Navigation – Plan du site
Dossier : objets et enfermement

Des Dieux, des hommes et des objets en prison

Apports heuristiques d’une analyse de la religion par les objets
Gods, Detainees and Artifacts in Prison. Heuristics of an Analysis based on material religion
Corinne Rostaing, Claire de Galembert et Céline Béraud

Résumés

Cet article propose, à partir d’une enquête sociologique sur la religion en prison, d’analyser la place spécifique qu’occupent les objets dans les pratiques sociales des détenus impliquant la religion. La plasticité sémantique des objets est exacerbée par le contexte carcéral, un univers de rareté, d’opacité et de faux-semblants. Les objets du religieux ouvrent de multiples occasions d’adaptations secondaires, ils apportent un supplément d’âme et des compensations, ils symbolisent des relations, protections et solidarités, ils offrent des opportunités d’évasions spirituelles, tout ce qui contribue à atténuer pour partie la rigueur de l’enfermement.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le numéro d’Ethnologie française, 1996, Culture matérielle et modernité (co-dirigé par M. Ségalen e (...)
  • 2 À l’instar de la manière dont T. Bonnot retrace ce qu’il nomme l’itinéraire biographique d’une bout (...)

1Le domaine de ce que les Anglo-Saxons nomment material culture s’est considérablement enrichi et diversifié ces dernières années grâce à l’ethnologie1. Dépassant une analyse statique des objets, celle-ci a mis l’accent sur leur vie sociale (Appadurai, 1986). L’objet n’est plus considéré selon sa seule matérialité mais davantage selon une approche postulant qu’acteurs et objets s’entre-définissent au fil des interactions qui les lient2. Ce type d’analyse a considérablement enrichi des perspectives classiques cantonnées à l’étude des accessoires plus ou moins obsolètes de la vie quotidienne, aux objets de culte, ou aux œuvres d’art (Bonnot, 2004). Emboîtant le pas de l’ethnologie, de nombreux travaux sociologiques insistent désormais sur l’importance du rapport entre le social et le matériel (Kaufmann, 1992a ; Segalen, Bromberger, 1996 ; Desjeux, Garabuau-Moussaoui, 2000 ; Houdart, Thiéry, 2011). Les objets « socio-techniques » comptent parmi les illustrations des perspectives ouvertes par ce nouvel agenda de recherche (Conein et al., 1993).

2Le religieux n’échappe pas à cette revalorisation comme l’illustre notamment le développement de ce qu’il est convenu d’appeler material approach to religion (inter al. Houtman Meyer, 2012 ; Meyer, 2011, 2012 ; Morgan, 2010 ; Orsi, 2012). Comme toute sphère d’activité sociale, religion et systèmes de croyance disposent d’une instrumentation et de points d’appui matériels ayant vocation à assurer des médiations tant avec les êtres invisibles (divinités, esprits ou principes abstraits) qu’entre les membres d’une même communauté (Derlon, Jeudy-Ballini, 2010).

  • 3 Un projet d’ouvrage est en cours de publication (Béraud et al., 2014).
  • 4 Notre démarche diffère en cela de celle de Barbara Thériault (2013) qui s’est concentrée exclusivem (...)

3En se décalant légèrement de la problématique des objets de l’enfermement, cet article se propose de souligner la valeur heuristique que peut avoir l’attention portée aux objets pour entrer dans l’intelligence de la place qu’occupe la religion dans l’enfermement. Il le fera en exploitant les résultats d’une enquête sociologique que nous avons menée sur la religion dans le monde carcéral (Béraud et al., 2013)3. Cette enquête ne s’est évidemment pas limitée aux aspects matériels du religieux. L’attention à cet aspect a cependant répondu, d’entrée de jeu, à l’intuition méthodologique qu’il s’agissait d’un analyseur précieux4. Il nous a semblé qu’il y avait là un fil rouge à ne pas négliger pour repérer la manière dont le religieux vient aux détenus, les lieux et moments dans lesquels il s’objective, les usages qui en sont faits, ce qu’il permet ou contraint de faire, etc. Autrement dit, les objets nous ont semblé un excellent révélateur – au sens de la métaphore chimique – du religieux carcéral, étant entendu par-là les modalités spécifiques selon lesquelles le religieux se configure en contexte d’enfermement.

  • 5 L’absence de statistiques religieuses rend ce constat empirique difficilement objectivable. Cela ét (...)
  • 6 Juridiquement formalisée, la possibilité des détenus d’accéder à ce que le Code de Procédure Pénale (...)
  • 7 Cette clef, signalant matériellement leur statut d’intervenant « à part », témoigne des affinités é (...)

4Non que nous postulions que le religieux soit en prison radicalement autre de ce qu’il est hors les murs. On retrouve dans le monde carcéral les logiques de pluralisation et d’individualisation religieuses qui s’expriment dans la société. Il n’en demeure pas moins que la dimension religieuse de la vie sociale s’y exprime avec une acuité singulière. Et ce au moins pour trois raisons. En raison tout d’abord des caractéristiques sociales d’une population pénale qui, du fait de la surreprésentation cumulative des étrangers et personnes issues de l’immigration (Tournier, Robert, 1991) et/ou des banlieues, présente une moindre sécularisation que la moyenne de la population nationale5. En raison ensuite d’une présence institutionnalisée du religieux6. Celle-ci s’incarne notamment dans les aumôniers agréés par l’Administration Pénitentiaire (AP), les seuls intervenants – hormis les surveillants – à disposer de la clef des cellules7. Cette « offre » religieuse est à la source (non exclusive) de la mise en circulation d’objets religieux (bibles, corans, images pieuses, tapis de prière, psautiers, croix, médailles, etc.).

  • 8 Pour l’illustrer, on peut souligner la faible participation aux cultes (essentiellement catholiques (...)
  • 9 Allport (1960) distingue les orientations religieuses intrinsèques (quand les motivations principal (...)

5Suggestive d’un mouvement de « dé-sécularisation » (Berger, 1999) et d’une résistance de la religion à la modernité, cette saillance de la religion en prison peut cependant se révéler trompeuse. Elle ne doit occulter ni le fait que le religieux y reste un fait minoritaire8 ni que le sens religieux des actes et des choses se révèle parfois fluctuant tant il est passible d’usages pluriels. Rien là, encore une fois, de propre au monde carcéral si ce n’est que dans cet univers de rareté, la disponibilité du religieux en fait une ressource matérielle et de construction de soi d’autant plus prisée que la réclusion dépossède le détenu de nombres de ses rôles et statuts antérieurs. Le recours au religieux à des fins tactiques – analysé comme une déviance par les personnels qui le considèrent comme une « religiosité de circonstance » – participe en effet d’une forme de « normalité » produite par le système carcéral lui-même. De tels usages procèdent d’adaptations secondaires bien décrites par Goffman (1968) ou de ruses des faibles (de Certeau, 1980, 2002) dont certaines peuvent être une affaire de survie en ce lieu (Bidart et al., 2011). En un mot, il existe encore plus, dans un monde contraint, d’« usages utilitaires » de la religion, ce qui ne permet toutefois pas de se prononcer en surplomb des acteurs sur leurs motivations profondes9.

6S’il est bien une chose que nous apprend l’attention portée aux objets, c’est ce caractère instable de la propriété religieuse laquelle s’actualise, s’objective et se déréalise selon les contextes d’action et les étapes de la carrière carcérale. Une instabilité d’autant plus forte que la dérégulation institutionnelle et l’individualisation du religieux prédisposent à cette malléabilité sémantique. La première partie de cet article s’attache ainsi à montrer le caractère somme toute contingent de cette qualification d’objets – que l’on nommera ici objets du religieux et non objets religieux.

7Le deuxième temps de cette réflexion se centre sur la place que prennent les objets du religieux dans les échanges carcéraux, les médiations qu’ils permettent, les conflits et débats qu’ils suscitent parfois. L’importance de ces enjeux d’échanges et médiateurs de liens sociaux au sein du monde carcéral mais aussi avec l’extérieur en constitue un excellent analyseur aussi bien de ce que l’enfermement fait à la religion que de ce que la religion fait à l’enfermement.

Une enquête sur le religieux carcéral attentive aux objets
Cette enquête, commanditée par la Direction de l’Administration pénitentiaire et cofinancée par le GIP-Justice s’est déroulée entre 2010 et 2012. Elle se fonde sur une approche ethnographique au sein de huit prisons françaises métropolitaines (trois maisons d’arrêt, deux centres de détention et trois maisons centrales, dans des établissements pour hommes et pour femmes). Les observations réalisées s’inscrivent dans un périmètre large de ce qui peut être considéré comme « religieux ». Elles concernent certes – mais pas exclusivement – les moments et lieux cultuels (celui des cultes, des activités, des fêtes religieuses) et les tournées des aumôniers que nous avons pu accompagner en cellule. Elles englobent également des situations n’impliquant pas a priori la religion (audiences en commission disciplinaire, Commission Pluridisciplinaire unique, surveillance de promenade du haut d’une guérite, vérification, distribution et ramassage du courrier, services des repas et livraison des cantines etc.) ou des interactions entre détenus, entre détenus et aumôniers, entre détenus et personnels et même entre personnels qui dépassent stricto sensu les échanges autour du religieux.
Le fait d’avoir intégré d’entrée de jeu dans notre démarche ethnographique un travail de constitution de sources iconographiques via la prise de photographies (plus de 600 clichés) a incité à l’attention aux détails, à repérer des objets du religieux y compris dans des lieux inattendus (bureau des personnels, couloirs, cuisine, etc.). La photographie a été mobilisée dans le sens proposé par A. Piette (1996, 149) comme « la médiation idéale pour découvrir de tels détails et stimuler un nouveau regard sur la vie sociale ». L’inclusion dans cet article d’une quinzaine de photographies donne accès par l’image à la complexité de la vie sociale qu’il est si difficile de décrire par l’écriture. L’image photographique a bien vocation ici documentaire et non esthétisante.
Dans le cadre de cette recherche collective, outre des entretiens avec des personnels et des aumôniers de différentes confessions, deux cents entretiens en face à face d’une durée d’une heure en moyenne ont été réalisés avec des personnes incarcérées, avec ou sans religion, au sein de cinq établissements différents. Lors de ces entretiens ont été posées des questions spécifiques ayant trait aux objets religieux possédés par les personnes détenues en cellule ou sur des objets portés par la personne interviewée ainsi que sur l’histoire de ces objets et les rapports entretenus avec eux. Cela a notamment souvent facilité les échanges sur les pratiques religieuses et le sens que leur donnent les acteurs.
C’est après une présence de plusieurs semaines au sein de l’établissement qu’étaient négociées les conditions d’entrée de l’appareil photo, un objet sensible en détention, conditions qui ont été à chaque fois différentes selon les prisons. Dans certains établissements, sa présence a fait l’objet d’une vigilance particulière, un gradé nous accompagnant pour réaliser des photos dans les endroits et cellules « repérées » préalablement par nous. Dans ce dernier cas, il va sans dire que nous avions sollicité l’accord de son occupant temporaire. Dans d’autres établissements, une totale confiance nous a été octroyée, nous permettant de réaliser des photographies assez librement sur les objets religieux possédés par les détenus ou portés sur eux (toujours sous réserve de leur accord) ou de photographier les lieux de culte et les cérémonies, en accord avec les personnes détenues et les aumôniers. Cette confiance a été parfois mise à l’épreuve d’une vérification de la carte mémoire de l’appareil par la hiérarchie afin de vérifier notamment le respect de la règle à laquelle nous nous étions engagées auprès de l’administration pénitentiaire de ne pas prendre en photo des personnes détenues de face ou des espaces sécurisés. Globalement, malgré ces épisodes particuliers, une confiance relative nous a permis la prise de clichés dans tous les établissements investigués. Les objets photographiés n’ont pas fait l’objet d’une mise en scène particulière.

