Navigation – Plan du site
Lectures

Stephen Farrall, Ben Hunter, Gilly Sharpe, Adam Calverley, Criminal careers in transition; The social context of Desistance from crime

Clarendon studies in criminology, Oxford University Press, 2014, 352 pages
Valérian Benazeth
Référence(s) :

Stephen Farrall, Ben Hunter, Gilly Sharpe, Adam Calverley, 2014, Criminal careers in transition; The social context of Desistance from crime, Clarendon studies in criminology, Oxford University Press, 2014, 352 pages, ISBN : 978-0-19-968215-7

Texte intégral

1Le récent intérêt français pour les recherches qui s’attardent sur les processus et carrières de sortie de délinquance, communément dénommés désistance outre-Manche et outre-Atlantique apparaît d’autant plus opportun que les cadres théoriques dominants (théorie rationnelle du crime, « fenêtre brisée » et prévention situationnelle) comme les politiques publiques qu’ils plébiscitent (développement des équipements de télésurveillance, peines plancher) ont montré les limites de leur application. Aussi, se pencher sur les apports d’une approche renouvelée de la prévention de la délinquance constitue, à partir d’une importante recherche américaine et britannique, un enjeu de connaissance majeur.

2L’ouvrage en question s’est donné pour ambition de rendre compte d’une recherche robuste et méticuleuse, capable de produire des connaissances nouvelles et convaincantes au sujet des mécanismes de sorties de délinquances. Après avoir effectué une synthèse des principaux apports théoriques existants sur le sujet, et reconnu qu’une définition vague de la désistance restait perfectible, les auteurs formulent ensuite un cahier des charges optimal pour mener à bien une enquête sur ce thème. C’est d’ailleurs dans cet esprit qu’ils détaillent leur méthodologie et en illustrent les résultats et limites. Il s’agit d’une enquête qualitative longitudinale qui s’inscrit dans une approche interactionniste tel que son intitulé centré sur les carrières de sorties de la délinquance le laisse entendre. Elle a démarré en 1997, s’est déroulée en 5 vagues d’entretiens jusqu’en 2013, et a permis de suivre 199 personnes toutes engagées dans une trajectoire de sortie mais à des stades différents. Le corpus des interviewés a mêlé hommes (173) et femmes (26), de différentes tranches d’âge de 17 à 35 ans, les origines ethniques et les types de faits reprochés ont été variés afin de veiller à la validité de l’échantillonnage.

  • 1 Tous les passages en italiques sont des traductions personnelles qui demeurent perfectibles.

3Une difficulté méthodologique spécifique a résidé dans la capacité de ses initiateurs à retracer, recontacter et interroger de nouveau les enquêtés afin de conserver un seuil d’attrition, le taux de perte entre les interrogés au début de l’enquête et ceux retrouvés à son terme, inférieur à 50% de l’échantillon de base. L’attrition est le talon d’Achille des recherches longitudinales1 (p. 24) reconnaissent-ils. Le défi a été relevé avec 53% des enquêtés retrouvés et interrogés de nouveau à la cinquième vague. La passation des entretiens durait entre 1h et 1h30 et les interrogés étaient motivés par une compensation de 20 £. Les questions portaient sur les moments où ils sont passés à deux doigts de replonger, l’état de leurs sentiments avant et après, leur désir et capacité à sortir de l’engrenage, l’expérience de la probation, leur rapport à la citoyenneté… Les auteurs ont ainsi contribué à renforcer des pistes défrichées sur la désistance telles que l’influence des lieux, de l’espace et du temps sur les sorties, une évaluation de l’impact à long terme de la probation sur la désistance, et d’autres moins connues telles les changements émotionnels contingents au processus de sortie, la relation entre victimisation et désistance ou encore la construction et l’appropriation d’une identité citoyenne lors de la sortie.

