Navigation – Plan du site
Lectures

Fabien Jobard, Jacques de Maillard, Sociologie de la police. Politiques, organisations, réformes

Paris, A. Colin, 2015, 298 pages
Frédéric Ocqueteau
Référence(s) :

Fabien Jobard, Jacques de Maillard, Sociologie de la police. Politiques, organisations, réformes, Paris, A. Colin, 2015, 298 pages, ISBN : 978-2200603502

Texte intégral

  • 1 Pour une tentative provisoire de théorisation plus audacieuse par l’un des auteurs, voir F. Jobard, (...)

1Cet ouvrage de sociologie politique offre en huit chapitres une solide synthèse des connaissances acquises et raisonnées depuis une vingtaine d’années au sujet de la police. Privilégiant un angle d’attaque de moyenne portée orchestré autour des logiques de gouvernement d’une institution plurielle saisie en ses sommets comme à sa base et dans son environnement, l’ouvrage ouvre largement l’analyse de l’action policière à la comparaison internationale. Cette heureuse démarche conduit à faire tomber un nombre considérable de tabous et de préjugés hexagonaux des plus enracinés, au risque cependant de rendre plus délicate la possibilité même d’une théorisation définitive de la police sur le plan de ses dimensions constitutives1. C’est que, pour les auteurs comptant parmi les bons spécialistes de ce domaine, le temps est venu de ne plus laisser les sciences sociales s’enfermer dans l’explication du seul « modèle national français » à l’aune duquel on évaluerait les autres. Ce qu’attestent les quelques 630 références bibliographiques mobilisées dont seules 210 concernent le « système français ». En dehors de l’analyse d’une institution rapidement contextualisée dans les aléas de la longue durée de l’histoire sociale - le droit positif étant délibérément laissé de côté - le dialogue des deux socio-politistes s’engage principalement avec quatre sous-disciplines sociologiques, la sociologie des professions, des organisations, du droit, de l’insécurité et de la délinquance.

I - Des mérites de la comparaison internationale entre théorisation et empirie

2Le chapitre historique de l’introduction montre la lente et difficile adéquation d’une institution prétendument régalienne à un territoire national, puisqu’elle naît bien souvent d’une demande d’élites municipales urbaines bien plutôt que de s’identifier au périmètre d’un État central en surplomb déjà là. Dans le même temps, et ce n’est pas un paradoxe, on a affaire à une institution dont les dirigeants s’émancipent des frontières de l’État pour défendre un savoir de la mise en ordre du monde bien plus large. Ces tendances sont détectables tant à la fin du XIXe (par la circulation internationale des savoirs) qu’au début du XXIe (par les effets de la multilatéralisation et de l’internationalisation de l’action sécuritaire). À partir de cette entrée, deux dimensions structurent l’ossature de l’ouvrage. Trois chapitres embrassent l’ensemble des facettes de l’autonomie de l’action policière, trois autres examinent et discutent la portée concrète des transformations actuelles du policing au vu des incessantes réformes qui les accompagnent à travers le monde. S’inspirant largement de certains travaux américains précurseurs et de ceux du Français Dominique Monjardet et du Canadien Jean-Paul Brodeur, les auteurs dépeignent non seulement des organisations hiérarchisées, bureaucratisées et professionnalisées, mais surtout des organisations fragmentées, voire concurrentielles dans la recherche de leur nécessaire autonomie d’action (ou discrétionnarité) face aux situations rencontrées pour résoudre des défis perpétuels. Le pouvoir politique n’est pas dépossédé de sa volonté d’instrumentaliser les organisations policières car il monopolise toujours le clavier de l’allocation des ressources budgétaires, du pouvoir d’orientation des politiques et de nomination de leurs élites pour les mettre en œuvre. Au sujet de la tension classique qui consiste alors à déterminer, cas d’école, si les organisations policières sont plutôt instrumentées par le pouvoir politique ou plutôt résistantes afin de préserver leur propre insularité, l’examen de la littérature internationale interdit aux auteurs de trancher véritablement une question à leur yeux indécidable ou mitigée. La métaphore du « chèque en gris » de Brodeur, opportunément convoquée pour justifier leur indécision assumée, leur permet simplement cette montée à l’universel : gouverner la police revient à inciter, sans jamais préciser (p. 68), ce qui équivaut peut-être à pérenniser, sinon à justifier un art d’exercer un pouvoir politique et policier toujours gagnant : le politique peut toujours se retrancher derrière les modalités de l’exécution, et le policier derrière le commandement donné par l’autorité légitime. Mais l’important n’est peut-être pas dans ce point de fixation, car il existe surtout et partout d’autres mécanismes de « contrôle » concurrentiels dans l’art d’exécuter les missions, dont la recherche actuelle tente d’évaluer les impacts pour échapper à l’indécidabilité de trancher du rapport instrumentalité/ insularité. L’attention de la recherche se déplace sur l’objectivation des mécanismes endogènes du contrôle ou de la régulation de l’exécution des politiques par les hiérarchies de commandement, mais également sur le sens de la forte syndicalisation catégorielle et la propension des syndicats à paralyser, réorienter, voire à suggérer des pistes aux agendas politiques réformateurs. Qui s’appesantit sur l’importance des régulations endogènes de la pratique se soucie nécessairement de la gestion interne et externe des « déviances policières » (chapitre 5). Le développement sociologique dédié à ce tropisme est ainsi posé : pourquoi l’activité de la police, souillée par les milieux qu’elle combat, les moyens qu’elle emploie et le mystère qu’elle suscite (p. 141) a-t-elle produit autant de littérature ? À cette question, s’impose une réponse engagée : la sociologie critique (américaine et française notamment) a trouvé là un terrain d’élection majeur à la mesure de son rôle d’éclaireuse des citoyens atteints dans leurs libertés fondamentales par les « violences policières ». Ce qui n’empêche pas cette sociologie d’accomplir son travail de dévoilement en se montrant compréhensive au sens weberien du terme, à partir notamment d’un examen serré de trois terrains d’élection majeurs : l’orientation de la police vers la corruption et la discrimination et la violence illégitimes (expliquées par les ratés de l’éducation de ses agents au discernement et à la retenue). Ces tendances semblent globalement pouvoir être expliquées comme un trait constitutif de la singularité du rapport des institutions policières avec l’ordre de la loi (et notamment de l’increvable « force doit rester à la loi »), à quoi on pourrait tout aussi bien ajouter la conséquence inévitable des dérapages liés au « chèque en gris » de leur mandat implicite.