I - Les objets du religieux révélateurs des fluctuations et intermittences du religieux carcéral

1) Des objets « religieux » ?

  • 10 Comme pour d’autres domaines tels par exemple l’esthétique (Schaeffer, 2004).

8Réfléchir sur la religion en prison à partir des objets pose d’emblée la question de la catégorisation d’objets comme « religieux ». Si l’on admet que les objets prennent formes et sens en fonction des usages et investissements qu’ils suscitent, définir a priori des objets religieux se révèle en effet une gageure. Toute tentative définitionnelle en termes de détermination ontologique (visant à cerner le religieux comme une propriété intrinsèque ou à en cerner les propriétés objectives) se heurte à de sérieuses difficultés10. Une telle entreprise est fortement compromise par la réalité du découplage fréquent de certains objets spontanément identifiés à des activités propres à la religion avec des telles activités ou, à l’inverse, par le constat de la mobilisation d’objets aux fonctionnalités a priori non religieuses dans le cadre d’activités religieuses. Il ne suffit donc pas de déduire cette qualité des propriétés fonctionnelles des objets. Certains sont destinés à instrumenter des activités religieuses. C’est le cas des accessoires liturgiques ou nécessaires à certaines pratiques religieuses (tapis de prière, chapelet, icônes, teffiline ou châle de prière), des livres « saints » (Bible, Coran, psautiers, recueil de prières, livres d’édification religieuse) ou autres. Ces artefacts religieux, fruits d’une cristallisation historique longue, condensent croyances et représentations, sollicitent des pratiques dévotionnelles et des modes d’être. Ils ne sont certes pas dénués à ce titre d’une efficace propre, notamment dans les rituels dont ils constituent des points d’appui importants. Mais cette évidence est trompeuse dès lors que le constat s’impose du caractère non déterminant de ces artefacts sur la pratique. En témoignent notamment l’indifférence que peut susciter une représentation religieuse (parfois non identifiée comme telle) ou encore la réalité d’usages multiples qui les dé-fonctionnalisent en les extrayant du contexte religieux : une bible peut se transformer en cale sous un lit ou une table, un chapelet devenir un ornement ou une parure, un tapis de prière faire office de rideau, etc.

9Dans un monde de rareté des biens et de réclusion, il est encore plus fondamental de ne pas réduire les objets à leur fonction initiale ou traditionnelle. L’attention portée à l’action située invite à souligner combien le changement de contexte – ici, l’enfermement – est de nature à modifier l’usage, la nature ou le statut même de l’objet (Julien, Rosselin, 2005, 68). Les études anthropologiques l’ont amplement montré : la destination fonctionnelle initiale de l’objet (…) n’est finalement qu’un usage de l’objet parmi d’autres, correspondant à une étape de son parcours, et pas obligatoirement aux pratiques effectives de ses manipulateurs successifs (Bonnot, 2004, 157). De manière illustrative, le film Hunger de Mcqueen (2008) fait apparaître Bobby Sands déchirant les pages d’une bible pour rouler ses cigarettes et ses joints puis, dans une séquence postérieure, déclarant à l’aumônier catholique (lequel ne s’en émeut d’ailleurs guère) qu’il serait temps de l’approvisionner en cigarettes, faute de quoi les psaumes étant finis, les Évangiles ne manqueront pas d’être entamés. Des objets disponibles sont ainsi détournés de leur usage initial pour compenser des objets manquants ou interdits : on se sert des tapis de prières pour tapisser un mur, d’une représentation religieuse comme élément décoratif, d’un chapelet comme bijou. Reste que la propriété religieuse de l’objet résiste parfois à des emplois profanes ainsi qu’en témoigne le destin de ce tapis de prière qu’un détenu musulman entendait transformer en descente de lit.

« Pourtant c’est un tapis ! »
Ma mère m’a dit « tu ne fais pas ça hein ? ». Moi je trouvais ça bien. Il était pas mal. Il était bleu. Je me suis dit « je vais le mettre là, il va être bien ». Après je me suis dit : « non, il ne faut pas faire ça, les autres vont voir ça ». Alors j’ai dit « bon, ça va, je vais le donner ».
Parce que ça risquait de poser des problèmes de l’utiliser ainsi ?
– Oui. J’en ai pris un autre (pas un tapis de prière) sur la Redoute. Je l’ai mis par terre. Ça n’a gêné personne. Pourtant c’est un tapis ! ».

10À l’inverse, des objets qu’on pourrait qualifier a priori de profanes (par opposition aux objets « religieux ») peuvent changer d’état et se retrouver impliqués pour une activité religieuse plus ou moins durable : une table peut devenir un autel ou une couverture pliée en quatre se muer en tapis de prière de fortune comme nous avons pu le voir en cellule disciplinaire.

11Entre ces deux pôles se trouvent ces objets hybrides et difficilement qualifiables. Le calendrier « la bonne semence » (petit éphéméride religieux distribué par les aumôniers chrétiens), présent dans de nombreuses cellules, est-il un agenda ou – à travers les méditations religieuses qu’il propose jour après jour – un livre d’édification religieuse ? Que dire de cette bassine de confiture en cuivre aperçue dans un local d’aumônerie qui, de manière très occasionnelle, « entre en religion » pour servir de baptistère pour les baptêmes (rares en prison) et n’est qu’employée le reste du temps comme un vulgaire réceptacle des gouttes d’eau s’échappant d’un tuyau vétuste ?

12Cette incertitude de catégorisation vaut également s’agissant des représentations religieuses qui viennent parfois orner certains espaces de la prison, tels que les bureaux administratifs ou l’infirmerie. Faut-il par exemple qualifier de religieuses les reproductions de l’église d’Auvers-sur-Oise de Van Gogh (repérée à l’infirmerie d’un centre de détention), de Saint Jérôme du Caravage (décorant les murs d’un des directeurs adjoints du même CD), sans parler d’une imposante icône or et argent représentant la vierge d’objets religieux aperçue dans le bureau d’un directeur ? Rien ne le permet si l’on ne prend en compte les perceptions des acteurs qui parfois ne reconnaissent, ni n’identifient la connotation religieuse desdits objets. Pour ne prendre que le dernier exemple de l’icône dans le bureau du directeur : celui-ci nous a confié avoir mis plusieurs mois avant de s’apercevoir de la présence de cet objet laissé par son prédécesseur. Tout au plus peut-on constater que cette qualification peut se constituer en enjeu de controverse à un moment ou l’autre et subir une forme de mise à l’épreuve à laquelle elle résistera plus ou moins selon les cas.

2) Le lieu incertain du religieux

13Il serait tout aussi trompeur d’assimiler le sens « religieux » des objets aux activités cultuelles dans lesquelles ils se trouvent engagés. Leur manipulation rituelle contribue à en stabiliser – un temps du moins – le sens, à les charger en signification religieuse, voire en sacralité. Dans ces activités, les objets fonctionnent même comme des artefacts cognitifs susceptibles d’agir sur nos représentations et nos engagements dans l’action et comme médiations entre êtres humains et divins.

14Mais le phénomène religieux ne se cantonne pas aux espaces et activités collectives qui lui sont consacrés. Pas plus qu’à l’extérieur, il n’y a de frontières nettes délimitant le domaine religieux du « reste ». La religion est certes présente avec une intensité ou une densité particulière dans les lieux de culte (lorsqu’il en existe), lors des activités relevant des différentes aumôneries confessionnelles (chorale, groupe de parole, cinéma, études bibliques) ou lors des fêtes religieuses. Mais le phénomène religieux excède largement ces espaces dédiés et ces temps institutionnalisés. Des objets signalent sa présence dans les cellules. La cellule individuelle, souvent comparable à un « refuge » au sens de Goffman (1968, 198) peut même faire une large place au décorum religieux composé de cartes postales et images pieuses (du Christ, de vierges, de saints et saintes, de la Ka’aba, de Lourdes, etc.), de chapelets, livres saints, tapis de prière, calligraphies coraniques, calendriers de prière, croix, magazines confessionnels, du parfum ou de l’encens. Le placard de la cellule de Marc, détenu en maison d’arrêt, en livre une illustration évocatrice (photo 1).

Photo 1.

Photo 1.

Marc a réussi à recouvrir tous les espaces vides par des photos, souvent de nature religieuse, son armoire mais aussi sa poubelle couverte par des couvertures du magazine La vie. Sont affichées sur ce placard des images de la vierge, du Christ, de Bernadette Soubirous, de Sainte Hiltrude, mais aussi des cartes postales représentant une église, la Pietà de Michel-Ange, Lourdes, le linceul de Turin ou un hommage à Marie à l’occasion des illuminations du 8 décembre à Lyon. Ont été rajoutés des marque-pages donnés par les aumôniers lors de certaines messes, des représentations graphiques de Jean Le Baptiste ou encore les paroles d’une chanson.

15Il y a là une manière d’habiter l’espace anonyme de la cellule, de se l’approprier, de la faire sienne par la création d’un univers personnalisé peuplé de repères propres, souvenirs, et objets d’affection (Dassié, 2010). L’objet religieux ne constitue qu’une pièce de ces agencements semblables à des mosaïques identitaires (Strauss, 1992).

16Si certains chapelets peuvent se trouver également mêlés à l’humble bric-à-brac de la vie quotidienne (Descola, 1994, 61), d’autres se voient réserver une place propre témoignant d’un mode de traitement spécifique, d’autres encore sont cachés. On observe dans certaines cellules des formes de modalisations des objets qui les sacralisent soit en les associant à d’autres (un brin de buis ou d’olivier béni) soit en les séparant des autres objets pour les mettre à l’abri d’une souillure. Cette différenciation peut conduire les détenus les plus observants à consacrer un espace au religieux, via l’installation de petits oratoires ou autels (photos 2 et 3).

Photo 2.

Photo 2.

La photo 2 montre le « petit autel que s’est confectionné Tedev, de nationalité géorgienne et de confession orthodoxe, incarcéré en maison centrale, pour une longue peine. Il a entièrement vidé un placard même s’il ne dispose plus que d’une place réduite pour ranger ses vêtements et ses réserves de nourriture afin de le sanctuariser par des images représentant principalement la vierge, le Christ, mais aussi des apôtres et des patriarches de Géorgie (Élie II). Il a récupéré un pot dans lequel il a mis de l’huile et il a fabriqué une mèche à partir d’une serpillère. Deux bibles et des livres religieux sont visibles. C’est devant cet autel qu’il se recueille et prie plusieurs fois par jour. Tedev a sollicité et obtenu la visite d’un pope en prison, un grand moment pour lui au cours de sa détention.

Photo 3.

Photo 3.

