Navigation – Plan du site
Lectures

Catherine Rossi, Homicide : les proches des victimes

Paris, L’Harmattan, 2013, 367 pages
Philip Milburn
Référence(s) :

Catherine Rossi, Homicide : les proches des victimes, Paris, L’Harmattan, 2013, 367 pages, ISBN : 978-2-343-01571-2

Texte intégral

1Sous un titre un peu convenu, c’est un ouvrage de très grand intérêt scientifique, et même au-delà, que nous propose C. Rossi, professeure à l’Université Laval (Québec). Il fait suite à un travail de recherche doctorale mêlant la double compétence de la chercheuse, à la fois juriste et sociologue. L’ouvrage s’attache à un objet en apparence fort pointu – la question du statut social et juridique des proches, notamment familiaux, des victimes d’homicide – mais qui recèle une portée sociopolitique d’ampleur dans la mesure où leur « souffrance » est régulièrement invoquée dans les politiques pénales, notamment pour favoriser le durcissement de la répression et de la pénalisation des crimes. Or, que sait-on réellement du point de vue de ces proches, de ce qu’ils ressentent et surtout de ce qu’ils attendent de la société, des institutions et de la justice pour apaiser leur deuil ? L’ouvrage apporte des réponses décisives à cette question, notamment grâce à une enquête empirique par entretiens très approfondie auprès des personnes concernées, réalisée dans deux pays aux cadres juridiques significativement différents, en tout cas quant à la place qu’occupent les représentants des victimes dans le procès pénal : le Québec et la France.

2Avant de nous emmener dans cette direction, l’auteure réalise un état des connaissances scientifiques sur l’homicide et sur les victimes. L’exercice n’est pas superflu dans la mesure où les travaux anglophones, et notamment américains sont examinés de façon approfondie et méthodique, alors même qu’ils sont pratiquement inconnus en France, surtout sur le second aspect. Il en ressort des indications précieuses qui vont servir de cadre d’analyse à la recherche. En effet, les différentes recherches victimologiques relatives aux homicides présentent des résultats variables, mais plusieurs convergent pour considérer que « le sentiment de vengeance ne se retrouve que très rarement chez les proches, contrairement à ce que pourrait laisser présager le sens commun » (p. 45).

3Un passage conséquent est consacré à la méthodologie, à laquelle C. Rossi a prêté une attention minutieuse. Une telle précaution est particulièrement bienvenue pour au moins deux raisons. La première tient dans le fait que les personnes interviewées évoquent une situation excessivement dramatique et à haute teneur émotionnelle : il faut dès lors saisir le sens du deuil sans se faire happer par le pathos, un exercice parfaitement réussi comme le révèle la lecture des interviews au fil de l’ouvrage. La seconde raison tient à la volonté bien marquée de la recherche de ne pas laisser orienter ses analyses par autre chose que les convergences et divergences des témoignages recueillis avec circonspection, une démarche que l’auteure qualifie de phénoménologique. Cela permet d’éviter de se voir guidé par des présupposés idéologiques, juridiques ou psychologiques, particulièrement prégnants dans ce type de registre.

4Une telle précaution méthodologique répond de la sorte aux exigences d’un questionnement simple mais fondamental, qui permet de se détourner d’une approche de victimologie psychologique et d’adopter une posture pleinement sociologique. Il s’agit en effet de prendre en considération à titre d’hypothèse générale et dynamique le fait « qu’il existe un malentendu entre les proches des victimes et les institutions juridiques responsables de leur statut » (p. 51). Cette orientation confère son économie générale à la démonstration, qui examine dans un premier temps la définition par les acteurs eux-mêmes de leur statut social de (proche de) victime, de leurs souffrances et des effets. Puis une seconde partie envisage plus directement le statut que leur confère l’institution, notamment en termes juridiques et procéduraux.

5Des développements conséquents sur la simple question de la définition de l’objet, déjà entamée dans l’introduction – qui sont les « proches de victimes » ? – permettent de prendre connaissance du « terrain » exploré par cette recherche : les 63 personnes interviewées, leurs profils et le type de crime dont leurs proches ont été victimes. La démarche phénoménologique revendiquée s’affirme dès lors : ce sont les personnes elles-mêmes qui se qualifient de proches, dans la relation qu’elles avaient avec la victime décédée, mais surtout de par leur expérience du traumatisme d’une situation de mort brutale et injustifiée. Pères et mères, enfants, frères, sœurs, mais aussi parents plus éloignés ou amis rendent raison de la perte, de la douleur et de l’incompréhension, tout comme des difficultés rencontrées de surcroît dans le lien avec les institutions, et dans leurs relations sociales. La définition de leur statut ne saurait en effet se réduire à des catégories juridiques, ce qui constitue une première marque de malentendu avec les institutions.

