Navigation – Plan du site
Dossier : La justice pénale internationale en tant que projet critique

La piraterie atlantique au fondement de la construction des souverainetés coloniales européennes

Michael Hennessy-Picard

Résumés

Figure ambiguë, archétype du guerrier privé, le pirate est généralement l’emblème de la résistance à l’autorité étatique. Or, cette image obscurcit le rôle paradoxal du pirate maritime en tant qu’agent trouble de l’État. Avant de devenir le symbole de l’insubordination anarchiste, le pirate a servi les desseins du colonialisme européen. Les actes de piraterie ont historiquement participé à la construction matérielle et à « l’organisation criminelle » des États européens. Entre 1500 et 1713, les actes de piraterie, loin d’être universellement combattus, ont systématiquement été instrumentalisés par les monarques afin d’affaiblir d’autres souverains ennemis ou concurrents sur le plan économique. Ce n’est qu’une fois l’équilibre des puissances maritimes atteint que la piraterie sera progressivement combattue par la communauté des États européens. La piraterie deviendra alors la catégorie juridique résiduelle par excellence permettant de regrouper, d’occulter et d’écarter les obstacles au commerce des Empires coloniaux européens. La piraterie fut donc instrumentalisée par les États, puis criminalisée pour légitimer les politiques répressives de ces mêmes États.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à remercier Marie-Laurence Hébert-Dolbec et Julien Pieret pour l’organisation de ce numéro spécial, ainsi que Déborah Dubald, Olivier Barsalou, Valentin Lara et les évaluateurs du Conseil scientifique et d’orientation de la revue Champ Pénal pour leurs précieux conseils de révision.

Introduction

1Dans la culture populaire, le pirate est le symbole de la résistance anarchiste au Léviathan, une force centrifuge à contre-courant des forces centripètes du souverain. La piraterie symbolise dans la littérature populaire l’axe de résistance à la domination commerciale des Empires (voy. Rediker, 2004 ; Lamborn Wilson, 2003). Les pirates et les souverains seraient deux acteurs aux intérêts objectivement opposés : les uns accaparent frauduleusement la richesse accumulée des autres et inversement ces derniers les pourchassant afin de protéger leur propriété. Cette proposition est séduisante, mais elle fait l’impasse sur le rôle déterminant que la piraterie a joué dans la construction des Empires.

2En effet, bien qu’il représente encore aujourd’hui une alternative politique à l’ordre dominant, le pirate est l’agent obscur du souverain. Loin d’incarner l’insubordination politique, le pirate est avant tout la figure de proue des monarques. Les actes de piraterie ont historiquement participé à la construction matérielle et à l’organisation criminelle des États européens (Tilly, 2000). Autrement dit, la piraterie est à l’image du système qu’elle prétend combattre. L’histoire, qui est le registre des crimes antérieurs, nous permet de constater que les principales puissances planétaires qui se donnent aujourd’hui le mandat de réprimer la piraterie se sont matériellement constituées en recourant au pillage systématique en haute mer (Policante, 2013). Parmi les moyens d’accumulation primitive de capital dont disposaient les souverains en mer (Marx, 1867), la piraterie en était la pièce maîtresse. Elle constituait un rouage facilitant l’acheminement de trésors pillés en périphérie vers la métropole (Lane, 2015). Avant de sombrer dans l’illégalité, la piraterie est donc le crime fondateur des puissances maritimes européennes.

3La définition même de la piraterie (le larcin par voie de mer) désigne l’accaparement frauduleux de richesses qui caractérisera l’entreprise coloniale dans les Amériques (Lane, 2015, xv). Dans l’espace Atlantique, la piraterie regroupe des pratiques de sabotage, de rapine, de contrebande et de rétorsion qui sont légitimées différemment selon les nationalités : le « privateering » est sollicité par les Anglais, « le maraudage » et « la course » par les Français, et la « flibuste » – littéralement libre acquisition de butin – par les Hollandais (Zahedieh, 1990). Au-delà de ces déclinaisons culturelles, la piraterie a participé au pillage européen du Nouveau Monde.

