Navigation – Plan du site
Lectures

Lilian Mathieu, La fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution

Lormont, éd. François Bourin, 2014, 268 pages
Frédéric Ocqueteau
Référence(s) :

Lilian Mathieu, La fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution, Lormont, éd. François Bourin, 2014, 268 pages, ISBN : 979-10-2550-022-3

Texte intégral

Lilian Mathieu, La fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l'abolition de la prostitution (éd. François Bourin, 2014)Afficher l’image
Crédits : François Bourin éd.

1Ce livre, une somme de travaux de synthèse dédiés à l’histoire des luttes abolitionnistes pour l’émancipation des personnes prostituées, arrive à point nommé en France dans un moment où le gouvernement socialiste adopte pour la première fois, en décembre 2013, une loi pénalisant le client en s’inspirant directement de la législation suédoise de 1999. L’auteur, un sociologue du CNRS reconnu depuis quinze ans comme l’un des meilleurs spécialistes du sujet, adopte un regard engagé et distancié, assumant sans fard une position délicate : contre un droit discriminatoire à l’égard de protagonistes se livrant aux amours tarifées ; sceptique sur la revendication des « travailleurs du sexe » en raison des effets statutaires induits entre précaires immanquablement voués à la clandestinité et les autres ; en accord avec ces derniers quant à leur volonté de prendre leur destin en main sans nécessairement recourir à des « porte-voix ». Ses auteurs de prédilection sont Gusfield (sur les politiques publiques liées aux croisades morales), Cohen (sur les paniques morales), Tilly (dans un usage recyclé des brockers, plutôt que des marginaux sécants de Crozier), et Bourdieu (pour la théorisation inhérente au porte-parolat dans la représentation publique des intérêts catégoriels).

2Deux premiers chapitres dédiés à la genèse et aux développements historiques du mouvement abolitionniste couvrant les XIXe et XXe siècles interdisent de faire crédit à la représentation juridique canonique sous la forme déréalisée de ses trois options possibles : prohibitionnisme, (néo) réglementarisme ou abolitionnisme. L’auteur montre en effet la prévalence historique du mouvement abolitionniste lié aux croisades permanentes, progressistes ou conservatrices selon des enjeux et les moments, depuis la première figure qui se fit le chantre de l’antiesclavagisme, Josephine Butler (1828-1906), une passionaria britannique récupérée durant tout le XXe autant par des courants religieux puritains que par des mouvances libertaires ou réformatrices. L’auteur se penche ensuite sur la force du creuset du militantisme chrétien - et notamment de la figure d’Odette Philippon (1904-1992) -, ainsi que sur les différents courants féministes de l’abolitionnisme pour camper la nature des tensions entre eux, sinon l’implacable réversibilité de leurs positions. En fonction des contextes, l’auteur montre comment des mouvements féministes prétendument progressistes se sont retrouvés, de facto, plus conservateurs au niveau international que les chrétiens sociaux bourgeois prétendument puritains au niveau national. Il montre, notamment à partir de la création du Nid de l’après-guerre en France, puis de son extension en Mouvement du Nid, comment les mouvances féministes et altermondialistes ont progressivement unifié leurs intérêts grâce aux hybridations réciproques de leurs courants jusqu’à la période repolitisée des années 1990, avec le soutien inespéré de mouvements élitistes conservateurs, telles les équipes d’actions de la fondation Scelles. Il s’attarde longuement sur le rôle décisif des courtières militantes issues d’un féminisme associatif modéré, dont quatre figures notoires (Louis, Montreynaud, Markovitch, Legardinier) ont réussi à imposer dans l’espace public l’image de prostituées comme victimes de proxénètes et de réseaux de traites internationaux. Il montre les processus par lesquels de nombreux mouvements altermondialistes, en dépit d’une extrême gauche divisée sur l’enjeu, sont parvenus à transcender leurs sensibilités particulières dans des coalitions a priori improbables pour parvenir à l’abolition du système, grâce à l’activisme fédérateur de militants multi-positionnés comme le Canadien Richard Poulin, par exemple.

