Navigation – Plan du site
Dossier : objets et enfermement

« Ne cassez pas ce qui vous profite. »

Le rôle ambivalent des objets dédiés au confort en situation d’enfermement
Louise Tassin

Résumés

À travers l’étude d’un centre de rétention administrative français, cet article vise à comprendre comment les objets destinés au confort des personnes enfermées sont devenus, dans le cadre d’un mouvement de révolte, un ressort du pouvoir et de son contournement, constituant tour à tour un levier du contrôle, un élément clef des protestations et un enjeu de sa répression. À partir du cas étudié, il s’agit de montrer comment l’enfermement peut conférer un rôle déterminant à ce qui n’est à l’extérieur qu’un objet anodin, et comment, à l’inverse, un artefact insignifiant peut conditionner l’espace, l’organisation et le (dys)fonctionnement de l’institution.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis une trentaine d’années, la nécessité de s’intéresser non seulement aux processus de fabrication des objets mais à leurs fonctions sociales a été largement démontrée. Les recherches ont établi que les « artefacts », pour reprendre l’expression usuelle en anthropologie, jouent un rôle structurant dans les actions (Conein et alii, 1993), dans les interactions et les relations entre les hommes (Appadurai, 1986), ainsi que dans la construction des identités (Julien, Rosselin, 2009 ; Desjeux, Garabuau-Moussaoui, 2000).

2L’article s’inscrit dans la continuité de ces travaux mais propose de décaler quelque peu le regard porté sur les objets, entendus au sens large comme des choses solides, considérées comme un tout, fabriquées par l’homme et destinées à un certain usage. À travers l’étude d’une protestation dans un centre de rétention administrative (CRA), il s’agit de montrer que ces derniers constituent aussi, voire surtout, un vecteur et un révélateur des rapports sociaux de domination.

  • 1 Décret n° 2001-236 du 19 mars 2001 relatif aux centres et locaux de rétention administrative.
  • 2 Comment aborder une institution en sortant des normes à partir desquelles elle fonctionne ? Si je (...)

3Notre recherche s’intéresse en particulier à deux types d’objets : d’une part, les équipements installés dans l’institution en vue d’agrémenter la vie quotidienne des personnes enfermées (télévisions, consoles de jeux vidéos, distributeurs automatiques) ; d’autre part, les accessoires qui leur sont temporairement prêtés ou laissés pour leur bien-être (briquets, rasoirs, téléphones portables). Bien que les premiers soient destinés à une utilisation collective et les seconds à un emploi individuel, tous deux doivent en effet participer, d’après les textes, à la « détente »1 des « retenus »2.

  • 3 La loi limite à 140 places la capacité maximale des CRA. Situé en région parisienne, le site de Vin (...)

4Ce prisme offre l’opportunité d’étudier l’ambivalence fondamentale des objets installés ou délivrés dans les institutions fermées : qu’ils soient coercitifs ou non, ils exercent immédiatement la force de l’institution en ce qu’ils la matérialisent pour les détenus, mais ils donnent par-là même une prise à ces derniers pour enrayer son fonctionnement. Les objets sont ainsi devenus un enjeu des révoltes du CRA de Vincennes, protestation la plus importante que les centres de rétention français aient connue depuis leur création3. En 2008, pendant près de six mois, des retenus ont organisé des manifestations, lancé des départs de feu et multiplié les actions collectives, souvent violentes, entraînant la destruction quasi-complète du bâtiment dans un incendie le 22 juin 2008, au lendemain de la mort d’un Tunisien.

5Dans quelles conditions, selon quelles modalités et avec quelles conséquences les objets dédiés au confort des personnes ont-ils constitué, dans ce contexte, un ressort fragile mais déterminant du pouvoir et de son contournement ? En les replaçant dans le cadre matériel élargi de l’institution (le mobilier, les instruments de surveillance, les biens personnels des étrangers, etc.), il s’agit d’étudier de façon dialectique comment les objets ont été modifiés par l’enfermement mais ont aussi, en retour, déterminé son (dys)fonctionnement.

  • 4 Cet article repose sur une recherche initiée en master et développée pour ma thèse. Il s’appuie sur (...)

6Après avoir montré en quoi leur gestion s’inscrit, sous diverses formes et à différents degrés, dans la logique du maintien de l’ordre, nous verrons de quelle manière ils ont façonné les contestations et contribué à déstabiliser l’institution. Enfin, à travers l’étude des réactions suscitées par les mouvements, nous tenterons de mettre en évidence leur rôle dans la construction médiatique et les suites judiciaires de l’affaire4.

I - Objets de confort, instruments de contrôle

7La première partie sera l’occasion d’examiner les fonctions institutionnelles, plurielles et parfois contradictoires, des objets dédiés au confort. Si ces derniers ne sont pas a priori des instruments de contrainte, ils participent en effet partiellement au contrôle des retenus. Bien qu’ils aient été installés dans le CRA dans une logique de distinction du régime pénal, les objets incarnent l’institution plus qu’ils ne l’allègent et peuvent même, dans certains cas, être le support de mesures disciplinaires.

1) Du hangar aux prestations hôtelières : la légitimation du dispositif

8À partir du cas de l’hôpital psychiatrique, Benoît Majerus a montré que les objets ont une triple vie (2011, 114). Ils sont pensés par des professionnels, installés dans l’institution et soumis aux pratiques des acteurs. Sans retracer en détail la « carrière » des objets étudiés (Bromberger, Chevallier, 2000), un bref retour sur l’histoire des CRA permet de saisir les logiques qui ont présidé à leur insertion dans le dispositif et, ainsi, de mesurer ses effets symboliques.

  • 5 Les CRA, officiellement créés le 5 avril 1984 par décision du Premier ministre, étaient jusque-là m (...)
  • 6 Décret n°2001-236 du 19 mars 2001 relatif aux centres et locaux de rétention administrative, articl (...)

9C’est en octobre 1981 que le gouvernement décide d’encadrer par la loi l’enfermement administratif des étrangers. Après la découverte d’un entrepôt marseillais où, depuis 1964, des personnes étaient confinées arbitrairement avant d’être expulsées, l’officialisation des centres est présentée par les responsables politiques comme une forme de protection. Alors que les protestations contre l’entrepôt visaient sa fermeture, elles produisent l’effet inverse : avec la légalisation des centres, la question de la légitimité́ ou non de l’enfermement des étrangers en instance d’expulsion est peu à peu évacuée au profit de celle, moins polémique, des modalités du maintien (Fischer, 2007). Depuis, le bien-fondé de l’institution n’a jamais été remis en question par les autorités ; en revanche, son cadre matériel (qui ne faisait l’objet d’aucune réglementation nationale jusqu’en 20015) n’a cessé d’être discuté et contesté. Après une mobilisation d’ampleur autour de la Cimade, seule organisation qui intervenait en rétention et dont la mission se trouvait menacée, un premier décret sur la question est publié le 19 mars 2001. Il instaure, entre autres, une série de normes à respecter en matière d’installations, précisant que les bâtiments doivent disposer de « locaux et d’espaces aménagés ainsi que d’équipements adaptés de façon à assurer l’hébergement, la restauration et la détente des étrangers6 ».

10C’est dans ce contexte qu’ouvre le centre de rétention de Vincennes, en janvier 2006, pour remédier à la fermeture partielle du « dépôt » du Palais de Justice de Paris, un site devenu au fil des années un symbole de la dégradation des locaux de rétention. Une série d’équipements est intégrée au nouveau dispositif : sont installés dans chaque bâtiment une salle de loisirs, qui comporte une télévision et deux ou trois consoles de jeux vidéos, une table de ping-pong et un distributeur automatique (de boissons, friandises, cigarettes, etc.) ; des cabines téléphoniques publiques doivent être accessibles en permanence et certaines tolérances sont actées, comme la possibilité de disposer de son téléphone portable (à condition qu’il ne possède pas d’appareil photo), et de fumer dans les cours extérieures (après avoir demandé du feu aux agents de police).

  • 7 Loi n°81-973 du 29 octobre 1981 relative aux conditions d’entrée et de séjour des étrangers en Fran (...)
  • 8 Entretien avec un haut fonctionnaire du centre, 13 décembre 2010.

11Cette amélioration s’inscrit dans une logique de distinction vis-à-vis du régime pénal : selon l’expression officielle, les personnes doivent être retenues « dans des locaux ne dépendant pas de l’administration pénitentiaire »7. Le centre est certes un lieu d’enfermement doté de dispositifs sécuritaires mais il doit être organisé, comme le souligne un haut fonctionnaire de la structure, pour « faciliter » le « séjour » des personnes grâce à des « prestations hôtelières » de qualité : il y a eu beaucoup d’efforts, beaucoup d’investissements immobiliers pour faire des CRA un endroit où l’on puisse accueillir des personnes avec un minimum, et plus, de confort et de dignité8. Dans un contexte polémique où la rétention est régulièrement associée par ses détracteurs aux figures du camp et de la prison, les aménagements visant à rendre plus agréable le maintien des étrangers sont pensés et présentés comme autant de signes d’ouverture du dispositif. En témoigne l’échange suivant entre deux policiers :

  • 9 Entretien avec deux policiers, 11 mars 2011.

– Ils sont libres de recevoir beaucoup de choses, comme des cigarettes par exemple. (...) Sur place, ils ont accès à des friandises, des boissons chaudes ou fraîches. (...)
– Oui, ils ont le droit d’avoir de nombreux loisirs récréatifs comme les consoles portatives ou les lecteurs de DVD, donc il y a un moment où le terme de « prison pour sans-papiers »...
– Moi quand je raconte à mes proches comment c’est ici, ils me disent « ça va, ils ont la vie belle les retenus »9.

  • 10 Voir notamment les campagnes du réseau Migreurop et les activités de L’Observatoire de l’enfermemen (...)

12Une telle évolution a permis peu à peu de banaliser l’institution, tant sur le plan politique que dans les milieux militants et les représentations courantes. Sauf exception10, les revendications associatives portent désormais davantage sur le respect des droits en rétention que sur les fondements de l’enfermement. Les gouvernements successifs ont progressivement renforcé le rôle de l’institution, devenue aujourd’hui un outil essentiel des politiques migratoires. Les médias, enfin, se penchent peu sur la question, ou alors pour dénoncer des situations extrêmes, ce qui contribue simultanément à légitimer le fonctionnement ordinaire du système.

