Navigation – Plan du site
Dossier : parentalités enfermées

Vécus de la carcéralité des mères et des pères

Introduction au dossier
Coline Cardi et Stéphanie Latte Abdallah

Texte intégral

  • 1 Créées en 2003, elles s’ajoutent aux moyens classiques mis en place pour maintenir les liens famili (...)
  • 2 Comme le soulignent Élodie Janicaud et Camille Lancelevée (2012, 150), la loi pénitentiaire n° 2009 (...)

1La question des liens familiaux des femmes et des hommes incarcéré.e.s, si elle est longtemps restée dans l’ombre, a connu un regain d’intérêt en France depuis une quinzaine d’années. Cet essor des recherches françaises résulte du croisement récent de domaines de la sociologie qui s’étaient jusqu’à présent développés séparément : la sociologie de la prison, la sociologie de la famille et la sociologie du genre. Il est également le résultat des évolutions en matière de droits des détenus (et, au-delà, de façon conjointe, de leurs enfants) – l’Administration pénitentiaire affichant, dans un souci de réinsertion et au travers de la création de nouveaux dispositifs comme les Unités de Vie Familiale (UVF)1, la nécessité de préserver les liens familiaux des individus incarcérés2. Sans viser l’exhaustivité, l’introduction de ce numéro thématique est d’abord l’occasion de revenir sur ces travaux et sur les problématiques, notamment politiques, qu’ils permettent de soulever.

2C’est sous l’impulsion du développement de l’histoire des femmes que la question des parentalités en prison a été thématisée, et cela dès les années 1970. Reflétant à la fois une préoccupation ancienne de l’Administration pénitentiaire concernant la maternité des femmes détenues et prenant acte d’une division sexuelle du travail domestique et éducatif, les travaux d’histoire sur les prisons de femmes (Lessellier, 1982, 1984 ; Krakovitch, 1990 ; Budin, 1999 ; Sanchez, 2013a) ont mis en évidence comment la maternité pouvait être vécue par les détenues, mais surtout la manière dont les institutions carcérales valorisaient et protégeaient la fonction maternelle, en tant que levier disciplinaire (Cardi, 2008). Il faut attendre la fin des années 1990 pour que la question commence à solliciter l’attention des sociologues de la prison. Là encore, elle émerge avant tout à travers l’analyse des prisons de femmes. Le travail pionnier de Corinne Rostaing (1990, 1997) sur les quartiers mères-enfants et sur les relations carcérales dans les prisons de femmes a notamment nourri l’analyse du vécu de la maternité incarcérée, à travers la manière dont certaines détenues pouvaient investir les figures maternelles pour résister à l’enfermement qui les dépossèdent de leur statut de mère.

  • 3 Articles D189, D460 à D465 et D572 à D587 du code de procédure pénale, décret n° 99-276 du 13 avril (...)
  • 4 À ce propos, voir également Le Queau (2000).

3Depuis la fin des années 1990, les recherches dans ce domaine se sont étendues, associant à l’analyse l’expérience des hommes détenus et des proches. À ce propos, l’enquête réalisée par l’INSEE sur l’histoire familiale des hommes détenus (INSEE, 2002) a marqué un moment important en ce qu’elle a suscité une attention nouvelle de l’Administration pénitentiaire à la question du maintien des liens familiaux en prison (Herzog-Evans, 2000). Cette préoccupation s’est inscrite dans le code de procédure pénale et a été prise en charge par les travailleurs sociaux, en particulier les conseiller.e.s d’insertion et de probation3. En s’appuyant sur les données statistiques fournies par l’Administration pénitentiaire et sur 1 700 entretiens réalisés auprès de détenus en maisons d’arrêt et centres de détention, l’enquête porte à la fois sur les caractéristiques socio-familiales de la population carcérale masculine et sur les effets de l’enfermement sur les liens familiaux4. L’étude révèle une forte désaffiliation familiale des détenus (souvent issus de familles nombreuses et ayant quitté relativement tôt le domicile parental) (Cassan, Mary-Portas, 2002) et une fragilité des liens familiaux et conjugaux, renforcée par l’expérience carcérale : Plus d’une union sur dix dont l’un des membres est détenu est rompue durant le mois de son incarcération (Cassan, Toulemon, Kensey, 2000, 1) et les liens avec les enfants ou beaux-enfants sont le plus souvent interrompus. D’autres travaux ont montré des processus similaires et leurs effets importants de fragmentation sociale dans le contexte nord-américain de massification de l’enfermement (Patillo, Weiman, Western, 2004).