La photo 3 montre ce que Charles appelle sa petite chapelle. « J’ai pu avoir une chapelle dans ma cellule. C’est-à-dire que je ne demande pas grand-chose. Le mobilier. La table je n’ai jamais mangé là-dessus. Je l’ai consacrée à ma chapelle : je peux manger debout c’est pas un souci. Ma chapelle c’est beaucoup plus important. J’ai un bol d’huile comme à l’ancienne avec une lumière allumée 24 heures sur 24. Je me suis débrouillé, j’ai mis de l’huile, j’ai confectionné une mèche et l’ai fait passer dans un bouchon de liège et la lampe est allumée tout le temps. Sur sa table on aperçoit une poupée de cheveux, son fétiche. Un récipient rempli d’huile avec une flamme qui se consume au bout d’une longue mèche qu’il explique avoir fabriquée avec les fils d’une serpillière. On aperçoit également une petite boîte avec des aiguilles. Il m’explique qu’il les verse par terre dans un cercle de farine et que cela lui permet de lire l’avenir. Il y a un crayon « parce que parfois j’ai besoin d’écrire ».

Photos 4 a et 4b.

Photos 4 a et 4b.

17À ces formes de présence du religieux dans les activités cultuelles et les cellules s’ajoute une forme de présence disséminée. Les matérialités à teneur religieuse ou religieusement connotées se baladent et circulent dans les coursives, dans la rue, les cours de promenade ou dans les cuisines. On les croise sous la forme de pendentifs, symboles religieux plus ou moins arborés que véhiculent les détenus (photos 4 a et b de détenus portant un chapelet), ou encore sous la forme de mets et biens « hallal » ou « casher » cantinables (photo 5 ci-dessous), de livres à la bibliothèque, ou encore de repas dits « confessionnels », « musulmans » et des collations du ramadan.

3) Une qualification religieuse qui ne va pas toujours de soi

  • 11 Petit bâtonnet faisant office de cure-dent dont les musulmans font parfois usage en imitation du pr (...)

18Les interrogations du chercheur sur les contours du religieux n’épargnent ni l’administration, ni ses personnels. Or, cette qualité « religieuse » constitue un enjeu important. Elle peut ouvrir – sous certaines conditions – un droit à l’entrée en détention non seulement à toute une série d’objets liés à la religion (médailles, chapelets, livres, châles de prière, tapis, siwak11, etc.) mais encore à des mets et colis lors des fêtes religieuses. Les médailles religieuses (outre l’alliance) sont en principe les seuls bijoux autorisés. Il n’est ainsi pas rare que les personnes incarcérées invoquent la nature religieuse de tel ou tel bijou personnel pour pouvoir le conserver.

19Confrontés à ces objets ou demandes, les personnels ne sont pas toujours en mesure de départager ce qui est religieux de ce qui ne l’est pas. Les précisions apportées par les textes réglementaires ou notes de service ne remédient pas à toutes les incertitudes. L’illustrent par exemple les malentendus récurrents ayant trait à la présence de tefillines en cellule.

Photo 6.

Photo 6.

Photo 6 : Le teffiline fait fréquemment l’objet de rappels à l’ordre par l’AP. Il s’agit de lanières de cuir placées autour des bras qui relient deux petits boîtiers cubiques comprenant des passages bibliques. Cet objet mal connu par les personnels suscite en effet parfois des tensions entre certains surveillants – bien intentionnés ou non – qui voient dans ces longues lanières de cuir un instrument de strangulation potentiel et des détenus qui invoquent leurs droits au libre exercice du culte. Plusieurs surveillants ont, dans le cours de l’enquête, exprimé leur perplexité comme Jérémie : « On avait des juifs qui avaient… C’était une espèce de truc en bois avec des lanières… On ne savait pas trop quoi… Des objets comme ça ils peuvent être considérés comme des armes… pour eux non, c’est considéré comme un outil de religion ». Cette perplexité conduit à une réflexion sur la portée pédagogique des directives au niveau de l’administration centrale qui a remanié une note qui existait déjà afin de mieux expliciter la mise à disposition des teffilines et du talit pour les détenus de confession israélite.

20Ces incertitudes sont exacerbées par la pluralisation religieuse. Bouleversant les évidences culturelles, cette dernière complexifie cette identification conduisant les surveillants à commettre, parfois à leurs dépens, des impairs comme par exemple, manipuler sans égard un objet ayant valeur sacrée pour le détenu. Ces incertitudes sont d’autant plus problématiques lorsque l’AP ne dispose d’aucun interlocuteur institutionnel susceptible de l’éclairer. Que faire du fétiche de ce détenu qui le réclame ? Cette poupée de cheveux qui permet de pratiquer le culte des ancêtres entre-t-elle ou non dans la catégorie d’objets religieux ? Bien que les personnels traitent de ces questions avec un relatif pragmatisme en se référant au jugement du sens commun (le cas échéant en mobilisant l’expertise de tel ou tel agent connaisseur des us et coutumes des traditions mal connues), certains cas remontent aux délégations régionales ou à la Direction de l’Administration Pénitentiaire (DAP). Cette dernière peut avoir ainsi à se prononcer sur des objets inconnus de tous mais dont le détenu revendique le caractère religieux. À cet égard, l’anecdote racontée infra par la référente culte de la DAP est riche d’enseignements sur la manière dont un objet a priori non identifié par les personnels et leurs gradés finit, au terme d’une série d’épreuves de jugements successifs par accéder à la qualification religieuse.

Qualification religieuse d’un lambaména

Un été, j’ai eu une question : un détenu veut son lambaména, c’est-à-dire une grande pièce de tissu imprimé, un détenu en maison centrale. Le chef d’établissement lui a enlevé ce tissu, je ne sais pas pourquoi, ni le contexte. Le détenu proteste « vous m’enlevez quelque chose qui est fondamental pour moi. Dans ma religion – je ne sais même pas s’il emploie le mot religion – ou dans ma culture. C’est très important. C’est mon tissu c’est mon lambaména. C’est dedans que je veux être enterré, c’est ma culture. » Et on vous dit : qu’est-ce que c’est que ça ? Est-ce que c’est vraiment un truc religieux ? La question passe par le correspondant des cultes (au niveau de la délégation régionale) qui dit « moi je n’en sais rien du tout… ». Et il renvoie sur l’administration centrale et ça arrive sur mon bureau. Alors comment on fait ? Je commence à me renseigner : c’est un détenu de Madagascar donc je téléphone un peu partout, y compris à l’autorité consulaire pour savoir de quoi il s’agit et là on me donne un premier registre d’infos en me disant « c’est juste » et on me renvoie sur un site internet et j’ai plein d’infos. Et on me dit c’est juste et je trouve d’autres informations, une thèse qui dit bien que ce tissu-là effectivement… C’est un culte animiste, dans lequel la question de l’ancêtre, la façon dont on est enterré, du rite funéraire, la fonction de ce tissu est tout à fait importante. Ensuite je vais questionner le Bureau Central des Cultes au ministère de l’Intérieur pour savoir s’il y a une association représentante, une organisation sur laquelle je puisse m’adresser. Il n’y en a pas vraiment… Et du coup, j’ai estimé que j’avais suffisamment d’éléments pour répondre « oui il s’agit bien d’un tissu religieux ». Et du coup, vous le remettez au détenu… parce que le chef d’établissement comme il avait vu une inscription genre « bon baiser de Tananarive », il avait pensé que c’était un objet folklorique… on lui a donc dit « même s’il n’y a pas d’inscription de nature religieuse, l’objet peut être considéré comme un objet de culte et remis au détenu… ». Mais c’est très intéressant le chemin qu’il faut parcourir, les infos qu’on doit prendre, j’ai aussi été au service de la sécurité pour savoir si ça posait un problème. On m’a dit que non.

  • 12 Cf. le règlement intérieur type proposé dans le CPP (art. R-57-16-18).

21Cette reconnaissance de la religiosité des objets ne joue toutefois pas toujours à leur avantage. La désignation de la djellabah comme un signe « ostentatoire » (l’assimilant non seulement aux foulards proscrits dans les écoles, encore à un vêtement religieux) justifie qu’elle soit proscrite des parties communes des établissements12. Cela étant, la formalisation des droits et des usages des objets religieux ne suffit pas à homogénéiser les pratiques et tolérances au sein de chaque prison. Ces règles peuvent être modulées localement. Le degré de visibilité d’objets connotés religieusement varie d’un établissement à l’autre. Le port de la djellabah – strictement interdit ici (sous peine de sanction), toléré là – peut ainsi constituer un bon indicateur des ajustements localisés des règles prescrites par l’administration. D’un établissement à l’autre, l’usage qui est fait des calendriers de prière par les personnels de l’administration révèle des perceptions différentes de la place et du rôle de l’islam dans la vie de l’établissement. Dans telle maison d’arrêt, les calendriers de prière musulmans sont affichés un peu partout dans les parties communes et sont symptomatiques d’un usage de la religion comme ressource d’apaisement. Tel n’est pas le cas dans telle centrale à la réputation sécuritaire où l’islam est perçu comme une menace intérieure : ces calendriers sont punaisés sur les murs intérieurs des postes de commande, à charge pour les surveillants de vérifier, en cas de rassemblement suspect sur la cour de promenade, qu’il ne s’agit pas d’une prière collective (interdite par le règlement).

4) Des objets témoins de la pluralisation religieuse

22Analyseur du lieu incertain du religieux, révélateur de l’instabilité des qualifications religieuses et des variations des régulations locales le concernant, les objets du religieux constituent enfin de bons traceurs des transformations historiques du religieux en prison. Ce Christ entreposé dans les caves de l’établissement au milieu de caisses d’archives (photo 7) a, à lui seul, valeur de parabole.

  • 13 Lancé en 1988, ce programme a permis la construction de 25 prisons mises en service entre 1990 et 1 (...)
  • 14 Cette inertie passagère ne signifie pas pour autant une fin de carrière. Comment l’écrit T. Bonnot (...)

23Sa relégation souterraine est symptomatique des transformations historiques de la problématique religieuse en monde carcéral. Cette mise au rebut nous parle à la fois de l’empreinte déclinante du christianisme sur l’institution carcérale restée, malgré la politique de laïcisation, particulièrement accueillante au fait catholique. Certains établissements, et ceci vaut pour des établissements construits après la loi de 1905, portent encore les traces matérielles des affinités électives qui ont pu lier, à certains moments de l’histoire, la prison et la religion chrétienne. Si les représentations des sept péchés capitaux sur le mur d’enceinte de la maison d’arrêt des Baumettes ou l’existence de chapelles dans certains établissements comme à Rennes sont évocateurs de ces relations privilégiées, l’absence de salles dédiées au culte dans le programme 13 00013 est à l’inverse illustrative d’un reflux du religieux alors que les nouvelles préconisations concernant l’équipement des établissements en salles polycultuelles manifestent à la fois un retour et une mutation de celui-ci. Dans cette perspective, ce Christ dans le plus pur style expressionniste des années 1930, relégué dans les années 1990, est évocateur de la perte d’hégémonie du catholicisme en France. Il n’est plus qu’une trace de l’époque où le catholicisme, selon les termes des enquêtés, les plus anciens, faisait partie des murs et du décor. Mémoire religieuse de l’établissement, quelques rares aumôniers qui ont vieilli avec l’établissement se souviennent de ce Christ qui trônait du haut de ses trois mètres dans une chapelle érigée au sein même de l’établissement. La chapelle ayant été supprimée au bénéfice de la transformation du bâtiment en lieu de détention pour faire face à l’accroissement de la population pénale, ce Christ n’est aujourd’hui plus qu’un vestige d’un monde finissant (Hervieu-Léger, 2003). En attente d’un réemploi ou en sursis d’une destruction, ce Christ est évocateur du sort incertain revenant aux objets cultuels tombés en désuétude14. Dans un autre établissement, un chef d’atelier dit avoir récupéré au moment de la désaffection de la chapelle, l’autel en bois qu’il a reconverti en établi.

