Navigation – Plan du site
Lectures

Manuel Boucher (avec Mohamed Belqasmi et Éric Marlière), Casquettes contre képis. Enquête sur la police de rue et l’usage de la force dans les quartiers populaires

Paris, L’Harmattan, 2013, 448 pages
Lionel Francou
Référence(s) :

Manuel Boucher (avec Mohamed Belqasmi et Éric Marlière), Casquettes contre képis. Enquête sur la police de rue et l’usage de la force dans les quartiers populaires, Paris, L’Harmattan, 2013, 448 pages, ISBN : 978-2-343-00644-4

Texte intégral

  • 1 Et sans doute tout particulièrement un ouvrage où il interrogeait déjà des « jeunes » et des polici (...)
  • 2 Pour une présentation concise de l’intervention sociologique : Olivier Cousin et Sandrine Rui, L'in (...)
  • 3 Le plus récent étant Manuel Boucher, Sociologie des turbulences. Penser les désordres des inégalité (...)

1Cet ouvrage de Manuel Boucher (avec la collaboration, dans l’enquête ou dans l’écriture, à des degrés divers, de Mohamed Belqasmi, de Véronique Bordes et d’Éric Marlière) prolonge logiquement son parcours et ses travaux1. Directeur scientifique du Laboratoire d'étude et de recherche sociales (LERS) de l'Institut du développement social (IDS) de Haute-Normandie et président de l’ACOFIS (Association des chercheurs des organismes de la formation et de l'intervention sociales), ce sociologue met en œuvre depuis des années ce qu’il appelle une « sociologie des turbulences » en empruntant pour ce faire à la méthode de l’intervention sociologique imaginée par Alain Touraine2. Prolifique, il est le (co)auteur ou le (co)directeur de près de vingt ouvrages portant sur les quartiers populaires, les discriminations ethniques, le travail social, les désordres urbains, etc. Sa sociologie des turbulences, sur laquelle il a écrit plusieurs ouvrages visant à en définir les contours3, a pour objectif de fournir un cadre d’analyse pour penser des phénomènes sociaux “sensibles” qui troublent et agitent, de façon plus ou moins bruyante, l’organisation des sociétés comme la violence, les désordres et leur contrôle (13). Pour ce faire, cette sociologie s’appuie sur « le point de vue des acteurs » qui sont, de plus, considérés extrêmement favorablement quant à leurs « capacités d’action ».

2Cet ouvrage épais poursuit un double objectif : d’abord, décrire et expliquer les relations entre les habitants et certains policiers, les patrouilleurs de rue (366), dans les quartiers sensibles et, ensuite, proposer des pistes d’action pour les améliorer. Il prolonge une recherche commandée par la HALDE (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité) et menée sur une période de deux ans entre 2009 et 2011. Durant cette enquête, les chercheurs se sont également intéressés à la formation des policiers, mais ils n’en présentent pas les résultats dans cet ouvrage bien qu’ils mobilisent quelques données collectées dans cette partie de la recherche.

3L’ouvrage est divisé en quatre parties composées chacune de trois ou quatre chapitres. Dans la première partie, un peu plus courte que les autres, sur une soixantaine de pages, Manuel Boucher passe attentivement en revue la littérature scientifique sur la police et se situe clairement par rapport aux travaux d’auteurs majeurs de ce champ de recherche (Bittner, Brodeur, Monjardet, Loubet del Bayle, etc.) dont il reproduit de longs extraits. Cette prévalence bibliographique de la police sur les autres catégories d’acteurs auxquelles s’intéresse cette recherche (travailleurs sociaux, « jeunes » des quartiers populaires, voire les habitants de ces mêmes espaces) s’explique probablement par l’objectif initial de cette recherche qui était d’analyser spécifiquement les pratiques policières. Ce livre, qui porte avant tout sur la police et sur ceux qui interagissent avec elle, a le mérite de confronter les perceptions mutuelles et ouvre aussi sur des enjeux de société plus larges ; en effet, l’auteur lie les rapports tendus qu’entretiennent policiers et habitants à l’accumulation de problèmes socio-économiques qui les frappe. Les trois autres parties de l’ouvrage font à peu près cent pages chacune et présentent trois façons différentes de policer et d’interagir avec la population, dans trois espaces distincts : les Halles à Paris, puis deux cités, à Saint-Denis et à Marseille.

