Navigation – Plan du site
Dossier : La justice pénale internationale en tant que projet critique

Des mythes aux réalités de la justice transitionnelle

Catharsis thérapeutique, (re)constructions nationales et légitimation politique
From Myths to the Realities of Transitional Justice. Therapeutic Catharsis, Nation (Re)Building and Political Legitimation
Nour Benghellab

Résumés

La justice transitionnelle (JT) est un processus qui se veut le pont entre la justice punitive traditionnelle et le politique et dont l’objet officiel est de cicatriser des meurtrissures du tissu social par l’apaisement des tensions au sein du corps social, la réconciliation et le pardon dans les États en transition. Sa définition reste floue parce qu’elle se veut moins un concept rigide qu’une boîte à outils à utiliser dans différents contextes de transition. Cet article vise à interroger les fondements de ce type de justice et d’en confronter missions thérapeutique, juridique et politique au regard des résultats observés. Nous présenterons d’abord le discours de légitimation dominant dans la littérature relative à la JT et qui la présente tel un processus thérapeutique et pacificateur des sociétés en transition. Constatant l’échec de cette mission affichée, nous relisons ensuite, à l’aune des théories du nationalisme, le rôle plus exact de la JT afin d’en faire ressortir d’autres dimensions plus officieuses qui justifieraient sa pérennité en dépit de ses échecs apparents.

Haut de page

Texte intégral

« Rather than being a field, TJ Transitional Justice might be a ‘cloak’ or ‘label that gives apparent coherence to particularized practices of conflict resolution, emanating from diverse contexts and diverse actors with diverse goals » (McGregor, 2013, 30).

Introduction

1Dans son rapport sur le Rétablissement de l’état de droit et administration de la justice pendant la période de transition dans les sociétés en proie à un conflit ou sortant d’un conflit, le Secrétaire général des Nations Unies définit la justice transitionnelle (ci-après JT) de la façon suivante :

« (elle) englobe l’éventail complet des divers processus et mécanismes mis en œuvre par une société pour tenter de faire face à des exactions massives commises dans le passé, en vue d’établir les responsabilités, de rendre la justice et de permettre la réconciliation. Peuvent figurer au nombre de ces processus des mécanismes tant judiciaires que non judiciaires, avec (le cas échéant) une intervention plus ou moins importante de la communauté internationale, et des poursuites engagées contre des individus, des indemnisations, des enquêtes visant à établir la vérité, une réforme des institutions, des contrôles et des révocations, ou une combinaison de ces mesures » (SG-NU, 2004, 7).

2La définition officielle de la JT est donc celle d’un processus d’opérationnalisation des solutions juridiques, politiques, psychologiques et morales visant à concilier les principes de justice, de pardon et de vérité aux fins de (re)construction nationale, donc de construction (constitution) d’États nouveaux. En bref, la JT est définie tant comme un processus de réparation juridique que comme un processus thérapeutique à l’échelle nationale. Eirin Mobekk précise en ce sens que :

  • 1 Notre traduction : on a broad general level the primary objectives of transitional justice are in e (...)

« de façon générale, les principaux objectifs de la justice transitionnelle sont essentiellement de deux ordres : d’abord, amorcer un processus de réconciliation entre les parties au conflit et les populations touchées par la mise en place de mécanismes de reddition de comptes et de reconnaissance ; et ensuite, afin d’éviter un retour des violences, d’assurer une paix durable. En ce sens, la responsabilité judiciaire, comme non judiciaire, peut favoriser la réconciliation des sociétés post-conflit » (Mobekk, 2006, 2)1.

3Pour le dire encore en d’autres termes, la justice transitionnelle s’est fixé pour but tout à la fois de restaurer la dignité des victimes, d’instaurer la confiance entre les groupes antagonistes, de favoriser les changements institutionnels nécessaires à une nouvelle relation au sein de la population permettant l’établissement d’un État de droit sans pour autant avaliser les pratiques d’impunité totale ou partielle (Sottas, 2008, 1).

  • 2 Notre traduction : transitional justice moves from the exception to the norm to become a paradigm o (...)

4Ces récentes définitions et précisions, quant à la mission et à la nature de la JT, restent encore très floues et toujours ouvertes à interprétations. Bien que le concept de justice en période de transition, démocratique ou post-conflictuelle, ne soit pas, lui, si nouveau – ainsi, Teitel en trouve trace, dans sa forme moderne, dès la Première Guerre mondiale (2003, 70) –, sa popularisation et sa systématisation sont, elles, plus contemporaines. Cette conception, aujourd’hui dominante, de la JT a commencé à être pensée et opérationnalisée lors des transitions post-dictatoriales en Amérique latine dans les années 1970-1980 avant de prendre un élan spectaculaire après la guerre froide : passant de l’exception à la norme, la justice transitionnelle est finalement devenue le paradigme de l’État de droit2 (Teitel, 2003, 71). C’est durant cette période que les modèles développés en Amérique du Sud se sont diffusés en Europe de l’Est et en Afrique principalement, mais aussi dans certaines régions de l’Asie du Sud Est (Iverson, 2013, 415 ; Miller, 2008 ; Teitel, 2003). Aujourd’hui, les mécanismes de la JT se sont non seulement multipliés et complexifiés, mais ils sont désormais parties intégrantes de l’arsenal déployé dans toute zone qui connaît, ou a connu, une période de troubles et que l’on cherche à reconstruire et/ou à (re)stabiliser sur le plan socio-politique (Androff, 2012 ; Malamud-Goti, 2010 ; Thoms et al., 2010 ; Humphrey, Valverde, 2008 ; Miller, 2008 ; McEvoy, 2007 ; Mendeloff, 2004).

5Malgré cette relative jeunesse, un quart de siècle tout au plus, la JT semble aujourd’hui pouvoir se prêter à un exercice d’évaluation visant à en jauger les premières retombées sur et au sein des sociétés qui l’ont expérimentée. À cette fin, la présente réflexion s’inscrit dans une perspective plutôt sociopolitique que strictement juridique. Nous ne chercherons pas, en effet, à évaluer ou à déterminer la consistance juridique des mécanismes de la JT. Nous chercherons plutôt à interroger la conception dominante de la JT, la confronter à ses succès et à ses échecs, dans un premier temps. À la suite de quoi, nous l’inscrirons dans les processus, plus larges, de (re)construction nationale afin d’en déterminer le rôle, les usages et les impacts. Nous pourrons alors avancer notre thèse alternative qui consiste à envisager la JT comme nouvel instrument du nation-building – c’est-à-dire nouveau mécanisme de construction et de structuration de communautés et d’identités politiques sur un territoire donné par leur institutionnalisation et leur officialisation dans et par l’État (Voy. à ce propos James 1996 ; Mylonas 2013 ; Smith 1987) – aux mains des élites naissantes – des nouveaux « nations-entrepreneurs » – dans les États sortants de périodes de conflit.

6La première partie présentera et discutera les discours dominants dans la littérature sur la JT qui mobilisent essentiellement un vocabulaire à forte consonance biologisante et médicale. En effet, ce vocabulaire imagé lie la JT à des processus thérapeutiques pacificateurs se référant à des principes et des modalités psychanalytiques dont nous pointerons les limites dès lors que l’on est en présence de transpositions naïves d’une possible thérapeutique aux situations post-conflictuelles dont le succès n’a jamais véritablement été constaté dans les sociétés qui en ont expérimenté l’un ou l’autre des nombreux mécanismes/processus. Notre matériau reposera principalement sur une revue de littérature critique portant sur l’analyse des mécanismes de la JT et de ses retombées concrètes. Après nous être interrogés sur les raisons de la persistance de l’usage et de la promotion d’un processus qui, a priori, s’est jusqu’ici soldé par des échecs, nous essayerons de repenser la JT dans le processus plus large du nation-building. De fait, la JT s’inscrit dans l’arsenal déployé afin de (re)construire un État dans des zones post-conflictuelles. Mais au lieu d’accepter le narratif dominant voulant que la JT soit un mécanisme de guérison et de pacification lors des transitions, nous chercherons plutôt à en déterminer le rôle dans une séquence de temps beaucoup plus longue, en nous référant aux théories de la naissance des États-nations et des nationalismes à partir du 19e siècle. En effet, bien que la JT participe aux processus de nation-building, nous constatons qu’elle n’est quasiment jamais analysée sous cet angle. Or, nous suggérons que la JT joue un tout autre rôle lors des périodes dites de transition que celui où on a bien voulu la confiner jusqu’à présent : dans les nations en transition, elle est surtout un dispositif particulièrement efficace pour les nouvelles élites désireuses de se démarquer des anciennes par l’acquisition d’un capital symbolique leur permettant de mieux asseoir et de renforcer leur nouvelle légitimité politique à l’interne comme à l’international. En interrogeant le rôle et la place de la JT dans les dynamiques de (re)construction nationale que la (sur)exposition de la neutralité de la métaphore thérapeutique tend à nos yeux à occulter, nous montrerons que ce rôle et cette place s’inscrivent profondément dans une idéologie nationale-libérale de participation à la construction d’États (nouveaux) promue par ceux-là mêmes qui visent à conquérir les nouveaux leviers de pouvoir au moyen des retombées espérées de la JT. Autrement dit, nous chercherons à montrer par qui, et pour qui, sont construits les nouveaux États de droit au travers du discours de l’universalisation de l’idéal démocratique que sous-entendent les discours sur et de la JT.

  • 3 Notre traduction : bodies set up to investigate a past history of violations of human rights in a p (...)
  • 4 Notre traduction : creating an authoritative record of past abuses, providing redress for victims, (...)

7Les matériaux que nous mobiliserons en vue d’illustrer nos propos porteront principalement sur les commissions-vérité, et ne réfèreront aux autres mécanismes de la JT qu’à titre subsidiaire. En effet, comme le soutient Hayner, les commissions-vérité sont généralement des entités créées pour faire la lumière sur les violations passées de droits humains dans un État donné – leurs enquêtes [couvrant] tant les violations commises par les officiels militaires ou civils que celles imputables à toute autre force armée ayant été partie au conflit3 (Hayner, 1994, 600). Cette illustration s’explique par la place centrale acquise par ces commissions qui, en plus d’être le mécanisme de JT le plus répandu depuis les années 1980, illustrent le mieux ses logiques (Lundy, McGovern, 2008, 270). À l’intersection des mécanismes juridiques, politiques, psychothérapeutiques et sociaux, elles reflètent les dynamiques plus larges de la transition là où elles ont été et sont mises en place. Elles sont à la fois espaces physiques, espaces d’échanges, espaces politiques, lieux de commémorations et lieux de (re)socialisation. Elles jouent de multiples rôles lors des périodes de transition et dans la dynamique globale de la JT. Nous constatons en outre que, bien souvent, les missions qui leur sont attribuées recoupent l’essentiel des objectifs attribués à la JT. Comme le remarquent Margaret Popkin et Naomi Roht-Arriaza, ces commissions ont pour but d’établir un rapport officiel sur les violations passées, fournir des réparations aux victimes, recommander des réformes et établir la responsabilité des auteurs des crimes identifiés4 (1995, 113).