4La piraterie est traditionnellement définie comme une activité illégale qui la distingue des activités légales du corsaire. Toutefois, comme la notion de terrorisme qui lui succède, la notion de piraterie est hautement politisée et ne sert pas à qualifier de manière objective un acte donné (Puchala, 2005 ; Garapon, 2009). L’activité corsaire est une légalisation de la piraterie en temps de guerre, de sorte que les actes de pillage et de contrebande entrent et sortent de la légalité en fonction des allégeances (Thomson, 1996, 154). Un même marin est considéré pirate ou corsaire dépendamment du point de vue souverain adopté. Les corsaires du roi sont jugés légitimes, alors que les corsaires étrangers sont jugés pirates. En période de guerre perpétuelle pour le contrôle des ressources coloniales, la piraterie désigne surtout l’activité corsaire de l’ennemi. Le détenteur d’une lettre de marque sera déclaré coupable de piraterie s’il est capturé par un vaisseau ennemi.

5Durant la colonisation (XVIe-XIXe), la qualification du crime de piraterie baigne dans un océan d’interprétations souveraines. Une puissance maritime n’hésitera pas à qualifier l’activité corsaire ennemie de piraterie pour réprimer les comportements préjudiciables à ses intérêts commerciaux. Si le pirate perturbe le commerce des uns, le corsaire étend le pouvoir économique des autres (Mabee, 2009, 148). La criminalisation des activités maritimes par le Royaume de Castille, par exemple, est un moyen pour celui-ci de maintenir son monopole sur le commerce de l’or et des esclaves au Nouveau Monde. Les marins étrangers sont capturés, mutilés et attachés à la potence (Bradford, Bradford, 2007, 81). Si au contraire les pilleurs des pillards (Lane, 2015, xvi) rentrent à bon port, ils sont couverts de gloire. Au XVe siècle, le Royaume d’Angleterre légitimera les activités corsaires de ses nationaux en affublant ces derniers de titres honorifiques et de charges publiques (Starkey, 1990, 19). La piraterie s’inscrit donc dans le violent processus de construction des États, engagés dans une lutte intestine pour contraindre leurs concurrents voisins à accepter l’extension de leur souveraineté en haute mer.

6À la lumière de cette dialectique, il est opportun de dépasser la contradiction primaire entre la légalité corsaire et l’illégalité pirate pour proposer une définition synthétique de la piraterie : la piraterie désigne des actes commis sur des navires en mer, impliquant l’emploi de la force par des individus agissant à titre informel pour le compte de l’État d’origine et que l’État lésé considère comme illégaux (vol, viol, meurtre, sac, pillage, recel et contrebande).

7Sur le fondement de cette définition générale, l’objectif de cet article est d’étudier la construction mutuellement renforcée des subjectivités pirate et souveraine. Pour ce faire, l’article circonscrit le champ d’étude à la piraterie telle qu’elle est définie et instrumentalisée par les puissances coloniales européennes entre les XVIe et XIXe siècles. La description de la carrière des pirates et de leurs rapports à l’État sera valorisée afin de souligner le caractère fonctionnel et évolutif de la répression du crime de piraterie. La généralisation, puis la criminalisation de la piraterie accompagne l’expansion progressive des titres de souverainetés européennes en mer. Tour à tour anobli et pendu, le pirate contribue à la construction chaotique et ambivalente des Empires. Il sera successivement marchand d’esclaves, puis gouverneur, et enfin paria. Le paradoxe de la piraterie est élucidé si l’on considère son rapport dialectique à l’enrichissement du souverain : si dans un premier temps le corsaire anglais alimente la caisse des Stuart, dans un deuxième temps, il menace leur commerce triangulaire et deviendra pirate. Mobilisé pour soutenir la guerre de course, le corsaire est anobli. Démobilisé en temps de paix, le corsaire devient un pirate hors-la-loi. Ironie de l’histoire, les pirates ne périront pas tant aux mains des Espagnols que sous les coups de canon des Anglais qui les avaient soutenus à l’origine (Lane, 2015).

