Navigation – Plan du site
Dossier : objets et enfermement

Se dépouiller et se parer, échanger et mettre en scène

Les objets au parloir
Gwénola Ricordeau

Résumés

En prison, les règlements et les usages déterminent les objets autorisés au parloir et les contrôles auxquels ils sont soumis. Restrictifs pour les visiteurs, ils permettent néanmoins aux détenus l’usage d’objets dont ils sont privés en détention. Le parloir est un lieu d’échanges (clandestins ou non) d’objets, eux-mêmes licites ou non. C’est également un lieu de mise en scène de formes d’intimités (conjugales, familiales ou amicales). Ce que l’on peut montrer et ce que l’on doit dissimuler (aux surveillants, aux codétenus ou aux visiteurs) renseigne sur la frontière entre dedans et dehors.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Introduction

Inventaire d’une vie de parloirs

  • 1  Cet article, comme l’ensemble de mes travaux, leur doit beaucoup. Je les remercie chaleureusement (...)
  • 2 Dans les maisons d’arrêt se trouvent les détenus non définitivement jugés, les condamnés à une pein (...)

1Au début de l’année 2012, l’appel à communications « Objets et enfermement » m’a engagée dans la constitution d’un inventaire personnel des objets associés à mon expérience, de ce côté-ci des murs, de l’enfermement. Il m’a également incitée à discuter, de manière informelle, de nos parloirs et des objets qui y sont rattachés, avec quelques amies1 ayant, comme moi, l’expérience des visites à des proches détenus. En effet, principalement entre 2000 et 2006, j’ai régulièrement rendu visite, dans plusieurs maisons d’arrêt et centrales2, en région parisienne et en province, à plusieurs proches incarcérés : des hommes, à l’exception d’une femme visitée très irrégulièrement. Très disparate à ses débuts, mon inventaire personnel s’est peu à peu mis en ordre autour de catégories qui rendent compte de la carrière des objets (Bromberger, Chevalier, 1999) qui le constituent et de la diversité de leurs rapports à l’espace carcéral.

  • 3  Seuls les briquets électroniques (comme celui figurant sur la photographie) sont autorisés en déte (...)
  • 4  Les CD peuvent également être le support de messages vocaux. Avec la généralisation (malgré d’impo (...)
  • 5  Référence au portique à l’entrée des parloirs (voir infra).
  • 6  Il faut arracher les couvertures cartonnées des livres (y compris des dictionnaires et des bandes (...)

2Mon inventaire comporte d’abord des objets familiers que personne, sauf confidences de ma part, n’imaginerait y trouver. Du fait de l’usage commun que j’en ai (ou que j’en ai eu), parce qu’ils sont mêlés à d’autres au passé plus banal et parce que l’occasion se présente rarement de dévoiler leur vie secrète, ces objets sont parfaitement insoupçonnables. Cette catégorie recouvre en fait plusieurs types d’objets, à commencer par ceux qui m’ont été donnés au parloir, par exemple un briquet électronique3 (illustration 1) et quelques CD de musique4. Elle inclut également des objets familiers avec lesquels je suis souvent, ou dans des circonstances particulières, allée au parloir. L’usage ordinaire de certains d’entre eux a cessé et, bien qu’ils continuent d’être mêlés à d’autres objets du même ordre, ils sont porteurs d’une mémoire, ce qui rend précisément difficile pour moi de m’en débarrasser : des bijoux, la bouteille d’un parfum ou quelques soutiens-gorges et paires de chaussures que je sais ne pas « sonner »5 tant je les ai portés au parloir. Cette première catégorie d’objets contient enfin ceux dont les séquelles pourraient témoigner de leur passé carcéral : des livres dont les couvertures ont été arrachées6 et ceux qui, après avoir été prêtés à des amis détenus, ont circulé de cellule en cellule et m’ont finalement été rendus abimés ou tachés.

Illustration 1.

Illustration 1.

Carte postale de Bapaume (de gauche à droite), porte-clés et jeton de l’accueil des familles (Rouen), pin’s fabriqué en prison, briquet.

3Mon inventaire se compose également de tous les objets que j’ai gardés de mes parloirs et pour lesquels le terme d’« archives » s’impose pour les décrire dans leur ensemble : je les ai collectés car j’ai très tôt eu conscience qu’une vie de parloirs est souvent une vie invisible dont j’avais besoin de garder des traces – c’est cette même conscience qui m’a poussée, assez vite, à écrire, en dehors de mon travail de thèse et d’autres obligations académiques (voir infra). Mes archives sont d’abord constituées de piles de lettres (illustration 2) et, accessoirement, de dessins reçus (illustration 3). J’ai classé et ficelé certaines correspondances, sans que je sache très bien expliquer pourquoi, hormis le probable désir de ne pas voir certains courriers être mêlés à d’autres. Ce qui a mis un terme à ces correspondances (des sorties, quelques disputes et parfois la mort) ne se laisse pas voir et le nombre de courriers dit peu la valeur qui est attachée à une correspondance. Le parfum qui avait été mis sur quelques lettres a désormais laissé place à une odeur plus commune de vieux papiers et il est difficile de deviner, à leur apparence, si elles ont été souvent relues ou pas. Par contre, les annotations que comportent certaines enveloppes indiquent parfois ce qui, lors de la lecture du courrier, a particulièrement retenu mon attention : le nom d’un avocat à contacter, une date d’audience à retenir, un texte de droit à trouver…

Illustration 2.

Illustration 2.

Lettres de prison

Illustration 3.

Illustration 3.

(en haut à gauche) carte d’un prisonnier à l’occasion du 1er avril - (en bas à gauche) enveloppe décorée - (à droite) dessin.

  • 7 Il s’agit là d’un objet strictement promotionnel, sans utilité pour le parloir.
  • 8  Dans la plupart des grandes maisons d’arrêt et dans certains établissements pour peines, une assoc (...)
  • 9  À l’occasion des fêtes de fin d’année, les visiteurs sont autorisés à apporter un colis de cinq ki (...)

4Mes archives personnelles sont également constituées par des documents administratifs qui, sous leurs dehors d’impersonnalité, évoquent des joies, des attentes, des doutes et des peines intimes : des convocations au commissariat de mon quartier pour les enquêtes de personnalité préalables à l’obtention d’un permis de visite, des lettres annonçant l’obtention ou le refus du permis, quelques cartes magnétiques qui servent à réserver le parloir, des tickets délivrés par les bornes automatiques permettant de conserver une preuve de la réservation du parloir (illustration 4). Ces documents sont complétés par un ensemble un peu disparate d’objets également destinés aux proches de détenus, mais qui, à la différence des précédents, ne m’ont pas été personnellement adressés et sont peu investis affectivement, comme ce porte-clés et ce jeton7 reçu lors d’un accueil des visiteurs8 (illustration 1). Mon goût pour la constitution d’archives personnelles, conjugué aux nécessités de mon travail académique, m’ont incitée à collecter et à conserver ce type d’objets : des affiches détaillant les instructions pour la constitution des colis de Noël9, des fiches pour le dépôt de vêtements au parloir, des récépissés de mandats postaux ou diverses affiches destinées aux visiteurs (illustration 5).

Illustration 4.

Illustration 4.

(de gauche à droite) lettre d’obtention d’un permis de visite (Fresnes), convocation au commissariat pour une enquête de personnalité, cartes magnétiques permettant de réserver des parloirs (Fresnes, Fleury, inconnu), tickets de réservation de parloirs (Rouen).

Illustration 5.

Illustration 5.

(de gauche à droite) instructions pour les colis de Noël (inconnu), fiche pour le dépôt des vêtements (Strasbourg), mandat, affiche à destination des visiteurs (Strasbourg).