I - Les échecs thérapeutiques et cathartiques de la JT

  • 5 Notre traduction : healing, reconciliation, and forgiveness are deeply interrelated. Healing and re (...)

8Comme la JT repose, entre autres choses, sur un travail de mémoire, elle ne manque pas de raviver certains souvenirs douloureux ou tensions du passé et d’ouvrir plusieurs boîtes de Pandore (Dube, 2011 ; Thoms et al., 2010 ; Daly, 2008 ; Lundy, McGovern, 2008 ; Bucaille, 2007 ; Teitel, 2003 ; Hamber et al., 2000). Face à ce risque, la JT est assortie d’une panoplie de mécanismes dont l’objectif est de circonscrire et de désamorcer ces tensions afin qu’elles ne débordent pas dans toutes les sphères de la vie publique. La JT inclurait ainsi des mécanismes thérapeutiques et cathartiques qu’elle mettrait au cœur du processus de (re)construction et de pacification des sociétés post-conflictuelles, l’idée sous-jacente étant que guérison, réconciliation et pardon sont profondément interdépendants. Guérison et réconciliation aident à briser les cycles des violences et la possibilité pour les personnes traumatisées d’atteindre un bien-être psychologique5 (Staub, 2003, 432. Voy. aussi Mendeloff, 2004, 359 ; Hamber et al., 2000). Kora Andrieu soutient dans cette optique que la justice transitionnelle part […] du fait que seule une mémoire apaisée permettra la réconciliation à long terme d’une société meurtrie par la guerre ou par la dictature. En ce sens, elle applique bien aux nations les termes de la psychologie individuelle (2014, 2). C’est la mission impartie, notamment, aux commissions-vérité (et réconciliation) et à toutes les autres formes (rapports d’experts et autres) de mécanismes thérapeutiques qui reposent sur le récit, la prise de parole, la verbalisation, en tant que voies d’accès à la guérison (Dube, 2011 ; Thoms et al., 2010 ; Mendeloff, 2004 ; Hamber et al., 2000).

  • 6 Encyclopædia Universalis, [En ligne], URL [http://www.universalis.fr/encyclopedie/abreaction/] par (...)
  • 7 En psychanalyse, l’on distingue abréaction primaire – spontanée – et secondaire – provoquée. La sec (...)
  • 8 Dans la Poétique, Aristote fait de la catharsis (purgation) l’un des éléments-clés de la tragédie q (...)

9Ces mécanismes deviendraient des lieux d’abréaction, soit de décharge émotionnelle qui permet[ent] à un sujet d’extérioriser un affect lié à un souvenir traumatique et, en conséquence, de se libérer de son poids pathogène. […] L’effet produit est appelé catharsis (purification, purgation) (Lacas)6. L’abréaction psychothérapique, ou abréaction secondaire, met le processus discursif au cœur du processus de guérison : l’abreÏaction […] secondaire, provoquée par la psychothérapie cathartique […] permet au malade de se remémorer et d’objectiver par la parole l’événement traumatique et de le libérer ainsi du quantum d’affect qui le rendait pathogène (Laplanche, Pontalis, 1967, 1)7. De surcroît, suivant la conception aristotélicienne de la catharsis, celle-ci est un processus de régulation des passions autant sur le plan individuel que social (Porte, 2005, 3)8.

  • 9 Notre traduction : ruth […] was liberating and psychologically beneficial, as was the space afforde (...)
  • 10 Notre traduction : a dominant narrative of transitional justice is that of truth and reconciliation (...)

10C’est sur cet aspect, la thérapie par la mise en scène « tragique » et publique, que reposent les processus pacificateurs de la JT visant à instaurer des sociétés régulées par le droit, sur la base de la Rule of Law. L’on considère en effet que la vérité est libératrice et psychologiquement bénéfique tout comme l’est l’espace accordé aux survivants de raconter publiquement leurs histoires traumatiques9 (Hamber et al., 2000, 19). L’on suppute alors que les catharsis individuelles deviendraient catharsis collective et, ce faisant, bénéficieraient à la société dans son ensemble qui s’en trouverait « guérie » ce qui permettrait, la « cicatrisation » ultérieure du tissu social. Cette « cicatrisation » est ainsi considérée comme une étape nécessaire à la reconstruction nationale : un des narratifs dominants de la justice transitionnelle est celui de la vérité et de la réconciliation et, plus exactement, celui de la vérité en tant que réconciliation. Cela repose sur l’idée que le récit public de la vérité mène à la guérison individuelle des victimes et qu’à travers les vérités générales qui émergent, cela mène aussi à la guérison et la réconciliation de la nation dans son ensemble10 (Robins, 2012, 2).

  • 11 Notre traduction : revealing is not simply healing; the process of healing depends on how we reveal (...)

11Mais dévoiler [la vérité] ne signifie pas guérir ; le processus de guérison dépend de la façon dont nous dévoilons, du contexte de dévoilement et de ce que nous dévoilons11 (Hamber et al., 2000, 19). Cette remarque judicieuse conduit à penser que la catharsis thérapeutique de la JT omet deux aspects qui peuvent en saper les effets : d’abord, l’indispensable publicité et collectivisation – officialisation et universalisation – qui marquent ces dispositifs ; ensuite, la difficulté d’inscrire ces dispositifs dans un temps long scandé par une certaine récurrence ritualisée. Examinons ces deux objections.

1) Processus officiel et public : la fatidique violence de la JT ?

  • 12 Les critiques mettent en avant, entre autres choses, l’imposition d’un cadre d’analyse rigide dans (...)

12Les modèles psychanalytiques sur lesquels a été pensée la JT, outre les critiques visant l’efficacité de leurs effets thérapeutiques dans les sphères psychanalytiques, débat dépassant largement notre objet12 (voy. Hayner, 2001 ; Allan, Allan, 2000, 472-473 ; Minow, 1998), restent des processus fortement individualisés (Mendeloff, 2004 ; Hamber et al., 2000). Ils supposent une relation de confiance entre le thérapeute et le patient. De fait, la règle psychanalytique fondamentale – la règle de l’association libre – implique que le patient fasse aveuglément confiance à son psychanalyste (Stern, 1999, 52). Afin d’exorciser les traumas individuels, le processus de verbalisation est censé avoir lieu dans un environnement privé et sécurisé dans lequel le patient établit une relation de confiance avec son thérapeute. Cette mise en confiance du patient l’amènera à se libérer par la parole puisqu’il pourra verbaliser ses traumas, sa fragilité non exprimée, sans crainte de jugements ou de représailles. Dans cet espace sécurisé, les patients lient cette révélation de la fragilité […] à l’accès, pour la première fois de leur vie, à une parole libre et n’ayant rien à défendre (Ibid.). En bref, la création d’un espace sécurisé pour le patient, dans lequel il peut exprimer sa subjectivité en toute liberté sans compromis et sans confrontation, reste au cœur du processus de guérison.

13Or, dans le cadre de la JT, il semble difficile de créer un tel espace sécurisé et d’assurer la relation de confiance entre le patient-victime et le thérapeute – les experts commissionnés pour assurer et superviser la bonne marche de la JT. La relation de confiance patient-thérapeute ne peut être véritablement assurée parce que, souvent, les commissionnés font partie – ou sont liés – des élites nouvelles des États en construction, point sur lequel nous nous pencherons plus en détail dans la seconde partie. Le deuxième aspect qui entrave la possibilité d’un tel espace est la nécessaire publicité que requiert la JT. Les « thérapies » de la JT sont publiques et l’expression des traumas, comme l’acceptation des traumas légitimes, y est nécessairement balisée. Les processus thérapeutiques s’en trouvent alors, au regard de l’orthodoxie, en quelque sorte, viciés. Car les cadres entourant les traumas légitimes sont préétablis, certains traumas seront donc mis de l’avant, d’autres délégitimés, et d’autres encore, amputés de leurs éléments réputés non pertinents au regard du processus et du contexte singulier dans lesquels ils s’inscrivent. Il y a comme une pré-définition officielle de la souffrance, du trauma légitime en préface à l’ouverture des espaces de paroles.

  • 13 Notre traduction : the Christian-inspired ethos of ‘’reconciliation’’ and that of ‘’rainbow nation- (...)

14De fait, la JT s’inscrit et repose sur un éthos moral qui la balise fortement, généralement celui des droits de la personne (Thoms et al., 2010 ; Nagy, 2008 ; Humphrey, Valverde, 2008 ; Lundy, McGovern, 2008 ; Miller, 2008 ; McEvoy, 2007 ; Hamber et al., 2000), en conséquence de quoi les souffrances et les traumas qu’elle accepte comme tels sont ceux qui renvoient à cet éthos. Comme ces mécanismes thérapeutiques reposent sur une prise de parole libératrice, jalonner cette dernière – autrement dit, circonscrire le dire légitime – a pour conséquence d’entraver l’effet libérateur recherché comme source de guérison. Il s’ensuit que les « patients-victimes » ne vivent pas réellement cette catharsis purgative. Certains auteurs ont, par exemple, relevé que l’éthos, d’inspiration chrétienne, de la réconciliation et de la construction d’une nation arc-en-ciel excluait certains des récits des parents des victimes et de ceux qui furent torturés par le régime de l’apartheid, et ce, tout particulièrement lors des audiences publiques. [...] Cela a conduit à une forme de “traumatisme second” qui a probablement fait plus de mal que de bien aux individus qui furent confrontés à cette situation13 (Lundy, McGovern, 2008, 271).

  • 14 Notre traduction : Testifying before a truth-seeking body is not the same as therapy, and such test (...)

15Ainsi, les diverses trames narratives, surtout entre victimes et bourreaux, s’entrechoquent, se contredisent, s’opposent. Les « patients » pris en charge par la JT subissent alors le stress de la possibilité de voir leur récit subjectif contesté, remis en question, délégitimé ou pire encore, ignoré. Témoigner devant un organe d’investigation n’équivaut pas à une thérapie. De tels témoignages comportent un risque de re-traumatisation. La démonstration quant à savoir si ces témoignages sont une forme de libération émotionnelle ou de catharsis reste ambiguë14 (Androff, 2012, 299. Voy. aussi Dube, 2011 ; Bucaille, 2007 ; Hamber et al., 2000). Certes, la plupart des commissions soutiennent accepter tous les récits sans les hiérarchiser, même s’ils se contredisent (Daly, 2008, 26). Toutefois, ces processus étant publics, aux yeux du « patient-victime », la possibilité de voir son récit contesté contrevient aux conditions premières de ce type de thérapie. Il y a là un risque évident du passage de la prise de parole libératrice à la justification, à la confrontation ou à la joute argumentative pour défendre la véracité, la validité ou la légitimité de sa propre subjectivité. L’absence d’un espace sécurisé où la personne qui prend la parole échappe à toute possibilité de pression ne peut être garantie dans ce type de processus. Ce faisant, l’aspect thérapeutique s’en trouve de facto altéré. Au surplus, les catégories mêmes qui sont mobilisées pour qualifier les individus peuvent être sources de frustrations et compromettre le processus de guérison. L’opposition systématique entre victimes et bourreaux est, par exemple, problématique sur deux plans.

