Navigation – Plan du site
Lectures

Didier Bigo, Laurent Bonelli (dir.), Critique de la raison criminologique

Revue Cultures & Conflits, Paris, l’Harmattan, 2014, n° 94/95/96, 268 pages
Frédéric Ocqueteau
Référence(s) :

Didier Bigo, Laurent Bonelli (dir.), Critique de la raison criminologique, revue Cultures & Conflits, Paris, l’Harmattan, 2014, n° 94/95/96, 268 pages, ISBN : 978-2-343-05760-6

Texte intégral

  • 1 Une terminologie popularisée par un autre Laurent –ne pas confondre-, le sociologue L. Mucchielli. (...)

1La science politique de Didier Bigo (CERI) et Laurent Bonelli (Paris X) a-t-elle quelque chose de nouveau à dire sur le registre déjà bien labouré de la disqualification des assauts d’une récente criminologie d’État1 en France, par le biais de la caution rétrospective d’un Michel Foucault ? Ce n’est pas sûr, bien que tel soit apparemment l’un des objectifs du riche dossier de la revue Cultures et Conflits, très inhabituel de par sa taille et son objet. Si le titre, a priori alléchant vaut certainement le détour, il n’est pas sûr que le contenu, fait de bric et de broc, suscite une attention également soutenue de bout en bout, après le déluge des publications dédiées en 2014 à la mémoire du célèbre philosophe. Or, trente ans après sa mort, et quarante ans après la publication de Surveiller et Punir, l’opus increvable reste apparemment un passage obligé parmi la quasi-totalité des auteurs convoqués dans ce dossier. S’il demeure délicat de dégager une cohérence de leurs diverses positions, on peut au moins essayer de les présenter au sein de trois blocs de contributions aux contours mal définis : celui des exégètes de l’œuvre foucaldienne, celui des militants anti-criminologiques et celui de jeunes chercheurs plutôt indifférents aux controverses du moment liées à la discipline criminologique. Ce sont sans doute les contributions les plus intéressantes et les plus prometteuses, quoique les moins valorisées dans la présentation du dossier. C’est pourquoi nous nous permettrons d’y insister.

2En place centrale de la revue, donc, la profonde empreinte des exégètes de la pensée de Foucault, depuis la récente exhumation de ses cours de l’université catholique de Louvain de 1981 sur la fonction de l’aveu en justice. Le dossier fait état de l’intégralité d’un entretien donné par le philosophe à André Berten le 7 mai 1981 (Une histoire de la manière dont les choses font problème). Dans ce bloc d’exégètes, il faut signaler l’intéressante contribution de Colin Gordon, traducteur, introducteur et parfait connaisseur de la réception de la pensée du philosophe dans la sphère anglo-saxonne. Gordon s’efforce de montrer la consistance des presciences de Foucault à la lumière des développements de la pénalité contemporaine et nous invite, à son exemple, à ne jamais nous défaire d’une attitude de doute, d’indocilité et d’inquiétude pour « problématiser » la pénalité, ici et maintenant. Il rappelle que Foucault, contre tout prophétisme dont on cherche toujours implicitement à le créditer, assumait lui-même son incapacité à prévoir l’avenir du passé ou à décrire l’histoire du futur (Le possible : alors et maintenant. Comment penser avec et sans Foucault autour du droit pénal et du droit public).

  • 2 Il s’agit du reprint légèrement modifié d’un article paru sur un support belge, la Revue de droit p (...)