4À la suite de cette étude, plusieurs travaux ont été engagés et publiés sur la question des relations familiales ou affectives des femmes et hommes détenu.e.s, plus précisément quant à leurs liens avec leurs proches. Les travaux de Gwenola Ricordeau (2005, 2008) ont notamment permis de mettre en évidence combien, à cette période, les proches de prisonniers constituaient encore un point aveugle tant des politiques familiales et carcérales que de la sociologie de la déviance ou de la famille. Elle entendait combler ce vide, à partir d’entretiens avec des détenu.e.s et d’observations directes des parloirs, pour mieux comprendre la reconfiguration des liens familiaux et affectifs éprouvés par l’incarcération (Ricordeau, 2012). Le livre récemment paru de Caroline Touraut (2012) complète ces premières analyses en proposant un parallèle entre l’expérience carcérale des détenus et l’expérience carcérale élargie des proches. Elle met notamment au jour toute l’activité affective et logistique déployée par les femmes (conjointes, épouse ou mères), directement touchées par l’expérience carcérale, afin de préserver les liens conjugaux et familiaux de leur conjoint, mari, ou fils détenus. À cela s’ajoutent les travaux d’Arnaud Gaillard (2009) et de Myriam Joël-Dauf (2012) sur la sexualité en prison, entendue au sens large du terme (relations sexuelles, correspondances, discours, perceptions… etc.).

  • 5 Voir par exemple Bouregba (2002).

5Parallèlement à ces recherches, on compte, à cette même période, une série de publications réunissant souvent des sociologues et des psychologues (et parfois des acteurs du monde pénitentiaire) autour de l’enjeu des liens parents-enfants. La parution, parmi d’autres5, de l’ouvrage coordonné en 2003 par Benoît Bastard (2003), L’enfant incarcéré et son proche, en est assez emblématique : cet ouvrage reflète à la fois une évolution du droit des détenus, le développement des savoirs sur l’enfance et la mise en place, en prison et hors les murs, de nouveaux dispositifs en direction des parents depuis la fin des années 1990 (Giuliani, 2009 ; Neyrand, 2011). Comme le souligne cet auteur, le mouvement qui se fait jour à propos des ruptures de liens entre l’enfant et son parent détenu peut être restitué dans le changement de l’action sociale et dans l’évolution des rapports enfants-parents (Bastard, 2003, 93). Se répercute en effet dans les débats et les travaux sur les enfants de détenu.e.s cette idée, sous-tendue notamment par les catégories de la psychologie et de la psychanalyse, que l’enfant aurait droit à son histoire et qu’il aurait besoin de ses deux parents pour se construire. Dès lors, le maintien des liens parents détenu.e.s/enfants se présenterait comme une nécessité.

6On doit cependant souligner combien cette préoccupation, dans les pratiques et les débats institutionnels, reste, en prison et ailleurs, très largement genrée (Cardi, 2009, 2010), témoignant de la persistance du familialisme des institutions pénales et carcérales. C’est ce qu’a permis de montrer une dernière série de travaux français qui, dans une optique critique et dans une approche méthodologique souvent ethnographique, se sont intéressés cette fois davantage aux dispositifs carcéraux censés garantir aux personnes sous main de justice le droit à la vie familiale ou à la sexualité et à l’intimité.

  • 6 À propos des UVF, voir également l’analyse critique de Rambourg (2009).

7À la suite des recherches historiques sur les prisons de femmes, Coline Cardi (2008) a mis notamment en évidence, dans sa thèse sur la déviance et le contrôle social des femmes, la manière dont le souci du maintien des liens familiaux se déclinait très différemment selon le sexe des détenus. Alors que pour les hommes la question reste relativement marginale, elle est omniprésente s’agissant des femmes : les détenues sont en effet toujours associées à une problématique maternelle qui ferait leur spécificité, alors même que moins de la moitié d’entre elles déclarent un enfant à charge à leur entrée de prison (Cardi, 2007). Comme l’a également montré Myriam Joël-Lauf (2012) à propos de la sexualité en détentions féminines, le féminin maternel fonctionne comme un cadre normatif très prégnant. Il contribue à perpétuer une gestion sexuellement différentielle des illégalismes par une assignation des femmes à la maternité, en la pensant comme un levier à leur réinsertion. En creux, c’est le familialisme (Commaille, 1996 ; Lenoir, 2003) des institutions carcérales que l’on voit à l’œuvre, lequel repose toujours sur une vision hétéronormée et hétéronormative des rapports sociaux de sexe et de la sexualité. C’est dans cette optique théorique que Camille Lancelevée (2011) analyse l’histoire et la mise en place des UVF depuis 20036. Alors que le problème, formulé dès les années 1980, concernait la question de la sexualité et du droit à l’intimité en prison, le débat s’est progressivement réorienté vers celle du maintien des liens familiaux. Dans cet habillage moral des UVF, Camille Lancelevée voit le processus de (re)moralisation distillée [...] accrue des personnes détenues et de leurs familles, par ailleurs décrit par Jean-François Cauchie et Gilles Chantraine (2005).

