Navigation – Plan du site
Dossier : objets et enfermement

Objets et enfermement

Une introduction
Tristan Bruslé et Marie Morelle

Texte intégral

Objet, culture matérielle et sciences sociales : une approche pluridisciplinaire

  • 1 À cet égard, après un intérêt porté principalement aux objets des mondes ruraux, on peut noter le r (...)

1En France, l’étude des cultures matérielles s’inscrit de longue date dans le champ de l’anthropologie et de l’ethnologie là où d’autres traditions nationales l’ont davantage inscrite dans le champ de l’archéologie et de la muséographie (Bromberger, Chevallier, 1999). Si l’anthropologie des techniques peut paraître comme l’un des courants les plus à même de se saisir des objets, décaler le regard vers d’autres secteurs de l’anthropologie (structuraliste notamment) ou vers la sociologie (pragmatique par exemple) montre bien l’originalité de la technologie culturelle qui allie, de façon un peu improbable et hétérodoxe, les objets les plus modestes des univers matériels à de grandes questions sur l’évolution, le fonctionnement ou la forme des sociétés1 notent Gil Bartholeyns, Nicolas Govoroff et Frédéric Joulian, dans leur introduction à une anthologie des cultures matérielles (2010, 8). Souvent, l’objet, la matière, la technique ont été pensés comme secondaires en comparaison de dimensions plus immatérielles. Or, ces auteurs nous rappellent combien les objets, les techniques, les gestes ou les matériaux, parce que simples, élémentaires, sont trompeurs. (…) Pour être étudiés, les objets matériels nécessitent tout autant d’être définis, cadrés, mis en résonance à l’aide d’outils à penser tels que ceux de chaîne opératoire, de système technique, de fonctionnement ou de réseau. Ceux-ci permettent d’accéder plus intensément aux dimensions sociales et politiques des sociétés (ibidem, 10). L’observation des cultures matérielles implique donc de saisir l’objet et sa fonction au sein d’un système donné, rendant toute sa portée à l’analyse du geste, de la manipulation, de l’utilisation d’objets jusqu’à l’étude de la valeur même de l’objet. Par ailleurs, Arjun Appadurai qui s’intéresse à la « vie sociale des choses » (2006) postule qu’à l’instar des humains, les objets ont une carrière. Ainsi Ségalen et Bromberger (1996) ou Bromberger et Chevallier (1999) retracent des biographies d’objets, de l’amont (leur conception) à l’aval (leur utilisation, exposition). Tout au long de leur carrière, les objets sont modifiés, leurs propriétaires, usages et valeurs changent (Bonnot, 2002). Dès lors, ils ne sont plus considérés comme de simples réceptacles, mais comme des acteurs des interactions sociales. Ils ne sont pas des productions inertes mais ils rendent possible l’action et déterminent le changement social (ibid.). Pour Latour (2006) et les tenants de la théorie de l’acteur-réseau, les non-humains ont d’ailleurs toute leur place dans la théorie sociologique : les choses peuvent autoriser, rendre possible, encourager, mettre à portée, permettre, suggérer, influencer, faire obstacle, interdire, et ainsi de suite (ibid., 103). Les objets seraient des « actants non-humains » dans la mesure où ils modifieraient aussi des situations sociales. Cette symétrie généralisée entre actants humains et non-humains, qu’évoque Bruno Latour, notamment à propos de la construction des faits scientifiques, même si elle reste sujette à controverse, permet de discuter des enjeux de la matérialité de la vie sociale.

2On ne s’étonnera donc plus de voir l’objet investi par la sociologie, en particulier dans l’étude des organisations où il devient un enjeu de négociations au fondement du fonctionnement d’une institution (Conein, Dodier, Thévenot, 1993). En conséquence, pourquoi ne pas introduire l’étude des objets au sein de l’analyse plus large des institutions totales (Goffman, 1968) ?

  • 2 Programme TerrFerme Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique e (...)
  • 3 Nous remercions tout particulièrement Élisabeth Gessat-Anstett et Alexandra Loumpet-Galitzine, disc (...)

