Navigation – Plan du site
Varia

La peine de prison à l’usure ?

Obstacles à la loi normale de l’habituation en détention
Loup Noali

Résumés

Une fois surmonté le choc de l’incarcération, beaucoup de prisonniers finissent tôt ou tard par accepter leur sort. Par le jeu d’adaptations secondaires diverses et variées, ils s’accoutument plus ou moins inconsciemment, et donc largement malgré eux, à la prison, parvenant ainsi à diminuer leur stress. L’incarcération finirait-elle par tuer la peine ? C’est la question. Se référant à une expérience personnelle prolongée de l’enfermement et à une observation participante complète comme membre masqué, l’auteur examine les facteurs de cette habituation, ses obstacles aussi, puis leurs conséquences en termes de réinsertion et de désistance du crime.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

Le fou peut s’habituer à son asile, le prisonnier à sa cellule, l’enfant martyr à son placard et les regretter quand ils les quittent. (Robert Merle)

Introduction

  • 1 Participation complète par laquelle le chercheur met à profit l’opportunité donnée par son statut d (...)
  • 2 Rapport Archer sur la souffrance psychique en prison, 2008.

1Une observation participante prolongée et contrainte1 en tant que condamné nous a donné l’opportunité d’observer à loisir le moral des détenus dans une maison d’arrêt, puis dans un centre de détention. L’idée que la peine d’emprisonnement est ordinairement sujette à une certaine érosion au fil du temps s’est vite imposée à nous. Une fois passés le choc carcéral (Lhuilier, Lemiszewska, 2001) correspondant grosso modo à la période des trois premières semaines de détention2, puis celui du procès, la plupart des prisonniers finissent en effet par s’adapter tant bien que mal à leur sort au moins jusqu’à l’approche de la sortie. Si la condamnation ne perd jamais son caractère afflictif et infâmant et si la stigmatisation sociale entraînée par la peine laisse donc une marque indélébile, les comportements et les réactions, en dehors des moments forts de l’emprisonnement, mettent ainsi en évidence une sorte de mithridatisation de la sanction. De fait la détention, surtout quand elle se prolonge, entraîne la mise en place d’adaptations secondaires (Goffman, 1968), soit de pratiques qui, sans provoquer directement le personnel, permettent au reclus d’obtenir des satisfactions interdites ou bien des satisfactions autorisées par des moyens défendus (Ibid., 98-99).

  • 3 Cf. sur le sujet Archer, 2008.
  • 4 Même si la condition pénitentiaire tend sur le long terme à se normaliser.

2Mais il en est d’autres encore qui, parfaitement légales celles-là, permettent aussi de faire face et de mieux résister aux contraintes de l’enfermement. Leur finalité est d’atténuer l’épreuve autant que possible en glanant notamment au quotidien des petits plaisirs. Ce faisant, il s’agit de réduire un stress générateur de mal-être et de souffrance3. Cet endurcissement et cette habituation apparaissent sans doute fort variables selon les individus. C’est affaire d’expérience en effet, mais non moins de tempérament. Un passé judiciaire plus ou moins chargé peut à cet égard constituer un solide atout en ce qu’il surarme, et donc rassure. Mais la sensibilité, l’âge, l’état de santé, d’éventuels handicaps physiques et psychiques rendent non moins compte de l’état de tension variable provoqué par l’anormalité des conditions de la vie intra-muros4.

  • 5 Archer (2008, Annexes, 3-4) cite, pour l’évaluation de la souffrance psychologique, le GHQ-30 (Ques (...)
  • 6 Cf. l’analyse de Boumaza, Campana, 2007, 3-10.
  • 7 Soit le Syndrome Général d’Adaptation, défini comme l’ensemble des moyens physiologiques et psychol (...)
  • 8 Détenus incarcérés pour la première fois.
  • 9 Auteurs d’Infractions à Caractère Sexuel (AICS).
  • 10 Selon le calcul de l’intervalle de fluctuation, pour présenter 95% de résultats fiables à 3% près, (...)

3Or, dans l’abondante littérature traitant de l’impact de l’emprisonnement au regard de la récidive et de la désistance du crime, l’accoutumance à l’enfermement ne semble guère avoir retenu l’attention ni, a fortiori, fait l’objet de la moindre recherche quantitative. La quantification en termes de probabilités de tendances moyennes pour l’évaluation du moral des prisonniers et de son évolution au fil de la peine permettrait pourtant de préciser l’évolution du stress carcéral et de mettre mieux en lumière un phénomène d’habituation qui peut laisser à penser a priori qu’à l’usage la peine peut finir, en certains cas au moins, par tuer la peine. Divers questionnaires existent pourtant pour mesurer la souffrance psychique. Mentionnons aussi des grilles d’évaluation de la souffrance psychique liée à la détention5. Mais l’étude de terrain pose sans doute des difficultés de taille en milieu difficile6. Il s’agit d’une part de tenter d’évaluer un phénomène d’adaptation ou d’intolérance7 dans une population fort hétérogène. Celle-ci est en effet distribuée en sous-groupes aux réactions bien distinctes dans la mesure où ceux-ci présentent des paramètres variés et mêlés (âge, primaires8 et récidivistes, sexe, malades et bien-portants, handicapés moteurs et sujets atteints de troubles psychiques ou mentaux, voyous et pointeurs9…). Mais il faudrait encore pouvoir disposer pour ces diverses catégories d’échantillons suffisants10.

  • 11 Phénomène naturel par lequel l’organisme cesse de réagir, ou finit par être moins sensible à un sti (...)

4Plus modeste, notre ambition s’est limitée à une approche de nature qualitative, notamment par l’analyse du stress carcéral et des moyens mis en œuvre pour le combattre. Empruntant un concept statistique, l’objet était ce faisant, de rechercher l’existence d’une loi normale relativement au principe de l’habituation11 à la détention. En d’autres termes, il s’agissait de tenter à partir de notre vécu et d’une observation participante prolongée d’apprécier dans quelle mesure l’habituation enlève de la peine à la peine de prison considérée ici dans sa seule dimension afflictive et par conséquent, en termes de rétribution, de son effectivité dans la durée. Plus précisément, l’objet était de déterminer les facteurs de nature à accuser le phénomène ou au contraire, à en réduire sensiblement la portée, mais aussi d’estimer, de façon alors approximative sans doute, son importance relative.

  • 12 Ethnographie tendant à l’analyse de l’expérience et du self (analytic ethnography, Anderson, 2006) (...)
  • 13 Enquêteur masqué.
  • 14 Voire à une fraction de celle-ci en raison du fort ostracisme ambiant qui fait obstacle à une commu (...)

5Concernant la méthodologie, nous nous proposons ici de traduire des choses vues et éprouvées sur le plan conceptuel. Du fait de notre statut de prisonnier, nous avons dû recourir à l’observation participante complète (complete membership) dans le cadre d’une auto-ethnographie de type analytique12. Cette situation nous dispensait sans doute de devenir membre de la situation observée (Blumer, 1969), soit encore le phénomène étudié (Mehan, Woods, 1975), d’avoir ainsi à traverser des frontières (Woods, 1990, 67) et à surmonter une marginalité incontournable (Lapassade, 2006) pour le chercheur externe au terrain étudié. Mais elle imposait en revanche, bien sûr, le statut de spy member13 et limitait le champ de nos investigations à la seule population détenue14. C’est ainsi que les contraintes particulières qui se sont imposées à nous ne nous ont pas permis de faire appel aux ressources classiques de l’ethnographie (questionnaires écrits, interviews…) pour des raisons aisées à imaginer et que la prise de notes et leur conservation étaient elles-mêmes risquées au regard du bon déroulement de notre carrière carcérale, selon une formule consacrée dans la Maison. Par ailleurs, notre statut de naive member (nous étions membre de la situation étudiée avant d’en entreprendre l’étude) nous posait la difficulté inverse de celle que rencontre un chercheur extérieur infiltré. Il s’agissait en effet de tenter de nous désimpliquer, soit encore de réaliser une distanciation avec le vécu carcéral, autrement dit, d’abandonner une position qui dicte toujours parti-pris et prises de position. C’est pourtant dans cette nécessité-là que nous rejoignions la quête de l’enquêteur le plus classique, soit la réalisation d’un équilibre subtil entre le détachement et la participation (Hugues, 1970, 420).

  • 15 Si la tradition de secret et l’obsession de la sécurité conduisent la première à se méfier de tout (...)

6Même si une pratique prolongée ainsi que notre proximité avec la population étudiée étaient de nature à compenser pour partie au moins ces obstacles, les outils classiques de la méthode ethnographique s’en trouvaient donc limités d’autant, ainsi d’ailleurs que les stratégies de contournement et d’évitement mises en œuvre par le chercheur externe classique enquêtant en terrain difficile (Cliquennois, 2006, 2). Nos difficultés, par conséquent sensiblement différentes de celles que doit affronter un enquêteur externe, étaient de deux ordres : elles tenaient, d’une part, à la forte contrainte institutionnelle et du milieu, l’Administration Pénitentiaire (AP) et la population carcérale, pour des raisons très différentes sans doute, rivalisant de méfiance face aux investigations les concernant15 et, d’autre part, à la forte subjectivité inhérente au regard du dedans qui était sans doute au départ notre handicap majeur.

7Pour pallier celle-ci, ou la limiter dans toute la mesure du possible, nous avons opté pour une approche plurielle avec ce croisement des regards que nous procuraient des témoignages quotidiens (codétenus et parfois aussi enseignants en milieu pénitentiaire, travailleurs sociaux, soignants et, bien que très exceptionnellement, des surveillants). Une approche pluridisciplinaire qui, en empruntant à des spécialités aussi différentes que le droit, la procédure pénale, la psychiatrie, la psychologie ou la sociologie nous apportait là encore, avec des points de vue particuliers, variés et complémentaires, autant d’éclairages sans lesquels la compréhension de la condition carcérale ne saurait, à notre sens, n’être que partielle et partiale.

  • 16 Constituée en 1997, cette école qui représente aujourd’hui un courant important de la criminologie (...)
  • 17 Cf. en France sur l’intérêt du point de vue de l’usager, avec Devresse, 2004.

8C’est ainsi que notre expérience de la recherche ethnographique intra-muros peut se comparer à l’entreprise de la Convict Criminology16 (CC) américaine dans ses conditions d’exercice, sinon dans toutes ses finalités, l’ambition étant d’apporter, sur le double fondement de l’expérience de l’usager17 et d’une formation universitaire avancée (sociologique, criminologique…), une connaissance plus réaliste de la prison et de la condition carcérale.

9Après les facteurs du stress carcéral, seront examinés les effets de l’évolution de la peine au long cours, puis les dérogations au phénomène de l’habituation.

I - Les facteurs du stress carcéral

  • 18 L’autre violence due au système carcéral, celle de l’expérience de l’incertitude, se manifeste dans (...)
  • 19 Laborit caractérise cet état comme une situation où l’individu ne pouvant ni fuir ni attaquer, il s (...)
  • 20 Le Syndrome Général d’Adaptation (SGA) a été décrit pour la première fois par Selye (1956), l’auteu (...)

10D’intensité très variable (simple préoccupation, inquiétude, anxiété, angoisse, peur ou panique, détresse), se trouvent fréquemment à l’origine du stress carcéral une grande incertitude18 associée au sentiment d’impuissance19. Le sujet se sent alors dépassé par une prise de conscience ou un fait soudain, et donc inattendu et surprenant, assez grave pour bouleverser parfois son existence. En tout état de cause, la dimension subjective du syndrome20 rend compte que les réactions ne sont pas uniformes. Concernant son impact, il devient pathogène chaque fois que s’impose la conviction de l’impossibilité de pouvoir faire face à la situation par ses propres ressources (Laborit, 1979 ; Lazarus, Folkman, 1984). En ce sens encore, pour l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail « le stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face ». Des effets négatifs multiples s’ensuivent tant au plan psychologique que psychosomatique.

  • 21 Ce sursaut salutaire est la résilience à laquelle le détenu est, par tempérament, plus ou moins enc (...)

11Mais le stress peut aussi se révéler positif quand les difficultés sont perçues comme surmontables, cette perception donnant alors la confiance en soi nécessaire pour trouver l’énergie de résister et de rebondir21.

12S’agissant des personnes détenues, la comparaison entre récidivistes et primaires comme entre nouveaux et anciens révèle que dans la durée, la souffrance psychique déclenchée par les stresseurs tend normalement à s’atténuer sensiblement et que le stress généré par l’enfermement s’estompe progressivement. En effet, la peine éprouvée n’est pas seulement, ni même essentiellement, causée par les conditions anormales de la vie recluse. Consciemment ou non, elle est dans une large mesure une construction, son ressenti étant avant tout déterminé par des facteurs personnels.

  • 22 Cf. pour ce concept Liebling et al., 2005, 216-217. Concernant l’hérédité par exemple, les personne (...)

13De fait, les traits de la personnalité, l’histoire individuelle, ainsi que des vulnérabilités importées22 qui peuvent en résulter et l’expérience interagissent avec le carcan carcéral (Toch, 1992) pour générer le niveau du stress et le rendre en tout état de cause unique. Ces divers facteurs combinés déterminent ainsi son évolution au cours de la peine, aboutissant assez souvent à une désensibilisation et à une désimplication plus ou moins fortes ou, au contraire, à un état de révolte permanent. Pour la clarté de l’exposé, nous distinguerons cependant les facteurs subjectifs des facteurs objectifs, tout en gardant présent à l’esprit que le stress est toujours le résultat d’une transaction entre l’individu et son environnement (Turcotte, 1982).

1) Les facteurs internes

  • 23système de dispositions acquises dans la relation à un certain champ…. générateur de pratiques… ( (...)
  • 24 Soit des vues prises à partir d’un point, c’est-à-dire à partir d’une position déterminée dans l’es (...)
  • 25 Contra toutefois, Macheret-Christe, Gravier (2001, 58) selon qui la prison catalyserait le délire d (...)
  • 26 Parmi les nombreuses recherches, citons celle de Bouchard, 1998, basée sur la méthode des jumeaux.