16D’un côté, elle aliène celles et ceux qui ont subi les violations en les réduisant au rôle de victimes. Pour beaucoup, c’est subir une négation de sa capacité d’agir, de son mérite, de sa participation et implication dans les luttes qui ont, bien souvent, précédé les périodes de transition. À titre d’exemple, de nombreux participants, surtout des familles survivantes, à la commission sud-africaine se sont plaints de la victimisation automatique des leurs. Pour eux, les réduire à de simples victimes occulte leur courage et leur rôle dans la lutte pour la libération nationale. Nombreux sont ceux qui dénoncent le caractère délégitimant de cette victimisation, aurait-elle été rehaussée par la reconnaissance d’un statut de héros de la nation (Bucaille, 2007, 316-317). Cette victimisation peut être vécue, et l’est d’ailleurs, comme une dépossession ; dépossession qui suppose que l’essentiel du mérite soit dirigé, concentré, entre les mains des figures de proue des mouvements de luttes contre les régimes renversés – autrement dit, les personnes constituant les nouvelles élites dirigeantes, la « noblesse d’État » en devenir. Donc, en lieu et place d’un processus qui libèrerait des traumas du passé, l’on se retrouverait avec un dispositif générant de nouvelles frustrations et construisant possiblement de nouvelles figures d’oppresseurs. Ces figures légitimeraient en retour leur nouvelle position dominante en se parant des masques du sauveur par un effet de cooptation du capital symbolique lié à une résistance héroïque (Thoms et al., 2010 ; Daly, 2008). En substance, se profilerait une victimisation spoliatrice qui court-circuiterait les effets cathartiques espérés du processus thérapeutique.

17De l’autre côté, la catégorie de ‘bourreaux’ reste stigmatisante pour ceux et celles qui se la verraient attribuer. Il semble en outre très problématique de renvoyer dans le corps social des individus portant une telle épithète, d’autant plus que la responsabilité criminelle de ces individus n’aurait pas toujours été solidement établie. Les risques et les cas d’ostracisme deviendraient alors quasi inévitables. Lætitia Bucaille a dressé un état éloquent de ces mises à l’écart sociales en Afrique du Sud, sans compter la multiplication des frustrations chez les stigmatisés ainsi que chez leurs proches (2007, 318). Dans le cadre d’un processus qui cherche réconciliation, pacification et guérison des tissus sociaux, ce genre de conséquences ne peut qu’en saborder à terme les espoirs de succès. Pire, les risques de ressentiments et d’exclusions susceptibles de conduire à réactiver des mécanismes de violence s’accroissent. Ce ne serait donc pas une libération cathartique et thérapeutique comme « cataplasme » aux déchirements passés, à laquelle nous assisterions, mais bien plutôt à une libération d’un ressentiment corrosive pour le tissu social, source de nouvelles « meurtrissures ».

18En outre, dans les contextes de violences qu’ont traversés les sociétés désireuses d’en sortir, il est souvent difficile de départager clairement et nettement les catégories de victimes et bourreaux sans soulever d’autres épineuses considérations politiques faisant toujours débat dans lesdites sociétés (Thoms et al., 2010). C’est particulièrement le cas en Afrique, les cas rwandais et burkinabés étant des plus édifiants à cet égard. Effectivement, les conflits qu’ont rencontrés plusieurs États ne se sont pas toujours soldés par la victoire d’un camp sur l’autre et ont souvent impliqué de larges pans de la société. S’y sont constituées des lignes de fragmentation sociale et des haines dont il est possible de faire porter le poids à l’ensemble de la société tout autant que de l’en dédouaner. Beaucoup de ces fractures constituent, d’ailleurs, les relents des divisions induites à des fins d’éclatement sociétal censé faciliter le contrôle et la dépossession des populations autochtones lors des périodes coloniales (Nagy, 2008). De même, en Europe de l’Est, les entrepreneurs du nationalisme ont contaminé l’imaginaire social avec des discours et des révisions de l’histoire qui n’ont fait qu’exacerber les antagonismes et les haines jusqu’à ce que tous jouent, parfois malgré eux, un rôle dans le cycle des violences perdurant dans la région malgré l’arrêt officiel des combats (Mendeloff, 2004 ; Kaufman, 2001). Certains dirigeants mettent même en place des dispositifs permettant de construire des vérités qui perpétueront ces antagonismes (Daly, 2008, 26).

19Finalement, l’accès à ces mécanismes de la JT n’est pas ouvert à tous. Il ne sert qu’à celles et ceux en mesure de prouver l’adéquation de leurs souffrances avec celles ayant été pré-normées par les officiels dans le cadre et une grammaire des droits de la personne et/ou avec celles préétablies lors de la mise en place de ces mécanismes (Andrieu, 2014 ; Robins, 2012). Or, d’une part, cette sélectivité dans la parole reçue peut être source de frustrations comme d’abus et de fraudes, surtout lorsque les processus en question prévoient des réparations pour les victimes. D’autre part, les victimes sont encouragées à traduire leurs traumas dans les formes officielles du cadre présidant au dispositif auquel elles participent afin que leurs souffrances soient reconnues comme légitimes. Là encore, la libre prise de parole s’en trouve entravée et l’effet recherché fortement compromis, si ce n’est définitivement placé hors d’atteinte. Dans ces conditions, plutôt que de permettre de panser ses « blessures », ces mécanismes deviennent eux-mêmes causes d’ires et de douleurs nouvelles : ils sont vus comme des lieux de délégitimation pour la cause de celles et ceux dont les traumas ne sont pas les « bons », pour celles et ceux qui n’arrivent pas à prouver la « pertinence » de leurs souffrances au regard des balises (pré)établies ou encore pour celles et ceux qui estiment que les fraudes et manipulations constatées nuisent à leur propre possibilité d’accès à ces mécanismes.

20Andrieu en fournit un bel exemple dans le cadre tunisien. Avant même le début de ses travaux, la Commission d’enquête sur les abus et dépassements commis depuis le 17 décembre 2010 fit l’objet d’une contestation grandissante. Les plaintes venaient tant des personnes qui ne disposaient pas des moyens de prouver qu’elles avaient été victimes d’abus sous le régime ou durant la « Révolution de Jasmin » que de celles qui dénonçaient la facilité avec laquelle ceux qui en avaient les moyens pouvaient fabriquer de fausses preuves (médicales, juridiques, etc.) pour bénéficier des réparations promises (Andrieu, 2014, 10-12 et 21-26). Les résultats pouvaient être anticipés avant même la mise en chantier de ladite commission : en lieu et place des effets thérapeutiques, cathartiques et cicatrisants escomptés, c’est à la naissance de nouvelles lignes de fractures du tissu social tunisien à laquelle le monde assista.

2) De l’éphémère essence d’un mécanisme transitoire

21Le second aspect du processus cathartique que la JT néglige est sa nécessaire ritualisation et reproduction dans le temps. En effet, ces processus psychothérapeutiques sont dès le départ compromis parce qu’ils reposent sur des processus supposés avoir un impact à long terme. Comme Yann Porte le souligne, la catharsis individuelle collectivisée qui se diffuse socialement, afin d’harmoniser celle-ci, suivant le modèle aristotélien, n’est pas une « purge définitive », elle n’est qu’un mécanisme servant à gérer les passions individuelles en les équilibrant par l’élimination de leurs trop-pleins (Porte, 2005, 3). Or, c’est bien la ritualisation, la reproduction régulière du moment cathartique inaugural, qui permettrait d’imaginer ce mécanisme d’harmonisation et de pacification de la Cité sur le long terme. À l’aune de cette nécessaire ritualisation de longue durée, la catharsis de la justice transitionnelle sur le plan social est d’emblée vouée à être compromise, si ce n’est à signer son échec dans l’œuf, puisqu’elle fait partie par définition d’un processus transitoire, par essence éphémère. Et de fait, les mécanismes thérapeutiques et cathartiques de la JT ne sont pas sans effets ou sources de nouvelles meurtrissures pour tous et toutes : nombreuses sont certes les personnes qui y ont trouvé un onguent à leurs blessures.

22Néanmoins, même celles et ceux qui ne vivent, dans un premier temps, aucune expérience négative lors de leur passage par ces mécanismes, ne seront pas épargnés d’éventuels contrecoups plus tardifs (Bucaille, 2007 ; Hamber et al., 2000, 34). Nombre de « victimes » espèrent en effet recevoir des compensations en réparation des sévices subis. Pour beaucoup, la simple reconnaissance de leurs souffrances est, certes, un premier pas appréciable, mais loin de suffire. Or, il se trouve que rares ont été les processus qui ont mené à des réparations effectives à hauteur des espérances exprimées par les bénéficiaires. À terme, cela peut engendrer une réactivation des sentiments d’injustice, provoquant malaises, incompréhensions, frustrations et colères, compromettant de ce fait la bonne marche des processus de guérison, de cicatrisations et de pacification (Humphrey, Valverde, 2008 ; Bucaille, 2007 ; Kambal wa Kambala, 2006 ; Aronson, 2011 ; Hamber et al., 2000).

  • 15 Notre traduction : many families, especially those headed by economically challenged wives, demand (...)

23L’un des cas emblématiques mis en avant par la littérature pour illustrer cette dynamique de reflux des sentiments d’injustice que les premiers flux de la JT avaient emportés, est celui de l’Afrique de Sud (Kambal wa Kambala, 2006 ; Aronson, 2011 ; Hamber et al., 2000). Pullulent, en effet, les témoignages faisant état des plaintes, par les victimes de l’apartheid, relatives à l’inadéquation des réponses des mécanismes de transition, pour ne pas dire d’injustice même vécue par le processus transitionnel lui-même. Jay D. Aronson avance que de nombreuses familles, en particulier celles avec des femmes en difficulté économique à leurs têtes, réclament des réparations et d’autres formes de soutien social pour atténuer les difficultés économiques engendrées depuis la disparition des maris ou des fils, principaux soutiens économiques de leurs ménages15 (2011, 272-273). Son enquête porte spécialement à notre attention les cas des proches des « Quatre de Mamelodi » et des « Dix de Mamelodi », soit deux cas de disparitions multiples résolues lors de la transition (Ibid., 268). Dans les deux exemples, il décrit, d’abord, des collectifs de mères (et épouses) qui profitent du processus transitionnel pour demander que lumière et justice soient faites sur la disparition de leurs fils/époux. Cependant, le parcours de ces mères/épouses achoppe sur de nouvelles frustrations. Elles qui cherchaient à faire réhabiliter les mémoires de leurs morts dans la lutte contre l’apartheid, une fois les corps retrouvés, exhumés et enterrés, se plaignent toutes d’un manque d’attention, de reconnaissance, d’aide, de soutien et de réparation de la part des nouvelles autorités, et notamment de l’ANC. Toutes les personnes interviewées par Aronson dénoncent le peu, ou l’absence, de compensations économiques pour leurs pertes, d’aide pour les funérailles, ainsi que l’absence de présence ou reconnaissance officielle qui aurait pour effet de réhabiliter la mémoire de leurs disparus et de les inscrire parmi les héros de la lutte nationale (Ibid., 275-280).

