec les fournisseurs d’aide en cas de catastrophe leur ont donc ouvert de nouveaux débouchés payants.

26Control Risks a déjà décrit la pandémie comme « la menace mondiale par excellence » (2007, 11). Par conséquent, ce type de catastrophes représente aussi une occasion idéale pour ceux dont les affaires reposent sur les insécurités internationales. Plus le risque est imprévisible et incontrôlable, plus il est susceptible de manipulation commerciale. Même les précédentes menaces d’épidémies qui n’avaient pas réussi à atteindre une dimension véritablement mondiale ― comme celles du virus du SRAS (en 2003) et de la « grippe aviaire » (en 2004) ― ont été redéfinies, et sont désormais qualifiées de crises auxquelles on a eu la chance d’échapper plutôt que d’exemples alarmants. Ces précédents cas de « panique » concernant la santé peuvent maintenant faire l’objet d’un redéploiement auprès des multinationales clientes, lors de la commercialisation de services anti-pandémies. La répétition de la menace souligne à la fois son potentiel destructeur et le début d’une lassitude vis-à-vis de la planification, au sein des gouvernements et des organismes de santé. À cet égard, les firmes de TSC contribuent activement à ce que Wald (2007) a nommé l’historique de la déclaration. Pour paraphraser Parmet dans son compte rendu de la chronologie d’une épidémie : premièrement, on détecte l’infection naissante ; deuxièmement, on débat de ses dangers pour le commerce et les voyages à travers le monde ; troisièmement, on émet des avertissements au sujet des risques liés à l’interdépendance internationale, et certains groupes ― habituellement étrangers ou ethniques ― sont accusés d’être les « plus grands responsables de la contagion » ; finalement, les autorités scientifiques et les connaissances qu’elles mobilisent sont supposées sauver le monde, grâce à une intervention rapide et rationnelle (Parmet, 2009, 14).

27En écho à ces forces dynamiques, la promotion des services anti-pandémie par les firmes de TSC ouvre une fenêtre de compréhension sur la nature double qui caractérise la commercialisation des solutions hybrides de sécurité et de santé. Ces professionnels alertent tout d’abord des clients sur leur exposition à la menace. Ensuite, ils soulignent comment leur expertise réduira cette vulnérabilité, tout en leur donnant un avantage commercial par rapport à leurs concurrents. Dans le cadre des pandémies, les entreprises de TSC et leurs partenaires stratégiques du secteur de l’assistance médicale d’urgence, travaillent avec les clients pour établir des plans d’urgence sur mesure et fournir des informations à jour sur l’évolution des événements, afin de leur permettre de prendre des décisions éclairées sur la poursuite des affaires tout en prévenant les risques sanitaires pour le personnel. Comme la documentation commerciale de la société Control Risks l’indiquait à propos de l’épidémie du SRAS, lorsqu’elle se déclara en 2003 : les « compagnies qui ont mis en place des procédures pour répondre rapidement et avec souplesse aux besoins minimiseront l’impact sur leurs opérations, et finiront par surclasser leurs concurrents dont la confiance en eux s’avère excessive et la préparation insuffisante » (Control Risks, 2003, 7).

28Cependant, si l’expertise acquise au travers de cette dernière alliance permet de maintenir les clients très informés ― voire de les rendre plus anxieux ― quant à ces répercussions opérationnelles, il faut se demander à quel point les solutions proposées s’avéreraient efficaces en cas d’épidémie mondiale. Même lorsque le virus A (H1N1) est apparu pour la première fois, de multiples restrictions touchant la mobilité ont été imposées à travers le monde, pour tenter de contenir la menace. Comme l’a ouvertement déclaré Osterholm concernant la survenue potentielle d’une pandémie avérée : L’économie mondiale s’arrêterait sur le champ (Osterholm, 2005, 31). Après la fermeture des frontières, les quarantaines et les bouleversements civils résultant de l’attribution des traitements antiviraux, l’expertise des professionnels du risque mondialisé pourraient s’avérer inutiles, parce que rapidement dépassée par les événements. Il est probable que la mobilité internationale serait la première victime de l’épidémie mondiale. La capacité de ces professionnels du risque mondialisé à commercialiser leurs services serait considérablement réduite et il en ressortirait, finalement, que la promesse d’une planification antipandémie relève d’une chimère.