14La tension psychique apparaît pour partie comme une fabrication, entretenue qu’elle est par le sujet lui-même, pas toujours consciemment d’ailleurs. Ainsi, le vécu, soit l’histoire individuelle, la culture et des habitus23 commandent-ils largement les perceptions, motivant des points de vue24 et des affects spécifiques, dont les craintes et les angoisses. Ces traits de la personnalité ont pour effet de déterminer, et éventuellement de fausser la perception de la réalité. C’est ainsi que notre observation prolongée et les confidences recueillies auprès de sujets déprimés révèlent une tendance à exagérer la portée des événements et que le vécu et le tempérament s’avèrent ainsi plus souvent chez ces sujets à la source du stress carcéral que la condition pénitentiaire, si légitime celle-ci soit-elle. L’opinion de Balier (1988, 20) niant l’existence d’une pathologie carcérale et préférant évoquer des troubles préexistants qui revêtent une nouvelle symptomatologie avec l’incarcération25 semble aussi aller dans ce sens, même si le poids de l’hérédité sur le comportement ne serait toutefois pas aussi lourd qu’on l’a longtemps pensé26.

  • 27 En quoi il est d’ailleurs une réaction non spécifique (Selye, 1956).

15Quant aux troubles psychiques et mentaux susceptibles d’altérer la personnalité, ils ont pour effet d’altérer la perception. C’est notamment le cas pour la paranoïa et le délire de persécution. Les troubles mentaux et de la personnalité, dont de plus en plus de prisonniers sont affectés avant même d’entrer en prison (Barbier et al., 2006, 14-17), les conduites hétéro ou auto-agressives ou encore des pratiques addictives ou des comportements suicidaires sont à cet égard des facteurs d’autant plus déterminants que guère susceptibles de se résoudre avec le temps mais bien plutôt de s’aggraver à cause des conditions de vie en prison. Ils ne peuvent donc que nourrir le stress, quelle qu’en soit la cause27, dans sa forme chronique dès lors que celui-ci est généré et entretenu par un sentiment persistant d’impuissance, la peur de ne pas être à la hauteur et la conviction de ne pouvoir disposer de ressources suffisantes pour faire face par ses propres moyens aux difficultés de la vie.

16Même quand il n’a qu’une cause externe purement matérielle, le stress se trouve encore affecté par le psychisme et les problèmes personnels. En effet, comme nous le verrons, les sujets le cultivent ou, au contraire, l’allègent selon leur personnalité. Le stress se présente de fait comme une réaction largement émotionnelle dépendant dans une large mesure du degré de réactivité, de la sensibilité aux événements. Si je suis malheureux et si anxieux, si tout est galère c’est que j’ai trop d’imagination et qu’en même temps j’imagine toujours le pire. Mais ça, c’est pas nouveau ! Ça doit se soigner ! reconnaissait ainsi Marc, 36 ans. Je ne peux pas ne pas me raconter des histoires et ça ne date pas d’hier !

17Il y a lieu d’observer enfin que ces facteurs individuels subjectifs du stress carcéral agissent de concert et en étroite interaction avec les facteurs externes tenant à l’environnement matériel et humain de la prison. Ils s’y répercutent et en aggravent bien souvent l’impact.

2) Les facteurs externes

18Nous entendrons par facteurs externes du stress carcéral les causes liées, non plus à la personnalité, mais à l’environnement physique et (in)humain, mais encore à l’origine sociale et à l’âge du sujet. Les conditions particulières de la vie en détention constituent sans doute un facteur majeur, particulièrement dans les premières semaines de l’incarcération. Constater que le cadre de vie carcéral est de nature à aggraver sensiblement l’impact, souvent lourd, des facteurs individuels, pathologiques ou non, des vulnérabilités importées, c’est reconnaître que si la prison ne peut être tenue responsable de tout, les conditions de l’enfermement sont particulièrement déterminantes sur l’état psychique et, par suite, sur les comportements de ses usagers.

19À cet égard et toutes choses étant égales par ailleurs, si comme l’estime l’Institut National d’Études Démographiques, les causes du mal-être dans le monde du travail sont imputables aux difficultés d’adaptation à un environnement contraignant, la prison a sans doute a fortiori vocation à générer cette souffrance psychique singulière étudiée par le rapport Archer (2008, Annexes, 79). Dans le même sens il a par ailleurs été établi qu’un haut niveau de contrainte et une faible latitude du sujet, soit une forte pression combinée à des marges de manœuvre restreintes, étaient précisément à la source d’un déséquilibre producteur de stress négatif (Karasek, Theorell, 1990) tendant à favoriser une inhibition de l’action (Laborit, 1979). Ainsi, le confinement imposé par un espace vital réduit en maison d’arrêt entraîne-t-il, avec la promiscuité l’inconfort et l’insalubrité qui en résultent, des effets négatifs certains sur le moral des détenus.

  • 28 On dénombre 12 087 détenus en surnombre au 1er novembre 2014, dont 11 695 en maisons d’arrêt ou qua (...)

20L’entassement dans un espace cellulaire réduit constitue à lui seul un facteur notoire et durable de tensions souligné tant par la recherche (Syr, 1996, 265) que par les professionnels. Indépendamment de ces effets pernicieux d’une surpopulation endémique28, la forte tension causée par une surveillance rapprochée et constante imposée concurremment par l’institution et les codétenus aboutit à produire des formes de violence bien spécifiques à ces deux sources, étant précisé que le milieu et l’AP poursuivent des objectifs le plus souvent divergents, et donc conflictuels, qui forcent les comportements.

  • 29 Mais le déni de la réalité est aussi une arme.
  • 30 Sur ce point, cf. notamment Harvey, 2005, 240.

21S’agissant ensuite du passé judiciaire, pour les récidivistes le retour en prison apparaît plutôt a priori comme une circonstance facilitante puisque « l’inconnu », facteur majeur du stress pour le primo arrivant, est bien moindre. Ils sont à la coule, au parfum, connaissent les « trucs, les occases et les combines (Goffman, 1968). Ainsi, Hervé, 42 ans, multirécidiviste, nous confiait Maintenant moi je suis très bien vacciné, tu vois, mec ! Le placard, ça me connaît, ça craint plus ! ; quant à Nicolas, 24 ans, il affirmait non sans une certaine forfanterie29, C’est que le premier pas qui coûte, mon frère, et moi, la taule ne me fera plus jamais peur de ma vie ! Toutefois, si ceux qui retombent connaissent les ficelles30, ce constat demande à être nuancé.

  • 31 Cf. Art. D. 283-1, al. 1 CPP et circulaires d’application JUSE9840065 C et JUSE0340055C des 14 déce (...)
  • 32 Détenus identifiés encore comme mouchards.

22Ainsi, le délinquant sexuel primaire qui ignore en principe ce qui l’attend ou n’en a pas le vécu se sentira, au départ en tout cas, moins stressé que s’il a déjà fait l’expérience de la prison. À tout le moins l’incertitude, si elle subsiste relativement à l’issue du procès et à l’avenir, est assurément moindre en ce qui concerne les conditions de vie intra-muros. Il faut par ailleurs souligner ici l’importance de la nature des incriminations. S’agissant des AICS, le stress chronique éprouvé au quotidien tout au long de leur peine a ordinairement pour effet d’entretenir durablement l’anxiété. Il ne leur permet donc pas alors de mobiliser les ressources en vue de s’adapter, à la différence du stress aigu ponctuel provoqué quant à lui par des difficultés passagères. Menaces et agressions doivent en effet être anticipées en permanence et sans répit, sauf à obtenir l’isolement31. Il en va de même pour les balances32.

  • 33 Nous avons ainsi connu un pointeur qui échappait largement aux persécutions du milieu et obtenait m (...)

23L’origine sociale apparaît un facteur non moins lourd. Ainsi, le prisonnier issu d’un milieu aisé ou bourgeois se fait-il sans doute plus laborieusement aux conditions de la détention que le jeune issu des cités, ou encore que le vagabond habitué quant à lui à une vie rude dépourvue du moindre confort (Zay, 2010, 86). Pour qui vient d’un milieu socialement favorisé, l’incarcération réalise en effet un point de non-retour, une sorte de mort sociale. Une telle situation est bien sûr d’autant plus lourde à endurer que le sujet est socialement parfaitement intégré, qu’il a pu détenir des responsabilités et jouir parfois même d’une reconnaissance publique. S’il est vrai, en contrepartie, qu’en prison comme partout ailleurs le pouvoir d’achat aplanit bien des difficultés, pas uniquement matérielles au demeurant33, ceci ne saurait absolument compenser cela.

24À l’opposé, l’environnement humain des banlieues défavorisées peut faciliter une familiarisation avec l’univers de la prison (Le Caisne, 2008, 55sq.). Jean-Marc (cité par Ban Public, 2007, 4) déclare ainsi : Je suis arrivé en prison comme si j’allais à la boulanger… J’avais des connaissances du quartier qui y étaient déjà allées.

25Le cas des marginaux montre bien encore combien l’épreuve carcérale peut être relativisée en fonction du vécu. D’un côté, la discipline de vie et le carcan leur sont sans doute plus insupportables qu’au détenu moyen. La prison n’en met pas moins pour un temps le SDF à l’abri du besoin et de la précarité. Elle peut même offrir à ses yeux un confort relatif et une routine reposante.

Dehors c’est galère, tu vois. Bon, faut s’habituer à vivre avec des mecs que rien te rapproche, ok ! Mais j’y arrive et, à part ça, l’hiver t’es au chaud, et pis tu bouffes bien. En plus, t’as plein de gens qui s’occupent de toi, et même que tout le monde il connaît mon nom et aussi mon prénom et ça c’est cool ! (Robert, 46 ans).

26Et un autre nous confiait encore :

En taule, tu vois pas besoin d’inventer tout le temps ta vie, d’imaginer tout le temps des trucs pour sortir de ta galère vu que tout est réglé comme du papier à musique. Y a qu’à se laisser glisser, quoi ! Oui, là moi je me repose grave ! (Joachim, 28 ans).

27Le stress apparaît encore lié à l’âge. Les détenus les plus jeunes se montrent ordinairement les plus vulnérables (Archer, 2008, note de synthèse, 4), dans les débuts de l’incarcération en tout cas, alors que, même si le grand âge peut lui aussi à terme aggraver la souffrance, les anciens réagissent mieux dans l’ensemble à ce stade de la détention (Ibid., 116).

28Pour rapides qu’elles soient, ces quelques observations tendent à montrer que les causes objectives du stress peuvent être fort différentes selon les individus et que chacun vit sa peine différemment. Si la position peut dicter le point de vue, ce n’est donc vrai qu’en partie en prison. Plus exactement, les situations occupées antérieurement à l’incarcération ne s’avèrent pas moins déterminantes que l’enfermement. La subjectivité, notamment l’égocentrisme particulièrement développé parmi les délinquants selon Cusson (1998), semble même en fait davantage commander le jugement et les prises de position et les affects que la position objective des reclus dans le champ carcéral. Notre observation prolongée nous incline ainsi à penser que les facteurs personnels priment largement sur les rigueurs du carcan disciplinaire et l’inconfort dans le vécu des prisonniers, qu’ils aggravent la souffrance psychique ou qu’ils permettent au contraire de l’atténuer. Elle montre aussi que la peine présente un caractère évolutif, les facteurs matériels du stress carcéral étant susceptibles d’évoluer favorablement du fait d’une certaine accoutumance qui n’est pas uniquement, loin de là, le seul effet du temps.

II - L’évolution de la peine au long cours

29Réserve faite de trois périodes de crise majeures particulièrement tourmentées, s’observe dans la durée une relative accoutumance aux conditions de vie imposées par l’enfermement. Envisageons les moments forts, puis ce phénomène de l’érosion de la peine dans sa dimension afflictive à moyen comme à long terme.

1) Les moments forts

  • 34 Outre Lhuilier, Lemiszewska, 2001, cf. notamment sur la question Goffman, 1968 (trad.) ; Ericson, 1 (...)

30Si la recherche s’est plus particulièrement focalisée sur l’état de stress consécutif à l’entrée en détention34, ce choc carcéral n’est un événement traumatisant unique, ni par ses enjeux et ses répercussions, ni même toujours non plus par son intensité. La période du procès et du jugement, puis celle précédant la libération peuvent en effet s’avérer fort éprouvantes.

Le choc de l’incarcération

  • 35 Le phénomène ne prend bien évidemment pas ses racines à l’écrou mais s’opère dès le début du proces (...)

31Un choc psychologique consiste en un état de trouble, voire de stupeur, provoqué par un fait traumatisant en raison de sa soudaineté et de sa violence. S’agissant du choc carcéral qui accompagne le placement sous écrou, il peut se définir plus précisément comme un traumatisme déclenché par la rupture brutale du style de vie et des relations affectives et sociales comme des habitudes de vie, ainsi que par le sentiment de l’inconnu qui accompagne l’incarcération au moins pour les primaires. Mais si l’événement est souvent inattendu et donc surprenant, il a toutefois été dans la plupart des cas plus ou moins anticipé. Dans les jours ou les heures ayant précédé l’arrestation, la probabilité d’une incarcération est en effet souvent pressentie35.

32Plus précisément, deux phases préliminaires se succèdent avec pour effet une certaine mise en condition à la privation de liberté comme à ses effets collatéraux. Dans un premier temps, ordinairement bref, le sujet se sachant sous le coup de poursuites, voire même recherché, s’éprouve en situation d’alarme, première phase du syndrome Général d’Adaptation décrit par Selye. Puis, appréhendé, le prévenu est placé en garde à vue. Toutefois, la procédure de comparution immédiate peut brûler cette étape ou la réduire a minima. Le stress n’est donc pas à son apex du seul fait de l’incarcération. Encore sous le coup de ses émotions et de la rapidité avec laquelle se sont succédé les événements, la personne incarcérée n’a en effet pas eu le temps de les digérer.

33Elle va donc les revivre plus ou moins intensément dans les premières heures de sa mise sous écrou, exposée ainsi au Syndrome Post-traumatique. Ainsi, Michel, 47 ans, raconte :

Depuis quelques jours je sentais l’étau se refermer. Deux nuits que je dormais plus. Alors, quand un gendarme est entré sans crier gare dans le service, j’étais presque soulagé même si ça m’a fait un choc. Il m’a dit que j’étais sous le coup de poursuites et que, si les faits étaient avérés, j’allais devoir m’expliquer rapidement. Après sa visite, je suis parti précipitamment sans trop savoir où devant mes collègues stupéfaits, sachant bien que la fuite était pourtant impossible. Mon premier mouvement : courir vers le fleuve tout proche vu que je voyais plus d’autre solution.