8L’organisation chronologique de l’article reflète la tension entre l’instrumentalisation et la criminalisation des pirates dans l’espace-temps européen. Par souci de synthèse, nous distinguerons deux grandes périodes historiques : une période mercantile de recours à la piraterie (1500-1713), et une période de répression des actes de piraterie débouchant sur le libéralisme (1713-1856). Durant la période mercantile de construction des États européens, le fait du Prince et le brigandage pirate se confondent en haute mer. Le mercantilisme européen sollicite la piraterie pour constituer de larges réserves de matière première nécessaire à son développement. Entre 1500 et 1713, les actes de pirateries, loin d’être universellement combattus, sont souvent instrumentalisés par certaines entités souveraines afin d’en affaiblir d’autres, ennemies ou concurrentes sur le plan économique.

9Ce n’est qu’après les traités d’Utrecht de 1713 que la lutte contre la piraterie s’engage véritablement et que des entités souveraines jugent et condamnent les personnes coupables d’actes de piraterie même lorsque que ceux-ci ont été menés contre les intérêts d’entités souveraines ennemies ou concurrentes sur le plan commercial. Si la piraterie est originellement encouragée par la pratique généralisée des lettres de marque, elle sera progressivement combattue par la communauté des États. Après plus de deux siècles de guerres incessantes, une fois l’équilibre européen atteint, les puissances maritimes s’entendent pour limiter la liberté de navigation aux seuls détenteurs de droits de passage autorisés à commercer au nom du souverain. À partir du XVIIIe siècle, les activités de police maritime ne souffriront plus de défi à leur monopole de la violence en mer (Heller-Roazen, 2009, 177). Les violences concurrentes à la violence européenne sont alors regroupées sous un même étendard : la catégorie négative de piraterie, prise dans les filets de la compétence « universelle » des États. Toute entité politique faisant obstacle à l’expansion maritime sera qualifiée de « pirate ». Ayant fait ses preuves dans l’Atlantique, la répression internationale de la piraterie continuera de légitimer les politiques d’expansion européennes au Moyen-Orient, en Inde, et en Asie du Sud-est.

I - L’instrumentalisation de la piraterie dans l’expansion coloniale des puissances européennes (1500-1713)

  • 1 Du latin hostis humani generis (Cicéron).

10Si la piraterie correspondait à la définition classique du droit international (« ennemi commun de l’humanité 1»), on devrait observer dans les faits une condamnation de tous les pirates par toutes les entités souveraines. Or, en pratique il n’en est rien. Aux yeux des souverains européens en lutte pour le contrôle des mers, la piraterie, lorsqu’elle est pratiquée contre l’ennemi, n’est pas considérée comme un crime. Au contraire, elle est encouragée lorsqu’elle résulte en la capture de biens ennemis. Au lendemain de la découverte des Amériques, le souverain profite officieusement de la piraterie de ses sujets, avant d’en faire une politique officiellement inscrite dans sa stratégie navale. Entre 1500 et 1648, les pirates qui attaquent l’ennemi sont adoubés par les entités souveraines quand ils ne sont pas envoyés de manière plus ou moins informelle par les souverains eux-mêmes. Puis, en raison de la continuation des guerres de courses (1648-1713), la piraterie est formalisée et juridiquement encadrée : le pirate devient corsaire.

1) Le pirate adoubé après avoir attaqué l’ennemi (1492-1562)

11La découverte des Amériques est propice à la généralisation de la piraterie européenne. En fréquentant les ports d’Espagne et du Portugal, les marins anglais et français sont témoins des richesses innombrables dont regorge le Nouveau Monde, et convoitent les trésors que les conquistadors confisquent aux Amérindiens. Toutefois, une clause d’exclusivité du droit de navigation espagnol consignée dans une Bulle papale leur interdit d’emprunter les nouveaux couloirs maritimes (Garrod, 2014, 196). En effet, le Traité de Tordesillas, signé de la main du Pape Alexandre VI en 1494, partage le Nouveau Monde entre les Espagnols à l’ouest et les Portugais à l’est. En vertu des dispositions du Traité, les royaumes catholiques d’Espagne et du Portugal excluent les étrangers, et particulièrement les hérétiques protestants, du droit de navigation dans les Indes Orientales et Occidentales. Est alors qualifié de « pirate » par le Royaume de Castille tout navire autre qu’espagnol naviguant vers les Açores et les îles du Cap Vert (Schoell, 1837). Dans ces conditions, Français, Anglais et Hollandais n’hésitent pas à envoyer des « pirates » à l’assaut des navires revenant des colonies. Ceux-ci interceptent les richesses indigènes dans les Caraïbes, avant qu’elles ne parviennent à destination au port de Cadiz en Espagne.