2) Alléger le dispositif ? Les objets à l’épreuve de l’enfermement

13À travers l’étude de la vie quotidienne, Jean-Claude Kaufmann (1997, 113) a montré que les objets sont les porteurs d’une mémoire sociale et individuelle. Ils fonctionnent comme des repères dans les enchaînements de gestes, les trajectoires et les rythmes familiers. À la lumière de ses analyses, on pourrait faire l’hypothèse que l’introduction d’équipements domestiques dans un lieu de privation de liberté contribue à reproduire un cadre d’interactions pacifié et routinier, à normaliser l’espace. Ajouter certains objets non seulement distrayants mais aussi coutumiers permettrait d’alléger le poids de l’enfermement. Plusieurs éléments semblent montrer que ce n’est pas le cas en pratique, ou bien de façon marginale.

14En premier lieu, l’introduction des objets dans l’institution implique souvent de modifier leur apparence et de conditionner leurs usages, ce qui les rend en partie étrangers à leur public. Les équipements de loisir subissent par exemple des transformations physiques qui rappellent la dimension sécuritaire du lieu où ils sont installés : les écrans de télévision sont protégés, les consoles et les combinés de téléphone sont fixés au mur par des fils renforcés, etc. Nicolas Dodier (1993, 127) a montré à propos d’une usine de fûts métalliques que les protections mises en place sur les machines indiquent que leur concepteur a considéré ses futurs utilisateurs comme une classe d’individus aux aptitudes limitées, d’où un jeu de concurrence entre ouvriers pour les maîtriser en ôtant ces objets secondaires. Dans le CRA, le plexiglas protégeant la télévision renvoie aussi aux étrangers une image d’eux-mêmes peu gratifiante, mais celle-ci les assimile à des personnes dangereuses et non en danger, à des individus potentiellement violents. Ainsi transformé, l’objet est séparé des retenus par une frontière physique mais aussi symbolique.

  • 11 Entretien avec un ancien retenu, 25 octobre 2011.

Déjà que tu es trimballé dans une voiture avec sirène comme un grand criminel, après tu es placé dans le centre qui est comme une prison, avec toutes ces portes, ces trucs spéciaux, ces choses... comme si on était super dangereux11.

15Parallèlement, les objets sont souvent soumis dans les lieux d’enfermement à un usage public peu propice à la reconstruction d’un chez soi (Kaufmann, 1997). Regarder la télévision sans pouvoir choisir la chaîne, jouer à la console sans décider ni du jeu, ni du moment, discuter au téléphone dans une salle passante... Pris dans la logique du maintien de l’ordre, les objets atténuent moins le caractère coercitif de la structure qu’ils ne le signifient d’une autre façon. Modifiés dans leurs formes et dans leurs modalités d’utilisation, ils fonctionnent comme autant de marqueurs, subtils mais omniprésents, du fonctionnement contraignant de l’institution.

16L’ambivalence des objets dédiés au confort des retenus prend en fait sa source dans le statut hybride du CRA. Partagé entre forme pénale et fonction administrative, le dispositif offre un accès libre à certaines zones du bâtiment ainsi qu’à certains services, mais il reste un espace clos régi par des règles strictes en vue de l’éloignement des personnes. Dans ce cadre, les objets destinés au divertissement et au bien-être des retenus voient leurs fonctions altérées, si ce n’est annulées, par trois types d’objets qui émaillent le quotidien des personnes enfermées : les instruments de surveillance, les documents administratifs et le cadre général de la structure (mobilier, couvertures, cloisons, etc.).

17Jouxtant l’École nationale de police de Paris et situé dans l’enceinte du Fort de Joinville, le centre comporte en son sein des miradors, des grillages, des barbelés, des haut-parleurs et des caméras. Les étrangers peuvent se déplacer sans entrave dans leur « zone de vie », qui est séparée des bâtiments administratifs, mais cette liberté de mouvement constitue, comme dans d’autres CRA, le ressort d’une forme spécifique de domination (Fischer, 2007). À travers la vidéo-surveillance, l’appel à l’hygiaphone, le passage par des portes automatisées ou encore les cartes d’identification, techniques toutes importées du régime carcéral, un contrôle panoptique conforme au schéma décrit par Foucault (1975) peut s’exercer. Les fonctionnaires quadrillent la quasi-totalité́ de la zone d’enfermement sans avoir à s’y rendre physiquement, ce qui permet non seulement de canaliser les déplacements mais aussi de signifier aux retenus, via tous ces objets qui viennent interférer dans les relations, qu’ils sont soumis à une surveillance permanente. Est-ce à dire que les objets du confort et les objets disciplinaires s’opposent, incarnant des logiques contradictoires ? Rien n’est moins sûr. Au contraire, ils sont liés les uns aux autres de façon dialectique. La liberté d’accéder aux premiers est conditionnée par la sécurité qu’offrent les seconds, lesquels ont besoin, pour être légitimés, de l’existence des premiers.

18Goffman a montré le poids des « dérivatifs » dans les institutions totales, ces activités poursuivies sans intentions sérieuses mais suffisamment passionnantes et absorbantes pour faire sortir de lui-même celui qui s’y livre (Goffman, 1968,114). Dans le CRA de Vincennes, ces derniers ne jouent qu’un rôle marginal au regard du stress imposé par l’institution, un stress qui provient non seulement de la structure oppressante mais aussi d’une série de papiers à remplir, à préserver, à envoyer ou à consulter. Les documents administratifs ont deux effets opposés mais tout autant anxiogènes : à l’urgence imposée par le système des recours et des demandes d’asile (dont les délais sont très brefs) s’ajoute une attente angoissante dans l’inaction et l’incertitude de l’issue de l’enfermement. Cette dernière est matérialisée par un tableau où sont affichés les vols prévus.

  • 12 Entretien avec un ancien retenu, 29 mars 2011.

Parfois tu vois quelqu’un dans la salle de la télé́, en train de regarder la télé́, tu vois qu’il fixe l’image mais qu’il ne la regarde pas, qu’il est absent. Tu peux même lui dire bonjour, bonsoir, mais rien du tout, le stress quoi, tu sens que c’est comme si pour eux c’était une petite mort. (...) Ils affichent les avions qui décollent chaque jour, chacun avec son nom, son prénom, sa nationalité́, etc. On va voir si son laissez-passer a été accordé. Donc chaque matin on y va avec une peur au ventre12.

19Dans cet exemple, l’objet du confort (la télévision) ne compense pas les effets néfastes de l’objet administratif (le tableau d’affichage), voire les renforce, maintenant la personne dans une forme de léthargie neutralisante. La situation est d’autant plus problématique à Vincennes qu’en 2008, la plupart des vols sont indiqués la veille pour le lendemain, ce qui ne laisse pas le temps aux retenus de se préparer à l’expulsion. L’administration se donne même la possibilité́ de ne pas informer certaines personnes de leur départ quand elle les considère trop fragiles, donc susceptibles de s’automutiler, ou trop revendicatives, donc capables de se rebeller.

  • 13 Décret n°2001-236 du 19 mars 2001 relatif aux centres et locaux de rétention administrative.
  • 14 Pour plus de détails, voir Cimade, , 2008, 104-112 et 155-167 et 2009, 156-171 et 230-243.

20C’est enfin l’état relativement délabré du CRA qui nuit à la « détente » des personnes prévue par les textes13. L’environnement décrépi du centre imprègne l’ensemble de la structure, en particulier les objets collectifs qui, souvent, sont dans un état d’usure peu engageant. Dans ses rapports 2007 et 2008, la Cimade relève une détérioration notable des conditions d’enfermement, tant sur le plan de l’hygiène (inondations et saleté des salles communes, couvertures rarement lavées), que sur celui de la nourriture (mauvaise qualité́ et faiblesse des portions proposées) ou encore du chauffage (problèmes récurrents d’eau chaude et de chaufferie, portes cassées non réparées)14. Sans dramatiser l’état du lieu, il ne faut pas sous-estimer l’effet d’un cadre dégradé, donc dégradant, sur les personnes enfermées. Le manque d’attention accordée aux objets qui leur sont destinés peut être vécu par les retenus comme une marque d’indifférence à leur égard.

  • 15 Entretien avec un ancien retenu, 2 avril 2011.

C’est sale, ça pue, les toilettes sont bouchées, on est entassés les uns sur les autres, on n’a pas de place dans la cour. Franchement, tu as l’impression que tu vas attraper je ne sais pas quelle maladie ou quoi, ça donne l’impression d’être des bestiaux15.

21L’altération de la structure, à la fois vécue comme une offense et un danger, dévalorise et insécurise les individus. Dans un tel contexte, la prise en charge semble se limiter à une logique d’intendance qui, à l’instar de la zone d’attente décrite par Chowra Makaremi (2007), tend à réduire les étrangers à des corps « en instance » avant l’éloignement.

3) La gestion des objets : une logique disciplinaire ?

  • 16 Entretien avec deux policiers, 11 mars 2011.

22Non seulement la fonction distrayante ou relaxante des objets du confort est remise en cause par leur intégration dans un dispositif coercitif, mais ces derniers peuvent même participer plus directement au maintien de l’ordre. Les autorités du centre cherchent notamment à les utiliser comme un divertissement au sens littéral du terme : qui détourne de, qui fait diversion. La principale mission des policiers du CRA consiste en effet à évaluer et prévenir les risques de tensions lors des rondes effectuées dans la « zone de vie » des retenus. Ici on devient maître dans l’art de désamorcer les conflits16 me dit un agent en poste à Vincennes depuis 2007. Dans ce contexte, les policiers développent des techniques relationnelles fondées non seulement sur le dialogue et la mise en confiance (Enjolras, 2010), mais aussi sur des supports matériels :

  • 17 Idem.

On va dire à quelqu’un : calme toi, fume une cigarette (…) On arrive, on les extraie, on parle avec eux, si c’est nécessaire on les change de chambre, et on leur dit par exemple : faites une partie de console et après ça ira mieux17.

23Le recours aux objets dérivatifs s’inscrit ainsi dans les routines professionnelles des policiers comme une méthode informelle du maintien de l’ordre. Dans son rapport 2008, le contrôleur des lieux de privation de liberté déplorait pourtant que le bien-être des personnes soit souvent perçu comme secondaire au regard des objectifs sécuritaires :

  • 18 Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Rapport 2008, Paris, 2009, 19.