24La suppression de lieux « consacrés » exclusivement au culte catholique marque l’entrée dans une présence du catholicisme à éclipse. Elle va de pair avec un usage « intermittent » de croix, simples accessoires du culte, allongées et inertes dans les locaux d’aumônerie, en attente d’un prochain culte qui les ranimera le temps d’une célébration. Elle s’accompagne d’une pluralisation religieuse dont la présence de l’islam est l’expression la plus visible mais à laquelle participent d’autres expressions religieuses telles que le pentecôtisme, l’orthodoxie ou encore le bouddhisme avec lesquelles il faut désormais partager les lieux et composer.

II - Objets du religieux et échanges carcéraux

25Les objets du religieux sont motifs et prétextes à toutes sortes d’échanges en prison, allant du don au trafic, en passant par le troc. Ils impliquent des relations entre différentes catégories d’acteurs, y compris ceux qui ne s’intéressent pas à la religion. En cela, ils sont une source de renseignements à la fois sur la manière dont la religion entre et circule en prison et sur ce qui se joue dans les échanges touchant au religieux, que ceux-ci impliquent les rapports entre détenus et aumôniers, détenus et personnels, entre détenus, ou encore entre détenus et monde extérieur ou extra-mondain.

1) Les objets et les échanges entre aumôniers et détenus

26Les aumôniers qui accèdent librement aux cellules sont des véhicules et pourvoyeurs de nombreux objets en détention. La plupart se déplacent avec tout un attirail d’objets hétéroclites destinées à être distribuées lors de leurs visites en cellule. La composition de cet attirail, qui tient presque d’un rituel avant le déplacement en détention, fait l’objet d’une préparation minutieuse.

La sacoche de l’aumônier protestant

Nous sommes avec l’aumônier dans le local aumônerie en partance pour notre visite en cellule. Tandis qu’il prépare sa sacoche, il expose le programme des visites. « On va aller au A et au B. C’est deux distributions. Le premier c’est distribution de nouvelles. Le second c’est distribution de café. (…) Mes confrères catholiques ont une approche un tout petit peu différente dans la mesure où ils ne parleront jamais publiquement de la règle et de l’esprit de la règle… même si eux-mêmes de temps en temps filent des trucs… vont filer du tabac… l’aumônier il donne du tabac… moi je suis fumeur… enfin j’suis pas fumeur… mais j’suis fumeur en détention ! Une ou deux cigarettes par semaine parce que ça permet un contact social. Salut Pasteur, ça roule ? Salut les gars… une ou deux… parce que sinon moi ça ne va pas… (rires).

Il prend des dosettes de café et des sachets de sucre et m’explique qu’il doit les apporter à un détenu de la part d’un autre détenu qui les a cantinées à son intention pour le faire échapper à la Ricorée.

« Je le fais parce que l’aumônier c’est un petit porteur d’espoir. C’est important… moi j’apporte de la liberté. Les détenus ils le savent très bien que je rentre et que je sors… j’ai la clef des cellules… et parfois même des portes intermédiaires… (…) on est porteur de liberté. On est porteur d’espérance, celle du Christ (…).

27Les objets qui transitent par ce canal institutionnel sont loin d’être tous destinés à la pratique religieuse. Les petits extras (du vrai café, quelques gâteaux, des mets casher) ou menus cadeaux (une fleur, un marque-page, une carte postale) distribués lors des cultes ne sont d’ailleurs pas pour rien dans l’attractivité des nourritures célestes, comme le remarquait déjà Goffman (1968, 268).

Certains détenus, comme Stan, d’origine maghrébine, nous ont confiés avoir tenté de se faire passer pour juif pour accéder au culte israélite. « J’y suis allé pour voir un ami. Quand je suis rentré en prison, je savais qu’il était là. J’avais envie de le voir. Nous étions dans deux bâtiments différents, lui avec les chrétiens, plutôt les Européens, et moi je suis dans un bazar (un bâtiment où résident de nombreux détenus musulmans). (…) Je m’inscris : je suis content parce que je reçois un colis : un poulet, du chocolat, un saucisson casher, et la Torah. Je n’ai jamais eu la Torah dans les mains. Je n’avais pas d’a priori, j’avais des amis juifs. J’ai donc retrouvé mon ami juif au culte. (…) Le rabbin n’y a vu que du feu. Je l’avais même dit pour rigoler « pour une fois qu’un arabe nique un juif ! ». J’y suis allé trois fois. J’ai été démasqué par un surveillant israélite ».

  • 15 Quartier d’accueil au sein duquel résident les personnes entre une et deux semaines afin de faire l (...)

28Les aumôniers sont d’ailleurs régulièrement destinataires de demandes d’objets profanes. Nombre de détenus tentent leur chance, avec plus ou moins de succès, pour acquérir des objets susceptibles d’améliorer leur confort ou, parfois même, des objets illicites (puces de portables, argent par exemple). Les réactions des aumôniers à ces sollicitations sont variables. Certains aumôniers ont la réputation de faire entrer beaucoup de choses tels les représentants du culte israélite qui distribuent à leurs ouailles, très jalousées par les autres, des victuailles casher (pain, charcuterie, fromage) fort appréciées. Les aumôniers catholiques ont longtemps été connus pour apporter du « tabac », au point qu’ils restent dans certains établissements qualifiés de « débits de tabac ». Par contraste, des aumôniers d’autres confessions chrétiennes peuvent se faire fort de marquer leur différence en n’en donnant pas. Ainsi de cet aumônier protestant désigné par les détenus du centre de détention dans lequel il intervient comme « l’aumônier qui ne donne pas de tabac », comme s’il s’agissait aux yeux des détenus d’une anomalie. Mais, une même confession peut faire preuve de positions hétérogènes, témoignant en cela de l’indétermination de la mission de l’aumônier et de la latitude assez large des manières dont les aumôniers se représentent et habitent cette fonction. Certains choisissent de donner, d’autres de ne pas le faire, de ne plus le faire, ou de ne le faire que sous certaines conditions15. Certains renoncent par principe à tout don d’objets profanes afin d’épurer la nature religieuse et spirituelle de leur action : les seuls objets apportés lors des visites en cellule seront des supports pour la prière, la méditation religieuse, l’apprentissage de la lecture des textes sacrés. Pour ceux-là, le don d’une croix ou d’un chapelet peut être accompagné d’un petit rituel de bénédiction solennisant la remise de l’objet. D’autres aumôniers, se situant sur un terrain plus social, ou se référant à une conception plus sécularisée de la religion, rechignent à l’inverse à distribuer croix ou chapelets, soit qu’ils y voient une démarche trop intrusive (y compris auprès de leurs coreligionnaires), soit que les vertus protectrices et talismaniques prêtées à ces objets par les détenus leurs paraissent des croyances superstitieuses ou magiques ne méritant pas d’être encouragées.

29Il serait cependant analytiquement hasardeux de chercher à départager ce qui relève d’une mission religieuse de ce qui n’en relève pas, tant ce qui peut apparaître comme les échanges mêlant profane et sacré participent de la fabrique du religieux ou du religieux en train de se faire. Le suivi des objets constitue ainsi un apport descriptif sur les activités concrètes et ordinaires, sur ce qui se passe réellement dans ces échanges, activités qui apparaissent peu dans l’analyse du fait religieux, laquelle ne retient souvent que quelques traits qu’elle définit en surplomb des pratiques et en référence à une définition a priori du religieux au mépris des activités telles qu’elles se font (Piette, 1999). Certains estiment certes que ces médiations matérielles polluent le sens de la relation qu’ils cherchent à instaurer et qu’il n’est pas de meilleure médiation vers le divin que cette vacance matérielle. D’autres y voient, à l’inverse, des médiations légitimes dès lors qu’elles participent de la construction d’une relation qui, de manière plus ou moins explicite, cherche à rendre présent le divin. Pour reprendre l’exemple de l’aumônier en train de préparer sa sacoche, le discours qui accompagne la composition de l’attirail d’objets hétéroclites destinés aux détenus témoigne bien des liens indissociables qui lient les timbres, les dosettes de café, les livres religieux, le sucre à « l’espérance du Christ » dont il se veut porteur.

30Ces petits riens peuvent paraître bien dérisoires et ne signifient rien d’autre, pour certains de leurs destinataires, qu’une petite amélioration du quotidien. Mais ils peuvent représenter, à certains moments critiques de la carrière carcérale (et notamment au début de l’incarcération) ou pour certaines catégories de détenus vulnérables, ou en mal de re-personnalisation, une attention appréciée, un supplément d’âme en ce qu’ils tendent vers une forme de retour à la normalité relationnelle.

31Quelle que soit la prétention au désintéressement ou à la gratuité du donateur, ils font du récipiendaire un « obligé » : les échanges se font sous la forme de cadeaux, en théorie volontaires, en réalité obligatoirement faits et rendus (Mauss, 1950, 147). La réciprocité qu’appellent ces dons n’est guère facile à saisir. On peut entendre un aumônier répondre au demandeur qu’il ne l’a pas vu au culte ces derniers temps. Mais ce manque d’assiduité implique rarement la rupture d’une relation d’écoute et d’échange orientée le plus souvent vers l’amendement de soi et le pardon don d’un possible renouveau (Caillé, Fixot, 2012, 8) ou le cheminement dans la foi. Le contre-don immatériel le plus souvent – au-delà du petit café qui sera servi à l’aumônier lors de ses visites – est ainsi difficile à cerner avec précision, au-delà de l’accueil par le détenu dans sa cellule, gage d’une utilité justifiant, voire légitimant, la présence de tels intervenants dans les établissements.

2) Les objets du religieux dans le « troc relationnel » entre surveillants et détenus

32Si les aumôniers constituent d’importants pourvoyeurs d’objets religieux en détention, les personnels, ou même parfois la direction de l’établissement, peuvent eux-mêmes contribuer à la mise à disposition et en circulation d’objets religieux. L’enjeu de l’échange ici ne peut être détaché des fonctions de pacification que les directions et personnels de surveillance prêtent à la religion réputée « apaiser la détention », selon une formule souvent entendue. Faire entrer des Corans par la bibliothèque ou afficher des calendriers de prière peuvent procéder également d’une logique compensatoire destinée à pallier l’absence d’une offre religieuse institutionnalisée, l’aumônerie musulmane étant encore très sous-représentée.

33Des agents peuvent prendre l’initiative personnelle de donner des objets religieux. Lors de notre enquête, nous ont ainsi été rapportés des dons discrets d’objets des surveillants à des détenus tels que du musc, de petits talismans gravés d’une sourate du Coran, des photos de Lourdes, des croix (encadré infra). L’acheminement de tels objets, bien que manifestant une double transgression des normes professionnelles (donner quelque chose à un détenu, irrespect de la neutralité laïque), matérialise des formes de « troc relationnel » (Lhuilier, Aymard, 1997) fait de dons et de contre-dons entre personnels et détenus. Ce type d’échanges est révélateur des « abandons de rôle » à la faveur desquels s’épanouissent des formes de relations négociées ou personnalisées qui remettent en cause l’idée d’un antagonisme insurmontable entre détenus et surveillants (Rostaing, 1997). Ils signalent en outre la place que la religion peut occuper comme terrain de rapprochement entre détenu et surveillant.