  • 10  Le Code pénal (art. 434-35-1) punit « d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende le fait (...)

5J’ai également gardé, de manière plus désordonnée, des traces de mon tour de France des parloirs : des tickets de bus, quelques plans de ville, des cartes de visite d’hôtels, quelques cartes postales (illustration 1) de villes brièvement traversées à l’occasion d’une visite. Objets de dehors pour témoigner d’un dedans dont il est finalement difficile – ou risqué – de garder vraiment des traces. En effet, ce que j’ai le plus souvent emporté de mes parloirs a disparu : mis à part quelques dessins, j’ai systématiquement détruit, souvent le jour même, toutes les lettres reçues au parloir10, comme la plupart des autres visiteurs.

6À la difficulté de garder des traces de cette vie de parloirs, s’ajoute souvent leur faible lisibilité aux yeux des profanes. J’en ai fait quelques fois l’expérience avec mes photos de parloir. Les profanes ne devinent jamais où elles ont été réalisées et ils les jugent souvent un peu kitchs, sans doute parce que ce sont des photos pour lesquelles on prend, davantage qu’ailleurs, la pose : il est difficile qu’il en soit autrement devant les photographes, souvent des détenus, qui ne disposent pas de beaucoup de libertés pour effectuer leurs clichés. Informés du lieu où les photos ont été prises, les profanes cherchent, systématiquement, à y retrouver la prison. En effet, à l’instar de celles prises en détention par ces mêmes photographes, les photos réalisées au parloir laissent généralement le carcéral (les grilles, les surveillants, etc.) dans le hors-champ. Il faut être passé par là pour saisir, du premier coup d’œil, un parloir dans la disposition des lieux, les fresques murales dont l’unique forme de raffinement consiste à se donner un air de dehors et l’attitude des sujets photographiés.

  • 11 Jusqu’en 2012, le café était interdit en détention et de nombreux détenus le remplaçaient par le Ri (...)

7Mon inventaire inclut également des objets que mon imagination associe à la prison : les cabas que distribuent certaines enseignes (notamment Tati) et qui me rappellent les sacs de linge (voir infra), les tables et les chaises qui, à l’université par exemple, lorsqu’elles sont en piteux état, me font me souvenir de celles des parloirs, ou les boîtes de Ricoré qui m’évoquent systématiquement la prison11. Parce que j’ai conscience du « régime de familiarité » (Thévenot, 1994) que j’entretiens avec certains objets et que je le dévoile rarement aux personnes qui ne le partagent pas, je suis régulièrement rappelée à mon expérience du parloir et ma difficulté à la partager témoigne de son indignité.

8Mon inventaire personnel s’écrit enfin dans ses silences. Inventaire de l’absence, car il y a tous les objets qui se sont perdus en prison. Ma mémoire me fait défaut pour les identifier précisément et retracer les circonstances de leur perte : je sais pourtant que certains de mes courriers ont été saisis et que d’autres ont disparu, à l’instar de lettres qui m’étaient adressées. J’ai des souvenirs confus de livres et de vêtements emportés par l’histoire d’un transfert disciplinaire ou d’une querelle entre codétenus. Inventaire de l’absence, car il y a également tous les objets qu’on n’emmène jamais au parloir : tel vêtement dont on ne peut se permettre la tenue, tel autre qui sonne systématiquement. Mais les absences prennent parfois corps : il y a aussi, dans mon inventaire personnel, ces photos prises, sans ambition artistique, en dehors de circonstances particulières, pour être emmenées au parloir et pour témoigner de la vie quotidienne, des photos de dehors qui n’ont un usage que dedans : pêle-mêle, j’y retrouve mon chat, une voiture, une rue de Paris, un bureau…

Des objets au parloir, et de leurs usages

9La longueur et la richesse de mon inventaire, pour personnel qu’il soit, peut surprendre, car la prison est souvent envisagée comme un lieu pauvre en objets et le parloir sous l’angle des interdictions qui restreignent la possibilité de l’usage – ailleurs banal – de certains objets. En effet, le parloir organise une forme d’étanchéité entre dehors et dedans, à la fois par l’architecture, les dispositifs de surveillance des visiteurs et les contrôles des objets dont ceux-ci peuvent se munir pour la visite ou qu’ils sont autorisés à remettre à la personne visitée.

  • 12 Par exemple, les briquets à pierre évoqués supra et les pièces de monnaie (destinées aux distribute (...)
  • 13 Néanmoins, pour des motifs de sécurité ou suite à une sanction, les détenus et leurs visiteurs peuv (...)
  • 14 Par exemple, à propos de l’évasion de Redoine Faïd de la prison de Sequedin (avril 2013), voir : «  (...)

10Pourtant, même s’ils sont considérés comme restrictifs par les visiteurs, les parloirs permettent néanmoins, pour les personnes détenues, l’usage d’objets dont ils sont privés en détention12. Espace de contacts13 entre visiteurs et détenus, le parloir est le lieu où sont organisés les contrôles des objets que les détenus et leurs visiteurs sont autorisés à s’échanger (principalement le linge et les livres), mais c’est aussi un lieu propice aux échanges clandestins. D’ailleurs, les médias se font généralement l’écho de la suspicion que fait systématiquement peser, parfois indûment, l’Administration pénitentiaire sur les visiteurs lorsque des détenus sont trouvés en possession d’objets illicites (comme des produits stupéfiants et des téléphones portables notamment, mais aussi des armes et des explosifs14).

  • 15 En dehors des objets dont la détention est illicite (téléphone, argent, drogue, etc.), sont égaleme (...)

11La double tension objets licites/illicites et échanges autorisés/clandestins15 offre une grille de lecture alternative à celle que j’ai choisie pour la mise en ordre de mon inventaire personnel, dans laquelle apparaît nettement le partage entre dehors et dedans. Mon propos ne va néanmoins pas s’organiser autour des catégories créées par les règlements et leurs applications, même si elles contribuent, au moins en partie, à sa structuration. Je vais plutôt, dans la continuité d’une réflexion menée sur le parloir comme espace à mi-chemin entre dehors et dedans (Ricordeau, 2012), m’attacher à questionner les usages, au parloir, de certains objets et ainsi explorer les manières dont ils témoignent, y compris lorsqu’ils la subvertissent, de la frontière entre dehors et dedans.

  • 16  Voir néanmoins le travail photographique de Réchard (2002) sur les objets bricolés par les personn (...)

12Ce questionnement est relativement nouveau16 dans le champ extrêmement vaste et bien constitué des recherches sur la prison, et plus particulièrement dans celui constitué par la sociologie de la prison. En effet, les parloirs sont peu investis par ces travaux, en raison de la centralité généralement donnée à l’espace de la détention et, incidemment, des problèmes posés par la réalisation d’enquêtes dans un espace où elles s’ajouteraient à diverses formes de contrôle de l’intimité des détenus et de leurs visiteurs. Saisir la prison à partir de l’espace du parloir et des objets (absents, montrés ou cachés, donnés, reçus ou échangés) ouvre également de nouvelles perspectives, au moins dans le champ francophone de la recherche. La journée d’études « Objets et enfermement » qui s’est tenue à Bordeaux en 2012 et ce numéro de Champ pénal viennent donc combler ce qui apparaît comme une lacune au regard de la manière dont d’autres espaces d’enfermement, comme le goulag (Gessat-Anstett, 2007) ou l’hôpital psychiatrique (Majerus, 2011), ont déjà été interrogés sous cet angle.

  • 17  Les affectations des détenus dans des établissements de différents types peuvent être ainsi synthé (...)
  • 18 Dans les maisons d’arrêt, les parloirs durent généralement moins de 45 minutes et les détenus, selo (...)