29Là encore, comme le commente Garrett, la menace d’une catastrophe pourrait se profiler. Mais il faut relever le “pourrait” (Garrett, 2005, 3). De même, il se pourrait que l’on n’ait jamais à tester les investissements en matière de planification antipandémie ― comme ce fut le cas avec le virus A (H1N1). Mais sans tenir compte de la concrétisation de la menace ou non, l’ancrage de la notion d’épidémie dans le discours sur l’insécurité mondiale a poussé plus loin le rapprochement des intérêts des firmes de TSC et des fournisseurs internationaux d’assistance médicale d’urgence. À cet égard, les avertissements d’Andreas et Nadelmann concernant la nécessité de redéfinir les questions de santé publique comme des problèmes de sécurité prioritaires (2006, 237) relevaient de la prescience. Plus récemment, Parmet (2009) a examiné comment l’État, lors de ses interventions pour répondre aux maladies infectieuses, tendait, depuis longtemps, à opter pour des stratégies contraignantes de contrôle social. Il est certain que les mécanismes de contrôle anti-pandémie susceptibles d’être intégrés dans les régimes actuels de mobilité internationale ont un fort potentiel de sécurisation, le processus de confinement du virus subissant une mutation pour devenir le confinement du voyageur indésirable. On remarquera que l’hystérie mondiale induite par la menace potentielle d’une pandémie émanant du Mexique, au début de 2009, contraste de façon saisissante avec la négligence internationale à l’égard de la véritable épidémie de kidnapping qui, non seulement, dévaste ce pays, mais a également démontré sa propre capacité à contaminer le monde.

Le retour à une politique néo-libérale

30Les modèles changeants d’insécurités mondiales, jumelés à l’ambition expansionniste du capitalisme transnational, ont formé un continuum de services du risque à l’échelle du globe. Le triumvirat de professionnels a évolué pour protéger, améliorer et rétablir la mobilité des membres de la classe moyenne mobile à l’échelle transnationale, ainsi que pour remédier à tout obstacle gênant leur circulation à but lucratif. Les firmes de TSC atténuent l’exposition au risque du client de manière proactive, grâce à des techniques de sécurité pointues et une gestion des crises, quels que soient l’endroit et le moment où elles se produisent. Les assureurs en K&R fournissent un appui actuariel pour des incidents relatifs au rapt, à la détention et à l’extorsion. Les prestataires internationaux d’aide médicale d’urgence apportent aux clients des services de santé et d’évacuation dans des endroits dangereux. Dans le fond, on a constitué une trousse d’outils complémentaires en matière de solutions de sécurité, à partir de la riche expérience que ces acteurs ont acquise dans les pays du Sud, et on l’a redéployée dans d’autres environnements à haut risque. Que ce soit pour répondre aux besoins du client ou, plus significativement peut-être, pour continuer à trouver de nouvelles insécurités « vendables », ces gardiens de la mobilité internationale semblent couvrir tous les aspects relatifs aux déplacements du client privilégié voyageant à travers le monde.

31Cependant, un facteur qui a attiré l’attention tant des observateurs engagés que des universitaires (Klein, 2007 ; Gunewardena, Schuller, 2008) est l’accroissement de phénomènes similaires dans des endroits considérés auparavant comme des régions de l’hémisphère nord. En raison de la confluence de l’expérience néo-libérale ― à l’intérieur comme à l’extérieur des pays ―, et des événements catastrophiques tels que les attentats du 11 septembre et l’ouragan Katrina, ces sociétés ont vu les ventes de leurs services augmenter, dans les pays principaux de la zone nord et, notamment, sur le sol américain. Cette diversification commerciale a coïncidé avec la réduction des opportunités après l’invasion de l’Irak (Whyte, 2007), et avec le recours plus intensif à la sous-traitance par les organismes publics chargés de répondre aux catastrophes naturelles tels que le département de la Sécurité intérieure (DHS) et l’Agence fédérale de gestion de l’urgence (FEMA). En effet, le rapport itératif entre catastrophes et néolibéralisme s’est avéré capital dans ces événements ; Schuller a observé comment, […] depuis le 11 septembre, en particulier, l’étape de reconstruction après une catastrophe permettait aisément aux pratiques néo-libérales de progresser, sans rencontrer de réelle résistance (Schuller, 2008, 25).