3On trouve également, au sein de ce bloc, la plongée très érudite de Fabienne Brion (UCL, Louvain), l’interprète désormais incontournable des traces de la pensée du philosophe à l’UCL (Cellules avec vue sur la démocratie)2. Dans une contribution de facture assez étrange bien que séduisante, qui aurait pu faire l’objet d’un ouvrage à part entière, elle interroge ses propres préoccupations de criminologue au regard de l’inflation carcérale belge des immigrés à l’aune très empathique du dialogue de Foucault avec ses contemporains et ses objecteurs. F. Brion invite son lecteur à lire séparément les cinq fragments de ses préoccupations, nous libérant de notre impossibilité à rendre compte de la richesse de chacun d’entre eux. Il suffira au moins de rappeler rapidement ici de quoi ils sont faits. Le fragment 1 fonde le diagnostic empirique d’ « un nouveau grand renfermement » des étrangers en Belgique, en montrant notamment que : « le taux de détention des nationaux est stable quand bien même le nombre et la proportion de Belges d’origine étrangère dans la population recensée ne cessent d’augmenter ; à l’inverse, le taux de détention des étrangers ne cesse d’augmenter, quand bien même le nombre et la proportion des étrangers dans la population recensée tendent à diminuer, y compris s’agissant des nationalités les plus représentées parmi les prisonniers » (p. 191) ; le fragment 2 constitue une occasion de repenser la force de travail et la pénalité à partir de la pensée de G. Rusche, et de revenir sur les liens de parenté de Foucault à Marx, via Althusser ; le fragment 3 lié à la « société qu’il faut défendre » (surveiller, réguler, légitimer) permet à F. Brion de prendre, semble-t-il, plus de distances avec Foucault et de replacer le phénomène du grand renfermement des étrangers dans les avatars du 5e des cycles Kondratieff (dernier quart du 20e siècle) où la précarité serait devenue pour une partie de la population le (nouveau ?) ressort de [leur] assujettissement (p. 179). Le fragment 4 discute la solidité de la thèse de Melossi sur la « fabrique carcérale » par rapport à celle Foucault et de leurs positions respectives au sujet de l’histoire des transformations de l’infrastructure et des superstructures juridico-politiques. Foucault sort apparemment renforcé de la controverse liée à la nature d’un prétendu deus ex machina. Pour F. Brion, hors des travaux et cours sur la biopolitique, impossible de comprendre comment la criminalité des immigrés serait devenue immanente au grand renfermement des étrangers et de comprendre comment l’ethnicité serait devenue le « nom donné à l’un des systèmes de détermination par lesquels des infracteurs [seraient] liés à leur infraction ». Le fragment 5 se demande enfin de quoi l’échec du « grand renfermement des étrangers » serait-il au juste le succès, dans la mesure où la prison aurait échoué à réduire le nombre des détenus, des chômeurs et des migrants. Et voici la réponse de l’auteure : ce triple échec viendrait compenser le processus de redéfinition de l’attribution et de l’acquisition de la nationalité et de la citoyenneté à tous les ressortissants de l’UE ; il intriquerait les opérations de dissociation des illégalismes à celles qui constituent la société en se légitimant par le tri des populations divisées entre ‘peuple-sujet de lois’ (dans les lois) et ‘peuple-objet de lois’ (hors la loi) ; il donnerait enfin à la stratification du marché du travail par la nationalité sa stratification par la légalité ou l’illégalité » (p. 196).

4Un autre bloc des contributions est notamment constitué de celles des artisans du dossier, D. Bigo et L. Bonelli, qui examinent de quoi serait faite la raison criminologique (Critique de la raison criminologique). Rien de kantien ni de sartrien sous l’élégante formule du titre choc, plutôt des certitudes définitives de politistes engagés, dont on rappelle qu’ils sont des spécialistes de la « construction » des politiques migratoires et des critiques des politiques anti-terroristes. En France, rappellent-ils, la raison criminologique fut, est et restera prophylactique. En effet, dès que l’on passe de la dimension relationnelle du crime (version durkheimienne comme phénomène normal avec régularités) à la version substantialiste de la figure de qui l’incarne (phénomène social normal ET antisocial et cancérigène, version tardienne), la régression vers l’ontologie de la différence semble une fatalité opposant une tension entre le juriste et le médecin (psychiatre) penchés sur le crime. La nouvelle raison criminologique prophylactique s’imposant à l’air du temps s’ajusterait aux pratiques de management observables au sein des bureaucraties néolibérales : comportementaliste, elle serait désormais plus portée à la surveillance qu’à la disciplinarisation, techniquement plus centrée sur la gestion des risques collectifs sans pour autant effacer les cibles de la dangerosité, et enfin, largement réinvestie dans l’économie des sentiments et des émotions populaires. Et les problèmes de sécurité y seraient de plus en plus dépolitisés, tant dans leurs modes de raisonnement que de leur légitimité. Certes, les sciences sociales n’auraient pas nécessairement désarmé face à ce sombre tableau d’ensemble. Une criminologie critique, plus ancrée sous d’autres cieux, insisterait encore sur le besoin d’une discipline autonome, examinant ce que ferait la loi punitive plutôt que ce qu’elle dirait, ou bien mettant l’accent sur les genèses afin de déstabiliser les croyances sur lesquelles reposerait l’édifice pénal. A moins que, le label de criminologie critique indisposant, on aurait eu besoin de la répudier au profit d’une sociologie générale des institutions et de leurs catégorisations, voie qu’aurait d’ailleurs empruntée la sociologie française des prises en charge des déviances.