13Mon travail repose d’abord sur la constitution d’un inventaire personnel et sur mes discussions avec d’autres visiteuses qui m’ont permis de constater la ressemblance des objets évoqués et de leurs usages, mais aussi de découvrir, à travers la relecture d’un travail antérieur mené, dans le cadre d’une thèse de sociologie, sur les détenus et leurs proches (notamment, Ricordeau, 2008), des dimensions qui n’avaient, jusque-là, pas été problématisées dans ma recherche. Les réflexions présentées ici s’appuient donc en partie sur celle-ci, réalisée en 2003-2004 et constituée d’entretiens semi-directifs avec plus de 25 proches de détenus et près de 80 personnes incarcérées dans cinq établissements pénitentiaires : deux maisons d’arrêt, deux centres de détention et une maison centrale17. Prises dans leur ensemble, mes réflexions reposent sur l’articulation de cette enquête de terrain avec la démarche auto-ethnographique que j’ai tirée de mon expérience personnelle d’avoir été proche de plusieurs personnes incarcérées et de leur avoir rendu régulièrement visite, dans des maisons d’arrêt et des centrales18.

14Mon propos s’articule autour de trois types d’objets et de leurs usages au parloir : d’abord ceux que l’on abandonne et ceux que l’on revêt ou dont on se pare pour la visite ; ensuite les objets qui s’échangent lors des visites ; enfin l’utilisation de certains objets pour singulariser l’espace du parloir et mettre en scène des formes d’intimités (conjugales, familiales ou amicales).

I - Dépouillement et parure

15L’entrée aux parloirs peut être lue sous l’angle d’un double mouvement : le « dépouillement » (Goffman, 1968, 62-63) et la parure. En effet, les visiteurs et, dans une moindre mesure, les personnes détenues doivent abandonner certains objets personnels, notamment pour se conformer aux règles pénitentiaires. Ce mouvement s’accompagne, simultanément, de stratégies de parure et de subversion des contrôles afin de résister à la dépersonnalisation induite par l’entrée dans l’espace carcéral.

1. Abandonner, confier, déposer

16Pour pouvoir accéder au parloir, le visiteur doit avoir obtenu une autorisation nominative (le permis de visite) et respecter des interdictions si nombreuses qu’il est plus simple d’indiquer qu’il n’a le droit, lorsqu’il se présente à l’entrée de l’établissement, que d’être muni de sa pièce d’identité, de certains papiers personnels et, selon le type de prison et l’appréciation des surveillants, de tabac, d’un briquet et de pièces de monnaie.

  • 19 Les détecteurs de métaux des prisons sont bien plus sensibles que ceux que l’on trouve dans les aér (...)
  • 20 Par exemple : une perruque maintenue par des épingles métalliques.

17L’entrée dans l’établissement pénitentiaire se matérialise par des contrôles, qui s’effectuent notamment par le passage sous un portique détecteur de métal. Selon les prisons et les surveillants, le déclenchement de la sonnerie du portique19 n’est pas traité de la même manière : ici, le visiteur est interdit d’entrer, là, il lui est demandé de se débarrasser des effets déclenchant la sonnerie... D’une manière générale, les procédures de contrôle distinguent deux catégories d’objets : les objets qui sont interdits et ceux, comme les cannes, les chaussures, les ceintures ou les soutiens-gorge notamment, qui, après un contrôle supplémentaire (par palpation, détecteur manuel de métal – la « poêle » – ou passage dans le scanner d’inspection par rayons X) sont autorisés à entrer. Pourtant, le risque de se voir refuser l’entrée du parloir en cas de déclenchement de la sonnerie, mais aussi la gêne que cause d’avoir à retirer, publiquement, les vêtements et/ou les accessoires20 qui ont déclenché la sonnerie, incitent les visiteurs à préférer les objets (vêtements, chaussures, bijoux) qu’ils savent ne pas « sonner ».

  • 21 Selon les établissements, il faut être muni d’une pièce de monnaie ou retenir un code.

18Les objets interdits dans les parloirs peuvent être déposés, préalablement au passage sous le portique, dans des casiers mis à la disposition des visiteurs. Néanmoins, la plupart des visiteurs préfèrent, s’ils en ont la possibilité, laisser leurs effets personnels (généralement leur téléphone portable, leurs clés, leur portefeuille et leur sac à main) dans leur véhicule ou les confier à un proche venu les accompagner. En effet, les casiers sont source de stress21, ils sont généralement réputés peu sûrs et leur usage est déconsidéré : les personnes qui viennent seules et en transport en commun au parloir sont obligées de les utiliser et les casiers sont donc associés à un faible prestige social.

19Le long chemin, entre dehors et dedans, qui mène les visiteurs aux parloirs est ponctué par des étapes où certains objets sont abandonnés, confiés à des tiers ou déposés (dans le véhicule personnel ou le casier). Prises dans leur ensemble, les étapes constituées par le domicile, le véhicule et le casier forment un filtre aux mailles de plus en plus serrées : à chaque étape, le visiteur doit renoncer à certains objets ou préparer leur dissimulation.

20La sortie est un processus inverse : le visiteur commence par récupérer sa carte d’identité, souvent en échange de son permis de visite ou d’un jeton. Puis, il récupère les objets personnels (clés, téléphone, etc.) confiés à un proche ou laissés dans le casier ou dans le véhicule. Une de mes amies a, un jour, comparé ce parcours à celui du Petit Poucet : en effet, les objets que les visiteurs sèment sur le chemin du parloir sont récupérés sur celui du retour. Ils constituent des repères pour ne pas s’égarer, notamment lors des premières visites durant lesquelles il arrive de se perdre dans la procédure de sortie du parloir. Ce cheminement vers l’extérieur signifie aussi retrouver son identité du dehors. Parfois, on assiste à une métamorphose vestimentaire des visiteurs : certaines femmes enlèvent des bas et remettent des collants ou un pantalon, se changent pour une jupe plus longue, d’autres quittent un manteau trop chaud pour la saison mais qui permettait de camoufler ce qu’ils voulaient « faire passer »… D’autres jettent là un préservatif dont ils n’ont pu se débarrasser au parloir, faute de poubelles.

2. Se préparer et se vêtir

21Avec le « dépouillement » de leurs biens à l’entrée des parloirs, les visiteurs subissent, pour reprendre Goffman (1968, 59-61), un processus de mortification qui peut être rapproché, en partie, de celui des reclus lors des formalités d’admission. La similarité des objets que les prisonniers se voient confisqués et ceux dont les visiteurs doivent volontairement se séparer afin de pouvoir accéder aux parloirs fait expérimenter aux seconds la condition des premiers. En effet, les uns et les autres se retrouvent démunis de ces objets qui permettent précisément de maintenir la représentation de [soi]-même (Goffman 1968, 56) d’avant son enfermement ou son entrée dans l’institution. D’ailleurs, même les objets personnels (photos, biberons, etc.) avec lesquels les visiteurs sont autorisés à entrer perdent leur caractère intime au cours du processus de contrôle : ils sont examinés, inspectés et jaugés.

  • 22 Cela implique, outre le choix du contenu, l’attention apportée au contenant (choix du sac, le soin (...)

22Mais le sort des objets n’est pas réductible à leur abandon par les visiteurs. En effet, ceux-ci décrivent fréquemment des préparatifs pour le parloir qui commencent plusieurs heures avant leur départ, parfois la veille, voire plusieurs jours auparavant, et dans lesquels les objets jouent un rôle actif : préparer le sac de linge22, choisir sa tenue, mettre en ordre ses affaires, s’assurer d’être en possession de sa pièce d’identité et d’avoir une pièce monnaie pour le casier, etc. Ces préparatifs impliquent, notamment, le choix d’objets dont les usages peuvent changer entre dehors et dedans, comme un foulard qui sera utilisé, au parloir, pour se dissimuler des surveillants, des détenus et des autres visiteurs (voir infra).