24Olivier Kambala wa Kambala, pour sa part, rapporte les discours de citoyens sud-africains qui ne comprennent pas pourquoi ils devraient adhérer au processus de pardon promu par les autorités. Certains soutiennent que des gens, comme Nelson Mandela, peuvent bien pardonner et passer à autre chose ; l’amélioration de leurs conditions de vie, à la suite du changement de régime, autorise cette indulgence. Mais pour eux, nulle raison d’en faire autant. Ils vivent toujours dans la même misère, les mêmes exclusions et injustices : pour eux, rien n’a changé. Oui, le processus leur a permis de faire la lumière sur certains événements, mais cette lumière est loin d’être suffisante pour panser leurs blessures, guérir de leur mal et finalement les amener à pardonner (Kambal wa Kambala, 2006, 99. Voy. aussi Miller, 2008 ; Aronson, 2011 ; Hamber et al., 2000). Le changement officiel de régime ne s’est pas traduit par une amélioration des conditions de vie d’une grande majorité de celles et ceux qui furent les premières victimes des violences socioéconomiques, psychiques, voire physiques de l’apartheid (Nagy, 2008 ; Mendeloff, 2004, 374).

25La thérapie sud-africaine s’avère, à la lecture de ces témoignages, davantage un échec ambigu qu’une franche réussite, et ce, vingt années après la vague d’espoirs de meilleurs lendemains qu’elle avait suscitée. La société sud-africaine souffre toujours des mêmes maux que ceux du passé. La pauvreté systémique et les violences en tout genre creusent encore profondément les frontières interraciales et sont le lot quotidien de celles et ceux qui demeurent aujourd’hui encore stationnés dans les townships, sans grand espoir de jamais en sortir (Miller, 2008 ; Bucaille, 2007 ; Kambal wa Kambala, 2006). Cette absence d’amélioration suffisante des conditions de vie laisse planer un doute important sur la possibilité d’une réelle cicatrisation du tissu social en vue d’une paix intercommunautaire effective et durable. Le constat d’une multiplication, ces dernières années, des violences dans ce pays constitue l’un des symptômes d’une société encore « malade », toujours aux prises avec ses mêmes démons (Bucaille, 2007). L’Afrique du Sud ne constitue pas une exception au regard de la persistance des exclusions et des souffrances socio-économiques. Simon Robins fait le même constat au Timor-Leste et au Népal (2012, 2011), Elizabeth Jelin l’observe également dans les pays de la corne sud-américaine (2007).

  • 16 Notre traduction : they tend to have a narrow focus dwelling upon individual violations resulting i (...)
  • 17 Notre traduction : One of the most important findings of this literature is that transitional justi (...)

26Lors des périodes de troubles, ce sont, directement ou indirectement, les franges des populations les plus vulnérables qui sont les plus touchées (Daly, 2008 ; Humphrey, Valverde, 2008 ; Miller, 2008 ; Aronson, 2011 ; Hamber et al., 2000). Populations dont les souffrances sont précisément le résultat direct des exactions dont elles ont été et sont victimes, en raison de leur position sociale, de leur exclusion économique, de leur isolement politique, de leur incapacité à intégrer les réseaux ouvrant la voie aux sièges de pouvoir — politique comme symbolique — ou à profiter des services élémentaires (santé, éducation, etc.). Or, ces exactions, et les dispositifs de JT le confirment en filigrane, constituent des exactions en quelque sorte tolérées par le modèle libéral des droits de la personne de sorte que les injustices sociales sur lesquelles elles reposent ont tendance à se voir efficacement occultées : [ces dispositifs] ont tendance à avoir une vision étroite et à ne considérer que les violations individuelles, ce qui les conduit à exclure toute une gamme d’injustices socio-économiques16 (Lundy, McGovern, 2008, 271). Le processus thérapeutique ne contribue pas à apaiser ce type de souffrances, seulement à momentanément les occulter, les faire passer au second plan. Les effets thérapeutiques et cathartiques de la JT sont alors non seulement viciés par leur inadéquation avec les procédés psychothérapeutiques sur lesquels ils sont censés se justifier, mais même lorsqu’ils semblent avoir un effet apaisant sur les sociétés qui en font l’expérience, ces effets s’avèrent éphémères. Plus encore, ils peuvent même aggraver les sentiments d’injustice et de frustration. C’est notamment le cas lorsque ces mécanismes s’accompagnent de procédures d’amnistie (Hamber et al., 2000). Les « victimes » sont portées à croire que seuls leurs bourreaux ont bénéficié de la JT, puisqu’ils sont blanchis et pardonnés, alors qu’elles continuent de vivre dans la précarité, la pauvreté et n’ont toujours pas accès aux ascenseurs sociaux. À cet égard, la littérature critique sur le sujet relève la sous-estimation des droits sociaux, économiques et culturels par les mécanismes de la JT au profit des droits civils et politiques (Robins, 2011 ; Nagy, 2008 ; McEvoy, 2007). Pour Aronson : l’une des plus importantes découvertes de la littérature [sur la JT] est que les mécanismes de justice transitionnelle ont eu tendance à être conçus principalement pour faciliter la transition politique et permettre la réhabilitation des institutions politiques et sociales existantes plutôt que de remédier à la souffrance des gens ordinaires qui ont été directement, et quotidiennement, exposés à la violence et aux privations pendant les périodes de conflit17 (Aronson, 2011, 262). Cette hiérarchisation des priorités est sous-jacente à la raison politique, raison d’être première de ces mécanismes, dans le projet de (re)construction nationale, de nation-building.

27En résumé, la mission thérapeutique impartie à la JT est, à nos yeux, compromise, voire condamnée à l’échec, en raison de l’inadéquation de ses mécanismes avec les exigences des modèles individuels ou rituels dont ils s’inspirent. En effet, le processus de guérison sociale qu’ils sont supposés enclencher et parachever a rarement, si ce n’est jamais, été observé. Le ‘miracle sud-africain’, longtemps encensé jusqu’à dépasser en renommée les expériences sud-américaines dont il s’inspire, s’effrite aujourd’hui sous nos yeux. Les voix qui s’élèvent pour le critiquer, pour en relever les manquements se font de plus en plus nombreuses et convaincantes. Et même en l’absence d’une telle dénonciation, les violences et les troubles, manifestement radicalisés, témoignent de l’échec du processus. Somme toute, les effets cathartiques et thérapeutiques de la JT ne semblent pas être en mesure de répondre aux objectifs qui sont les leurs, et ce, tant parce qu’ils sont inadéquats, impossibles à opérationnaliser ou que, paradoxalement, ils sont à l’origine de nouvelles tensions. La fonction sociale de pacification, dont est affublée la légitimation officielle de la JT nous semble donc absente. Or, pour qu’une invention institutionnelle perdure, il faut qu’elle fonctionne, qu’elle remplisse un rôle (Bourdieu, 2012c). Comme nous constatons la pérennité des processus de JT, cela nous amène à nous interroger sur les raisons de sa persistance : pourquoi entretient-on toujours le mythe cathartique de la JT ? Pour répondre à cette question, il nous faut repartir de l’idée de (re)construction nationale et nous demander si la JT n’aurait pas des finalités plus officieuses, éloignées de ses fonctions thérapeutiques ou juridiques et capables d’en expliquer la pérennité.

II - Mémoire collective et démocratie libérale : les luttes de la JT

  • 18 Notre traduction : Transition, as normally conceived within transitional justice theory, tends to i (...)

28Au cœur des mécanismes de la JT, figure généralement le concept de « Nation ». qui occupe une place centrale dans notre imaginaire, occidental, du moins, quant à l’organisation politique à grande échelle (Nora, 1993). Or, bien que la JT soit mise en œuvre au sein d’États dits non occidentaux, les valeurs sur lesquelles elle repose sont d’abord celles que l’Occident est fortement enclin à défendre et à promouvoir (Miller, 2008 ; Nagy, 2008). La transition, comme normalement conçue par la théorie de la justice transitionnelle, tend à impliquer une conception particulière et limitée de la démocratisation et de la démocratie, une conception reposant sur des bases libérales, et essentiellement occidentales, de la démocratie18 (Lundy, McGovern, 2008, 273). Les droits de la personne et leur défense, la démocratie libérale, le libre marché, etc., se présentent comme des conditions devant nécessairement baliser le chemin vers la paix afin de parvenir à cet idéal politique qu’auraient atteint les sociétés pacifiées des États occidentaux (Mendeloff, 2004, 363). Les laudateurs de la JT charrient implicitement avec elle d’autres notions qui sous-tendent un modèle idéalisé vers lequel elle tendrait (Humphrey, Valverde, 2008 ; Lundy, McGovern, 2008 ; Miller, 2008 ; Nagy, 2008 ; Bucaille, 2007 ; McEvoy, 2007). Ainsi, l’idée de la nécessité de construire une Nation, autant unique qu’unie, se retrouve au cœur du projet de la JT. Cette inscription d’un projet national implicite au cœur de la JT n’est pas sans impact sur la nature du processus et de son issue. Dans la mesure où toute nation suppose une histoire collective, elle-même fondée sur une mémoire partagée, le rôle de la JT dans l’émergence, puis la consolidation, de cette mémoire va s’avérer un enjeu particulièrement décisif. Or, le processus ne s’édifie pas dans une sorte de vacuum idéologique, pas plus qu’il ne se déroule selon un scénario linéaire et consensuel. Au contraire, il se donne à voir comme une lutte au sein de laquelle les partisans de l’idéologie de la démocratie libérale, apparaissent comme dotés de ressources supérieures pour imposer leur vues et intérêts au détriment d’autres parties de la population progressivement abandonnées sur le bord du chemin de la transition.

1) La JT : lieu pluriel de construction d’une mémoire collective unique

29Selon Ruti G. Teitel, la notion moderne de la JT émerge et se constitue en lien avec le nation-building (2003, 71). Construire ou reconstruire une nation implique certains mécanismes, certains processus. Benedict Anderson rappelle que les nations sont des communautés imaginées (2006), et dès lors non naturelles en soi. Cela suppose de mobiliser certains outils pour construire, puis consolider, les piliers sur lesquels pourra venir s’édifier la Nation en devenir et s’ancrer un imaginaire national, soit la cristallisation d’imaginaires individuels capables de se représenter comme la partie d’un tout. Que ces piliers aient à voir avec « l’identité nationale », « l’histoire nationale », la « culture nationale »… (Anderson, 2006 ; Bourdieu, 2010a ; Bourdieu, 2012c ; Gellner, 1989 ; Nora, 1984), tous en appellent peu ou prou aux mémoires collectives des communautés à « nationaliser », en tant qu’outils d’ancrage social ou de légitimation sociopolitique.