3À l’occasion de recherches conduites dans des espaces fermés (camps de travail, centres de rétention administrative, prison), l’objet s’est subrepticement imposé à nos observations dans nos lieux d’enquêtes, par le double jeu de son absence et de sa présence. C’est pourquoi, en mars 2012, a été organisée, dans le cadre du programme Terrferme2, une journée d’études consacrée aux liens entre objet et enfermement dont sont issus les articles présentés dans ce numéro3. Ce dossier n’a donc pas la prétention d’effectuer un retour critique sur l’objet en sciences sociales au regard d’études sur l’enfermement mais plutôt, en toute humilité, de proposer une lecture des situations d’enfermement à partir des objets. Il s’agira de discuter de leur existence en tant que telle autant que des pratiques que les objets rendent possible et jusqu’aux expériences qu’en a un sujet ou un groupe.

4Peu d’études se sont véritablement penchées sur les cultures matérielles en prison (Baer, 2005 ; Sibley, Van Hoven, 2009 ; Moran, Pallot, Piacentini, 2013 ; Myers, Moshenka, 2011, sur la prison, les camps de concentration ou de travail ; Majerus, 2011, sur l’asile psychiatrique ou Gessat-Anstett, 2007 sur le goulag. Quand elles existent, l’enjeu principal est de cerner en quoi l’objet relève du registre goffmanien des adaptations secondaires. Dans cette lignée, ce dossier souhaite questionner la fonction et la valeur des objets. Ne sont-ils que des instruments du pouvoir, ou peuvent-ils être utilisés et pensés en termes d’adaptations, voire de résistance et d’affirmation de soi ? Quelle peut être la portée symbolique de l’objet ? Dans les lieux d’enfermement, peut-on affirmer que l’objet, au-delà de ses usages, devient un acteur ou un médiateur des relations sociales et finalement des rapports de pouvoir ? On pourra aussi se demander, plus sobrement, jusqu’où l’objet doit-il être analysé au regard du contexte d’enfermement (Majerus, 2011). En quoi l’objet est-il partie prenante du dispositif d’enfermement ?

Objet et dispositif de pouvoir

5Pour Laé (2009) comme pour Majerus (2011), le lit est un outil disciplinaire, caractéristique de l’institution totale qu’est l’hôpital psychiatrique. En effet, si l’objet s’impose en situation d’enfermement, c’est souvent par sa portée disciplinaire. Comme le relève David Scheer dans son article « La prison de murs troués… Essai d’analyse d’une microarchitecture carcérale de l’embrasure », il existe un certain nombre « d’objets communs de l’enfermement » : porte, grille et serrure ; fenêtre et barreaux, œilletons, incarnations archétypales de la prison. Ces objets, en jouant notamment sur les circulations, influent sur les gestes et sur les corps, sur le temps et sur l’accès à l’espace. Ils contraignent les conduites. Le seuil de la porte combine tous les éléments constitutifs de l’expérience carcérale : fermeture, isolement, solitude, tension relationnelle, proximité de contact, incertitude, non maîtrise, infantilisation…, note David Scheer. Celui-ci démontre comment ces objets ont été investis par une variété d’acteurs au service de rationalités diverses, prétendant faire de la prison un espace de punition, de réforme ou de réinsertion. Les portes et fenêtres fondent l’espace carcéral, et en matérialisent les finalités : elles reflètent le projet même de l’établissement. Équipées de verrous et de barreaux, elles contribuent à la production matérielle d’un espace social et politique. Parties prenantes d’aménagements architecturaux, elles sont, dans une perspective foucaldienne (Foucault, 2006), une part d’un dispositif plus vaste où se mêlent des discours, des lois, des règles.

6Ces mêmes objets se retrouvent dans les centres de rétention administrative (CRA). Dans ce dossier, à la lumière de son article : « Ne cassez pas ce qui vous profite… Le rôle ambivalent des objets dédiés au confort en situation d’enfermement », Louise Tassin montre dans un premier temps comment certains objets dédiés explicitement à la détente des personnes en rétention ont pu être installés dans un souci de distinction vis-à-vis du régime pénal, avant d’étudier comment leurs transformations (protection des téléviseurs par des grilles, fixation aux murs de téléphones) et leurs usages (pour l’essentiel publics) viennent limiter la tentative de normaliser de tels espaces. Finalement, pour l’auteure, ces objets demeurent des marqueurs, subtils mais omniprésents, du fonctionnement contraignant de l’institution. En outre, l’objectif de confort par les objets reste secondaire par rapport aux enjeux de sécurité et de contrôle des personnes placées en CRA et n’effacent en rien la présence de miradors, de caméras de surveillance, ou encore de barbelés. Ainsi, les objets incarnent la puissance de l’institution, immédiatement et concrètement.