23Si les visiteurs évoquent souvent le choix de vêtements sans sophistication qui permettent de « passer » rapidement, on observe aussi des stratégies de résistance et des choix de vêtements qui ne sont pas uniquement guidés par les exigences des contrôles. Les visiteurs indiquent souvent se conformer aux normes du bien-paraître au parloir : le soin que l’on apporte à sa personne est considéré une marque de respect de la personne visitée. Les vêtements sont donc aussi choisis en raison de leur qualité, de leurs effets sur la personne qui les porte ou de la valeur sentimentale qu’ils ont pour la personne visitée ou pour le visiteur.

24Les compagnes de détenus racontent parfois se préparer comme pour un premier rendez-vous. Une certaine compétition peut d’ailleurs exister entre visiteuses – qui guettent un regard trop appuyé de leur partenaire sur une autre et reconnaissent aimer se sentir « la plus belle du parloir » – d’autres encore cherchent à « se distinguer » des surveillantes et des femmes de surveillants, croisées sur le domaine pénitentiaire.

  • 23 Tous les extraits d’entretien utilisés ici sont issus de mon travail de thèse (Ricordeau, 2008). Le (...)

Quand je vais au parloir à L***, je prends une tenue pour le parloir du matin, une autre pour l’après-midi. Je veux être la plus belle. Je sais que les autres bonnes femmes me regardent de travers… Mais faut voir les thons que c’est ! Elles se laissent complètement aller… Moi, je veux qu’E*** soit fière de moi ! (Madeleine23, épouse de détenu en maison centrale).

25D’une manière générale, le terme d’« endimanchement » décrit assez bien la façon dont les visiteurs se présentent au parloir : les habits portés au parloir ne sont pas ceux de tous les jours, ni ceux dans lesquels les visiteurs sont les plus à l’aise. Ils signalent une présentation de soi qui s’efforce de donner une image valorisante pour soi et pour la personne visitée. Cette présentation de soi s’avère parfois rompre avec les rôles tenus ailleurs, comme le signale le port de lunettes de soleil qu’utilisent certains visiteurs afin d’éviter d’être reconnus sur le chemin de la prison ou l’abandon des habits communément portés ailleurs (notamment le jogging et les baskets pour les personnes détenues).

II - Échanges

26Ce qui peut être, légalement ou pas, échangé entre les personnes détenues et leurs visiteurs, regroupe des objets variés (nourriture, livres et revues, linge et correspondance notamment) qui auraient tous mérités un traitement spécifique. Ne visant pas à l’exhaustivité, mon propos va se limiter aux deux registres d’usages (la solidarité et les cadeaux) des échanges d’objets qui me semblent les plus fréquents et qui, l’un et l’autre, montrent comment le sens donné aux échanges repose, en partie, sur la manière dont les objets sont échangés.

1. Procédures et clandestinité

  • 24  L’interdiction est justifiée par le risque de confusion qu’il y aurait avec les uniformes des pers (...)

27Les procédures d’entrée et de sortie des objets indiquent que l’institution, sans doute saisie par sa mission de garde des personnes, prévoit bien davantage de faire entrer les objets que de les faire sortir. Les procédures, qu’elles concernent l’entrée ou la sortie d’objets, dépendent des établissements, mais aussi de l’appréciation des surveillants chargés de leur application : par exemple, les vêtements bleu marine sont généralement interdits24, mais le surveillant affecté au contrôle du linge détermine seul si telle nuance de bleu peut être qualifiée de « bleu marine ». Au pouvoir interprétatif des personnels, s’ajoutent également les intérêts (comme le maintien de la tranquillité en détention, par exemple) et les rapports de force (entre les détenus et les surveillants) dans lesquels s’inscrit ce pouvoir discrétionnaire et qui peuvent aller jusqu’à la tolérance de la circulation de certains objets (par exemple les produits stupéfiants ou les portables).

  • 25 Le terme « famille » désigne, dans le langage pénitentiaire, les « visiteurs ».

De toute façon, c’est très pervers, car ils savent bien que tout le monde, à peu près passe quelque chose. Alors, ils tolèrent jusqu’au jour où ils veulent coincer. J’ai une copine qui s’est fait gauler pour une tartelette au citron, vrai de vrai ! En fait, ils attendaient le faux pas. Mais le pire, c’est qu’ils te mettent en position de complicité : une fois, j’avais un petit sac très plat que je peux cacher sous mon gilet. J’y avais mis du tabac, des bonbons, il y avait aussi un tube pour les lèvres… rien de méchant. C’était au début, et ils m’avaient fait poireauter, j’étais stressée, et quand ils m’ont appelée, j’ai oublié de bien le cacher sous le gilet. Le maton aurait dû me dire de le déposer au vestiaire. Mais non, il m’a demandé de l’ouvrir, et a tout regardé… En plus, il y avait les autres familles25 qui attendaient parce qu’ils nous prennent par groupes de trois ou quatre. Je sais que le maton en avait contre moi car il m’avait pris la tête pour une histoire de bouquins… Bref, il a fait un contrôle super minutieux… Les autres familles attendaient. C’est une façon de dire : « Vous voyez, je vous autorise à faire quelque chose qui est interdit. » On dépend de son arbitraire. Dans le même genre, un jour, une nana sortait du parloir en même temps que moi et le maton qui avait dû fouiller son copain arrive et lui remet des gâteaux et il accompagne ça d’un clin d’œil. Évidement, la nana remercie, parce que le maton a été cool… Trois mois après, ça n’a pas empêché que son mec ait ses parloirs avec hygiaphone, alors tu vois, accepter leur complicité, ça ne sert à rien… C’est difficile à expliquer, mais on paye très cher de jouer leur jeu (Naïma, compagne de détenu).

28Sans détailler les techniques qui permettent de « faire passer » certains objets, il est néanmoins important de relever que les visiteurs décrivent des formes d’apprentissage, à la fois des techniques (de la même manière qu’on apprend à « passer » le portique d’entrée), mais aussi des valeurs morales qui autorisent cette pratique.

Au début, je ne passais rien. Et puis, très vite, on se dit que c’est trop con… Et puis, c’est facile, on vient avec une veste, les poches remplies, tant que ça sonne pas. J’apporte toujours à manger. Je fais presque toujours des gâteaux, pour qu’il goûte ma cuisine, quoi ! Son frangin apporte régulièrement de l’alcool, mais moi, je n’aime pas faire ça… Il y a des taules, à la fin du parloir, les mecs sont carrément bourrés, tout le monde le sait… à P***, je ne sais pas trop, on ne se vante pas non plus… (anonyme, compagne de détenu).

  • 26 Bien qu’il soit déjà ancien, le film de J. Becker, Le trou (1951), offre une évocation assez fidèle (...)
  • 27 La correspondance entre Albertine et Julien Sarrazin est un cas rare où on dispose à la fois des le (...)
  • 28 Nom donné au surveillant chargé du contrôle du courrier (entrant et sortant).
  • 29 Désigne le système d’achat propre à la prison.
  • 30 Les familles à qui incombent généralement le soutien financier des personnes détenues réalisent aus (...)

29Les détenus et les visiteurs accordent généralement une valeur différentielle à ce qui est apporté (légalement) et à ce qui est « passé » (clandestinement). Cela résulte en partie des procédures26 de contrôle au cours desquelles les objets sont souvent endommagés : le linge qui a été repassé se retrouve froissé, les aliments sont coupés en petits morceaux, etc. Par ailleurs, ce qui est « passé » est revêtu d’une valeur sentimentale supérieure, à l’instar des courriers qui auraient pu être acheminés légalement27, mais qui prennent une valeur supérieure lorsqu’ils sont soustraits à la lecture du vaguemestre28. De même, si le système des « cantines »29 permet aux détenus de se procurer bon nombre de produits vendus à l’extérieur, les visiteurs justifient30 souvent d’apporter clandestinement ces mêmes produits par l’attention et l’affection dont ce geste témoigne.