8Au travers de ce rapide tour d’horizon liminaire de la littérature française sur les liens familiaux en prison, on comprend à quel point la question des parentalités en milieu carcéral participe de rapports de pouvoir, de politiques et de processus de régulation plus larges.

  • 7 Colloque intitulé « Maternité, paternité enfermées. Parentalités en situations carcérales et confli (...)

9Ce numéro thématique, construit à partir de réflexions menées lors d’un colloque qui s’est tenu en 20117 sur les parentalités en situation carcérale dans divers contextes historico-culturels contemporains à travers le monde (XXe-XXIe siècles), entend poursuivre ces questionnements, les prolonger et les approfondir. En sortant des seuls cadres européen ou nord-américain qui ont fait l’objet des travaux les plus abondants, et en y ajoutant des approches socio-historiques, nous avons cherché à valoriser tour à tour des expériences de parentalités vécues en prison dans des contextes démocratiques, mais aussi des contextes de guerre ou sous des régimes dictatoriaux.

10Le dossier réunit des recherches concernant des contextes européens actuels, en France (Coline Cardi ; Caroline Touraut) et au Portugal (Manuela Da Cunha et Rafaela Granja) au sujet des détenu.e.s de droit commun, mais il traite aussi de la situation présente au Pérou (Camille Boutron et Chloé Constant) et du cas de la détention des Palestiniens en Israël (Stéphanie Latte Abdallah) ; il fait appel de surcroît à l’expérience de l’incarcération sous le franquisme (César Lorenzo Rubio) et dans l’Iran des années 1980 (Shahla Talebi).

11Au travers de l’approche résolument internationale et pluridisciplinaire qui se reflète dans les différentes contributions, il s’agissait surtout de questionner l’expérience parentale des détenu.e.s et tout autant, celle des proches, hommes et femmes, situé.e.s des deux côtés des barreaux. Comment maintenir, construire les liens par-delà les murs ? Il s’agit de mieux comprendre les transformations et les redéfinitions, temporaires ou définitives, créées par l’enfermement, qui affectent les rôles paternels et maternels, ainsi que les manières dont celles et ceux qui sont concerné.e.s par la séparation trouvent des moyens d’adaptation. Quels sont les aspects de la « maternalité » et de la « paternalité » concernés par ces changements ? En quoi ces modifications renforcent-elles la distinction sexuée, l’effacent ou l’atténuent-elles, ou bien encore contribuent-elles à dessiner de nouvelles « frontières » ? En alliant contexte politique et régime carcéral, ne peut-on pas contribuer à mieux faire ressortir en quoi les vécus parentaux peuvent s’avérer dissemblables ou ressemblants parmi les détenu.e.s politiques et les détenu.e.s de droit commun ?

12S’intéresser à de telles questions suppose de regarder la manière dont des dispositifs carcéraux ou d’enfermement spécifiques prennent concrètement en charge maternité et paternité. Quelle place, quelles fonctions sont données à ces dimensions dans l’économie de la guerre, de la répression, de la carcéralité ? Pour y répondre, l’analyse mérite d’être décloisonnée et de prendre en considération les liens entre le dedans et le dehors, de façon à mieux mesurer la porosité des murs. Comment le gouvernement des parentalités en prison fait-il sens au regard des situations sociale, politique, voire conflictuelle qui sévissent à l’extérieur des prisons ? L’incarcération politique en contexte dictatorial, autoritaire ou d’occupation élargit et transforme radicalement ce premier questionnement : en effet, les liens familiaux et parentaux dans ces contextes sont avant tout utilisés comme des moyens de répression, comme le montrent les contributions sur le Pérou (Boutron et Constant), sur l’incarcération des Palestiniens en Israël (Latte Abdallah), sur l’emprisonnement en Iran dans les années 1980 (Talebi) ou encore dans l’Espagne franquiste (Rubio). La comparaison internationale et historique permet d’approfondir la dimension politique de la parentalité, qui reste beaucoup moins visible dans des régimes plus stabilisés. C’est d’ailleurs grâce à ce contraste que l’on saisit encore davantage comment cette dimension politique est néanmoins présente dans des régimes démocratiques stables, comme c’est le cas en France ou au Portugal (Cardi ; Touraut ; Cunha et Granja).

13Au final, deux points centraux se dégagent d’une lecture transversale des articles du dossier, qui autorisent à considérer également les prisons comme des « laboratoires de parentalités ». En effet, l’univers carcéral se présente de la sorte car s’y répercutent et s’y reproduisent à la fois des pratiques et des normes préexistant hors les murs (la prison s’inscrit alors dans un continuum), mais au sein desquels s’inventent également d’autres manières d’être parents. À ce titre, si ce dossier met au jour les effets de l’incarcération sur les liens familiaux, il nourrit également une sociologie de la famille : c’est ainsi une politique de la parentalité qui se dessine.