On doit noter que peu d’efforts ont été faits pour l’activité́ des personnes retenues : on a cru que la télévision et (parfois) le baby-foot étaient largement suffisants ; ce n’est pas le cas18.

24Si les objets sont donc employés par les policiers pour leurs vertus supposées auprès des retenus, cela ne représente toutefois qu’une partie de leur fonction disciplinaire. Les objets se définissent en effet non seulement par leurs attributs mais aussi par les usages qui en sont faits (Desjeux, Garabuau-Moussaoui, 2000). Or, les lieux d’enfermement reposent sur un régime de rareté et de conditionnement des biens : les objets qui y sont installés ou autorisés sont soumis à des règles et à des restrictions d’utilisation qui, plus encore que leurs qualités propres, font d’eux un levier du contrôle.

25D’une part, l’accès aux objets est suspendu à des autorisations qui produisent une relation de dépendance quotidienne vis-à-vis des autorités. En 2008, les étrangers maintenus à Vincennes sont privés de leurs effets personnels au moment de leur admission. Comme dans la plupart des CRA français, les briquets et les allumettes, les objets contondants, les téléphones portables avec appareil photo, les feuilles et les stylos sont interdits, tandis que les valises ou sacs importants doivent être déposés dans une salle spéciale extérieure au lieu de vie des retenus. Après cette cérémonie fondée sur le dépouillement des individus (Goffman, 1968, 59), la dépossession se prolonge dans le fonctionnement du centre : pour acheter une carte téléphonique, pour se procurer du feu ou pour obtenir des vêtements propres, la personne est obligée de demander une autorisation ou de passer par des intermédiaires. L’institution, en contraignant les individus à solliciter la hiérarchie pour des actes mineurs qu’ils accompliraient d’eux-mêmes à l’extérieur, les infantilise et les prive d’autonomie. Dans un contexte relativement anxiogène, l’accès à certains objets peut être pourtant décisif. La possibilité de fumer à sa guise revêt par exemple une importance particulière, et les entraves à cette liberté contribuent à la montée des tensions. Le briquet, objet ordinaire source indirecte de délassement, devient par ces mesures un facteur de pression. Corrélées à d’autres usages dégradants (fouilles, appel et comptage des retenus plusieurs fois par jours, etc.), de telles contraintes produisent des formes d’humiliations ordinaires, souvent inaperçues quoique quotidiennes.

26À ces obstacles institutionnels s’ajoute, d’autre part, une gestion restrictive ponctuelle des objets qui sont au cœur d’un système de punitions et de faveurs. Pendant les révoltes, les policiers ont à plusieurs reprises interdit l’accès à certains d’entre eux (télévision et consoles) dans un but dissuasif. C’est alors non par sa présence mais par son absence annoncée que l’objet devient un instrument disciplinant. Sa seule évocation permet de désamorcer par avance des conflits, qu’il s’agisse d’altercations entre les retenus ou de débuts d’émeutes. Les privations ne se limitent pas cependant à des mesures préventives, elles servent aussi à réprimer les problèmes. Ainsi, certains objets individuels sont confisqués (téléphones portables) ou leurs prêts suspendus (briquets) après des tentatives d’incendie. De telles mesures sont en partie motivées par des questions de sécurité, les téléphones permettant aux retenus de coordonner des départs de feu et les briquets d’enflammer les matelas. Mais elles représentent aussi un moyen efficace de sanctionner les individus en les privant de certains effets personnels alors même que ces derniers sont en nombre restreint. En retour, l’autorisation de récupérer ou d’utiliser des objets a parfois été présentée comme un privilège offert aux plus méritants, la faveur accordée consistant alors moins en une valeur positive qu’une absence de privation.

27Les travaux de géographes ont montré que les frontières européennes, en matière de migrations, se sont progressivement déterritorialisées pour s’exercer en pointillé tout au long du parcours des migrants (Clochard, 2010). On peut se demander si, à une échelle plus restreinte, le fonctionnement de la rétention ne repose pas sur des logiques semblables : le contrôle ne passe pas seulement par les barrières installées autour du centre mais par une série de mesures, plus infimes, moins palpables, que certains objets cristallisent. Leur étude permet, en conséquence, d’éclairer un premier enjeu de la rétention administrative. Définie officiellement comme une institution de simple prise en charge des étrangers pendant le temps nécessaire à l’organisation de leur reconduite, elle place en fait les retenus dans une situation d’infériorité. Alors que l’enfermement est d’ordre administratif, certaines pratiques s’inscrivent dans une logique disciplinaire qui suggère que la rétention est aussi, sans doute, une mesure punitive qui ne dit pas son nom.

28Au regard de ces premiers éléments, on peut conclure que le bio-pouvoir qui s’exerce dans les lieux d’enfermement (Foucault, 1975) est objectivé au sens littéral. Il passe, de façon plus ou moins directe et plus ou moins assumée, par une série d’objets qui contribuent sans le dire au contrôle des corps. Le minimalisme de l’environnement matériel et son caractère oppressant tendent à déshumaniser le lieu et ses occupants. L’inaction et les rares loisirs, relativement abrutissants, produisent une forme de léthargie qui neutralise les individus. La gestion restrictive des biens et des services, enfin, fragilise les retenus en les infériorisant. En dépit de leurs fonctions officielles et des logiques qui ont présidé à leur insertion dans le dispositif, les objets constituent les relais d’un certain ordre de fonctionnement du CRA et consolident son institutionnalisation. Cependant, en matérialisant le contrôle, ils donnent en même temps une prise concrète aux retenus pour le subvertir.

II - De l’interdit à l’incendie : les objets au cœur de la contestation

29Si les objets fonctionnent comme un « moule » (Latour, 1994) qui structure les relations dans l’institution, ils peuvent aussi contribuer, à l’inverse, à les dé-construire, ou tout au moins à les recomposer. Les événements de Vincennes en 2008 en sont l’illustration. Ils révèlent le rôle déterminant des objets dans les mobilisations en situation d’enfermement : dans un contexte de privations multiples, ils représentent le pouvoir de l’institution tout en offrant aux reclus les moyens de le contester. À Vincennes, trois types d’usages subversifs des objets ont été identifiés, dessinant les contours d’une mobilisation aux formes et aux enjeux relativement inédits.

1) Quand la possession devient subversion

30Les objets ont d’abord servi de support à une série d’actions individuelles, peu visibles mais régulières, qui ont discrètement mis à mal le respect des règles du centre et, ainsi, ont alimenté une logique de subversion propice aux révoltes. Le simple fait de posséder certaines choses constitue en effet, du fait de leur interdiction, une forme de transgression. Garder clandestinement un rasoir que l’on est censé rendre, cacher du savon pour se laver les mains dans la journée, faire mine d’avoir perdu un briquet que l’on a savamment dissimulé afin de fumer librement, tous ces petits arrangements constituent autant de contre-conduites (Darley, 2009) qui, si elles n’ont pas d’effets directs sur l’issue de l’enfermement, permettent aux personnes de s’octroyer une certaine marge de manœuvre, au moins temporaire, dans le rapport à l’institution. La résistance est tout autant contournement, dérobade, fuite, qu’affrontement, écrivent Jounin, Palomares et Rabaud (2008). Dans les lieux d’enfermement, elle se manifeste en partie dans le rapport aux objets, qui deviennent un bien rare et précieux. Corrélés à d’autres formes de résistance sourde (déclaration de fausses nationalités, refus de donner son identité, mutisme), ces comportements constituent un socle fragile mais pérenne pour les mobilisations collectives.

31Le cas des briquets est intéressant de ce point de vue. Fumer dans l’illégalité fait partie de ces petits agissements subversifs, que l’on sait contraires au règlement mais sans implications décisives, qui permettent de compenser, ou tout au moins d’atténuer, le poids de l’enfermement. C’est d’abord un moyen de se réapproprier une forme d’emprise sur son existence immédiate. Contre la dépendance quotidienne aux policiers, qui sont chargés de délivrer du feu aux retenus, la récupération secrète d’un briquet permet de se reconstituer un rythme propre et de retrouver une forme d’intimité (décider du moment et de l’endroit où fumer). Propriétés des uns mais utilisés par les autres, les briquets brisent aussi symboliquement le cloisonnement qui caractérise les lieux de privation de liberté. Ils circulent officieusement entre l’extérieur et l’intérieur du centre, ils passent de mains en mains, depuis un policier, un visiteur ou un intervenant associatif jusqu’aux retenus, puis d’un étranger à un autre. Facteur de liens au-delà des affinités préexistantes et des frontières institutionnelles, ils poussent les individus à interagir, voire à se rapprocher, même brièvement, dans une clandestinité complice. Ils jouent enfin un rôle symbolique dans la mesure où ils assurent à leur nouveau propriétaire une forme de reconnaissance discrète, l’information de ce petit forfait étant généralement diffusée dans un cercle restreint de personnes, qui vont elles aussi en profiter. Le cas du briquet présente donc un double intérêt. Non seulement il permet d’observer les tactiques (De Certeau, 1990) quotidiennes des retenus dans l’institution, mais il conduit aussi, en révélant les circulations et les relations officieuses qui opèrent en marge du dispositif, à dépasser une vision figée et binaire de l’institution. Contre la dichotomie enfermants/enfermés, il invite à s’intéresser à la pluralité d’acteurs qui la composent et aux dynamiques contradictoires qui la traversent.

2) Ingérer des objets pour sortir du centre

32Au-delà de ces contournements discrets, les objets ont été aussi utilisés plus ponctuellement comme supports d’actions individuelles menées par les personnes contre elles-mêmes. Les objets sont souvent appréhendés comme une forme de continuité de soi, de prolongement du corps ; ils sont au centre de relations d’affections plus ou moins intenses, qu’ils soient chargés sentimentalement, comme les bijoux de famille (Dassié, 2010), ou qu’ils symbolisent l’intimité, tels ces futurs dessous qu’on est gêné de voir entre les mains de la caissière (Kaufmann, 1997). Les protestations de Vincennes, qui se sont caractérisées par un grand nombre d’actes de détresse physique impliquant des objets, éclairent d’autres relations entre corps et artefacts. Elles montrent que la proximité physique entre les deux, en général associée à l’attachement, peut au contraire signifier la rupture, voire la mise en danger de soi.