  • 1 Un processus inhérent à la répétition d’actes sexuels non désirés participant à une modification ph (...)

3Parmi les différentes rhétoriques abolitionnistes, l’auteur dépeint le progressif aplanissement des tensions entre croisés d’obédiences très diverses, dans la recherche d’un style discursif de publicisation commun, destiné à rallier un nombre toujours plus important de soutiens à leur cause. Chemin faisant, il donne une belle illustration de la thèse de la culture des problèmes publics de Gusfield, en mettant à l’épreuve le contenu foisonnant d’une information de militants toujours orientée à l’indignation, en dépit des garanties de leur science. Il décortique en effet les ressorts d’une propagande cognitive et morale qui, par définition, prétend dire définitivement le vrai des horreurs du système prostitutionnel mondial. Tout se passe, de ce point de vue, un peu comme dans le champ de l’anti-criminologie à la française, où l’on voit fleurir une production intertextuelle sécuritaire issue du business privé elle-même dénoncée par l’autorité de « scientifiques » contrant les experts auto proclamés selon des procédés increvables bien mis en avant par Mathieu : d’un côté, argumentations par généralisation de cas particuliers (ne présenter par exemple que des données choisies à un niveau macro en fonction de celles qui conviennent aux hypothèses ou thèses défendues puis recyclage indéfini pour renforcer un raisonnement circulaire) ; de l’autre, usages abusifs de chiffres invérifiables visant à susciter de l’effroi (scarry numbers) et à éviter de s’affronter à des données qualitatives de niveau meso susceptibles de mettre à mal des dogmes à la peau dure, en l’occurrence celui d’une étiologie de la prostitution comme suite de symptômes liés aux traumatismes de violences sexuelles vécues durant l’enfance. L’auteur insiste sur le succès phénoménal de l’approche psychiatrique véhiculée par le Dr Trinquart de la décorporalisation1 victimaire, pour mieux condamner le proxénète envoûteur, acteur-clé du système décrit sous les traits du folk devil, incarnation du mal absolu. Alors que le système de dérégulation mondial et l’emprise des valeurs néolibérales triomphantes consacrerait plutôt la figure du proxénète protecteur en homo œconomicus parfaitement rationnel, ce paradigme demanderait à être paradoxalement combattu par deux nouveaux arguments donnant le change : la démultiplication vertigineuse des réseaux mafieux de traite des êtres humains à l’échelle planétaire et, concomitamment, la mise en avant du « client » à dénoncer sous les nouveaux oripeaux du prédateur, du viandard ou du putanier.

4La démonstration de Mathieu sur la convergence des différentes croisades morales aurait été moins crédible si l’histoire récente de l’abolitionnisme n’était venue redonner un regain d’actualité à l’argument de Joseph Gusfield au sujet de la bataille que doivent se livrer les entrepreneurs de cause pour imposer une solution dans l’espace public, à défaut d’arrêter définitivement leurs hostilités. Or, depuis l’apparition d’une nouvelle croisade liée au libre choix de travailler avec son corps (le sex worker de Carol Leigh est devenu une expression consacrée à l’occasion du premier congrès du comité international pour les droits des prostituées à Amsterdam en 1985), s’est ouverte une page inédite dans la recomposition de l’argumentaire des croisés de l’abolitionnisme. Ils ont su opportunément se réarmer à la faveur de l’action des trublions contestataires venus les affronter sur leur propre terrain. On a vu alors se mettre en place une autre logique conflictuelle à l’échelon infra national et international, non sans bien des hésitations parmi les féministes, liées aux enjeux sanitaires de l’épidémie du sida durant les années 1980 et 1990. On comprend mieux comment le Syndicat du travail sexuel (STRASS) fut conduit à contester un à un les arguments du Mouvement du Nid au nom de la légitimité de l’expérience vécue par ses propres adhérents. Ce syndicat retourne inlassablement les stigmates antagonistes dont ses adhérents feraient l’objet en contestant la figure de leur victimisation par un système policier proxénète au nom du libre choix de leur destin professionnel. Les abolitionnistes, de leur côté, renforcent leurs positions chancelantes en déplaçant les cibles de leurs croisades avec de nouveaux alliés autour d’une figure horrifique et d’objectifs renouvelés, celle du « client » à dissuader de recourir aux amours vénales par tous les moyens. Sous les coups de ces offensive et contre-offensive, les enjeux français de l’abolitionnisme des années 2000 s’en sont trouvés nettement chamboulés, étant donné la recomposition des lignes de clivage parmi les intellectuels et leurs différents relais au sein des appareils politico-administratifs. Pour autant, les politiques se sont montrés de plus en plus convaincus par l’efficience du dispositif suédois. L’incrimination du « racolage passif », par exemple, en flattant les maires et des lobbies de riverains a pu s’instituer en 2003 au travers d’une politique non dénuée d’arrière-pensées anti-migratoires à l’encontre d’une prostitution invasive et trop visible. À la suite de quoi, à force de nouvelles expertises et d’une armada d’études trans-partisanes, est advenue une forme d’unanimité politique à l’occasion de la première loi de pénalisation du client en 2013.