12La réaction espagnole ne se fait pas attendre : pour conforter son monopole commercial, le Royaume de Castille criminalise la rapine des marins protestants et renforce la Carrera de Indias, convoi de navires protégé par un galion puissamment armé. Entre 1520 et 1650, l’Espagne pourchasse sans relâche les navires étrangers. Interdits de commerce, les navigateurs protestants tombent inévitablement dans la contrebande illicite. S’ils sont capturés en mer, les Espagnols les torturent pour dissuader l’ennemi (Bradford, Bradford, 2007, 81). En dépit des atrocités commises par l’Invincible Armada, Français, Anglais et Hollandais multiplient les assauts pirates (Pérotin-Dumon, 1991, 206). La « piraterie » qualifie alors le vol de marchandises espagnoles précédemment volées aux Amérindiens.

13La compétition maritime pour l’accès aux richesses en provenance du Nouveau Monde débouche sur une frénésie d’actes de piraterie. Dans ce contexte, le pillage du Nouveau Continent est un acte de piraterie généralisée perpétré par des marins aguerris, mais peu scrupuleux, qui jouissent de la bénédiction des souverains européens.

14Si les mercenaires nord-européens sont criminalisés par l’Espagne, ils sont célébrés et récompensés une fois de retour au pays. En 1523, le capitaine normand Jean Florin capture dans les eaux entre les Canaries et les Açores deux caravelles espagnoles parties de Vera Cruz et chargées des trésors de Montezuma. Les Espagnols le pourchassent pour piraterie, mais sitôt revenu dans sa ville natale de Villequier, Florin est célébré et devient un héros populaire (Konstam, McBride, 2000, 25). Bien que des actes contre la piraterie soient promulgués, comme sous le règne du roi d’Angleterre Henri VIII en 1536, nombre des vice-amiraux de la côte chargés de réprimer la contrebande pirate ne sont autres que des pirates eux-mêmes (Gosse, 1952, 375).

15Des Açores, la piraterie s’étend aux Caraïbes dans la seconde moitié du XVIe siècle. En 1553, Jambe-de-bois pille Saint Domingue. L’année suivante, Santiago de Cuba est saccagée et ses églises profanées. Français et Anglais envoient leurs renégats pour forcer leur entrée dans les colonies, et y échanger sucre, cacao, tabac, tissus et argent. Les Caraïbes deviennent le déversoir pénitentiaire pour la Couronne, […] un tas de fumier sur lequel l’Angleterre jette ses ordures (Pitiot, 2009, 74). En 1562, inspiré par les récits de voyage espagnols, le corsaire anglais John Hawkins découvre le commerce esclavagiste et sucrier dans les nouvelles plantations antillaises, fondé sur une relation triangulaire (sucre-armes-esclaves) entre l’Amérique, l’Europe et l’Afrique. Hawkins réussit à se rendre en Afrique de l’Ouest à l’aide d’un navigateur espagnol. Il y achète 300 esclaves, pour ensuite les échanger en Hispaniola (Haïti) contre du sucre, des perles et de l’or, destinés au marché européen. Il est récompensé de ses efforts lorsqu’il obtient des planteurs espagnols un contrat d’exploitation commerciale. Pour l’obtenir, il fait au large des côtes antillaises une démonstration de force destinée à convaincre le Gouverneur espagnol, pourtant défendu de commercer avec l’ennemi, d’accepter la présence d’un navire étranger dans le port d’Hispaniola. À l’époque, seuls quelques ressortissants espagnols étaient munis de licences ou asientos autorisant la traite. Or, la piraterie permet de briser le monopole espagnol de la traite (Curtis, 2013, 15). Dangereusement armé de canons, Hawkins réussit à légitimer sa situation et obtient un titre de commerce des autorités portuaires (Pérotin-Dumon, 1991, 208). Devenu l’un des plus riches marchands d’Angleterre, Hawkins est poursuivi pour piraterie par l’Espagne. Mais Hawkins n’a rien à craindre. Il sait bien que la reine a besoin de marins expérimentés pour défendre l’Angleterre lorsque la guerre deviendra inévitable. La reine le prend à son service et le nomme trésorier de sa flotte de combat (De Wismes, 1999, 97). Cette conversion du pirate Hawkins, devenu assez puissant, en marchand d’esclave et trésorier de la flotte royale, accompagne la dissolution du monopole espagnol sur le commerce atlantique. Progressivement, les pirates se font complices du système esclavagiste pour financer l’établissement des plantations sucrières en Jamaïque et à Saint-Domingue (Moreau, 2006, 127).