  • 19 Sur ce point, voir les rapports annuels publiés par la Cimade entre 2000 et 2009.

33En rétention, une fois les délais de recours administratifs passés, l’expulsion des étrangers, nommée par euphémisme « reconduite à la frontière », ne dépend plus que des autorités. Elle est soumise à deux conditions : l’identification du pays d’origine de la personne et l’obtention d’un laisser-passer auprès des autorités de ce pays. Le retenu a peu de moyens légaux de s’y opposer, raison pour laquelle les automutilations et les tentatives de suicide ont toujours été fréquentes19. S’il est désormais acquis que les fonctions des objets ne s’épuisent pas dans celles qui leur sont attribuées a priori ; ces conduites révèlent que, dans un contexte d’oppression ou d’enfermement, certains servent un objectif non seulement éloigné mais même opposé à leur rôle premier. Pensés pour le bien-être des personnes, des accessoires, des produits et des éléments du mobilier vont devenir, par leurs usages imprévus, un instrument violent. Les individus les détournent de leur fonction initiale pour les retourner contre eux-mêmes.

  • 20 Entretien avec un haut fonctionnaire du centre, 13 décembre 2010.

Régulièrement, certains (retenus) ingèrent des objets ou des produits pour mettre en œuvre des stratégies d’échec. C’est difficile de prendre des mesures contre cela car le règlement de la rétention, contrairement à la détention, garantit une certaine liberté de mouvement. Les retenus peuvent recevoir des visites de façon beaucoup plus souple, et c’est donc plus propice à la procuration de lames de rasoir par exemple. Nous, on leur donne chaque matin des rasoirs qu’on récupère aussitôt, mais certains en gardent. Les retenus bénéficient aussi de shampooing et de savon donc s’ils veulent en ingérer, ils le peuvent. Il arrive aussi qu’ils déboulonnent des objets pour les avaler20.

  • 21 Idem.

34De telles actions sont devenues régulières à partir de décembre 2007 et de l’augmentation de la capacité d’accueil du centre, laquelle a entraîné plusieurs problèmes en matière de promiscuité et d’accès aux différents services. Au-delà du désarroi qu’elle manifeste, cette utilisation des objets peut constituer un moyen de détourner le contrôle. Les blessures obligent en effet les fonctionnaires à substituer l’assistance à l’exercice de la force et, si nécessaire, à transférer les personnes vers des hôpitaux. La légitimité́ du corps souffrant dans les CRA est cependant variable, tributaire de la manière dont il est rendu visible par les acteurs de la rétention : le centre devient le théâtre d’une lutte entre experts – médicaux, policiers, associatifs – qui s’affrontent autour de la qualification de la souffrance du corps et de l’évaluation de sa gravité (Fischer, 2010, 479). L’utilisation des termes employés, notamment « scarifications » ou « tentative de suicide », fait alors débat, les autorités utilisant le premier mot quand ils jugent qu’un retenu n’a pas réellement tenté de mettre fin à ses jours21. Dans ce contexte, des objets usuels comme les rasoirs, peu visibles dans leur fonctionnement ordinaire, se retrouvent au cœur des discussions entre professionnels. Ils ne sont plus de simples ustensiles mais deviennent l’enjeu d’une problématisation institutionnelle où s’affrontent des interprétations contradictoires de leurs usages et des réponses à y apporter.

3) L’étincelle, la braise et le feu. Les objets dans l’action collective

35Les objets ont enfin joué un rôle décisif dans les actions collectives. Si les retenus ont eu recours à des formes de mobilisation traditionnelles – manifestations, pétitions, courriers aux ambassades –, ces initiatives sont restées fragiles et les actions, dans l’ensemble, ont été brutales : feux de matelas, dégradation des locaux, altercations avec les policiers, etc. Dans ce contexte, les équipements et les accessoires censés accompagner les personnes ont constitué tour à tour un motif, un moyen et une cible des protestations.

36Premièrement, les objets ont participé au déclenchement des mouvements. On pourrait penser que la neutralisation des retenus constitue un frein à l’action collective mais en réalité, c’est précisément parce qu’ils sont traités d’une manière à leurs yeux injuste qu’ils se mobilisent. La position d’infériorité dans laquelle les étrangers sont placés, qui passe en partie par les objets, nourrit une colère latente qui se transforme en révolte sous deux conditions.

37D’une part, la contestation advient en réaction à des éléments déclencheurs. Il s’agit en général de pratiques policières jugées déplacées (extinction de la télévision, interdiction de jouer à la console, contrôle récurrent des cartes d’identification en pleine nuit, etc.) ou, plus rarement, d’événements extérieurs à l’institution susceptibles d’indigner ou d’encourager les personnes (la mort d’un sans-papiers ou des rassemblements militants devant le centre). Le fait que les protestations se cristallisent souvent sur des objets ne signifie pas, cependant, qu’elles se limitent à des questions d’ordre matériel. À travers les artefacts, c’est l’ordre disciplinaire de la rétention qui est en cause. La contestation se construit à la fois grâce aux objets et contre eux : elle s’adosse au matériel pour dénoncer ce qu’il incarne et ce qu’il implique.

38D’autre part, la tension se transforme en protestation en fonction des ressources des étrangers (dont l’appellation « retenus » ne saurait gommer l’hétérogénéité) et de celles importées dans la mobilisation par les « soutiens » (acteurs associatifs, militants et syndicalistes). Paradoxalement, c’est ici par leur absence que les objets ont une fonction décisive. Comme l’a montré Sophie Maurer (2001) à propos des chômeurs, les mouvements sociaux reposent en partie sur des ressources négatives : certains déficits, en créant un vide que la lutte peut partiellement combler, encouragent l’engagement. Le manque de dérivatifs, en neutralisant les retenus, produit un manque d’activité et d’autonomie des individus que le passage à l’action collective peut venir compenser.

  • 22 Collectif, 2008.

39Deuxièmement, les objets ont servi d’outil aux protestataires. Comme l’a montré Dominique Linhardt à propos des révolutionnaires emprisonnés en Allemagne dans les années 1970, les mobilisations dans les lieux de confinement ont tout intérêt à remettre en cause ce qui est au principe de leur fonctionnement : l’isolement. Or, comme il est difficile de faire circuler les personnes, il s’agit de mettre en circulation des êtres matériels et informationnels (Linhardt, 2004) pour relier les enfermés entre eux et aux acteurs qui les soutiennent à l’extérieur. À Vincennes, les cabines publiques et les téléphones portables sont ainsi devenus des porte-voix au sens propre comme au figuré. Concrètement, ils ont permis à des étrangers de s’exprimer en direct, via le haut-parleur, dans des manifestations où leurs interventions étaient retransmises par des enceintes. Certains d’entre eux ont même été interviewés pour des journaux télévisés par téléphone alors qu’ils étaient dans l’enceinte du centre, tout en étant filmés depuis l’extérieur. Mais plus largement, c’est aussi à partir des appels menés auprès de journalistes et de militants que les protestations ont été médiatisées : plusieurs reportages vidéo ont été diffusés et des témoignages recueillis par téléphone au fil des mois ont été publiés, d’abord sur internet, puis dans un livre22.

  • 23 Reportage sur les mouvements du Mesnil-Amelot, Journal télévisé de France 2, 27 décembre 2007 [e (...)

40En retour, certains objets ont servi de relais pour faire rentrer et circuler des informations dans la structure. Les protestations ont été notamment impulsées par un reportage diffusé à la télévision. Un retenu qui avait été transféré à Vincennes après avoir participé à des protestations dans un autre centre a imposé, le soir de son arrivée, une chaîne de télévision : il souhaitait regarder avec ses coretenus le journal de 20h où il était interviewé, ainsi qu’un acteur associatif défendant la cause des étrangers enfermés, sur la situation dans l’autre CRA23. Le lendemain, alors que ce dit « meneur » était libéré pour une question de procédure, des personnes organisaient les premières actions de ce qui deviendrait la révolte de Vincennes. Cet épisode montre le poids des spectateurs des protestations quand elles se déroulent dans les lieux de détention (Linhardt, 2004) : la réussite du mouvement dans un espace confiné est conditionnée à la façon dont il est représenté dans l’espace public. En cela, elle est tributaire d’opportunités médiatiques qui contribuent, pour partie, à créer et pérenniser la mobilisation. C’est aussi grâce aux objets que les informations circulent à l’intérieur même du centre. Au-delà des documents écrits (notes, tracts, journaux) qui permettent de suivre, rassembler ou transmettre des nouvelles, les objets sont les porteurs d’une mémoire collective propice au renouvellement des actions. On pense notamment à cette porte cassée lors d’une émeute restée en l’état pendant plusieurs semaines; une porte qui laisse des traces, suscite des discussions et signifie aux étrangers mobilisés que leurs préoccupations ne sont pas isolées.

41Si les objets constituent des instruments utiles à la diffusion donc à la constance des mouvements, certains permettent aussi d’affronter directement la structure. L’usage créatif des objets, leur braconnage rusé (De Certeau, 1990) ne doivent pas occulter en effet leur fonction destructrice. Les briquets, pour reprendre cet exemple, ont contribué à renverser l’ordre du centre ; ils ont permis de s’attaquer simultanément au dispositif et à ses symboles. Brûler sa carte d’identification revient ainsi, par exemple, à détruire un des emblèmes du contrôle tout en s’opposant concrètement à son identification. Surtout, quand il s’agit de draps, de couvertures, de matelas et finalement de tout un bâtiment, le briquet est un moyen de faire disparaître les barrières physiques du centre : non seulement plusieurs édifices ont été détruits lors de l’incendie de juin 2008, mais ce petit objet, tel qu’il a été utilisé à ce moment-là, a entraîné indirectement la libération de la plupart des retenus. Envoyés dans l’urgence dans d’autres centres après l’événement, les étrangers ont quasiment tous été finalement relâchés en raison de problèmes liés au respect des procédures lors du transfert.

42Troisièmement, les objets ont été pris pour cibles lors des protestations. Télévisions, consoles, distributeurs, nombreux sont les équipements à avoir été endommagés. Comment l’expliquer ? Pourquoi les retenus s’en prennent-ils à des aménagements prévus précisément pour leur bien-être ? Plusieurs facteurs peuvent être avancés.

