Navigation – Plan du site

Compte rendu de l’AG de juillet 2014

3 juillet 2014 (Paris, EHESS)

Notes de l’auteur

Compte-rendu d’Anne Wyvekens (secrétaire de séance) et de Frédéric Ocqueteau (DE).

Présents : Coline CARDI, Gilles CHANTRAINE, Dominique DEFRAENE, Nicolas FISCHER, Martine KALUSZYNSKI, Carla NAGELS, Frédéric OCQUETEAU, Geneviève PRUVOST, Anne WYVEKENS.

Excusés : Emmanuel BLANCHARD, Nicolas CARRIER, Jean-François CAUCHIE, Mathilde DARLEY, Benoit DUPONT, Jacques FAGET, Virginie GAUTRON, Jean-Paul JEAN, Annie KENSEY, Philip MILBURN, Marwan MOHAMMED, Valérie MOULIN, Cédric MOREAU DE BELLAING, Eric PECHILLON, Bastien QUIRION, Jean-Marie RENOUARD, Dominique ROBERT, Grégory SALLE, Sybille SMEETS, Alexis SPIRE, Véronique STRIMELLE.

Le relevé des membres présents et des membres ayant donné procuration conduit à constater que le quorum requis pour voter est atteint. C’est l’occasion d’une rapide discussion sur la « mise à jour » de la composition du comité scientifique, compte tenu de l’éloignement professionnel de certains membres, et du silence persistant de certains autres.

Il est décidé de ne plus compter parmi les membres du CS, Xavier Lameyre, André Cellard et Michael Kempa qui ont fait part de leur désinvestissement, étant donné l’impossibilité de les exclure formellement en vertu de l’article 17 des statuts qui n’en prévoit pas la possibilité. Gilles Chantraine prendra contact avec Bernard Harcourt.

ORDRE DU JOUR

Procédure d’évaluation des « Varia »

FO rappelle le fonctionnement actuel : NC reçoit la proposition d’article, l’anonymise, la transmet à FO qui la confie à l’un des 6 délégués éditoriaux (Gilles Chantraine, Cédric Moreau de Bellaing, Nicolas Fischer, Martine Kaluszynski, Virginie Gautron, Valérie Moulin). Le délégué éditorial choisit deux experts (internes et/ou externes à la revue) qu’il charge d’évaluer l’article. Il effectue ensuite la synthèse des deux évaluations, qui est adressée à l’auteur, via FO puis NC. La répartition des rôles entre le rédacteur en chef (NC) et le directeur éditorial (FO) est la suivante : le premier (et lui seul) est en contact avec les auteurs, le second est en contact avec les délégués éditoriaux.

Frédéric, Martine et Gilles donnent diverses précisions sur leur façon de travailler, notamment lorsque les deux évaluations divergent de façon importante.

La discussion évoque les différents inconvénients de ce processus, en particulier sa lourdeur et son manque de transparence. On s’aperçoit par exemple que plusieurs des membres présents à l’AG ne sont quasiment jamais sollicités comme experts. Le directeur éditorial n’y peut rien puisqu’il ne connait pas non plus les experts désignés par les délégués. Aucun des experts désignés n’est lui-même capable de connaître sa propre charge par rapport aux autres.

Gilles revient sur les raisons « historiques » de l’adoption de ce système : il s’agissait de répartir la charge de la gestion des évaluations, en prévision d’un afflux important de propositions. Or, on constate que les flux actuels ne le justifient pas.

Frédéric soumet alors à l’AG l’idée de se passer des délégués éditoriaux. Une discussion s’engage sur les alternatives possibles. A partir de l’exemple d’une autre revue, évoqué par Geneviève, on propose que le résumé de chaque article envoyé au rédacteur en chef soit communiqué à tous les membres du comité scientifique par FO, anonymement bien sûr, de façon à ce qu’ils puissent s’auto-désigner comme experts potentiels. Un délai de 10 jours serait prévu pour la réponse. Les deux premiers candidats seraient désignés comme experts par FO, qui aurait pour mission de vérifier l’absence de tout conflit d’intérêt entre l’auteur et les experts, puis de réaliser lui-même la synthèse des évaluations si elles étaient trop divergentes. Pour cela, on accorde au directeur éditorial la possibilité d’être seul mis au courant par le Rédacteur en chef de l’identité et appartenance du ou des auteurs signataires de la proposition. Si aucun membre du CS ne se propose en tant qu’expert, un ou deux experts extérieurs pourraient être désignés (à partir des suggestions des membres du CS).