16Les aventures de Jean Florin et de John Hawkins démontrent que la piraterie est récompensée par le souverain lorsqu’elle conforte ses intérêts géostratégiques. Ces victoires précoces vont inspirer de nombreuses ententes plus ou moins formelles entre souverains européens et marins afin de s’enrichir sur le dos des conquistadors.

2) L’instrumentalisation informelle de la piraterie par les souverains européens (1577-1670)

17La piraterie est une guérilla maritime dont les États se font progressivement complices. La piraterie contribue à l’équilibre des puissances coloniales à une époque où le Royaume de Castille menace d’écraser ses rivales européennes de tout son pesant d’or. Sans les actes de piraterie des corsaires Drake (1540-1595) et Morgan (1637-1688), la puissance navale de l’Angleterre n’aurait point tenu tête à l’Invincible Armada (De Wismes, 1999, 100). Passons en revue les exploits de ces deux navigateurs et examinons la légitimation postérieure de leurs actes par le souverain reconnaissant.

18Tout d’abord, l’Angleterre protestante, inquiète de l’essor du Royaume catholique de Philippe II, encourage officieusement le pillage des Flotas del Oro. En 1577, l’intrépide navigateur Francis Drake est chargé d’arraisonner et de piller les galions espagnols sur ordre secret et au profit de la reine Elizabeth. Il traverse l’Océan Atlantique, contourne le Détroit de Magellan, et rejoint la côte Pacifique. C’est là qu’il terrorise et ravage les possessions espagnoles. Surnommé El Draque (le Dragon) par ses ennemis, il réussit en 1579 l’une des plus grandes prises de l’histoire de la piraterie transatlantique en capturant le navire Nuestra Señora de la Concepción dont les cales regorgent d’or, d’argent et de perles. À son retour, Drake partage son butin – plus de trente tonnes – avec la reine Elizabeth. Le coup porté au prestige de l’Espagne est terrible et compromet le crédit de Philippe II (Le Ris, 2001, 318-331). L’ambassadeur d’Espagne proteste en personne auprès de la reine et exige la pendaison de Drake. En réponse, Sa Majesté se rend sur l’embarcation du maître voleur (Gosse, 1952, 144). Empoignant l’épée royale devant une foule médusée par la crainte de voir Drake décapité (Pitiot, 2009, 119), la reine l’adoube pour services rendus à la Couronne. Durant la cérémonie, les convives ne manquent pas de remarquer qu’Elizabeth, enrichie par la piraterie anglaise, porte une croix de diamants et un collier de perles, tous deux confisqués aux Espagnols (De Wismes, 1999, 99).

Queen Elizabeth I knighting Drake on board the Golden Hind at Deptford, 4th April, 1581.

From a drawing by Sir John Gilbert, M.A.

(Source : Archer Th, 1880, Pictures and royal portraits illustrative of English and Scottish history from the introduction of Christianity to the present time, Vol. 1, London, Blackie & son.)