Croix protectrice et chapelet réparateur
C’est au cours de l’entretien avec Armande, une catholique pratiquante, que j’aperçois qu’elle porte une chaîne. Curieuse, je lui demande si elle porte une médaille. Elle sort, cachée sous son pull, une belle croix en argent :
– Elle a toute une histoire cette croix. C’est une croix égyptienne. Le matin où je suis partie de Pau, y a une surveillante qui m’a ouvert la porte à 6 h 30 pour que je prenne une douche. Elle me dit « Armande, j’ai quelque chose à vous donner » (2 fois). Elle enlève sa chaîne et elle me dit « Armande, cette chaîne, vous ne l’enlevez plus. Elle vous protègera ». Je lui dis « madame vous n’avez pas le droit. »
C’est la surveillante qui vous a donné cette croix ?
– Oui c’est la surveillante. Je la connaissais cette surveillante mais pas plus que cela, comme toutes les surveillantes. C’est la croix de la surveillante. Et je l’ai gardée. J’ai cassé la chaîne et j’ai mis un lacet et j’ai redemandé aux sœurs une chaine. Là, elle est à nouveau cassée et je l’ai rafistolée avec du fil. Je ne m’en sépare pas.

Cette histoire nous apprend que la valeur symbolique de cet objet – outre sa valeur marchande – est essentiellement liée au donataire, qui se dessaisit d’un objet personnel pour le remettre directement à une personne qui n’est pas légitime à le recevoir (« vous n’avez pas le droit »). Elle souligne l’attachement à l’objet et les efforts pour le réparer. La surveillante a tenu à faire ce geste très personnel en déclarant : « elle vous protègera ». Armande expliquera plus tard que la surveillante était inquiète pour elle, elle qui avait déjà fait des tentatives de suicide et qui venait d’être condamnée à 25 ans de prison en appel (au lieu de 15 ans en première instance).
C’est à l’occasion des prises de photographies que le chef de détention de la maison centrale qui m’accompagne relate sur le ton de la confidence le don d’un chapelet qu’il a fait à un détenu. Nous sortons de la cellule d’un détenu catholique, âgé, psychotique et très handicapé physiquement qui a accepté que je photographie les multiples objets religieux présents dans sa cellule. Un chapelet laissé sur un plateau entre une plaquette de médicaments et une tasse de Ricorée qui suscite mon attention lui arrache un « ah ce chapelet ! ». Le gradé nous raconte alors l’avoir apporté lui-même au détenu. Ce dernier avait obtenu un chapelet de l’aumônier. Insatisfait de l’objet dont les boules s’égrainent mal à mesure de la récitation de ses prières, il en sollicite un autre, requête que l’aumônier déboute. Le gradé, de passage à Lourdes lors d’un pèlerinage de motards (circonstances suggérant une proximité avec l’univers catholique) achète un chapelet pour ce détenu, le seul nous dira-t-il « auquel je serre la main ». Ce geste n’appelle pas de contrepartie : il se veut plutôt compensation ayant valeur de réparation pour ce gradé qui confesse son malaise professionnel eu égard à la présence d’un détenu, appelé à finir ses jours dans l’établissement, alors qu’il relève plus du soin psychiatrique que de l’enfermement carcéral.

34Prétexte à faveurs et privilèges par lesquels le surveillant s’efforce de s’attirer les bonnes grâces et la docilité d’un détenu, vecteur de protection ou de réparation, la religion peut aussi faire les frais du despotisme ordinaire (Chauvenet, 2006, 373) qui sévit en prison. Ce despotisme – spontané ou expression de représailles – peut se traduire par l’irrespect délibéré à l’égard d’un objet considéré comme sacré par le détenu : jeter un coran ou une bible par terre lors d’une fouille, jeter des lardons sur le lieu où les détenus procèdent à la prière dans les cours de promenade, marcher à dessein sur un tapis de prière lors de la vérification des barreaux, etc.

35Si l’on se place du point de vue des détenus, s’observent des usages tactiques des objets religieux pour résister, voire tenter de subvertir l’ordre carcéral. La religion étant un droit reconnu, les objets religieux représentent le symbole d’une liberté, de droits inaliénables, voire d’un pouvoir sur les surveillants. Les détenus peuvent exiger des marques de respect à l’égard des régimes alimentaires qui sont les leurs, des objets religieux lors des fouilles, s’en faire accompagner au quartier disciplinaire, protester lorsque tel n’est pas le cas et, le cas échéant, mobiliser l’appui de l’aumônier, voire des instances de contrôle de l’administration pénitentiaire (le CGLPL) pour se faire entendre et obtenir gain de cause. Le rapport aux objets religieux relève parfois plus de cet enjeu du rapport à l’institution elle-même que d’une quelconque nécessité religieuse.

36Les objets du religieux peuvent être mobilisés pour tenter de sanctuariser l’espace intime de la cellule et défendre ce que Goffman appellerait le territoire du moi. Le tapis de prière, lorsqu’il est disposé à l’entrée de la cellule, peut viser à se prémunir contre les intrusions intempestives des surveillants dans la cellule ou du moins les soumettre – sous peine de tensions – à quelques précautions d’usage. Dans le même ordre d’idée, tenter de rendre le coran intouchable en l’emballant dans des linges, du papier ou des sacs de plastique est une forme de rappel de l’inaliénabilité de la personne et de ses biens. (photo 9).

Kamel soulève le rideau pour nous montrer son petit coran, uniquement en arabe. On voit bien qu’il se situe dans le placard à droite, avec les autres livres religieux, isolés de ses provisions. Ce petit coran qui lui a été donné par un ancien détenu a été emballé dans un bout de tissu. Ce n’est pas celui dont il se sert régulièrement. Il est nécessaire de faire ses ablutions pour pouvoir le toucher. Il regrette alors que parfois, pendant les fouilles, cette prescription de pureté rituelle ne soit pas respectée. Il ajoute : « Comme cela se fait sous la contrainte, et non en raison de sa volonté, cela n’est pas grave ».

37Fruit d’une croyance véritable ou de la ruse du faible, ces précautions n’empêchent certes pas les intrusions ; elles n’en recèlent pas moins une certaine efficacité sociale au sens où elles suscitent de la retenue chez certains surveillants redoutant le coût symbolique de l’investissement de ces espaces ou du maniement de tels objets. L’instauration d’une frontière symbolique entre profane et sacré contraint les personnels à connaître et respecter de tels objets, sous peine sinon de susciter des tensions à l’issue imprévisible.

La colère de Charles, adepte du vaudou, est à la hauteur de la transgression commise à ses yeux par un surveillant ayant osé toucher à une tresse en coquillages, un objet sacré, disposé sur sa « chapelle » :
Vous voyez ça. Il montre une tresse d’une dizaine de centimètres dans laquelle ont été sertis 3 coquillages. Donc ça, c’est posé sur ma chapelle. Je suis dans la salle d’activité. Y a un surveillant lors du sondage des barreaux, il a décidé de jouer avec mon collier de coquillages… Je suis dans la salle d’activité… ça me gratte, je me sens bizarre, je tape sur la porte… « Surveillant, je vais en cellule ; Surveillant, je veux aller en cellule. » Il me laisse aller et lorsque j’arrive la première chose que je vois, c’est ça. Je choppe le surveillant et je lui dis… « Dis à tes collègues quand ils viennent. Toute la cellule ils peuvent la renverser, mes vêtements, tout… mais là, sur ma table, ils n’ont rien à faire : je peux devenir méchant et puis imbécile ». Il m’a dit « Je m’en occupe ».

3) Artefact religieux dans le rapport à soi et à autrui chez les détenus

38Les objets du religieux sont également source d’échanges entre détenus : on offre un coran ou une bible à celui qui n’en a pas, ou quand on part ; on prend des objets au culte (fleurs, documents, carte de vœux, chapelet, myrte…) pour les offrir à ceux qui n’y vont pas. Ils peuvent aussi être sujets à des trocs ou des trafics. Un détenu fabrique ainsi des croix en bois qu’il troque contre de la nourriture. Un autre fabrique de nombreuses cartes pour Noël qu’il échange contre du tabac. La viande halal fait ici l’objet d’un trafic (Galembert, Rostaing, Béraud, 2014).

39Si les objets circulent, font l’objet de transaction entre surveillants et détenus, s’échangent entre les détenus, c’est bien que l’affichage d’une identité religieuse constitue un enjeu en milieu carcéral, que cette « mise en scène de soi » y revêt une importance particulière. Ces objets constituent des médiateurs identitaires participant à la fabrication de solidarités religieuses. Les croix s’échangent dans un réseau de chrétiens comme les djellabah dans un réseau de musulmans. Former des groupes de « musulmans » ou faire exister une solidarité entre musulmans consiste à faire référence à des « frères » ou « sœurs », à faire le Ramadan ou à effectuer des prières « ensemble ». C’est appartenir à un club fermé au sein duquel sont valorisés dans les récits les dons de produits pour les arrivants ou les cadeaux de tapis de prière ou de Coran au moment de la sortie de prison. Par opposition, revendiquer collectivement la consommation de viande de porc (comme c’est le cas dans certains établissements dans lesquels les menus sans porc sont devenus les menus de référence) participe d’une résistance à l’emprise communautaire de l’islam.

Joseph, catholique pratiquant, observe combien la religion musulmane attire davantage les jeunes que la religion catholique, notamment du fait de cette solidarité. Il décrit bien la logique de don/contre-don : des personnes pratiquantes cherchent à en convertir d’autres par des services rendus ou par le don de biens attractifs.
Je vois le comportement des jeunes et ils se voient plus du côté des musulmans parce qu’ils sont plus écoutés, ils ont des petits soutiens entre musulmans, par exemple l’autre il a besoin de cigarettes, d’un paquet de riz, de n’importe quoi, les musulmans lui donnent et puis ils lui disent de venir au culte pour avoir encore plus d’aides. Il y en a beaucoup qui se convertissent en prison. (…) C’est au quotidien… c’est dans la cour, quand vous discutez. Les musulmans ils rendent des services tout en faisant comprendre à la personne que si elle devient musulmane, elle sera plus à l’aise. Et cela se sent parce qu’il y en a plein qui sont convertis, il y a plein de gens qui se convertissent.

40Ces objets peuvent être impliqués dans des rituels de pacifications ou de réaffirmations de solidarités collectives tout comme devenir des vecteurs de guerre de frontières entre différentes identités collectives. Du marquage identitaire des corps aux logiques d’appropriation de l’espace, il n’y a qu’un pas. L’appropriation des lieux peut se jouer par rapport aux surveillants ou entre détenus. Dans des établissements, des détenus portent la djellabah comme pour marquer leur territoire en jouant de la frontière entre espace privé (autorisé en cellule) et espace public (interdit dans le couloir). Ces luttes de territoires se jouent également entre détenus via l’imposition de normes de pudeur (imposition du caleçon dans les douches, refus du short dans les cours de promenade). Elle peut s’exprimer à travers la présence/absence de certaines denrées alimentaires. Suspendre un saucisson de sanglier dans son « gourbi », un espace réservé en centrale à trois-quatre détenus, devient pour les Corses un moyen de faire comprendre aux musulmans qu’ils ne sont pas les bienvenus.