I. Une méthodologie adaptée pour cerner le processus de désistance

  • 2 Shover N., Thompson C. Y., 1992, Age, differential expectations and crime desistance, Criminology, (...)
  • 3 Gottfredson M.R., Hirschi T., 1990, A general theory of crime, Stanford, California, Stanford Unive (...)
  • 4 Glueck S., Glueck E., 1950, Unravelling Juvenile Delinquency, Commonwealth Fund, New York.
  • 5 Sampson R.J., Laub J.H., 1993, Crime in the making: Pathways and turning points through life, Cambr (...)

4 Les présupposés théoriques des auteurs de l’enquête sur les phénomènes de désistance se situent à l’intersection de deux modèles classiques, le choix rationnel et les prédispositions cognitives individuelles d’une part, et l’influence du contexte social de l’autre, dans une optique qui les dépasse en les entremêlant. Les théories recouvrant les principales explications du phénomène de désistance, celles plus inspirées du choix rationnel (Shover, Thompson, 19922) ou celles centrées sur les prédispositions cognitives individuelles (Gottfredson, Hirschi, 19903) concourent à faire ressortir l’importance de la réorganisation individuelle, d’un changement si ce n’est impulsé, du moins principalement opéré par l’individu. Sans nier ses apports tout en les infléchissant, se situe un autre angle développé par les Glueck (1950)4 et poursuivi par Sampson et Laub (1993)5 qui se focalise sur l’influence du contexte social dans la survenue des actes de délinquance. Les « institutions » comme la famille, l’école, le travail, le mariage, les réseaux de proximité, participent d’un contrôle social informel à l’impact déterminant sur le comportement délinquant des individus. Des changements inhérents à la prise d’âge et à des contrôles différenciés de ces institutions vont influencer la délinquance des individus.

5 Le principe de construction de l’enquête présenté dans cet ouvrage est basé sur un examen minutieux des forces et faiblesses de neuf autres enquêtes sur la désistance qui développent ces différents axes théoriques (Sampson-Laub ; Farrington-West ; Giordano et al. ; Burnett ; Leibrich ; Graham-Bowling ; Maruna ; Bottoms-Shapland ; Shover). Examen à partir duquel ils échafaudent un cadre optimisé qui réunirait l’essentiel des points repérés comme méthodologiquement forts dans l’étude du processus de désistance. Les exigences d’une enquête longitudinale sont soulignées afin de retranscrire les caractéristiques d’un changement tel qu’une sortie de délinquance selon eux. Ce qui fait de l’enquête qualitative longitudinale un synonyme de l’étude du changement (p. 71). Un large panel d’activités et de carrières délinquantes est par ailleurs justifié afin de récolter des données quantitatives et qualitatives capables d’être croisées avec d’autres sources de confrontations, comme l’autorité judiciaire, les voisins, les amis proches, la famille des sujets enquêtés. Les chercheurs plaident pour une adaptation au type d’infractions et de carrières qui en découlent en contrôlant surtout le moment où le pic d’infractions pour ce type de délinquance est déjà passé. Il s’agissait pour eux de ne pas sous-estimer une partie du parcours par effet d’âge. Ils s’obligent par ailleurs à ne pas choisir les cas selon la variable dépendante, c’est-à-dire s’intéresser seulement à ceux qui semblent présenter un « intérêt particulier » comme d’avoir réussi à sortir de la délinquance et de ne pas avoir d’autres condamnations pendant au moins 10 ans.

II. Impasses et contradictions de l’analyse des sorties de la délinquance

  • 6 Lofland J., 1969, Deviance and Identity, Englewood Cliffs (NJ), Prentice Hall.