32Ce retour à une politique néo-libérale n’est pas limité aux contrats gouvernementaux externalisés, puisque les acteurs de l’offre continuent à cibler le consumérisme (in)sécuritaire des riches. En effet, l’invocation d’une expérience étrangère représente un argument de vente majeur auprès des membres de ce club privé (métaphoriquement parlant) de nantis prémunis contre les désastres de toutes sortes. Par exemple, bien que les professionnels du risque mondialisé aient ouvert la voie à l’évacuation d’urgence pour extraire des clients des turbulences existant dans des environnements explosifs, des services semblables sont maintenant offerts aux résidents aisés du sud de la Floride. Dans cette région sujette aux ouragans, les personnes assurées auprès de la firme HelpJet pouvaient « transformer un cauchemar en vacances » (AFX International Focus, 2006), celle-ci donnant une nouvelle portée au terme d’« évasion de luxe ». La société Chartis Private Client Group ― le groupe de gestion privée de AIG ― gère également des volets de protection contre les ouragans et les incendies de forêt. Cette dernière garantie inclut l’installation de gicleurs qui arrosent les maisons des assurés avec une mousse ignifugée, lors de feux de forêt ― tout en laissant brûler les maisons des voisins n’ayant pas ce type de couverture (Summers, 2009). Réitérant les chevauchements caractéristiques du secteur privé du sauvetage, à l’intérieur et à l’extérieur du pays ― Chartis a également officié en tant qu’assureur en K&R, notamment pour Clayton Consultants qui était l’un des acteurs majeurs dans ce domaine aux Amériques.

33La prééminence accrue de l’intervention en cas de catastrophe ne peut être dissociée de la crise fiscale permanente et des échecs flagrants essuyés par des organismes gouvernementaux tels que la FEMA. Bien que l’occasion commerciale qu’a représentée l’ouragan Katrina ait tout d’abord eu un caractère inattendu, l’afflux de firmes spécialisées en sécurité, par la suite, confirma rapidement que celles-ci en avaient évalué le potentiel économique, notamment parmi celles qui cherchaient à se créer de nouveaux débouchés dans le contexte d’après-guerre en Irak. Ce retour à une politique néo-libérale a vu certaines entreprises de TSC faire la promotion de leurs services sur le dos de l’incompétence fédérale. Au lendemain de l’ouragan Katrina, The Steele Foundation publiait un communiqué de presse disant : « Alors que les agences fédérales d’aide aux victimes se trouvent en dehors de La Nouvelle-Orléans et sont incapables d’aider la population du fait des risques liés à la sécurité […] Global Rapid Response (TM) [une filiale de la Steele Foundation] s’est révélée à même de soutenir proactivement des clients pendant la crise » (The Steele Foundation, 2005). En effet, mettre en évidence l’échec de l’État est un principe fondamental dans la stratégie de commercialisation de tels services. L’« historique de la déclaration » dont il a déjà été débattu à propos des pandémies s’accompagnerait apparemment d’un « historique de la catastrophe ». Premièrement, ces sociétés déplorent d’une manière peu convaincante la mort du social (Rose, 1996) en cas de catastrophes. Elles proposent alors des solutions privatisées, tout en diffusant régulièrement des images catastrophiques pour renforcer un peu plus les insécurités du client.