41La négociation de ces frontières religieuses qui se décline alternativement sur le mode de l’accommodement consenti (renoncer par exemple à faire entrer du porc dans la cellule par égard pour un cocellulaire musulman ou par souci d’éviter « les embrouilles ») ou de la pression subie ne fait que rappeler que la consommation ou le refus de consommation de certaines nourritures participent de l’affichage de son identité tout comme le port d’objets religieux. Arborer une médaille ou une croix, revendiquer la consommation de porc, refuser la télévision, peuvent également procéder d’une logique de démonstration identitaire. Revêtir une djellabah pour aller à la salle de prière, exhiber son coran, détenir un tapis de prière en cellule sont autant de « gages » de sa bonne foi religieuse qui peuvent se prolonger par des techniques du corps, corps qui devient lui-même le support d’une mise en scène de soi.

42Ces démonstrations identitaires doivent être cependant bien resituées en fonction du contexte carcéral dans lequel elles se déploient. Elles y revêtent des enjeux multiples : l’inscription dans un groupe auquel on prête (à tort ou à raison) des vertus protectrices ; le sentiment (illusoire) que devenir musulman rend intouchable (parce qu’il est protégé par « les frères », parce que la main de Dieu est sur lui et que porter la main sur lui ce serait porter la main sur Dieu). Afficher une identité religieuse, ce peut être enfin échapper au stigmate judiciaire et carcéral et tenter de reconquérir une dignité en investissant une identité religieuse. C’est parfois l’ultime ressource de reclassement moral pour les auteurs d’un « crime infâme » et voué à la vindicte de leurs codétenus, comme c’est le cas pour les auteurs d’agressions sexuelles sur enfants.

43Cela étant, ces mises en scène de soi ne sont pas toutes également légitimes en détention. La circulation inégale et variable des objets religieux traduit différentes hiérarchies de légitimités d’affichage de ces identités. À cet égard, les objets religieux qui circulent nous renseignent d’une part sur ce que l’institution considère comme le « bon usage » du religieux en prison, ou du moins ses modes de présence légitimes à ses yeux. Circuler avec un coran implique parfois pour le détenu, un apprentissage des façons de le faire sans dommage, sous peine d’être étiqueté prosélyte ou en voie de radicalisation religieuse. L’inégale mise en visibilité des signes extérieurs d’appartenance religieuse peut aussi nous renseigner sur les hiérarchies entre les différentes religions qu’établissent les détenus entre eux. À noter que ces hiérarchies ne coïncident pas toujours avec celles de l’institution (bible que l’on glisse sous le lit, médailles ou croix souvent dissimulées ou arrachées, conflits sur les objets religieux entre cocellulaires).

44La manière de se procurer ces objets, de les mettre en scène en les portant sur soi de manière ostentatoire ou discrète, les multiples usages qu’il est possible d’en faire, sont illustratifs de la gamme des possibilités qu’offre une appartenance religieuse mise en scène pour les uns, préservée comme une réserve personnelle d’information pour les autres (Goffman, 1963).

4) Des objets du religieux médiateurs de présence des absents

45Les objets sont des médiateurs de présence des absents. Ces absents peuvent être des amis. Un détenu raconte ainsi que son cocellulaire a tenu à lui offrir sa croix, celle dont il ne se séparait jamais. Le lendemain, celui-ci a tenté de s’évader par hélicoptère. Sans réussir. Il ne l’a pas revu car il a été transféré dans une autre prison. Mais cette croix continue d’incarner ce cocellulaire qui pensait laisser « sa croix » en prison en échange de la liberté. La croix n’est pas ici un talisman qu’il aurait gardé en guise de porte-bonheur, ce que fit un autre détenu qui en revanche n’en portait jamais mais s’en fit donner une avant une tentative d’évasion par l’aumônier catholique. Il a plutôt vocation de souvenir. Comme l’a montré Marcel Mauss, le don d’un objet implique donateur et donataire dans une relation où la chose intègre les personnes et finit par les représenter. Même abandonnée par le donateur, elle est encore quelque chose de lui (Mauss, 1950, 159). La valeur de l’objet n’est pas seulement indexée sur sa rareté : elle est aussi fonction d’une charge symbolique variable selon les circonstances de remise de l’objet et ce qu’il « incarne » ou « qui » il incarne.

46Les objets constituent ainsi autant de liens avec les proches, une ressource pour renforcer le lien social et/ou familial avec l’extérieur. Ils se font objets d’affection, supports d’émotions et générateurs de sentiments contrastés (Dassié, 2010, 20). Le chapelet obtenu de l’aumônier devient un bijou que l’on offre à son amie ; il se transforme en cadeau pour la mère. Ces objets rapprochent des êtres chers.

47L’objet transmis contient alors « l’esprit de la chose donnée » : comme l’écrit Marcel Mauss, il est le véhicule de son « mana », de sa force magique, religieuse et spirituelle (Mauss, 1950, 157). La poupée de cheveux de Charles, fétiche qu’il tient de ses aïeuls, n’est pas seulement un objet porteur de la mémoire de ses ancêtres mais un moyen d’entrer en contact avec eux et de bénéficier de leur force.

Et cet objet, ça vous permet de communiquer avec…
– Voilà. Ça me permet de communiquer avec ceux que vous ne savez pas et que je garderai pour moi.
Avec vos ancêtres ?
– Oui. C’est-à-dire que je n’ai pas cette force-là mais à travers mon grand-père, je peux y aller. S’il dit non, ça sera non. C’est comme ça…

48Les objets du religieux – tout comme de nombreux objets sans rapport avec la religion – parce qu’ils rendent présents les absents, permettent d’actualiser un au-delà du monde carcéral. Leur particularité n’en est pas moins de permettre des médiations d’un autre ordre, des médiations extra-mondaines. Cela peut se faire à travers les pratiques que certains de ces objets convoquent. Prier sur son tapis en direction de la Mecque c’est substituer, le temps de l’accomplissement de ce rite, l’espace du religieux à l’espace carcéral, imposer parfois avec succès le rythme religieux aux rigueurs de la surveillance. Cela peut consister à faire advenir comme un espace sacré au sein de la cellule (ne pas marcher sur le tapis de prière), que l’on parvient parfois à faire respecter. Ce marquage du temps et de l’espace par les objets peut être selon les cas plus ou moins détourné à des fins instrumentales comme on l’a vu. Mais on aurait tort de sous-estimer cet aspect des choses, un moyen de faire exister un monde au-delà de l’espace social ou une source d’évasion.

« Je peux vous assurer que je m’évade ! »
– Et donc là votre chapelle (vaudou) vous l’utilisez tous les jours ?
– Tous les jours ! (Il me demande d’interrompre l’enregistrement. Il décrit qu’il faisait des sortes d’invocations le soir avant de dormir et que la nuit il voyageait. Ces moments parfois le conduisent à des états de transe, lui permettent de s’évader, que cela lui permet de retrouver les siens, de voyager). Moi je m’évade tous les jours avec mes coutumes et ma tradition. Mais je peux vous assurer que je m’évade !
– Vous retournez au pays (en Martinique) ?
– Ah oui ! Ah oui… je voyage… ça fatigue le matin… je suis fatigué le matin mais je m’en fous. Et ça permet de renforcer des connaissances. (…) Voilà ! ça apaise. Mais ça fatigue psychologiquement.
– C’est les invocations qui fatiguent ?
– Oui voilà. Parce que normalement chez moi je prends des bains avec des feuilles qui apaisent le corps. Je peux faire un petit jeûne et boire de l’eau de source de chez moi. Y a plein de petites choses à faire qui apaisent… Ici c’est difficile… très difficile !

49On touche ici encore à une dimension importante des objets du religieux : leur fonction de connecteur avec des êtres supra-mondains (Jésus, Allah, la vierge Marie, des saints ou des esprits des ancêtres, etc.) ou ce qu’Albert Piette (1999) appelle les interactants invisibles.

Un moyen de sentir Dieu plus près de moi…
– Depuis tout à l’heure, je regarde ce que vous portez autour du cou : est-ce que c’est un chapelet ?
– Oui. Alors logiquement on ne doit pas le porter. L’imam m’a expliqué : logiquement on ne doit pas le porter.
– Et vous, vous le portez ?
– Moi, je le porte, par décision. (…) C’est-à-dire qu’au début, je le portais. Après, je lui ai posé des questions, parce qu’on m’a fait cette réflexion-là. J’ai arrêté de le porter. Et là, je l’ai remis parce qu’en fait, c’est pour moi un moyen de sentir Dieu plus présent auprès de moi. Mais voilà, c’est juste pour ça que je l’ai. Ça me rappelle, en permanence, Dieu. Pour moi, c’est un rappel. Je ne le place pas en tant que bibelot, idole, et tout ça. C’est vraiment un rappel.

50Cette mise en présence ou tentative de mise en présence peut passer par le port (chapelet, médaille, une sourate glissée dans un petit étui de cuir pendu à son cou, une étoile de David), le toucher (le livre ou le chapelet qu’on embrasse), le regard (la contemplation d’une icône ou d’une image pieuse) ou la proximité d’un objet (le chapelet suspendu à la tête du lit, la bible glissée sous l’oreiller, le bouddha dans le sac à main) auquel sont prêtées des vertus protectrices. S’il ne nous appartient pas d’en valider la réalité objective, on ne saurait toutefois faire abstraction de ce qui fait sens pour les détenus qui s’y réfèrent soit pour invoquer leur protection, leur intervention pour protéger les leurs hors de prison, leur intercession pour obtenir le pardon, prendre des assurances en vue du jugement dernier (auquel se réfèrent nombre de détenus de la communauté des gens du voyage et musulmans). Rituels et liturgies favorisent la présence de ces interactants invisibles. Les objets coordinateurs et des rapports d’interlocution dont ils sont les destinataires absents densifient ce qu’Albert Pierre appelle le processus de présentification tout en le réglant (Piette, 1999, 249). Cela est particulièrement évident lors des cultes dont de nombreux détenus signalent qu’ils sont pour eux des « temps d’évasion ». De fait, l’observation successive des différents cultes dans les salles polyvalentes ou espaces polycultuels montrent à quel point les agencements matériels sont susceptibles d’actualiser, le temps de la célébration, d’autres mondes que le monde carcéral. La disposition des lieux, l’installation des chaises ou des tapis de prière, la présence, le cas échéant de symboles religieux, le recours à des instruments de musique, la présence de livres, les vêtements des célébrants contribuent à transformer un lieu impersonnel en un lieu de culte spécifique. Cette faculté des dispositifs matériels à faire exister des mondes alternatifs au monde carcéral est d’autant plus frappante que ces dispositifs matériels varient d’un culte à l’autre. Quelques objets particulièrement symboliques d’un culte donné, installés dans une salle polycultuelle ou même polyvalente, suffisent à donner l’impression d’être dans un culte comme un autre, comme ils ont pu en vivre avant leur incarcération. L’objet est performatif parce qu’il ne se limite pas à meubler et à sémantiser le monde et la réalité sociale, il effectue aussi des opérations sur cette dernière (Semprini, 1985, 146). Pour le culte protestant par exemple : une Bible ouverte, le carnet de chants "Arc en ciel", un crucifix. Il y a là une puissance des objets, d’autant plus grande qu’elle peut résonner dans un habitus marqué par une confession particulière pour les détenus qui ont reçu une socialisation religieuse minimale.

Photo 10.

Photo 10.