3De même (chapitre 3), le diagnostic de la comparaison internationale au sujet des métiers de police travaillés par leur ouverture aux minorités ethniques et à une certaine féminisation ne permet-il pas aux auteurs de conclure à une remise en cause radicale d’une ‘culture professionnelle’ (et de ses sous-cultures) restant largement dominée par un socle de croyances viriles lié à la défense de la loi et à l’ordre. Mais, ce culturalisme ne peut pas être, à juste titre, la variable ‘explicative’ ultime caractérisant toutes les polices du monde. L’ouvrage montre pourquoi, sinon à être récusée, elle doit du moins être fortement relativisée au profit d’une compréhension beaucoup plus ouverte des mécanismes pluriels de la socialisation des policiers dans des contextes sociétaux en mutation.

4À ce sujet, les auteurs s’attardent sur ce qu’ont apporté trente ans de travaux internationaux dédiés à l’impact des politiques de sécurité alternatives au strict modèle professionnel de la loi et de l’ordre, dont la plus célèbre d’entre elles, le community policing. Le chapitre 6 dédié à la police de communauté la définit comme reposant sur une implication accrue de la population dans la définition des problèmes de la délinquance et dans les activités de la police pour prévenir et agir contre la délinquance (p. 179). On sait que l’objectif recherché, rapidement diffusé sur la planète, fut une tentative de remédier aux dégâts engendrés par un sévère dérèglement de la relation de confiance de la population envers les effets pervers du modèle professionnel antérieur qui l’a conduite à s’en éloigner toujours plus. Le succès attractif de ce « mouvement » plastique et mou fut à la hauteur du caractère vague de son objectif de rapprochement des populations pour rassurer les citoyens insécurisés, par la prévention et une démonstration de son propre désenclavement géographique, temporel et identitaire. Les auteurs dressent un bilan très tranché des recherches optimistes ou carrément sceptiques au sujet de cette nouvelle politique de recentrage. Ils montrent surtout les difficultés d’en évaluer les expériences dont les effets positifs attendus dépendent largement des conditions de mise en œuvre des programmes. Se jouent derrière l’enjeu de cette police réformée des questions toujours d’actualité de restauration de la confiance et de l’équité dans la compréhension des rapports qu’entretient la police avec certaines fractions de populations insécures.