34Et un autre (Jean, 56 ans) se souvient : Dans le fourgon de la police, moi je m’ai senti comme un bestiau qu’on va fourguer à l’abattoir. Le niveau de tension est de ce fait optimal. D’autant que l’immersion brutale en prison entraîne la rupture immédiate des habitudes et du style de vie, autre facteur majeur du choc.

35Pourtant, avec le sentiment de l’inconnu et donc d’une incertitude lourde de menaces, c’est aussi une impression apaisante d’irréalité qui peut, par moments au moins, s’emparer du prisonnier coupé de tout ce qui faisait sa vie. En bouleversant l’identité, la forte prégnance de l’univers carcéral et son atmosphère particulière imposent en effet une sorte de diversion par effraction. Celle-ci peut donc assez vite offrir aussi bien une forme de refuge où s’engouffrer, aspirant même puissamment. Cette emprise si forte et si nouvelle de ce nouveau cadre de vie et ce sentiment d’irréalité qu’elle génère peuvent être alors mieux supportés, quels que soient le sentiment de perte de tous les repères (liens familiaux, sentimentaux et relationnels plus généralement, activités) et de l’effondrement d’un monde.

Parfois, dans les débuts, je me disais que je faisais un cauchemar. Puis j’admis vite que j’avais changé d’univers, qu’il faudrait du temps mais que beaucoup vivaient ici et, apparemment pas si mal que cela. C’était question de résistance ! Point barre ! (Hubert, 52 ans).

36Dans un tout autre ordre d’idées, la honte causée par l’arrestation et le battage médiatique qui l’accompagne ordinairement est vive. Sont en effet dévoilées au grand jour, avec cette apparition forcée, une personnalité et des manières d’être et de faire plus ou moins longtemps cachées.

  • 36 Observons qu’un tel sentiment est moins sans doute à ce stade provoqué dans la plupart des cas par (...)

J’avais l’impression de me retrouver à poil, comme si on m’avait arraché mon falzar, ma liquette et ma cuirasse avec. Plus exactement j’étais comme réduit à mes parties honteuses si tu vois ce que je veux dire ! (Jean-Luc, auteur de viols, 52 ans)36.

  • 37 Avec l’incarcération peuvent se cumuler d’autres événements tels la séparation du conjoint (65), d’ (...)
  • 38 L’intensité du traumatisme a encore été précisée par une recherche britannique (Liebling, Maruna, 2 (...)

37Alors que la réaction naturelle est dans un premier temps de mobiliser toutes ses ressources pour faire face sur tous les fronts, assez vite pourtant le prisonnier se sent dépassé par le système. Il prend en effet la mesure d’un déséquilibre défavorable, voire même insurmontable (Lazarus, Folkman, 1984). Il n’est donc pas surprenant que le choc causé par l’emprisonnement, abstraction faite de ses multiples conséquences dommageables37, ait été chiffré, avec une valeur de 63 selon l’échelle de Holmes et Rahe38. C’est là un choc équivalent à celui provoqué par la mort d’un proche, situé en 4e position parmi une quarantaine d’événements traumatisants évalués entre 11 et 100 selon la même échelle.

  • 39 D’autant que la drogue apparaît aux yeux des détenus les plus jeunes comme un moyen illusoirement e (...)
  • 40 Synonyme du suicide en psychologie. Selon le rapport Archer (2008, Annexes, 79). Près de la moitié (...)
  • 41 Cf. sur la question et pour les automutilations, Esparza, 1973 ; Heilig, 1973 ; Fawcett, Mars, 1973 (...)
  • 42 D’après le rapport Terra (2003, 30) 9% interviennent pendant la première semaine, 17% lors du premi (...)
  • 43 Services Médico-Psychologiques Régionaux institués en France par le décret du 10 mai 1995.

38Concernant les toxicomanes enfin, au choc de l’incarcération s’ajoute l’épreuve d’un sevrage brutal singulièrement éprouvant, même si le recours aux produits de substitution (Subutex, méthadone…) pourra finir par l’amortir39. Or, cette rupture supplémentaire, qui peut être incluse dans l’échelle de Holmes et Rahe sous la rubrique d’un changement dans les habitudes, aggrave d’autant plus leur traumatisme. Elle peut en conséquence constituer un facteur supplémentaire d’actes hétéro ou auto-agressifs, voire d’autolyses40. L’idéation suicidaire est en effet forte et obsédante41, particulièrement chez les sujets cumulant les facteurs de risques qui ne voient souvent, dans un premier temps au moins, d’autre issue que cette fuite radicale par le suicide42. Les SMPR43 doivent donc se montrer particulièrement vigilants dans les premières semaines de l’incarcération (Niveau, 1997, 690 ; Deveaux, 1991).

39Il a encore été établi que les jeunes détenus de 18 à 25 ans se montrent particulièrement vulnérables à la souffrance psychique (Archer cité, 2008, 69) dans les premières semaines de leur détention.

40Celle-ci va pourtant devenir dans la suite, et jusqu’au procès, de mieux en mieux tolérée. Ceci se produit à la faveur d’une familiarisation progressive que peuvent favoriser, fussent-ils souvent imposés, les liens créés avec le milieu et l’adoption de ses règles, autrement dit par la prisonization (Clemmer, 1940), processus par lequel les prisonniers sont progressivement assimilés par la société carcérale avec l’adoption de sa culture (ses valeurs, son code, sa langue).

Le choc du procès

41Bien que pour de tout autres raisons, la période du procès s’avère encore un cap difficile à passer. Même si elle ne génère pas quant à elle une secousse aussi brutale que l’incarcération (Fishman, 1981), une recherche a établi (Bourgoin, 1993) que 12,6 % des suicides se produisent pendant le mois suivant la condamnation. Mais le stress est d’abord largement nourri par les appréhensions causées par l’approche du jugement. Là encore cependant les sujets affectés de troubles psychiques ou du comportement, voire de maladies mentales, mais aussi les prisonniers les plus jeunes ou les plus âgés, sont particulièrement affectés par l’incertitude que fait peser sur eux le dénouement imminent de leur sort.

  • 44 Ce sont les entrepreneurs de morale (Becker, 1985, trad.).

42De surcroît, s’agissant des sujets impliqués dans les affaires les plus graves, la phase processuelle se révèle singulièrement perturbante du fait d’un facteur externe à la prison. En raison de la forte médiatisation des affaires criminelles, leur intimité se trouve en effet brutalement exposée aux yeux de tous. Surtout de ceux qui de près ou de loin ont connu le condamné. Je me sens dans la situation d’une personne violée, enfin telle que je peux l’imaginer ! nous confiait Damien, un pointeur de 36 ans, au retour de son procès. Mais une telle révélation peut surtout être lourde de répercussions dans le milieu carcéral, s’agissant de crimes honteux. Les prisonniers sont en effet pour la plupart à l’affût de détails scabreux et se complaisent souvent dans le rôle de justiciers44.

43Se reproduit ainsi, de manière aggravée par la médiatisation du procès, la stigmatisation qui a pu accompagner l’arrestation. Durant ces heures ou ces jours sur la sellette, l’accusé se réfugie comme d’instinct dans un sentiment d’irréalité. Je fais un cauchemar mais je vais me réveiller (Jean-Claude, 47 ans). D’où, parfois, cette apparence d’absence, voire d’indifférence si choquante à l’égard des victimes. Car le mutisme est plus souvent interprété comme une insensibilité et un défaut d’empathie et non comme une réaction de protection face au stress. Il y a aussi fréquemment chez les condamnés dans la position de déni le sentiment de ne pas se reconnaître dans le portrait dressé par le tribunal C’est comme un autre qu’on a jugé, oui, c’est pas moi qu’ils ont condamné ! Alors, je m’ai senti comme un étranger à mon procès ! (André, 57 ans).

44En tout état de cause, la condamnation enlève définitivement le doute et pérennise le stigmate. Elle crée l’irréversible et avec lui la fin des illusions. Le temps, de simplement s’écouler, finira pourtant par panser les plaies les plus douloureuses et la prison par user jusqu’aux rancœurs laissées par le sentiment d’injustice et de révolte à l’égard d’un procès souvent jugé inique.

J’ai tiré un trait même si ça a été dur. De toute façon j’ai bien compris que je pouvais rien changer. Petit à petit j’ai pensé à reconstruire ma vie. Ce qui compte c’est ce que tu deviens. Le futur me paraît maintenant plein de possibles. Puis je me dis que j’ai vécu le pire (Joachim, 46 ans, condamné pour assassinat).

45C’est alors que la sortie approchant, de plus en plus souvent on pense à l’après. Mais ces fantasmes qui font tant désirer la libération au fur et à mesure qu’elle approche tendent bien souvent du même coup à alimenter l’angoisse car c’est alors l’espoir qui, d’être si fragile de ne s’appuyer sur rien de concret le plus souvent, engendre de la peur. Le rêve d’une nouvelle vie pourra-il se réaliser, ou va-t-on tout droit dans le mur ?

Le choc de la sortie

  • 45 Cunha (1997, 64) observe que Quand approche la possibilité de la sortie, il arrive même que quelque (...)

46À son tour, la fin de la peine provoque assez souvent une forte poussée de tension45. Celle-ci tient toujours pour une large part à l’incertitude inspirée par la perspective d’une rupture dans les conditions d’existence non moins radicale que celle vécue à l’entrée, autrement dit à une nouvelle perte de repères en perspective cette fois. Elle éveille la peur de ne pouvoir faire face à la réadaptation à la vie libre. Aussi, malgré le rêve qu’a pu souvent nourrir la perspective de la libération, celle-ci inspire soudain plus d’appréhension que de projets et d’espoirs. D’autant plus quand personne n’attend dehors. Il n’y a plus d’après ou, à tout le moins, l’avenir ne peut-il alors se rêver que difficilement. Je sais bien que je pourrai pas recoller les morceaux et ça quoi que je fasse ! Ma vie est définitivement barrée là (Jordan, 48 ans).

47En outre qu’au dehors tant de choses ont changé, non seulement en ce qui concerne les liens familiaux et sociaux, ou ce qui peut en rester après la condamnation et la peine purgée, mais encore dans la façon de vivre.

Je vais devoir refaire ma vie de A à Z, changer de nouveau mes habitudes, prendre en somme une autre identité et laquelle ? Et qui pourra et voudra encore m’aider à tout ça ? Comment qu’on va me regarder ? Est-ce que je vais pouvoir vivre avec ce passé ? Ou faudra-t-il me cacher sans cesse ? Et comment ne pas finir par me trahir moi-même ? (Hubert, 62 ans).

48Or, le stress suscité par tant de questions si longtemps différées dans ce grand refuge de l’oubli est d’autant plus intense que la peine a été longue. Et c’est à ce moment-là que la prison peut apparaître sous un tout autre jour, sécurisante aux yeux mêmes de ceux qu’elle a pu le plus terrifier. À ce propos, une recherche américaine (Grounds, 2005) a établi que les sujets les plus vulnérables se montraient souvent les plus enclins à la sécurité et au besoin d’ordre, comme si l’enfermement avait accru une telle aspiration. Moi je rêve de pouvoir m’offrir un logement avec des grilles à toutes les fenêtres ! C’est fou hein (Jean-Pierre, 38 ans).

49Le stress de la sortie concerne en outre davantage les sujets affectés de vulnérabilités importées, vulnérabilités que les années d’enfermement n’ont fait qu’aggraver. Nos observations et les appréhensions recueillies suggèrent aussi que, sur le long terme au moins, l’enveloppe carcérale produit ainsi des effets secondaires de nature à fragiliser plus encore certains prisonniers.

50Conséquence non voulue d’une prise en charge intégrale et de tous les instants des moindres actes caractérisant un système plus ou moins total, l’incarcération peut ainsi fort insidieusement aboutir à priver de toute autonomie et de toute initiative. Se produit alors à l’encontre de finalités visant à la (ré)insertion l’infantilisation des usagers les plus vulnérables. C’est assurément là un trait majeur de l’effet prisonization. J’ai comme l’impression aujourd’hui, tu vois, que la taule elle a fini par me bouffer ! Je me sens comme vidé de ma substance et la vie dehors, moi ça donne les boules maintenant ! (Jean, 46 ans). Paradoxalement ici encore, au moment de l’élargissement peut donc se révéler une sorte d’attachement à l’institution parce que je sais ce que je quitte ! (José, 56 ans).

  • 46 Terme révélateur de l’état de suggestion désignant communément le surveillant.

51Il s’agit d’un attachement à une représentation hyper-protectrice que le prisonnier a fini par se faire au fil du temps, avec la mise en place des habitudes et des accommodements, c’est-à-dire des adaptations secondaires. Or, si l’objectif est fondamentalement pour le reclus de tenter de récupérer le système coercitif à son avantage, elles aboutissent en fait insidieusement à le lier à la condition carcérale. Ce mécanisme est particulièrement avéré en ce qui concerne les AICS qui finissent ainsi par éprouver le carcan carcéral, souvent aggravé par un confinement cellulaire généralement plus subi que choisi comme un moindre mal. Le chef46 n’est-il pas aussi protecteur de leur vulnérabilité, au point qu’en cas d’agression le surveillant puisse devenir, bien malgré lui, un allié occasionnel ?

  • 47 À propos de ce sentiment de stigmatisation exacerbé par l’approche de la sortie cf. Ban Public, Le (...)

52De plus, la prison a dressé des barrières telles qu’en certains cas elles ont pu finir par apparaître comme une protection entre soi et le monde libre, perçu tour à tour comme dangereux autant que désirable. En prison, au moins, je risque pas d’être accusé de choses que j’aurais pas fait ! Mais dehors, ouais, j’ai d’avance les jetons ! Qui sait si qu’on va pas un jour ou l’autre me retapisser47, pis me faire chanter si qu’on apprend mes problèmes ? (André, 62 ans). Dans le même sens encore, Bernard, 51 ans, observait Ici au moins, pas de tentations et pas de conneries possibles !

53Mais si l’enfermement peut générer des conduites régressives à la source du vertige de la sortie, la perspective de la libération est traumatisante à d’autres titres encore. Et cela, indépendamment même du syndrome du survivant qu’éprouvent certains prisonniers au moment de commencer le deuil de relations parfois fortes, qui se traduit alors par une sorte de culpabilité Pourquoi c’est moi qui pars maintenant et pas tel ou tel ? Puis il va falloir prendre des initiatives, inventer sa vie, si on n’a jamais pu le faire auparavant.