Ok, y a pas droit d’apporter de bouffe… mais mon M***, il est condamné à vingt ans… et je ne le vois pas pendant dix ans se contenter de ce qu’on lui sert en taule ! (anonyme, épouse de détenu).

2. Les usages sociaux des échanges

  • 31 Voir notamment : Kaufman, 1992.

30Le linge est, en prison comme ailleurs31, un marqueur fort des solidarités : qui l’apporte, qui le lave, qui le ramène (apporter au parloir un sac de linge propre n’est pas équivalent à rapporter chez soi un sac de linge sale, même si le trajet est le même) et à quel rythme… sont autant de signes de soutien et de pouvoir que de sources possibles de tensions (entre le détenu et ses visiteurs ou entre ceux-ci). Le type de linge qui est demandé et apporté peut indiquer une mise en conformité avec les normes vestimentaires en prison (demander des survêtements et des vêtements « de marque », par exemple) ou une forme d’installation en détention (à travers un peignoir, une housse de couette ou des voilages). Mais avec le linge, se glissent également les odeurs, à commencer par celle de la prison, qui vient signifier, au cœur de l’intimité, sa présence.

Le peu d’intimité qui nous reste, le linge, ou quand on se touche au parloir, tout ça, ça sent la taule. Au bout d’un moment, j’arrivais même plus à retrouver son odeur. C’est comme si on t’amputait de quelque chose… C’est fort, quand même (Nadège, épouse de détenu en centre de détention).

31Si le linge que fait sortir la personne détenue est imprégné de l’odeur de la prison, à l’inverse, celui qui est apporté peut être porteur de celle d’une lessive familière ou d’un parfum mis à dessein.

Au début, je dormais complètement emmitouflée avec les vêtements de mon homme… Maintenant, quand je récupère ses vêtements, ils ont son odeur, mais en plus celle de la taule… Par contre, son déodorant, j’en achète tout le temps et j’en fous partout ! J’en mets sur mes enfants, j’en mets sur mon oreiller… (Claire, épouse de détenu en centre de détention).

32Comme les sacs de linge qui s’échangent au parloir, entre dehors et dedans, les colis alimentaires qui peuvent être apportés par les visiteurs au moment des fêtes de fin d’année expriment l’économie des solidarités entre la personne détenue et ses visiteurs. Ils sont parfois beaucoup moins investis émotionnellement par la personne visitée que par ses proches.

J’ai mon colis de Noël tous les ans, […] ça fait plaisir à mes parents de m’amener ça. C’est surtout à eux que ça fait plaisir. Et puis ça fait un sujet de discussion au parloir… Pour moi, c’est pas très important, je peux cantiner tout ce que je veux (Yannick, maison centrale de Clairvaux).

  • 32 Dans le contexte du goulag, voir Gessat-Anstett, 2007.
  • 33 De la Torre (2012) évoque des pratiques similaires parmi les prisonniers politiques pendant le régi (...)

33Les cadeaux offerts au parloir regroupent un ensemble, assez disparate, d’objets. Difficilement classifiables, ces objets sont rarement prévus dans les règlements et leur échange est soit clandestin, soit fortement dépendant de l’appréciation des surveillants. Ce que les visiteurs apportent prend souvent une forme symbolique du dehors (une plume d’oiseau, une fleur séchée, une graine, un bout de tissu parfumé d’une odeur familière, etc.). Les cadeaux que les visiteurs reçoivent sont plus variés. Ils peuvent être issus de diverses formes de récupération, par exemple dans les ateliers (des peluches, des échantillons qui sont destinés à être collés dans des revues, par exemple). Mais la plupart des cadeaux sont fabriqués par la personne visitée ou un de ses codétenus32. Il peut s’agir de créations artistiques, comme des peintures ou des boîtes en marqueterie, réalisées pendant les activités proposées en détention, ou de pratiques artisanales. Celles-ci reposent souvent sur la récupération d’objets, à l’instar de bijoux33 confectionnés avec des boutons de nacre ramassés en cour de promenade.

34Pris dans leur ensemble, ces cadeaux, souvenirs de dedans, matérialisent l’attention et la reconnaissance dont fait preuve la personne détenue à l’égard de ses visiteurs ou des personnes qui la soutiennent. Au sortir des parloirs, ces cadeaux sont quelquefois exhibés tels des trophées aux autres visiteurs, parfois discutés et évalués. Ils peuvent également témoigner, entre dehors et dedans, de réseaux de solidarité et d’amitiés. J’ai ainsi reçu, de l’ami détenu d’un ami avec qui j’avais échangé quelques courriers par solidarité politique, un pin’s fabriqué en détention (voir illustration 1).

  • 34 L’exemple le plus singulier et édifiant qui m’a été rapporté est certainement celui de la sculpture (...)

35La prison est une source d’inspiration pour beaucoup de ceux qui fabriquent ces objets : souvent représentés, les barreaux et les oiseaux disent l’enfermement et la liberté. Parce qu’ils sont emportés dehors, ces objets se doivent de rappeler dedans et de matérialiser une présence/absence34. Ainsi, le pin’s évoqué précédemment, fabriqué (en détention) avec de la mie de pain, du vernis à ongle et une épingle, représente une main qui passe à travers des barreaux – d’une prison, cela va sans dire.

36Les lettres de prison peuvent s’analyser dans cette catégorie des échanges entre dedans et dehors et beaucoup d’observations qui peuvent être faites à leur propos montrent les caractéristiques qu’elles ont en commun avec les cadeaux échangés au parloir, notamment le rapport qui s’exprime entre dedans et dehors. Les lettres s’accompagnent souvent de dessins (voir illustration 3) et il me semble que les oiseaux (mais aussi les fleurs et les dauphins) sont autant des thèmes privilégiés que les barreaux et les murs. J’ai également observé la récurrence de mes correspondants à se représenter dans leurs dessins. Ainsi, on peut voir comment un détenu s’est mis en scène dans l’une des cartes postales vierges (voir illustration 3, en haut, à gauche) qu’il m’a offerte afin que j’en dispose à l’occasion du 1er avril – leur présence ici témoigne d’ailleurs que je n’en ai rien fait.

  • 35 Par exemple : « Rue des peuples liés » au lieu de « Rue des peupliers » (adresse du centre pénitent (...)

37Les personnes détenues décrivent souvent des pratiques épistolaires plus régulières et conventionnelles (par exemple envoi systématique de cartes d’anniversaire et de cartes de vœux) durant leur incarcération que ce qu’elles avaient auparavant. Mais, simultanément à cet aspect convenu, l’attention à la mise en forme des courriers avec, par exemple, l’usage de timbres spéciaux ou la décoration des enveloppes (voir illustration 2), ou certaines infimes subversions (timbres, en particulier les Marianne, placés « la tête à l’envers », jeux de mots sur l’adresse35) signale, sans toutefois compromettre l’acheminement, un désir de singularisation.

III - Mettre en scène le parloir36

  • 36 Mon propos concerne surtout les parloirs des établissements pour peine où la durée des visites est (...)

38Le parloir est un espace qui se situe dans un entre-deux, entre l’espace intime et l’espace public : c’est un lieu qui, sans totalement déroger à la règle de la surveillance des individus, permet à ceux-ci de recréer des formes d’intimité (conjugales, familiales ou amicales). À travers ce que l’on peut montrer et ce que l’on doit dissimuler (aux surveillants et aux codétenus), se révèle comment certains objets sont utilisés pour singulariser et mettre en scène, pour soi comme pour les autres (les détenus, les visiteurs et les surveillants) ces diverses formes d’intimité.

