Navigation – Plan du site
Lectures

Alice Goffman, On the Run. Fugitive Life in an American City

Chicago, The University of Chicago Press, 2014, 288 pages
Julien Larregue
Référence(s) :

Alice Goffman, On the Run. Fugitive Life in an American City, Chicago, The University of Chicago Press, 2014, 288 pages, ISBN : 978-0226136714

Texte intégral

  • 1 Fille du célèbre sociologue de l’asile et de la stigmatisation, Erving Goffman.

1Jeune sociologue dont les spécialistes de la prison reconnaîtront immédiatement le patronyme1, Alice Goffman est Associate Professor de sociologie à l’University of Wisconsin-Madison, et a publié son premier ouvrage l’année dernière. Il est le fruit d’une ethnographie de six années passées dans un quartier afro-américain de Philadelphie. L’auteur se fait narratrice de cette expérience, défendant une tradition qualitative dont elle convaincra aisément le lecteur, si besoin est, de la pertinence. Ce travail particulièrement riche d’apprentissages révèle en effet un ensemble de subtilités du rapport ghetto-prison qui sont difficiles à réduire par des variables-contrôle et des coefficients de Pearson. Il s’ajoute à la liste de ces récentes monographies narratives tout à fait remarquables sur les conséquences et adaptations sociales à la hausse de l’incarcération aux États-Unis, au même titre que le travail d’Amy Lerman paru en 2013 (The Modern Prison Paradox: Politics, Punishment, and Social Community, New York, Cambridge University Press, 2013).

  • 2 Préface, XIV.
  • 3 The Growth of Incarceration in the United States: Exploring Causes and Consequences, National Acade (...)

2D’emblée, On the Run (en cavale) ne prétend pas étudier la délinquance du quartier, ni analyser les rapports tendus entre jeunes et police. L’objectif d’Alice Goffman est de rendre compte du “prison boomˮ et de ses pratiques plus dissimulées de contrôle et de surveillance telles que les jeunes vivant dans un quartier noir relativement pauvre de Philadelphie les perçoivent et en font l’expérience2, mais également de relater le vécu des mères, des compagnes, et de toutes ces personnes qui sont, normalement, éloignées des cellules de garde à vue. L’auteur partage ainsi l’approche selon laquelle la portée du système pénal va au-delà des jeunes hommes qui sont ses principales cibles. C’est une approche qui est privilégiée ces dernières années, le rapport 2014 de la National Academy of Science sur les causes et les conséquences de l’incarcération de masse3 en est la preuve. Alice Goffman prend donc le parti de décrire le système carcéral dans ses conséquences et ses interactions avec ceux qui portent les stigmates de la délinquance comme leurs proches ; les « gens sales » (dirty) comme les « gens propres » (clean).

3Si l’ethnographe n’analyse pas le volume de la délinquance dans le quartier, elle comprend rapidement que les jeunes avec lesquels elle passe le plus clair de son temps ne sont pas les mauvais fruits d’un arbre sain (chapitre 1). Les contacts avec la justice n’étant pas rares, ils sont aussi dédramatisés. Bien qu’événements socialement significatifs, ils sont acceptés comme faisant partie des éventualités, des règles du jeu. Il est à ce titre intéressant de relever que ces jeunes emploient le terme de game pour désigner le trafic de stupéfiants. Celui qui prétend y participer est donc un player. Dans un jeu où l’on est toujours perdant, la meilleure solution qui s’impose est de fuir les arbitres.

  • 4 Pour reprendre l’expression de Michelle Alexander, in The New Jim Crow, Mass Incarceration in the A (...)

4Ainsi, l’une des premières choses qu’apprend un jeune côtoyant les gens « sales », c’est à déceler les signaux annonciateurs d’un risque pour sa sécurité : policiers et rivaux principalement (chapitre 2). Cette vigilance constante conduisant à restreindre l’espace de vie, notamment en s’interdisant certains déplacements : point d’hôpital, ni d’enterrement, et encore moins de visites à la prison. Le lieu de travail est aussi soigneusement choisi. Non par choix, mais par nécessité. La police rôde aux Urgences, observe les funérailles avec des jumelles, contrôle les visites aux parloirs. Si bien que le système de contrôle social tend à exclure ses cibles d’institutions normalement accessibles à tout un chacun – Santé, Travail, Famille – et à resserrer toujours plus leur espace de déplacement, tant social que physique, tant virtuel que réel. C’est l’enfer dissimulé (…) de l’exclusion sociale permanente4 que relate ce livre. Ce que l’on comprend rapidement, c’est que les différentes catégories de personnes qui composent le quartier sont atteintes différemment par le système pénal : si les effets directs s’en font ressentir principalement sur les jeunes appartenant aux classes sociales les moins favorisées, les femmes et les classes moyennes ne sont pas pour autant à l’abri de ses répercussions.