7La question des objets dans des espaces de contraintes nous renvoie immanquablement, nous l’avons mentionné, à la force du paradigme goffmanien et de la théorisation de « l’institution totale ». Dans des contextes où prime l’impératif sécuritaire, éventuellement disciplinaire, maints objets sont interdits. Erving Goffman parle ainsi des techniques de mortification mises en application à l’arrivée du reclus dans un établissement, en particulier du dépouillement qui marque son admission (Goffman, 1968, 56sq.). Dans cette lignée, abordant davantage l’expérience des visiteurs en prison, dans son article : « Se dépouiller et se parer, échanger et mettre en scène : les objets au parloir », Gwenola Ricordeau évoque à son tour la cérémonie de dégradation à laquelle les proches des détenus sont soumis, découvrant et éprouvant, au parloir, la condition de détenu, le sentiment de spoliation, le processus de dépersonnalisation et de dégradation de l’image de soi.

8Pour les détenus, au-delà du rituel d’admission, l’institution n’a de cesse de rappeler son statut à la personne enfermée, au gré de fouilles et de confiscations souvent arbitraires. L’objet devient le support à la punition et à la vexation. Sans évincer la corporalité des fouilles, l’objet incarne à son tour par sa matérialité, des rapports de pouvoir asymétriques. C’est ce que démontrent Corinne Rostaing, Claire de Galembert et Céline Béraud dans leur article « Les objets du religieux comme traceur de la religion carcérale », expliquant comment des surveillants peuvent ainsi jeter un coran ou une bible par terre lors d’une fouille, jeter des lardons sur le lieu où les détenus procèdent à la prière dans les cours de promenade, marcher à dessein sur un tapis de prière lors de la vérification des barreaux, etc., rappel de sa condition au détenu et incarnation du despotisme ordinaire de l’institution pénitentiaire. C’est aussi dans ce contexte d’interdits qu’apparaît la possibilité de faveurs et de posséder, malgré tout, des objets. Ceux-ci sont au cœur de relations négociées : leur possession et leur circulation en marge ou en rupture avec le règlement sont discutées, tolérées et encore une fois l’expression même du pouvoir discrétionnaire des acteurs institutionnels. En prison, au parloir, dans un centre de rétention, tous les auteurs insistent sur l’importance du troc relationnel entre surveillants et détenus ou surveillants et visiteurs, pour reprendre les mots de Corinne Rostaing, Claire de Galembert et Céline Béraud. Plus largement, les objets, pour la détente dans un CRA (L. Tassin), pour l’humanisation des conditions de détention (Rostaing, Galembert, Béraud) concourent à la création d’un ordre négocié (Chauvenet, 1998) et de la pacification des lieux de détention.

9Au sein des négociations, l’objet est soumis à description et ses usages, avérés ou présumés, à interprétations. Son itinéraire bifurque, ses fonctions changent et s’adaptent. La qualification même de l’objet se trouve remise en cause. Comme le montrent C. Rostaing, C. de Galembert et C. Béraud autour de la définition du caractère religieux d’un objet, il est question de définir le bon usage de l’objet, légitimant, et même légalisant sa présence dans l’institution. De manière générale, l’objet en situation d’enfermement se métamorphose, notamment par les usages qui en sont faits. Rappelons, pour exemple, qu’en France, dans son rapport de 2008, le Contrôleur général des lieux de privation de liberté dénonçait la classification en « objets dangereux » des soutiens-gorge et des lunettes au même titre que les lacets et les ceintures, ces objets étant en conséquence, retirés à la personne incarcérée. L’objet est bien un médiateur des relations sociales (Garabuau-Moussaoui, Desjeux, 1999). Il s’interpose, se superpose, sert de point d’appui ou est un levier pour affirmer des rapports de domination. Il matérialise le pouvoir de l’institution (Tassin). L’analyse de sa présence et de ses usages est un révélateur du fonctionnement quotidien de l’institution qui enferme et retient. L’objet entre donc en résonance avec un système disciplinaire, à toutes les échelles, de l’architecture aux dimensions les plus intimes des corps des détenus, des retenus et de leurs proches.