1. Singulariser et personnaliser

39Les espaces où se déroulent les visites se ressemblent d’une prison à une autre : les murs sont couleurs pastel ou bleu pénitentiaire, les tables en formica ou en béton, les chaises et les tabourets souvent en métal et les lieux généralement sombres et sales. Que les parloirs se déroulent dans un espace aménagé ou dans des cabines, ils comportent également peu d’éléments de distinction entre eux : le numéro (dans le cas de cabines), la distance des caméras et du poste de surveillance et quelques graffitis permettent seuls de distinguer un parloir d’un autre.

  • 37 Les parloirs « enfants » qui existent dans certaines prisons dérogent à ces remarques générales. Co (...)
  • 38 À l’instar de ce qu’évoque Parrott (2005) à propos des patients et de leurs chambres dans les hôpit (...)

40Pris dans leur ensemble, les parloirs constituent un lieu impersonnel et dépouillé37, dans lequel peu de choses accrochent le regard et rares sont les espaces où on peut y échapper à la surveillance des gardiens et aux regards des codétenus et des autres visiteurs. Bien qu’il soit un lieu où on ne passe guère plus que quelques heures par semaine, le parloir est au moins aussi riche que la cellule du point de vue de la vie personnelle et intime. Au parloir, les réticences38 que peut soulever la décoration d’une cellule (notamment la peur de s’y installer) sont généralement absentes et les formes de personnalisation que l’on observe semblent guidées par le désir d’appropriation de l’espace et la nécessité de rendre, pour ses visiteurs, chaleureux et intime un espace d’abord décrit comme froid et sous contrôle.

  • 39 Sur les graffitis en prison, voir Hameau, 2008.

41Les graffitis39 qui ornent les murs, les tables et les chaises des parloirs sont rarement originaux. Bien qu’ils soient souvent réalisés sous couvert d’anonymat, ils constituent des formes d’appropriation de ces espaces impersonnels. Les messages qu’ils contiennent, délivrés sur un mode informatif – et dans un registre peu varié (« X est une balance », « Y est le boss des boss ») – ou menaçant (« Je vais niquer la grosse balance du D2 », « Mort à la BAC92 »), laissent parfois la place à la discussion (suite du précédent : « Mort à tous les baqueux », suivi d’un « Et tous les flics ! », etc.). On trouve également quelques cœurs et des prénoms, parfois accompagnés d’un « Je t’aime », plus rarement un pseudonyme accompagné d’une mention du type « Était ici », qui peut être complétée par une date.

  • 40 Cette pratique est formellement interdite, mais il existe des formes de tolérance, notamment dans l (...)
  • 41 S’ils sont parfois affectueusement désignés par les termes de « tente » et de « cabane », il n’exis (...)
  • 42 Par contre, elle n’est pas toujours respectée par les enfants (qu’ils aient été laissés libres dans (...)

42La personnalisation des parloirs se laisse davantage voir dans l’utilisation40 de tissus41 qui permettent, en première intention, de se soustraire à la surveillance des gardiens et aux regards des codétenus et des visiteurs. Étendus devant les cabines ou suspendus devant les caméras dans les espaces aménagés, ces tissus, apportés soit par les détenus, soit par les visiteurs, délimitent également un espace d’intimité à l’intérieur d’un espace répondant largement aux caractéristiques d’un espace public. Les détenus et les visiteurs respectent strictement42 une règle tacite : à moins d’y être invité, personne ne touche ces tissus, ni n’entre dans l’espace délimité par ceux-ci. L’intimité dont sont empreints ces tissus explique qu’ils ne se prêtent guère qu’entre familiers – ceux-là mêmes qui peuvent se retrouver à passer ensemble une partie du temps de la visite (voir infra).

43La nature des tissus (usage secondaire d’un vêtement ou tissu spécialement apporté pour cet usage), leur qualité et le soin qui leur est apporté (simple drap ou étoffe choisie expressément, ajustée aux dimensions de la cabine et régulièrement lavée et repassée), comme la sophistication du dispositif d’ensemble (nœuds sommairement passés ou punaises minutieusement comptées) témoignent ou non d’une routinisation du parloir – voire d’une véritable installation – , de son investissement comme lieu familier ou d’un désir de distinction.

  • 43 La pratique est exceptionnelle, car elle implique un contrôle de l’espace des parloirs assurant à c (...)

44Ces usages de tissus constituent des formes extrêmement précaires de privatisation de l’espace des parloirs, puisque la pratique dépend de l’application, par les surveillants, des règlements et donc, en vérité, des rapports de force entre la Direction de l’établissement, les surveillants et les détenus. Les traces laissées par cette pratique, si elles sont plus rares que les graffitis, se lisent parfois sur les murs : les trous occasionnés par l’utilisation de punaises, parfois des punaises oubliées et, encore plus rarement, des punaises laissées d’une visite à une autre, afin que le dispositif soit prêt à l’utilisation43.

2. Cacher, mettre en scène et montrer

45Derrière les tissus, se dissimulent parfois de véritables mises en scène d’une chambre conjugale, confortées par la lumière tamisée que crée la disposition des tissus, mais aussi par la présence de certains objets qui sont parfois apportés (chaussons, voire draps, couette et oreiller). Par contre, se laissent plus souvent voir des formes de sociabilité familiales et amicales, en particulier durant les visites de l’après-midi lorsqu’il est répandu que les parloirs se partagent entre plusieurs détenus et leurs visiteurs respectifs.

  • 44 Le parloir est considéré comme un lieu public et, à ce titre, il est interdit d’y fumer. Pourtant, (...)

46On peut alors observer l’utilisation de certains objets comme marqueurs d’une mise en scène d’un chez soi reconstitué autour de la table du parloir : par exemple, de la nourriture et des boissons, des photos et des papiers administratifs (apportés par le visiteur), des jouets d’enfant et un jeu de cartes, un paquet de cigarettes blondes44 posé en évidence… En détention, la consommation de tabac à rouler étant la règle, disposer d’un paquet de cigarettes participe d’un effort de distinction. Toute cette disposition d’objets signale une forme d’abondance et une familiarité retrouvée avec dehors, mais aussi la richesse des liens avec les visiteurs et du moment partagé.

47Valentine et Longstaff (1998, 139) ont souligné l’importance de la nourriture dans le maintien d’une « identité de dehors » et, concomitamment, le prestige associé à la « nourriture de dehors ». Ajoutée à l’importance de la place occupée par la nourriture, puisque reliée à un rite familial central, cela explique la proportion de visiteurs qui apportent (illicitement) de la nourriture, voire un peu d’alcool. La quantité est parfois dérisoire et symbolique (un croissant ou quelques gâteaux, par exemple) et les visiteurs insistent généralement sur le caractère convivial d’un repas pris ensemble. Partagée, parfois laissée en évidence sur la table du parloir à la vue des autres détenus et visiteurs (mais non des surveillants), la nourriture s’inscrit néanmoins dans une économie générale de la rareté de ces biens et dans les relations sociales atomisées des détenus et des visiteurs : la nourriture est également parfois dissimulée aux codétenus et aux visiteurs dont cela pourrait attirer les jalousies, les médisances, voire les dénonciations.

Traces et souvenirs

  • 45 L’Administration justifie l’interdiction par le risque de leur utilisation pour prendre l’empreinte (...)