6 La volonté des auteurs a été de formuler clairement un cadre de synthèse ; plutôt que de se borner à déterminer la part de l’influence du niveau micro et macro, ou l’opposition individu et structure, ils ont tenté de restituer la complémentarité et l’articulation de ces différentes échelles. Il n’est pas sûr qu’ils aient entièrement gagné leur pari. Quoi qu’il en soit, des pistes parallèles prometteuses ont été explorées et testées. Ils montrent comment la désistance constitue un changement observable dans les deux dimensions, temps et espace. En effet, une partie du remodelage propre au processus de désistance se jouerait dans le changement de fréquentation et de représentation des lieux et des espaces Les lieux sont d’importants générateurs d’actions, et pas seulement des endroits dans lesquels elles sont accomplies (p. 179). Le parcours n’est ni immédiat, ni à sens unique, mais parsemé d’à-coups et de zigzags. En tant que telle, la désistance n’est pas simplement ne plus transgresser, c’est aussi adopter différentes routines qui amènent les individus en des lieux très différents du temps où ils commettaient des actes de délinquances (p. 160). À ce titre, nombre de personnes sortant de délinquance citent leur réorientation vers la sphère domestique, leur enfant et le travail. Un nouveau cadre et les sociabilités différentes qu’il suppose se dessinent progressivement. Certains sortants se mettent à investir l’école, l’éducation et le suivi des enfants, respecter un rythme de travail, ou encore formuler la décision de s’isoler principalement chez eux afin d’éviter un risque de récidive tout à fait conscient et lié au contact de lieux et de certaines personnes jouant un rôle de « forgeurs de déviance », concept emprunté à Lofland6 (deviant smith et son pendant, normal smith).

7 De tels acteurs sont dénommés des « forgeurs de normalité » (p. 63) (avec leurs adversaires symboliques ceux qui imputent des déviances sur les acteurs sociaux, identifiés comme « forgeurs de déviance »). Une figure comme l’autre confortent l’idée que l’individu peut changer, mais la première ancre et oriente l’identité du justiciable vers la conventionalité tandis que la seconde insiste, renforce et renvoie l’individu à son penchant déviant. Leur influence et leur regard demeurent ainsi perçus comme cruciaux dans le façonnement, l’évolution ou la stagnation de l’identité de l’auteur d’actes de délinquance. Sur ces bases, les chercheurs tentent d’éprouver la validité de pistes innovantes sur la désistance. Le premier concerne le lien supposé entre désistance et victimisation ; le second la perception du lien individu et société et le dernier le rapport entre désistance et émotion.

III. Quelles leçons et bilans tirer de l’enquête ?

8 Les auteurs ont surtout mis au jour des sorties différenciées et un effet retard de l’impact de la probation. Au titre des premiers résultats forts, une conclusion se dégage : il n’existe pas un modèle dominant mais une multitude de schémas de sortie. Ces derniers demeurent le plus souvent influencés par le type d’acte commis et la carrière délinquante poursuivie. Mais les auteurs ont néanmoins annoncé que plutôt que d’essayer d’identifier des styles de carrières délinquantes, nous nous sommes efforcés d’identifier des styles de désistance fondés sur le type d’infractions que chaque groupe avait principalement commis (p. 120). Ainsi, ils montrent comment nombre de toxicomanes, condamnés et suivis pour des faits d’usages et de trafic de stupéfiants, échafaudent une perspective de sortie en s’investissant dans l’aide à la désintoxication. Ils vont trouver utilité et débouché en tant que « conseiller en addiction », valorisant leur savoir-faire et leur propre parcours pour devenir le relais d’autres personnes connaissant la même problématique.