14Certains des textes mettent clairement en évidence combien la « parentalité » – terme apparemment neutre – est en fait, en prison comme ailleurs, une affaire de femmes. Ce biais genré se reflète nécessairement dans les articles réunis ici, dont la majorité se concentre sur les maternités en prison. Au travers des analyses de l’expérience de la parentalité, on voit nettement comment se reproduit, voire s’accentue, la division sexuelle du travail parental.

15L’article de Caroline Touraut sur la France est à cet égard particulièrement emblématique. À partir d’entretiens de proches de détenus (épouses, conjointes, mères), il montre comment s’opère la division familiale du travail et la manière dont la prison a un impact sur les rapports genrés qui s’observent au sein des relations conjugales et tend à renforcer l’inscription des femmes dans une position sociale et sexuée infériorisée. L’incarcération renforce encore la division sexuelle du travail, déjà très inégalitaire. Il s’agit pour les femmes à la fois d’assurer le quotidien des enfants, d’assumer le poids économique de l’enfermement, mais aussi de réaliser tout un travail de care pour permettre aux hommes d’exercer leur rôle parental et de se conforter dans une identité paternelle. Ainsi, le souci de préserver le lien père-enfant ne repose-t-il pas seulement sur celui des travailleurs sociaux ou des structures telles que le Relais enfants-parents, mais aussi sur un travail quotidien et régulier opéré par les femmes de détenus elles-mêmes, alors qu’elles sont rarement prises en compte par les politiques pénitentiaires ou les analyses de l’expérience carcérale, qui restent souvent carcéralo-centrées et andro-centrées. La richesse de ce qui transite dans les liens familiaux au-delà des murs s’explique par une implication et une mobilisation constantes des femmes.

16C’est aussi ce que montre César Lorenzo Rubio à propos des prisons franquistes. Dans un contexte d’emprisonnement massif, les « femmes de prisonniers », explique-t-il, voient leurs charges démultipliées : il s’agit non seulement pour elles d’assurer le quotidien de la vie familiale et domestique, mais aussi d’améliorer le sort de leurs proches emprisonnés (mari, frère, conjoint, fils). Leur revenait ainsi un travail de soutien important qui consistait à la fois à essayer d’intervenir dans le processus judiciaire ou auprès des autorités pour améliorer le sort des détenus ou faciliter leur libération, d’une part, et à maintenir les liens familiaux, par des visites et l’envoi régulier de courrier, d’autre part. César Lorenzo Rubio relate ainsi le cas de femmes obligées de déménager en cas de transfert du détenu, ou encore la manière dont certaines mettaient en place des moyens de communication clandestins.

17Cette division sexuelle du travail domestique, et le travail de care mis en place par les femmes, sont ainsi particulièrement mis en évidence dans le cas de la prison, tant ils sont redoublés dans le contexte de l’incarcération des hommes. On comprend pourquoi la sociologie de la prison, particulièrement andro-centrée en France, ne puisse plus faire l’impasse sur les femmes des détenus, pour saisir à la fois le fonctionnement de l’univers carcéral et l’expérience de ceux qui se trouvent derrière les barreaux.

18Mais le caractère genré de la parentalité n’apparaît pas seulement au travers de la question du maintien des liens familiaux : il est aussi particulièrement mis en évidence dans les articles qui portent plus spécifiquement sur les prisons pour femmes (Cardi ; Constant et Boutron ; Cuhna et Granja ; Rubio). En France, au Portugal, au Pérou ou en Espagne, selon des modalités différentes, on voit nettement comment les détenues sont depuis longtemps assignées à un féminin maternel. Coline Cardi montre à partir des quartiers mères-enfants comment la question de l’insertion professionnelle des détenues est complètement occultée par le souci des acteurs et actrices pénitentiaires de vérifier les compétences maternantes des femmes prises en charge et d’en faire de « bonnes mères ». La maternité apparaît alors comme un puissant levier de réinsertion. Les conséquences de cette assignation varient selon les contextes, mais elles témoignent toutes de la manière dont l’incarcération produit et reproduit (parfois même de façon caricaturale) les stéréotypes de genre qui distribuent des rôles et des attributs à chaque sexe.