5L’éradication du système prostitutionnel reste pour Mathieu l’horizon majeur de notre temps, alors que l’abolitionnisme, au cours des cinquante dernières années, a profondément changé de nature dans ses visées d’émancipation générale. D’un « problème social » de l’après-guerre polarisé sur la recherche d’une meilleure égalité et justice envers des personnes prostituées perçues comme des incapables mineures ou majeures, on est insensiblement passé à une ère de nouvelles polarisations. Le « problème public » s’est progressivement restructuré autour d’une opposition entre victimes et coupables, attitudes compassionnelles et punitives de la part des croisés, et démarches d’action hétéronomes ou autonomes de la part des prétendues victimes. Jusqu’où les porte-voix des prostitué-e-s d’aujourd’hui laisseront-ils la parole aux protagonistes du sexe tarifé sans interférer en tant que tierces parties ? Lilian Mathieu pose la bonne question qui fâche, celle-là même qui se posa jadis à l’autogestion politique : les dominés peuvent-ils organiser leur émancipation seuls, où faut-il les aider à s’émanciper ? Il ne lui apporte évidemment pas de réponse décisive, ce qui est la marque de fabrique de toute recherche au long cours qui se respecte.

6On fera néanmoins deux petits reproches à l’auteur. Il a cru bon de sacrifier à l’effet racoleur d’un titre dont il n’a pourtant jamais usé du vocabulaire à l’intérieur des pages, ni cru devoir adjoindre un point d’interrogation à un « métier » tellement vieux, paraît-il, qu’il serait par définition voué à ne connaître jamais de fin. Il n’a pas non plus cru devoir trop sonder l’âme des prétendues « sœurs » ou « frères » les plus à l’avant du combat abolitionniste (p. 257). Cela aurait pourtant aidé à mieux comprendre les secrets intimes (p. 260) de leurs engagements missionnaires par rapport à celles et ceux qui se montrent plus distants envers ce type de croisades. C’est peut-être dommage.

Haut de page

Notes

1 Un processus inhérent à la répétition d’actes sexuels non désirés participant à une modification physique et psychique clivant l’image corporelle de la personne en produisant une perte de l’investissement de son propre corps (sentiment de dédoublement de soi ; insensibilité à la douleur ; altération des relations affectives ; incapacité à se projeter dans l’avenir). En fermant toute autonomie de pensée et d’action chez le sujet, il n’aurait plus le choix de consentir ou non à sa condition, à cause de la contrainte du proxénète ou une perte de conscience de soi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Lilian Mathieu, La fin du tapin. Sociologie de la croisade pour l’abolition de la prostitution », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 14 avril 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8787

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

CESDIP (UMR 8183)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org