Conclusion

34Dans son analyse sur les recherches de Z. Bauman concernant la stratification de la postmodernité, Tim May suggère l’idée que nous nous dirigeons vers une privatisation du destin (May, 1998, 119). Les firmes de TSC et leurs sociétés affiliées spécialisées en risque mondialisé ont donné un nouvel éclairage des manifestations extrêmes de cette tendance. Leurs prestations de services axées sur le sauvetage de l’élite au cours de diverses crises démontrent à satiété que les inégalités en matière de sécurité se sont étendues à de nouveaux domaines. Cet avantage sécuritaire dont bénéficient les communautés expatriées et les membres de la classe moyenne mobile à l’échelle transnationale, lorsqu’ils s’aventurent dans des régions sensibles du globe, s’est accru sous l’apport des ressources collaboratives des gardiens de la mobilité internationale que sont les firmes de TSC, les assureurs contre les K&R et les fournisseurs mondiaux d’assistance médicale d’urgence. Qu’il s’agisse d’un enlèvement, d’un bouleversement politique, d’une attaque terroriste, d’une catastrophe naturelle ou de tout autre événement catastrophique, l’évasion des riches (Aas, 2007, 295) ne se limite plus à la seule retraite volontaire dans des enclaves résidentielles, mais inclut désormais l’extraction coordonnée à partir de la zone dangereuse et la réparation pour toutes les pertes (financières) subies.

35Évoluant stratégiquement en tandem avec les menaces touchant la sécurité mondiale, ces trois catégories de professionnels du risque ont fusionné pour maximiser les occasions croisées de vendre leurs compétences acquises dans les pays du Sud. En transposant leur expertise en sécurité d’environnements à haut risque à des structures opérationnelles glocalisées, cette trinité est bien placée pour canaliser commercialement les insécurités globales naissantes, qu’elles soient avérées ou perçues comme telles. L’épidémie mondiale de kidnapping a provoqué une forte croissance de la demande dans ce secteur, entraînant le recalibrage et le redéploiement de l’ensemble des compétences établies en K&R à une échelle internationale. Contrairement à leurs services relatifs au volet d’assurance contre les K&R, les firmes de TSC ont aussi démontré leur capacité d’expertise à concevoir des « solutions » destinées à des « menaces » plus confuses, comme celle que représente, entre autres, le potentiel insécurisant d’une pandémie mondiale. La fusion des inquiétudes en matière de sécurité et de santé s’est non seulement avérée réussie, mais les synergies commerciales ainsi établies l’ont également été, puisqu’elles ont fourni une plate-forme permettant de vendre des services d’intervention privatisée en cas de catastrophe naturelle et d’urgence.

36En se focalisant sur l’industrie des consultants en sécurité transnationale (TSC) et l’évolution du continuum des services du risque mondialisé, cet article a tenté de pousser plus loin l’analyse et de rappeler que la sécurité pouvait aussi bien être déployée pour favoriser les nantis, que pour contenir les indésirables. Les réflexions de Duffield sur le confinement international discernent l’existence d’une scission entre ceux qui disposent d’une assurance-vie et ceux qui n’en ont pas (Duffield, 2008, 151) très révélatrice du clivage en matière de chances dans la vie, entre ceux qui demeurent dans les pays développés de l’hémisphère Nord et ceux qui vivent dans les pays sous-développés du Sud. D’un point de vue conceptuel, il serait opportun de parler de « super assurance-vie » concernant cette catégorisation. Eu égard aux membres de la TMMC et à ceux qui s’aventurent dans les « zones malfamées du monde », il existe maintenant de multiples mécanismes pour les sauver. Ces riches globe-trotters ne comptent pas sur l’intervention humanitaire en tant qu’aide internationale de dernier recours (Duffield, 2008, 151), ni même sur l’intervention de leur pays d’origine quand ils se trouvent en danger, mais ont plutôt recours à l’expertise des entreprises de TSC et de leurs associés spécialisés dans les risques mondialisés. On assiste au redéploiement accru de compétences développées dans les pays du Sud, que cela se fasse dans d’autres environnements à haut risque ou, de nouveau, dans l’hémisphère nord, au travers d’un processus de retour à une politique néo-libérale. Dans la recherche visant à comprendre le rapport entre sécurité et mobilité internationale, il est indéniable que l’on ne devrait pas négliger les mécanismes accablants du confinement, mais il reste fondamental d’apporter également une attention critique accrue à cette machine à passe-droits et à ses répercussions négatives sur les plans local et international. Après tout, les inégalités relatives à la sécurité sont créées, et aggravées, par des pressions extérieures s’exerçant aux deux extrémités du spectre de l’existence.

Haut de page

Bibliographie

Aas, K.F. (2007), Analysing a World in Motion: Global Flows Meet “Criminology of the Other”, Theoretical Criminology, 11, 2, 283-303.