5L’ouvrage décrit ensuite la façon dont cette constriction sociale, cette restriction des lieux et des événements auxquels ces jeunes ont accès atteint progressivement l’ensemble de leurs strates relationnelles (chapitre 3). Le jeu du chat et de la souris amène les enquêteurs à adapter leurs méthodes et à intervenir différemment pour les jeunes « en cavale » que pour le commun des citoyens. On se tourne vers ceux que l’on peut trouver, avec une préférence pour les femmes, souvent plus présentes, dont on espère qu’elle « craqueront » plus facilement sous la pression. Mères et petites amies sont au centre d’une stratégie de constitution des preuves judiciaires qui génère de la tension au sein des relations interpersonnelles qu’entretiennent ces jeunes avec leur entourage. Là encore, l’intérêt de l’ouvrage est de détailler et d’analyser ces aspects que l’on juge classiquement périphériques des procédures pénales. Ainsi, à l’occasion de la rencontre policier-proche, le jeune en cavale évalue et réévalue la confiance qu’il accorde à son parent, son ami, sa compagne. Les contacts d’une petite amie avec la police devenant potentiellement la cause d’une rupture ou la cause d’un rapprochement dans leur intimité, selon la signification que l’on accordera à la réaction réelle ou perçue, et ce, nous apprend Alice Goffman, quand bien même la petite amie n’aurait pas gardé le silence face aux policiers. Cela se révèle très clairement dans l’histoire de cette jeune femme qui a dû avouer ce qu’elle savait sur la vente de drogues de son compagnon, alors qu’on la menaçait de lui retirer la garde de son enfant. Quelques mois plus tard, son compagnon adoptait un comportement de déni, niant même avoir jamais dit qu’elle était une « balance » (snitch) et s’énervant chaque fois que quelqu’un osait soutenir le contraire (l’auteur du livre l’a expérimenté). Cette réalité s’étend aux stades ultérieurs d’une procédure pénale, plus particulièrement lors de l’éventuelle incarcération. La femme qui soutient son compagnon en prison peut voir ce dernier revoir l’estime qu’il lui porte, notamment lorsque ses partenaires de jeu ne se montrent pas aussi présents qu’il l’aurait souhaité. 

  • 5 Selon le schéma théorique développé par Erving Goffman dans Asiles.

6Dans la tradition de Michel Foucault qui a, on le sait, lourdement transformé la façon dont on conçoit aux États-Unis la recherche sur l’institution pénale, Alice Goffman décrit le « système », omniprésent, rouages communs de l’organisme écologique du quartier, non pas comme un simple mécanisme « négatif » (intrusif, répressif et dangereux) mais également comme « producteur positif », une ressource, un outil, un allié. Le spectre permanent de la descente de police est un instrument relationnel et personnel, qui permet par exemple : aux filles de policer et de moraliser le comportement des garçons qui leur manquent de respect (une compagne menace celui qu’elle aime de le dénoncer à la police s’il ne rentre pas aux heures imparties) ; à des gens « propres » du quartier d’arrondir leur fins de mois (par exemple en vendant leur urine à des probationnaires « sales ») ; aux jeunes marginaux d’avoir à leur disposition une série de justifications psychologiques de leurs divers échecs et carences personnelles (absence de diplôme et chômage principalement), qui sont attribués en grande partie aux coups portés par la machine, à l’injustice de la justice... La position centrale conférée – bien qu’imposée – à l’institution judiciaire ne se limite pas aux seuls événements impliquant policiers et magistrats. Sa portée est bien plus profonde que cela, rendant nécessaire le recours à des adaptations secondaires5, c’est-à-dire à toutes ces techniques d’adaptation décrites plus haut qui permettent de transformer le système pénal en un outil protéiforme.