  • 48 Définie, dans un tout autre contexte sans doute (celui des abus sexuels), comme une forme d’interac (...)

54Un sentiment de manque et d’arrachement peut encore se produire, vis-à-vis de l’institution coercitive et/ou à l’égard de certains de ses agents. C’est qu’avec le temps la personne détenue a pu insidieusement s’adapter à cet état de sujétion extrême où s’est tissé un lien dont il n’est pris conscience qu’au moment où il est sur le point d’être rompu. C’est complètement dingue mais, chef, je crois bien que vous allez me manquer là ! déclarait ainsi Moïse, 32 ans, à un surveillant médusé qui n’avait pourtant pas la réputation d’être un tendre. Se manifeste ainsi la force singulière de l’emprise carcérale48.

55Ces divers traits sont constitutifs d’un phénomène que l’on pourrait appeler le syndrome du sortant de prison. Mais il ne saurait bien sûr être assimilé au fameux syndrome de Stockholm. Les personnes détenues ne sont en effet pas des otages. Et pourtant, l’interaction dominé/dominant s’avère en certains cas de nature à déclencher chez le prisonnier une forme d’attachement irrationnel à l’égard du surveillant. S’agissant en tout cas d’individus ayant dû subir une longue mise au ban, sinon des persécutions, ce type de phénomène psychologique n’apparaît pas purement et simplement comme le produit de l’habituation. Qu’un geste favorable ait un jour été manifesté à leur endroit, fort occasionnellement donc, a pu suffire à les retourner. C’est au point que l’on en vient parfois à percevoir les choses du point de vue de l’institution, à la manière de l’otage capable de prendre fait et cause pour son ravisseur.

  • 49 Pour ce concept cf. Foucault, 1975, 137-142.
  • 50 Selon Balier (1988, 220), la prison … c’est aussi un lieu d’apaisement, de protection contre les so (...)
  • 51 Ibid. (1988, 19). L’auteur observe que La passivité, la dépendance et, de ce fait, une désocialisat (...)

56De fait, ces sujets sont devenus de parfaits corps dociles49. L’idéalisation du dominant est achevée quand la prison a fini par être peu ou prou assimilée à une mère protectrice50. Ce sentiment de dépendance extrême51, parfois très commode car déresponsabilisant, a pu se voir également conforté par un processus conduisant à se plier aveuglément aux exigences disciplinaires qui commandent la soumission et excluent toute initiative (une obéissance absolue et de tous les instants) posées par le souci de la carrière carcérale, ceci alors que la prison a en principe pour finalité d’assurer un retour à l’autonomie du prisonnier. Or, même si cette autonomisation passe encore par bien d’autres moyens, l’érosion de la peine par l’assuétude peut encore la compromettre sérieusement.

2) L’érosion de la peine et la loi normale de l’habituation

57Si le facteur temporel joue dans ce processus d’accoutumance un rôle assurément essentiel, la contribution du prisonnier, acteur dans une large mesure de sa propre évolution, reste néanmoins évidente. Ce n’est pas dire pour autant que la vie carcérale ne puisse jamais devenir un long fleuve tranquille. Elle se caractérise en fait par une évolution en dents de scie causée par des événements individuels le plus souvent imprévisibles et d’importance variable.

Le facteur temporel

  • 52 En ce sens encore Archer (Note de synthèse, 2008, 4) constate que l’intensité de la souffrance des (...)

58Le simple écoulement du temps exerce per se un effet lénifiant. Si le stress est causé dans une large mesure par la déstabilisation provoquée par un bouleversement dans les habitudes et les conditions de vie, ce qui dure finit inéluctablement par atténuer la souffrance psychique52. L’habitude que met en place l’expérience enlève alors sa raison d’être à la réaction défensive déclenchée par un trouble souvent vécu au départ comme existentiel. Elle met fin au sentiment de l’inconnu et à l’angoisse qui peut accompagner l’attente parce que l’incertitude tend alors à se réduire comme peau de chagrin. Même l’insécurité est intégrée. Le temps lève ainsi souvent l’épée de Damoclès et les dangers propres à une situation qui se prolonge deviennent prévisibles. La phase de l’alarme décrite dans le SGA de Selye disparaît progressivement car s’altère avec le temps la cause du stress qui n’apparaît plus exceptionnelle.

  • 53 S’agissant du stress, l’épuisement des ressources hormonales (précisément de la medulla qui permet (...)

59Par ailleurs, la réactivité de l’organisme aux facteurs déstabilisants du cadre de vie s’émousse, non tant parce que finirait par s’imposer le sentiment de son inutilité, mais parce que les réserves organiques s’épuisent53.

  • 54 Outre Clemmer, 1958 et Goffman, 1968 cités, mentionnons encore Sapsford, 1983 ; Zamble, Porporino, (...)

60Il y aurait néanmoins un obstacle à l’habituation si, l’expérience aidant, des parades diverses ne se mettaient en place qui sont autant de moyens de faire avec une situation vécue au départ comme inconfortable, voire même insupportable. Il s’agit pour les prisonniers de faire du temps un allié, ou encore de le tuer car il peut vite devenir un facteur majeur de tourment. Si qu’on arrive à tuer le temps, mon frère, c’est la prison que tu tues avec ! (Joachim, 34 ans). Dans la durée, le ressenti de la peine finit par s’atténuer du fait d’une graduelle désensibilisation décrite par de nombreux auteurs54. La vie tend alors à se normaliser dans la routine, et les sentiments de révolte s’atténuent (Cunha, 1997, 64). Un tel processus débute ordinairement après les trois premières semaines d’incarcération et, à cette réserve près de sujets particulièrement vulnérabilisés, la peine commence insensiblement à être digérée. En d’autres termes, elle se révèle gérable.

L’acteur aux prises avec le sens des finalités et des moyens de sa peine

61S’agissant des finalités attribuées à sa peine, pour en réduire la dureté et tenter de résoudre ainsi le mal-être induit, trois options s’offrent à la personne détenue : se changer, changer le monde, ou changer de monde.

  • 55 Il existe en effet de nombreux moyens licites de s’évader de la réalité, de changer de monde.

62Si les occupations positives se rattachent ordinairement à la première entreprise, la plus ambitieuse et la plus exigeante, éventuellement à la seconde, les pratiques clandestines (Mary, 1989) concernent essentiellement les conduites et les actes sanctionnés par le code disciplinaire que recouvre pour partie la troisième option55. Dans tous les cas, ces comportements sont essentiellement dictés intra-muros, au départ du moins, par un désir plus ou moins conscient d’échapper à une réalité vécue comme désagréable, voire insupportable, ceci par le recours à l’évasion mentale et au divertissement entendu dans le sens pascalien du terme. La finalité de la plupart des résistances carcérales, modalités d’adaptations secondaires à la contrainte plus que d’opposition délibérée au système, apparaît double. Non seulement il faut s’attacher à préserver son intégrité physique et psychique, mais encore parvenir à se la couler douce, c’est-à-dire évacuer autant que possible le stress et la souffrance en se faisant une peine sur mesure, car à chacun selon ses besoins.

63Quant aux moyens d’atténuer la souffrance ou le mal-être, si la peine finit souvent par s’adoucir sous l’effet de l’accoutumance, le temps en apparaît comme une condition nécessaire mais jamais suffisante. Son impact peut même s’avérer en certains cas fort limité. Les initiatives des acteurs, l’aide de codétenus qui s’exerce dans le cadre d’une sorte de jeu dont il importe de bien connaître les règles, sont à cet égard bénéfiques. De fait, la prison se conquiert essentiellement par la mise en œuvre de stratégies d’ajustement (coping styles, cf. Folkman, Lazarus, 1988), notamment par la pratique d’activités variées. Même licites et douces, elles n’excluent pas pour autant chez un même sujet des activités interdites et donc réprimées.

  • 56 Parler de capital spécifique, c’est dire que ce capital vaut en relation avec un certain champ, don (...)

64Indépendamment de ces occupations, l’expérience, un savoir-faire et un savoir-être s’avèrent particulièrement précieux pour lutter contre le stress en prison. Les ressources personnelles comme forme de capital spécifique56 aident en effet à surmonter bien des difficultés (l’ennui ou les problèmes), au moins à les alléger sinon à les supprimer toujours. Outre le pouvoir d’achat, la capacité de s’imposer permet encore d’éliminer un facteur de stress majeur car… le respect qu’on te porte en prison… c’est le plus important, il est proportionnel au degré de force dont tu disposes et que tu imposes (Patrick, cité par Guéno, 2000, 57).

65Soulignons aussi l’importance du savoir. D’après une recherche (Archer, 2008, 182), Le niveau d’études supérieur semble protéger, atténuer la souffrance psychique liée à la détention ; en ce sens que la personne aurait davantage de capacité d’élaboration, une meilleure aptitude à se projeter, à mettre en place des stratégies de « faire face » alors que les sujets sans bases se trouveraient davantage éprouvés par la brutalité au choc carcéral.

  • 57 De telles activités (occupations individuelles mais aussi dérivatifs divers) aident sans doute le r (...)

66De façon générale, les activités encouragées ou neutres réalisent des formes d’escapisme répandues qui pourraient déjà se justifier par l’ennui de ces heures et de ces jours infinis pour qui reste désœuvré. Le prisonnier en proie au stress ne tarde guère à découvrir que des occupations physiques ou intellectuelles sont un moyen efficace, sinon de l’anéantir, au moins de le fuir57. Indépendamment du fait que l’occupation est en prison une source majeure de bien-être psychologique comme l’a montré une recherche (Wooldredge, 1989), les tempéraments hyperactifs sont à cet égard avantagés. Bien sûr, toutes les occupations ne se valent pas mais, quelle qu’en soit la nature, elles ont en soi un effet apaisant par l’évasion mentale qu’elles favorisent.

  • 58 Elle peut être considérée comme une résurgence du travail obligatoire.

67S’agissant des activités impliquant un travail sur soi (études, sport, formation…), nous n’avons jamais vu de détenus s’y investissant mener de front, fût-ce occasionnellement, une action rebelle ou manifester un comportement agressif. Les sujets qui au prix d’efforts personnels soutenus parviennent à se maîtriser ont sans doute beaucoup moins d’énergie et de temps à dépenser pour résister au système comme à l’autre, et vice versa d’ailleurs. À cet égard « l’obligation d’une activité proposée par le chef d’établissement » telle que posée par la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009, art. 27 constitue bien que discutée et discutable58 une avancée de bon sens.

  • 59 Selon Gras (2004, 68), le sport en prison agit comme catalyseur des tensions estivales (…) L’engage (...)

68Parmi les pratiques les plus apaisantes, il faut citer en premier lieu le sport. Que ce soit sous forme collective ou individuelle, les activités sportives présentent en effet un intérêt particulier pour la pax carceralis. Des études ont montré leur fonction d’exutoire pour des sujets agités59. Mais des résultats valorisants et tangibles ne sont pas moins stimulants. Par l’amélioration sensible de l’image de soi, particulièrement cotée à la bourse des valeurs de la prison, ils aident beaucoup à redonner cette confiance et cette estime de soi que le mauvais stress tend au contraire à ruiner. Plus généralement, toute activité qui plaît peut encore procurer, notamment chez les sujets les plus tourmentés, une forme de libération.

  • 60 Michel, prison de Saint-Maur, cité in Guéno, 2000, 156.

69À cet égard encore l’écriture et les arts plastiques sont des occupations à fonction sublimatoire manifeste. Un détenu60 déclarait ainsi : je vais m’améliorer en créant des toiles et des écritures ; je pense que ma vie pourra au moins servir sans honte, car en culture, il n’y a pas de « prisonnier »… je ne suis plus un prisonnier.

70Observons toutefois que ces divers investissements ne sont pas consciemment des stratégies destinées à combattre le stress. Ils sont en effet pratiqués par goût. C’est le cas de la musique (son écoute ou la pratique d’un instrument) et, pour un plus petit nombre, la musicothérapie constitue encore un remède éprouvé pour résister (au sens ici de tenir bon et bon de s’opposer bien sûr) et aider ainsi à reprendre le dessus. D’une tout autre nature, d’autres pratiques s’avèrent également précieuses pour le moral. Ainsi, une pratique religieuse assidue et guidée procure une modalité d’escapisme particulièrement efficace et un apaisement apprécié par les sujets les plus fragiles. Le yoga, pratiqué quant à lui par un plus petit nombre est également fort bénéfique mais il exige sans doute plus d’effort et de concentration.

  • 61 La psychothérapie cognitivo-comportementale permet notamment de traiter efficacement la dépression (...)
  • 62 Le stress est en effet d’autant plus fort et pénible quand il ne peut être verbalisé.

71La psychothérapie61 constitue encore, bien que ne concernant qu’un nombre encore trop limité de prisonniers, une ressource remarquable. Elle bénéficie à des sujets souvent tourmentés, éprouvant de surcroît le besoin de verbaliser leurs affects et leurs problèmes62, ce qui est assurément malaisé en détention. Aussi bien les séances peuvent être attendues comme une délivrance selon les nombreux témoignages que nous avons recueillis. Ça défoule grave de pouvoir dire ce que t’as sur la patate ! (Boris, 47 ans). Mais obtenir un suivi peut imposer l’inscription dans une liste d’attente et expose à la suspicion, voire même à la stigmatisation parce que Si que tu vas voir le psy, ou que t’es dingue ou pédophile, hein ? affirmait Joseph, 31 ans, péremptoire, nous laissant ainsi conclure par nous-même.

  • 63 Nous renvoyons ici le lecteur à Lesage de la Haye, 1978.
  • 64 Même au cas d’éjaculations involontaires lors du sommeil paradoxal notamment.

72Toujours en dehors des activités, une passion amoureuse ou une amitié sont de merveilleux remèdes au stress. Mais une liaison nouée intra-muros ne peut être qu’exceptionnelle, la prison réalisant plutôt le désert de l’amour et des sentiments positifs tant la méfiance y régit les rapports individuels. Il faut dire, dans cet ordre d’idées, que tout ce qui peut de près ou de loin évoquer la sexualité est éminemment suspect et honteux. Ainsi, les pratiques masturbatoires, sans doute sensiblement plus répandues qu’en milieu libre comme exutoire à une forte frustration sexuelle63 encore exacerbée par l’âge moyen des sujets incarcérés souvent jeunes sont, bien que facteur notable d’apaisement du stress, presque toujours fort culpabilisantes64.