30Au XIXe siècle, les nationalistes ont mobilisé les cultures populaires pour créer leurs nations : codification des langues vernaculaires, cristallisation par la mise à l’écrit des contes et mythes oraux, mise en avant des héros locaux,… furent, parmi d’autres, des mécanismes mobilisés en vue de créer une culture nationale, un sentiment national, une histoire nationale, autant d’éléments devant concrétiser une nation jusque-là fantasmée. Dans Nations et nationalismes, Ernest Gellner démontre que c’est le nationalisme qui crée les nations et non pas le contraire (1989, 86. Voy. aussi Brass, 1991). Tous ces mécanismes forment un processus de mise en récit visant à rationaliser, à arranger, à officialiser des trames narratives mémorielles éclectiques en vue de créer un récit collectif singulier et cohérent. Ces réarrangements poursuivent la constitution d’une mémoire collective appelée à se coaguler en une histoire nationale : tout ce qu’on appelle aujourd’hui mémoire n’est donc pas de la mémoire, mais déjà de l’histoire […]. Le besoin de mémoire est un besoin d’histoire (Nora, 1984, 25). Elle tend à se cristalliser autour de certains lieux symboliques forgeant la construction des identités collectives (Nora, 1993. Voy. aussi Frijhoff, den Boer, 1993). Nora précise qu’un lieu de mémoire dans tous les sens du mot va de l’objet le plus matériel et concret, éventuellement géographiquement situé, à l’objet le plus abstrait et intellectuellement construit (Nora, 1993, 1004). Ils sont lieux, en effet, dans les trois sens du mot, matériel, symbolique et fonctionnel (Nora, 1984, 34), bref, des pierres angulaires tant de la mémoire que de l’histoire nationale. C’est dans le même ordre d’idées que l’on peut qualifier la JT et ses divers mécanismes, de lieux de mémoire. Dans les « États en transition », ceux qui cherchent à se (re)construire une identité par une histoire nationale, la JT et ses mécanismes jouent un rôle central dans la (re)création d’une nation, d’un nouvel État(-nation). La JT opère comme un lieu de mémoire à plusieurs égards : lieu abstrait où s’accumulent et se concentrent des souvenirs collectifs, mais aussi lieu concret à travers les diverses matérialisations produites par la JT, qu’il s’agisse de rapports, de comptes rendus, des débats noués en commission, dans les tribunaux ou dans l’espace public. La JT un « lieu de mémoire » parce qu’elle repose, entre autres, sur l’idée que le devoir de mémoire est essentiel lors des processus d’apaisement et de reconstruction du tissu social, un acte indispensable à la constitution d’une mémoire collective et nationale, unique et commune appelée à instituer l’universel. La JT est aussi un lieu de mémoire dès l’instant où ses mécanismes pénètrent l’imaginaire collectif en tant que faits, en tant que moments-clés. La JT est enfin lieu de mémoire dans la mesure où elle est un moment de fixation d’une nouvelle mémoire historique (Nora, 1984, 38).

31En résumé, les mécanismes de la JT sont bien des lieux de mémoires, et cela à deux niveaux : en tant que lieux de cristallisation de l’identité collective et en tant qu’arènes où se construit, se rationalise, se met en récit et s’officialise la mémoire nationale. La JT devient un laboratoire symbolique et réel de concentration et de fabrication des composants de la nation officielle et légitime. Évidemment, ce processus de création d’un mémoriel officiel pour la nouvelle nation, loin d’apparaître de façon naturelle et dans le consensus, accouche dans la douleur, à travers des luttes et des confrontations explicites ou tacites (Nora, 1993, 1010 ; Bourdieu, 2010c ; Mendeloff, 2004, 370 ; Jelin, 2007). Maurice Halbawchs expliquait jadis que toute mémoire collective se construisait au sein d’un groupe social par un recoupement permanent expériences personnelles vécues et de souvenirs individuels ressentis parmi ses membres. Il précisait que cette mémoire n’était ni exacte, ni neutre dans la mesure où elle combinait des perspectives plurielles, qu’elle n’était que le produit d’une relation réciproque entre les souvenirs individuels et le récit collectif dans lequel ceux-ci prenaient progressivement place et sens (1952, 1968). Une fois une mémoire individuelle investie dans la construction de la mémoire d’un autre groupe, elle reste le produit des autres récits qui l’ont traversée, lesquels s’intègrent à la mémoire collective en devenir (voy. aussi Jelin, 2007). Nora en infère que les usages sociaux de la mémoire sont aussi divers et variés que les logiques identitaires (1993, 1010).

  • 19 Notre traduction : power relations and the claim of hegemony are always present. It is a struggle f (...)

32De même, en observant la construction des mémoires collectives dans tel ou tel processus de JT, l’on est très directement confronté à un enchevêtrement de mémoires individuelles et de mémoires collectives. Les groupes rivaux faisant entendre leurs voix divergentes expriment des mémoires antagonistes : la JT se donne précisément pour mission de les réconcilier en vue d’aboutir à un récit plus cohérent et rationnel (Gandsman, 2012 ; Daly, 2008 ; Jelin, 2007 ; Aronson, 2011) et de l’authentifier comme récit officiel de l’universalité de l’État (-nation) en devenir. Mais cette rationalisation du récit par le biais de la réconciliation des antagonismes achoppe bien souvent en perpétuation de luttes de pouvoir notamment symboliques : les relations de pouvoir et l’appel de l’hégémonie sont toujours présents. C’est une lutte pour “ma vérité” avec des partisans, des entrepreneurs de la mémoire et des tentatives d’appropriation (et parfois de monopolisation) des significations et des interprétations [de cette vérité]19 (Jelin, 2005, 198. Voy. aussi Bourdieu, 2010c ; Mendeloff, 2004, 370). Un récit tend à prendre le pas sur les autres et le choix du meilleur récit, du plus acceptable, du plus officialisable, est souvent le résultat d’une lutte dont le vainqueur est celui qui répond le mieux aux valeurs et aux besoins de l’organisation sociale qu’il souhaite voir émerger et auxquels l’ensemble des partenaires en lutte devront s’adapter (Nora, 1984 ; Bourdieu, 2010c). C’est dans les moments de transitions que l’on voit le mieux la façon dont luttent des trames narratives totalement incompatibles entre elles (Gandsman, 2012 ; Dube, 2011 ; Daly, 2008, 26 ; Jelin, 2007) et comment certaines finissent par triompher et s’imposer sur les concurrentes.

2) Des noblesses et rotures du nouvel ordre : vainqueurs et perdants

  • 20 Notre traduction : in the vast majority of cases, transition occurs in conjunction with a project o (...)

33Selon Pierre Bourdieu, entrer dans [le] jeu du politique conforme, légitime, [officiel], c’est avoir accès à cette ressource progressivement accumulée qu’est “l’universel”, dans la parole universelle, dans les positions universelles à partir desquelles on peut parler au nom de tous, de l’universum, de la totalité d’un groupe. On peut parler au nom du bien public, de ce qui est bien pour le public et, du même coup, se l’approprier (Bourdieu, 2012b, 16-17). Dans cette optique sociologique, on peut également lire la JT comme un processus du politique conforme/officiel. C’est un processus qui répond, par exemple, à des normes internationales visant à apporter la bonne réponse à un passé trouble. Dans ces processus, bénéficier du capital accumulé de l’universel internationaliste implique d’entrer dans un jeu politique conforme au discours dominant : le discours des droits de la personne et de la démocratie libérale. Et de fait, tout se passe comme si les mécanismes de la JT étant, généralement, imposés par le « haut », par l’universel international, répondaient aux standards internationaux (Robin, 2012 ; Lundy, McGovern, 2008 ; Miller, 2008 ; Nagy, 2008 ; McEvoy, 2007). Or, aujourd’hui, ces standards s’inscrivent massivement dans une logique globale de défense du modèle démocratique libéral : dans la grande majorité des cas, la transition se produit en conjonction avec un projet de libéralisation économique et/ou politique20 (Miller, 2008, 270).

  • 21 Le « processus de Washington » réfère à toutes les réformes économiques prescrites […] comme remède (...)

34Les « ajustements structurels » prévus dans le cadre du « processus de Washington »21, pour ne citer que l’exemple le plus connu, habitent et traversent la JT. Il est désormais entendu que les transitions démocratiques se doivent de passer à une économie de marché qui permettra aux États en devenir de trouver une place légitime au sein de l’organisation économique internationale (Miller, 2008, 272 ; Lundy, McGovern, 2008, 276). L’intégration dans l’économie mondialisée est ainsi devenue, depuis la fin de la Guerre froide, l’incontestable preuve de la vivacité démocratique d’un État. Et la littérature consacrée semble quasi unanime pour évaluer les succès de la transition à l’aune des impératifs de ce modèle (voy. e. a. Humphrey, Valverde, 2008 ; Nagy, 2008 ; McEvoy, 2007 ; Teitel, 2003). Les luttes narratives qui prennent place dans les arènes de la JT se trouvent balisées de façon à ce qu’émerge une mémoire consensuelle qui réponde aux attentes de ce modèle (néo-)libéral (Miller, 2008 ; Humphrey, Valverde, 2008 ; Nagy, 2008). Par voie de conséquence, les groupes porteurs d’une mémoire capable de s’ajuster au regard des valeurs véhiculées par le modèle dominant sont avantagés et ce à l’intérieur des sites, concrets ou symboliques, de la JT. Comme les conditions de la constitution de [l’] universel, de son accumulation, sont inséparables des conditions de la constitution d’une caste, d’une noblesse d’État, de “monopolisateurs” de l’universel (Bourdieu, 2012a, 16-17), se constituent et se renforcent de nouvelles élites politiques, celles qui disposent précisément des trames narratives les mieux à même de correspondre et de répondre aux impératifs du modèle libéral. Ayant embrassé l’idéologie (néo)-libérale dominante, ces groupes n’éprouvent en fin de compte qu’assez peu de difficulté à porter un récit collectif susceptible de répondre aux impératifs de ce modèle de l’officiel international leur permettant, d’une pierre deux coups, la conquête du capital politique nécessaire. À l’externe, ils acquièrent un capital garant de leur légitimité future dans le nouvel ordre international du concert des nations ; et, en interne, ils se constituent un capital symbolique par cooptation de « l’universel local », susceptible de leur assurer une position dominante dans l’État domestique en devenir.