9Il en va ainsi également pour d’autres types de délits (même s’ils semblent moins déterminants que les parcours d’addiction) qui participent à structurer le sentier que le désistant va arpenter au cours de sa sortie. Nombre d’entre eux voient dans l’implication pour la réinsertion, un moyen de réécrire de façon cohérente leur histoire et parcours vers leur nouvelle identité assumée. Dans cet esprit, le volet « retour et évaluation de l’effet de la probation » est des plus instructifs également. Si de prime abord, en surface et avec un recul limité, les effets de la probation ne sont pas saillants, les propriétés de capture de l’étude qualitative longitudinale font ressortir les processus latents et profonds de changement instillés tant dans les valeurs que dans les modes de gestion réflexive des situations de conflit, d’inconfort, de friction ou de remise en question. La métaphore employée par les auteurs est celle d’une graine plantée qui n’éclot qu’avec un retardement significatif. Les idées, techniques et mode de pensées qui concourent à un changement d’attitude et qui rendent possible la désistance sont « conservés » jusqu’au moment donné où il deviendra possible d’y accéder, quand d’autres processus qui soutiennent le changement feront surface (p. 143).

  • 7 Pour Lofland, certains agents du contrôle social étaient fréquemment des « forgeurs de déviance » ( (...)

10La question n’est cependant pas tranchée de savoir dans quelle mesure l’individu opère à lui seul cette mise en œuvre décalée ou si c’est également dû à la volonté de la personne qui a planté le germe. À tout le moins, les ressorts qui renforcent le transfert (de capitaux, de valeurs, d’estime de soi…) pertinent de l’agent de probation au probationnaire sont mis en exergue et avérés, d’après les auteurs. D’autant que l’aide pratique et les conseils concrets prodigués sont soulignés et plébiscités a posteriori par les probationnaires. Elle a pu prendre par exemple la forme d’une aide directe d’un agent de probation pour obtenir des prestations sociales au bénéfice d’un probationnaire ou encore une réduction significative d’une amende de 700 à 200 £. En reprenant la catégorisation de Lofland, les agents de probation peuvent donc s’avérer des « normal smiths » (forgeurs de normalité) et moteur d’un changement d’identité positive mais, plus crucial encore, ils peuvent s’évertuer à éviter l’écueil souvent relevé par les chercheurs de se retrouver à devenir forgeur de déviance7.

IV. De l’émotion à la victimisation : des pistes innovantes

11Au chapitre des pistes nouvelles défrichées et attestées par la présente recherche, celle des transformations émotionnelles est ouverte. En effet, les émotions traduisent et informent les schémas de sortie. L’enquête a repéré 4 phases notables : Les premiers espoirs (précoces), ils concernent les individus engagés depuis quelques mois et jusqu’à un an environ dans une trajectoire de sortie et se caractérisent par un sentiment de culpabilité et de honte, couplé à une lourde incertitude sur son devenir. Une volonté tangible de changer commence cependant à transparaître. Les débuts d’une réelle distanciation se manifestent à l’orée de la deuxième et jusqu’à la quatrième année sans infraction. La part de doute s’estompe et une certaine fierté se dégage de la transformation accomplie qui se reflète et s’entretient dans et par le regard d’autrui. Une frustration animée par des obstacles structurels (le casier et des antécédents judiciaires, des incompatibilités ou préjugés persistants) à l’accomplissement final de ce changement reste perceptible à ce moment. L’acceptation initiée est entamée après 4 à 8 ans de parcours hors de la délinquance, dont ressort une humeur générale de satisfaction marquée par moins de regrets sur son passé, un ancrage dans des aspirations plus spécifiques (sur des objectifs identifiés comme des vacances, l’éducation des enfants, la stabilité financière). Régulièrement, ces éléments d’estime sont entérinés par des étapes singulières et marquantes (une cérémonie de remise de diplôme par exemple). Un sentiment émergent de confiance et d’appartenance se fait ressentir. L’acceptation accomplie, située entre 10 et 13 ans après la période de délinquance, elle, renvoie l’ancien moi à une partie désormais incompatible avec l’identité actuelle. Plusieurs indicateurs de responsabilité sociale sont acquis (s’acquitter de l’impôt, voter, s’impliquer dans l’éducation des enfants et occuper un emploi). Le sentiment de fierté a opéré un transfert et ne découle plus du fait de ne plus être impliqué dans la délinquance mais de celui d’atteindre des objectifs conventionnels d’accomplissement (fonder un foyer, payer son loyer, construire une carrière, veiller à sa santé).