5S’agissant de la lutte contre le crime, le chapitre 7 s’attarde plutôt sur la palette de l’ensemble des techniques actuellement disponibles, passant en revue ses registres émergents, qui vont du durcissement des réponses par la para-militarisation des forces, en passant par le renversement de perspective d’une police guidée par le savoir, d’approches par l’orientation aux problèmes ou bien encore par celles de l’utilisation du renseignement dans tous les domaines. Enfin, au chapitre 8, est abordée la question de la « multilatéralisation des polices », qui embrasse la manière dont de nombreux paradigmes novateurs s’efforcent de penser leurs assemblages supra-étatiques et coordinations infra-étatiques avec de nouvelles forces civiles (par mobilisations citoyennes) ou par un enrôlement des ressources des marchés de la sécurité privée.

II - De la nécessité d’une nouvelle typologie des activités policières et des limites de la proposition

6Dans le morceau de bravoure indiscutablement le plus personnel et novateur de l’ouvrage (chapitre 4) qui aurait sans doute mérité d’apparaître en conclusion, les auteurs proposent une nouvelle typologie fonctionnelle du policing censée être plus en phase avec le monde des activités productrices de sécurité, eu égard aux mutations économiques et managériales contemporaines affectant les États d’aujourd’hui. C’est à la fois une proposition courageuse et audacieuse à mettre au crédit de l’ouvrage, d’autant qu’elle est le seul point d’accroche permettant la discussion. Les auteurs proposent d’abord de complexifier la célèbre « trilogie fonctionnelle » (sic) du sociologue Dominique Monjardet qui avait distingué dans les années 1990, un ordonnancement autour de la police de défense du régime (1), de la police criminelle (2) et du sommeil ou de tranquillité publique (3), au profit d’une quadripartition estimée plus en phase avec le monde et justifiée de la sorte : police de tranquillité publique (=3), police d’investigation (=2), police de l’information (hybride de 1 + 2), et police des foules (hybride de 1 + 3). La dernière composante résulterait d’une nouvelle modalité de gestion policière de désordres de grande ampleur liés à la présence de rassemblements festifs ou protestataires, via le transfert de forces armées vers les forces de police (133). Or, de notre point de vue, il n’est pas sûr qu’elle soit plus heuristique et appelée à la fortune, car il nous semble qu’elle se trompe largement de cible et d’assise.

7D’abord, contrairement à ce qui est affirmé, la tripartition de Monjardet n’était pas uniquement fonctionnaliste, car jamais ce sociologue ne s’autorisa à décrire des fonctions indépendamment des organes. Trop conscient de l’emprise biséculaire du droit de l’État français dont les publicistes avaient pris l’habitude de distinguer les fonctions policières en deux entités, - police administrative (polices 1 et 3 relevant du maire et du préfet, le second ayant historiquement détrôné l’autorité du premier dans la consécration du modèle professionnel de police étatisée d’après-guerre), et police judiciaire (police 2 relevant de l’autorité judiciaire), ce sociologue ne raisonnait pas dans un autre cadre que celui de l’État-nation. On pouvait certainement lui reprocher sa cécité à l’égard du réveil des polices municipales ou de la figure du maire redevenant un acteur majeur de l’échiquier de la sécurité publique, mais certainement pas sa difficulté d’accéder à la « haute police », autrement dit, aux polices du renseignement de protection des institutions, d’ailleurs toujours assez inaccessibles à la recherche empirique.

8Tout autre est la démarche produite par la quadripartition proposée qui tente de raisonner d’une manière plus universaliste en inversant de facto la démarche précédente. Ce serait en effet la récurrence des fonctions assignées aux forces plurielles (tranquillité ; investigation criminelle ; information et gestion des foules) qui détermineraient, comme pour ainsi dire par déduction, les organes hybrides qui les serviraient. Une option qui emporterait alors des conséquences redoutables, moins sur le plan de l’efficacité politique concrète que de l’impossibilité de s’entendre sur un cadre d’analyse commun. Car on comprendrait assez vite comment « l’état de droit » national des juristes publicistes se trouverait potentiellement anéanti. Mais surtout, on aurait le plus grand mal à distinguer parmi les différentes configurations en présence celles qui départageraient un État faible d’un État fort, un État décomposé d’un État en recomposition, un État autoritaire d’un État démocratique. Sans compter la difficulté de penser empiriquement la construction réelle des stratégies de coordination entre les acteurs publics et privés.