35La création de l’officiel officiel est… un processus qui passe par la mise en scène de l’officiel sous des formes officielles d’après le célèbre sociologue de la domination et de la distinction (Bourdieu, 2012c). Les mécanismes de la JT procèdent également de ces mises en scène officielles de l’officiel. La plus typique d’entre elles étant « la commission officielle ». Une commission produit un effet considérable, ajoute Piere Bourdieu : elle engendre les effets symboliques produits par la mise en scène de l’officiel, de la conformité officielle à la représentation officielle (Bourdieu, 2012c, 50). Autrement dit, dans le champ qui nous concerne, la commission établit un problème public, un enjeu officiel – celui de la réconciliation nationale –, en donne une définition officielle et détermine les procédés (de mise en scène) qui permettent de le résoudre de manière officielle. Elle officialise l’intérêt à la réconciliation comme un prérequis à la paix, légitime le processus en lui-même, et se donne pour mission – mission intrinsèque à l’idée même de commission – d’apporter une solution publiable (Ibid.). Le rapport étant l’acte ultime, l’acte acté, la solution publiable, il pérennise et justifie le rôle de la commission. Or, un rapport n’est pas un discours ordinaire, mais un discours performatif, rapporté auprès de celui qui l’a demandé et qui, en le demandant, lui a donné d’avance autorité (Ibid.). Autrement dit, la commission, par l’effet de son rapport, « autorise » un récit, crée le récit officiel. Si ce récit est officiel, c’est qu’il était, au préalable, autorisé à faire autorité. Mais il faut aller plus loin. Bourdieu précise ceci : dans son usage originel, en anglais, le mot commission signifie mandat : avoir commission, c’est être mandaté pour faire quelque chose. La question, donc, est de savoir qui commissionne les membres d’une commission. De qui sont-ils les mandataires ? Et est-ce qu’une part de leur action n’est pas là pour théâtraliser l’origine du mandat, pour faire croire en l’existence d’un mandat qui ne serait pas autoproclamé ? (Ibid., 78-79). À toute fin pratique, se pose ici la question de savoir qui sont les mandataires et les mandatés de la JT, qui sont ceux qui donnent autorité et légitimité a priori et ceux qui le font a posteriori.

36Lors de la mise en place des processus de la JT, les mandataires sont issus de deux noblesses d’État, pour le formuler dans les termes du sociologue français : la « noblesse internationale », l’élite internationale (bureaucratie internationale gouvernementale et non gouvernementale) et la « noblesse locale » – constituée par les franges dirigeantes formées et cautionnées par leurs homologues internationaux. Et de fait, l’on constate que ce sont les membres de ces deux types de noblesse qui contrôlent la mise en place, le fonctionnement et, en dernier lieu, les processus d’institutionnalisation de la mémoire collective émergente des États en transition (Daly, 2008, 26). En effet, tant au Chili qu’en Afrique du Sud, entre autres exemples, ce sont les nouvelles élites nationales de ces pays (Robins, 2012 ; Miller, 2008 ; Humphrey, Valverde, 2008 ; Jelin, 2007), assistées et cautionnées par des professionnels (internationaux) de la démocratie (Guilhot, 2001) libérale et universaliste qui ont présidé à la mise en place des mécanismes de la JT. En Afrique du Sud, les dirigeants de l’ANC constituent tout à la fois la nouvelle élite et les responsables-juges des mécanismes de la JT. Au Chili, les figures de proue de la résistance à Pinochet furent également tout à la fois les instigateurs des mécanismes de la JT et les membres-clés des nouvelles élites politiques du pays. Michelle Bachelet (2015), Ricardo Lagos (2015) ou encore Patricio Aylwin (2015) – actuelle et anciens présidents du Chili – ont tous pris part à la mise en place de mécanismes pour faire la lumière sur « les années Pinochet ». Or, ils sont aussi tous les animateurs de mouvements politiques à tendance libérale, ou des descendants d’anciens dirigeants du pays, fortement soutenus par la communauté internationale, qui s’opposèrent à la dictature de Pinochet.

37Les mandataires sont donc ceux-là mêmes qui portent les récits conformes à l’officiel international. S’agissant du choix des mandataires, Bourdieu précise que le groupe dominant coopte des membres sur des indices minimes de comportement qui sont l’art de respecter la règle du jeu jusque dans les transgressions réglées de la règle du jeu (Bourdieu, 2012b, 16) ; autrement dit, pour nous, des agents que le groupe dominant estime conformes et conformés à la doxa de la JT, une doxa naturalisant les normes et valeurs de ce même groupe dominant. Et, de fait, l’on observe que majoritairement, ce sont plusieurs membres de ces élites, ou des individus jugés compétents par ces élites, ces noblesses d’État, qui ont occupé les postes-clés au sein des mécanismes de la JT (Robins, 2012 ; Miller, 2008 ; Humphrey, Valverde, 2008 ; Jelin, 2007).

38En Argentine, lors de la mise en place de la Comisión Nacional sobre la Desaparición de Personas (CONADEP), le nouveau gouvernement a imposé les commissaires qu’il avait soigneusement sélectionnés en raison, entre autres, de leur proximité politique. Cette manœuvre provoqua, un temps, l’ire de larges pans de la société civile qui, au départ, refusèrent de participer à ses consultations et à ses travaux (Crenzel, 2008). De même, en Afrique du Sud, l’ANC fut au cœur de tous le processus de transition alors qu’existaient d’autres groupes ayant participé au mouvement de lutte contre l’apartheid. La centralité de la figure de Desmund Tutu dans la Commission « vérité et réconciliation » fut, à cet égard, très révélatrice. Il fut en effet l’un des principaux opposants à l’apartheid et proche de Nelson Mandela. Il fut aussi celui qui dirigea la Commission vérité-réconciliation sud-africaine et en produisit le rapport.

39En somme, les nouvelles élites organisent la mise en place des mécanismes de la JT, ce sont elles qui y siègent en arbitres et ce sont encore elles qui produisent les rapports et tirent les autres conclusions qui en découlent. Tous les groupes investis dans le processus de construction de la mémoire nationale et de l’établissement de la vérité sur le sombre passé n’entrent donc pas avec les mêmes armes dans les arènes de production mémorielle que sont les mécanismes de la JT. Les élites émergentes libérales, celles qui défont les anciennes pour prendre leur place, arrivent avec un avantage décisif, celui d’avoir réussi à imposer leur trame narrative comme la seule trame légitime, la bonne mémoire de la nation. Elles font de leur mémoire de groupe, cette chose éphémère destinée à mourir avec le groupe qui l’a vécue (Halbwachs, 1952), une mémoire nationale, source d’identité nationale institutionnalisée et pérennisée en histoire nationale.

  • 22 Notre traduction : truth-seeking processes, especially when sponsored by the state, are often influ (...)

40Dans le processus de construction et naturalisation d’une nouvelle identité nationale, la JT est l’un des canaux les plus efficaces de cooptation de l’universel légitime. Car elle devient un lieu majeur d’imposition de la mémoire collective du groupe dominant (Daly, 2008, 28), un lieu de légitimation des élites émergentes : les processus de recherche de la vérité, en particulier lorsqu’elles sont patronées par l’État, sont souvent influencés par des considérations politiques telles que la légitimation politique ou la construction de la nation22 (Androff, 2012, 298).

  • 23 Notre traduction : Democratization was accompanied by neo-liberal economic policies that many have (...)

41Or, la démocratie libérale est en elle-même loin d’être un cadre naturel de mise en place d’une justice sociale toujours effective. Plusieurs auteurs relèvent que la JT tend à reprendre, sciemment ou non, la hiérarchisation implicite entre droits civils et politiques et droits sociaux, économiques et culturels (Lundy, McGovern, 2008). Même en dehors d’une société encore fragile, le modèle économique libéral est lui-même critiqué pour ses effets déstabilisateurs, et potentiellement dévastateurs, sur les franges les plus précaires des sociétés où la cadre national paraît stabilisé (Aronson, 2011 ; Daly, 2008 ; Miller, 2008). La démocratisation a été [souvent] accompagnée par des politiques économiques néo-libérales que beaucoup ont vécu comme une accentuation de la pauvreté et des inégalités sociales23 (Humphrey, Valverde, 2008, 96). D’ailleurs, dans de nombreuses zones, certains membres de la population refusent de participer au processus de la JT, ce refus n’étant pas étranger au sentiment de déconnexion et d’incompréhension entre la population et les mécanismes mis en place.

  • 24 Notre traduction : appears to be viewed as something which 'belongs to' others - chiefly lawyers, p (...)
  • 25 Notre traduction : The cathartic metaphor of a truth commission lacks meaning for a family confront (...)

42De fait, plusieurs s’interrogent sur ce que peuvent leur rapporter de tels enrôlements. En Irlande du Nord, Keiran McEvoy a pu observer un tel sentiment de déconnexion. Il explique que pour bon nombre d’acteurs de la société civile, la JT semble être considérée comme quelque chose qui “appartient” à d’autres – principalement les avocats, les décideurs politiques et les fonctionnaires de l’État24 (2007, 413). Ce sentiment se traduit, selon lui, par l’idée qu’ils n’ont pas leur mot à dire dans ces processus et, par conséquent, aucune raison d’y prendre part (Ibid.). Daly et Robins rapportent, dans le même sens, les propos de paysans timorais pour qui ces mécanismes ne rejoignent pas leurs préoccupations, à savoir des considérations plus élémentaires comme se nourrir, s’habiller et envoyer les enfants à l’école (Robins, 2012, 12-19 ; Daly, 2008, 32). La métaphore cathartique de la commission-vérité n’a pas de sens pour une famille confrontée quotidiennement à des besoins fondamentaux non satisfaits du fait de la perte d’un mari ou d’un fils25 (Robins, 2012, 19). En Afrique du Sud, les plus démunis comprennent l’adhésion des élites aux mécanismes de la JT parce que cela « change leur vie » ; ils soutiennent toutefois qu’eux-mêmes n’ont aucune raison d’en faire autant puisque leur situation reste inchangée (Kambal wa Kambala, 2006, 199).

  • 26 Notre traduction : families in Dili and in rural areas expressed dramatically different needs, with (...)
  • 27 Notre traduction : the Guatemalan case is that most of the victims were indigenous peasant farmers (...)

43De surcroît, tant les questions sur lesquelles se focalisent les mécanismes de la JT que les modalités de leur déploiement participent à des formes d’exclusion objectives. Les grands centres urbains sont souvent surreprésentés dans les arènes de la JT. Commission, enquêtes d’experts et autres sont plus facilement installées dans ces zones (Crenzel, 2008, 181 ; Daly, 2008, 30 ; Popkin, Roht-Arriaza, 1995). En découle une surreprésentation des préoccupations propres aux souffrances des citadins, de leurs souffrances, au détriment de celles vécues dans les zones rurales. Robins constate, par exemple, que les familles à Dili et dans les zones rurales ont affiché, de façon notable, des besoins différents. Les familles vivant en zone rurale priorisent les besoins économiques près de trois fois plus que celles vivant à Dili26 (2012, 11). Les cas des autochtones argentins et guatémaltèques sont aussi révélateurs sur ce point. Ainsi, dans le cas du Guatemala, la plupart des victimes étaient des paysans autochtones d’ascendance maya. Il [est] sans aucun doute beaucoup plus difficile de déterminer les noms et les circonstances de la mort de ces personnes que si la plupart des victimes avaient été citadines et employées ou de la classe moyenne27 (Popkin, Roht-Arriaza, 1995, 97). De même, l’Argentine a déployé une multitude de mécanismes pour faire la lumière sur les années de dictature et rendre justice aux victimes et à leurs familles. Les mesures prises répondirent bien plus aux demandes des groupes de pression urbains (Crenzel, 2008). Cependant, les populations autochtones de ce pays continuent à subir la même négation de leur identité en dépit de timides changements législatifs. La législation du pays et à ce point stricte et stigmatisante que seule une infime minorité peut se prévaloir de ses bénéfices, et continuer à nier la légitimité d’une identité autochtone argentine en tant que telle. Une grande majorité d’autochtones reste alors condamnée à vivre dans les mêmes conditions que sous les anciens régimes dictatoriaux, alors même que la négation de cette identité autochtone aboutit en réalité à nier une partie essentielle de l’identité argentine (Kradolfer, 2008). En fait, la reconstruction identitaire en Argentine et le travail de mémoire qui l’a précédée reposent toujours sur des postulats à peine écornés : l’histoire d’une nation argentine blanche alimentant les impasses de son passé (Ibid.).

