Navigation – Plan du site
Dossier : parentalités enfermées

Parentalité partagée à distance : rôles parentaux et rapports conjugaux face à l’enfermement

Remote shared parenting: effects of imprisonment on parental roles and conjugal relationships
Caroline Touraut

Résumés

Lorsque survient l’incarcération, l’exercice de la parentalité des hommes détenus et de leur compagne à l’extérieur est bouleversé. Les rôles des mères qui élèvent leur(s) enfant(s) avec un compagnon emprisonné se redéfinissent. Plus largement, l’épreuve, par la place essentielle qu’elle donne aux femmes, n’apparaît-elle pas comme une occasion de faire basculer les rapports genrés dans lesquels elles sont habituellement prises ? En effet, l’analyse de la parentalité enfermée apparait particulièrement propice pour aborder les modes spécifiques de gestion de la distance conjugale et pour appréhender les dimensions genrées de la paternité et de la maternité. À travers ces questionnements, c’est aussi une autre dimension de l’incarcération, un de ses effets encore peu traité que l’article met au jour.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Seules de rares études exploratoires ont été produites en France avant le travail de Gwénola Ricord (...)
  • 2 Maksymowicz, 2000, 35.
  • 3 Touraut, 2012.
  • 4 Berger, Luckmann, 1986 (1966).

1La question des proches des détenus reste assez marginale, aussi bien sur la scène politico-médiatique que dans les recherches en sociologie1. Pourtant, l’incarcération ne touche pas seulement les individus enfermés : elle s’impose également à leur entourage. Ma vie avait vraiment basculé, tout aussi sûrement que si j’étais moi-même tombée en prison écrit Duszka Maksymowicz2, épouse d’un détenu, qui dit combien de nombreuses dimensions de la vie sociale de l’entourage des détenus sont affectées. Si les proches des personnes incarcérées ne sont pas reclus, ils éprouvent au quotidien la prison dont l’action s’étend au-delà de ses murs. Cette épreuve, nommée « expérience carcérale élargie »3, brise l’« allant de soi »4 de leur vie quotidienne et sa compréhension offre un nouveau regard à la fois sur l’institution carcérale et sur la famille contemporaine.

  • 5 En effet, la situation étudiée se distingue ici des travaux réalisés sur les couples séparés pour d (...)

2L’absence de celui qui est détenu produit notamment un fort sentiment de solitude. Pour les partenaires de détenu, il faut faire face à la séparation, d’autant plus éprouvante qu’elle n’a pas été ni choisie ni négociée par les acteurs. De ce point de vue, l’attention portée aux compagnes de détenus questionne d’une manière originale les liens de conjugalité5 et permet d’interroger les modes spécifiques de gestion de la distance mis en œuvre par les acteurs pour les faire perdurer.

  • 6 Godelier, 2004.
  • 7 Durkheim, 1975.
  • 8 Godelier, 2004.
  • 9 INSEE, 2002, 6-7.

3Outre la solitude, la séparation oblige les partenaires des détenus à « faire sans », sans celui qui n’est plus là. L’ensemble des rôles familiaux est mis à l’épreuve comme l’exercice de la parentalité. La parentalité désigne, selon Maurice Godelier, l’ensemble des obligations culturellement définies qui s’imposent aux adultes à l’égard des enfants6. Elle n’est ni biologique, ni psychologique mais elle dépend de la configuration de la société7, autrement dit elle est propre à une situation sociale et géographique donnée8. L’enquête de l’INSEE, publiée en 2002, consacrée à l’histoire familiale des hommes détenus indique que 63 200 enfants mineurs ont un père, un beau-père ou un grand-père en détention9. Ils sont inévitablement plus nombreux aujourd’hui puisque 48 594 personnes étaient incarcérées en France au moment de cette étude, alors qu’au 1er juin 2013, elles étaient 67 977.

  • 10 Ibid.
  • 11 Certaines associations, comme Le Relais Enfants-Parents ou Enjeux d’enfants (à Rennes), intervienne (...)
  • 12 Ici, nous centrerons notre attention uniquement sur les compagnes ayant un enfant avec leur partena (...)

4La peine privative de liberté n’entraîne pas en général la perte de l’autorité parentale pour le détenu, même si cela peut être le cas quand l’acte incriminé a été commis dans le contexte familial ou lorsque l’enfant est la victime. Pour autant, l’exercice de la parentalité est largement empêché par l’incarcération. Les parents incarcérés peinent à investir pleinement leur rôle et le maintien des liens avec leur(s) enfant(s) est difficile. Si les détenus sont souvent séparés de leurs enfants avant même l’incarcération, leur enfermement fragilise encore davantage ces liens10. Pour le détenu, le maintien de la relation avec ses enfants dépend très largement de la qualité de ses rapports avec leur mère. Le couple peut se séparer, ou l’être préalablement, et l’ancienne compagne s’opposer à ce que les enfants rendent visite à leur père emprisonné11. Bien que de nombreuses personnes incarcérées connaissent de telles ruptures, il s’agit ici de rendre compte des situations où le couple perdure au-delà des murs et partage, à distance, la parentalité12. Si l’exercice de la paternité est inévitablement atteint par l’incarcération, le rôle des mères libres ayant des enfants dont le père est en prison l’est tout autant. Quels rôles exercent ces mères qui élèvent leur(s) enfant(s) avec leur compagnon emprisonné ? En quoi la parentalité est-elle affectée par la mise en cause des identités sexuées résultant de l’incarcération ?

  • 13 Foucault, « Le souci de soi » in Foucault, 1984.
  • 14 Guichard-Claudic, 1999, 159.

5La parentalité est en effet constamment traversée d’autres rapports sociaux. Quand survient l’incarcération, les partenaires qui font le choix de ne pas rompre avec leur compagnon détenu s’investissent souvent fortement pour le soutenir. L’intensité des attentions qu’elles lui portent témoigne de la prédominance de leur souci pour autrui au détriment de leur « souci de soi »13. Cependant, l’épreuve, par la place essentielle qu’elle donne aux femmes, n’apparaît-elle pas comme une occasion de faire basculer les rapports genrés dans lesquels elles sont habituellement prises ? La recherche entreprise pour répondre à cette question prolonge les perspectives de travail ouvertes notamment par Yvonne Guichard-Claudic qui s’est intéressée aux « femmes de marin », définie comme une identité de délégation, au même titre que celle de « femmes de détenu ». En effet, l’auteur a analysé l’impact du métier du conjoint sur la construction identitaire de la femme et les rôles qu’elle remplit au sein du foyer. Dans le prolongement de ce travail pionnier, il s’agit de comprendre comment s’opère la division familiale du travail quand le conjoint est incarcéré et d’appréhender en quoi le partage qui s’observe impacte sur les définitions que les femmes se donnent de leurs propres rôles. À ce titre, le regard porté sur les compagnes de détenus constitue un observatoire intéressant pour étudier les tensions entre présence et absence dans la construction des identités conjugales14. À travers ces questionnements, c’est aussi une autre dimension de l’incarcération, un de ses effets encore peu traité que nous nous proposons d’éclairer.

6Après avoir présenté les principales modifications qui affectent l’exercice de la parentalité des mères à l’extérieur, il s’agira de saisir comment les redéfinitions des rôles parentaux modifient les relations conjugales en se demandant si ces changements participent, ou non, à un renversement des rapports genrés au sein du couple.

  • 15 Touraut, 2012 ; Ricordeau, 2012.

Encadré méthodologique
Les analyses proposées reposent sur une large enquête empirique réalisée en France dans les années 2000 au cours de laquelle près de soixante entretiens semi-directifs avec des proches de détenus ont été effectués.
Les personnes interrogées ont été rencontrées devant des établissements pénitentiaires pour hommes. Trois principaux enjeux ont structuré la recherche : d’une part, il s’agissait de saisir la manière dont l’incarcération affecte la vie quotidienne des proches de détenus, d’autre part d’appréhender la pluralité des manières de vivre l’épreuve et enfin de rendre compte des effets de l’incarcération sur les relations qui se poursuivent malgré les murs.
La population de l’enquête est surtout composée de mères et de compagnes ou épouses de détenus (certaines ont fait la connaissance de leur partenaire alors qu’il était déjà incarcéré). Au total, vingt-cinq compagnes ou épouses de détenus ont été interrogées. Pour les rencontrer, je me suis d’abord rendue devant des maisons d’arrêts (MA) où sont incarcérés des détenus prévenus ou condamnés à de courtes peines (inférieures à un an selon le code de procédure pénale). Cette première collecte de données a été complétée par une enquête menée devant une maison centrale (MC), prison qui accueille des détenus condamnés à de longues peines allant jusqu’à la perpétuité. L’âge et le milieu social d’appartenance des enquêtés varient sensiblement, de même que la situation judicaire de leur proche (certains sont prévenus, d’autres condamnés  à de courtes peines, ou à de longues peines).
Les entretiens se sont rarement déroulés avant ou après « un parloir », tant les visites et les temps qui les entourent représentent des moments particuliers et difficiles pour les proches. En effet, avant la rencontre, les proches sont très soucieux de savoir quel est l’état physique et moral du détenu visité. Ils ne cessent également de se remémorer ce qu’ils doivent lui dire durant le temps jugé toujours trop court de la visite. À la fin de celle-ci, ils tentent de prolonger le moment partagé en se tenant à l’écart d’autrui15. Dans ces conditions, ils ne pouvaient être pleinement disponibles pour un entretien sociologique. Afin de limiter l’effet du cadre carcéral sur les discours, les entretiens n’ont pas été réalisés aux abords des prisons mais menés au domicile des proches, dans des cafés ou des jardins publics. La durée moyenne des entretiens est de deux heures.