Une économie de la rareté : productions matérielles et « politique de la valeur »

10Par ailleurs, Gwenola Ricordeau rappelle qu’il existe des objets licites et illicites mais aussi des échanges autorisés ou clandestins. Même autorisé, tout ne peut pas faire l’objet d’un échange. Dans cette économie de la rareté, liée aux interdictions mais aussi à des situations de pauvreté et d’isolement, la valeur des objets est mouvante, négociée entre des sujets aux statuts variés et inégaux (Warnier, 2009). Si posséder un objet, dans un contexte de pénurie, permet de participer à divers trocs, trafics et prêts, on ne saurait en rester à l’étude de sa valeur marchande. L’objet incarne une ressource matérielle et financière, une ressource symbolique également. Il est le support d’échanges et de médiations, de négociations et de conflits. Il permet l’accumulation de capitaux sociaux et économiques (argent, possessions, relations).

11Dans leur étude des objets du religieux, Corinne Rostaing, Claire de Galembert et Céline Béraud montrent comment la possession d’un objet permet de se reconnaître, de négocier l’appartenance à divers groupes sociaux, gages de protection et parfois de solidarités. A contrario, cette appropriation et cette mise en scène d’objets, facteurs d’une identité collective, créent des frontières entre groupes, sur des bases jouant, dans l’article cité, avec les registres de la religion. L’objet et sa maîtrise interviennent dans la construction de soi comme du groupe, au-delà des catégories et classements conçus par les institutions. Les espaces dédiés à l’enfermement ne renvoient d’ailleurs pas aux pratiques et représentations des seuls retenus et détenus. Dans l’ethos professionnel des surveillants, David Scheer démontre, au sujet du montage d’une serrure, comment la connaissance d’un objet, le geste et la maîtrise d’outils font l’enjeu d’une évaluation des compétences et plus en amont, d’un rituel d’entrée dans la profession. L’action technique revêt ici une dimension symbolique.

12Pour les détenus comme pour les retenus, la pénurie entraîne des bricolages et des recyclages. Comment se procurer des objets et le cas échéant inventer des substituts à ceux qui manquent, voire à ceux qui sont interdits ? Quelle en est la plasticité des usages ? Dans un monde de rareté des biens et de réclusion, il est encore plus fondamental de ne pas réduire les objets à leur fonction initiale ou traditionnelle, disent Rostaing, Galembert et Béraud. La capacité à inventer, à détourner est liée, là encore, à des apprentissages et surtout à l’obtention de certains statuts dans l’univers carcéral. David Scheer explique comment la possession, interdite, d’une poignée de porte par des détenus fait l’objet d’un véritable protocole de transmission et de contrôle de ses usages, cette poignée ouvrant la voie à un trafic d’alcool dans la prison étudiée. De même, Gwenola Ricordeau, dans son étude des visites au parloir, évoque comment, progressivement, les proches apprennent à choisir leurs vêtements : le soutien-gorge dont l’armature ne sonne pas, le manteau ample qui cache divers produits et permet de les « faire passer ».

13L’observation et l’étude des gestes, des savoir-faire, de leur apprentissage, de leur transmission, l’usage de divers objets, leur camouflage ou leur mise de côté révèlent l’importance de productions matérielles dans le fonctionnement d’un monde social où des individus vivent sous contrainte. La maîtrise d’informations et de techniques, la possession et l’usage d’objets sont au cœur de réseaux sociaux, de relations affinitaires comme de concurrence et de compétition et plus encore de rapports de pouvoir. En ce sens, au-delà de la valeur même de l’objet, est-il utile de raisonner en termes de politiques de la valeur (Warnier, 2009). Le lien constaté par Appadurai entre échange et valeur ne jouit donc d’aucune indépendance par rapport aux sujets qui sont engagés dans l’échange. Ce lien est médiatisé par la relation qui s’établit entre les sujets. Ceux-ci ne disposent pas d’un égal pouvoir de négociation. Ils n’ont pas non plus nécessairement les mêmes échelles de valeur en partage. Les rapports qu’ils entretiennent sont donc des rapports « politiques » au sens large du terme, c’est-à-dire des rapports impliquant des relations de pouvoir, un imaginaire, des connaissances spécifiques et souvent partielles, des normes organisationnelles, etc. (ibid., 12). On peut d’ailleurs se demander dans quelle mesure ces savoir-faire et apprentissages, ces adaptations et bricolages renvoient à l’expérience des individus, acquise hors les murs et mobilisée, transformée pendant le temps de la détention, éventuellement au service de la lutte contre un processus de dépersonnalisation.