Photo 10 : Le prêtre qui a revêtu son aube décrit aux fidèles les objets posés sur la table devant lui, lors de la messe de Noël. Sur la table a été posée une tenture avec un petit ange sur un fond rouge qui fait office de nappe qu’il a lui-même ramenée du Portugal ; il explique qu’il a amené la lampe de Bethléem offert par les scouts de F.. Il y a un bol avec les hosties et un verre de vin de messe qu’il a pu faire entrer en détention dans une petite bouteille en plastique. Il précise que Denise, l’aumônière catholique a amené ce magnifique bouquet de roses oranges qui « ont un parfum délicat en plus d’être belles à voir ». Sur un siège en plastique a été déposé le foulard d’une aumônière sur lequel est installée une crèche « qui a toute une histoire » que raconte le prêtre Nicolas : cette crèche a été fabriquée par un détenu qui à sa sortie, a rejoint une communauté chrétienne. Cette crèche devant laquelle une religieuse est restée durant toute la cérémonie fait l’objet de toutes les attentions afin d’éviter qu’une personne « indélicate » ne vole la vierge ou le petit jésus, deux personnages qui ont déjà disparu à deux reprises. On constate d’ailleurs que la vierge n’est pas similaire aux autres personnages, celui qui en a fait un autre exemplaire n’a pas tout à fait trouvé la couleur bleue des autres personnages. On aperçoit sur le côté droit de la photo les fils et les enceintes d’un groupe de musique venu là pour l’occasion.

Conclusion 

51Par la richesse des pistes de réflexion qu’elle suggère, l’approche par les objets s’est révélée un point d’appui méthodologique efficace pour cerner les spécificités du déploiement de la religion en monde carcéral.

52Cette attention aux inscriptions matérielles se révèle tout d’abord pertinente pour prendre la mesure des phénomènes de pluralisation et d’individualisation religieuses dont la prison constitue un observatoire sociologique hors pair. Les interrogations que suscitent certains objets témoignent d’une diversification inédite des croyances et pratiques. Cette diversification est évocatrice de la perte d’hégémonie du christianisme dans cet univers où ce dernier semble avoir pourtant jusqu’alors mieux résisté qu’ailleurs à la sécularisation et à la laïcisation. Cette pluralisation – dont l’islam n’est qu’une variante – reflète surtout l’étiolement des médiations institutionnelles qui organisaient la vie religieuse, laquelle se révèle aujourd’hui moins normée, se déploie de plus en plus « hors cadre » et à la carte. Cette dérégulation institutionnelle du religieux s’exprime avec d’autant plus d’éclat qu’elle entre en résonance avec les transformations d’une prison que l’on pourrait qualifier de post-disciplinaire, valorisant de plus en plus les droits, la responsabilisation du détenu, son autonomie de sujet, l’individualisation de la peine.

53Ce premier constat n’est pas exclusif d’un second que permet de faire une approche matérielle du religieux. Bien qu’il soit difficile d’en prendre une mesure précise, la présence et la circulation repérables d’objets évocateurs de religiosité sont symptomatiques du rôle parfois important qu’est amenée à jouer cette dimension, un peu oubliée par la sociologie de la prison, dans cette société spécifique. Si tel est le cas, c’est d’une part que la laïcité carcérale, moins exclusive du religieux que la laïcité scolaire par exemple, non seulement lui reconnaît une place à part entière mais encore lui attribue une fonction d’adjuvant et de pacification sociale. C’est d’autre part que, compte tenu de cette place reconnue, la religion constitue une ressource disponible, voire, pour ceux qui peuvent la mobiliser, privilégiée pour affronter l’épreuve carcérale. Là encore, l’entrée par les objets se révèle riche d’enseignements sur l’étendue de la gamme de possibles ouverts par la manipulation du religieux : usages tactiques au profit de bénéfices secondaires, moyen matériel et symbolique pour accroître ses marges de manœuvre, résister à l’ordre carcéral, le façonner en imposant ses propres lois, voire le subvertir ; mobilisation à des fins de mises en scène de soi, de reconstruction de soi, de re-personnalisation ; vecteurs de sociabilités et de solidarités collectives pour peser dans le jeu carcéral, moyen d’évasion et de communication avec les êtres chers et invisibles.

54Sans doute la plasticité sémantique des objets est-elle exacerbée d’une part par le contexte carcéral, monde de rareté, d’opacité et de faux-semblant, d’autre part par la dérégulation institutionnelle. Mais c’est peut-être cette plasticité qui en fait des supports si prisés pour tenter de tempérer les rigueurs de l’enfermement.

Haut de page

Bibliographie

Allport Gordon W., 1960, Personality and Social Encounter: Selected Essays, Boston, Beacon Press.

Appadurai A., 1986, The social life of things. Commodities in cultural perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Béraud C., Galembert de C., Rostaing C., 2013, Des hommes et des Dieux en prison, Paris, Rapport de recherche pour la DAP-Ministère de la Justice et le GIP Mission de recherche Droit et Justice.

Béraud C., Galembert de C., Rostaing C., 2014, Le culte en détention, l’expérience d’une forme d’extraterritorialité / Worship in prison. An experience of extraterritoriality, Social compass (à paraître).

Berger P.L., 1999, The Desecularization of the World, Resurgent Religion and World Politics, Grand Rapids, Eerdmans.

Bidart C., Degenne A., Grossetti M., 2011, La vie en réseau. Dynamique des relations sociales, Paris, PUF, coll. Le lien social.

Bonnot T., 2002, La vie des objets : d’ustensiles banals à objets de collection, Paris, Éd. de la MSH.

Bonnot T., 2004, Itinéraire biographique d’une bouteille de cidre, L’Homme, 170, 139-164.

Bromberger C., Chevallier D. (dir.), 1999, Carrières d’objets, Paris, Éd. de la MSH, Coll. Ethnologie de la France, Cahier n°13.

Chauvenet A., 2006, Privation de liberté et violence : le despotisme ordinaire en prison, Déviance et société, vol. 30, 3, 373-388.

Chevalier S., 1992, L’ameublement et le décor intérieur dans un milieu populaire urbain : approche ethnographique d’une vraie-fausse banalité. Nanterre, Thèse de doctorat en ethnologie, Université Paris X-Nanterre.

Clear T.R, Hardyman, P. L., Stout B., Luken, K., Dammer, H. R., 2000, The Value of Religion in Prison. An Inmate Perspective, Journal of Contemporary Criminal Justice, 16, 53-74.

Conein B., Thévenot L., Dodier N., 1993, Les Objets dans l’action, Paris, Éditions de la MSH.

Dammer H.R., 2002, The Reasons for Religious Involvement in the Correctional Environment, in O’Connor T.P., Pallone N., Religion, the community and the rehabilitation of criminal offenders, Binghamton, New York, Haworth, 35-58.

Dargent C., 2010, La population musulmane de France : de l’ombre à la lumière ?, Revue française de sociologie, 51, 2, 219-246.

Dassié V., 2010, Objets d’affection : une ethnologie de l’intime, Paris, Éd. du comité des travaux historiques et scientifiques.

De Certeau M., 1980, L’invention du quotidien, Paris, Gallimard.

De Certeau M., 2002, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard.

Derlon R., Jeudy-Ballini M., 2010, Objets, in Azria R., Hervieu-Léger D. (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, PUF, Quadrige, 817-821.

Descola P., 1994, Les lances du crépuscule. Relations Jivaros, Haute-Amazonie, Paris, Plon, Terre humaine.

Desjeux D., Garabuau-Moussaoui I., 2000, Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan.

Desjeux D., Monjaret A., Taponier S., 1999, Quand les Français déménagent - Circulation des objets domestiques et rituels de mobilité dans la vie quotidienne en France, Paris, PUF.

Faure-Rouesnel L., 2001, La feuille et le stylo : usages et significations des instruments scolaires, Ethnologie Française, 503-510.

Filiod J.-P., 2003a, Le désordre domestique. Essai d’anthropologie, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales ».

Filiod J.-P., 2003b, Faire avec l’objet. Signifier, appartenir, rencontrer, Lyon, Chronique sociale, coll. « Comprendre la société ».

Gibson J., 1979, The Ecological Approach to Visual Perception, Hillsdale, NJ, Lawrence Erlbaum Associates.

Galembert de C., Rostaing C., Béraud C., 2014 (à paraître), Le halal carcéral, in Bergeaud-Blacker F., Le halal, Paris, l’Harmattan.

Goffman E., 1963, Stigmate. Les usages sociaux du handicap, Paris, Éd. de Minuit.

Goffman E., 1968, Asiles, Paris, Éd. de Minuit.

Hainard J., Kaehr R., 1984, Objets prétextes, objets manipulés, Neuchâtel, Musée d’ethnographie.

Hervieu-Léger D., 2003, Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard.

Houdart S., Thiery O. (dir.), 2011, Humains, non-humains. Comment repeupler les sciences sociales ?, Paris, La Découverte.

Houtman D., Meyer B., 2012, Things. Religion and the Question of Materiality. New York, Fordham University Press.

Julien M.-P., Rosselin C., 2005, La culture matérielle, La découverte, 2005

Julien M.-P., Rosselin C., 2009, Le sujet contre les objets... tout contre : ethnographies de cultures matérielles, éditions du CTHS, Coll. Orientations et méthodes.

Julien M.-P., Warnier J.-P. (dir.), 1999, Approches de la culture matérielle. Corps à corps avec l’objet, Paris, L’Harmattan, Connaissance des Hommes.

Kaufmann J.-C., 1992a, Le monde social des objets, Sociétés contemporaines, 27, 111-125.

Kaufmann J.-C., 1992b, La trame conjugale - Analyse du couple par son linge, Paris, Nathan, Coll. Essais et Recherches.

Kotsi F., 2007, Les souvenirs religieux du mont Athos. La frontière entre symboles sacrés et objets économiques, Actes de la recherche en sciences sociales, 170, 48-57.

Latour B., 2009, Sur le culte des dieux faitiches. Suivi de Iconoclash, Paris, La Découverte, Les empêcheurs de penser en rond.

Le Bourgeois I., 2006, Dieu sous les verrous, Paris, Presses de la Renaissance, coll. « Spiritualité ».

Lhuilier D., Aymard, N., 1997, L’univers pénitentiaire. Du côté des surveillants de prison, Paris, Desclée de Brouwer, coll. « sociologies clinique ».

Mauss M., 1991 [1950], Sociologie et Anthropologie, Paris, PUF.

McDannell C., 1995, Material Christianity. Religion and Popular Culture in America, New Haven & London, Yale University Press.

Meyer B., 2011, Mediating Absence. Effecting Spiritual Presence. Pictures and the Christian Imagination, Social Research: An International Quarterly, 78, 4,
1029-1056.

Meyer B., 2012, Mediation and the genesis of presence. Towards a material approach to religion, Utrecht, Universiteit Utrecht.

Morgan D. (ed.), 2010, Religion and Material Culture. The Matter of Belief. New York. Routledge.

Orsi R., 2012, Material Children. Making Gods. Presence Real Through Catholic Boys and Girls, in Lynch G., Mitchell J. (with Strhan A.), ed., Religion, Media and Culture: A Reader, London & New York, Routledge, 147-158.

Piette A., 1996, Ethnographie de l’action. L’observation des détails, Paris, Métailié.

Piette A., 1999, La religion de près. L’activité religieuse en train de se faire, Paris, Éditions Métailié.

Rostaing C., 1997, La relation carcérale. Identité et rapports sociaux dans les prisons de femmes, Paris, PUF, Le lien social.

Schaeffer J.-M., 2004, Objets esthétiques ?, L’Homme, 170, 2, 25-45.

Segalen M., Le Wita B. (dir), 1993, Chez soi. Objets et décors : des créations familiales ?, Paris, Autrement.

Segalen M., Bromberger C., 1996, L’objet moderne : de la production sérielle à la diversité des usages, Ethnologie Française, XXVI, 1, 5-16.