I - Réajustement et élargissement des rôles

7Les partenaires de détenus endossent une multiplicité de rôles afin de compenser l’absence de l’autre. En plus d’assumer le quotidien familial, elles s’efforcent de soutenir le détenu en s’engageant dans un travail de care dont l’un des enjeux consiste à leur permettre d’exercer, même à distance, leurs responsabilités parentales. Atténuer les effets de la détention sur leur(s) enfant(s) et nourrir le lien qui les unit à leur père emprisonné constituent une des préoccupations centrales pour ces femmes dont la vie bascule profondément.

1) Assurer le quotidien

  • 16 Hannerz, 1996 (1980).
  • 17 Le temps parental, défini par M.A. Barrère Maurisson se subdivise en un temps parental domestique ( (...)

8La séparation provoque une rupture brutale dans le quotidien des proches de détenus – un quotidien qu’il faut alors repenser et réorganiser. L’ampleur des modifications dépend de la durée de la peine : si une organisation de substitution s’instaure dans l’attente d’une sortie après quelques semaines ou quelques mois de détention, une gestion plus pérenne s’impose quand le détenu est incarcéré pour de nombreux mois, voire plusieurs années. Dans tous les cas, les proches doivent endosser de nouvelles charges et réaménager leurs rôles sociaux. Parce que de nombreuses tâches ne peuvent plus désormais être partagées, l’incarcération vient ainsi modifier le « répertoire de rôles »16 des compagnes ou épouses de détenus ayant des enfants. Obligées de combler le vide laissé par l’autre, elles voient leurs rôles s’élargir sensiblement. Des temps préalablement partagés leur sont dorénavant exclusivement imputés. Elles supportent désormais seules une grande partie du temps domestique et du temps éducatif ou parental17. Monique, mère de 5 enfants dont le père est incarcéré depuis 4 ans décrit sa nouvelle charge de travail :

La vie est bouleversée parce qu’il a fallu que moi je m’occupe de la famille toute seule alors qu’on était bien habitué à le faire à deux et qu’il participait énormément au travail de la famille, aussi bien au niveau matériel que le suivi scolaire et ben ça m’est retombé dessus. Et en plus, il faut s’occuper de lui aussi. Donc la vie elle bascule. J’ai dû déménager, j’ai trouvé l’appartement alors que j’aime bien faire les choses à deux, je n’étais pas habituée. Et puis tout est difficile, tout devient pénible. J’avais tellement l’habitude de partager les tâches… C’est vrai, on faisait beaucoup de choses chacun de notre côté et puis ça avançait vite et là il faut tout faire toute seule. Aller mettre la voiture au garage, du coup, il n’y a plus personne pour vous ramener et on revient à pied ou en bus, il faut penser à tout, c’est trop pénible. Il faut penser à payer le loyer, penser à ceci, penser à cela, régler des factures, c’est pénible. Mais le plus pénible c’est d’être obligé de faire tout seul ce que l’on faisait à deux avant, ce n’est pas marrant [Monique, 54 ans, épouse d’un détenu écroué en CD, 7 ans, 4e année].

  • 18 Le Quéau, 2000, 46.
  • 19 Les détenus ne possèdent pas d’argent en détention. La cantine désigne le système de vente organisé (...)
  • 20 INSEE, 2002.

9Il leur faut également assumer le poids économique de l’enfermement. Or, le coût de l’incarcération est souvent élevé en raison d’un « effet ciseau »18 suivant lequel le ménage perd une partie de ses ressources financières alors qu’il doit faire face à une hausse de ses charges. Les dépenses liées à l’incarcération sont lourdes et d’ordres divers. Les coûts des déplacements pour se rendre au parloir sont importants, d’autant plus si l’établissement pénitentiaire est éloigné du domicile des proches. En outre, le soutien financier au détenu via l’envoi de mandats est conséquent ; le prix élevé des produits cantinables19 en détention pèse aussi directement sur les familles. Celles-ci peuvent également se charger de payer l’avocat et les amendes ou dédommagements des victimes associés parfois à la peine privative de liberté. L’ensemble de ces dépenses s’impose à des familles dont les revenus sont déjà peu élevés. Les proches sont souvent d’origine sociale modeste et confrontés à un taux de chômage plus important que le reste de la population active20. Pour pallier le manque à gagner provoqué par l’incarcération et pour faire face aux dépenses qu’elle génère, certaines femmes enquêtées ont été contraintes d’entamer ou de reprendre une activité professionnelle, d’autres ont dû allonger leurs temps de travail. Il apparaît là, la persistance d’une répartition genrée des tâches au sein des familles appartenant à un milieu social défavorisé où les rôles sociaux restent très sexués. Par exemple, Hasna, mère au foyer jusqu’alors, a été obligée de trouver un emploi.

J’ai souffert au début pour le loyer, pour les prestations pour ma fille, j’ai galéré les trois premiers mois c’est-à-dire que les trois premiers mois ils m’ont tout bloqué, je ne pouvais même pas payer le médecin. J’ai été obligée de travailler [Hasna, 28 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, condamné (1 an), 10e mois].

10Au travail domestique, familial et professionnel, s’ajoute la nécessité de se rendre régulièrement en prison pour visiter le partenaire incarcéré. Les temporalités s’en trouvent bouleversées. Outre le temps du parloir lui-même (une demi-heure environ en maison d’arrêt, deux heures en moyenne dans les établissements pour peine), les visites nécessitent des déplacements souvent longs pour rejoindre l’établissement pénitentiaire. Entre les activités qui leur sont désormais exclusivement imputées et celles générées spécifiquement par l’incarcération, les compagnes ou épouses de détenus, mères par ailleurs, sont prises dans des temps pluriels et complexes à agencer.

Au niveau logistique, je vais travailler le lundi matin à 9 h 30, je m’en vais à 12 h pour aller au parloir, je reviens de la prison, il est 15 h 30, je mange un truc rapidement quand je mange… (…) Et je retourne travailler. Le lundi soir en général, c’est mon beau-frère et ma belle-sœur qui vont chercher mon fils ou bien c’est ma mère. Vendredi dernier, je suis rentrée il était 21 h 30 parce que j’avais un boulot de fou. Je trouve que là mes épaules sont bien chargées et c’est vrai que là je commence à fatiguer, physiquement j’arrive un peu à saturation [Céline, 33 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, prévenu, 3e mois].

11Hasna évoque de la même façon sa difficulté à articuler travail professionnel, travail domestique (course, ménage, linge, etc.) et travail éducatif avec les visites aux parloirs. À la pluralité des dimensions du travail accompli par les femmes, sur des scènes sociales distinctes, s’ajoute tout ce qu’elles réalisent pour soutenir leur partenaire détenu.

Les parloirs c’est la semaine et ce n’est pas bien pour les gens qui travaillent… J’ai été obligée d’accepter un travail où j’ai toujours un trou dans la semaine... J’avais beaucoup d’offres pour un travail qui durait toute la journée mais je ne pouvais pas car si j’avais pris ces contrats, je n’aurais pas pu aller à la prison. Alors j’ai trouvé un travail mais il est très loin car je dois faire 5 zones et ça c’est chiant car en plus il faut que je gère les deux enfants seule… [Hasna, 28 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, condamné (1 an), 10e mois].

12L’absence du père incarcéré fait ainsi reposer sur leurs partenaires à l’extérieur l’ensemble des responsabilités et des problèmes inhérents à la vie quotidienne et familiale. Elles s’occupent seules d’un ou plusieurs enfants, gèrent le quotidien domestique, assurent un revenu à la famille tout en s’inscrivant dans un rôle de care-givers à l’égard du détenu.

2) Soutenir le détenu : un travail de care multidimensionnel

  • 21 Paperman, 2005, 281.

13Quand elles n’ont pas fait le choix de rompre le lien, l’aide apportée au détenu par leur partenaire est souvent très importante et les attentions à son égard nombreuses. Mobilisées en permanence pour répondre aux besoins de leur conjoint ou compagnon, les épouses ou compagnes opèrent un travail de care entendu comme la disposition à se soucier du bien-être d’autrui, la sensibilité à l’égard de la vulnérabilité des autres, les attachements affectifs à ceux qui nous sont chers21. Soutien à la fois pratique, moral, substitutif et identitaire, le care apparaît multidimensionnel et vise à neutraliser les effets préjudiciables de la détention sur leur proche incarcéré.