Objet, subjectivation et renversement d’espaces

14Posséder un objet, d’autant plus s’il est interdit, permet d’échapper à l’emprise carcérale, en contournant l’interdiction, la pénurie, en détournant les objets à fonction disciplinaire (comme le démontre David Scheer avec le recours au yoyo, système permettant de passer des objets d’une fenêtre à l’autre en dépit des barreaux et des mouvements sous contraintes). En cela, l’objet incarne un point d’appui à partir duquel on peut contourner les règles et contrarier le fonctionnement de l’institution.

15L’accès aux objets, leur possession incarne un enjeu dans la construction de soi, en réponse au processus de dépersonnalisation et d’assujettissement intrinsèque à l’enfermement. L’objet acquis, conservé, échangé permet de se singulariser, de se distinguer, d’accéder à un statut. Ainsi, Gwenola Ricordeau explique comment la visite au parloir peut être l’occasion d’une mise en scène contrastant avec le contexte de privations, quand le visiteur dispose avec ostentation, de nourritures et cigarettes. L’enjeu est de se distinguer de l’autre, de la catégorie de détenu (Bourdieu, 1979). Cette mise en scène de soi existe aussi à l’intérieur des cellules de prison (Sibley, Van Hoven 2009 ; Baer, 2005), où la présence d’autels, remarquée par Rostaing, Galembert et Béraud, est aussi une manière d’habiter l’espace. L’objet (ou le système d’objets) dans les lieux contraints – comme ailleurs – est un repère (Kaufmann, 1997). Il permet la construction d’espaces intimes, enjeu majeur des rapports de pouvoir en prison. À cet égard, Gwenola Ricordeau montre bien comment les objets permettent la création, même éminemment temporaire, d’une intimité dans l’espace des parloirs. Comme marqueurs d’identité personnelle, les objets peuvent enfin être un moyen de sortir d’une identité assignée (délinquant, sans-papier, réfugié) et réaffirmer une autre identité (père, artiste, croyant, etc.). Ils sont un garde-fou du soi (Kaufmann, 1997, 113).

16À plusieurs reprises, les articles du présent dossier évoquent la circulation des objets : en apporter de l’extérieur, en « passer » illégalement, en offrir vers l’extérieur aussi. Dans les prisons, les objets produits sur place et offerts aux visiteurs sont une preuve du lien entre le dedans et le dehors et une matérialisation de l’absence (Ricordeau). Leur mise en circulation revêt ainsi la forme métaphorique d’une évasion. L’image du linge apporté au parloir, discutée dans le texte de Gwenola Ricordeau, avec une odeur de lessive, un parfum, témoigne de la force de l’objet, de ses caractéristiques et de sa valeur mais tout autant de la puissance de l’institution quand le linge à laver revient en sens inverse, marqué de l’odeur de la prison. C’est l’objet qui réalise un tel déplacement. Il incarne une pièce maîtresse dans un processus de confrontation à l’espace carcéral dans ce qu’il a de plus matériel, éventuellement à sa réappropriation, voire à son renversement (Rosselin, 1994, 163-164). Dans les lieux d’enfermement, l’objet métaphorise l’extérieur. Par lui, les détenus transcendent leur existence cloîtrée. L’enfermement accentue la fonction médiatrice de l’objet dans un contexte où les médiations entre l’intérieur et l’extérieur sont strictement contrôlées.

17Au-delà de la problématique des ruses et des tactiques que les plus dominés ont à leur disposition (de Certeau, 1990), Louise Tassin démontre, en s’appuyant sur l’histoire du CRA de Vincennes incendié en 2008, comment la matérialité même du dispositif d’enfermement peut être mise au service d’une forme d’action plus radicale et collective. En détruisant les objets, destinés pourtant à leur « détente », quel message a émané des retenus qui allèrent jusqu’à les transformer en armes, demande l’auteure ?

Traces, indices et preuves

18Les objets, dans leur diversité, ont une carrière biographique. On peut se demander ce qu’ils deviennent, en écho à l’inventaire personnel de Gwenola Ricordeau. Il y a, écrit-elle, ce que l’on perd, au fil de transferts pénitentiaires, ce que l’on détruit immédiatement, comme les lettres échangées au parloir, ce que l’on garde aussi parmi ces objets a priori ordinaires mais pourtant traces d’une vie de parloirs, souvent invisibles, forme de patrimoine, traduction matérielle d’une mémoire parfois difficile à partager.