  • 65 Cf. Escobar Molina, 1989, 295. Dans le même sens Zay (2010, 189) écrivait que L’esprit cherche dans (...)

73Le sommeil offre quant à lui une solution de facilité à laquelle il est volontiers recouru dans les moments les plus critiques. Si ses bienfaits sur les états anxieux dans sa phase paradoxale ne sont plus à démontrer (Van der Helm et al., 2011), l’anxiété qui y fait obstacle conduit souvent à le provoquer artificiellement. Quoi qu’il en soit, le rêve permet souvent de s’évader quand rien ne va et si la détention peut incliner à la déréalisation du monde, la rêverie en est assurément une expression banale répandue car La prison est si frustrante qu’on ne peut tenir que grâce aux souvenirs et aux projets qu’on rêve65.

74Enfin, Le repli sur soi et le refus de tout contact offrent, notamment par le confinement cellulaire dans les établissements pour peines, un autre moyen usuel efficace, sinon pour éliminer le stress, du moins pour en limiter les facteurs dans la population la plus vulnérabilisée.

75Parmi les activités négatives, outre les pratiques toxicomanes qui sont des voies courues de l’escapisme en détention, mentionnons les auto-agressions, les agressions, le racket ou les violences matérielles et physiques. Celles-ci traduisent pour partie au moins le mal-être causé par un stress non surmonté.

76La recherche de boucs émissaires permet notamment de passer ses nerfs sur les plus faibles, et donc impunément le plus souvent. Répandue intra-muros, cette pratique est à l’origine de nombreuses violences.

  • 66 Une caractéristique de la personnalité criminelle selon Cusson, 1998, 87-88.

77Plus généralement les activités clandestines, naturellement secrétées par un système hautement contraignant qu’il s’agit avant tout de contourner procurent, bien que non recherché à titre principal et de façon consciente là encore, un sensible effet déstressant. Pour la plupart, elles réalisent des formes de résistances douces dont fait partie la toxicomanie. Elles constituent ainsi autant de voies éprouvées dans la mesure où elles ne font bien souvent que prolonger sans solution de continuité des errements antérieurs à l’incarcération. Avec elles, le stress provoqué par un changement dans les pratiques et les habitudes de vie perd de sa raison d’être comme moteur d’une entreprise d’ajustement. Il n’y a plus à lutter en effet et ces agissements, malgré les précautions qu’ils imposent et qui satisfont ainsi le goût du risque66, restent malgré tout une voie de facilité dans la mesure où ils ne sollicitent guère d’énergie pour s’adapter à des situations nouvelles et (ré)inventer sa vie.

3) Une évolution en dents de scie

78La vie carcérale apparaît également structurée par une temporalité scandée par des événements et des incidents générateurs de stress dont aucun prisonnier n’est jamais à l’abri parce qu’ici tout peut t’arriver à n’importe quel moment mais, contrairement à dehors, vu que t’es seul pour faire face (Fred, 43 ans).

  • 67 Ce sont les rotations de sécurité, outil de gestion classique pour mater les sujets les plus rebell (...)
  • 68 Code de Procédure Pénale (CPP), art R 57-7-6 à R 57-7-12.
  • 69 Art. 717-1 CPP modifié par la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 qui a créé ces régimes.

79Parmi les faits les plus traumatisants, citons le transfèrement pour raisons disciplinaires67 et à ce titre encore le placement à l’isolement prononcé quant à lui par une simple décision de la commission de discipline68. Quant au transfert en établissement pour peine, s’il crée une solution de continuité per se facteur de stress, notamment quand le jugement s’est fait longuement attendre, il se traduit aussi par une amélioration sensible des conditions matérielles de vie. Il en va tout autrement des flux entraînant l’application de régimes différenciés69 de nature à susciter quant à eux un sensible durcissement des conditions de détention pour des sujets posant ou risquant de poser problème à l’AP. Or, ces mesures sont d’autant plus déstabilisantes qu’elles n’interfèrent pas seulement sur la vie en prison. Elles troublent sérieusement les relations familiales et précisément les parloirs.

80En effet, les visites peuvent être alors sérieusement compliquées du fait de l’éloignement dans le cas du changement d’établissement, ou d’une privation temporaire de celles-ci quand l’isolement du prisonnier a été prononcé à titre de sanction. Les contacts du détenu avec l’extérieur, dont la famille, étant rendus plus difficiles alors qu’ils constituent une source d’apaisement reconnue, il y a là un nouveau foyer de perturbation évident.

81Le suicide d’un codétenu, une convocation judiciaire, une extraction pour hospitalisation sont encore des circonstances propices à créer des chocs plus ou moins traumatisants dans un lieu où les moindres faits prennent déjà des proportions anormales puisque la prison fonctionne toujours comme une caisse de résonance.

  • 70 Perte d’emploi résultant d’une sanction disciplinaire.

82Des incidents plus ordinaires sont plus fréquemment sans doute à la source de soucis au quotidien. C’est notamment le cas d’une altercation avec un collègue ou un surveillant, d’une agression verbale ou physique, d’un parloir annulé au dernier moment ou simplement mauvais, d’une lettre ou de l’absence d’un courrier attendu et, plus sérieusement, d’un rejet de demande de permission de sortir, de libération conditionnelle ou encore d’un déclassement70 ou d’un refus d’emploi.

83Par ailleurs, les conditions normales de détention constituent une source permanente de stress au quotidien. Citons notamment la forte promiscuité en maison d’arrêt, des frustrations qui s’accumulent au fil des jours, une surveillance rapprochée de tous les instants générant une suspicion généralisée. Un tel contexte ne peut qu’incliner à la paranoïa, voire parfois au délire de persécution. Faudrait vraiment avoir des yeux derrière la tête quand tu avances seul dans un long couloir ! confiait ainsi Jean-Luc, 46 ans, condamné pour viol. Survivre en prison, c’est parvenir à faire avec tout cela, s’efforcer le plus souvent d’oublier les soucis à défaut de pouvoir les affronter.

  • 71 Cf. sur ce dilemme fuite/affrontement Cannon, 1929 ; Laborit, 1979.

84Cette stratégie de la fuite71 ordinairement adoptée devant une situation stressante fait appel à des moyens variés, largement procurés par la nécessité. Les multiples modalités de résistance au stress et à l’ennui par quoi le prisonnier s’efforce d’adoucir sa condition, permettent ainsi sur le long terme d’enlever de la peine à la peine. Un tel phénomène traduit une réaction d’accoutumance répandue, une loi normale qui pourrait se définir comme un processus biologique ou/et psychologique par lequel l’individu, à la suite de stimuli répétés et prolongés, tend naturellement à réagir de moins en moins à ceux-ci.

85Même si nous devons nous garder d’en surévaluer la portée, l’assuétude peut ainsi aboutir, dans une mesure très variable il est vrai, à court-circuiter la sanction pénale ou, à tout le moins, à en atténuer les effets afflictifs. La peine de prison peut ainsi devenir moins dissuasive d’une éventuelle rechute qu’elle ne l’était au départ au fur et à mesure que la peine se prolonge. Nous pouvons voir là une modalité de défense naturelle, soit une forme remarquable de résistance inconsciente par le moyen d’une désensibilisation progressive relative. Se combinant alors au processus de prisonization, elle permet en effet au sujet incarcéré de composer avec les effets les plus pénibles de la prison.

III - Catégories échappant à la loi normale de l’habituation

86Du fait de la sensibilité individuelle, les événements aléatoires qui viennent troubler en permanence la vie au quotidien ne sont évidemment pas éprouvés par tous les prisonniers avec la même intensité.

87Indépendamment de l’impact des vulnérabilités importées propres là encore à chaque sujet, la nature du crime ou du délit à l’origine de son incarcération, son âge ou les handicaps physiques et psychiques dont il est porteur, tous ces facteurs peuvent faire durablement obstacle à « l’intégration carcérale » et atténuer sensiblement le processus de l’habituation.

1) Le cas des auteurs d’infractions à caractère sexuel

88S’agissant des AICS, déjà souvent psychologiquement fragilisés, ils sont tout particulièrement exposés au stress. Le milieu carcéral s’avère en effet fermé et hostile. Pour y être admis, il faut d’une certaine façon, s’en montrer digne et, comme dans toute société, la mise au ban est toujours possible pour le sujet ne répondant pas ou plus à ses valeurs. En tout état de cause, c’est le milieu qui en décide et l’AP n’a en l’occurrence nullement voix au chapitre.

  • 72 Quant à l’impact à long terme sur le psychisme d’un stress non surmonté pendant toute la durée de l (...)

89Ainsi, les pointeurs en sont non seulement exclus mais, manifestation forte de ce rejet, mis en permanence à l’index. Stigmatisés par des actes souvent violents (insultes, humiliations, agressions verbales et physiques), ils trouvent là une source intarissable d’angoisse et ne sont donc pas susceptibles de connaître avec le temps le moindre répit72. La tension dans un tel climat concourt à entretenir et fortifier chez ces sujets un sentiment de culpabilité souvent aussi vif que celui de leur insécurité. Pour le mâle absolu, t’es le mal absolu ici et ici t’auras jamais de répit ! Ma vie est un enfer et je voudrais bien avoir le courage de me couper les veines ! (Lucien, 54 ans, condamné à 15 ans de réclusion).

  • 73 L’encellulement permanent étant de rigueur dans les maisons d’arrêt.

90La paranoïa et le délire de persécution que l’enfermement tend ordinairement à nourrir s’en trouvent alors naturellement renforcés. Si les modalités extrêmes de résistance au stress ne sont pas exclues, elles sont alors surtout dirigées contre soi (suicides et automutilations). Mais les conduites de retrait, le repli sur soi exprimé par le refus de tout contact par exemple et, dans les établissements pour peines, le confinement cellulaire73 peuvent procurer un apaisement certain en limitant au moins les risques encourus. Plus généralement, les espaces de la disparition en douceur dans le champ carcéral (Noali, 2009), c’est-à-dire tous les moyens d’échapper pacifiquement à la réalité (rêve, sommeil, études, lecture, écriture…) sont largement exploités.

2) Le cas des détenus âgés

  • 74 Leur moyenne d’âge tourne autour de 44 ans, contre 34 pour les autres catégories de prisonniers (Al (...)

91Les détenus les plus âgés appartiennent assez souvent à la catégorie des AICS74. Leur situation est toutefois complexe car l’âge, fût-il avancé, s’il peut accroître le sentiment de vulnérabilité, et avec lui la souffrance psychique, n’est jamais un motif d’indulgence pour le milieu carcéral. Cependant, même lorsqu’ils n’appellent pas l’opprobre du fait de leurs actes passés, les anciens se montrent généralement réticents à s’impliquer dans les activités proposées en détention.

  • 75 Selon une conclusion du rapport Archer (concernant des personnes incarcérées par erreur, toutefois) (...)

92Ainsi se priveraient-ils d’une large part des ressources de l’escapisme si, pour des raisons identiques à celles relevées dans les maisons de retraite, ils ne préféraient, à la faveur du confinement cellulaire s’enfermer dans leur passé. Cependant, s’il leur tient lieu de havre75, leur longue expérience de la vie leur permet encore d’émousser leur ressenti et de mieux supporter leur condition, ceci en relativisant les accidents de leur existence, dont ceux de la vie en prison.

  • 76 Cf. sur ce point Pachana, 2005. S’agissant du stress pourtant, le grand âge y rendrait plus réactif (...)

93La vieillesse peut en effet prédisposer, non seulement à un certain détachement, mais aussi bien à la résilience définie comme la capacité de ne jamais se laisser abattre par les coups du sort et les soucis quotidiens, mais de toujours chercher au contraire à les surmonter76.

3) Le cas des handicapés à divers titres

  • 77 Une loi du 11 février 2005 a défini le handicap « comme une limitation de l’activité ou une restric (...)

94La proportion de handicapés à des titres divers est particulièrement élevée en détention. Elle a été chiffrée à 82 % de la population pénale (Barreyre, Bouquet, Peintre, 2005). Par ailleurs, les causes du handicap peuvent être fort diverses77 mais celui-ci est estimé beaucoup plus élevé intra-muros qu’à l’extérieur. De façon générale, le stress lié à la situation de handicap est sensiblement aggravé par une situation de dépendance extrême. La privation d’autonomie ou son affaiblissement sensible sont en effet de nature à développer un réel sentiment d’impuissance comme nous l’avons souvent observé.

95Quant aux prisonniers affectés d’une pathologie somatique grave ou sérieuse, ils éprouvent eux aussi une épreuve sensiblement aggravée par rapport à la moyenne de la population carcérale tant leur vie quotidienne peut être encore compliquée pour qui n’est pas en possession de tous ses moyens physiques. C’est a fortiori des handicapés moteurs dans la nécessité de recourir pour certains actes de la vie courante aux services d’une tierce personne.

  • 78 Si l’art. 1111-6-1 du Code de la Santé Publique pour la personne handicapée pose « le droit de dési (...)
  • 79 Ainsi, Selon Desesquelles (2003, 31,) Le séjour en prison est susceptible d’avoir des répercussions (...)

96Au sentiment d’impuissance peut aussi s’ajouter l’appréhension, voire l’obsession (partagée avec les détenus âgés), de devoir finir ses jours en prison78. Dans ces cas limites la tentation de s’abandonner au désespoir chronique et à la dépression peut être la plus forte. Moi je me bats plus ! À quoi bon ?, nous disait Maurice, 56 ans, il peut plus rien m’arriver, ni de bien ni de mal. J’attends plus rien de cette vie mais seulement d’en sortir ! S’ensuivent assez souvent de nouvelles affections somatiques à la source de fatigue, d’hostilité, de perte d’estime de soi et d’apathie. Cet état est susceptible de conduire à la dépression et au suicide. Des pathologies anciennes, souvent très antérieures à l’incarcération, peuvent aussi resurgir et s’aggraver79.

  • 80 Le rapport sénatorial d’information Barbier et al., 2010, indiquait que 25% des personnes détenues (...)