  • 22 L’argent n’est pas autorisé en détention. Les sommes envoyées par les proches, le salaire des déten (...)
  • 23 Damamme, Paperman, 2009.

14Afin de permettre aux détenus d’améliorer un peu leur condition de détention, le partenaire s’efforce de leur envoyer des mandats22 dont le montant et la fréquence varient selon leurs ressources. L’aide passe aussi par le nettoyage du linge. Prendre soin des vêtements du détenu, c’est lui signifier qu’il n’est pas oublié, que du temps lui a été consacré. Cette tâche participe ainsi du soutien moral. La fréquence des visites et des lettres sont d’autres vecteurs importants permettant d’aider les détenus à supporter psychologiquement les contraintes de la vie carcérale. Les compagnes ou épouses investissent également la sphère administrative, et agissent en lieu et place des détenus qui ne sont plus en capacité d’effectuer eux-mêmes de nombreuses démarches. L’objectif n’est pas de les remplacer, expliquent-elles, mais de se substituer temporairement à eux. En effet, elles réalisent de multiples démarches judiciaires, s’occupent de régulariser leur situation auprès des banques quand cela est nécessaire, de résilier leur abonnement téléphonique, etc. De même, les partenaires s’efforcent d’obtenir une formation ou un emploi pour le détenu afin de préparer sa sortie. Ces actions de care génèrent, là aussi, des coûts financiers importants : outre le mandat, les visites aux parloirs peuvent être onéreuses, de même que la prise en charge des frais d’avocat. Il est également nécessaire que les proches disposent de temps et possèdent certaines connaissances et compétences pour accomplir les démarches. Des aptitudes dans le domaine juridique constituent par exemple des ressources essentielles. Certaines mettent aussi en avant leur tempérament particulier, pointant un caractère de « combattante », affirmant leur aplomb qui les conduit « à ne pas se laisser faire », à « agir au culot ». Or, de telles « qualités », de telles « compétences », de telles ressources financières et temporelles sont socialement inégalement réparties. Le care est un processus qui se déploie comme un enchaînement complexe d’activités dont l’organisation varie selon de nombreux facteurs (notamment socio-économiques) et produit des inégalités diversifiées : d’accès aux soins, mais aussi de chances, de capacités de vie et de pouvoir23. S’agissant du travail de care accompli par les proches de détenus, ces différenciations génèrent de fait des inégalités entre les personnes détenues durant leur détention et à leur sortie.

  • 24 Honneth, 2002.
  • 25 ferriera, 2003, 2.

15Au-delà de ces différentes dimensions du care, les partenaires entendent soutenir l’« identité » de leur compagnon ou époux fragilisée par l’expérience de l’incarcération et dévalorisée par le statut de détenu. La reconnaissance de soi au sein de sa famille24 est en effet d’autant plus importante que son identité est mise à mal. Si la personne incarcérée n’est plus habilitée, pour un temps, à assumer certains rôles sociaux sur la scène publique, ses partenaires essaient d’en compenser la perte par une reconnaissance au sein de la sphère privée : L’intimité familiale se traduit dans ces formes de conversion par la possibilité donnée de quitter la scène où l’échec s’est produit et de “ garder la tête haute ” en dépit des déboires25. Le maintien des liens doit permettre au détenu de conserver d’autres dimensions de son identité sociale, comme celles d’ « époux » ou de « père ». Pour cela, les épouses ou compagnes valorisent les places occupées par le détenu dans le fonctionnement conjugal et familial. Elles l’incitent particulièrement à continuer d’exercer leur autorité parentale en dépit du fait que l’incarcération et l’infraction entraînent souvent chez des détenus un sentiment de disqualification quant à la tenue de leur rôle éducatif.

16Certaines compagnes ou épouses encouragent par exemple leur partenaire à donner une dimension pédagogique à leur condamnation. Pour elles, l’incarcération doit être mobilisée comme une expérience instructive leur permettant de signifier à leur(s) enfant(s), par la force de la preuve, ce qui ne doit pas être fait. Par cette épreuve, les détenus auraient à leur(s) enfant(s) qu’ils seront toujours contraints d’assumer la responsabilité et les conséquences de leurs actes.

Il n’arrête pas de me dire qu’il est mal placé pour dire quelque chose aux enfants. Moi au contraire, je lui dis : « tu expliques que tu as fait une bêtise et comme n’importe qui tu as été puni. Il ne faut donc pas que vous fassiez de bêtises car voyez où cela risque de vous amener » [Romane, 27 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, condamné (8 ans), 3e année].

17Toujours dans le souci d’éviter au père d’être pleinement dépossédé de son rôle en prison, les compagnes lui envoient les bulletins scolaires des enfants, s’efforcent de l’impliquer autant que possible dans les décisions quotidiennes, lui racontent dans le détail ce qui se passe en son absence...

La sortie de mon mari, elle ne me fait pas peur parce que l’adaptation je la prépare en ce moment. Il n’est pas là mais il est là… Je fais en sorte que ma vie à moi et celle de notre fille soient partagées avec lui. Il téléphone, on va le voir, il s’investit pour l’école de la petite… C’est important qu’il téléphone à l’école, à l’assistante sociale pour dire qu’il est le père. Voilà, il est investi et les gens n’ont pas l’impression qu’il est en prison. (…) La directrice de l’école envoie à mon mari tous les trimestres tous les comptes rendus de sa fille, il doit donner son accord pour une sortie… [Samia, 38 ans, épouse d’un détenu écroué en MC, 20 ans, 11e année].

18Impliquer de la sorte le détenu est un moyen de continuer à partager l’éducation des enfants malgré la séparation et de lui signifier la place qu’on lui préserve. Par l’engagement que les compagnes ou épouses de détenus réalisent à l’égard de leur partenaire, se lit la persistance du rôle protecteur, que la famille entend toujours jouer à l’égard de ses membres dans la société. Le travail de care réalisé par les compagnes ou épouses de détenus, d’origine souvent modeste, invite à ne pas réduire l’analyse sociologique des relations familiales et conjugales à une vision purement individualiste. Dans leur souci de protection de leur partenaire, les femmes s’efforcent ainsi de réhabiliter les détenus dans leur rôle paternel. Elles apparaissent là comme des agents essentiels de maintien, de protection, voire de restauration des rôles occupés par chacun au sein de la famille, ce qui leur apparaît essentiel pour son bon fonctionnement. Mais, par-là même, elles tendent aussi à véhiculer et à perpétuer des représentations parfois très traditionnelles de la fonction de père, et par effet de contraste de celui de mère.

3) Protéger les enfants et le lien entretenu avec leur père

  • 26 Dans les établissements plus anciens, les parloirs peuvent avoir lieu dans une grande salle commune (...)
  • 27 Elle remplace celle du 15 septembre 2009 qui avait introduit pour la première fois ces dispositions (...)

19Les épouses et compagnes s’efforcent tout autant de « protéger » leurs enfants des effets préjudiciables de l’épreuve qu’ils sont amenés à vivre. Le travail de care se fait ainsi sur deux fronts. Pour cela, elles tentent de maintenir les enfants dans un rythme de vie « normé », s’attachent à calmer leurs inquiétudes, à répondre au mieux à leurs questions, essayent de leur dissimuler leur propre peine, etc. Mais cette volonté de préserver leur(s) enfant(s) face à l’épreuve de l’incarcération du père confronte bien souvent les mères à trois dilemmes. D’une part, doivent-elles parler de l’incarcération du père ou la taire aux enfant(s) ? D’autre part, convient-il ou non de dire à l’enfant les motifs qui justifient le placement en détention de son père ? Enfin, comment éviter les souffrances de la séparation tout en les protégeant des effets supposés pathogènes des visites au parloir ? En effet, le droit pénitentiaire ne prévoit pas de règles particulières pour les enfants lorsqu’ils se rendent au parloir. Ils sont confrontés aux mêmes exigences de contrôle et aux mêmes normes de surveillance que toute autre visiteur Si le temps des parloirs apparaît souvent très court pour les adultes, il peut sembler à l’inverse très long pour les enfants. À cela s’ajoute les temps d’attente précédant et succédant les parloirs - les familles n’étant pas autorisées à quitter l’établissement avant la fouille à corps de tous les détenus. Durant les visites, enfermés dans un petit box26 comprenant uniquement une table et deux ou trois chaises, les enfants peinent à s’occuper, ne pouvant disposer ni de jeux, ni de papiers ou de crayons, ni de livres… Leur possibilité de se mouvoir est aussi très réduite : ils ne peuvent faire que quelques pas dans cet espace réduit, fermé par deux portes qui en principe ne peuvent être ouvertes durant la visite. Bien souvent, ils ne pourront pas non plus se rendre aux toilettes. Il faut cependant noter une innovation récente dans certaines prisons françaises qui disposent désormais de parloirs mieux aménagés pour leur venue en proposant des box souvent un peu plus grands, avec un décor d’enfants aux murs. Par ailleurs, la circulaire de l’administration pénitentiaire « relative au maintien des liens extérieurs des personnes détenues par les visites et l’envoi ou la réception d’objets » du 20 février 201227, les autorise à entrer avec leur « doudou ». Les mères peuvent également apporter des biberons dont le contenu est soumis à un contrôle olfactif du personnel de surveillance.