12Ces changements se répercutent sur le profil de victimisation qui ressort tant comme un moteur qu’un marqueur de sortie. Les sortants de délinquance avérés étaient plus enclins que les persistants ou sortants récents soit à avoir évité la victimisation complètement ou d’avoir été victime d’un étranger plutôt que d’une connaissance (p. 228). Dans certains cas, il existe en effet un lien direct avec certains pics de victimisation subis par le sortant de délinquance ou une gravité de la victimisation qui aura contribué à motiver ou conforter une sortie. De même que régulièrement, une évolution repérable consiste à connaître d’abord une certaine augmentation des cas de victimisation au début de la sortie pour ensuite connaître une décroissance avérée des risques et cas de victimisation une fois la désistance confirmée. Les auteurs schématisent ce parcours du rapport désistance et victimisation en 3 profils d’étapes. Chez le persistant ; on observe un seuil élevé de victimisation par les occasions et fréquentations maintenues dans le cadre d’activités délinquantes. Chez le sortant de délinquance précoce ; une légère augmentation fréquente de la victimisation par incompréhension, un ressentiment possible des membres de l’ancien groupe demeuré ancré dans la délinquance qui cible plus particulièrement le désistant. Chez le sortant de délinquance confirmé, qui a entrepris un travail d’éloignement et de distanciation vis-à-vis des réactions, situations et des fréquentations susceptibles de lui causer préjudice, s’observe un renouveau qui se traduit par un arrêt de la fréquentation de certains cercles, lieux et occasions, l’éloignement physique et la construction de nouveaux modèles de penser et d’agir (très éloignés d’avec les anciens modes de faire et les relations qui vont avec).

  • 8 Warr, M., 2002, Companions in Crime: the Social Aspect of Criminal Conducts, Cambridge, Cambridge U (...)

13Ceci confirme et connecte le processus avec les théories de l’affiliation développées par les recherches de M. Warr8. Leur capacité à s’extraire de relations potentiellement nuisibles semble être instrumentale dans l’explication de la moindre victimisation des sortants de délinquance. Ces modifications ont elles-mêmes des répercussions sur les schémas cognitifs de l’individu et notamment dans la redéfinition de son positionnement à la collectivité et à l’État. En effet, la désistance semble rendre l’individu et son environnement plus poreux à l’appropriation, la pénétration et l’acculturation de valeurs et pratiques citoyennes, pro-sociales. Ce mouvement se traduit par l’endossement d’un rôle nouveau qui implique de tenir des attitudes jusqu’ici restées étrangères. Des personnes anciennement versées dans la délinquance, hostiles à l’idée de « collectivité » et la figure de l’État vont s’impliquer dans les cercles de parents d’élèves, se rapprocher de leurs prérogatives citoyennes comme le vote, encouragées par des groupes d’autres citoyens impliqués dans les associations de quartier qu’elles fréquentent désormais. Un changement dans l‘opinion et les intentions projetées sur le gouvernement national ainsi que la gouvernance locale est ainsi perceptible et capté par les questions de l’enquête L’expérience de vie citoyenne des persistants était caractérisée par un sentiment d’isolement et de déconnexion de leur communauté locale. Leurs récits connotaient une posture de ‘moi contre le reste du monde’ et leur relation à l’État pourrait être catégorisée d’antagoniste (p. 255).