6La première partie est sans doute la plus originale dans la mesure où elle creuse la question de la nature de leurs souffrances qui contribuent au changement de leur statut social personnel. Une première remarque tient dans l’enchâssement des souffrances psychologiques liées au traumatisme de l’homicide et des conséquences socioéconomiques engendrées au quotidien par la perturbation induite chez ses proches : repli relationnel, désorganisation familiale, absences professionnelles, coûts… La situation des proches de victimes est globale et plurielle alors que la réduction opérée par l’approche clinique (bien étudiée par l’auteure) contribue à ignorer cette dimension. Leur souffrance débouche sur une forme de colère dont la dimension vindicative est limitée, voire inexistante chez certains.

7Pour rendre compte de la pluralité des réactions de ces personnes, l’auteure effectue une classification des « proches » construite selon leurs liens avec l’institution judiciaire, avec le meurtrier, leur famille ou leur propre souffrance. Quatre « idéaux-types » sont ainsi dégagés, où les caractéristiques majeures du « comportement » des proches sont ramassées. L’« engagé » considère le meurtre comme un enjeu social et politique, ce qui lui permet de sublimer son deuil : il met la priorité sur la réaction sociale – médias, justice, politique - qu’il fait passer devant la question du meurtrier lui-même. Le « chef de famille » est prioritairement soucieux de la protection de sa famille à laquelle il se consacre avant de prendre en compte le coupable ou l’action des institutions. Le « laissé pour compte » voit son état de souffrance tenu à l’écart des plus proches comme des institutions et cherche le sens de son deuil en priorité dans les motivations de l’acte homicide et de son auteur. Enfin, l’« abdiquant » n’est tourné ni vers les enjeux institutionnels, ni vers l’assassin, ni vers son entourage, mais reste seul en face à face avec son deuil et sa douleur, qu’il place au centre. Ainsi, quatre pôles semblent constitués autour desquels se modulent les logiques d’action des proches qui apparaissent fort variables, et en définitive peu tournées vers une préoccupation vindicative.

8Le point majeur que C. Rossi met alors en relief tient au fait que les proches des victimes d’homicide ne se constituent pas socialement et psychologiquement en opposant leur deuil incommensurable à l’ignominie du criminel, mais comme « représentant » leur proche mort face à la société et face à l’institution, principalement judiciaire. Ils le font avec le souci que justice leur soit rendue, non pas tant pour être vengés que dans un objectif de préservation de la mémoire et de l’intégrité morale de leur proche. Dès lors, ces deux dimensions ne relèvent pas tant du quantum de la peine que de la place qu’occupe la victime dans le processus socio-institutionnel : il s’agit surtout de préserver la réputation de la victime et de s’assurer de la manière dont elle y est traitée (médias, procédure judiciaire, procès, effets politiques).

9Ces explications fournissent alors quelques éléments décisifs pour penser les réparations possibles de ce type de deuil, dont la rétribution du crime ne constitue qu’une dimension mineure. C’est souvent la peine « juste » qui est attendue, davantage que la peine maximale. La peine et son quantum apparaissent moins importants que le besoin de voir reconnu le drame vécu par la personne aimée autant de la part du condamné que du tribunal (incluant défense et sentence). Une interviewée est devenue défavorable à la peine de mort après avoir connu l’expérience du meurtre d’un proche. Le paradoxe est que l’obsession rétributive des institutions (politique, justice, médias) met en lumière le sort de l’auteur du crime, alors même que pour durcir la pénalisation, elle se revendique du malheur des victimes davantage que des enjeux d’ordre public. Les politiques pénales et le système répressif laissent dans l’ombre la mémoire de la personne décédée et le besoin de faire vivre sa mémoire dans le malheur de ses proches.