AFX International Focus (2006), Hurricane Victims Can Evacuate in Style, September 16.

Andreas, P., Nadelmann, E. (2006), Policing the Globe: Criminalization and Crime Control in International Relations, Oxford, Oxford University Press.

Associated Press (2005), In Latin America, A New Breed of Kidnappers is More Brutal, USA Today, August 14. (Page consultée le 6 mai 2013)

Bailliet, C. M. (2010), Towards Holistic Transnational Protection and Sub-altern Cosmopolitanism: The Emergence of Kidnapping as Grounds for Asylum, Denver Journal of International Law and Policy, 38, 4, 581-622.

Briggs, R. (2001), The Kidnapping Business, London: The Foreign Policy Centre.

Clayton Consultants (2008), Managing Risks Associated with a Kidnapping Incident (Page consultée le 30 janvier 2011).

Control Risks (2003), Working Through SARS, Control Risks Group Trendline, Issue 3, June, 7.

Control Risks (2007), RiskMap 2008, London, Control Risks.

Control Risks (2008), The Mumbai Terrorist Attacks – A Case Study (Page consultée le 30 janvier 2011).

Control Risks (2013), Control Risks Key Facts for Journalists, London, Control Risks.

Dillon, S. (2009), Kidnappings in Mexico Send Shivers Across Border, The New York Times, January 5.

Duffield, M. (2008), Global Civil War: The Non-Insured, International Containment and Post-interventionary Society, Journal of Refugee Studies, 21, 2, 145-165.

Fischer, M.A. (2009), From Negotiator to Victim, Men’s Journal, March 4.

Garrett, L. (2005), The Next Pandemic? Foreign Affairs, 84, 2, 3-23.

Gunewardena, N., Schuller M. (2008), Capitalizing on Catastrophe: Neoliberal Strategies in Disaster Reconstruction, Plymouth, UK, Altamira Press.

Haufler, V. (1997), Dangerous Commerce: Insurance and the Management of International Risk, Ithaca, Cornell University Press.

Hiscox (2012), Control Risks Expands Its Crisis Response Capability (2013, February 05).

IKV Pax Christi. (2008), Kidnapping is Booming Business, Utrecht, IKV Pax Christi.

Intelligence Online (2008), Control Risks in London Tie-Up, March 13.

International SOS (2008), International SOS and Control Risks Form Joint Venture, March 7.

Isenberg, D. (2004), A Fistful of Contractors: The Case for a Pragmatic Assessment of Private Military Companies in Iraq, British American Security Information Council, BASIC Research Report 2004.4 – September.

Kenney, S. (2008), Regional Shortcomings and Global Solutions: Kidnap, Ransom and Insurance in Latin America, Connecticut Insurance Law Journal, 14, 2, 557-588.

Klein, N. (2007), The Shock Doctrine: The Rise of Disaster Capitalism, London, Allen Lane.

Law & Health Weekly (2006), Clayton Consultants Team With WorldClinic To Offer Clients New WorldShield Service, July 15.

Lobo-Guerrero, L. (2007), Biopolitics of Specialized Risk: Kidnap and Ransom Insurance, Security Dialogue, 38, 3, 315-334.

May, T. (1998), The Discontented Epoch: Freedom and Security in Bauman’s Postmodernity, Theory, Culture & Society, 15, 117-130.

Neumann, J., Spiegel, P. (2006), Pay-As-You-Go Evacuation Roils Capitol Hill, Los Angeles Times, July 19.

O’Reilly, C. (2010), The Transnational Security Consultancy Industry: A Case of State-Corporate Symbiosis, Theoretical Criminology, 14, 2, 183-210.

Osterholm, M. T. (2005), Preparing for the Next Pandemic, Foreign Affairs, 84, 4, 24-37.

Parmet, W. E. (2009), Public Health and Social Control: Implications for Human Rightss, Working Paper of the International Council on Human Rights Policy.

Robb, J. (2008), Brave New War: The Next Stage of Terrorism and the End of Globalization, New Jersey, John Wiley & Sons.

Rose, N. (1996), The Death of the Social? Re-figuring the Territory of Government, Economy & Society, 25, 3, 327-356.