48Il est finalement étonnant que la prison ait été si peu interrogée (du moins dans l’espace francophone de la recherche) sous l’angle des objets. Pourtant, les chercheurs sont souvent témoins, au cours de leurs enquêtes de terrain, de la volonté de distinction, dehors comme dedans, d’enquêtés, qui se traduit, notamment, par l’usage que ceux-ci ont d’objets (souvent des papiers) au cours des entretiens. Par ailleurs, la différenciation, en détention, entre le chercheur et la personne détenue, se lit dans le nombre et la nature des objets dont chacun dispose. Le sac personnel avec lequel le premier se déplace peut contenir des objets (argent, briquet à pierre, chewing-gum45, etc.) dont la détention est interdite au second. Il arrive aussi que enquêtés et enquêteurs se trouvent liés, en prison comme ailleurs, par des dons (stylo, bonbon, cigarette, correspondance, photocopies de documents…), ce qui renseigne sur les contre-dons du chercheur, qu’ils soient matériels (chewing-gum, cigarettes, correspondance…) ou symboliques (prestige, reconnaissance, etc.).

49Malgré l’invitation d’Auvert (2008) à mettre la focale sur les archives des enquêtés et sur les écritures de l’ordinaire, ces objets sont généralement délaissés des recherches sur la prison, à l’instar de toutes les archives privées/personnelles constituées par les enquêtés. Ces archives constituent pourtant de véritables trésors pour des chercheurs et suggèrent plusieurs pistes de recherche. Quels objets garde-t-on d’une vie de parloirs ? Les objets du parloir ne me semblent pas avoir un meilleur sort que les objets bricolés en prison et que l’on n’emporte que rarement dehors. Le partage entre ce que l’on garde et ce que l’on jette, dans ses archives privées, semble recouper les souvenirs associés aux parloirs et à leur gestion. On se débarrasse des objets associés à certains parloirs comme de ceux associés à des souvenirs douloureux et on se transmet peu, entre générations, les objets liés à la prison, à l’instar, toutes proportions gardées, de ce qu’évoque Kidron (2012), des objets emportés par les survivants des camps nazis.

50Il est rare que des objets soient gardés dans l’idée qu’ils pourraient servir à d’autres, comme par exemple une affiche contenant des instructions pour la constitution des colis de Noël (illustration 5). Il semble que seuls des objets porteurs d’une mémoire soient parfois conservés. À ce titre, les lettres et les dessins sont le plus fréquemment cités, mais aussi quelques bibelots et des traces de déplacements (tickets, plans de ville…). Il arrive aussi que l’on conserve, par exemple dans un portefeuille, une carte, devenue hors d’usage, pour la prise des rendez-vous des parloirs, comme on garde une photographie un peu vieillie d’un enfant devenu grand.

51L’exploration des différents usages des objets du parloir contribue à la compréhension de l’institution carcérale, sous l’angle des rapports entre dehors et dedans, mais aussi de l’expérience de la prison. Elle fait apparaître à la fois la porosité de la frontière dehors/dedans et la façon dont le prestige associé aux objets du dehors permet aux détenus, mais aussi aux visiteurs, d’échapper, de manière toujours fragile et temporaire, à l’emprise carcérale. Elle permet également de décrire l’exercice du pouvoir pénitentiaire, à travers les règles qui s’appliquent aux objets et à leur circulation, ainsi que les formes de résistance et de solidarité qui s’incarnent dans les échanges légaux et certaines pratiques illégales.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Auvert A.-J., 2008, Le sociologue et les archives des enquêtés, Sociologie et sociétés, 40, 2, 15-34.
DOI : 10.7202/000644ar

Bromberger C., Chevalier D. (dir.), 1999, Cahier d’Ethnologie de la France, numéro « Carrières d’objet. Innovations et relances », 13.

Gessat-Anstett É., 2007, Résister à l’outrage, Gradhiva, 5. Consulté le 01 février 2012.

Goffman E., 1968, Asiles. Études sur la condition des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit.

Hameau P., 2008, Une œuvre autobiographique en milieu carcéral, Ethnologie française, 38, 1, 151-162.

Kaufmann J.-C., 1992, La trame conjugale. Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Kidron C. A., 2012, Breaching the wall of traumatic silence: Holocaust survivor and descendant person-object relations and the material transmission of the genocidal past, Journal of Material Culture, 17, 1, 3-21.
DOI : 10.1177/1359183511432989

Majerus B., 2011, La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie, Genèses, 82, 95-119.

Parrott F.R., 2005, « It’s Not Forever »: The Material Culture of Hope, Journal of Material Culture, 10, 3, 245-262.

Réchard C., 2002, Système P. Bricolage, invention et récupération en prison, Paris, Alternatives.

Ricordeau G., 2008, Les détenus et leurs proches. Solidarités et sentiments à l’ombre des murs, Paris, Autrement.

Ricordeau G., 2012, Entre dedans et dehors : les parloirs, Politix, 97, 101-123.

Sarrazin A., 1971, Lettres à Julien, 1958-1960, Paris, éd. J.-J. Pauvert.

Sarrazin A., 1977, Biftons de prison, Paris, éd. J.-J. Pauvert.

Sayad A., 1985, Du message oral au message sur cassette, la communication avec l’absent, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, 59, 1, 61-72.

Thévenot L., 1994, Le régime de familiarité. Des choses en personne, Genèses, 17, 72-101.

Torre E. G. de la, 2012, The Political « Economy » of Prison Pendants, in Llanes F. C., eds., Tibak Rising. Activism in the Days of Martial Law, Manille, Anvil, 124-127.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Valentine G., Longstaff B., 1998, Doing Porridge: Food and Social Relations in a Male Prison, Journal of Material Culture, 3, 2, 131-152.
DOI : 10.1177/135918359800300201

Haut de page

Notes

1  Cet article, comme l’ensemble de mes travaux, leur doit beaucoup. Je les remercie chaleureusement de leur confiance et des nombreuses pistes d’analyse qu’elles ont partagées avec moi.

2 Dans les maisons d’arrêt se trouvent les détenus non définitivement jugés, les condamnés à une peine inférieure à dix-huit mois et ceux attendant une affectation en établissement pour peines. Ceux-ci sont de deux sortes : les centres de détention (davantage axés sur la réinsertion) et les maisons centrales (axés sur la sécurité).

3  Seuls les briquets électroniques (comme celui figurant sur la photographie) sont autorisés en détention, mais au parloir, les détenus peuvent faire l’usage des briquets à pierre des visiteurs.

4  Les CD peuvent également être le support de messages vocaux. Avec la généralisation (malgré d’importantes restrictions) de l’accès des détenus au téléphone, cette pratique disparaît progressivement, comme a disparu cet usage des cassettes qu’avait la génération précédente. Ces messages et leurs supports ne sont évidemment pas sans rappeler ce que rapporte Sayad (1985) dans un contexte migratoire, en particulier à propos du rôle du porteur du message dont il est attendu un compte rendu détaillé de ce qu’il a vu et une interprétation du message délivré.

5  Référence au portique à l’entrée des parloirs (voir infra).

6  Il faut arracher les couvertures cartonnées des livres (y compris des dictionnaires et des bandes dessinées) pour qu’ils soient autorisés à entrer en détention. L’Administration redoute que des substances ou des objets interdits soient dissimulés dans les couvertures et qu’ils ne soient pas détectés par les scanners d’inspection par rayons X dont les établissements pénitentiaires sont équipés.

7 Il s’agit là d’un objet strictement promotionnel, sans utilité pour le parloir.

8  Dans la plupart des grandes maisons d’arrêt et dans certains établissements pour peines, une association assure aux visiteurs un accueil, qui consiste essentiellement à les renseigner sur les visites et certaines procédures (comme le dépôt de linge).

9  À l’occasion des fêtes de fin d’année, les visiteurs sont autorisés à apporter un colis de cinq kilos de nourriture, selon des modalités qui varient selon les établissements pénitentiaires.