19Les limites et les contraintes que la détention impose aux liens familiaux contribuent en outre à l’émergence de formes nouvelles, alternatives, de parentalités. Ces inventions sont souvent le résultat de contournements et de formes de résistance, individuelles ou collectives. Ces parentalités alternatives sont souvent des parentalités élargies. Elles ne se réduisent pas aux liens biologiques, mais inventent de nouvelles manières collectives de vivre les liens en situation d’enfermement et hors les murs. Partager et multiplier les liens y sont les seuls moyens de rendre la parentalité possible. Par exemple, Shahla Talebi, sur un mode très intime, relate la manière dont les femmes réunies dans les mêmes cellules unissaient leurs énergies pour s’occuper des enfants, fêter leurs anniversaires, leur fabriquer des jouets et y maintenir une atmosphère de joie. Elle décrit les nombreuses « mères » ou « tantes » qui évitaient aux mères biologiques de démissionner face à l’impossibilité d’avoir des enfants en bas âge dans de telles conditions. Camille Boutron et Chloé Constant montrent à propos du Pérou comment se met en place une garde collective des enfants en prison. Stéphanie Latte Abdallah décrit quant à elle un maintien partagé des liens familiaux entre dedans et dehors : les nombreux réseaux interfamiliaux mis en place créent un collectif de familles de détenus. Les parentalités sont vécues avec et par d’autres par le truchement d’autres espaces et de moyens dématérialisés palliant le handicap lié aux interdictions récurrentes des visites, au confinement et à l’éloignement des corps : les émissions de radio à destination des détenus et de leurs familles font office de parloirs de substitution, de même que les téléphones portables possédés collectivement en prison, l’accès à Internet voire, tout récemment, l’utilisation par les détenus des technologies reproductives en dépit de l’administration, qui ont permis de créer ces parentalités de contrebande.

20Au travers de l’invention de ces nouvelles pratiques pour résister, c’est, en creux, une dimension politique essentielle de la parentalité qui se fait jour. Ces inventions, contournements et résistances renseignent ainsi sur l’état des rapports de pouvoir, de confrontation sociale ou politique à l’intérieur d’une même société ou entre deux sociétés. Ces attitudes soulignent jusqu’où le sécuritaire ou le répressif gouvernent, s’immiscent au sein des populations, des groupes sociaux ou politiques qui constituent la majorité des détenus : à quel degré de relations personnelles, à quel niveau d’intimité.

21Dans les contributions portant spécifiquement sur les prisons de femmes, on voit comment la maternité, placée sous surveillance, constitue un outil de moralisation des femmes. En France, cette attention à la maternité n’est pas nouvelle et a longtemps été sous-tendue par des normes religieuses (Lessellier, 1984). Jean-Lucien Sanchez rapporte par exemple, à propos des reléguées au bagne de Guyane, comment dans l’optique de l’administration pénitentiaire, le rôle de ces femmes se résume à celui de futures mères destinées à assurer l’implantation durable des relégués au Maroni (Sanchez, 2013b, 82). Il met ainsi en évidence, comme d’autres l’ont montré à propos des mineures délinquantes (Tétard, Dumas, 2009), comment se met en place un travail de moralisation des religieuses et un régime monacal disciplinaire et drastique particulièrement austère, bien plus draconien que celui auquel les hommes sont soumis. Il appartient donc, ajoute J.-L. Sanchez, de les maintenir sous une discipline inflexible, seule à même de réprimer leurs penchants "vicieux". Et ce afin de les plier aux rôles dévolus à leur sexe, c’est-à-dire ceux d’épouses et de mères (Sanchez, 2013b, 89).

22Les analyses de César Lorenzo Rubio, Camille Boutron et Chloé Constant vont dans le même sens. Sous l’Espagne franquiste, tout comme dans le cas du Pérou, l’emprise de la morale catholique qui glorifie la maternité constitue toujours un puissant moyen de discipliner les femmes. Dans un contexte plus contemporain, Coline Cardi montre que les normes religieuses ont été aujourd’hui supplantées par d’autres, notamment les normes diffusées par la psychologie. À ce titre, le quartier mère-enfant qu’elle décrit se présente bien comme un dispositif de parentalité (Neyrand, 2011) dont on mesure, ici comme ailleurs, à quel point il est genré. Non seulement les femmes sont les principales destinataires de tels dispositifs, mais ces dispositifs contribuent également à la gestion des déviances féminines, les départageant entre bonnes et mauvaises mères.

23L’ensemble des articles du dossier montre en outre que l’enjeu ne peut se réduire aux seul.e.s détenu.e.s. mais se situe aussi entre dedans et dehors, dans ce qui lie la prison à l’extérieur, aux familles, à la société dans son ensemble. Les proches éprouvent au quotidien tout autant l’expérience carcérale par-delà les murs. Et cette expérience est encore plus significative dans le contexte de massification du recours à l’enfermement depuis les années 1980 aux États-Unis ou en Europe et dans ce que d’aucuns ont nommé « gouvernement par le carcéral » de populations ou de groupes sociaux (Wacquant, 1999, 2009). L’expérience carcérale est élargie (Touraut), et la porosité accrue entre certains quartiers et la prison (Da Cunha et Granja) a par exemple signifié la prise en compte de vécus de parents et d’enfants adultes incarcérés en même temps et dans les mêmes lieux. C’est également très prégnant dans les autres contextes d’incarcérations politiques massives : la détention des hommes, plus fréquente, touche fortement les familles. C’est ce que décrivent César Lorenzo Rubio sous le franquisme, régime qui fit de la prison un moyen clef de lutte contre la dissidence politique, ou Stéphanie Latte Abdallah dans le contexte palestinien, où il est estimé que 40% des hommes sont passés par les prisons israéliennes depuis 1967 et où la toile carcérale mise en place a clairement visé les liens familiaux.