19À la lecture de l’article d’Olivier Clochard, « L’enfermement des étrangers au prisme des papiers », nous assistons à la constitution en « objet » tant par les personnes rencontrées que par le chercheur, d’une série de papiers conservés par des étrangers en rétention : notifications, certificats médicaux, papiers d’identité, pétitions, lettres de recours. Leur assemblage conduit à la création de dossiers, traces de cheminements et d’errance, de processus de catégorisation et de marginalisation mais aussi parfois, points d’appui à une action en justice, points de départ d’une lutte collective. Ces dossiers sont donc érigés en objet que l’on conserve précieusement, telle cette mallette d’un Iranien parti il y a plus d’une dizaine d’années de son pays, dont il ne se sépare pas, abandonnant plus facilement d’autres biens matériels. L’objet est donc, dans les situations étudiées par Olivier Clochard, un condensé de mémoires (Kaufmann, 1997) : les documents retracent le parcours d’enfermement. Traquer la carrière de l’objet implique alors de ne plus forcément se cantonner à une observation en un lieu unique, son usage et ses effets pouvant varier dans le temps et l’espace, selon le statut même de celui qui le possède. Ce qu’il met en jeu dépasse l’étude stricto sensu d’un espace d’enfermement et aide à conserver les traces d’existences souvent précaires (Farge, 1992). Les objets, en situation d’enfermement, oscillent entre oubli, destruction et maintien, conservation. Finalement, leur existence comme leur disparition témoignent de ce que l’on peut dire comme de ce que l’on préfère taire d’une vie, avec ses accidents, ses blessures, ses luttes, etc.

20L’objet bricolé en prison par défaut d’autre chose, le cadeau donné lors d’une visite à un parloir, le certificat médical ou la lettre de recours, autant d’objets de peu (Debary, Tellier, 2004) parfois mis au rebus, en attente, presqu’oubliés, revivent sous le regard du chercheur. Dans une certaine mesure, c’est peut-être aussi cela qui leur donne une valeur ethnographique : l’objet doit suffisamment témoigner et par-là gagner le statut de pièce à conviction (ibidem, 126). Se pose alors la question de la qualification de l’objet et de la transformation de cette qualification au cours de la vie de l’objet. Est-il un indice, une preuve ? Telle est la question que soulève Louise Tassin en suivant le procès consécutif à l’incendie du CRA de Vincennes, où la possession d’un briquet notamment revêt une dimension soudainement exceptionnelle et non sans conséquence sur la démonstration, ou non, de la culpabilité de certains. La qualification de l’objet semble avoir pour tâche de consigner l’histoire, du moins une histoire et une vérité. Dans une approche ethnographique cette fois-ci, parce qu’il n’est justement pas destiné à témoigner, parce qu’il incarne une archive non intentionnelle (Debary, Tellier, 2004, 127), il ne serait pas l’objet d’une sélection, d’une manipulation. Dans cette perspective, le chercheur pourra alors se demander en quoi l’objet devient non plus une preuve soumise au discernement du juge (comme le briquet dans l’article de Louise Tassin) mais une source scientifique (Ginzburg, 2007). Quand bien même le statut d’archive et de témoin serait reconnu aux objets, des difficultés d’ordre méthodologique demeurent. Comment se repérer dans la diversité des objets, quand bien même seraient-ils rares (ou justement parce qu’ils le sont, interdits, et donc cachés) ? Quelle démarche adopter pour observer et connaître leurs différents usages, carrières et recyclages, et jusqu’où les interpréter dans leur relation à l’individu, parfois au groupe (Warnier, 1999) ? Les articles de ce dossier montrent que si la matérialité de l’objet importe, ses modes de transmission, d’appropriation ou sa valorisation sont des supports d’enquête. Certains objets disparaissent, certains savoir-faire sont jalousement gardés. Ces derniers, part invisible, indicible, informelle de l’acte technique, (…) ne se livrent en effet à l’analyse qu’à certains moments particuliers (Bromberger, Chevallier, 1999, 4), comme a pu le démontrer, dans ce dossier, David Scheer.

21Un autre enjeu est aussi de pouvoir rendre compte de la place physique de l’objet et de son agencement dans les lieux observés au fil d’une analyse puis dans la transcription de l’observation à l’occasion de la rédaction d’un article. On relèvera ici le recours au dessin (David Scheer), à la photographie. Celle-ci peut être le produit d’une prise de vue immédiate, sans intervention de l’auteur (Corinne Rostaing, Claire de Galembert et Céline Béraud) ou le résultat d’une mise en scène de divers objets (ceux conservés par Gwenola Ricordeau au fil de ses visites aux parloirs). On notera aussi l’impossible prise de vue (Louise Tassin) ou à l’inverse, le travail d’archivage effectué par Olivier Clochard, non sans lien avec celui effectué par les personnes rencontrées, au fil de ses enquêtes de terrain.