5On sent, de manière très palpable, un léger flottement des auteurs avec le slogan de la « société à défendre », dans la mesure où ils parviennent mal à se défaire du constructivisme de leur posture de politistes focalisés sur la critique des politiques publiques de luttes anti migratoires et antiterroristes, dont une criminologie française new-look cherchant en vain à s’instituer comme conseillère du Prince entendrait cibler et éliminer les nouvelles incarnations du mal, au premier rang desquelles le(s) fondamentalisme (tes) islamiste(s) radical(isés), pour ne pas le(s) nommer. Déconstruire et analyser la hiérarchie relative des menaces, oui, adhérer à la criminologie épinglée du moment poursuivant le rêve d’éliminer les menaçants, non, puisque cette tentative ne serait, au fond, qu’une rationalité de gouvernement profondément conservatrice, tout entière tendue vers la préservation de l’ordre des choses, c’est-à-dire de l’ordre social et politique tel qu’il est.

6Pour donner un surcroît de piment à ce manifeste, on y trouve la caution d’un bon mot iconoclaste puisé dans un entretien avec Howard S. Becker, le célèbre sociologue américain anti conformiste (Des criminologues n’ont jamais rien fait à propos du problème du crime). Becker, racontant ses souvenirs, affirme, à l’aide de deux ou trois exemples drolatiques et percutants : très tôt, j’avais été immunisé ; j’avais appris à ne pas croire à la criminologie académique (celle qui se prononçait par exemple dans les années 60 sur le diagnostic de folie parmi les détenus ou bien sur les statistiques criminelles fabriquées par la police, etc.). Laissant le lecteur un peu sur sa faim, H. Becker montre néanmoins comment il aurait déstabilisé l’establishment universitaire américain au sujet des consommateurs de marijuana en neutralisant le terme d’abuse au profit de l’imposition de celui de use, ouvrant alors la porte à « l’intérêt » des plaisirs liés aux usagers consommateurs plutôt qu’aux seuls intérêts des empêcheurs. Il concède par ailleurs que le managérialisme quantificateur des gestionnaires du crime d’aujourd’hui ne serait pas forcément une mauvaise chose en soi, mais seulement critiquable à raison de leur utilisation de mesures en général dénuées de sens et de pertinence. Où l’on voit comment le militant, jamais loin du sociologue Becker dans une posture clivée dont il a parfaitement conscience, tente de la surmonter en proposant une science bien faite qui ne peut qu’en passer par une entreprise coopérative.