Schuller, M. (2008), Deconstructing Disaster After the Disaster: Conceptualizing Disaster Capitalism, in Gunewardena, N., Schuller, M. (Eds), Capitalizing on Catastrophe: Neoliberal Strategies in Disaster Reconstruction, Plymouth, UK, Altamira Press, 17-27.

Sheptycki, J. (2005) [2002], En quête de police transnationale. Vers une sociologie de la surveillance à l’ère de la globalisation, Bruxelles, De Boeck-Larcier, traduction Laurent Laniel.

Summers, A. B. (2009), Fighting Wildfires in a Cash-Strapped State, Los Angeles Times, September 2.

The Steele Foundation (2005), Global Rapid Response Supports Stability and Recovery Efforts in New Orleans, The Steele Foundation Press Release, September 2.

The Steele Foundation (2009), MedjetAssist, STEELE Form Alliance To Create End-To-End Travel Security Suite – Offers Members Access to Critical Medical Evacuation and Emergency Response Worldwide, The Steele Foundation Press Release, January 20.

Wald, P. (2007), Contagious: Cultures, Carriers, and the Outbreak Narrative. Durham, North Carolina, Duke University Press.

Whyte, D. (2003), Lethal Regulation: State-Corporate Crime and the United Kingdom Government’s New Mercenaries, Journal of Law and Society, 30, 4, 575-600.

Whyte, D. (2007), The Crimes of Neo-liberal Rule in Occupied Iraq, British Journal of Criminology, 47, 2, 177-195.

Haut de page

Notes

1 Cet article s’appuie sur la recherche empirique menée auprès d’entreprises de l’industrie des consultants en sécurité transnationale (TSC), à laquelle s’est ajouté un examen approfondi de la documentation provenant de ces firmes et de leurs filiales ― qui opèrent dans les domaines de l’assurance contre les enlèvements et les demandes de rançon (K&R) et dans l’assistance médicale d’urgence ― ainsi que de sources secondaires. On a volontairement retiré de cette étude toute indication concernant ces entreprises et les individus concernés par les incidents qui y sont mentionnés.

2 L’expertise qu’a développée Clayton Consultants dans le domaine des enlèvements et des demandes de rançon (K&R) était totalement intégrée aux structures de la firme, lorsque sa société mère, l’entrepreneur pour la défense Triple Canopy, décida d’abandonner ce marché et que son personnel de base émigra vers le chef de file britannique de TSC, en 2012 (Hiscox, 2012).

3 Control Risks | Services | Security | Crisis Management | Kidnap and Crisis Response (page consultée le 6 février 2013).

4 On peut noter les exemples des sociétés suivantes : le groupe Ackerman avec Chubb Insurance ; Clayton Consultants avec Chartis (la nouvelle enseigne du groupe de gestion privée de AIG); le groupe AKE avec Aspen Underwriters ; ASI Global avec Travellers ; Red24 avec Allied World Assurance Company Holdings ; et French TSC GEOS avec AIG pour les clients opérant dans les nations francophones.

5 Tragique ironie du sort, Batista fut lui-même enlevé, par la suite, par des terroristes armés à Saltillo, au nord du Mexique, alors qu’il assistait à un séminaire sur le kidnapping. On n’a plus de nouvelles de lui depuis.

6 La complexité de ces rapports changeants fut manifeste dans le siège de la plateforme gazière d’In Amenas en Algérie, en janvier 2013 : l’approche intransigeante du gouvernement algérien, qui voulait prendre d’assaut l’installation détenue par les terroristes, s’opposa alors aux objectifs des gouvernements occidentaux qui souhaitaient donner la priorité au retour, en toute sécurité, de ces travailleurs retenus en otages.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Conor O’Reilly, « L’évolution de l’offre des professionnels du risque mondialisé », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. X | 2013, mis en ligne le 06 mars 2013, consulté le 24 novembre 2014. URL : http://champpenal.revues.org/8611 ; DOI : 10.4000/champpenal.8611

Haut de page

Auteur

Conor O’Reilly

Research Fellow in Transnational Policing and Security, School of Law, Durham University ; Professor Afiliado, Faculdade de Direito da Universidade do Porto.
Page professionnelle. Contact: conor.oreilly@durham.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org