19Un autre épisode illustre l’instrumentalisation des pirates par la Couronne anglaise pour affaiblir la puissance commerciale des Espagnols. À partir de 1654, Cromwell se lance à la conquête de l’île d’Hispaniola grâce aux talents du corsaire Henry Morgan. L’attaque est néanmoins un échec. Incapables de prendre l’île par surprise, Morgan et son équipage se rabattent sur Port Royal, en Jamaïque, alors possession espagnole. La ville portuaire est capturée par les Anglais en 1655. Devenu le bastion de « pirates hérétiques » dans les Caraïbes, Port Royal devient le cauchemar des Espagnols. Sa population interlope sillonne l’archipel, pille ses rivages et saccage les lieux de culte catholique. Avec la complicité du Gouverneur local, Henry Morgan organise des raids incessants contre Cuba. En 1663, il pille Gran Granada au Nicaragua. Sa réputation de chef de guerre auprès des boucaniers le propulse amiral des Frères de la Côte (Pitiot, 2009, 151). Puis, en 1670, Morgan fomente le sac de Panama, forteresse espagnole réputée impénétrable. L’opération est de grande ampleur et réunit trente-huit navires et deux mille hommes. L’expédition implique de remonter la rivière Chagres et de traverser la jungle jusqu’au Pacifique pour prendre les Espagnols par surprise. Si plus de la moitié de l’équipage périt dans d’affreuses souffrances avant même d’arriver à destination, Morgan assiège la ville et mène ses boucaniers à la victoire. Le sac de Panama est une outrecuidante défaite pour l’Espagne. Humiliée, elle réclame la tête de Morgan. En conséquence, le corsaire est capturé et ramené à Londres pour répondre devant la justice de ses « actes de piraterie ». Mais, au lieu de punir son sujet, le Roi Charles II récompense sa bravoure et l’anoblit. L’architecte de la débâcle espagnole devient Sir Henry Morgan. Il est renvoyé à Port Royal à titre de Lieutenant-gouverneur de l’île et y développe l’activité sucrière (Gosse, 1952, 198). Puis, à partir de 1681, Morgan s’illustre à titre de chef de justice en chassant les flibustiers hollandais et espagnols dans les rades jamaïcaines (Marley, 1994, 139-140). Ce « pirate hérétique » autrefois chassé par l’Espagne devient à son tour chasseur de pirates espagnols. La reconversion de Morgan en gestionnaire de Port Royal illustre l’habilité avec laquelle les privateers anglais s’emparent de colonies espagnoles. Loin de devenir les « ennemis communs de l’humanité », les pirates sont anoblis et accèdent au statut de hauts fonctionnaires de la Couronne. Particulièrement prisée pour fragiliser le monopole commercial ibérique sur les comptoirs coloniaux, la piraterie européenne remplit une fonction régulatrice jusqu’en 1650 : elle participe à l’équilibrage des pouvoirs et empêche qu’une puissance hégémonique, en l’occurrence l’Espagne, ne déclasse les autres en mer.

Lithographie. Portrait of Sir Henry Morgan

(Source : Exquemelin A. O., 1684, The History of the Bucaniers: more especially the unaparallel’d atchievements of Sir Henry Morgan, London, for Thomas Malthus.)

3) La formalisation de la piraterie en raison de la continuation des guerres de courses (1648-1700) : la généralisation des pratiques corsaires

20Entre 1650 et 1700, les frontières entre activités corsaires et pirates aux confins de l’Empire se brouillent davantage encore, si bien que l’activité corsaire provoque la piraterie organisée (Thomson, 1996, 43). Alors qu’elle bénéficiait autrefois de l’acquiescement implicite du Souverain, voilà que la piraterie est couverte de gloire. C’est le début de la grande époque des lettres de marque qui encadrent les activités corsaires. Dûment mandaté par le Roi qui lui confie la mission de « courir sus » les navires de commerce ennemis (Blond, 2014, 34), le corsaire est un commerçant en prises (Deschamps, 1962, 6), un mercenaire accrédité à négocier à son péril et sa fortune (Bonnôt de Mably, 1768, 425). Le corsaire est couvert du sceau royal, contrairement au pirate hors-la-loi et au corsaire étranger qui, capturés, ne pourront bénéficier des mêmes immunités juridiques (Garrod, 2014, 198). Il convient ici de préciser que de nombreux actes de simple brigandage ne s’insèrent pas directement dans les logiques des entités souveraines. Il n’en demeure pas moins que le souverain a un intérêt commercial dans les entreprises corsaires, puisque lui revient une commission dans la liquidation des prises (Merrien, 1992, 92). Ces prises en série consolident le partenariat public-privé entre souverains et brigands. En l’absence de marine organisée, le souverain étend sa juridiction en haute mer en déléguant son autorité à des opérateurs privés, qui lui reversent une partie des capitaux générés par la conquête pirate de territoires étrangers (Policante, 2013, 55).