« Dans l’intérêt de la préservation des liens de l’enfant avec son parent détenu, il importe aussi de faciliter la visite des jeunes enfants. La situation d’une personne accompagnée d’enfants en bas âge doit donc faire l’objet d’une attention particulière.
À ce titre, des poussettes peuvent être proposées si la configuration des lieux le permet.
Les enfants en bas âge doivent pouvoir conserver leur objet transitionnel (doudou), leur biberon et leur tétine et leurs accompagnateurs doivent pouvoir prendre une couche et une bouteille d’eau non ouverte. En cas de suspicion d’entrée de produits illicites, le personnel peut opérer les contrôles appropriés » [Extrait de la circulaire du 20 février 2012].

20Malgré ces quelques dispositions particulières, l’austérité des prisons, la saleté des lieux de parloirs, l’autorité exercée par les surveillants lors des visites, les longs temps d’attente imposés avant et après le parloir, l’épreuve de la séparation à la fin de la visite, constituent pour les mères autant de facteurs susceptibles de provoquer des traumatismes chez leur(s) enfant(s).

21Face à ces trois dilemmes, les décisions sont multiples. Certaines informent les enfants de l’incarcération de leur père mais refusent de les amener aux parloirs, comme Céline dont la détention de son mari s’annonce de courte durée. Pour expliciter son choix, elle met moins en avant l’intérêt de l’enfant que son incapacité, en tant que mère, à supporter la souffrance qu’il serait amené à ressentir et à exprimer à la fin de la visite.

Pour moi, ce n’est pas un monde où doit se trouver un enfant d’un an. Je trouve qu’il n’a pas à voir son père dans ces conditions même si je ne lui mens pas, il sait avec des mots d’enfants, des mots simples. Il sait que papa, s’il n’est pas là c’est que vraiment il ne peut pas être là, que c’est des problèmes d’adultes, qu’il aime son fils. Mais je ne veux pas qu’il vienne au parloir, je me sens complètement incapable de gérer la séparation en fin de parloir. Voir mon fils pleurer, j’ai beaucoup de mal à le supporter. Enfin, il peut pleurer de colère, il peut pleurer parce qu’il s’est fait mal mais pleurer parce qu’il est triste parce qu’on lui ôte son papa, je suis incapable de gérer ça émotionnellement je ne m’en sens pas la force. Je me sens la force d’assumer plein de choses mais pas ça [Céline, 33 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, prévenu, 3e mois].

22Certaines préfèrent dire la vérité à leur(s) enfant(s), et décident de les amener le plus possible aux parloirs afin de préserver ou de restaurer les liens entre eux.

Des fois, il parle à la petite et elle se met à pleurer, elle ronchonne alors que ce n’était pas le cas avant, c’est comme si elle se détache, comme si son autorité n’avait plus de poids sur elle, son autorité n’a plus de poids sur elle et ça il l’a ressenti, ça c’est la cassure… C’est pour ça que je veux qu’elle y aille le plus possible. C’est pour ça que j’essaye de la mettre au moins deux fois par semaine la petite, si elle ne peut pas y aller avec moi, elle y va avec sa mamie mais il faut qu’elle voit le plus souvent possible son papa [Fatou, 30 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, prévenu, 4e mois].

  • 28 L’UFRAMA est l’union nationale des fédérations régionales des maisons d’accueil des familles et de (...)
  • 29 Goffman, 1975 (1963), 71.

23D’autres les amènent au parloir sans mettre de mot sur l’institution dans laquelle elles se rendent ou racontent aux enfants aller sur le lieu de travail de « papa ». Enfin, certaines femmes ne révèlent pas la situation à leur(s) enfant(s), prétextant que « papa » est en voyage, au travail ou malade. De tels scénarii dépendent à la fois de l’âge de l’enfant, des circonstances de l’arrestation et de la durée de la détention. Selon l’enquête réalisée en 2012 par l’UFRAMA28, 50 % des enfants de deux à cinq ans et 23 % de ceux de cinq à neuf ans ne sont pas informés de l’incarcération de leur parent. Choisir le choix du silence peut résulter du désir de protéger l’enfant face à une vérité qu’ils sont supposés ne pas pouvoir supporter psychologiquement. Cette attitude s’explique aussi par la difficulté de « mettre des mots » sur la prison et plus encore parfois d’expliciter les actes commis. Outre ces difficultés, les enfants sont perçus par leur mère comme étant susceptibles de diffuser à leur entourage cette « information personnelle », perçue comme honteuse et donc gardée secrète. Comme l’écrit Erving Goffman, s’il arrive que l’un des époux partage avec l’autre son noir secret, il est fréquent, en revanche, que les enfants apparaissent non seulement comme des réceptacles peu sûrs pour une information, mais encore d’une nature si tendre qu’elle ne résisterait pas à la révélation29. Les mères cherchent ainsi autant à protéger l’enfant de potentielles offenses qu’à se préserver elles-mêmes des regards réprobateurs qu’elles seraient alors susceptibles d’affronter. Enfin, les mères craignent que de tels récits contribuent à fragiliser l’image que les enfants pourraient avoir de leur père. Pour elles, il s’agit autant d’éviter un traumatisme que de salir la figure paternelle.

24Soucieuses de soutenir et de maintenir le lien paternel, elles invitent aussi par exemple leur(s) enfant(s) à écrire à leur père ou à lui adresser des dessins qu’elles lui transmettront par courrier ou au parloir. Elles perçoivent ces courriers, dessins, petits cadeaux, comme autant de médiateurs essentiels à la relation père-enfant. Patricia, mère de trois enfants dont le père est incarcéré depuis 18 mois raconte :

Moi j’essaye d’amoindrir… Il y aura forcément des conséquences sur les enfants mais j’essaye d’atténuer tout ça et surtout de maintenir le lien avec leur père. On s’écrit tous les jours, lui il fait des dessins et les enfants les renvoient coloriés, c’est un échange et moi je veux surtout maintenir le lien parce que si on coupe après… [Patricia, 38 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, prévenu, 15e mois].

  • 30 Bertaux-Wiame, Tripier, 2006.

25Par ailleurs, les compagnes s’efforcent de rendre présent le père qui a quitté brutalement le domicile familial. La fabrication symbolique, par la mère, du père absent30 s’opère de plusieurs manières. Les compagnes parlent à leur(s) enfant(s) quotidiennement du père qui n’est pas là ; elles disposent de très nombreuses photos de lui à leur domicile ; écoutent sa musique préférée. D’autres expliquent lire régulièrement à leurs enfants des livres jeunesses consacrés « au papa ». Fatou, épouse d’un détenu incarcéré depuis quelques mois, a par exemple commandé un grand gâteau d’anniversaire pour les trois ans de sa fille, sur lequel était reproduite, en pâte d’amande, une photo du mari détenu : C’était pour faire soi-disant il est présent…, explique-t-elle.

26Ce souci de préserver le lien père/enfant(s) serait même, pour certaines, l’une des principales raisons pour lesquelles elles n’auraient pas rompu avec leur compagnon ou mari incarcéré. Les compagnes expriment la nécessité pour leur enfant de rester en contact avec leur père. Le couple parental constitue ainsi un support important du couple conjugal : c’est parfois au titre du premier que l’on justifie le second. En évoquant leur partenaire détenu, certaines enquêtées parlent surtout d’un homme assumant bien sa paternité, autrement dit, elles soutiennent parfois plus le père de leurs enfants qu’un partenaire aimé. Le mari de Céline est incarcéré depuis trois mois lorsque je la rencontre. Ils ont ensemble un petit garçon âgé de près de deux ans. Lors de l’entretien, Céline ne cesse d’émettre des reproches à l’encontre de son mari. Lorsque je lui demande si elle a déjà envisagé de le quitter, elle valorise ses qualités de père, qui suffisent pour elle à maintenir son couple.

C’est le père de mon fils et j’ai un énorme respect pour ce qu’il est en tant que père, je trouve que c’est un père merveilleux et que j’en connais peu qui sont comme lui, je trouve que c’est vraiment un excellent papa [Céline, 33 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, prévenu, 3e mois].