Semprini A., 1985, L’objet comme procès et comme action : de la nature et de l’usage des objets dans la vie quotidienne, Paris, L’Harmattan.

Simon P., Tiberj V., 2013, Sécularisation ou regain religieux : la religion des immigrés et de leurs descendants, Ined, Documents de travail, Séries Trajectoires et Origines, 196.

Strauss A., 1992, Miroirs et masques. Une introduction à l’interactionnisme, Paris, Métailié.

Thériault B., 2013, Wearing the Rosary. Religious Formas at a Women’s Jail, Communication au Congrès de la Société Internationale de Sociologie des Religions, Turku, 28 juin.

Tournier P., Robert P., 1991, Étrangers et délinquances. Les chiffres du débat, Paris, L’Harmattan.

Warnier J.-P., 1999, Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec ses doigts, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1 Le numéro d’Ethnologie française, 1996, Culture matérielle et modernité (co-dirigé par M. Ségalen et C. Bromberger) souligne le renouveau d’intérêt, tout comme le travail de J.-P. Warnier (1999) ou Julien et Warnier (1999) sans oublier des recherches centrées sur l’étude du mobilier et des objets du logement [Chevalier, 1992 ; Segalen, Le Wita, 1993 ; Bonnot, 2002 ; Filiod, 2003a ; Filiod, 2003b].

2 À l’instar de la manière dont T. Bonnot retrace ce qu’il nomme l’itinéraire biographique d’une bouteille de cidre en traçant le parcours d’un objet allant de sa genèse, à ses usages utilitaires, sa mise au rebut puis sa transformation en objet de patrimoine (Bonnot, 2004).

3 Un projet d’ouvrage est en cours de publication (Béraud et al., 2014).

4 Notre démarche diffère en cela de celle de Barbara Thériault (2013) qui s’est concentrée exclusivement sur l’analyse d’un objet particulier, le chapelet dans une prison de femmes de Montréal.

5 L’absence de statistiques religieuses rend ce constat empirique difficilement objectivable. Cela étant un certain nombre d’enquêtes récentes vont dans ce sens. Les enquêtes portant sur l’islam montrent que seulement un tiers de la population résidant en France d’origine maghrébine, africaine et turque se déclare non musulmane (Dargent, 2010). L’enquête TeO évoque même un ralentissement de la sécularisation, voire un regain de la religiosité pour les descendants d’immigrés (Simon, Tiberj, 2013).

6 Juridiquement formalisée, la possibilité des détenus d’accéder à ce que le Code de Procédure Pénale définit comme une “assistance spirituelle” implique l’organisation d’aumôneries organisant des offices, activités religieuses et visites individualisées en cellule. Elle suppose également – en principe – le droit à disposer des objets nécessaires à la pratique religieuse ainsi que “dans la mesure du possible”, d’une alimentation prenant en compte les prescriptions rituelles.

7 Cette clef, signalant matériellement leur statut d’intervenant « à part », témoigne des affinités électives entre la prison et la religion.

8 Pour l’illustrer, on peut souligner la faible participation aux cultes (essentiellement catholiques, musulmans et protestants) : une soixantaine de détenus différents participaient aux cultes dans une maison d'arrêt comprenant plus de 700 détenus ; moins d’une vingtaine dans une centrale de 200 détenus.

9 Allport (1960) distingue les orientations religieuses intrinsèques (quand les motivations principales de la vie sont définies par des principes religieux) des motivations extrinsèques quand justement l’activité religieuse est choisie pour des bénéfices instrumentaux ou utilitaires. Certains sociologues américains vont jusqu’à qualifier ces usages de con game (= escroquerie). Parmi ces motivations intrinsèques, des auteurs américains (Clear et al., 2000, 64-69) listent la recherche de sécurité, le confort matériel, l’accès à des personnes extérieures ou les relations sociales. Cette distinction ne va pas sans poser problème. Outre qu’elle n’est pas exempte de considérations normatives, il n’est empiriquement guère aisé de faire le distinguo entre les deux pôles, les entretiens témoignant souvent de l’imbrication indissociable de ces motivations.

10 Comme pour d’autres domaines tels par exemple l’esthétique (Schaeffer, 2004).

11 Petit bâtonnet faisant office de cure-dent dont les musulmans font parfois usage en imitation du prophète Mohammed.

12 Cf. le règlement intérieur type proposé dans le CPP (art. R-57-16-18).

13 Lancé en 1988, ce programme a permis la construction de 25 prisons mises en service entre 1990 et 1992.

14 Cette inertie passagère ne signifie pas pour autant une fin de carrière. Comment l’écrit T. Bonnot au sujet du parcours d’une bouteille de cidre alors que vidée de son contenu elle n’est plus qu’un contenant se transforme en déchet. Dans ce que nous disent les archéologues, l’idée qu’un objet passe de l’utilitaire ou du déchet à l’état de patrimoine» est parfaitement applicable à la trajectoire de notre bouteille de cidre (Bonnot, 2004).

15 Quartier d’accueil au sein duquel résident les personnes entre une et deux semaines afin de faire le point sur leur situation (pénale, médicale, sociale, etc.) avant de rejoindre la détention et les autres détenus.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1.
Légende Marc a réussi à recouvrir tous les espaces vides par des photos, souvent de nature religieuse, son armoire mais aussi sa poubelle couverte par des couvertures du magazine La vie. Sont affichées sur ce placard des images de la vierge, du Christ, de Bernadette Soubirous, de Sainte Hiltrude, mais aussi des cartes postales représentant une église, la Pietà de Michel-Ange, Lourdes, le linceul de Turin ou un hommage à Marie à l’occasion des illuminations du 8 décembre à Lyon. Ont été rajoutés des marque-pages donnés par les aumôniers lors de certaines messes, des représentations graphiques de Jean Le Baptiste ou encore les paroles d’une chanson.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 2.
Légende La photo 2 montre le « petit autel que s’est confectionné Tedev, de nationalité géorgienne et de confession orthodoxe, incarcéré en maison centrale, pour une longue peine. Il a entièrement vidé un placard même s’il ne dispose plus que d’une place réduite pour ranger ses vêtements et ses réserves de nourriture afin de le sanctuariser par des images représentant principalement la vierge, le Christ, mais aussi des apôtres et des patriarches de Géorgie (Élie II). Il a récupéré un pot dans lequel il a mis de l’huile et il a fabriqué une mèche à partir d’une serpillère. Deux bibles et des livres religieux sont visibles. C’est devant cet autel qu’il se recueille et prie plusieurs fois par jour. Tedev a sollicité et obtenu la visite d’un pope en prison, un grand moment pour lui au cours de sa détention.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 936k
Titre Photo 3.
Légende La photo 3 montre ce que Charles appelle sa petite chapelle. « J’ai pu avoir une chapelle dans ma cellule. C’est-à-dire que je ne demande pas grand-chose. Le mobilier. La table je n’ai jamais mangé là-dessus. Je l’ai consacrée à ma chapelle : je peux manger debout c’est pas un souci. Ma chapelle c’est beaucoup plus important. J’ai un bol d’huile comme à l’ancienne avec une lumière allumée 24 heures sur 24. Je me suis débrouillé, j’ai mis de l’huile, j’ai confectionné une mèche et l’ai fait passer dans un bouchon de liège et la lampe est allumée tout le temps. Sur sa table on aperçoit une poupée de cheveux, son fétiche. Un récipient rempli d’huile avec une flamme qui se consume au bout d’une longue mèche qu’il explique avoir fabriquée avec les fils d’une serpillière. On aperçoit également une petite boîte avec des aiguilles. Il m’explique qu’il les verse par terre dans un cercle de farine et que cela lui permet de lire l’avenir. Il y a un crayon « parce que parfois j’ai besoin d’écrire ».
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 864k
Titre Photos 4 a et 4b.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-4.png
Fichier image/png, 545k
Titre Photo 5.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Titre Photo 6.
Légende Photo 6 : Le teffiline fait fréquemment l’objet de rappels à l’ordre par l’AP. Il s’agit de lanières de cuir placées autour des bras qui relient deux petits boîtiers cubiques comprenant des passages bibliques. Cet objet mal connu par les personnels suscite en effet parfois des tensions entre certains surveillants – bien intentionnés ou non – qui voient dans ces longues lanières de cuir un instrument de strangulation potentiel et des détenus qui invoquent leurs droits au libre exercice du culte. Plusieurs surveillants ont, dans le cours de l’enquête, exprimé leur perplexité comme Jérémie : « On avait des juifs qui avaient… C’était une espèce de truc en bois avec des lanières… On ne savait pas trop quoi… Des objets comme ça ils peuvent être considérés comme des armes… pour eux non, c’est considéré comme un outil de religion ». Cette perplexité conduit à une réflexion sur la portée pédagogique des directives au niveau de l’administration centrale qui a remanié une note qui existait déjà afin de mieux expliciter la mise à disposition des teffilines et du talit pour les détenus de confession israélite.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Photo 7.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Photo 8.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 852k
Titre Photo 9.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Photo 10.
Légende Photo 10 : Le prêtre qui a revêtu son aube décrit aux fidèles les objets posés sur la table devant lui, lors de la messe de Noël. Sur la table a été posée une tenture avec un petit ange sur un fond rouge qui fait office de nappe qu’il a lui-même ramenée du Portugal ; il explique qu’il a amené la lampe de Bethléem offert par les scouts de F.. Il y a un bol avec les hosties et un verre de vin de messe qu’il a pu faire entrer en détention dans une petite bouteille en plastique. Il précise que Denise, l’aumônière catholique a amené ce magnifique bouquet de roses oranges qui « ont un parfum délicat en plus d’être belles à voir ». Sur un siège en plastique a été déposé le foulard d’une aumônière sur lequel est installée une crèche « qui a toute une histoire » que raconte le prêtre Nicolas : cette crèche a été fabriquée par un détenu qui à sa sortie, a rejoint une communauté chrétienne. Cette crèche devant laquelle une religieuse est restée durant toute la cérémonie fait l’objet de toutes les attentions afin d’éviter qu’une personne « indélicate » ne vole la vierge ou le petit jésus, deux personnages qui ont déjà disparu à deux reprises. On constate d’ailleurs que la vierge n’est pas similaire aux autres personnages, celui qui en a fait un autre exemplaire n’a pas tout à fait trouvé la couleur bleue des autres personnages. On aperçoit sur le côté droit de la photo les fils et les enceintes d’un groupe de musique venu là pour l’occasion.
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8868/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corinne Rostaing, Claire de Galembert et Céline Béraud, « Des Dieux, des hommes et des objets en prison », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 12 juillet 2014, consulté le 29 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8868 ; DOI : 10.4000/champpenal.8868

Haut de page

Auteurs

Corinne Rostaing

Maître de conférences en sociologie à l’université Lyon 2, membre du Centre Max Weber (UMR 5283, CNRS/ENS/Lyon2, équipe DYVPI). Contact : Corinne.Rostaing@univ-lyon2.fr

Claire de Galembert

Chargée de recherche au CNRS, rattachée à l’ISP (Institut des Sciences sociales du Politique - UMR 7220, CNRS/ENS/Paris Ouest). Contact : galembert@ens-cachan.fr

Céline Béraud

Maître de conférences en sociologie à l’université de Caen, membre de l’équipe CERReV (groupe de recherches Politique, Institution et Symbolique (PoLIS)). Contact : Celine.Beraud@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org