10Forte de ces constats, la seconde partie de l’ouvrage s’emploie à examiner le rôle donné par la procédure pénale et civile aux proches en France et au Québec. Très complète et utile pour le juriste, cette partie montre comment les proches des victimes peuvent y exercer des rôles différents, bien que dans les deux cas ils ne correspondent guère à leur désir de réparation et d’apaisement. En France, la possibilité de se porter partie civile permet d’accéder au dossier et à la procédure en amont du verdict. Cette disposition n’existe pas au Canada, où des associations de proches de victimes ont exercé une pression politique considérable en vue de se voir reconnaître un rôle de premier plan dans la procédure post-sentencielle : la possibilité leur a été offerte de faire parvenir à la juridiction prenant la décision d’une libération conditionnelle de l’auteur du crime une déclaration pour infléchir sa décision dans le sens de la préservation de leurs intérêts. L’auteure entre par ailleurs également dans le détail des différences de procédures civiles d’indemnisation.

11Le chapitre 2 de cette partie tient lieu de conclusion synthétique. Il pointe la discordance existant entre les demandes et les attentes des proches des victimes d’homicides et la place que leur accorde la procédure judiciaire, y compris dans des évolutions récentes pourtant soucieuses de mieux prendre en compte leurs intérêts. En définitive, pour l’auteure, le « rôle » des proches dans la procédure pénale et l’indemnisation dont ils bénéficient n’acquiert pas de « sens victimologique, ce qui ne [pourrait] avoir lieu qu’en lien avec une reconnaissance sociale concomitante » (p. 324).

12Cette recherche approfondie, détaillée et rigoureuse sur un sujet en apparence assez spécifique compte tenu de la rareté relative de crimes de sang et de la faible importance des proches de victimes dans le processus pénal et dans les recherches en criminologie, ne constitue pas un simple exercice de style de chercheur scrupuleux. Sa lecture reste fluide et parfois agréable malgré le caractère technique de la question traitée, grâce à un style bien maîtrisé qui évite toute aridité, mais aussi au vu de la dimension très prenante des témoignages recueillis et de leurs commentaires. Surtout, leur abondance était nécessaire pour en finir avec la fausse évidence d’une demande de répression de la part de ces victimes indirectes (ou directes), qui sert trop souvent d’aiguillon aux politiques pénales mises en œuvre depuis plusieurs décennies, en France comme dans la plupart des pays occidentaux. Et le statut de « représentant » de la victime mériterait sans doute d’y être intégré pour développer des politiques et des pratiques restauratives.

13Il reste un regret quant à l’économie générale de l’ouvrage, dont les parties et les chapitres curieusement découpés, de volume inégal pour certains (cf. les deux chapitres de la seconde partie), ne fournissent pas de trame aidant la lecture. On peut également regretter qu’il n’ait pas été découpé en plusieurs publications. Les développements juridiques qui occupent près de 200 pages de la seconde partie ne sont pas vraiment décisifs pour la démonstration générale : ils auraient pu être réduits ou, compte tenu de l’intérêt qu’ils représentent par ailleurs, faire l’objet d’une publication spécifique.

14Ce qui aurait laissé de l’espace pour proposer une montée en généralité théorique des résultats de l’enquête sociologique. Le lecteur reste quelque peu sur sa faim, arrivé à l’acmé de la présentation des résultats dans une première partie qui se clôt trop prestement. On aurait aimé voir les « comportements » des proches idéal-typifiés et interprétés en termes de logiques de l’action, de registres éthiques ou de conceptions de l’ordre social. Ce qui aurait permis l’analyse du lien (et de la conflictualité) entre leur propre rationalité et celle des institutions ou du politique. Et partant, de saisir la teneur du « malentendu » pointé par le titre du chapitre 2 de la seconde partie, une terminologie qui paraît renvoyer à une simple faiblesse cognitive là où il faudrait sans doute voir des processus sociopolitiques bien plus structurants.

15Il n’en reste pas moins que l’ouvrage fournit une base solide pour faire obstacle à l’instrumentalisation des victimes placées au cœur d’une démagogie politique répondant de manière simpliste aux effets des paniques morales et des réflexes sécuritaires. Il fournit surtout de précieuses clés de méthode à d’éventuelles politiques victimologiques cherchant à promouvoir des solutions plus en phase avec la réalité des difficultés sociales, morales, psychologiques et économiques que rencontrent les proches.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/8920/img-1.png
Fichier image/png, 23k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Milburn, « Catherine Rossi, Homicide : les proches des victimes », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 06 novembre 2014, consulté le 28 mai 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8920

Haut de page

Auteur

Philip Milburn

Professeur de sociologie à l’université Rennes 2

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org