27Quand les enfants sont en bas âge, la fonction paternelle relève principalement du registre de l’affectivité dans les discours des enquêtées. Les relations entre le père et les enfants sont perçues par les compagnes comme un « besoin » fondamental pour le bon développement psychologique de l’enfant. Ce besoin d’être au contact de son père est souvent essentialisé : il est défini comme relevant de la « nature ». Quand les enfants sont plus grands, outre la dimension affective, c’est suivant les registres de l’autorité et de l’exemplarité que les compagnes définissent la fonction paternelle. C’est au regard du « besoin d’autorité », de la nécessité d’imposer un « cadre de conduite » que la présence du père apparaît fondamentale, renvoyant, une nouvelle fois, à des images sexuées des rôles parentaux. Le père est aussi présenté comme essentiel pour le bon développement des enfants par les compagnes en tant que « référent masculin ».

  • 31 À mesure que le lien de conjugalité s’est fragilisé, le lien de filiation s’est renforcé et c’est d (...)

28Ici, les enjeux du couple et ceux de la parentalité apparaissent liés : le couple est présenté comme un facteur essentiel de la construction de la famille et du « bon » épanouissement de leur(s) enfant(s). C’est au nom des enfants que certaines compagnes ou épouses de détenu entendent maintenir le lien conjugal. Par conséquent, comme l’ont analysé Irène Théry ou encore Jacques Commaille dans une perspective plus sociojuridique, ce sont bien les enfants, et non plus le mariage31, qui se présentent comme fondateurs de la famille. C’est en leur nom que le couple parental se maintient et que la structure familiale est préservée malgré l’épreuve endurée et le ressentiment parfois éprouvé par les femmes à l’encontre de leur compagnon. Les discours témoignent aussi de l’intégration par les acteurs de la norme sociale de maintien des liens de filiation véhiculée actuellement dans la philosophie du droit de la famille.

II - L’hypertrophie des rôles féminins : support de valorisation et facteur de tensions

29Au vu de l’ampleur des tâches qu’elles réalisent, l’estime de soi des compagnes ou épouses de détenus se voit renforcée par l’épreuve de la carcéralité. Leur capacité d’agir s’en trouve accrue, mais l’extension de leurs rôles suscite parfois des tensions dans leurs échanges avec leur compagnon détenu. Par ailleurs, la situation sociale affrontée qu’elles affrontent les maintient dans une posture traditionnelle, où elles demeurent largement invisibles sans échapper pour autant à une emprise forte de la part des détenus.

1) Forgées par l’épreuve

30L’incarcération, en élargissant sensiblement le rôle des femmes, apparait comme une occasion pour elles de se découvrir des compétences nouvelles. Beaucoup prennent le symbole de la voiture, perçu comme un attribut de genre, pour signifier les transformations de leur rôle. Elles sont en effet nombreuses à se féliciter de savoir dorénavant gérer une panne de voiture ou conduire en ville. Plus largement, parvenir à supporter seule la multitude des contraintes de la vie quotidienne et l’ensemble des responsabilités domestiques et familiales, les valorise. Patricia, mère de trois enfants en bas âge, s’étonne par exemple d’être parvenue à choisir un appartement sans l’aide de son mari et à organiser seule le déménagement de sa famille.

Mon mari m’a surprotégée donc tout ce qu’il y a comme la télévision, l’ordinateur, l’appareil photo, je ne manipulais aucun de ces engins-là donc il a fallu s’y mettre. Et puis prendre un peu plus d’indépendance, la voiture, je ne conduisais pas beaucoup et là il faut prendre tout en charge, les papiers, toute la situation, tout le financier et tout ça c’était lui qui le faisait donc quand on se retrouve avec tout ça… avec le recul je me dis que j’accomplis des choses que je n’aurai jamais pensé être capable avant… Faire un déménagement… Plein de choses, plein de choses. Moi, je vois le déménagement, c’est moi qui ai tout organisé, j’ai loué un camion et en une journée j’ai trouvé tout et j’ai tout organisé moi-même et c’est vrai qu’on se dit « ben dis donc, je ne me serais jamais cru capable de faire ça »… On se découvre des côtés que l’on n’avait pas découverts avant. Avec les enfants, on est obligé de prendre un peu les deux rôles et cela m’aura donné plus de confiance en moi. Je me rends compte que je suis capable de faire des choses que je n’aurais pas cru possible donc là je pense que c’est positif dans ce sens-là, de me dire que c’est moi qui ai fait ça… [Patricia, 38 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, prévenu, 15e mois].

  • 32 Comfort, 2007a, 35.

31La gestion des situations difficiles auxquelles elles sont confrontées et la réalisation d’une pluralité de rôles constituent une inépuisable source de fierté, de confiance en soi et de gratifications: l’aide apportée à leur partenaire incarcéré, leur dévouement à son égard tendraient à prouver qu’elles ne sont pas « lâches » ou « égoïstes ». Pour Megan Comfort, en se posant ostensiblement « à côté de leur homme », les femmes se voient conférer une rigueur morale et renforcent l’image de partenaire fidèle et aimante qu’elles ont d’elles-mêmes32. En soutenant le détenu, et restant auprès du père de leur enfant, elles affichent leur loyauté. Par-là même, elles se voient reconnaître et s’attribuent elles-mêmes des qualités socialement valorisées.

  • 33 Mauss, 1966.

32L’ensemble des dommages supportés par les compagnes de détenus, la diversité des rôles endossés et les multiples actions de soutien réalisées leur donnent aussi, selon elles, le droit d’attendre en retour des changements dans le comportement du détenu. Dans leurs récits, les attentes de réciprocité sont toujours énoncées à demi-mots, sans être explicitement reconnues, afin de ne pas désenchanter la relation « amoureuse » et de ne pas laisser penser que leur présence serait intéressée. Malgré l’apparence altruiste du travail de care, il s’apparente bien à un don appelant nécessairement un contre don33. D’abord, les partenaires attendent de la personne incarcérée qu’elle adopte un comportement plus affectueux et plus respectueux à leur égard. Les compagnes de détenus souhaitent aussi que leur présence dans cette épreuve incite le détenu à mettre un terme aux actes illégaux qu’il commet. L’arrêt de la délinquance est pensé comme une contrepartie légitime du care, comme une forme de remerciement attendu du travail accompli à l’extérieur à cause de l’incarcération.

33De même, leurs efforts leur permettraient en retour de prendre une part croissante dans la définition du fonctionnement conjugal ou familial. Les partenaires tireraient bénéfice du rapport d’exclusivité (partielle, certes) et de dépendance créés avec les détenus, instaurant ainsi un rapport de force en leur faveur. Contre leur présence et leur soutien multidimensionnel, les proches entendent obtenir une certaine indépendance et un contrôle sur les affaires de l’autre.

J’ai toujours voulu le suivre pendant ces années de prison mais à partir du moment où j’acceptais de le suivre, c’était avec mes conditions et mes conditions c’était que j’allais travailler, bouger, me débrouiller, et me dépatouiller à ma manière, il ne fallait pas qu’il cherche pourquoi, ni comment et c’est vrai que maintenant il l’accepte, il n’a pas le choix. [Samia, 38 ans, épouse d’un détenu écroué en MC, 20 ans, 11e année].

34Ainsi, l’incarcération, en les autorisant à imposer plus directement leurs volontés et directives, est saisie par les partenaires de détenu, libres à l’extérieur, comme une occasion d’accroître leur capacité à agir.

Voilà je lui ai dit « maintenant tu vas agir et puis maintenant tes comptes en banque je les vérifierai, c’est moi qui vais gérer et puis tes courriers je ne les ouvrirai pas forcément mais je les verrai ». Donc voilà c’est une autre vie et je ne lui laisse pas le choix [Céline, 33 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, prévenu, 3e mois].

35Cependant, ces projections et ces attentes devront être mises à l’épreuve de la sortie. En effet, il s’agit de discours de rationalisation de l’action où les femmes de détenues tentent de persuader l’autre et de se persuader de la pertinence et de l’effectivité d’un changement.

2) Faire face au réajustement des rôles

  • 34 Singly (de), 1987.

36L’incarcération place ces femmes, compagnes et mères, dans une attitude difficile à tenir vis-à-vis de leur partenaire détenu. Elles s’attachent à maintenir la présence du père absent et à préserver la légitimité de son autorité auprès des enfants, tout en étant dans la nécessité de s’y substituer en accomplissant les tâches qui lui étaient jusqu’alors réservées. Les détenus observent l’hypertrophie des rôles remplis par leur compagne ou épouse. Or, cette situation renverse souvent le modèle familial traditionnel encore très présent dans les milieux défavorisés auxquels appartiennent majoritairement les détenus et leurs proches. Les détenus souffrent de ne plus pouvoir répondre à l’image sociale du « bon père de famille », « pourvoyeur de revenus »34. Aussi, les interactions conjugales apparaissent-elles particulièrement délicates : les compagnes doivent signifier au détenu qu’elles ne nient pas leur rôle de père, tout en occupant néanmoins la place laissée vacante. Cet équilibre peine à être trouvé et par suite, les tensions au sein des couples restent nombreuses.