43Doug McAdam (et al., 2001) a montré que les mouvements violents reposent sur des actions perturbatrices qui, propres aux catégories dominées, visent à être les plus extrêmes possible afin que leurs adversaires, trop impatients de les voir s’arrêter, finissent par céder à leurs revendications. Si l’on retrouve une telle logique dans les CRA, c’est ici moins la position sociale des retenus que la situation dans laquelle ils sont pris qui explique le phénomène. Les mouvements de sans-papiers en dehors des centres s’appuient sur des modes d’action variés et pacifiques. À Vincennes, la radicalité du mouvement ne pallie pas une incapacité à verbaliser la contestation mais émane d’un contexte spécifique – la surveillance généralisée – qui réduit fortement l’éventail des actions possibles.

44À l’instar des émeutes urbaines de novembre 2005 (Mucchielli, Ait-Omar, 2007), tout laisse à penser que les comportements de violence des retenus vis-à-vis des locaux constituent le résultat des processus qui sont déclenchés par le face-à-face avec les agents du contrôle tels que le soupçon, la peur, la honte, etc. Aux humiliations ordinaires répond une violence spontanée qui se dirige sur ce qui est à sa portée et matérialise les abus : le cadre matériel de l’institution. En 2005, des jeunes stigmatisés et relégués socio-économiquement s’en prenaient aux bibliothèques qui représentaient ce à quoi ils n’avaient pas accès (Merklen, Murard, 2008). Ici, les retenus orientent leurs actions vers ce qu’ils considèrent comme des faux-semblants de l’accueil, ces objets qui masquent, en même temps qu’ils l’incarnent, leur relégation.

  • 24 Entretien avec deux anciennes intervenantes de la Cimade, 29 janvier 2011.

45En fait, tout se passe comme s’il s’agissait de montrer que l’amélioration du confort matériel ne modifie pas, ou alors à la marge, un enfermement dont le principe même est refusé. La violence de la rétention, elle est tellement importante que même si tu mettais les gens dans des hôtels cinq étoiles, l’enfermement ne tiendrait pas24 affirme une ancienne intervenante de la Cimade. Les entretiens avec les anciens retenus vont dans ce sens.

  • 25 Entretien avec un ancien retenu, 2 avril 2011.

Ok on a des consoles, et après ? Ça ne change pas le fond du problème : t’es détenu pour qu’on t’expulse25.

46Plusieurs recherches ont montré à quel point les objets participent à la construction des identités, notamment de classe (Bourdieu, 1979) et de genre (Anstett, Gélard, 2012). Fonctionnant tout à la fois comme un symbole et un moteur des appartenances, ils jouent un rôle important dans l’affirmation de soi et les processus de reconnaissance. Ici, c’est au contraire par leur détérioration qu’ils permettent une forme de subjectivation. Dans les protestations, les retenus sont conduits à tenir temporairement un autre rôle que celui qui leur est attribué par le dispositif, et l’on peut se demander si elles ne sont pas, en cela, politiques. Non seulement elles traduisent une volonté d’inclusion dans la société, mais elles permettent aux individus de se réaffirmer comme acteurs. À travers les objets, les étrangers retrouvent une visibilité et tissent des réseaux militants et médiatiques ; ils se réapproprient une parole dont on les avait privés et, ainsi, recouvrent une certaine autonomie. En refusant publiquement l’indésirabilité qui leur est assignée, ils s’imposent comme des acteurs légitimes porteurs d’une voix collective.

47Aussi, les mouvements collectifs ne se substituent pas aux actions individuelles mais s’y articulent, et c’est dans leur imbrication que la contestation se développe. Les étrangers ne restant pas longtemps dans le centre, la mobilisation ne peut pas être continue. Elle est heurtée, interrompue, relancée au gré des arrivées et des incidents, partagée entre tactiques personnelles et démarches collectives, mais elle couve sans cesse, alimentée par tous ces événements.

III - Réprimer les mouvements : les objets dans la tourmente

48Avec le cas de Vincennes, les protestations dans les CRA ont été pour la première fois relayées par les médias dans la durée sur le plan national. Au-delà des questions de sécurité, leur neutralisation était dans ce contexte de première importance. Dans le centre comme à l’extérieur, au cours des mouvements comme ultérieurement, la question des objets y est devenue un enjeu.

1) Mettre fin aux contestations : d’une violence à l’autre ?

49Si plusieurs moyens ont été déployés par les policiers du CRA pour réprimer les actions protestataires, la question des objets est toujours apparue en toile de fond de leurs opérations. Aux dégradations du matériel ont répondu le contrôle, la confiscation, voire la détérioration des effets personnels.

50Outre le dialogue et les mesures punitives, les visites des chambres et les fouilles au corps sont, à partir de décembre 2007, devenues systématiques après chaque altercation. Si ces pratiques visaient à soustraire d’éventuels instruments de lutte, notamment les briquets et, parfois, des téléphones, elles contribuaient aussi à rappeler aux retenus les rapports de force. Les autorités peuvent surgir à tout moment et disposent d’un droit étendu vis-à-vis d’eux comme de leurs biens, y compris les plus intimes.

51Les policiers ont eu aussi recours à des formes de violence physique impliquant des objets. On pense ici à l’intervention d’équipes de police extérieures au CRA équipées de façon spécifique, à l’usage de pistolets à impulsion électrique (Taser) et aux dégradations ou destructions d’effets personnels. À double tranchant, ces réactions ont à la fois freiné et attisé les contestations. La venue de CRS (Compagnies républicaines de sécurité) par exemple, si elle avait un effet direct en stoppant les mouvements, alimentait le sentiment des retenus d’être traités comme des délinquants. Elle a ainsi renforcé la volonté de certains de se défendre physiquement, les conduisant à transformer des objets en protections ou en armes. L’un de ces événements (cf. encadré 2 : la nuit du 11 au 12 février 2008) donne une idée des motifs et des effets de telles interventions. On y voit comment la violence, qui s’exerce à la fois sur les forces de l’ordre et sur les retenus jugés les plus véhéments, passe en partie par les artefacts. Non seulement c’est ici l’extinction de la télévision qui est à l’origine de l’incident, mais les retenus réagissent à ce qu’ils perçoivent comme une provocation en envoyant chaises et débris de dalles sur la police, laquelle répond en fouillant les personnes, en vérifiant leur carte d’identification et en récupérant puis déchirant certains de leurs biens.

  • 26 CNDS (2009), Avis et recommandations à la suite des saisines n° 2008-25 et 2008-29. Citoyens-justic (...)

Encadré 1. Violences en rétention, la nuit du 11 au 12 février 200826
Le 11 février, aux alentours de 23 heures, six policiers arrivent dans la salle commune pour demander aux retenus de monter dans leurs chambres afin de procéder au comptage. Alors qu’un policier se dirige vers le poste de télévision pour l’éteindre sans explications, deux retenus, O.T. et S.A., l’interrogent sur les raisons de son geste. Il leur répond qu’il s’agit d’une « nouvelle loi » et qu’ils doivent garder le silence car ils ne sont que de « la mauvaise graine ». Les échanges sont vifs mais les retenus finissent par s’exécuter. Une fois en haut, le groupe de policiers pénètre dans la chambre de O.T. et de S.A. avec quatre retenus supplémentaires. Après avoir bousculé l’un d’eux, le policier qui avait éteint la télévision insulte O.T. en arabe. Ce dernier réagissant violemment, le groupe est parqué dans le couloir puis l’ensemble des retenus dans la cour, le tout pendant près de vingt minutes. La tension est à son comble : certains retenus cassent une chaise, un carreau de carrelage est décollé, des injures à l’égard des policiers sont proférées.
Une soixantaine de CRS et de fonctionnaires appartenant à la BAC débarquent finalement dans la cour. La plupart des retenus se réfugient dans les chambres. Reste une petite dizaine de personnes, parmi lesquelles O.T. et S.A. Forcés par les policiers de rejoindre un bâtiment, ils se retrouvent dans un couloir où les policiers les frappent à plusieurs reprises ainsi que deux autres retenus. Pour échapper aux policiers, les quatre hommes entrent dans une chambre occupée par deux ressortissants chinois qui se cachent sous les lits. Les CRS y entrent à leur tour puis tout va très vite : situé à moins d’un mètre des retenus, un CRS tire avec un pistolet à impulsion électrique (Taser) à hauteur de la poitrine d’O.T. qui, instantanément, perd connaissance. Il ne recouvre ses esprits qu’à l’hôpital où il est rapidement évacué.
Pendant ce temps, les trois autres retenus sont sommés de s’agenouiller à coups de matraques, dont plusieurs sont portés sur le crâne de S.A. qui s’évanouit à son tour. Conduit à l’hôpital, il est ramené au centre vers cinq heures du matin, un bandage au bras et trois agrafes posées à la tête. O.T., lui, reste hospitalisé jusqu’au 14 février, une attelle au bras gauche et trois agrafes à la tête. Dans le centre, les deux retenus demeurés dans la chambre sont mis en isolement durant 24 heures. Une fois les forces de l’ordre reparties, les retenus ressortent cependant des chambres et enfument deux matelas à l’aide de mégots de cigarettes. Les CRS reviennent. Tous les retenus sont regroupés dans la cour jusqu’à quatre heures du matin. Pendant ce temps, les chambres sont fouillées, les affaires des retenus sont jetées dans les couloirs et chaque retenu, mains sur la tête, fait l’objet d’une fouille individuelle. À travers une fenêtre, un retenu voit son Coran déchiré et piétiné par un CRS, un autre son portable écrasé.

  • 27 Voir, entre autres : Courrier envoyé par la Cimade à l’Inspection générale des services (IGS), 12 f (...)

52L’épisode révèle également le rôle des objets dans la publicisation d’un lieu d’enfermement. L’utilisation du Taser dans le centre de Vincennes a suscité de nombreuses réactions, tant de la part des associations de défense des étrangers que de syndicats de juristes ou d’universitaires, entraînant avec elles une série d’articles et de reportages27. Les objets ont contribué non seulement à rendre visible le CRA dans l’espace public, mais aussi à le remettre en cause : la dissymétrie des armes utilisées par les uns et les autres dans le conflit (Taser contre chaises et bouts de carrelage) a servi de support à une dénonciation de l’opacité et des conditions d’enfermement.