7Dans le troisième bloc des contributions répertoriées, on trouve des analyses nécessairement inégales mais de loin les plus novatrices et originales, alors qu’elles sont hélas trop sous estimées dans la présentation du dossier. Directement articulée au propos d’H. Becker, l’étude des sociologues Elodie Lemaire (ENS Cachan) et Laurence Proteau (U. d’Amiens) sur l’enjeu du décompte des ‘incivilités ou désordres’ urbains (Compter pour compter : les manifestations pratiques de savoirs criminologiques dans les instances locales de sécurité) en sont une belle manifestation. Les auteures montrent, comment à partir du bricolage d’un outil de quantification des désordres urbains, manifestation empirique d’une technologie de savoir-pouvoir au sens foucaldien du terme, des coordonnateurs peu légitimes se le seraient approprié pour asseoir une position incertaine dans l’espace local. Ils ne feraient pas grand-chose de cette source d’information dans la mesure où ils retomberaient dans les travers habituels des présupposés de la focalisation qualitative des membres des « populations à risque » désignés par l’outil pour agir sur eux en partenariats. Pris dans les rets d’une épidémiologie gestionnaire, ils resteraient en somme prisonniers d’une nouvelle gouvernance liée à une pensée d’Etat « criminologique » censée organiser la répression de populations ciblées sur leur potentiel de risque avant tout passage à l’acte. L’orthodoxie est sauve, mais le propos aux accents bourdieusiens, paraît assez inabouti. En effet, il nous semble que la logique de l’édification de cet outil de gestion, par ailleurs correctement narré de manière linéaire, est trop vite rabattu sur le présupposé d’une impossibilité pour ses analystes à concevoir d’autres usages simultanés sous prétexte qu’il resterait aux mains d’agents voués (à leur insu, tels des idiots culturels ?) à exercer leur domination sur les populations de leur espace de contrôle et ne servir qu’à cela. Ce qui reste tout de même une vue assez courte nécessairement liée aux commencements, comme si les instruments n’avaient pas de virtualités de vie autonome en dehors des usages ou non-usages de leurs bricoleurs.

8L’étude que livrent Olivier Razac (U. Grenoble) et Fabien Gouriou (U. Rennes 2) à la coexistence des formes de rationalités décelables au sein des récents dispositifs du milieu ouvert parmi les agents des Services Pénitentiaires d’Insertion et de Probation paraît plus ambitieuse et peut-être moins désespérante dans ses conclusions (Sous la critique de la criminologie, une critique des rationalités pénales). Ils montrent comment, aux anciennes logiques pénale, éducative, sociale et sanitaire, doublées désormais d’une nouvelle « rationalité » criminologique et gestionnaire, l’enjeu critique serait plutôt de penser l’éclectisme pénal au cœur des fondements actuels des droit et pouvoir de punir. L’accumulation des logiques éclectiques présidant aux rationalités de la probation pose le problème d’un nouveau défi à l’analyse dans la mesure où, d’après les auteurs, il serait impossible de fonder en raison le croisement de logiques incompatibles entre elles, au risque de conduire à un arbitraire décuplé des finalités de la justice. Mais on pourrait pourtant penser, très pragmatiquement, que ce serait peut-être là une chance inespérée pour eux de reprendre la main, d’engendrer de nouveaux rapports de forces tactiques au profit des conceptions les plus généreuses et les moins arbitraires de la « rationalité probationnaire ».

9Avec le recul du temps, le regard savamment décentré de Grégory Salle (CLERSE, Lille) sur l’Allemagne (Histoire et historiographie de la Kriminologie allemande : une introduction) montre, dans une utile mise au point, que la criminologie n’y a jamais réussi la moindre institutionnalisation qui aurait pu l’émanciper de la chape de plomb du droit pénal. Mais il nous semble que cette conclusion de l’auteur aurait dû être postulée d’emblée, quand l’article s’est attaché à montrer autre chose : l’inexistence de la sociologie de la déviance allemande face à la domination de l’emprise des approches médicales et psychologiques sur les criminels, aussi bien avant qu’après la funeste période nazie.

10Dans son approche comparée de la gestion psychiatrique de la dangerosité actuelle en Angleterre et en France (Comment les sociétés « se débarrassent de leurs vivants » : dangerosité et psychiatrie, la donne contemporaine), Véronique Voruz (U. Leicester) revient sur la généalogie plurielle de la notion de « dangerosité ». Elle montre comment approfondir les deux composantes de la notion relevée par Foucault : outil ségrégatif des vivants indésirables ET dispositif constitutif des subjectivités criminelles. Pour cette auteure, penser plus justement la psychiatrie criminelle d’aujourd’hui consisterait moins à mettre l’accent sur la dénomination des mécanismes de pouvoir liberticides sur les nouveaux « dangereux » qu’à s’attaquer aux déterminants de la division subjective opposant les diverses modalités d’exercice du ‘pouvoir sur le vivant’ dans son ensemble.