10  Le Code pénal (art. 434-35-1) punit « d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende le fait […] de remettre ou de faire parvenir à un détenu, ou de recevoir de lui et de transmettre des sommes d’argent, correspondances, objets ou substances quelconques ».

11 Jusqu’en 2012, le café était interdit en détention et de nombreux détenus le remplaçaient par le Ricoré.

12 Par exemple, les briquets à pierre évoqués supra et les pièces de monnaie (destinées aux distributeurs automatiques de boissons) que les visiteurs peuvent apporter dans certains parloirs (les détenus n’ont pas le droit de posséder de l’argent liquide).

13 Néanmoins, pour des motifs de sécurité ou suite à une sanction, les détenus et leurs visiteurs peuvent se voir imposés des parloirs « hygiaphone » (au lieu des parloirs dits « libres » qui sont la règle).

14 Par exemple, à propos de l’évasion de Redoine Faïd de la prison de Sequedin (avril 2013), voir : « Aucune nouvelle de Redoine Faïd, évadé de la prison de Sequedin, des explosifs cachés dans des mouchoirs », La Voix du Nord, 13 avril 2013.

15 En dehors des objets dont la détention est illicite (téléphone, argent, drogue, etc.), sont également échangés clandestinement des objets dont la détention est par ailleurs licite, mais que les visiteurs ne sont pas autorisés à apporter (des chaussures, par exemple) ou qui doivent être soumis à un contrôle spécifique (courrier, par exemple).

16  Voir néanmoins le travail photographique de Réchard (2002) sur les objets bricolés par les personnes détenues.

17  Les affectations des détenus dans des établissements de différents types peuvent être ainsi synthétisées : dans les maisons d’arrêt se trouvent les détenus non définitivement jugés, les condamnés à une peine inférieure à 18 mois et ceux en attente d’une affectation en établissement pour peines. Ceux-ci sont de deux sortes : les centres de détention (davantage axés sur la réinsertion) et les centrales (sur la sécurité).

18 Dans les maisons d’arrêt, les parloirs durent généralement moins de 45 minutes et les détenus, selon qu’ils sont prévenus ou condamnés, peuvent disposer d’une à trois visites par semaine. Dans les établissements pour peines, les visites ont lieu habituellement le week-end et durent plusieurs heures. Pour des précisions sur les différents types de parloir, voir Ricordeau, 2012.

19 Les détecteurs de métaux des prisons sont bien plus sensibles que ceux que l’on trouve dans les aéroports. Par exemple, ils détectent un emballage de préservatif.

20 Par exemple : une perruque maintenue par des épingles métalliques.

21 Selon les établissements, il faut être muni d’une pièce de monnaie ou retenir un code.

22 Cela implique, outre le choix du contenu, l’attention apportée au contenant (choix du sac, le soin mis à l’écriture du nom de la personne détenue, de son numéro d’écrou et de l’inventaire…).

23 Tous les extraits d’entretien utilisés ici sont issus de mon travail de thèse (Ricordeau, 2008). Les interviewé-e-s évoquant des pratiques illicites ont été systématiquement anonymisé(e)s.

24  L’interdiction est justifiée par le risque de confusion qu’il y aurait avec les uniformes des personnels.

25 Le terme « famille » désigne, dans le langage pénitentiaire, les « visiteurs ».

26 Bien qu’il soit déjà ancien, le film de J. Becker, Le trou (1951), offre une évocation assez fidèle du contrôle d’un colis alimentaire par un surveillant.

27 La correspondance entre Albertine et Julien Sarrazin est un cas rare où on dispose à la fois des lettres officielles (Sarrazin, 1971) et des « biftons » (Sarrazin, 1977). Cet exemple montre que la nature clandestine des échanges est rarement dictée par des raisons de sécurité.

28 Nom donné au surveillant chargé du contrôle du courrier (entrant et sortant).

29 Désigne le système d’achat propre à la prison.

30 Les familles à qui incombent généralement le soutien financier des personnes détenues réalisent aussi de cette manière des économies car les produits achetés par le système des cantines coûtent plus chers que ceux achetés à l’extérieur.

31 Voir notamment : Kaufman, 1992.

32 Dans le contexte du goulag, voir Gessat-Anstett, 2007.

33 De la Torre (2012) évoque des pratiques similaires parmi les prisonniers politiques pendant le régime de la Loi martiale aux Philippines (1972-1986).

34 L’exemple le plus singulier et édifiant qui m’a été rapporté est certainement celui de la sculpture en bois d’un sexe masculin qu’a réalisé un détenu pour ensuite la donner à sa compagne.

35 Par exemple : « Rue des peuples liés » au lieu de « Rue des peupliers » (adresse du centre pénitentiaire de Fleury-Mérogis).

36 Mon propos concerne surtout les parloirs des établissements pour peine où la durée des visites est plus longue que dans les maisons d’arrêt et où l’aménagement de l’espace permet une circulation des personnes à l’intérieur des parloirs.

37 Les parloirs « enfants » qui existent dans certaines prisons dérogent à ces remarques générales. Conçus pour recevoir, comme son nom l’indique, les enfants, ces parloirs se distinguent par la présence d’objets (les jouets mis à disposition), mais aussi par leur mobilier dont la qualité est généralement meilleure que dans les autres parloirs et par les couleurs vives qui tranchent avec celles utilisées ailleurs.

38 À l’instar de ce qu’évoque Parrott (2005) à propos des patients et de leurs chambres dans les hôpitaux psychiatriques.

39 Sur les graffitis en prison, voir Hameau, 2008.

40 Cette pratique est formellement interdite, mais il existe des formes de tolérance, notamment dans les établissements pour peines.

41 S’ils sont parfois affectueusement désignés par les termes de « tente » et de « cabane », il n’existe pas d’expression d’usage courant pour les désigner.

42 Par contre, elle n’est pas toujours respectée par les enfants (qu’ils aient été laissés libres dans l’espace des parloirs ou qu’ils aient échappé à la surveillance de leurs parents).

43 La pratique est exceptionnelle, car elle implique un contrôle de l’espace des parloirs assurant à certains détenus de retrouver « leur » place à chaque visite.

44 Le parloir est considéré comme un lieu public et, à ce titre, il est interdit d’y fumer. Pourtant, dans les établissements pour peines, le tabac est généralement toléré.

45 L’Administration justifie l’interdiction par le risque de leur utilisation pour prendre l’empreinte des serrures.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1.
Légende Carte postale de Bapaume (de gauche à droite), porte-clés et jeton de l’accueil des familles (Rouen), pin’s fabriqué en prison, briquet.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8841/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 684k
Titre Illustration 2.
Légende Lettres de prison
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8841/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Illustration 3.
Légende (en haut à gauche) carte d’un prisonnier à l’occasion du 1er avril - (en bas à gauche) enveloppe décorée - (à droite) dessin.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8841/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Illustration 4.
Légende (de gauche à droite) lettre d’obtention d’un permis de visite (Fresnes), convocation au commissariat pour une enquête de personnalité, cartes magnétiques permettant de réserver des parloirs (Fresnes, Fleury, inconnu), tickets de réservation de parloirs (Rouen).
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8841/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Illustration 5.
Légende (de gauche à droite) instructions pour les colis de Noël (inconnu), fiche pour le dépôt des vêtements (Strasbourg), mandat, affiche à destination des visiteurs (Strasbourg).
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8841/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 740k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwénola Ricordeau, « Se dépouiller et se parer, échanger et mettre en scène », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 12 juillet 2014, consulté le 25 juillet 2016. URL : http://champpenal.revues.org/8841 ; DOI : 10.4000/champpenal.8841

Haut de page

Auteur

Gwénola Ricordeau

Maîtresse de conférences à l’université Lille 1, chercheuse au CLERSÉ (Lille). Contact : gwenola.ricordeau@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org