  • 28 Collectif, 2008, 9 ; La machine à expulser, Web-documentaire de Julie Chansel et Michaël Mitz [en l (...)
  • 29 Cimade, 2009.

53L’affaire du Taser présente ici un intérêt épistémologique. Les sources ayant permis de reconstituer l’événement, qu’elles soient institutionnelles ou militantes, sont des sources critiques rédigées a posteriori dans une visée d’enquête. Elles ont pour cette raison tendance à se concentrer sur les objets qui sont pris comme preuves, indices, témoins ou traces des événements. Elles montrent ainsi à quel point les artefacts, qui permettent d’objectiver les situations et donnent corps à la trame narrative, se prêtent à la description empirique dans un discours public à vocation critique. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que, parallèlement, de nombreux textes militants s’appuient sur des métaphores matérielles pour dénoncer le caractère déshumanisant du dispositif. Sous diverses formes – tracts, articles, vidéos, fanzines, communiqués de presse, etc. –, la rétention est dénoncée comme une « machine à expulser »28 ou encore un « univers industriel »29, une image qui permet de dénoncer l’aspect à la fois systématique et dégradant de l’enfermement. Les retenus révoltés sont souvent dépeints, dans cette perspective, comme des acteurs subversifs loués pour leur détermination. Comme dans l’usine décrite par Nicolas Dodier (1993), c’est alors non le respect des règles mais leur transgression face à la « machine » qui apporte à ses adversaires une forme de reconnaissance.

2) Les dégradations matérielles, supports d’un discrédit dans les médias

54Pour les autorités d’une institution mise à mal par des protestations, le problème n’est pas tant que les révoltes existent mais qu’elles affleurent dans l’espace public et risquent de provoquer la sympathie de la société civile. Au-delà de la maîtrise des mouvements dans l’enceinte du centre, le personnel du CRA se doit de contrôler l’information qui circule à leur propos.

  • 30 Cf. par exemple les propos du chef de centre interviewé dans « La vie quotidienne en centre de réte (...)

55L’analyse des entretiens avec les policiers, d’articles de presse et de communiqués officiels révèle une tendance à atténuer l’importance des événements. Au cours de la période, les révoltes ont été régulièrement démenties30 et les modes d’actions des retenus ont été redéfinis à l’aide de formules euphémisantes (incidents, mouvements d’humeur, etc.). Les protestations ont par ailleurs été présentées comme ponctuelles et imputées à quelques individus radicaux encouragés par des militants ; il s’agit là d’un argumentaire classique qui, en attribuant la responsabilité des événements à des éléments extrémistes ou extérieurs à l’institution, conduit à ne pas interroger les éventuels défauts du dispositif lui-même.

56Ce processus de disqualification s’est accompagné d’une tendance à dramatiser les mouvements en mettant l’accent sur leur violence, au moyen notamment d’images et de descriptions d’objets endommagés ou détruits. Dans les entretiens comme dans les médias, les dégradations matérielles ont servi de témoins pour montrer l’altérité des protestataires.

  • 31 Entretien avec un haut fonctionnaire du centre, 13 décembre 2010.

Une émeute. Oui, je parle d’émeute. On a eu des fonctionnaires blessés, agressés par des jets de pierres ou d’objets. (…) Quand on a des arguments, les retenus sont hermétiques, fermés, ils nʼen veulent pas. L’argument raisonnable est de leur dire : « Ne cassez pas ce qui vous profite ». Mais nous avons visionné des vidéos pour comprendre la façon dont un retenu avait dégradé une machine à café qui était mise librement à la disposition des retenus. Un groupe le regardait faire sans rien dire, et personne ne lui a dit : « elle profite à tout le monde cette machine ». Ce n’est donc pas lʼargument qui serait émis par un policier qui ferait changer quoi que ce soit. On leur offre des conditions matérielles de séjour honorables mais ils ne les respectent pas. Par exemple les playstations, ils ont arraché les manettes au bout de quinze jours. Ils ne comprennent pas. Ils ne comprennent pas lʼargument rationnel. (...) On a parfois des retenus qui ont une susceptibilité assez exacerbée et un refus légitime va pouvoir générer des réactions disproportionnées31.

  • 32 « Expulsions, mode d’emploi », Reportage télévisé de France 2. Ce documentaire, limité aux situ (...)

57Ces propos, qui s’articulent autour d’une série de représentations antithétiques (bienveillance vs malveillance, effort vs refus, ouverture vs fermeture, rationalité vs sensibilité), révèlent une partie des représentations qui ont été véhiculées sur les étrangers à la suite des mouvements. Les destructions d’objets ont alimenté une image peu flatteuse des retenus, plus proches des pulsions (ils sont emportés par leurs émotions) que de la raison, mais aussi ingrats : le fait qu’ils aient détérioré des installations destinées à leur confort a contribué à les discréditer dans les médias, suggérant qu’ils étaient peu redevables envers l’institution les prenant en charge. Une telle logique se retrouve dans un reportage de France 2 réalisé en partie dans le centre entre fin 2007 et début 200832. Plusieurs plans donnent à voir des retenus regroupés dans la salle commune qui crient, se bousculent, interpellent et se débattent avec des policiers. Cette séquence est suivie d’un zoom sur le sol de la pièce, jonché d’ordures, accompagné d’un commentaire de la journaliste :

  • 33 Idem.

Quelqu’un a jeté son plateau repas à terre, sur une simple rumeur. Il prétend que la cuisinière a craché dans son plat conditionné pourtant sous vide.
[D’autres images de retenus énervés défilent].
Les retenus sont à cran.
[La journaliste s’adresse au chef du centre, présent dans la pièce] :
– Vous êtes inquiet dans ces moments-là ? – Inquiet non, mais enfin toujours un peu tendu parce qu’il faut pouvoir faire face à la situation (...) On est numériquement plus faible et on aurait des difficultés à faire face je pense si tous étaient déterminés ». [Apparaît une nouvelle image de retenus qui crient]33.

  • 34 Voir notamment les dépêches sur le site internet de M6 et de TF1 le 22 juin 2008.

58Ce ne sont pas tant les plans en eux-mêmes que leur montage qui est ici significatif. En enchaînant des images de retenus agressifs et de détritus, accompagnées de commentaires associant les étrangers à une menace, le reportage reproduit, donc alimente, la figure du « clandestin » dangereux. Le traitement médiatique de l’incendie a aussi joué un rôle non négligeable dans l’assimilation des retenus à des délinquants. Les dépêches publiées soulignaient, outre la violence du mouvement, son caractère criminel34. Indirectement, les débris d’objets et la destruction du centre ont finalement justifié à la fois l’usage de la force et les poursuites judiciaires de certains retenus.

3) « Regardez sur la vidéo, c’est un briquet35» : les objets dans le traitement judiciaire de l’affaire

  • 35 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 14 octobre 2011.

59Onze étrangers sur les 235 présents ont été mis en examen après les événements du 21 et du 22 juin 2008 pour « destruction de biens par incendie » et « violence volontaire sur agent de la force publique ». Le procès des anciens retenus débute le 25 mars 2010 dans la polémique, préparé puis mené dans des conditions qui semblent défavorables aux prévenus : comme le dossier d’instruction est principalement constitué de pièces fournies par la police et qu’aucune des demandes d’actes et d’informations supplémentaires de la défense n’est acceptée, cette dernière quitte le prétoire à partir du quatrième jour, estimant que les conditions d’un procès équitable ne sont pas réunies. Plus d’un an et demi après, en octobre 2011, le procès rouvre en appel. Le verdict tombe en janvier. Si les peines sont toutes amoindries de six mois et si la cour reconnaît l’impact de la promiscuité sur les tensions, la culpabilité individuelle des étrangers est confirmée. Ils sont condamnés à des peines allant de 6 à 30 mois de prison.

  • 36 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 13 octobre 2011.

60Un retour sur le déroulement du procès en appel montre comment les objets destinés aux retenus sont devenus, à la suite des révoltes, une preuve controversée. L’instruction reposait en effet sur deux sources principales : les témoignages des policiers et les caméras de surveillance. Les premiers ayant été recueillis en première instance, les audiences en appel se sont concentrées sur les secondes. Après les citations des témoins de la défense (proches des inculpés, universitaires, juristes), chaque prévenu a été entendu et confronté aux vidéos sur lesquelles il apparaissait. Or, comme les récits des étrangers ne suffisaient pas à imputer des responsabilités, tout l’enjeu du procès a été d’évaluer, sur les images, comment ces derniers se comportaient. Le président a tenté d’identifier des leaders. Là, je constate que vous levez le poing et que vous êtes au premier rang de la manifestation, monsieur, n’est-ce pas ? demande-t-il à E.M., Marocain âgé de 18 ans au moment des faits. Un brouhaha traverse la salle. Et alors ? Qu’est-ce que c’est que ce procès d’intention ? murmurent des membres du public. Oui, j’étais à cette marche, mais vous pensez vraiment que je serais venu en France pour mettre le feu à ces bâtiments ?, s’exclame E.M. Le ton monte : Je ne pense rien, monsieur, je m’en tiens aux faits répond le président36.

  • 37 Les policiers ont attendu longtemps avant d’intervenir dans la « zone de vie » le 22 juin et l’homm (...)
  • 38 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 20 octobre 2011.
  • 39 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 14 octobre 2011.