24Dans les contextes de dictature, de conflit ou de guerre (Pérou, Israël, franquisme et Iran des années 1980), la répression politique a toujours cherché à instrumentaliser les parentalités en mettant en place des dispositifs répressifs familiaux et genrés, comme l’ont également montré des travaux sur l’Irlande (Feldman, 1991) ou le Maroc (Slyomovics, 2004 ; Guessous, 2007). Les arrestations, les disparitions, les interrogatoires ont cruellement utilisé les liens familiaux pour faire parler, connaître ou empêcher la dissidence ou la résistance politique. Les femmes sont alors particulièrement concernées par ces chantages psychologiques dans la mesure où elles sont aussi arrêtées en tant que « femmes de » ou « mères de », et qu’en raison de leurs sentiments maternels, elles seraient plus perméables aux pressions. En outre, ces chantages peuvent aller de pair avec des menaces et des violences sexuelles qui ne se limitent pas aux femmes mais ont été plus souvent utilisées à leur encontre. Il est clair que la manière dont les féminités et les masculinités sont construites dehors par les politiques des régimes en question influence fortement la façon dont la sexualité est instrumentalisée dedans, dans l’optique de déstabiliser les personnes détenues. Les effets recherchés sur les proches peuvent être plus insidieux : l’obtention d’aveux prend dans certains cas une place centrale dans le but de connaître ceux qui s’opposent, de créer de la défiance, de les fragiliser en fragmentant et en isolant les proches (Boutron et Constant, Rubio, Latte Abdallah).

25Dans ces situations, les liens familiaux sont alors très peu pris en compte dans le monde carcéral concerné : les paternités sont entièrement niées, les maternités sont envisagées a minima. On laisse des enfants en bas âge avec leurs mères dans des conditions le plus souvent précaires, et sans aucune prise en charge ou protection spécifique. On est ici loin du maternalisme des institutions pénitentiaires françaises ou européennes. Shahla Talebi montre comment, dans l’Iran des années 1980, ce sont ces enfants en bas âge ou dans le ventre de leur mère (femmes enceintes) qui, au contraire, parvenaient parfois à protéger les mères du risque de torture ou de l’exécution. Ainsi donc, la volonté délibérée d’ignorer la dimension parentale, et même maternelle, au profit d’une lecture surdéterminante d’une évaluation politique ou sécuritaire des détenu.e.s (avant tout considéré.e.s comme des « dissidents », des « opposants », des « déviants » ou des « terroristes ») brouille-t-elle les rôles genrés, voire les transformerait dans certains cas. Alors qu’on observe en général une certaine protection ou clémence vis-à-vis des femmes dans la sphère pénale (Parent, 1986, 1992 ; Cardi, Pruvost, 2012), en cas de répression politique, la « masculinisation » des détenues qui, parce que déviantes politiquement, le seraient aussi du point de vue du genre, est un moyen de légitimer une répression plus violente à leur égard (Guessous, 2007 ; Slyomovics, 2004).

26Au final, ce dossier montre la dimension particulièrement heuristique de la thématique des parentalités. Elle permet d’aborder des facettes moins explorées de la « philosophie » carcérale et de la fonction attribuée à la détention et des enjeux ou présupposés sociétaux et moraux qui les sous-tendent : des volontés de réinsertion, de transformation ou de simple gestion des détenus et des valeurs institutionnelles, sociales et politiques gouvernant ces choix politiques. La question des parentalités pose frontalement des enjeux de classes sociales voire « ethniques » : des rôles sociaux et parentaux « conservateurs » peuvent être ainsi d’autant plus encouragés que l’on s’adresse à certaines classes, groupes ou quartiers, ou à certaines populations que l’on assigne ainsi plus encore à ce type de rôles genrés.

27Regarder la prison à partir des parentalités, c’est aussi mettre en lumière des manières de contrôler, de réprimer ou de gérer les dissidences qui s’appuient sur des évaluations familiales qui font parfois écho à celle des institutions et des sociétés (principes d’organisation du social plus large/idéologie autoritaire appuyée sur des valeurs familiales religieuses), ou bien sont au contraire en complète opposition à ces valeurs. Le carcéral faisant ici figure de lieu de l’exception où sont contenus des déviants à un ordre politique, donc par ricochet à un ordre social et genré. La thématique des parentalités soulève ces interrogations de manière particulièrement aiguë dans la mesure où les liens parents-enfants sont les liens premiers, embryons de ce qui fait société, et en même temps, les liens apparemment les plus « inoffensifs », donc face auxquels un discours sécuritaire ou répressif se heurterait, alors même que, de par leur charge affective et constituante, ils peuvent être des outils utiles (de réinsertion ou de répression).