L’AG vote à l’unanimité en faveur de cette procédure qui aurait, en outre, pour avantage de remobiliser tous les membres du CS.

On aborde ensuite la question du pouvoir de rejet avant expertise qu’exercent actuellement, conjointement, le rédacteur en chef et le directeur éditorial. Un rejet de ce type a donné lieu récemment à une réaction violente d’un auteur et à une mise en cause de la direction de la revue, et… à une discussion animée au sein du CS. La discussion reprend et revient en particulier sur le rôle « pédagogique » que la revue peut – ou non – être amenée à jouer dans un contexte où des chercheurs, en particulier les plus jeunes, subissent une pression croissante à la publication (CN). Si les avis sont partagés sur l’ampleur de ce rôle, il est néanmoins acté (à l’unanimité) que la possibilité de rejet avant évaluation, nécessaire pour certains papiers (cf. les deux que FO soumet à l’AG), soit strictement limitée et encadrée.

Il est donc décidé à l’unanimité que ce rejet ne sera possible que pour les propositions manifestement hors sujet, ou pour cause de propos « délirants, racistes ou diffamatoires ».

Procédure d’évaluation des dossiers

L’AG fait rapidement le point sur les « dossiers » récemment terminés ou en voie d’achèvement pour 2014. L’accouchement a été plus ou moins difficile selon les dossiers, mais tous sont de qualité. Les différentes expériences – et notamment les retards dus à des problèmes d’évaluation – conduisent à reposer la question des modalités de celle-ci et du « contrôle » de la revue sur des évaluations jusqu’ici mises en œuvre par les coordonnateurs de dossiers.

La discussion débouche sur la décision suivante : en concertation avec le directeur éditorial, les coordonnateurs soumettront les résumés des articles aux membres du CS, au fur et à mesure de leur arrivée, et la procédure suivie sera la même que pour les « varia ». En cas d’absence d’experts issus du CS, le choix d’un expert extérieur reviendra aux coordonnateurs. L’évaluation de l’introduction du dossier sera réalisée par le rédacteur en chef et le directeur éditorial, comme actuellement. Adoption à l’unanimité.

Candidatures d’Olivier Razac et de Nicolas Sallée

Ces deux candidatures sont acceptées et adoptées à l’unanimité.

Situation financière

La revue dispose actuellement d’environ 4000 € de trésorerie. Il est décidé d’affecter une partie de cette somme à la finalisation de la traduction de l’article d’E. Didier entreprise par U. Ben Gal, et interrompue faute de financements. Le reliquat serait provisoirement réservé à des frais ultérieurs éventuels pour le futur nouveau webmestre et/ou de secrétariat de rédaction.

Philippe Milburn est reconduit dans ses fonctions de trésorier. La domiciliation du compte est inchangée.

Comptes rendus bibliographiques

Communication de Philippe Milburn sur les recensions en cours. Cinq devraient arriver et être publiées cette année 2014, ce qui serait une bonne chose.

Gilles C suggère de sensibiliser les coordonnateurs de dossiers à la possibilité de publier, à la suite d’un dossier, des recensions d’ouvrages récents correspondant au thème traité.

Remplacement de GS au poste de webmestre en 2015

Grégory a fait part de son intention de ne plus assumer la charge de webmestre en 2015. Il propose de former son successeur. Dominique et Carla ont un candidat en vue. Ils vont prendre contact avec lui.

Expiration du mandat du rédacteur en chef et du délégué éditorial

Le mandat du rédacteur en chef et du directeur éditorial vient à expiration en 2014. Les statuts prévoient une AG extraordinaire pour procéder à une élection après un appel à nouvelles candidatures en bonne et due forme. Dans le cas où les actuels RC et DE seraient candidats pour un deuxième mandat de trois ans (2015-2017), et où, par sondage, le bureau et le CS en seraient tous d’accord, -ce qui voudrait dire que personne ne se porterait candidat-, leur mandat serait reconduit pas « tacite reconduction » pour trois ans, sans qu’il soit nécessaire de provoquer une AG extraordinaire.

FO, NC et les membres du bureau provoqueront un appel général aux candidatures au moment opportun.

Prochaine AG

La prochaine AG annuelle normale aura lieu à Bruxelles (ULB) le vendredi 3 juillet 2015 de 14 h à 17 h. Adopté à l’unanimité.

Il n’y aura pas de consultations préalables au printemps 2015 à ce sujet.

  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org