Conclusion

22Ce dossier s’inscrit dans l’idée désormais établie que l’existence de l’objet, ses usages et son emplacement sont parties prenantes autant que révélateurs de faits et processus sociaux comme de rapports de pouvoir. Dans l’univers clos, l’objet est aux prises avec une grande diversité d’intervenants, des surveillants aux détenus et retenus, en passant par des acteurs religieux par exemple ou des visiteurs, des proches. Parce que le rapport aux objets y est amplifié, complexifié et dramatisé, l’étude de ce rapport est un des prismes à partir duquel on saisit le fonctionnement concret de l’institution qui enferme. Peut-on aller jusqu’à affirmer que l’objet peut produire l’espace carcéral tout comme dans certains cas le défaire, métaphoriquement ou concrètement ? Dans quelle mesure ne matérialise-t-il pas l’existence et les finalités de l’institution qui enferme ? On retrouve d’ailleurs une forte uniformité de la production matérielle carcérale d’une prison à un centre de rétention. Nul espace et nul artefact ne sont censés échapper au contrôle des institutions totales.

23Toutefois, on ne saurait se limiter à la lecture du discours, du plan de l’architecte, des équipements fraîchement installés. L’objet, sa possession, son interdiction, ou encore les techniques autour de l’emploi de l’objet, sont aussi parties prenantes de la production d’un ordre négocié au jour le jour, alternant faveur, laisser-faire et punition. S’il est la marque de l’emprise physique de l’institution qui enferme, au service de véritables techniques du corps (Mauss, 2010 [1936]), il peut également devenir une prise concrète à partir de laquelle les personnes enfermées contestent leur maintien en détention, notamment lorsque ces objets sont détournés de leurs usages premiers. Ainsi, il n’existe pas à proprement parler des objets de l’enfermement mais plutôt des objets dans l’enfermement, dont les fonctions, usages, valeurs et significations varient au cours de leur carrière.

24Dans une lecture de la discipline inspirée de Foucault, on retrouve le poids de la matérialité, des objets au-delà de la problématique de leur distribution et répartition. À la lecture de l’alternance entre absence et présence et au constat d’une économie de la rareté, les objets offrent aussi un prolongement à l’approche goffmanienne. On notera l’intensité de la relation de l’objet à l’espace : en ce qu’il matérialise le dispositif et ses rationalités sous-jacentes, ses seuils et ses frontières, en ce qu’il permet aussi de s’y adapter, d’en détourner les agencements disciplinaires et par moments, d’y résister. Une fois franchis les seuils des lieux d’enfermement, les objets changent de significations et autorisent le dépassement des règlements ou la création de lieux d’intimité. Enfin, la maîtrise des techniques, la possession des objets peut aussi donner lieu à une lecture bourdieusienne en termes d’habitus, de classe sociale, dans un souci de distinction et de reproduction. On voit comment, dans ce dossier, l’objet, en particulier lorsqu’il est saisi par des sociologues, se trouve à la croisée de lectures théoriques fort diverses. Le rapport à l’objet recyclé, détourné, peut être perçu, au départ, comme insolite, et s’avérer somme toute comme témoin de la réalité concrète des institutions telles que les prisons ou les centres de rétention au point que l’on puisse parler, dans la lignée de Latour, d’objets « actants ». L’objet révèle et incarne le poids des contextes politiques et sociaux sans anéantir la marge de manœuvre que conservent des individus en agissant pour eux, sur eux et sur les pratiques des divers acteurs en présence.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai, A. (ed.), 2006, The Social Life of Things. Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Baer, L. D. 2005, Visual Imprints on the prison landscape: a study on the decorations in prison cell, Tijdschrift voor Economische en Sociale Geografie, 96, 2, 209-217.

Bartholeyns, G., Govoroff, N, Joulian, F., 2010, Introduction. Une anthologie en forme de manuel, Technique et Culture, « Cultures matérielles », 54-55, 1.

Baudrillard, J., 1968. Le système des objets, Paris, Gallimard.

Bonnot, T., 2002, La vie des objets. D’ustensiles banals à objets de collection. Ethnologie de la France, Paris, éd. de la MSH.

Bourdieu, P., 1979, La distinction : critique sociale du jugement, Paris, éd. de Minuit.