44De l’ancrage national de la JT ressort qu’elle est un nouveau processus de construction et de renforcement d’une identité nouvelle certes, mais d’une identité calquée sur celle des nouvelles élites politiques et économiques, identité présentée comme la seule nationale et légitime. Ce faisant, elle perpétue les cycles d’exclusions et de violences structurelles envers les populations les plus vulnérables, celles-là mêmes qui ont souvent le plus souffert lors des années sombres ayant précédé les États en transition. En fait, la JT mobilise un imaginaire valorisant les notions de justice et d’équité alors qu’elle avalise un modèle libéral occultant son rôle dans la perpétuation de nouvelles violences parmi les plus vulnérables. Ce faisant, la JT, loin de pouvoir être lue à l’aune de son rôle thérapeutique, perpétue exclusions et marginalisation sociales parmi les franges les plus démunies de la société (Miller, 2008 ; Humphrey, Valverde, 2008 ; Nagy, 2008 ; McEvoy, 2007 ; Jelin, 2007).

Conclusions : « de l’intérêt au désintérêt »

45Tandis que la JT, en tant que lieu de mémoire et lieu de catharsis, se transforme, avec succès, en lieu de légitimation politique des élites politiques en devenir, elle échoue souvent à guérir les traumas de toutes les couches sociales, particulièrement les plus vulnérables (Daly, 2008, 28). Force est alors de conclure à un échec relatif quant aux objectifs de réconciliation et de pacification du tissu social qu’elle est censée s’être fixée. En effet, dès l’instant où les acteurs de la JT ne veulent ni ne peuvent s’attaquer aux causes structurelles des périodes de troubles, la JT n’est pas à même de soigner les blessures sociales et de garantir les sociétés en transition contre le retour des cycles de violence structurels (Nagy, 2008 ; McEvoy, 2007 ; Aronson, 2011). Ces constats ne sont pas inédits, tant au regard de ses aspects thérapeutiques qu’à l’aune de l’inefficacité de ses réponses aux besoins des franges sociales les plus démunies économiquement, politiquement et socialement. La littérature spécialisée, depuis plusieurs années, pullule de critiques plus ou moins sévères et acerbes (Olsen et al., 2010 ; Mallinder, 2007). Notre contribution, cherchant à comprendre la raison d’être d’une telle persistance dans le constat de l’échec s’en voulait une illustration plus précise. Ces critiques, qui se font de plus en plus nombreuses, restent toutefois inaudibles lorsque vient le moment d’évaluer la pertinence de ces mécanismes ou de proposer des solutions lors des entrées de certaines régions en transition de régime. La JT continue d’être promotionnée sur les plates-formes internationales par les experts internationaux du nation-buiding. Elle continue de bénéficier d’un fort courant de sympathie bien que les cas d’échecs patents soient de plus en plus souvent observés, la persistance de troubles ethniques en Afrique du Sud par exemple (McGregor, 2013 ; Dube, 2011 ; Lundy, McGovern, 2008 ; Miller, 2008 ; Nagy, 2008 ; McEvoy, 2007 ; Mendeloff, 2004 ; Teitel, 2003). La sympathique solution des commissions vérité est si attrayante que l’on va même jusqu’à l’importer et les mobiliser dans des régions qui ne sont pas, à proprement parler, en période de transition. À titre d’exemple, l’on peut citer les commissions canadiennes et australiennes relatives aux autochtones (Chang Mack, Segura Leonardo, 2012). Pourquoi continue-t-on alors à promouvoir la JT ? Pourquoi refuse-t-on d’inventer et d’élaborer d’autres mécanismes ? Y a-t-il certains aspects de cette justice dont le succès caché en ferait quelque chose de si important qu’on aurait besoin de la mobiliser à tout prix ?

46Il nous semble d’abord que l’on n’ait pas capitalisé sur la récurrence structurelle des échecs, car la nature plutôt éclectique reposant sur une lecture ponctuelle et descriptive de cas d’espèce interdit des réflexions plus générales et holistiques sur les défaillances de tels chantiers. Les causes structurelles de ces manquements sont très rarement identifiées. On semble ne saisir les échecs de la JT que comme des insuffisances à pallier, plutôt que comme liés au caractère problématique du mécanisme lui-même. La tiédeur de la critique laisse donc à penser qu’il y aurait un besoin de faire perdurer ce mécanisme avec des réformes cosmétiques pour ne pas entrer dans une délégitimation absolue, puisqu’il continue d’être perçu comme une étape de « progrès ». Mais plus fondamentalement, c’est s’interdire de diagnostiquer plus crûment le caractère légitimateur de ces mécanismes dans leur ancrage idéologique libéral, qui les rendent fort attractifs pour les nouvelles noblesses d’État en quête de légitimité. Et Bourdieu rappelle à propos de la commission (et l’on peut étendre son raisonnement in concreto) qu’il s’agit là d’une une invention organisationnelle qui fonctionne, et [que] si on continue de s’en servir […], c’est qu’elle doit remplir une fonction (Bourdieu, 2012c, 49). La JT est une voie rapide pour la captation du capital de l’universel, capital symbolique des plus prisés pour asseoir une légitimité politique (Bourdieu, 2012b) : telle est bien la fonction de la JT qui fait que l’« on continue de s’en servir ». De fait, la JT possède un fort capital de légitimation, que ce soit pour les nouvelles élites dirigeantes que pour la communauté internationale qui s’en fait le chantre et la propagandiste. Ce caractère légitimateur repose, entre autres, sur deux aspects de la JT : la reddition de compte et le concept de justice qu’elle mobilise. La reddition de compte renforce l’idée de rupture avec les régimes anciennement en place (Thoms et al., 2010 ; Lundy, McGovern, 2008 ; Daly, 2008 ; Miller, 2008). En renforçant l’idée de rupture, les nouvelles administrations renforcent corrélativement leur légitimité :

  • 28 Notre traduction : truth commission report may be most successful in demonstrating the sins of the (...)

Le rapport d’une commission-vérité peut faire état des abus du régime précédent de telle sorte qu’un nouveau gouvernement peut se prévaloir d’une supériorité morale. Le rapport n’empêche pas le nouveau gouvernement de suivre le même chemin que son prédécesseur, mais il peut faire paraître le nouveau gouvernement, du moins à court terme, comme une alternative plus saine au régime précédent. Une commission respectable peut également donner une légitimité au gouvernement comme ce fut le cas en Afrique du Sud, en Sierra Leone, en Argentine et au Chili, entre autres28 (Daly, 2008, 39).

47Est-ce à dire que ce constat d’échec de la JT signifierait qu’il faille s’en détourner et ne rien faire ? Telle n’est pas notre opinion. Il s’agit plutôt de garder en tête cet aspect fondamental, quoique sous-jacent, de la JT et de ne pas la traiter comme un mécanisme premier ni neutre de réparation du tissu social, mais seulement comme un outil complémentaire à d’autres dispositifs et intentions moins avouables. C’est un pur instrument que l’on peut même concevoir comme un gadget politique. Gadget qui se doit de fonctionner subsidiairement comme une ressource dans des stratégies de luttes et de revendications appelant à des transformations plus radicales des sociétés dans les États en transition. Il convient de présenter cet outil et cette ressource comme un simple remède temporaire et circonstanciel à de profondes blessures sociétales mais pas espérer en faire autre chose sauf à s’aventurer dans de nouveaux sentiers conceptuels et véritablement alternatifs, tels les mécanismes de justice restauratrice/réparatrice. Mais là encore, restons vigilants avec les concepts de restauration qui s’articulent bien souvent aux pratiques de « pardon », lesquelles posent une nouvelle série de questions tout aussi délicates que les précédentes…

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Allan A., Allan M., 2000, The South African Truth and Reconciliation Commission as a Therapeutic Tool, Behavorial Sciences & the Law, 18, 4, 459-477.
DOI : 10.1002/1099-0798(2000)18:4<459::AID-BSL366>3.0.CO;2-T

Anderson B., 2006, Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London, New York, Verso.

Andrieu K., 2014, Confronter le passé de la dictature en Tunisie : la loi de « justice transitionnelle » en question, IRIS FRANCE — Observatoire des mutations politiques dans le monde arabe, mai, en ligne, URL [http://www.iris-france.org/docs/kfm_docs/docs/obs-monde-arabe/tunisie-justice-transitionnelle-mai-2014.pdf] [consulté le 1er novembre 2015].

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Androff D. K., 2012, Can Civil Society Reclaim Truth? Results from a Community-Based Truth and Reconciliation Commission, International Journal of Transitional Justice, 6, 2, 296-317.
DOI : 10.1093/ijtj/ijs012

Aristote, 1874, Poétique (traduit par Ch. Batteux), Paris, Imprimerie et librairie classiques de Jules Delalain et fils.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Aronson J. D., 2011, The Strengths and Limitations of South Africa’s Search for Apartheid-Era Missing Persons, International Journal of Transitional Justice, 5, 2, 262-281.
DOI : 10.1093/ijtj/ijr013

Barnet R., Cavanagh J., 1994, Global Dreams: Imperial Corporations and the New World Order, New York, Simon & Schuster.

Brass P. R., 1991, Ethnicity and Nationalism: Theory And Comparison, New Dehli, Sage Publications.

Bourdieu P., 2012a, Les deux faces de l’État, Le Monde diplomatique, janvier, 16-17.

Bourdieu P., 2012b, La fabrique des débats publics, Le Monde diplomatique, janvier, 16-17.

Bourdieu P., 2012c, Sur l’État, Paris, Raisons d’agir/Éditions du Seuil.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bucaille L., 2007, “Vérité et réconciliation en Afrique du Sud” Une mutation politique et sociale, Politique étrangère, 2, 313-325.
DOI : 10.3917/pe.072.0313

Chang Mack H., Segura Leonardo M., 2012, Editorial Note: When Transitional Justice Is Not Enough, International Journal of Transitional Justice, 6, 2, 175-181.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Crenzel E., 2008, Argentina’s National Commission on the Disappearance of Persons: Contributions to Transitional Justice, International Journal of Transitional Justice, 2, 2, 173-191.
DOI : 10.1093/ijtj/ijn007

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Daly E., 2008, Truth Skepticism: An Inquiry into the Value of Truth in Times of Transition, International Journal of Transitional Justice, 2, 1, 23‑41.
DOI : 10.1093/ijtj/ijn004

Dezalay Y., Garth B., 1998, Le "Washington consensus" : Contribution à une sociologie de l’hégémonie du néolibéralisme, Actes de la recherche en sciences sociales, 121-122, 3-22.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Dube S. I., 2011, Transitional Justice Beyond the Normative: Towards a Literary Theory of Political Transitions, International Journal of Transitional Justice, 5, 2, 177-197.
DOI : 10.1093/ijtj/ijr004

Frijhoff W., den Boer P., 1993, Lieux de mémoire et identités nationales, Amsterdam, Amsterdam University Press.