Bon c’est vrai que pour lui aussi c’est dur, il le vit mal. Un homme normalement cela gère une maison, là il n’a plus rien alors après c’est toi qui est là pour l’aider donc là il perd sur sa fierté et tout joue. Quand tu vas aux parloirs, tu le vois bien, il y a des femmes qui se sont embrouillées avec leur mari parce que ouais, c’est vachement électrique parce que l’homme ne gère plus rien, la femme il faut qu’elle gère tout donc lui il se sent rabaissé, il ne contrôle plus rien quoi [Bénédicte, 40 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, prévenu, 11e mois].

37La tâche éducative est particulièrement difficile pour les femmes : il faut souvent décider seule, tout en respectant les principes éducatifs de l’absent. La complexité de l’exercice est renforcée par la perspective d’un retour anticipé du père au sein du foyer. La sortie, toujours très attendue, suscite de nombreuses craintes. Les habitudes éducatives risquent d’être remises en question au retour du père, comme l’explique à nouveau Bénédicte :

Tu vois, ma fille elle ne sortait pas trop, et bon c’est vrai que je lui ai laissé plus de libertés et là s’il revient là maintenant il va s’engueuler avec elle parce qu’elle sort et qu’il ne sera pas forcément d’accord [Bénédicte, 40 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, prévenu, 11e mois].

38Les conversations suscitent alors de nombreux malaises entre la volonté de raconter de détail de la vie de leur(s) enfant(s) et la peur d’accroître la souffrance de celui à qui le quotidien familial échappe. Le dilemme est aussi fort quand il s’agit d’évoquer les difficultés rencontrées par les enfants comme le dit Hasna :

Aujourd’hui, je le ressens dans le comportement de ma fille, son comportement a énormément changé. Elle n’écoute plus, elle fait des cauchemars, elle a vu les gendarmes à la maison, son papa avec les menottes, elle fait des caprices… Mais je ne veux pas trop en parler à son papa parce qu’il va être blessé et il va culpabiliser donc je ne lui dis pas tout. Pour la petite, je ne veux pas trop l’inquiéter… [Hasna, 28 ans, épouse d’un détenu écroué en MA, condamné (1 an), 10e mois].

39Or, les non-dits et les mensonges renforcent le sentiment d’isolement du parent à l’extérieur. Ils participent aussi à l’artifice de la relation entre les partenaires et au fossé qui se creuse entre la réalité de celui qui est dedans et de celle qui est dehors.

40Il importe de garder présents à l’esprit les effets du malaise éprouvé par les femmes de détenus face à leur compagnon en raison de l’hypertrophie des rôles qu’elles sont amenées à jouer. La valorisation éprouvée dans cette épreuve s’accompagne en effet d’une gêne dans leurs échanges avec leur compagnon, comme si ce qu’elles gagnaient en reconnaissance portait nécessairement atteinte à leur partenaire, comme si la confiance qu’elles pouvaient conquérir ici devait nécessairement avoir pour corollaire de fragiliser le rôle des hommes.

3) Des rapports genrés renforcés ?

41Si l’épreuve de l’incarcération du conjoint leur offre l’opportunité d’élargir leur rôle, elle a, dans le même temps et en dernier lieu, pour effet de les inscrire dans un rôle où sont stigmatisées, invisibilisées et sous emprise.

42En effet, elles se voient contraintes, d’une part, de faire face à une forte stigmatisation. Le stigmate carcéral se diffuse à leurs proches et les contamine. Le statut de « famille de détenu » est associé à des images de vulgarité, de manque d’éducation, de faiblesse intellectuelle et de dangerosité. Les proches sont aussi accusés d’être complices, si ce n’est partiellement coupables, des actes commis par le détenu. Ils peuvent aussi être perçus comme des « cas sociaux ». Les compagnes ou épouses sont aussi souvent assimilées à des femmes sous emprise ou « intéressées ». Les propos d’un surveillant rencontré pendant l’enquête rend compte des images socialement dévalorisées qui les accompagnent.

La plupart, ce sont des femmes soumises. Soit elles sont tenues par l’argent, soit pour d’autres motifs, il y a toujours la famille du détenu ou des copains qui surveillent la copine dehors, c’est toujours un cercle vicieux. Il y en a quand même qui sont là par amour, mais elles sont minoritaires [François, 50 ans, surveillant en MA].

43De même, l’association entre dysfonctionnements familiaux et délinquance reste très présente. Les remarques désobligeantes du personnel à l’égard de l’éducation donnée par le détenu et son épouse ou compagne à leur(s) enfant(s) l’illustrent bien. Les surveillants restent en effet nombreux à associer le comportement des enfants durant les parloirs aux pratiques délinquantes de leur père incarcéré ou à prédire que ces très jeunes visiteurs seront un jour détenus au vu des défaillances éducatives de leurs parents.

Quand on voit le comportement de certains, il ne faut pas s’étonner que leur compagnon ou leur fils soit en prison. Les enfants ils ne savent pas se tenir et les mères ne disent rien, c’est sûr que le gamin il suit le même le chemin de son père [Pierre, 32 ans, surveillant en CD].

  • 35 Cardi, 2007.

44Le comportement des enfants aux parloirs constitue un critère à partir duquel les femmes sont jugées et évaluées par le personnel pénitentiaire dans leur aptitude à être mère alors même que les visites, de par leur cadre et en ce qu’elles basent uniquement la rencontre sur la parole, paraissent peu adaptées aux enfants. Femmes « complices », « sans éducation », « soumises », « intéressées », « mauvaises mères »35 sont autant de stigmates sociaux qui pèsent encore lourdement sur les compagnes de détenus.

45D’autre part, l’incarcération accentue l’inscription des épouses ou compagnes dans des fonctions féminines et maternelles traditionnelles. Elle renforce particulièrement leur inscription dans un rôle de care socialement construit comme féminin. Le fait par exemple que les femmes s’occupent du linge du détenu, et l’ensemble de la symbolique qu’elles investissent dans cette activité, constitue un exemple révélateur de leur maintien dans des rôles fortement sexués. La multiplicité de leurs actions atteste de leur place centrale dans le fonctionnement familial et dans la solidarité qui s’y observe. Si l’incarcération d’un homme accroît le domaine de compétences des femmes à l’extérieur et leur rôle au sein du foyer, elles restent inscrites dans des rôles familiaux traditionnels.

  • 36 Nicole-Drancourt, Jany-Catrice, 2008.
  • 37 Moreau, 2009.
  • 38 Paperman, 2005, 288.
  • 39 Damamme, Paperman, 2009, 9.

46La naturalisation du travail de care participe aussi à leur invisibilité. En tant que « travail féminin invisible et relégué à la sphère familiale et domestique »36, le careet celles qui en sont pourvoyeuses sont peu reconnus. Si elles participent à la reconstruction de soi, leurs actions ne parviennent pas à leur offrir de reconnaissance sociale. En effet, les pratiques sont d’autant plus marginalisées que les dispositions qui les sous-tendent ainsi que leur distribution sont décrites comme naturelles37. Les activités de care ayant un genre, les femmes se retrouvent « naturellement » dans la position de fournir les soins et l’attention à ceux qui en ont besoin38. Ainsi, outre le stigmate carcéral, la naturalisation des pratiques du care, définies comme relevant de dispositions féminines, ne permet pas aux femmes de détenus de valoriser socialement le travail qu’elles accomplissent en silence pour le détenu. La multiplicité des tâches qu’elles réalisent à l’attention du détenu et pour combler son absence au quotidien est ignorée, sous-estimée, voire méprisée parce que privée, intime, et « naturelle ». Autrement dit, le fait que le care soit renvoyé à une sphère privée participe du manque de visibilité des femmes et de l’ampleur de leur tâche : « Ce travail disparaît dans les termes d’une dichotomie public/privé, repoussant les activités réalisées dans la sphère domestique hors des préoccupations du langage public et d’une réflexion en termes de pouvoir »39. De ce fait, l’invisibilité du care et de celles qui en ont la charge se renforce ici réciproquement. L’épreuve maintient les femmes dans un rôle traditionnel sans visibilité sociale.

  • 40 Bessin, Lechien, 2002.
  • 41 Ibid., 75.
  • 42 Segalen, 1993 (1981), 177.