28À partir de ce point largement aveugle des études générales sur le carcéral (et ce d’autant plus si l’on s’extrait des contextes européens ou nord-américains), la thématique des parentalités rend beaucoup plus visible les dimensions fondamentales de la carcéralité dans son rapport à l’histoire des différentes sociétés et dans la singularité de la porosité vécue entre le dedans et dehors.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bastard B. (dir.), 2003a, L’enfant et son parent incarcéré, Toulouse, Érès.
DOI : 10.3917/eres.rotac.2003.01

Bastard B., 2003b, Le maintien du lien enfants-parents : de nouvelles pratiques sociales, in Bastard B. (dir.), L’enfant et son parent incarcéré, Toulouse, Érès, 93-103.

Bouregba A. (dir.), 2002, Les liens familiaux à l’épreuve du pénal, Toulouse, Érès, 2002.

Budin D. 1999, La Petite-Roquette au temps des “Trente Glorieuses” de Saint-Lazare à Fleury-Mérogis : délinquance féminine et traitement pénitentiaire en France de 1945 aux années 1970, thèse de doctorat d’histoire sous la direction de Jacques-Guy Petit, Université d’Angers.

Cardi C., 2007, La déviance des femmes : entre prison, justice et travail social, Déviance et Société, 31, 1, 3-24.

Cardi C., 2008, La déviance des femmes. Délinquantes et mauvaises mères : entre prison, justice et travail social, thèse de doctorat de sociologie, Université Paris Diderot Paris 7.

Cardi C., 2009, Le féminin maternel ou la question du traitement pénal des femmes, Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, 128, 75-86.

Cardi C., 2010, La construction sexuée des risques familiaux, Politiques sociales et familiales, 101, 35-45.

Cardi C., Pruvost G. (dir.), 2012, Penser la violence des femmes, Paris, La Découverte.

Cassan F., Mary-Portas F.-L., 2002, Précocité et instabilité familiale des hommes détenus, Insee Première, 828.

Cassan F., Toulemon L., Kensey A., 2000, L’histoire familiale des hommes détenus, Insee Première, 706.

Cauchie J.-F., Chantraine G., 2005, De l’usage du risque dans le gouvernement du crime, Champ Pénal, vol. II.

Commaille J., 1996, Misère de la famille, question d’État, Paris, Presses de Sciences Po.

Commaille J., Martin C., 1998, Les enjeux politiques de la famille, Paris, Bayard.

De Coninck G., 1982, « La famille du détenu : de la suspicion à l’idéalisation », Déviance et Société, 6, 1, 63-103.

Feldman A., 1991, Formations of Violence: The Narrative of the Body and Political Terror in Northern Ireland, Chicago, University of Chicago Press.

Gaillard A., 2009, Sexualité et prison : désirs affectifs et désirs sous contrainte, Paris, M. Milo.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Giuliani F., 2009, Éduquer les parents ? Les pratiques de soutien à la parentalité auprès des familles socialement disqualifiées, Revue française de pédagogie, 168, 83-92.
DOI : 10.4000/rfp.1769

Guessous N., 2007, Les silences de l’histoire, Confluences Méditerranée, 3, 62, 39-60.

Guichard-Claudic Y., 1999, Éloignement conjugal et construction identitaire. Le cas des femmes de marins, Paris, L’Harmattan.

Herzog-Evans M., 2000, L’intimité du détenu et de ses proches en droit comparé, Paris, L’Harmattan.

INSEE, 2002, L’histoire familiale des hommes détenus, Synthèses, Statistique publique.

Janicaud E., Lancelevée C., 2012, Production des écrits administratifs en prison : dispositif de droit ou de contrôle ? L’exemple des unités de visite familiale et des extractions médicales, in Coton C., Proteau L. (dir.), Les paradoxes de l’écriture. Sociologie des écrits professionnels dans les institutions d’encadrement, Rennes, PUR, 149-168.

Joël-Lauf M., 2012, La sexualité en prison de femmes, thèse de sociologie, Paris-Ouest Nanterre.

Krakovitch O., 1990, Les femmes bagnardes, Paris, Olivier Orban.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lancelevée C., 2011, Une sexualité à l’étroit. Les unités de visite familiale et la réorganisation carcérale de l’intime, Sociétés contemporaines, 3, 83, 107-130.
DOI : 10.3917/soco.083.0107

Latte Abdallah S., 2011, « Déni de frontières. Toile carcérale et management des prisonniers politiques palestiniens après Oslo (1993-2010) », in Latte Abdallah S., Parizot C. (dir.), À l’ombre du Mur. Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes sud, 73-101.

Latte Abdallah S., 2013, Des féminités mobilisées et incarcérées en Palestine, Critique Internationale, 60, 53-69.