97Le cas des malades mentaux80, des sujets souffrant de troubles de la personnalité ou du comportement, est encore à souligner eu égard déjà à leur nombre croissant. Si les chiffres relatifs à la santé mentale des personnes détenues diffèrent selon les sources et si aucune information officielle récente n’est fournie sur le sujet à notre connaissance, selon une étude épidémiologique menée entre 2003 et 2004, les troubles mentaux les plus graves (schizophrénie et psychoses) représentaient alors 10 % de la population pénale.

98Nous avons souvent constaté combien ces sujets, en dépit parfois d’une certaine capacité de violence, étaient désarmés devant les problèmes quotidiens les plus ordinaires de la vie en détention. Il ne fait guère de doute que leur niveau de stress, généralement supérieur à la moyenne, aggrave aussi sensiblement la peine pour cette catégorie.

  • 81 La perte de contact avec la réalité est un élément central de tout trouble psychique. Or, la vie ca (...)
  • 82 En ce sens le comité consultatif national d’éthique avait observé que l’incarcération était une sou (...)

99L’emprisonnement favorise également, avec le sentiment d’insécurité nourri par un univers violent, une sorte de déréalisation81 qui y liée pour partie. L’observation montre encore que les difficultés relationnelles ont tendance à empirer dans le cours de la peine82.

100Observons enfin, dans un tout autre domaine, que les carences éducatives ou scolaires, très répandues, provoquent des effets sensiblement plus lourds de conséquences intra-muros à défaut de l’aide éventuelle de la famille ou d’amis qui peut au dehors aider à en pallier les inconvénients. Les prisonniers illettrés, ou ceux ne parlant pas, ou mal, la langue française connaissent ainsi des facteurs supplémentaires de soucis dans un monde où l’écrit est bien souvent requis pour la moindre démarche (Marchetti, 1997, 79, 83 ; Combessie, 2001, 92).

Conclusion

101Déjà par les effets qu’elle induit, la prison ne saurait se réduire à une simple privation de liberté. Sa fonction de rétribution s’exerce en effet de bien d’autres façons encore du fait du cadre physique et (in)humain et des conditions de vie qu’il impose, facteur per se du stress carcéral, mais non moins comme puissant catalyseur des vulnérabilités importées.

102Entendons-nous bien ici. Que le coupable ait à pâtir de ses fautes n’est cependant pas la question car cela répond à l’idéal de justice comme à la culture judéo-chrétienne. Dans les faits pourtant se pose la question de la portée réelle de la peine privative de liberté dans sa seule dimension afflictive.

103D’une part, en effet, les prisonniers ne sont pas du tout égaux devant la peine, le vécu antérieur et les traits de la personnalité constituant des correctifs déterminants de la sanction pénale (Noali, 2008) ; d’autre part, du fait de l’habituation, qui entraîne en principe une certaine usure de la punition en atténuant la sensibilité dans la durée, et ceci même pour les sujets les plus vulnérables.

104Pourtant, si nous excluons le cas exceptionnel, des individus chez qui le stress est délibérément entretenu, fabrication en somme dans une finalité d’autopunition et de mortification, les tourments de l’enfermement sont fort inégalement partagés. S’ils peuvent assez souvent s’alléger peu ou prou, tel n’est pas en effet le cas pour les sujets les plus vulnérables.

105Plus généralement, les prisonniers se révèlent très inégalement armés pour affronter l’épreuve carcérale (Piquero et al., 2007, 293). Ceux pour lesquels la loi normale de l’habituation s’applique pleinement apparaissent même largement minoritaires. Plus exactement, si l’accoutumance profite peu ou prou à la plupart des individus détenus, son impact s’avère des plus inégal, voire quasi nul pour certains d’entre eux, et limité pour le plus grand nombre affectés de vulnérabilités importées. La peine de prison n’est donc guère susceptible de s’user que pour les vieux chevaux de retour.

  • 83 Selon Alvarez, Gourmelon, 2007, ce nombre a été multiplié par 8 entre 1980 et 2005, passant ainsi d (...)

106Ainsi, outre les AICS, dont le nombre est en augmentation constante83 atteignant un quart de la population pénale à l’heure actuelle (Tournier, 2011, 91-93), les handicapés physiques et/ou mentaux, qui présentent quant à eux des facultés d’adaptation moindres et guère évolutives, connaissant de ce fait une peine autrement éprouvante dans la durée. Tant et si bien que la loi normale d’habituation qui veut que les épreuves s’atténuent avec le temps et que, notamment, la prison s’use si l’on nous permet ce raccourci, ne joue pas intra-muros pour la plupart des prisonniers. Maintenus en état d’alerte et de souffrance psychique optimale jusqu’au terme de leur peine, ces usagers-là posent sans doute aussi à l’AP des difficultés majeures. D’autant que, à la différence des questions disciplinaires, le traitement de la souffrance physique et morale n’est en tout état de cause pas du ressort des personnels pénitentiaires.

  • 84 Notamment le recours à la force est désormais bridé par l’impératif de sa stricte nécessité, la loi (...)

107Sans doute, le temps où l’exploitation du stress a pu éventuellement constituer un atout pour le pouvoir disciplinaire est-il bien révolu dans les sociétés libérales et, indépendamment même de toute considération éthique ou légale, l’institution pénitentiaire ne peut ignorer ni sous-estimer l’impact contre-productif de la pression et du harcèlement moral. Mais si les méthodes musclées n’ont plus cours depuis belle lurette, de multiples contraintes subsistent, même si désormais sensiblement allégées et strictement encadrées84. Le carcan carcéral, entendu au sens le plus large du terme, c’est-à-dire généré, d’une part par la nécessité de contenir une population remuante et naturellement rebelle, violence institutionnelle incontournable et, d’autre part, la loi du milieu, ne laissent pas de constituer les sources majeures du stress le plus pernicieux.

108Ceci dit, malgré la grande disparité observée concernant les facultés de d’endurance, nous avons souvent pu constater que la plupart des prisonniers, même vulnérables à des degrés divers, ne s’abandonnaient guère durablement à leur sort. Plus ou moins acteurs de leur peine par conséquent, ils recherchent naturellement l’apaisement. Faut essayer de te distraire à tout prix, c’est ça notre oxygène ! nous disait Julien, 32 ans.

109Parmi les moyens d’escapisme, les pratiques clandestines constituent assurément une voie royale pour se faire la prison. Quant aux occupations les plus positives, elles réalisent souvent un détournement des fins, motivées qu’elles sont par la sublimation, forme de fuite tout autant de soi que d’une réalité insupportable.

110On s’efforce de disparaître du champ carcéral, c’est-à-dire d’être ailleurs, dans le temps comme dans l’espace, afin de tenter à défaut de s’en délivrer d’alléger, momentanément ou partiellement, le fardeau de ses angoisses. Sans doute, l’intérêt pour une activité nouvelle peut-il advenir et le temps carcéral n’être pas alors forcément destructeur ou vain. Il peut même parfois apparaître salvateur. Exceptions confirmant pourtant ce constat que la prison n’est pas ce purgatoire sur terre rêvé par une morale rédemptrice.

Haut de page

Bibliographie

Adler, P.A., 1987, Membership roles in field research, Qualitative research, Sage Publication.

Albrand, L. (dir.), 2009, Rapport sur la prévention du suicide en milieu carcéral.

Alvarez, J., Gourmelon, N., 2007, La prise en charge pénitentiaire des auteurs d’agressions sexuelles. État des lieux et analyse de nouvelles pratiques, Agen, ENAP, Centre Interdisciplinaire de Recherche Appliquée au Champ Pénitentiaire (CIRAP).

Anderson, L., 2006, Analytic Autoethnography, Journal of Contemporary Ethnography, 35, 4, 373-395.

Archer, E., 2003, Souffrance en détention : La prise en charge sanitaire des personnes détenues, Synapse 10, Agen, ENAP.

Archer, E. (dir.), 2008, Recherche sur « L’évaluation de la souffrance psychique liée à la détention », Rapport final, ADNSMPL.

Backett, S., 1988, Suicide and stress in prison, in Backett, S., McNeil, J., Yellowlees, A. (eds), Imprisonment Today, Londres, Macmillan Publishing, 70-84.

Bajoit, G., 1988, Exit, voice, loyalty… and apathy. Les réactions individuelles au mécontentement, Revue française de sociologie, XXIX, 325-345.

Balier, C., 1988, Psychanalyse des comportements violents, Paris, PUF.

Barbier, G., Demontes C., Lecerf, J.-R., Michel, J.-P., 2010, Rapport sénatorial d’information n° 434 (2009-2010) sur la prise en charge des personnes atteintes de troubles mentaux condamnées pour des infractions, fait au nom de la commission des lois et de la commission des affaires sociales.

Barreyre, J.-Y., Bouquet, C., Peintre, C., 2005, Les situations de handicap en milieu carcéral. Exploitation de l’enquête HID-Prison 2001 Délégation ANCREAI Île-de-France [en ligne].

Becker, H. S., 1985 (trad.), Outsiders, Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Beigel, A., Russell, H. E., 1973, Suicidal Behaviour in jail : Prognostic considerations, in Danto, B. (ed.), Jail House Blues : Studies of Suicidal Behavior in Jail and Prison, Orchard Lake, Epic Publications, 107-118.

Bergeret, J., 1983, Post-adolescence et violence, in Alléon, A.-M. (dir.), Adolescence terminée, adolescence interminable, Colloque national sur la post-adolescence, Paris, PUF, 69-81.

Blumer, H., 1969, Symbolic Interactionism, Perspective and Method, New Jersey, Prentice-Hall, Inc.

Bouchard, T.J., 1998, Quand les jumeaux séparés se retrouvent, La Recherche, 311, 28-32.

Boumaza, M., Campana, A., 2007, Enquêter en milieu « difficile », Revue française de science politique, 57, 1, 5-25.

Bourdieu, P., 1984, Homo Academicus, Paris, Les Éditions de Minuit.

Bourdieu, P., 1987, Choses dites, Paris, Les Éditions de Minuit.

Bourgouin, N., 1993, Le suicide en milieu carcéral, Population III, 609-626.

Bouton, M.E, (2006), Learning and Behavior, A contemporary synthesis, chap. II, Sunderland, M. A. Sinauer.

Bukstel, L.H., Kilmann, P.R., 1980, Psychological effects of imprisonment on confined individuals, Psychological Bulletin, 88, 2, 469-493.

Cannon, W.B., 1929, Bodily changes in pain, hunger, fear, New York, Appleton Century-Crofts.

Chantraine, G., 2004, La mécanique du temps vide, in Kaminski, D., Kokoreff, M. (dir.), Sociologie pénale : système et expérience, pour Claude Faugeron, Toulouse, Érès, 257-271.

Chauvenet, A., 2004, Démocratie et violence en prison, in Kaminski, D. Kokoreff, M . (dir.), Sociologie pénale : système et expérience, pour Claude Faugeron, Toulouse, Érès, 273-294.

Chauvenet, A., 2006, Privation de liberté et violence : le despotisme ordinaire en prison, Déviance et Société, 3, 373-3.

Chen, M.K., Shapiro, J.M., 2007, Do harsher prison conditions reduce recidivism ? A discontinuity-based approach, American Law and Economic Review, 9, 1-29.

Clemmer, D., 1940 [1958], The Prison Community, New York, Rinehart ed.

Cohen, S., Taylor, L., 1974, Psychological Survival, The Experience of Long Term Imprisonment, New York, Vintage Books.

Cliquennois, G., 2006, Problèmes méthodologiques inhérents à une recherche sociologique qualitative menée sur les politiques carcérales belges et françaises, Socio-logos, Revue de l’association française de sociologie, 1.

Combessie, Ph., 2000, Surveillants de prison : condamnés à l’obscurité, Informations sociales, 82, 64-71.

Combessie, Ph., 2001 [2009], Sociologie de la prison, Paris, La Découverte.

Crewe, B., 2009, The Prisoner Society Power, Adaptation and Social Life in an English Prison, Oxford, Oxford University Press.

Cunha, M.I., 1997, Le temps suspendu, Rythmes et durées dans une prison portugaise, Terrain, Revue d’ethnologie de l’Europe, 29, 59-68 (trad. J. Y. Durand).

Cusson, M., 1998, Criminologie actuelle, Paris, PUF.

Dear, G.E., Slattery, J.L., Hillan, R.J., 2001, Evaluations of the Quality of Coping Reported by Prisoners Who Have Self-Harmed and Those Who Have Not, Suicide and Life Threatening Behavior, 31, 4, 442-450.

Desesquelles, A., 2003, Handicap et incapacités en milieu carcéral en France : Quelles différences avec la population générale, La santé en prison, Santé, inégalités, ruptures sociales en Île-de-France, INSERM-U 444, 14-17.

Deveaux, N., 1991, La prison et le toxicomane, Soins, 545, 47-52.

Devresse, M.-S., 2004, “Le désert des tartares” Attentes et incertitudes des usagers de drogues dans la justice pénale, Kaminski, D., Kokoreff, M. (dir.), Sociologie pénale : système et experience, pour Claude Faugeron, Toulouse, Érès.

Ellingson, L., Ellis, C., 2008, Autoethnography as constructionist project, in Holstein, J. A., Gubrium, J.F. (eds), Handbook of constructionist research, New York, Guilford Press, 445-466.

Ericson, R., 1975, Young Offenders and their Social Work, Farnborough, Lexington Books.

Escobar Molina, A., 1989, L’enfermement, Paris, Klincksieck.

Esparza, R., 1973, Attempted and committed suicide in county jails, in Danto, B. (ed.), Jail House Blues, Studies of Suicidal Behavior in Jail and Prison, Orchard Lake, Epic Publications, 27-46.

Farabee, D., 2005, Rethinking Rehabiltation : Why can’t we reform our criminals ? Washington, DC, AEI Press.

Fawcett, J., Mars, B., 1973, Suicide at the county jail, Danto, B. (ed.), Jail House Blues : Studies of Suicidal Behavior in Jail and Prison, Orchard Lake, Epic Publications, 83-106.

Fishman, M., 1981, Police News : Constructing an Image of Crime, Urban Life, 9, 997-420.

Folkman, S., Lazarus, R.S., 1988, Coping as a mediator of emotion, Journal of personality and social psychology, 54, 3, 466-475.

Foucault, M., 1975, Surveiller et punir, Naissance de la prison, Paris, Gallimard.