7Rien d’étonnant donc à ce que la justice soit la courroie de transmission des signaux communicationnels quotidiens, un espace de représentation publique (chapitre 5) – et Alice Goffman approfondit cet aspect en dressant ce que nous appelons l’analogie entre le premier rang de la salle d’audience et le plan de table des mariés. Si une femme se tient aux côtés de la mère du prévenu, on saura l’importance que ce dernier lui accorde. Les proches et connaissances présents le percevront, mais aussi les potentielles concurrentes, et les gens absents mais rapidement tenus informés de la représentation qui aura eu lieu. Les audiences et autres instants judiciaires doivent être interprétés comme des événements sociaux significatifs lors desquels les préférences et les rejets sont publiquement – quoiqu’implicitement – annoncés. Le rôle non exclusivement pénal joué par l’audience est rendu nécessaire par la rareté des événements qui sont normalement appelés à tenir ce rôle : remises de diplôme, décrochage d’un premier emploi, annonce de fiançailles, célébration de mariage. Cette pénurie rend nécessaire l’utilisation du fait judiciaire, certes marquant, mais qui semblait au regard extérieur exclusivement négatif, comme moyen pour faire connaître au public la place que chacun occupe dans la vie de l’intéressé. La fréquence relativement élevée de ces instants judiciaires renforce les raisons du rôle qu’ils sont amenés à jouer, le caractère hasardeux des contacts avec le système pénal rendant compliquée toute planification de la vie personnelle sur le moyen et le long termes : inscription à l’école ou à l’Université, engagement dans une relation sérieuse, formation professionnelle, ou encore décrochage du permis de conduire. Le tribunal devient le lieu d’un rituel familial irrégulier, à défaut de davantage de rituels familiaux réguliers.

8Les gens « sales » ne sont pas les seuls à être « en cavale ». L’instabilité, l’imprédictibilité, la potentielle violence de la machine, la richesse de leur imagination amènent les gens « propres » à fuir dans la mesure du possible toutes sortes de lieux et de situations (chapitres 6 et 7). Ils limitent les contacts prolongés avec ceux identifiés ou perçus comme délinquants, évitent de traîner dans les rues. On se limite à un signe de la tête en guise de salut, une discussion superficielle avec ceux que l’on connaît tout au plus. L’espace social des trafiquants n’est pas le seul à être rétréci. Tous les individus qui gravitent autour d’eux simplement parce qu’ils les connaissent ou parce qu’ils habitent sur le palier voisin, se trouvent également contraints de conserver les meilleures cartes et de se défausser de celles qui pourraient les pénaliser d’une manière ou d’une autre. C’est à l’échelle du quartier que se mesurent les effets du maillage policier. Montrer patte blanche ne suffit pas, et l’on peut être rapidement sali. Le risque d’être incidemment éclaboussé par les projections des gens stigmatisés comme délinquants impose de délimiter strictement son périmètre de déplacement, comme ce grand-père qui abrite dans sa maison sa fille et ses petits-fils tout en leur interdisant de monter à l’étage, où il vit cloîtré.

9Aussi, le travail ethnographique ramassé dans cet ouvrage constitue-t-il une clé d’interprétation inédite au traitement particulier que le système pénal américain peut réserver aux Afro-Américains. Alice Goffman ne manque d’ailleurs pas de le rappeler en préface de son ouvrage : les Noirs représentent 13 % de la population des États-Unis, mais comptent pour 37 % de la population carcérale. Parmi les jeunes hommes Noirs, un sur neuf est en prison, par rapport à moins de 2 % pour les jeunes hommes blancs. Ces différences raciales sont renforcées par des différences de classes. Ce sont les jeunes hommes Noirs pauvres qui sont envoyés en prison à des taux vraiment stupéfiants : approximativement 60% de ceux qui n’ont pas fini le lycée auront été en prison avant d’avoir 35 ans.

10Cet enjeu a été au cœur de nombreux travaux scientifiques aux USA depuis plusieurs décennies. De Marvin Wolfgang à Bruce Western, de Robert Crutchfield à William Wilbanks, de Robert Sampson à Alfred Blumstein, tous ont essayé de comprendre les causes de cette surincarcération des Noirs aux États-Unis. Comme c’est bien souvent le cas, s’agissant de questions fortement politisées, les interprétations se polarisent. La théorie de la sous-culture de la violence est un bon exemple de cette polarisation dans le champ criminologique. Développée il y a presque cinquante ans par Marvin Wolfgang et Franco Ferracuti, elle peut se résumer ainsi : si certains groupes sociaux, parmi lesquels se trouvent les Noirs, se montrent plus violents que d’autres, c’est qu’ils font partie d’une sous-culture acceptant le recours à la violence à un degré plus important que ne le fait la culture dominante américaine. Cette interprétation a eu une grande influence sur la criminologie américaine. Une simple recherche sur un moteur de recherche académique permet de le vérifier : entre 1968 et 2015, au moins 132 articles parus dans des périodiques comprenaient les termes subculture of violence dans leur titre. Il se trouve également que Marvin Wolfgang était l’auteur le plus cité dans les années 1980, tous journaux américains de criminologie et de justice criminelle confondus.