Le Queau P. (dir.), 2000, “L’autre peine”. Enquête exploratoire sur les conditions de vie des familles de détenus, Centre de Recherche pour l’Étude et l’Observation des Conditions de vie, Cahier de Recherche, 147.

Lenoir R., 2003, Généalogie de la morale familiale, Paris, Seuil.

Lessellier C., 1982, Les femmes et la prison 1815-1939, thèse de 3e cycle en Histoire, Paris 7.

Lesselier C., 1984, Les femmes et la prison 1820-1939. Prisons de femmes et reproduction de la société patriarcale, in Petit (J-G.) (dir.), La prison, le bagne et l’histoire, Paris/Genève, Librairie des Méridiens, Médecine et Hygiène, 115-128.

Neyrand G., 2011, Soutenir et contrôler les parents. Le dispositif de parentalité, Toulouse, Érès.

Patillo M., Weiman D., Western B., 2004, Imprisoning America. The Social Effects of Mass Incarceration, New York, Russel Sage Foundation.

Parent C., 1986, La protection chevaleresque ou les représentation du traitement des femmes dans la justice pénale, Déviance et société, 10, 2, 147-175.

Parent C., 1992, Au-delà du silence : les productions féministes sur la criminalité et la criminalisation des femmes, Déviance et société, 16, 3, 297-328.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Rambourg C., 2009, L’assignation identitaire des unités de visites familiales, Déviance et Société, 33, 1, 51-67.
DOI : 10.3917/ds.331.0051

Ricordeau G., 2005, Les relations familiales à l’épreuve de l’incarcération. Sentiments et solidarités à l’ombre des murs, thèse de doctorat, Université Paris IV.

Ricordeau G., 2008, Les détenus et leurs proches. Solidarités et sentiments à l’ombre des murs, Paris, Autrement.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Ricordeau G., 2012, Entre dedans et dehors : les parloirs, Politix, 1, 97, 101-123.
DOI : 10.3917/pox.097.0101

Rostaing C., 1990, Le quartier des mères de Fleury-Mérogis, mémoire de DEA, EHESS.

Rostaing C., 1997, La relation carcérale. Identités et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, PUF.

Sanchez J.-L., 2013a, À perpétuité. Relégués au bagne de Guyane, Paris, Vendémiaire.

Sanchez J.-L., 2013b, La relégation des femmes récidivistes en Guyane française, 1887-1907, Crime, histoire & sociétés/ Crime, History & Societies, 17, 77-100.

Slyomovics S., 2004, The Performance of Human Rights in Morocco, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Tétard F., Dumas C., 2009, Filles de justice. Du Bon-Pasteur à l’Éducation surveillée (XIXe-XXe siècles), Beauchesnes-ENPJJ.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Touraut C., 2012, La famille à l’épreuve de la prison, Paris, PUF.
DOI : 10.3917/puf.toura.2012.01

Wacquant L., 1999, Les prisons de la misère, Paris, Raisons d’agir.

Wacquant L., 2009, Punishing the Poor. The Neoliberal Government of Social Insecurity, Durham, Duke University Press.

Haut de page

Notes

1 Créées en 2003, elles s’ajoutent aux moyens classiques mis en place pour maintenir les liens familiaux des personnes détenues que sont le courrier, le parloir et le téléphone.

2 Comme le soulignent Élodie Janicaud et Camille Lancelevée (2012, 150), la loi pénitentiaire n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 marque la volonté du législateur d’inscrire "le droit à la vie familiale" (…) comme enjeu décisif de la prise en charge des personnes placées sous main de justice.

3 Articles D189, D460 à D465 et D572 à D587 du code de procédure pénale, décret n° 99-276 du 13 avril 1999, arrêté du 7 juin 1999.

4 À ce propos, voir également Le Queau (2000).

5 Voir par exemple Bouregba (2002).

6 À propos des UVF, voir également l’analyse critique de Rambourg (2009).

7 Colloque intitulé « Maternité, paternité enfermées. Parentalités en situations carcérales et conflictuelles », organisé par Stéphanie Latte Abdallah et qui s’est tenu les 6 et 7 octobre 2011 à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (Aix-en Provence).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Coline Cardi et Stéphanie Latte Abdallah, « Vécus de la carcéralité des mères et des pères », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 28 mai 2014, consulté le 07 décembre 2016. URL : http://champpenal.revues.org/8815 ; DOI : 10.4000/champpenal.8815

Haut de page

Auteurs

Coline Cardi

Maîtresse de conférences, CRESPPA-CSU, Université Paris 8/CNRS. Contact : cardi.coline@gmail.com

Articles du même auteur

Stéphanie Latte Abdallah

Chargée de recherche au CNRS (IREMAM, UMR 7310), actuellement détachée à l’Institut Français du Proche-Orient (Territoires palestiniens). Contact : stephanielatteabdallah@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org