  • 3 A l’entame de ses propres recherches sur les délinquances d’affaires dont il a considérablement ren (...)

11S’il y a bien une leçon empirique majeure à tirer de Michel Foucault, nul doute qu’Anthony Amicelle (U. Montréal) s’y soit collé avec une application déterminée (« Deux attitudes face au monde » : la criminologie à l’épreuve des illégalismes financiers). Cet auteur prend très au sérieux la célèbre proposition de la gestion différentielle des illégalismes des biens et des droits, en documentant les nouvelles modalités soft d’un contrôle que n’aurait pas pu anticiper Foucault, tant ses modalités en sont devenues complexes quoique rapidement répandues à travers le monde globalisé. A. Amicelle s’inscrit au demeurant beaucoup plus étroitement dans la lignée des travaux de l’un des rares sociologues français a avoir pressenti la fécondité de la valeur heuristique de ce distinguo du vivant même de Foucault3. L’auteur pousse la démonstration au moment où la crise financière de 2008 a conduit les Etats à voler au secours des appareils bancaires, sinon à se réinvestir différemment dans le champ de la régulation des illégalismes des puissants. La façon dont les Etats affaiblis tentent de reprendre la main contre les dérives ultra libérales de la dérégulation bancaire, contre le nouveau rapport social à l’impôt ou à l’argent sale, constituerait un objectif de lutte et peut-être d’espoir parmi les sujets citoyens conscients de la nécessité d’un décryptage perpétuel des mécanismes de la tolérance face aux entreprises criminelles des possédants, mafieux ou pas, pour pouvoir les mieux combattre.

12Le temps est peut-être enfin venu de décider, sans le secours de Michel Foucault, comment nous devrions pouvoir défendre la société contre ce nouveau capitalisme débridé et la corruption des élites qui l’accompagne au sein de ce qu’il reste de nos ‘Etats de droit’ et du pacte social qui les aurait fondés. Ergo, si la critique de la « raison criminologique » n’a plus désormais besoin de Foucault au vu de cet ambitieux dossier, au moins garde-t-elle une utilité indispensable, celle de permettre de fédérer des intérêts scientifiques disparates, éclectiques et contradictoires en vue de continuer à interroger collectivement de façon critique le monde comme il va, serait-ce à l’ombre de sa démonisation académique.

Haut de page

Notes

1 Une terminologie popularisée par un autre Laurent –ne pas confondre-, le sociologue L. Mucchielli. Entre autres contributions polémiques, voir son récent Criminologie et lobby sécuritaire, une controverse française, Paris, La dispute, 2014.

2 Il s’agit du reprint légèrement modifié d’un article paru sur un support belge, la Revue de droit pénal et de criminologie, 2014, 879-940. C’est une contribution serrée de 66 pages, dont un appareillage hypertrophié de 343 notes infra-paginales. Notons que Fabienne Brion et Bernard Harcourt sont par ailleurs les coéditeurs et commentateurs érudits du cours de Foucault à Louvain en 1981, Mal faire, dire vrai. Fonction de l’aveu en justice, PUL-UCP, 2012.

3 A l’entame de ses propres recherches sur les délinquances d’affaires dont il a considérablement renouvelé la problématisation en convoquant aussi bien la philosophie de Foucault que la criminologie de Sutherland sans aucun état d’âme apparent, on remarquera que Pierre Lascoumes a toujours su se tenir à l’écart des mauvaises querelles « disciplinaires » en défense de prés carrés franco français. Voir, par exemple, son dernier opus cosigné avec Carla Nagels, Sociologie des élites délinquantes, de la criminalité en col blanc à la corruption politique, Paris, A. Colin, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Didier Bigo, Laurent Bonelli (dir.), Critique de la raison criminologique  », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XII | 2015, mis en ligne le 10 avril 2015, consulté le 27 septembre 2016. URL : http://champpenal.revues.org/9025

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

CESDIP - CNRS (UMR 8183)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org