Gendreau, P., Goggin, C., Cullen, F.T., The Effects of Prison Sentences on Recidivism, A report to the Corrections Research and Development and Aboriginal Policy Branch, Ottawa, Solicitor General Canada [en ligne].

Gibbs, J., 1982, Disruption and distress : Going from the street to jail, in Parisi, N. (ed.), Coping with Imprisonment, Thousand Oaks, Sage Publications, 29-44.

Goffman, E., 1961, On the characteristics of total institutions, in Cressey, D.R. (ed.), The Prison : Studies in Institutional Organisation and Change, New York, Holt, Rinehart & Winston Publishing, 312-338.

Goffman, E., 1968, Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, Paris, Les Éditions de Minuit.

Gold, R.L., 1958, Roles in Sociological Field Observations, Social Forces, 36, 213-217.

Goodstein, L.I., 1979, Inmate adjustment to prison and the transition to community life, Journal of research in crime and delinquency, 16, 246-272.

Goodstein, L.I., Mackenzie, D.L., Shotland, R.L., 1984, Personal control and inmate penitentiary adjustment to prison, Criminology, 22 (3), 343-369.

Gras, L, 2004, Le sport en prison, Paris, L’Harmattan.

Grounds, A.T., 2005, Understanding the effects of wrongful conviction, in Tonry, M. (ed.), Crime and Justice A Review of Research, 32, 1-58.

Guéno, J.-P., 2000, Paroles de détenus, Paris, Librio, Radio France.

Harvey, C., 2004, Transition and Adaptation to Prison Life : A Study of Young Adults Aged 18 to 21, Thèse, Université de Cambridge.

Harvey, C., 2005, Crossing the boundary : the transition of young adults into prison, in Liebling, A., Maruna, S. (eds), The Effects of Imprisonment, London, Willan Publishing, 232-254.

Heilig, S., 1973, Suicide in jails, in Danto, B. (ed.), Jail House Blues : Studies of Suicidal Behavior in Jail and Prison, Orchard Lake, Epic Publications, 47-56.

Hirschman, A.O., 1970, Exit, Voice and Loyalty : Responses to Decline of Firms, Organizations and States, Massachussetts, Cambridge, MA, Harvard University Press.

Holmes, T.H., Rahe, R.H., 1967, The Social Readjustment Rating Scale, Journal of Psychosomatic Research, 11, 2, 213-8.

Hughes, E.C., 1970, The Humble and the Proud : The Comparatives Studies of Occupations, The Sociological Quaterly, 11, 2, 147-156 (S. E., 417-427).

Ingold, S., Ingold, F.R., 1986, Le passage des toxicomanes en prison : l’incarcération et son enjeu, Psychotropes, 3, 2, 23-34.

Jacqua, L., 2003, La guillotine carcérale, Silence, on meurt, Paris, Nautilus éditeur.

Janicaud, E., 2013, La construction sociale de la paranoïa pénitentiaire. L’exemple des surveillants de prison au sein des unités hospitalières sécurisées interrégionales, Champ pénal, 10, 3.

Jones, R.S., Schmid, T.J., 2000, Doing Time : Prison Experience and Identity among First-Time Inmates, Stamford, Jai Press.

Junker, B.H. 1960, Field Work, An Introduction to the Social Sciences, Chicago, University of Chicago Press.

Kaminski, D., Kokoreff, M., 2004, Sociologie pénale : système et expérience, pour Claude Faugeron, Toulouse, Érès.

Karasek, R.A., Theorell, T., 1990, Heathy Work, Stress, Productivity and the Reconstruction of Working Life, New York, Basic Books.

Kensey, A., Tournier, P.-V., 1991, Le retour en prison, Travaux et Doc., n° 40, Paris, Ministère de la Justice.

Laborit, H., 1976, Éloge de la fuite, Paris, Gallimard.

Laborit, H., 1979, L’inhibition de l’action, Genève, Masson.

Lapassade, G., 2006, L’observation participante [en ligne].

Lazarus, R.S., Folkman, S., 1984, Stress, Appraisal and Coping, New York, Springer.

Le Caisne, L., 2008, Avoir 16 ans à Fleury, Ethnographie d’un centre de jeunes détenus, Paris, Le Seuil.

Lesage de la Haye, J., 1978, La guillotine du sexe, la vie affective et sexuelle des prisonniers, Paris, Robert Laffont.

Liebling, A., 1995, Vulnerability and prison suicide, British Journal of Criminology, 35, 2, 173-187.

Liebling, A., 1999, Prison suicide and prisoner coping, in Tonry, M., Petersilia, J. (eds), Crime and Justice : A Review of Research, 26, 283-359.

Liebling, A., Maruna, S. (eds), 2005, The Effects of Imprisonment, London, Willan Publishing.

Liebling, A., Durie, L., Stiles, A., Tait, S., 2005, Revisiting prison suicide : the role of fairness and distress, in Liebling, A., Maruna, S. (Eds), The Effects of Imprisonment, London, Willan Publishing, 209-231.

Lhuilier, D. Lemiszewska, A., 2001, Le choc carcéral, Survivre en prison, Paris, Bayard.

Macheret-Christe, F., Gravier, B., 2001, Schizophrénie, psychose en prison, Lettre de la schizophrénie, 23 juin 2001.

Marchetti, A.-M., 1997/2001, Pauvretés en prison, Toulouse, Érès.

Marchetti, A.-M., 2001, Perpétuités : le temps infini des longues peines, Paris, Plon.

Martinson, R., 1974, What works ? Questions and answers about prison reform, The Public Interest, 35, 22-54.

Mary, Ph., 1989, Pratiques clandestines en milieu carcéral, Réflexion sur la reproduction et la production de la prison, RICPT, 2, 172-184.

Maurice, Ph., 2001, De la Haine à la vie, Paris, Le Cherche-midi.

Mehan, H., Woods, H., 1975, The Reality of Ethnomethodology, New York, Willey.

Miller, J. G., 2001, American Gulag, Yes Magazine [en ligne].

Morice, A., d’Herve, N., Justice de sûreté et gestion des risques, Approche pratique et réflexive, Paris, L’Harmattan.

Mroczek, D.K., Almeida, D.M., 2004, The Effect of Daily Stress, Personality and Age on Daily Negative Affect, Journal of Personality and Social Psychology, 72, 2, 355-378.

Neustatter, A., 2002, Locked In Locked Out. The Experience of Young Offenders out of Society and in Prison, Londres, Calouste Gulbenkian Foundation.

Niveau, G., 1997, Toxicomanie en prison, in Albernhe, T. (dir.), Criminologie et psychiatrie, Paris, 688-696.

Noali, L., 2008, Plaidoyer pour une peine de prison moins inéquitable, Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, LXI, 1, 85-100.

Noali, L., 2009, Espaces d’apparition et espaces de disparition dans le champ carcéral, Champ pénal, vol. VI.

Noali., 2012, Les résistances carcérales, du comment au pourquoi, Une approche juridique et pluridisciplinaire, Paris, L’Harmattan.

Pachana, N., 2005, Resilience in older age, Australian Psychological Society [en ligne].

Perrone, R., Nannini, 1995, Violences et abus sexuels dans la famille, Paris, ESF.

Piquero, A.R., Farrington, D.P., Blumstein, A., 2007, Key Issues in Criminal Career research : New Analyses of the Cambridge Study, Delinquent Development, Cambridge, New-York, Melbourne, Cambridge University Press.

Porporino, F.J., Zamble, E., 1984, Coping with imprisonment, Canadian Journal of Criminology, 26, 4, 403-421.

Ricordeau, G., 2005, Les relations familiales à l’épreuve de l’incarcération, thèse de sociologie, Paris IV [en ligne via Ban Public : chap. 2 ; chap. 3]

Ross, J.I., Richards, S.C., 2003, Convict Criminology, Belmont, CA, Wadsworth Publishing Co.

Rouillon, F., Duburcq, A., Fagnani, F., Falissard, F., 2004, Étude épidémiologique sur la santé mentale des personnes détenues en prison [en ligne].

Salane, F., 2008 Trajectoires scolaires et identités étudiantes en milieu carcéral, « L’évasion par le haut », thèse en sciences de l’éducation, Université de Paris V.

Salle, G., 2007, Une sociologie des « taulards » : la convict criminology, Genèses, 68, 132-144.

Sapsford, R.J., 1983, Life Sentence Prisoners, Milton Keynes, Open University Press.

Seligman, M.E.P., 2002, Positive psychology, positive prevention and positive therapy, in Suyder, C.R., Lopez, S.J., The handbook of positive psychology, New York, Oxford Press, 3-12.

Selye, H., 1956, The stress of life, New York, Mc Graw-Hill-Book Co.

Selye, H., 1973, Du rêve à la découverte, Montréal, La Presse.

Siegrist, J., 1996, Adverse health effects of high-effort/low reward conditions, Journal of Occupational Health Psychology, 1, 27-41.

Singer, M., 2012, Human Behavior in the Prison Environment as Survival, Journal of Diverse Social Works, 3, 53-62.

Strauss, A., Schatzman, L., Ehrlich, D., Bucher, R., Sabshin, M., 1964, Psychiatric ideologies and institutions, New-York, Free Press.

Sykes, G.M., 1958, The Society of Captives, A Study of a Maximum Security Prison, Princeton, Princeton University Press.

Syr, J.-H., 1996, Le contrôle dans les prisons : revue de littérature, in Faugeron, C. et al., Approches de la prison, Bruxelles, P.U. de Montréal et d’Ottawa et de Boeck, 245-270.

Terra, J.L., 1996, 2003, Prévention du suicide des personnes détenues, Rapport de mission, Paris, ministère de la Justice.

Toch, H., 1992, Living in Prison, The Ecology of Survival, Washington DC, American Psychological Association.

Tournier, P.-V., 2011, Les infractions sexuelles, France 2011, Observatoire des Prisons et Autres Lieux d’Enfermement et de Restriction de Liberté (OPALE), Université Paris I, CHS du XXe siècle.

Tournier, P.-V., 2014a, En attendant que l’encellulement individuel devienne la règle, blog du 31 octobre 2014, Arpenter le Champ Pénal, 14 nov. 2014.

Tournier, P.-V., 2014b, OPALE (Observatoire de la privation de liberté et des sanctions et mesures appliquées dans la communauté), 22 novembre.

Turcotte, P.R., 1982, Qualité de vie au travail : anti-stress et créativité ? Paris, Édition de l’Organisation.

Van Der Helm, E., Yao, J., Dutt, S., Rao, V., Saletin, J.M., Waker, M.P., 2011, REM Sleep Depotentiates Agmydala Activity to Previous Emotional Experiences, Current Biology, 21, 23, 2029-2032.

Vella, M., 2005, Intervention du médecin auprès des personnes en garde à vue, Conférence de consensus.

Walker, N., 1987, The unwanted effects of Long-Term imprisonment, Aldershot, Gower Publishing.

Ward, D.A., Kassebaum, G.G., 1964, Homosexuality : A mode of adaptation in a prison for women, Social problems, 12, 2, 159-177.

Woods, P., 1990, L’ethnographie à l’école, Paris, Armand Colin.

Wooldredge, J.D., 1989, Inmates Experiences and Psychological Well-Being, Criminal Justice and Behavior, 26 (2), 235-250.

Wormith, J.S., 1984, The controversy over the effects of long-term incarceration, Canadian Journal of Criminology, 26, 4, 423-437.

Zamble, E., 1992, Behavior and adaptation in long-term prison inmates : Descriptive Longitudinal Results, Criminal Justice and Behavior, 19, 4, 409-425.

Zamble, E., Porporino, F.J., 1988, Coping, Behavior, and Adaptation in Prison Inmates, New York et Berlin, Springer-Verlag,

Zay, J., 2010, Souvenirs et solitude, Paris, Soignies.

Rapports et divers

DSM-IV-TR, 2004, Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux, 4e édit., Genève, Masson.

Santé mentale des personnes détenues et troubles du comportement, comment améliorer et articuler les dispositifs de prise en charge sanitaire et pénitentiaire, Rapport général du groupe de travail du ministère de la santé et du ministère de la justice, avril 2003.

L’année psychologique, 1960, Psychologie différentielle, L’influence de l’hérédité et du milieu sur le comportement, 60, 1, 294-297.

Zientara-Logeay, S, 1996, Rapport sur la prévention du suicide en milieu pénitentiaire, Paris, ministère de la Justice.

Haut de page

Notes

1 Participation complète par laquelle le chercheur met à profit l’opportunité donnée par son statut déjà acquis dans la situation étudiée (Lapassade, 2006), Gold (1958), Junker (1960) et Adler (1987) distinguent l’observateur complet de l’observateur comme participant et le participant comme observateur.

2 Rapport Archer sur la souffrance psychique en prison, 2008.

3 Cf. sur le sujet Archer, 2008.

4 Même si la condition pénitentiaire tend sur le long terme à se normaliser.

5 Archer (2008, Annexes, 3-4) cite, pour l’évaluation de la souffrance psychologique, le GHQ-30 (Questionnaire de santé mentale (items), le GHQ-12 (items), le K 10, le BMH et le SUBI (pour l’évaluation du bien-être subjectif) et, pour son évaluation globale, le GHQ-28 et le S-F-36.

6 Cf. l’analyse de Boumaza, Campana, 2007, 3-10.

7 Soit le Syndrome Général d’Adaptation, défini comme l’ensemble des moyens physiologiques et psychologiques qu’un individu met en œuvre pour s’adapter à un événement précis Cf. Selye, 1973, 66-68.

8 Détenus incarcérés pour la première fois.

9 Auteurs d’Infractions à Caractère Sexuel (AICS).

10 Selon le calcul de l’intervalle de fluctuation, pour présenter 95% de résultats fiables à 3% près, le sondage devrait en effet concerner au minimum un millier de personnes.

11 Phénomène naturel par lequel l’organisme cesse de réagir, ou finit par être moins sensible à un stimulus répété. Cf. notamment sur le sujet Bouton, 2006.

12 Ethnographie tendant à l’analyse de l’expérience et du self (analytic ethnography, Anderson, 2006) opposée à celle visant son évocation (evocative ethnography) dans le dessein alors de susciter des sentiments et des émotions (Ellingson, Ellis, 2008).

13 Enquêteur masqué.

14 Voire à une fraction de celle-ci en raison du fort ostracisme ambiant qui fait obstacle à une communication normale avec les sujets les plus stigmatisés.