4La deuxième partie est consacrée au quartier des Halles, qui est un espace consumériste grand public où les populations sont plutôt circulantes (100). Les chercheurs y ont principalement suivi un service de police de quartier (SPQ) dont les patrouilles sont quotidiennement au contact de la population. Ils y ont observé les tensions entre les policiers et trois catégories de « jeunes », dont certains se sentent persécutés par la police, ce qui peut amener un désir de revanche (121). Ces policiers cherchent à préserver la « tranquillité publique » et à prévenir les désordres ; pour ce faire, ils cherchent à alterner « prévention » et « répression ». Les policiers y seraient utilisés dans le cadre d’une action publique attentive à rendre les espaces plus accueillants à la population et au consommateur, au détriment d’une jeunesse populaire “en difficulté” et le plus souvent à l’insu de sa dignité (128). Présents en grand nombre, ils sont capables d’imposer la force si nécessaire et, surtout, d’en faire la démonstration. Ils estiment n’intervenir que sur base de l’observation de comportements jugés suspects.

5La troisième partie (« Police du ghetto et sécurisation ») concerne une cité à Saint-Denis, les Francs-Moisins, un petit quartier, on peut en faire le tour en une dizaine de minutes (205). Les chercheurs se sont intéressés à des policiers membres d’une unité territoriale de quartier (UTEQ, depuis renommée BST - brigade spécialisée de terrain) appliquant la doctrine de “reconquête” policière des sites “sensibles” de banlieue (214). « Brusques », armés de façon visible et inquiets pour leur intégrité physique, ces policiers entretiennent de mauvaises relations avec les habitants et les intervenants sociaux, deux catégories qui semblent suspectes à leurs yeux. Cette « police de sécurisation » tend à se mettre à dos les habitants par son attitude négative : elle exciterait les « jeunes », amplifierait les troubles et, de surcroît, ne répondrait pas présente quand les habitants la sollicitent. La « méfiance réciproque » et l’« ethnicisation des rapports sociaux » empêchent une bonne connaissance du quartier et de ses dynamiques ainsi que la construction de partenariats avec d’autres acteurs, tels que les intervenants sociaux également censés travailler sur ces tensions.

6Quant à la quatrième partie, intitulée « Police de résolution et pacification », elle prend pour cadre la citée pauvre et ethnicisée (291) de Félix Pyat localisée au cœur de Marseille. Les chercheurs y décrivent la collaboration entre une UTEQ qui mène des « missions de sécurité publique » à l’aide d’une « approche régulatrice », promue par une nouvelle hiérarchie, et une unité de prévention urbaine (UPU) qui réalise un travail de prévention et de surveillance intensive (327) qui permet une meilleure connaissance du terrain. Ces deux services refusent une logique répressive et cherchent à mettre en place une approche empathique des populations des quartiers populaires (296), mais aussi relationnelle (308). Les policiers cherchent à tisser des relations individuelles, basées sur la confiance, avec les habitants et les intervenants sociaux et à entrer dans une « logique de communication » (313). Le travail accompli pour se faire accepter par la population amène une amélioration des relations ; celle-ci est néanmoins « très fragile », par exemple à cause de certaines interventions de policiers appartenant à d’autres unités et qui ne comprennent pas leur approche.

7Ces trois terrains permettent à Manuel Boucher d’affirmer qu’il existe un décalage entre les discours qui font l’éloge du « discernement », c’est-à-dire la capacité à prendre une décision adaptée en toute connaissance de cause, sans préjugé ni a priori et en respectant l’autre (14), et la pratique où le modèle autoritaire reste dominant. Pour l’auteur, développer « l’aptitude au discernement » des policiers pourrait améliorer considérablement les relations avec la population, les « jeunes » ou les travailleurs sociaux. Mais il est aussi nécessaire de s’interroger sur le rapport entretenu par la police à la force, et il ne faudrait pas que la promotion de la notion de discernement par la hiérarchie policière (382) entrave ce questionnement. Il se demande aussi si la police de sécurité publique sert encore l’intérêt général et plaide pour transformer, dans les quartiers populaires, la police de guerre en une police de paix (389).