47Enfin, l’incarcération atteint l’identité genrée des hommes détenus placés dans une situation de dépendance dans laquelle ils perdent largement leur autonomie. Ils se sentent souvent affaiblis par l’extension des fonctions remplies par leur épouse ou compagne, et profondément affectés dans leur rôle moral et économique de pater familias. Par ailleurs, malgré l’entrée d’intervenants extérieurs de sexe féminin et l’arrivée de surveillantes dans les prisons d’hommes, ces institutions restent très largement unisexuées. Sans coprésence de l’autre sexe, l’institution crée une vie artificielle empreinte de méfiance et de défiance où les hommes sont amenés à surjouer leur virilité. La prison exacerbe les tensions autour des valeurs de masculinité construites par rapport à l’autre sexe. Comme dans d’autres institutions totales non mixtes, la vie entre hommes pousse toute la population carcérale à se donner à elle-même les preuves de sa virilité et participe à l’imprégnation des rôles sexués40. En conséquence, l’affirmation de leur masculinité peut passer par un contrôle excessif exercé sur leurs proches. À ce titre, les parloirs restent des espaces ambivalents. Ils constituent un espace-temps où les détenus peuvent cesser de jouer leur masculinité à l’extrême et s’autoriser à craquer, en étant temporairement et partiellement à l’abri du regard des autres détenus. Mais, les parloirs sont, dans le même temps, un lieu où doit se poursuivre, vis-à-vis de l’extérieur, une affirmation redoublée de la masculinité afin de compenser le sentiment d’être nié dans sa virilité par l’institution et par la prise d’indépendance de la partenaire. La survirilité carcérale fonctionne comme un mode de résistance à l’ordre pénitentiaire et permet un refoulement de l’impuissance et de la dépendance accrue des détenus envers les familles et tout particulièrement envers les femmes41. Leur attitude face à leur compagne et mère de leur(s) enfant(s) se modifie alors souvent. Les détenus accentuent leur regard et leurs directives sur l’emploi du temps de leur partenaire, sur sa façon de se vêtir ou ses fréquentations. Ils vont également évaluer en détail la manière dont leur compagne prend soin de leurs enfants. En effet, il existe un capital d’autorité parentale à répartir : l’enfant devient un enjeu de pouvoir entre les époux42. Samia, mère d’une petite fille de 6 ans et dont le père est incarcéré depuis 11 ans raconte :

Moi la pression je la ressens beaucoup, oui, beaucoup, surtout par le biais de notre fille. C’est « fais attention, ne la lâche pas, ne le laisse pas toute seule, personne ne peut la garder ». Il faut toujours qu’elle soit bien habillée, qu’elle ait une bonne tête, il faut qu’elle soit polie… Il me met aussi la pression sur les sorties qu’elle fait à l’école par exemple, il faut toujours que je lui montre que je lui fais faire des trucs sans risque. Il faut qu’il montre aussi… enfin tous les détenus, mais c’est vrai que c’est pour montrer qu’ils ne sont pas inférieurs, c’est un peu une rivalité entre eux [Samia, 38 ans, épouse d’un détenu écroué en MC, 20 ans, 11e année].

48Angéla, à son tour, évoque de tels comportements de la part de son compagnon incarcéré et père de leur enfant de 7 mois :

Il a toujours des trucs à me reprocher, on s’engueule tout le temps à propos de la petite. La dernière fois c’était « le pantalon de ta fille, il est trop long ou le haut, il est trop court »… Non mais ça va c’est sa taille… C’est toujours des trucs comme ça ou « elle est crado »… [Angela, 30 ans, compagne d’un détenu écroué en MC, 30 ans, 5e année, en couple depuis 2 ans].

49Ce contrôle excessif qui pèse sur la fonction maternelle constitue pour les détenus un moyen de s’affirmer en tant qu’homme et d’investir exagérément son rôle de père. Outre les tensions conjugales qu’elle génère, cette manière dont les détenus exercent alors leur paternité, accroît leur contrôle sur leur compagne et mère de leur(s) enfant(s).

Conclusion

50L’étude de la parentalité exercée à distance en raison du placement en détention du père offre une perspective nouvelle pour saisir les effets de la contrainte judiciaire que représente l’enfermement. En effet, la prison produit des transformations ambivalentes sur les rapports genrés qui s’observent par ailleurs au sein de la famille. D’une part, les femmes de détenus apparaissent émancipées par la détention de leur partenaire, elles se sentent valorisées par les multiples initiatives qu’elles sont amenées à prendre, par les nombreuses responsabilités qu’elles assument pour assurer le quotidien de leurs familles, par les compétences nouvelles qu’elles se découvrent, etc. Dans le même temps, incontestablement, la prison les renvoie à leurs assignations traditionnelles. D’autre part, les transformations dans la manière dont les détenus expriment leur masculinité et exercent leur paternité tendent à renforcer leur emprise sur leur compagne. C’est une autre dimension de la prison peu perçue qui est ici révélée. L’institution carcérale atteint profondément la vie des proches, et agit sur un « périmètre relationnel et social sensible » autour des détenus, les personnes qui ne sont pas recluses mais qui font quotidiennement face à la prison. Elle modifie les rôles tenus par chacun dans la sphère familiale et affecte les façons de se définir en tant qu’homme et en tant que femme. La prison a un impact sur les rapports genrés qui s’observent au sein des relations conjugales et tend à renforcer l’inscription des femmes dans une position sociale et sexuée infériorisée. Ainsi, loin de se réduire à une privation de liberté pour le détenu, le poids de la contrainte judicaire et sociale induit par la prison pèse fortement sur les femmes de détenus.

51Néanmoins, l’étude atteste de la place toujours centrale des femmes dans le fonctionnement familial et dans la solidarité observée. La richesse de ce qui transite dans les liens familiaux au-delà des murs s’explique par une implication et une mobilisation constantes des femmes. Leur implication dans un rôle de support à la paternité est l’une des fonctions maternelles nouvelles mise en avant par l’étude. Soucieuses de préserver le « bon » fonctionnement de la vie familiale, elles se donnent pour tâche de soutenir le rôle joué par chacun au sein de la famille et plus encore d’entretenir les relations que ses différents membres entretiennent les uns avec les autres.

52Plus largement encore, la focale portée sur les « femmes de détenus » éclaire sous un autre jour les relations familiales de la société actuelle. L’investissement du lien conjugal au nom de la construction de la famille et de l’intérêt de l’enfant témoigne de la diversité des supports qui leur permettent de perdurer. En s’attachant aux fondements du lien conjugal, ici surtout en milieu populaire, il est mis en lumière que si l’affectivité en constitue bien une dimension, il convient de ne pas minimiser les autres formes d’engagement moral qui le sous-tendent.

Haut de page

Bibliographie

Barrère Maurisson M.A., Rivier S., Marchand O., 2000, Temps de travail, temps parental. La charge parentale : un travail à mi-temps, Premières synthèses, 20-1, 1-7.

Berger P., Luckmann T., 1986 (1966), La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens-Klincksieck.

Bonnet E., Collet B., Maurines B., 2006, Les ajustements de la carrière familiale à la mobilité géographique professionnelle, Cahiers du genre, 41, 75-98.

Braman D., 2004, Doing Time on the Outside: Incarceration and Family Life in Urban America, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Bertaux-Wiame I., Tripier P., 2006, Les intermittents du foyer ou les arrangements entre membres des couples qui travaillent loin l’un de l’autre, Cahiers du genre, 41, 11-22.

Bessin M., Lechien M.-H., 2002, Hommes détenus et femmes soignantes : l’intimité des soins en prison, Ethnologie française, XXXII, 1, 69-80.

Cardi C., 2007, La « mauvaise mère » : figure féminine du danger, Mouvements, 1, 49, 27-37.

Carlson B.-E., Cervera N., 1991, Inmates and their Wives, Wesport, Greenwood Press.

Charrier G., Deroff M.L., 2006, La décohabitation partielle : un moyen de renégocier la relation conjugale ?, Cahiers du genre, 41, 99-115.

Charrier G., Deroff M.L., 2005, La non-cohabitation : moment ou condition de la vie conjugale ?, in Le Gall D. (dir.), Genres de vie et intimités. Chronique d’une autre France, Paris, L’Harmattan, Sociologies et Environnement, 101-120.

Comfort M., 2007a, C’est plein de mecs bien en taule ! » Incarcération de masse aux États-Unis et ambivalence des épouses, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 169, 4, 22-47.

Comfort M., 2007b, Doing Time Together: Love and Family in the Shadow of the Prison, Chicago, University of Chicago Press.

Commaille J., 1986, D’une sociologie de la famille à une sociologie du droit. D’une sociologie du droit à une sociologie des régulations sociales, Sociologie et sociétés, XVIII, 1, 113-128.

Damamme A., Paperman P., 2009, Temps du care et organisation sociale du travail en famille, Temporalités (en ligne), 9.

Durkheim É., 1975, La famille conjugale, in Durkheim É., Textes III. Fonctions sociales et institutions, Paris, Éditions de Minuit, 35-49.

ferriera c., 2003, L’intimité familiale : quêtes et limites de l’engagement envers le proche, Sociologie et sociétés, 35, 2, 149-161.

Foucault M., 1984, Le souci de soi, in Foucault M., Histoire de la sexualité, Tome 3, Le souci de soi, Paris, Gallimard.

Godelier M., 2004, Les métamorphoses de la parenté, Paris, Fayard, coll. « Essais ».

Goffman E., 1975 (1963), Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit.

Guichard-Claudic Y., 1999, Éloignement conjugal et construction identitaire. Le cas des femmes de marins, Paris, L’Harmattan.