61Les faits, justement, quels sont-ils ? C’est là que les objets prennent toute leur importance. Qui possède un briquet, qui transporte des draps et des matelas, qui donne un coup dans le distributeur ? En l’absence de témoins directs dans le bâtiment37, la question du matériel devient centrale. Quand la cour et l’avocat général s’appuient sur la présence ou l’utilisation d’un objet pour étayer des soupçons de culpabilité, la défense propose d’autres extraits qui remettent en cause ces interprétations. Le président diffuse par exemple une vidéo où l’on voit l’un des accusés, N.A., décrocher une partie d’une dalle et l’envoyer en direction des policiers38. Il prend alors l’objet comme preuve en soi de l’implication de N.A. De son côté, la défense cherche à reconstituer les événements et, en quelque sorte, le parcours de l’objet. L’avocat de N.A. montre via d’autres images que la dalle avait été cassée auparavant par un homme, que l’accusé a imité d’autres personnes, qu’il a également lancé des objets vers le bâtiment et que, quelques minutes plus tôt, les policiers avaient envoyé des gaz lacrymogènes dans la cour avant de repartir. Le projectile, plutôt qu’une arme, serait donc selon lui un moyen pour le retenu d’exprimer sa colère. La défense, en recontextualisant la situation et en convoquant un autre objet (la bombe lacrymogène), modifie le regard porté sur le premier. De même, alors que l’un des étrangers est accusé d’avoir amené des draps dans une chambre qui, plus tard, a pris feu, ses avocats soulignent que des dizaines de personnes y sont entrées auparavant et par la suite, suggérant que ce sont aussi les linges déposés par d’autres qui ont entraîné l’incendie39.

62Dans le cadre des enquêtes policières, les objets sont en général utilisés à la fois comme des supports d’informations directs (ils portent les traces d’infractions à la loi) et comme des leviers d’investigation pour interroger les suspects (de Fornel, 1993). Ce second mécanisme est exploité à plein dans le procès de Vincennes où les objets, absents matériellement, ne peuvent être examinés pour eux-mêmes. Il s’agit alors moins de les « faire parler » que de les soumettre aux interprétations contradictoires des différents acteurs en présence : juges, avocats et condamnés. Dans ce contexte, les objets constituent un appui essentiel pour la défense. Ils lui permettent de soulever, contre l’attribution de responsabilités individuelles, la question des motifs, de la durée et du caractère collectif des mouvements. Les allers-retours entre les avocats et la cour montrent à quel point les objets sont un enjeu pour l’avenir à court et moyen terme des étrangers. Ils contribuent à déterminer ou non leur culpabilité et les modalités de leur condamnation.

  • 40 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 20 octobre 2011.

63Le rapport aux objets au cours du procès est d’autant plus intéressant qu’il passe lui-même par un instrument, les caméras, qui orientent doublement la vision qu’on en a. D’une part, elles ne donnent qu’une image partielle des événements car elles sont limitées aux vidéos du 21 et 22 juin et ne filment pas certains endroits (ni les toilettes, ni les chambres, d’où sont partis la plupart des incendies). D’autre part, leur disposition ne permet pas de tout voir ou laisse voir des choses qui n’en sont pas. Le président de la cour précise lui-même que les scènes peuvent prêter à différentes interprétations selon les angles choisis40.

  • 41 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 14 octobre 2011.

64Le cas des briquets est là encore emblématique. L’un des motifs de la condamnation étant la « dégradation de biens par incendie », la cour se doit d’identifier la présence ou non de ces appareils dans les mains des prévenus. Or, pendant les audiences, comme la qualité des enregistrements ne permet pas de les reconnaître avec certitude, ils se retrouvent au cœur d’un débat. Alors que le procureur et les avocats des parties civiles identifient sur les vidéos des lueurs qu’ils associent à ces objets, les avocats de la défense montrent que, sur d’autres images, des écrans de montre ou de téléphone portable peuvent, avec la lumière, créer un reflet trompeur41. Le petit instrument cristallise ainsi des interprétations différentes de l’événement. Tandis qu’il est pour les uns un élément de preuve de la culpabilité individuelle des prévenus, il est dénoncé par la défense comme un faux-semblant qui contribue à occulter la responsabilité de l’État dans l’incident. L’ambivalence des bandes de vidéo-surveillance apparaît ici avec acuité. Alors qu’elles constituent le support matériel principal de l’enquête et qu’elles sont censées permettre d’objectiver la situation, elles sèment le doute plus qu’elles ne le lèvent. Contrairement aux objets mis sous scellés dans les instructions, qui peuvent être observés, manipulés, analysés par les experts, la vidéo apporte certaines informations mais brouille la lecture des événements en ajoutant au débat sur le rôle des objets dans l’incendie celui de leur présence ou non sur les lieux.

  • 42 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 14 octobre 2011. Un compte rendu dét (...)

Encadré 2. Le procès en appel et les vidéos - Notes de terrain42
Après avoir diffusé la vidéo d’un couloir où Ma.D. sort d’une chambre avec de la literie (unité 1, caméra 2), le président passe une image du même couloir sous un autre angle (unité 1, caméra 3). Durant toute la durée de cette séquence, le couloir est occupé par plusieurs retenus qui font des allées et venues entre différentes chambres, souvent chargés de matelas ou de linge. Au milieu d’eux, à 15h28, le prévenu sort d’une chambre avec un matelas. Quelques minutes plus tard, il fait passer un objet enflammé d’une chambre à une autre, au fond du couloir à droite. Qu’est-ce que c’est ? demande le président. Ma.D. ne se souvient pas. Il suppose qu’il s’agit d’un mouchoir ou d’un journal. Et qu’est-ce que vous allez faire ? enchaîne le président. Je ne sais pas, répond-il, on rentre, on sort, sans chercher à comprendre pourquoi.(...)
Peu à peu, le couloir se vide et de la fumée commence à apparaître au fond à droite, au niveau de la chambre en question. Des retenus courent, certains récupèrent des affaires. A 15h37, le couloir est noir de fumée. Une explosion de faible portée a lieu, laissant des flammes rouges apparaître. Le président résume avec une pointe de cynisme : Vous êtes entré avec un torchon ou un journal enflammé dans une chambre. Deux/trois minutes plus tard, la fumée a pris et il y a eu une explosion. Qu’en pensez-vous ? Je ne sais pas, dit le prévenu. Il y avait toujours des gens qui rentraient et sortaient (…) Je ne sais pas qui est qui et qui a fait quoi. Me Boitel, son avocate, après avoir montré que de nombreuses personnes sont entrées avant et après Ma.D. dans cette chambre, demande à repasser au ralenti cette vidéo à 15h31 et 10 secondes : avant l’arrivée du prévenu, un homme posté à côté de la chambre se protège le visage avec un linge, ce qui laisse supposer qu’un dégagement de fumée – et donc un départ de feu – auraient déjà eu lieu. (...)
Me Braun remarque qu’il serait intéressant d’identifier le départ de feu qui est à l’origine de l’incendie. Si cela n’a pas été fait, note-t-il, c’est sans doute car l’expertise demandée par les avocats de la défense en première instance n’a pas eu lieu. Me Boitel précise que le départ de feu identifié dans le rapport de l’instruction comme à l’origine de l’incendie ne se situait pas dans cette partie du CRA mais à son opposé, dans la salle de détente.

Conclusion

65Objets d’agrément, du maintien de l’ordre et de la contestation, les équipements et les accessoires destinés aux retenus sont donc tout à la fois des objets dans, de et contre l’enfermement. Ce caractère éclectique rend leur analyse doublement pertinente.

66D’une part, elle révèle l’importance d’une réflexion sur le rôle et la place des objets dans l’étude des lieux de confinement. Les protestations de Vincennes montrent comment l’enfermement peut conférer un rôle déterminant à des objets anodins, et comment, à l’inverse, des appareils insignifiants peuvent conditionner l’espace, l’organisation ou le fonctionnement de la rétention. Elles incitent ainsi à explorer et prolonger les recherches sur la fonction sociale des objets. Kaufmann (1997) a montré que ces derniers participent à la construction du monde comme allant de soi. Dans le contexte de l’enfermement, ils participent plutôt à constituer un autre monde qui, au contraire, matérialise un certain ordre de fonctionnement et, de ce fait, cristallise des tensions. Les mouvements soulignent ainsi la nécessité de réinscrire les objets non seulement dans les interactions qui leur donnent sens, mais aussi dans leur propre environnement matériel. En étant introduits dans un dispositif coercitif, les objets dédiés au confort voient leurs fonctions se recomposer en présence d’autres objets – institutionnels ou personnels, contraignants ou non, usuels ou exceptionnels – avec lesquels ils fonctionnent ou auxquels ils sont confrontés. Un prolongement intéressant de l’analyse pourrait être, dans cette perspective, de s’intéresser aux implications sensorielles du dispositif. La porte qui claque, l’ampoule qui bourdonne, les effluves de la nourriture conditionnée, les échos d’une manifestation à l’extérieur, tout cela concourt aussi, et sans doute plus qu’on ne le croit, à modeler et à faire vaciller les relations au sein de l’institution.

67D’autre part, le détour par les objets éclaire le fonctionnement de la rétention, permettant par-là de saisir la spécificité d’un mouvement protestataire qui s’éloigne des formes classiques de mobilisation. Contrairement à ce qui a pu être avancé, le fait que les retenus s’en prennent aux équipements qui leurs sont destinés n’est ni anecdotique, ni irrationnel. À travers les objets, c’est l’institution elle-même qui est en jeu. Les mouvements ne résultent pas simplement du refus de certains étrangers d’être reconduits ou d’un confort matériel minime, mais expriment un rejet conjoint des conditions et du principe de l’enfermement. La révolte prend sa source dans une confusion inhérente au dispositif : la privation de liberté suppose que l’on contrôle avec des moyens disciplinaires une population qui n’est pourtant pas destinée à être sanctionnée. Cette réalité crée inévitablement un amalgame entre retenus et délinquants, tant dans les représentations que dans les pratiques, qui alimente des révoltes tout en y trouvant de nouvelles justifications.

Haut de page

Bibliographie

Anstett E., Gélard M. L., 2012, Les objets ont-ils un genre ? Culture matérielle et production sociale des identités sexuées, Paris, Armand Colin.

Appadurai A. (ed.), 1986, The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Bourdieu P., 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Minuit.

Bromberger C., Chevallier D., 2000, Carrière d’objets. Innovations et relances, Paris, éd. de la MSH.

Cimade, 2008, Centres et locaux de rétention administrative, Rapport 2007, Paris, Cimade.

Cimade, 2009, Centres et locaux de rétention administrative, Rapport 2008, Paris, Cimade.

Clochard O., 2010, Le contrôle des flux migratoires aux frontières de l’Union européenne s’oriente vers une disposition de plus en plus réticulaire, Carnets de géographes, n° 1.

Collectif, 2008, Feu au centre de rétention, Paris, Libertalia.

Conein B., Thévenot L., Dodier N. (dir.), 1993, Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, éd. EHESS.