Bromberger, C., Chevallier, D., 1999, Carrière d’objets. Innovations et relances, Vol. 13. Collection Ethnologie de la France, Paris, éd. de la MSH.

Chauvenet, A., 1998, Guerre et paix en prison, Les cahiers de la sécurité intérieure, 31, 91-109.

Conein, B., Dodier, N., Thévenot, L., 1993, Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, éd. de l’EHESS.

De Certeau, M., 1990, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Paris, Gallimard, coll. Folio.

Debary, O., Tellier, A., 2004, “Objets de peu” Les marchés à réderies dans la Somme, L’Homme, 2, 170, 117-137.

Farge, A., 1992, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard/Julliard.

Foucault, M., 2006, La volonté de savoir : droit de mort et pouvoir sur la vie, Paris, Gallimard.

Garabuau-Moussaoui, I., Desjeux, D., 1999, Objet banal, objet social. Les objets quotidiens comme révélateurs des relations sociales, Paris, L’Harmattan.

Gessat-Anstett É., 2007, Résister à l’outrage, Gradhiva, 5.

Ginzburg, C., 2007, Le juge et l’historien, Paris, Verdier.

Goffman, E., 1968, Asiles. Études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Minuit.

Kaufmann, J.-C., 1997, Le monde social des objets, Sociétés Contemporaines, 27, 111-125.

Laé, J.-F., 2009, Le lit, dispositif de l’institution totale, in Artières, P., Laé, J.-F., L’asile aux fous, un lieu d’oubli, Vincennes, Presses Universitaires de Vincennes. 99-118.

Latour, B., 2006, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte.

Majerus, B., 2011, La baignoire, le lit et la porte. La vie sociale des objets de la psychiatrie, Genèses, 1, 95-119.

Mauss, M., 2010 [1936], Sociologie et anthropologie, Paris, PUF.

Moles, A., 1969, Objet et communication, Communications, 13, 1-22.

Moran, D., Pallot, J., Piacentini, L., 2013. Privacy in penal space: Women’s imprisonment in Russia, Geoforum, 47, 138-146 [version préliminaire en ligne].

Myers, A., Moshenka, G. (eds), 2011, Archaelogies of Internment, New York, Springer.

Rosselin C., 1994, La matérialité de l’objet et l’approche dynamique-instrumentale, in Warnier, J.-P. (dir.), Le paradoxe de la marchandise authentique. Imaginaire et consommation de masse, Paris, L’Harmattan, 147-177.

Ségalen, M., Bromberger, C., 1996, L’objet moderne  : de la production sérielle à la diversité des usages, Ethnologie française, 26, 1, 5-16.

Sibley, D., Van Hoven, B., 2009, The Contamination of Personal Space: Boundary Construction in a Prison Environment, Area, 41, 2, 198-206.

Warnier, J.-P., 1999. Construire la culture matérielle. L’homme qui pensait avec les doigts, Paris, PUF.

Warnier, J.-P., 2009, Les politiques de la valeur, Sociétés Politiques Comparées, 11, 1-67.

Haut de page

Notes

1 À cet égard, après un intérêt porté principalement aux objets des mondes ruraux, on peut noter le renouveau de l’étude de l’objet, déjà dans les années 1960, en lien avec l’étude de la société de consommation (Baudrillard, 1968 ; Moles, 1969).

2 Programme TerrFerme Les dispositifs de l’enfermement. Approche territoriale du contrôle politique et social contemporain (2009-2012), financé par l’ANR (Réf. : ANR-08-JCJC 2008-0121-01) et le Conseil Régional d’Aquitaine (Réf. : 2010407003).

3 Nous remercions tout particulièrement Élisabeth Gessat-Anstett et Alexandra Loumpet-Galitzine, discutantes de cette journée, pour leurs précieux commentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Bruslé et Marie Morelle, « Objets et enfermement », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 12 juillet 2014, consulté le 29 mai 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8884 ; DOI : 10.4000/champpenal.8884

Haut de page

Auteurs

Tristan Bruslé

Chargé de recherche au CNRS, rattaché au Centre d’Études Himalayennes (UPR CNRS 299). Membre de l’équipe TerrFerme. Contact : Tristan.Brusle@vjf.cnrs.fr

Marie Morelle

Maître de Conférences (HDR) en Géographie, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, chercheuse à l’UMR PRODIG. Membre de l’équipe TerrFerme. Contact : Marie.Morelle@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org