8Fidèle à son approche de l’intervention sociologique, il formule une série de recommandations précises et synthétiques à la fin de chaque chapitre ainsi qu’à la fin de l’ouvrage. Ces propositions sont exprimées de façon très claire, ce qui permettra sans nul doute aux acteurs sociaux de s’en saisir. S’y ajoutent un glossaire bienvenu ainsi qu’une description détaillée et anonymisée des observations réalisées et des personnes rencontrées. Au milieu de l’ouvrage, le lecteur trouvera près de vingt photos qui illustrent des situations décrites dans le texte (palpation de sécurité, contrôles d’identité, fouilles, arrestations et patrouilles) ainsi que des éléments d’ambiance (immeubles moroses, tags, restes de voitures calcinées, etc.). Au niveau méthodologique, on notera un nombre important d’entretiens avec une diversité d’acteurs et, ponctuellement, un recours à l’observation directe.

  • 4 Laurent Mucchielli et Véronique Le Goaziou (dir.), Quand les banlieues brûlent… Retour sur les émeu (...)
  • 5 Didier Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil, 201 (...)
  • 6 Dominique Boullier, Stéphane Chevrier, Stéphane Juguet, Événements et sécurité. Les professionnels (...)

9L’objectif de cet ouvrage est atteint puisqu’il éclaire tant les chercheurs que les acteurs sociaux sur les relations conflictuelles entres policiers et habitants, et ce dans trois contextes différents. Sur la forme, si le texte tire parfois trop en longueur, la clarté de la structure et du propos est à souligner. Sur le fond, il apporte un complément intéressant, utile et bien documenté aux recherches récentes sur le sujet. À sa manière, il prolonge en effet tant celles qui s’intéressent aux raisons de la colère des « jeunes » voire, plus largement, des habitants des banlieues françaises4, que celles qui cherchent à comprendre les pratiques des forces de l’ordre en banlieue, notamment dans les brigades anti-criminalité5, ou celles qui tentent de saisir le climat dans lequel des tensions peuvent émerger et donner lieu à une intervention policière6. Néanmoins, on regrettera qu’il n’insiste pas assez à notre sens sur ce que cette intervention sociologique tourainienne a apporté de particulier tant aux auteurs qu’aux acteurs. Et, notamment, ce qu’elle serait susceptible d’enseigner relativement aux changements attendus et vérifiés des pratiques respectives des acteurs en confrontations.

Haut de page

Notes

1 Et sans doute tout particulièrement un ouvrage où il interrogeait déjà des « jeunes » et des policiers dans une cité : Manuel Boucher, Les internés du ghetto. Ethnographie des confrontations violentes dans une cité impopulaire, Paris, L’Harmattan, 2010.

2 Pour une présentation concise de l’intervention sociologique : Olivier Cousin et Sandrine Rui, L'intervention sociologique. Histoire(s) et actualités d'une méthode, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 177 p. Voyez la recension de Didier Bastide pour Lectures [http://lectures.revues.org/1243].

3 Le plus récent étant Manuel Boucher, Sociologie des turbulences. Penser les désordres des inégalités, Paris, L’Harmattan, 2015.

4 Laurent Mucchielli et Véronique Le Goaziou (dir.), Quand les banlieues brûlent… Retour sur les émeutes de novembre 2005, Paris, La Découverte, 2006 ; Éric Marlière, La France nous a lâchés ! Le sentiment d’injustice chez les jeunes des cités, Paris, Fayard, 2008.

5 Didier Fassin, La force de l’ordre. Une anthropologie de la police des quartiers, Paris, Seuil, 2011.

6 Dominique Boullier, Stéphane Chevrier, Stéphane Juguet, Événements et sécurité. Les professionnels des climats urbains, Paris, Presses des Mines, 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Francou, « Manuel Boucher (avec Mohamed Belqasmi et Éric Marlière), Casquettes contre képis. Enquête sur la police de rue et l’usage de la force dans les quartiers populaires », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XII | 2015, mis en ligne le 19 mai 2015, consulté le 30 juin 2016. URL : http://champpenal.revues.org/9042

Haut de page

Auteur

Lionel Francou

Doctorant en sociologie, CriDIS (Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité), Université catholique de Louvain. Contact : lionel.francou@uclouvain.be

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org