Gandsman A. E., 2012, Retributive Justice, Public Intimacies and the Micropolitics of the Restitution of Kidnapped Children of the Disappeared in Argentina, International Journal of Transitional Justice, 6, 3, 423-443.

Gellner E., 1989, Nations et nationalisme, Paris, Payot.

Guilhot N., 2001, Les professionnels de la démocratie, Actes de la recherche en sciences sociales, 139, 53-65.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Halbawchs M., 1952, Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Les Presses universitaires de France.
DOI : 10.1515/9783110869439

Halbawchs M., 1968, La mémoire collective, Paris, Les Presses universitaires de France.

Hamber B., Nageng D., O’Malley G., 2000, Telling It Like It Is…: Understanding the Truth and Reconciliation Process from the Perspective of Survivors, Psychology in Society, 26, 18-42.

Hayner P. B., 2001, Unspeakable Truths: Confronting State Terror and Atrocity, New York, Routledge.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Humphrey M., Valverde E., 2008, Human Rights Politics and Injustice: Transitional Justice in Argentina and South Africa, International Journal of Transitional Justice, 2, 1, 83-105.
DOI : 10.1093/ijtj/ijn002

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lundy P., McGovern M., 2008, Whose Justice ? Rethinking Transitional Justice from the Bottom Up, Journal of Law and Society, 35, 2, 265-292.
DOI : 10.1111/j.1467-6478.2008.00438.x

Malamud-Goti J., 2010, Editorial Note: A Turbulent Past and the Problem with Memory, International Journal of Transitional Justice, 4, 2, 153-165.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Mallinder L., 2007, Can Amnesties and International Justice be Reconciled?, International Journal of Transitional Justice, 1, 2, 208-230.
DOI : 10.1093/ijtj/ijm020

McEvoy K., 2007, Towards a Thicker Understanding of Transitional Justice, Journal of Law and Society, 34, 4, 411-440.

Smith, A. D., 1987, State-Making and Nation-Building, in States in History, Oxford, New York, Blackwell Pub, 220-63.

Smith A. D., 1994, Gastronomy or Genealogy? The Role of Nationalism in the Construction on Nations, Nations and Nationalisms, 1, 1, 3-23.

Sottas E., 2008, Justice transitionnelle et sanction, Revue internationale de la Croix-Rouge, 870, en ligne, URL [https://www.icrc.org/fre/assets/files/other/irrc-870-sottas-web-fra-final.pdf] [consulté le 1er novembre 2015].

Staub E., 2003, The Psychology of Good and Evil. Why Children, Adults, and Groups Help and Harm Others, Cambridge, New York, Cambridge University Press.

Stern N., 1999, La Fiction psychanalytique. Étude psychologique des conditions objectives de la cure, Bruxelles, Éditions Mardaga, coll Psychologie et Sciences humaines.

Teitel R. G., 2003, Transitional Justice Genealogy, Harvard Human Rights Journal, 16, 69-94.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Thoms O. N. T., Ron J., Paris R., 2010, State-Level Effects of Transitional Justice: What Do We Know?, International Journal of Transitional Justice, 4, 3, 329-354.
DOI : 10.1093/ijtj/ijq012

Haut de page

Notes

1 Notre traduction : on a broad general level the primary objectives of transitional justice are in essence twofold: first, to begin processes of reconciliation among the parties to the conflict and the affected populations by establishing a process of accountability and acknowledgement; and second to deter reoccurrence, ensuring sustainable peace. Both judicial and non-judicial accountability can encourage reconciliation of post-conflict societies.

2 Notre traduction : transitional justice moves from the exception to the norm to become a paradigm of rule of law.

3 Notre traduction : bodies set up to investigate a past history of violations of human rights in a particular country – which can include violations by the military or other government forces or armed opposition force.

4 Notre traduction : creating an authoritative record of past abuses, providing redress for victims, recommending reforms and establishing accountability for perpetrators.

5 Notre traduction : healing, reconciliation, and forgiveness are deeply interrelated. Healing and reconciliation help break cycles of violence and enhance the capacity of traumatized people for psychological well-being.

6 Encyclopædia Universalis, [En ligne], URL [http://www.universalis.fr/encyclopedie/abreaction/] par Pierre-Paul Lacas. Voyez aussi Robinson, 1998, 171-172.

7 En psychanalyse, l’on distingue abréaction primaire – spontanée – et secondaire – provoquée. La secondaire est le produit d’un processus thérapeutique, psychothérapeutique, la première se fait d’elle-même instinctivement, spontanément. Elle sui[t] l’ÈvÈnement aà un intervalle assez rapprocheÏ pour empÍcher que son souvenir soit chargeÏ d’un affect trop important pour qu’il devienne pathogène (Laplanche, Pontalis, 1967, 1).

8 Dans la Poétique, Aristote fait de la catharsis (purgation) l’un des éléments-clés de la tragédie qui au moyen de la péripétie permet de visibiliser les contradictions socio-politiques et morales de la Cité, et d’ainsi les désamorcer en inspirant pitié et crainte (Aristote, 1874, chap. XIV), via l’identification avec le(s) héros : Les agents de [la] catharsis, la pitié et la crainte, sont eux-mêmes provoqués essentiellement par un artifice propre à la tragédie : la péripétie (Joos, 1979, 27). La mise en scène tragique est, pour ainsi dire, l’outil de régulation des passions, des débordements, qui pourraient mettre en danger la paix et la stabilité de la Cité. En purgeant la Cité de ses passions par le spectacle, dans une arène contrôlée, l’on s’assure contre les débordements « publics » qui peuvent mettre en danger la Polis. Et Jean-Ernest Joos de préciser que la Tragédie naît à un moment charnière de l’Histoire ; au moment où naît le droit athénien — droit démocratique, incompatible avec la tradition mythologique — qui va de pair avec la naissance de la Polis et de la démocratie athénienne (Joos, 1979). Ainsi donc, la tragédie, cœur de la catharsis, est un élément intrinsèquement lié à la genèse d’une organisation sociale qui repose, non plus sur la tradition, mais sur le droit.

9 Notre traduction : ruth […] was liberating and psychologically beneficial, as was the space afforded to survivors to publicly recall their traumatic stories.

10 Notre traduction : a dominant narrative of transitional justice is that of truth and reconciliation, and, more explicitly, truth as reconciliation. This posits that the public telling of truth leads to healing for victims individually, and, through the broader truths that emerge, healing and reconciliation for the nation as a whole. 

11 Notre traduction : revealing is not simply healing; the process of healing depends on how we reveal, the context of the revealing, and what it is that we are revealing.

12 Les critiques mettent en avant, entre autres choses, l’imposition d’un cadre d’analyse rigide dans lequel l’interprétation par le psychothérapeute prend place et qui limite a priori le sens et l’orientation du récit du patient.

13 Notre traduction : the Christian-inspired ethos of ‘’reconciliation’’ and that of ‘’rainbow nation-building’’ precluded certain things being said by the relatives of victims and those who had been tortured by the apartheid regime, particularly in the public hearings. […] This led to a form of ‘’second-order traumatisation’’, probably doing more individual harm than good

14 Notre traduction : Testifying before a truth-seeking body is not the same as therapy, and such testimonials carry a danger of retraumatization. The evidence regarding whether giving testimony provides a measure of emotional release or catharsis is mixed.

15 Notre traduction : many families, especially those headed by economically challenged wives, demand reparations and other forms of social support to ameliorate the economic suffering they have felt since losing their household’s primary bread.

16 Notre traduction : they tend to have a narrow focus dwelling upon individual violations resulting in the exclusion of a range of socio-economic injustices.

17 Notre traduction : One of the most important findings of this literature is that transitional justice mechanisms have tended to be designed primarily to facilitate political transition and enable the rehabilitation of existing political and social institutions rather than to ameliorate the suffering of ordinary people who were directly exposed to daily violence and deprivation during times of conflict.

18 Notre traduction : Transition, as normally conceived within transitional justice theory, tends to involve a particular and limited conception of democratization and democracy based on liberal and essentially Western formulations of democracy.

19 Notre traduction : power relations and the claim of hegemony are always present. It is a struggle for “my truth’’, with advocates, memory entrepreneurs and attempts to appropriate (and at times monopolize) meanings and interpretations [of this truth].

20 Notre traduction : in the vast majority of cases, transition occurs in conjunction with a project of economic and/or political liberalization.

21 Le « processus de Washington » réfère à toutes les réformes économiques prescrites […] comme remède aux difficultés monétaires des pays d’Amérique latine : discipline budgétaire et réforme fiscale, réduction des dépenses publiques, libéralisation des échanges et des marchés financiers, privatisation, protection des droits de propriété et, de manière plus générale, dérégulation (Dezalay, Garth, 1998, 3). Ce consensus est la solution qui a été formulée pour répondre à la crise monétaire des années 1980, spécialement dans les États dits émergents ou en développement. Ce consensus, encore aujourd’hui, lie plusieurs États sud-américains et africains – les dits États du Tiers-Monde. Selon ces auteurs, ce « processus » prend racine dans l’idéologie néo-libérale qui devient l’idéologie hégémonique à partir des années 1970 (ibid. Voy. aussi Barnet, Cavanagh, 1994 ; NaiÏm, 2000).

22 Notre traduction : truth-seeking processes, especially when sponsored by the state, are often influenced by political agendas such as political legitimization or nation building.

23 Notre traduction : Democratization was accompanied by neo-liberal economic policies that many have experienced as reinforcing poverty and social inequality.

24 Notre traduction : appears to be viewed as something which 'belongs to' others - chiefly lawyers, policy makers, and state officials.

25 Notre traduction : The cathartic metaphor of a truth commission lacks meaning for a family confronted daily with the unmet basic needs that arise from the loss of a breadwinning husband or a son.

26 Notre traduction : families in Dili and in rural areas expressed dramatically different needs, with almost three times as many families outside Dili prioritizing economic needs.

27 Notre traduction : the Guatemalan case is that most of the victims were indigenous peasant farmers of Mayan descent. It will no doubt be much harder to track down the names and circumstances of death of these people than it would be if most victims were urban and working or middle class.

28 Notre traduction : truth commission report may be most successful in demonstrating the sins of the previous regime so that a new government can occupy the moral high ground. The report does nothing to stop the new government from following in the path of its predecessor, but it can make the new government look, at least in the short term, like a cleaner alternative to the regime that preceded it. A venerable commission may also lend legitimacy to the general government, as it arguably did in South Africa, Sierra Leone, Argentina and Chile, among other places.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nour Benghellab, « Des mythes aux réalités de la justice transitionnelle », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 12 février 2016, consulté le 03 décembre 2016. URL : http://champpenal.revues.org/9235 ; DOI : 10.4000/champpenal.9235

Haut de page

Auteur

Nour Benghellab

University of California, Berkeley. Contact : benghellab.nour@berkeley.edu

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org