11À côté de ce courant généralement considéré comme conservateur parmi les académiques, s’est développé un autre corpus théorique beaucoup plus critique vis-à-vis de la surincarcération des Noirs et autres minorités ethniques. Ce courant, qui se montre généralement plus historique et littéraire que quantitatif et empirique, repose sur quelques ouvrages-clés : The New Jim Crow de Michelle Alexander ; From Slavery to Mass Incarceration de Loïc Wacquant, ou encore Mass Imprisonment: Social Causes and Consequences de David Garland. Selon les deux premiers, l’incarcération de masse que connaissent actuellement les Noirs aux États-Unis serait le prolongement lointain de l’esclavage, et plus récemment du système de ségrégation issu des lois Jim Crow et aboli définitivement dans le courant des années 1960 suite au mouvement des Droits Civils. Ce schéma théorique permettrait ainsi d’expliquer pourquoi le système pénal atteint davantage les Noirs que n’importe quel autre groupe de la population américaine. Cela permettrait de comprendre pourquoi d’autres minorités ethniques qui sont pourtant sur de nombreux autres aspects dans des situations similaires, telles que les Latinos, sont arrêtées et incarcérées à des taux beaucoup moins importants que ne le sont les Noirs américains.

12Alice Goffman affiche très clairement son intention de s’inscrire dans ce dernier courant. Une simple lecture de sa bibliographie permet de s’en convaincre. Partant du problème du haut niveau de violence – et non du passé esclavagiste – elle évite toutefois de réduire cette situation au problème racial. Ainsi, elle fait siennes des critiques adressées à l’ouvrage de Michelle Alexander, en soulignant que les hauts niveaux d’incarcération sont largement limités aux hommes Noirs pauvres et à leurs communautés, de même qu’à de nombreux hommes Blancs et Latinos pauvres comme eux (103).

13L’auteur se retrouve ainsi dans une situation méthodologique difficile qui affecte l’ensemble de la sociologie de l’institution pénale états-unienne et qui fait suite à la volonté de la Critical Theory de s’affranchir du réductionnisme économique dans l’héritage de l’orthodoxie marxiste. Certes, c’est un lieu commun d’affirmer que la « classe sociale » ne peut pas être le seul élément à l’origine des rapports de force qui produisent la justice criminelle (les formes du crime et les formes de la réponse). Mais comment articuler précisément, autour d’une problématique telle que celle que se pose Alice Goffman, l’interaction entre race et classe sans laisser l’un dévorer l’autre ? C’est un problème auquel il est difficile aujourd’hui de trouver une réponse académique consensuelle, et la récente vague d’émotion et d’indignation causée aux États-Unis par les affaires Michael Brown et autres illustrent à nouveau la difficulté d’approcher ces questions avec la froideur durkheimienne qu’elles méritent.

Haut de page

Notes

1 Fille du célèbre sociologue de l’asile et de la stigmatisation, Erving Goffman.

2 Préface, XIV.

3 The Growth of Incarceration in the United States: Exploring Causes and Consequences, National Academies Press, 2014.

4 Pour reprendre l’expression de Michelle Alexander, in The New Jim Crow, Mass Incarceration in the Age of Colorblindness, 2012, 13. Cette traduction et les suivantes sont les nôtres.

5 Selon le schéma théorique développé par Erving Goffman dans Asiles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Larregue, « Alice Goffman, On the Run. Fugitive Life in an American City », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XII | 2015, mis en ligne le 19 mai 2015, consulté le 26 septembre 2016. URL : http://champpenal.revues.org/9047

Haut de page

Auteur

Julien Larregue

Doctorant, Université d’Aix-Marseille / Senior Research Assistant, University of Chicago. Contact : julien.larregue@etu.univ-amu.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org