Darley M., 2009, L’enfermement des étrangers en Autriche et en République tchèque : du contrôle et de son contournement, in Kobelinsky C., Makaremi C., Enfermés dehors. Enquêtes sur le confinement des étrangers, Paris, éd. du Croquant, 63-84.

Dassié V., 2010, Objets d’affection. Une ethnologie de l’intime, Paris, éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques.

De Certeau M., 1990, L’invention du quotidien, Tome 1 : Arts de faire, Paris, Gallimard.

Desjeux D., Garabuau-Moussaoui I., 2000, Objet banal objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan.

Dodier N., 1993, Les arènes des habiletés techniques, in Conein B., Thévenot L., Dodier N. (dir.), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, éd. EHESS, 115-140.

Enjolras F., 2010, Des policiers aux frontières. La gestion ordinaire d’un centre de rétention, in Fassin D. (dir.), Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, 219-243.

Fischer N., 2007, Entre urgence et contrôle. Éléments d’analyse du dispositif contemporain de rétention administrative pour les étrangers en instance d’éloignement du territoire, Recueil Alexandries.

Fischer N., 2010, Les corps-frontières. Atteinte physique et expertise médicale dans un centre de rétention administrative, in Fassin D. (dir.), Les nouvelles frontières de la société française, Paris, La Découverte, 477-498.

Fornel M. de, 1993, Faire parler les objets. Perception, manipulation et qualification des objets dans l’enquête policière, in Conein B., Thévenot L., Dodier N. (dir.), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, éd. EHESS, 241-265.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Goffman E., 1968, Asiles, Paris, Minuit.

Jounin N., Palomares E., Rabaud A., 2008, Ethnicisations ordinaires, voix minoritaires, Sociétés contemporaines, 70, 7-23.

Julien M. P., Rosselin C. (dir.), 2009, Le sujet contre les objets... tout contre, Ethnographies de cultures matérielles, Paris, éd. du Comité des travaux historiques et scientifiques.

Kaufmann J.-C., 1997, Le monde social des objets, Sociétés Contemporaines, 27, 111-125.

Kobelinsky C., Makaremi C., 2009, Enfermés dehors. Enquêtes sur le confinement des étrangers, Paris, éd. du Croquant.

Kopytoff, I., 1986, The Cultural Biography of Things: Commoditization as Process, in A. Appadurai (ed.), The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press, 64-91.

Latour, B., 1994, Une sociologie sans objet ? Note théorique sur l’interobjectivité, Sociologie du travail, 4, 587-607.

Linhardt D., 2004, Réclusion révolutionnaire. La confrontation en prison entre des organisations clandestines révolutionnaires et un État – le cas de l’Allemagne dans les années 1970, Cultures et conflits, 55, 113-148.

Majerus B., 2011, La baignoire, le lit, la porte. La vie sociale des objets, Genèses, 95-119.

Makaremi C., 2007, Vies « en instance » : Le temps et l’espace du maintien en zone d’attente. Le cas de la « Zapi 3 » de Roissy-Charles-De-Gaulle, REVUE Asylon(s), n° 2.

Maurer S., 2001, Le mouvement des chômeurs de l’hiver 1997-1998. Retour sur un « miracle social », Revue française de sciences politiques, 51, 371-407.

McAdam D., Tarrow S., Tilly C., 2001, Dynamic of contention, Cambridge, Cambridge University Press.

Merklen D., Murard N., 2008, Pourquoi brûle-t-on des bibliothèques ? Violences sociales et culture de l’écrit, janvier.

Morice A., 2005, Les émeutes urbaines d’octobre-novembre 2005 en France : comprendre avant de juger, Pajol, décembre.

Morice A., 2008, Taser en rétention. Violence à l’abri des regards, Rue 89, 27 février.

Mucchielli L., Ait-Omar A., 2007, Les émeutes de lʼautomne 2005 dans les banlieues françaises du point de vue des émeutiers, Revue internationale de Psychosociologie, 30, 137-155.

Haut de page

Notes

1 Décret n° 2001-236 du 19 mars 2001 relatif aux centres et locaux de rétention administrative.

2 Comment aborder une institution en sortant des normes à partir desquelles elle fonctionne ? Si je me permets par commodité́ d’avoir recours à la terminologie officielle (retenus, reconduite à la frontière, éloignement), cela ne saurait masquer l’hétérogénéité du groupe ainsi constitué et le caractère à la fois construit et euphémisant de ces catégories, qui sera questionné dans le corps du texte.

3 La loi limite à 140 places la capacité maximale des CRA. Situé en région parisienne, le site de Vincennes était en 2008 officiellement constitué de deux centres distincts représentant 280 places. Cependant, les bâtiments étaient contigus et gérés par les mêmes équipes administratives, policières, médicales et associatives. En 2012, à l’occasion d’un procès faisant suite à l’incendie d’une partie de la structure, la cour d’appel de Paris a reconnu que le centre était « artificiellement divisé » en deux CRA et que la « concentration » d’un grand nombre de personnes sur un même site avait « facilité les incidents ». Pour ces raisons, je parlerai du CRA de Vincennes, de son site 1 et de son site 2.

4 Cet article repose sur une recherche initiée en master et développée pour ma thèse. Il s’appuie sur une trentaine d’entretiens semi-directifs menés auprès de différents acteurs de la rétention liés aux événements de Vincennes (acteurs juridiques, policiers et administratifs ; militants et représentants associatifs ; anciens retenus impliqués dans les protestations). J’ai croisé ces données avec l’analyse d’articles, de communiqués de presse et de rapports (étatiques, parlementaires et associatifs) sur la question, ainsi qu’avec l’observation du procès qui s’est tenu à la suite de l’incendie (deux jours par semaine du 6 au 28 octobre 2011). Les audiences ont permis d’analyser conjointement le déroulement du procès, les récits des témoins des différentes parties et les bandes de vidéo-surveillance du centre diffusées à cette occasion (une dizaine d’heures).

5 Les CRA, officiellement créés le 5 avril 1984 par décision du Premier ministre, étaient jusque-là mis en place par le biais de circulaires basées sur l’ordonnance du 2 novembre 1945.

6 Décret n°2001-236 du 19 mars 2001 relatif aux centres et locaux de rétention administrative, article 4.

7 Loi n°81-973 du 29 octobre 1981 relative aux conditions d’entrée et de séjour des étrangers en France.

8 Entretien avec un haut fonctionnaire du centre, 13 décembre 2010.

9 Entretien avec deux policiers, 11 mars 2011.

10 Voir notamment les campagnes du réseau Migreurop et les activités de L’Observatoire de l’enfermement des étrangers (OEE).

11 Entretien avec un ancien retenu, 25 octobre 2011.

12 Entretien avec un ancien retenu, 29 mars 2011.

13 Décret n°2001-236 du 19 mars 2001 relatif aux centres et locaux de rétention administrative.

14 Pour plus de détails, voir Cimade, , 2008, 104-112 et 155-167 et 2009, 156-171 et 230-243.

15 Entretien avec un ancien retenu, 2 avril 2011.

16 Entretien avec deux policiers, 11 mars 2011.

17 Idem.

18 Contrôleur général des lieux de privation de liberté, Rapport 2008, Paris, 2009, 19.

19 Sur ce point, voir les rapports annuels publiés par la Cimade entre 2000 et 2009.

20 Entretien avec un haut fonctionnaire du centre, 13 décembre 2010.

21 Idem.

22 Collectif, 2008.

23 Reportage sur les mouvements du Mesnil-Amelot, Journal télévisé de France 2, 27 décembre 2007 [en ligne].

24 Entretien avec deux anciennes intervenantes de la Cimade, 29 janvier 2011.

25 Entretien avec un ancien retenu, 2 avril 2011.

26 CNDS (2009), Avis et recommandations à la suite des saisines n° 2008-25 et 2008-29. Citoyens-justice-police (2008), Mission d’enquête au centre de rétention administrative de Vincennes.

27 Voir, entre autres : Courrier envoyé par la Cimade à l’Inspection générale des services (IGS), 12 février 2008 ; Morice, 2008 ; articles dans le Nouvel Observateur (26 février 2008), Libération (25 février 2008), Le Parisien (25 février 2008) ; Communiqué de presse commun du Syndicat de la magistrature, de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et du Syndicat des avocats de France, 25 février 2008.

28 Collectif, 2008, 9 ; La machine à expulser, Web-documentaire de Julie Chansel et Michaël Mitz [en ligne] ; « Étrangers, de partout ? », À corps perdu, décembre 2008, 40 ; « Autour de quelques vautours de la machine à expulser - 1 », Fanzine, juin 2012.

29 Cimade, 2009.

30 Cf. par exemple les propos du chef de centre interviewé dans « La vie quotidienne en centre de rétention », Le Figaro, 4 janvier 2008 ou le communiqué de la préfecture de Police de Paris le 21 juin 2008, qui « dément qu’à lʼannonce du décès, des incidents aient éclaté à l’intérieur du centre ».

31 Entretien avec un haut fonctionnaire du centre, 13 décembre 2010.

32 « Expulsions, mode d’emploi », Reportage télévisé de France 2. Ce documentaire, limité aux situations de tournage autorisées par les services de communication de la préfecture, a été critiqué pour son caractère partial [en ligne].

33 Idem.

34 Voir notamment les dépêches sur le site internet de M6 et de TF1 le 22 juin 2008.

35 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 14 octobre 2011.

36 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 13 octobre 2011.

37 Les policiers ont attendu longtemps avant d’intervenir dans la « zone de vie » le 22 juin et l’homme de service présent à plusieurs reprises sur les vidéos de l’un des sites n’a pas été interrogé.

38 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 20 octobre 2011.

39 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 14 octobre 2011.

40 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 20 octobre 2011.

41 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 14 octobre 2011.

42 Notes de terrain, observation du procès en appel de Vincennes, 14 octobre 2011. Un compte rendu détaillé du procès (que j’ai corédigé) est disponible sur le site du réseau Migreurop [en ligne].

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louise Tassin, « « Ne cassez pas ce qui vous profite. » », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 12 juillet 2014, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8851 ; DOI : 10.4000/champpenal.8851

Haut de page

Auteur

Louise Tassin

Doctorante en sociologie à l’URMIS (Nice). Page professionnelle. Contact : louise.tassin@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org