15 Si la tradition de secret et l’obsession de la sécurité conduisent la première à se méfier de tout (Sur ce sujet cf. Janicaud, 2013), la population carcérale est non moins sujette à la paranoïa en effet (Cf. Chauvenet, notamment 2004, 284-292 ; 2006 (par. 23-27).

16 Constituée en 1997, cette école qui représente aujourd’hui un courant important de la criminologie outre-Atlantique est dans sa grande majorité constituée de chercheurs (criminologues, juristes, sociologues..) ayant purgé une peine de prison parfois longue, expérience sur laquelle ils se sont appuyés pour mener ensuite des travaux de recherche de haut niveau sur le système correctionnel et judiciaire aux États-Unis (Sur le sujet cf. Ross, Richards (dir.), 2003, ainsi que Salle, 2007).

17 Cf. en France sur l’intérêt du point de vue de l’usager, avec Devresse, 2004.

18 L’autre violence due au système carcéral, celle de l’expérience de l’incertitude, se manifeste dans de multiples circonstances (Archer, 2008, 71).

19 Laborit caractérise cet état comme une situation où l’individu ne pouvant ni fuir ni attaquer, il se produit une inhibition de l’action.

20 Le Syndrome Général d’Adaptation (SGA) a été décrit pour la première fois par Selye (1956), l’auteur distinguant 3 phases à la réaction d’adaptation non spécifique de l’organisme face à de nouvelles conditions vécues comme agressives. Après une phase d’alerte (choc et contre-choc) provoquée par un agent stresseur, intervient une étape de résistance au cours de laquelle l’organisme mobilise toutes ses ressources pour faire face, puis, éventuellement à défaut d’habituation, connaît une phase d’épuisement.

21 Ce sursaut salutaire est la résilience à laquelle le détenu est, par tempérament, plus ou moins enclin.

22 Cf. pour ce concept Liebling et al., 2005, 216-217. Concernant l’hérédité par exemple, les personnes dont les parents souffrent ou ont souffert d’une dépression sont plus susceptibles d’en être atteints eux-mêmes (15% de risques contre 2 à 3% pour les autres (Archer, 2008, Annexes, 43)).

23système de dispositions acquises dans la relation à un certain champ…. générateur de pratiques… (Bourdieu, 1987, 127, 128.)

24 Soit des vues prises à partir d’un point, c’est-à-dire à partir d’une position déterminée dans l’espace social (Ibid., 155).

25 Contra toutefois, Macheret-Christe, Gravier (2001, 58) selon qui la prison catalyserait le délire de persécution et qui évoquent aussi une psychose carcérale.

26 Parmi les nombreuses recherches, citons celle de Bouchard, 1998, basée sur la méthode des jumeaux.

27 En quoi il est d’ailleurs une réaction non spécifique (Selye, 1956).

28 On dénombre 12 087 détenus en surnombre au 1er novembre 2014, dont 11 695 en maisons d’arrêt ou quartiers de maisons d’arrêt et 392 dans les établissements pour peines (Tournier, 2014b). Selon la même source, 1065 détenus dorment sur un matelas posé à même le sol.

29 Mais le déni de la réalité est aussi une arme.

30 Sur ce point, cf. notamment Harvey, 2005, 240.

31 Cf. Art. D. 283-1, al. 1 CPP et circulaires d’application JUSE9840065 C et JUSE0340055C des 14 décembre 1998 et 9 mai 2003.

32 Détenus identifiés encore comme mouchards.

33 Nous avons ainsi connu un pointeur qui échappait largement aux persécutions du milieu et obtenait même parfois des faveurs sexuelles grâce à ses prodigalités judicieusement distribuées.

34 Outre Lhuilier, Lemiszewska, 2001, cf. notamment sur la question Goffman, 1968 (trad.) ; Ericson, 1975 ; Gibbs, 1982 ; Zamble, Porporino, 1988 ; Jones, Schmid, 2000 ; Neustatter, 2002.

35 Le phénomène ne prend bien évidemment pas ses racines à l’écrou mais s’opère dès le début du processus pouvant conduire à l’incarcération… (Rapport Zientara-Logeay, 1996, 30).

36 Observons qu’un tel sentiment est moins sans doute à ce stade provoqué dans la plupart des cas par une prise de conscience de la monstruosité des actes commis que par celle du regard d’autrui sur soi.

37 Avec l’incarcération peuvent se cumuler d’autres événements tels la séparation du conjoint (65), d’un enfant (29), un licenciement (39), un changement de résidence (20) ou des conditions de vie (25), des habitudes de vie (24), des activités sociales (18), des habitudes alimentaires (15).

38 L’intensité du traumatisme a encore été précisée par une recherche britannique (Liebling, Maruna, 2005, 218, Tableau 8.2) qui a notamment estimé son niveau supérieur chez les récidivistes (2,13 contre 1,76 pour les primaires dans une échelle allant de 1 à 5) Concernant l’anxiété et la dépression, mesurées alors de 1-36, les primo-incarcérés y apparaissent en revanche plus exposés que les récidivistes (16,85 par rapport à 15, 54, le score moyen, ibid.). Quant au niveau du stress, il apparaît nettement supérieur chez les femmes (2,47 contre 1,93 pour les hommes). Son plus haut degré a par ailleurs été relevé chez les sujets présentant la plus forte vulnérabilité importée (4,05 par rapport à 3,43, le score moyen).

39 D’autant que la drogue apparaît aux yeux des détenus les plus jeunes comme un moyen illusoirement efficace de gestion de la souffrance inhérente à l’incarcération (Archer, 2008, 69).

40 Synonyme du suicide en psychologie. Selon le rapport Archer (2008, Annexes, 79). Près de la moitié des suicides en prison interviennent dans les six premiers mois et 15% durant les 15 premiers jours.

41 Cf. sur la question et pour les automutilations, Esparza, 1973 ; Heilig, 1973 ; Fawcett, Mars, 1973 ; Beigel, Russell, 1973 ; Liebling, 1995, 1999.

42 D’après le rapport Terra (2003, 30) 9% interviennent pendant la première semaine, 17% lors du premier mois et 34% au cours des trois premiers mois.

43 Services Médico-Psychologiques Régionaux institués en France par le décret du 10 mai 1995.

44 Ce sont les entrepreneurs de morale (Becker, 1985, trad.).

45 Cunha (1997, 64) observe que Quand approche la possibilité de la sortie, il arrive même que quelques détenues craignent d’être trop apaisées – « trop endormies » - pour faire face à la vie à l’extérieur

46 Terme révélateur de l’état de suggestion désignant communément le surveillant.

47 À propos de ce sentiment de stigmatisation exacerbé par l’approche de la sortie cf. Ban Public, Le portail de l’information des prisons, 2007, 4/15.

48 Définie, dans un tout autre contexte sans doute (celui des abus sexuels), comme une forme d’interaction de type complémentaire à laquelle Le sujet ne peut se soustraire, soit encore une relation psychologique où l’un exerce une influence outrancière sur l’autre par le recours à la menace, la violence et la terreur (Perrone, Nannini, 1995).

49 Pour ce concept cf. Foucault, 1975, 137-142.

50 Selon Balier (1988, 220), la prison … c’est aussi un lieu d’apaisement, de protection contre les sollicitations impossibles à fuir et revêtant de ce fait un caractère traumatique. Non seulement elle n’est pas forcément une mauvaise mère, mais elle peut aussi bien être vécue comme protectrice par rapport à une vie mal assumée à l’extérieur, ou remplissant le rôle de pare-excitations par rapport à la violence angoissante des pulsions, ou encore comme dernier recours dans un processus mortifère incontrôlable (Ibid., 19-20).

51 Ibid. (1988, 19). L’auteur observe que La passivité, la dépendance et, de ce fait, une désocialisation aggravée en sont la rançon, qui se paye par un véritable « vertige de la sortie.

52 En ce sens encore Archer (Note de synthèse, 2008, 4) constate que l’intensité de la souffrance des personnes diminue au fur et à mesure de l’incarcération

53 S’agissant du stress, l’épuisement des ressources hormonales (précisément de la medulla qui permet la fuite ou l’affrontement) conduit à une phase d’épuisement et, par suite à l’absence de réaction (le sujet étant aussi physiquement dépassé).

54 Outre Clemmer, 1958 et Goffman, 1968 cités, mentionnons encore Sapsford, 1983 ; Zamble, Porporino, 1988 ; Cunha, 1997, 64.

55 Il existe en effet de nombreux moyens licites de s’évader de la réalité, de changer de monde.

56 Parler de capital spécifique, c’est dire que ce capital vaut en relation avec un certain champ, donc dans les limites de ce champ, et qu’il n’est convertible en une autre espèce de capital que sous certaines conditions (Bourdieu, 1984, 114).

57 De telles activités (occupations individuelles mais aussi dérivatifs divers) aident sans doute le reclus à supporter l’état de tension psychologique engendré par les attaques que subit sa personnalité. (Goffman, 1968, 115). Dans le même sens, pour Chantraine (2004, 262) Activité et hyperactivité s’inscrivent dans cette même logique : « ne pas penser », ou, au mieux, « penser à autre chose ».

58 Elle peut être considérée comme une résurgence du travail obligatoire.

59 Selon Gras (2004, 68), le sport en prison agit comme catalyseur des tensions estivales (…) L’engagement corporel étant détourné vers une activité ludique (Ibid., 17).

60 Michel, prison de Saint-Maur, cité in Guéno, 2000, 156.

61 La psychothérapie cognitivo-comportementale permet notamment de traiter efficacement la dépression en aidant à combattre les cognitions négatives persistantes.

62 Le stress est en effet d’autant plus fort et pénible quand il ne peut être verbalisé.

63 Nous renvoyons ici le lecteur à Lesage de la Haye, 1978.

64 Même au cas d’éjaculations involontaires lors du sommeil paradoxal notamment.

65 Cf. Escobar Molina, 1989, 295. Dans le même sens Zay (2010, 189) écrivait que L’esprit cherche dans le songe la revanche des journées trop monotones et que les rêves du prisonnier lui paraissent plus réels que son existence quotidienne (Ibid., 188).

66 Une caractéristique de la personnalité criminelle selon Cusson, 1998, 87-88.

67 Ce sont les rotations de sécurité, outil de gestion classique pour mater les sujets les plus rebelles.

68 Code de Procédure Pénale (CPP), art R 57-7-6 à R 57-7-12.

69 Art. 717-1 CPP modifié par la loi n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 qui a créé ces régimes.

70 Perte d’emploi résultant d’une sanction disciplinaire.

71 Cf. sur ce dilemme fuite/affrontement Cannon, 1929 ; Laborit, 1979.

72 Quant à l’impact à long terme sur le psychisme d’un stress non surmonté pendant toute la durée de la peine pour ce type de condamnés, il n’existe à notre connaissance pas d’étude permettant de l’évaluer.

73 L’encellulement permanent étant de rigueur dans les maisons d’arrêt.

74 Leur moyenne d’âge tourne autour de 44 ans, contre 34 pour les autres catégories de prisonniers (Alvarez, Gourmelon, 2007). Ils sont en effet assez souvent condamnés pour des crimes et des délits anciens du fait notamment de l’allongement sensible des délais de prescription pour ces actes. Rappelons que la loi n°2004-204 du 9 mars 2004 a porté à 20 ans le délai de prescription pour les crimes sexuels et certains délits d’agression ou d’atteinte sexuelle aggravée et à 10 ans pour ceux visés à l’art. 706-47 CPP.

75 Selon une conclusion du rapport Archer (concernant des personnes incarcérées par erreur, toutefois), les prisonniers âgés seraient mieux à même en début d’incarcération de s’adapter.

76 Cf. sur ce point Pachana, 2005. S’agissant du stress pourtant, le grand âge y rendrait plus réactif selon certaines études (Mroczek, Almeida, 2004). Par ailleurs, les mécanismes naturels de défense seraient moins efficaces, le taux de sérotonine, neurotransmetteur majeur du cerveau intervenant dans la gestion du stress diminuant ordinairement avec l’âge.

77 Une loi du 11 février 2005 a défini le handicap « comme une limitation de l’activité ou une restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne » ceci « en raison d’une altération substantielle, durable ou définitive de fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap ou d’un trouble de santé important ».

78 Si l’art. 1111-6-1 du Code de la Santé Publique pour la personne handicapée pose « le droit de désigner un aidant de son choix », tout en précisant que « l’AP peut s’opposer au choix de l’aidant par une décision motivée » (et par conséquent susceptible de recours juridique), on imagine les difficultés de réalisation d’une telle disposition.

79 Ainsi, Selon Desesquelles (2003, 31,) Le séjour en prison est susceptible d’avoir des répercussions sur l’état de santé physique et psychique des personnes et par conséquent sur l’existence de déficiences ou d’incapacités.

80 Le rapport sénatorial d’information Barbier et al., 2010, indiquait que 25% des personnes détenues présentaient des troubles, 55% un trouble psychiatrique et que 20% faisaient déjà l’objet d’un traitement psychologique à leur entrée en prison. Le suivi était préconisé à 50% des entrants.

81 La perte de contact avec la réalité est un élément central de tout trouble psychique. Or, la vie carcérale est un facteur de risque majeur de déréalisation. Rapport sénatorial d’information Barbier et al., 2010, note 39. Cf. aussi sur le sujet Chauvenet, 2006.

82 En ce sens le comité consultatif national d’éthique avait observé que l’incarcération était une source d’aggravation de troubles préexistants à l’incarcération.

83 Selon Alvarez, Gourmelon, 2007, ce nombre a été multiplié par 8 entre 1980 et 2005, passant ainsi de 1 118 à 8 670.

84 Notamment le recours à la force est désormais bridé par l’impératif de sa stricte nécessité, la loi pénitentiaire n° 2009-1436 du 24 novembre 2009 indiquant en son article 12, al. 3 qu’il ne peut avoir lieu « qu’en se limitant à ce qui est strictement nécessaire ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loup Noali, « La peine de prison à l’usure ? », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XI | 2014, mis en ligne le 19 décembre 2014, consulté le 27 avril 2017. URL : http://champpenal.revues.org/8987 ; DOI : 10.4000/champpenal.8987

Haut de page

Auteur

Loup Noali

Docteur en droit privé et sciences criminelles de l’Université de Nantes (France). Contact : loup.noali@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org