Guichard-Claudic Y., 2002a, Le retour à terre du marin retraité et le face-à-face conjugal, Les cahiers du genre, 31, 58-79.

Guichard-Claudic Y., 2002b, Faire l’expérience de la retraite au masculin et au féminin, Les cahiers du genre, 31, 81-104.

Grinstead O., Faigeles B., Bancroft C., Zack B., 2001, The financial cost of maintaining relation-ships with incarcerated African-American men: a survey of women prison visitors, Journal of African-American Men, 6, 59-70.

Hannerz U., 1996 (1980), Explorer la ville, Paris, Éditions de Minuit, Le sens commun.

Honneth A., 2002, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Cerf, coll. « Passages ».

INSEE, 2002, L’histoire familiale des hommes détenus, Synthèses, Statistique publique.

Le Quéau P. (dir.), 2000, « L’autre peine ». Enquête exploratoire sur les conditions de vie des familles de détenus, Paris, CREDOC, Cahier de recherche, 147.

Maksymowicz D., 2000, Femme de parloir, Paris, L’Esprit frappeur.

Mauer M., Chesney-Lind M. (dir.), 2002, Invisible Punishment: The Collateral Consequences of Mass Imprisonment, New York, The New Press.

Mauss M., 1966, « Essai sur le don », in Mauss M., Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

Moreau D., 2009, De qui se soucie-t-on ? Le care comme perspective politique, Revue Internationale des Livres et des Idées [En ligne].

Nicole-Drancourt C., Jany-Catrice F., 2008, Le statut du care dans les sociétés capitalistes, Revue française de socio-économie, 2, 7-11.

Paperman P., 2005, Les gens vulnérables n’ont rien d’exceptionnel, in Paperman P. (dir.), Le souci des autres, Paris, Éditions de l’EHESS, 381-297.

Patillo M., Weiman D., Western B. (dir.), 2004, Imprisoning America: The Social Effects of Mass Incarceration, New York, Russell Sage Foundation.

Ricordeau G., 2008, Les détenus et leurs proches. Solidarités et sentiments à l’ombre des murs, Paris, Éd. Autrement.

Ricordeau G., 2012, Entre dedans et dehors : les parloirs, Politix, 25, 97, 101-123.

Segalen M., 1993 (1981), Sociologie de la famille, Paris, Armand Colin, coll. U.

Singly F. (de), 1987, Fortune et infortune de la femme mariée, Paris, PUF.

Singly F. (de), 2000, Libre ensemble. L’individualisme dans la vie commune, Paris, Nathan.

Singly F. (de), 2003, Intimité conjugale et intimité personnelle. À la recherche d’un équilibre entre deux exigences dans les sociétés modernes avancées, Sociologie et sociétés, 35, 2, 79-96.

UFRAMA, 2010, Parents en prison… Et les enfants dans tout ça ?, Saintes.

Théry I., 1993, Le démariage. Justice et vie privée, Paris, Odile Jacob.

Touraut C., 2012, La famille à l’épreuve de la prison, Paris, PUF, Le Lien social.

Haut de page

Notes

1 Seules de rares études exploratoires ont été produites en France avant le travail de Gwénola Ricordeau (2008) et celui que j’ai publié (Touraut, 2012). Aux États-Unis et en Angleterre, la littérature est plus importante : Braman 2004 ; Carlson, Cervera, 1991 ; Comfort, 2007 ; Grinstead, Faigeles, Bancroft, Zack, 2001 ; Mauer, Chesney-Lind, 2002 ; Patillo, Weiman, Western, 2004.

2 Maksymowicz, 2000, 35.

3 Touraut, 2012.

4 Berger, Luckmann, 1986 (1966).

5 En effet, la situation étudiée se distingue ici des travaux réalisés sur les couples séparés pour des raisons professionnelles où la distance sert souvent à la réalisation d’un projet familial. Voir notamment : Bonnet, Collet, Maurines, 2006 ; Guichard-Claudic, 2002a 2002b, 1999.

Elle diffère aussi des études portant sur les couples qui font le choix de vivre séparés par intermittence pour préserver un espace d’intimité. Voir notamment : Charrier, Deroff, 2006 ; Charrier, Deroff, 2005.

6 Godelier, 2004.

7 Durkheim, 1975.

8 Godelier, 2004.

9 INSEE, 2002, 6-7.

10 Ibid.

11 Certaines associations, comme Le Relais Enfants-Parents ou Enjeux d’enfants (à Rennes), interviennent parfois lorsque la mère refuse de se rendre en prison, en accompagnant l’enfant au parloir.

12 Ici, nous centrerons notre attention uniquement sur les compagnes ayant un enfant avec leur partenaire incarcéré. La question des parents des détenus ne sera pas traitée, constituant à mon sens en elle-même un objet spécifique.

13 Foucault, « Le souci de soi » in Foucault, 1984.

14 Guichard-Claudic, 1999, 159.

15 Touraut, 2012 ; Ricordeau, 2012.

16 Hannerz, 1996 (1980).

17 Le temps parental, défini par M.A. Barrère Maurisson se subdivise en un temps parental domestique (il regroupe l’ensemble des actions qui consistent à s’occuper des enfants, les habiller, les laver, leur faire prendre les repas), un temps parental « taxi » (conduire les enfants à l’école, chez leurs amis ou à toutes autres activités extrascolaires), un temps parental scolaire (essentiellement consacré à l’aide aux devoirs) et enfin un temps de sociabilité parentale (activités consacrées à l’enfant, comme jouer, parler, etc.). Barrère Maurisson, Rivier, Marchand, 2000.

18 Le Quéau, 2000, 46.

19 Les détenus ne possèdent pas d’argent en détention. La cantine désigne le système de vente organisé par l’administration pénitentiaire permettant aux détenus d’acheter de la nourriture, des produits d’hygiène, des vêtements, des cigarettes… Or, les produits y sont souvent vendus une fois et demi à deux fois plus chers qu’en commerces ordinaires.

20 INSEE, 2002.

21 Paperman, 2005, 281.

22 L’argent n’est pas autorisé en détention. Les sommes envoyées par les proches, le salaire des détenus quand ils travaillent, sont placés sur leur pécule géré par l’administration pénitentiaire.

23 Damamme, Paperman, 2009.

24 Honneth, 2002.

25 ferriera, 2003, 2.

26 Dans les établissements plus anciens, les parloirs peuvent avoir lieu dans une grande salle commune sans que les visiteurs ne soient séparés les uns des autres.

27 Elle remplace celle du 15 septembre 2009 qui avait introduit pour la première fois ces dispositions.

28 L’UFRAMA est l’union nationale des fédérations régionales des maisons d’accueil des familles et de proches de personnes incarcérées. À l’occasion de la VIIe rencontre nationale des associations de maisons d’accueil qui se sont tenues les 31 mai et 1er juin 2013 à Lille, une enquête a été effectuée de février à juin 2012 auprès des familles et proches de personnes incarcérées en France métropolitaine et d’outre-mer. Les questionnaires ont été diffusés auprès des associations assurant l’accueil des personnes qui viennent rencontrer une personne détenue au parloir. 2 956 questionnaires exploitables ont été renseignés et traités par l’UFRAMA.

29 Goffman, 1975 (1963), 71.

30 Bertaux-Wiame, Tripier, 2006.

31 À mesure que le lien de conjugalité s’est fragilisé, le lien de filiation s’est renforcé et c’est de plus en plus au nom de l’intérêt de l’enfant que se développent les législations et les politiques publiques. Le droit tend à imposer un principe de coparentalité en cas de rupture du couple afin que le couple parental perdure au-delà du couple conjugal. Désormais c’est l’enfant qui fait famille et la philosophie du droit de la famille se recompose dans un souci de protection de l’enfant (Théry, 1993). Si l’État facilite désormais le divorce, il soutient la parentalité comme l’affirme Jacques Commaille : Ce retrait du contrôle de l’État sur la décision de divorcer, s’accompagne toutefois d’un renforcement de l’intérêt de l’État et de son contrôle sur les effets du divorce (Commaille, 1986, 114). Cependant, les séparations fragilisent souvent les liens entre le père et ses enfants quand les relations ne sont pas rompues.

32 Comfort, 2007a, 35.

33 Mauss, 1966.

34 Singly (de), 1987.

35 Cardi, 2007.

36 Nicole-Drancourt, Jany-Catrice, 2008.

37 Moreau, 2009.

38 Paperman, 2005, 288.

39 Damamme, Paperman, 2009, 9.

40 Bessin, Lechien, 2002.

41 Ibid., 75.

42 Segalen, 1993 (1981), 177.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Touraut, « Parentalité partagée à distance : rôles parentaux et rapports conjugaux face à l’enfermement », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 28 mai 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8759 ; DOI : 10.4000/champpenal.8759

Haut de page

Auteur

Caroline Touraut

Docteur en sociologie, post-doctorante à l’INED. Contact : tourautc@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org