14En définitive, le terme « dérive », traduit du drift de Matza, est cité pour expliquer comment les individus passent d’une implication dans la délinquance à une porte de sortie vers une vie conventionnelle. Il synthétise le processus que sont venus éclairer ces auteurs d’une enquête au long cours Ils oscillent entre une adhésion aux codes moraux conventionnels et une sous-culture délinquante (p. 64). C’est bien là ce que détaille le travail commun de ces chercheurs. Ils en ont étayé et affiné la métaphore en reposant les problématiques principales de l’approche sur la focalisation des sorties. En développant plusieurs angles transversaux pour les étudier, ils ont contribué à mieux les cerner sans pour autant prétendre épuiser l’enjeu d’une définition achevée ou d’une explication globale de la notion. Néanmoins, certaines limites et possibilités de prolongement sont à souligner. On peut ainsi se demander si un échantillon plus représentatif des sous-groupes culturels et identitaires sélectionnés, ainsi que des différences dans les « parcours de sortie » ne constitueraient pas un complément enrichissant de cette enquête. De même qu’il est probable que la démarche soit assez restreinte au cadre des street crimes.

15Dès lors, essayer d’appliquer la méthode à des formes plus feutrées de délinquances, telles que la délinquance financière et fiscale par exemple, marquerait un exercice significatif pour tester sa validité. En outre, une exploration par les proches, le voisinage… des motivations des témoins ayant refusé de prendre part à l’enquête pourrait également soulever des pistes inattendues sur les éventuelles motivations de celles et ceux qui ont voulu précisément jouer les cobayes de longue haleine. Car, reste pendant, l’enjeu de la motivation pécuniaire, dont on pourra toujours soupçonner qu’elle a pu quelque peu biaiser la récolte des données parmi certains enquêtés. On pourra également questionner l’effet de forgeur de conventionalité des chercheurs eux-mêmes sur la désistance. En se souciant méticuleusement de savoir qui se « range », dans quelle temporalité et selon quels ressorts et finalités, il faut avoir conscience du possible risque d’un cadrage du regard des enquêtés et de leur environnement proche vers le bien-fondé de la renonciation à l’agir criminel (qu’il resterait à démontrer sans jugement de valeur) de sorte à endosser l’habit du citoyen lambda présumé incarner la normalité d’une vie « conventionnelle ». Le terme lui-même, « conventionnel », amplement usité et souvent considéré comme neutre dans le contexte anglo-saxon reste à désamorcer dans le contexte français dans la mesure où il y est reçu comme beaucoup plus polysémique. Peut-être l’emploi d’une périphrase : en revenir à un style de vie « conventionnel », perçu comme tel par une majorité de la population, permettrait-il d’atténuer cet effet. À tout le moins, cette synthèse de nombreux travaux empiriques porte l’intérêt de condenser les apports de plusieurs méthodologies et de stimuler la réflexion et la réalisation de nouvelles études sur la désistance. Elle remplit à ce titre un rôle indéniable d’aiguillon pour les recherches à venir sur le sujet.

Haut de page

Notes

1 Tous les passages en italiques sont des traductions personnelles qui demeurent perfectibles.

2 Shover N., Thompson C. Y., 1992, Age, differential expectations and crime desistance, Criminology, 30, 89-104.

3 Gottfredson M.R., Hirschi T., 1990, A general theory of crime, Stanford, California, Stanford University Press.

4 Glueck S., Glueck E., 1950, Unravelling Juvenile Delinquency, Commonwealth Fund, New York.

5 Sampson R.J., Laub J.H., 1993, Crime in the making: Pathways and turning points through life, Cambridge Massachusetts, London England, Harvard University Press.

6 Lofland J., 1969, Deviance and Identity, Englewood Cliffs (NJ), Prentice Hall.

7 Pour Lofland, certains agents du contrôle social étaient fréquemment des « forgeurs de déviance » (1969, 228-229), 152.

8 Warr, M., 2002, Companions in Crime: the Social Aspect of Criminal Conducts, Cambridge, Cambridge University Press.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9180/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérian Benazeth, « Stephen Farrall, Ben Hunter, Gilly Sharpe, Adam Calverley, Criminal careers in transition; The social context of Desistance from crime », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XII | 2015, mis en ligne le 27 octobre 2015, consulté le 28 mai 2016. URL : http://champpenal.revues.org/9180

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org