  • 2 Un bon exemple récent parmi d’autres, étrangement ignoré des auteurs, par exemple, les recherches d (...)

9Serait-ce sur le plan de la littérature internationale en effet -et en dépit des nombreux paradigmes disponibles de la gouvernance au sujet de la sécurisation locale ou supranationale-, rarissimes sont les exemples documentés susceptibles de montrer un strict rapport d’égalité de pouvoir entre acteurs mobilisés. Au contraire, y prédomine la force publique, policière ou militaire, dans l’ensemble des quatre dimensions couvertes par la typologie proposée. Les « finalités » sont peut-être brouillées, les « organes », quant à eux, ne le sont pas. Les organes publics gardent la plus forte légitimité professionnelle, et le marché de la sécurité, quelle que soit son emprise dans l’art d’apporter sa propre mobilisation aux dispositifs de policing dans les espaces publics et hybrides, ne s’émancipe quasiment jamais de la tutelle de l’autorité monopolisante. Tous les exemples apparemment les plus anodins de recherches documentées relatives à la gestion des foules montrent, au sein de leur pilotage à distance dans les PC de sécurité par exemple, le rôle décisif du commandement public sur les forces déployées sur le terrain. « L’événement » redistribue certainement les cartes et augmente le professionnalisme des forces en présence, il ne les met jamais à égalité d’autorité et de décision, que ce soit en France comme dans le monde anglo-saxon2.

10On touche là à l’une des limites majeures de l’ouvrage : la comparaison internationale est évidemment utile en ce qu’elle pourrait permettre aux analystes du monde anglo-saxon de se rendre compte de la fécondité de la recherche sociologique de langue française sur les objets policiers, car ce livre prouve assez sa capacité à rivaliser avec eux sans avoir le moindrement à rougir de la comparaison. Elle déçoit néanmoins quand les auteurs, voulant trop embrasser, étreignent mal dans la partie qu’ils veulent la plus innovante de leur entreprise, celle qui entend prendre ses distances avec le modèle français de Monjardet. A notre sens, ou bien la nouvelle typologie proposée ne vaut que pour le cadre hexagonal, et elle rate son présupposé, car on ne voit pas le caractère décisif de la plus-value analytique apportée par les importations de paradigmes éloignés de son écologie. Ou bien, elle se veut un schéma heuristique plus universaliste, et il serait alors facile de démontrer sa faiblesse et sa défaillance explicative dans chacun des systèmes culturels rencontrés où les forces et modalités du policing public divergent sensiblement. Alors que la typologie précédente en trépied, certainement moins précise mais néanmoins plus profonde, avait réussi à rayonner pour deux raisons, au moins dans les pays de droit romain : d’une part, elle ne s’était pas coupée de la sociologie administrative tout en ayant su se préserver de la philosophie spéculative ; d’autre part, elle avait su ne pas entrer dans le détail des recompositions des organes policiers, à partir du moment où la plupart d’entre eux étaient et restent toujours relativement stabilisés dans des découpages administratifs cohérents d’où découlent encore le poids des identités professionnelles légitimes.

Haut de page

Notes

1 Pour une tentative provisoire de théorisation plus audacieuse par l’un des auteurs, voir F. Jobard, Propositions sur la théorie de la police, Champ pénal/Penal field, Vol. IX | 2012 [http://champpenal.revues.org/8298]. Notons qu’elle n’est pas véritablement reprise dans cet ouvrage à vocation pédagogique plus généraliste.

2 Un bon exemple récent parmi d’autres, étrangement ignoré des auteurs, par exemple, les recherches de Boullier et al., Événements et sécurité, les professionnels des climats urbains, Paris, Presses des Mines, 2012.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9201/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « Fabien Jobard, Jacques de Maillard, Sociologie de la police. Politiques, organisations, réformes », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XII | 2015, mis en ligne le 03 décembre 2015, consulté le 31 août 2016. URL : http://champpenal.revues.org/9201

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

CESDIP-CNRS. Contact : ocqueteau@cesdip.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org