21Au tournant du XVIIe siècle, le nomadisme pirate, initialement autonome, est capté par le souverain pour accroître son pouvoir. La piraterie émerge partout où les juridictions souveraines sont en construction. Une fois les droits coloniaux acquis à l’ouest, la piraterie se déplace vers l’est. Alors en guerre avec l’Espagne, les Huguenots des Flandres s’établissent dès 1598 dans l’île Maurice. Ils font également escale sur l’île de Java et dans les Moluques en Indonésie. Ayant été préalablement chassés des routes commerciales par leurs concurrents espagnols et portugais, ils organisent la riposte commerciale en formant des compagnies à chartes. En 1602, la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales est créée afin de concurrencer les marchands portugais, munis de droits de commerce exclusifs dans les eaux indiennes. Le capitaine hollandais Heemskerck, qui est à l’emploi de la Société d’État, confisque un galion portugais dans le détroit de Malacca. C’est la première d’une longue suite de prises hollandaises en représailles à la guerre économique que livrent Portugais et Espagnols contre les Provinces Unies.

  • 2 C’est ainsi que le cardinal Granvella, ministre de Philippe II, les surnommait ; voir Gosse (1952, (...)

22Après la destruction de la flotte espagnole à Gibraltar par la « République des gueux » en 1607, Espagnols et Hollandais entament en 1608 des négociations qui, un an plus tard, aboutissent à la Trêve d’Anvers. Indissociable de l’activité des compagnies à charte, la piraterie hollandaise contraint les Espagnols à abandonner leur monopole commercial. Fondée en 1621, la Compagnie néerlandaise des Indes Occidentales poursuit des activités à la fois marchandes et corsaires. Elle organise un réseau de contrebande sur les routes maritimes pour concurrencer le commerce espagnol et portugais. Dernière venue des puissances maritimes européennes, la Hollande bâtit au XVIe siècle la flotte la plus puissante d’Europe. Dans une surprenante inversion des rapports de force, les chasseurs ibériques de pirates hollandais sont pourchassés à leur tour. En 1627, l’amiral contrebandier hollandais Piet Heyn capture la flotte mexicaine à Cuba. Les marchands hollandais n’hésitent pas à piller les lourdes cargaisons espagnoles avant qu’elles ne rentrent à bon port. Adoptant le titre collectif de Gueux de mer2, ils passent même davantage de temps à confisquer le butin des navires ennemis qu’à protéger les navires de leurs compatriotes (Pérotin-Dumon, 1991, 210). Les mercenaires hollandais sont en principe des corsaires à l’emploi des compagnies à charte, mais dans les faits ils piratent les convois de marchandises à destination des Royaumes catholiques.

  • 3 Voir l’article V du Traité de Münster, conclu le 30 janvier 1648 entre le Roi d'Espagne et les Seig (...)

23Au prétexte d’assurer la libre circulation en mer, le mercenariat hollandais prolonge les actes de piraterie dans les Indes orientales et occidentales. Il contribue à déplacer le pouvoir vers le Nord de l’Europe au XVIIe siècle. En conséquence, l’Espagne, se résigne à perdre son monopole commercial dans les Amériques et à signer le Traité de Münster en 1648, puis le Traité de Madrid en 1670. Elle promet de respecter la propriété des colonies rivales en Amérique et en Afrique à condition que ces dernières cessent d’attaquer son commerce et de naviguer dans ses eaux3.

24Toutefois, ces pactes de non-agression n’infléchissent pas l’usage systématique des corsaires, puisque la guerre de courses se perpétue entre les puissances navales européennes. En Angleterre par exemple, Oliver Cromwell fait appel aux privateers pour exercer son « droit de représailles » à l’encontre des colonies papistes. En vertu d’une série d’Actes de Navigation, adoptés en 1651, 1660 et 1663, les marchands anglais sont autorisés à commercer avec les contrebandiers (freebooters) pour porter préjudice à l’Espagne (Bialuschewski, 2008, 54).

25La période d’ajustement politique en Europe, située entre 1689 et 1713, est mouvementée et marquée par des guerres de courses hybrides qui combinent l’usage de marines royales et de corsaires (Mabee, 2009, 150). Les guerres des Ligues des Habsbourg (1689-1696) et de succession au trône d’Espagne (1701-1713), détruisent des carrières et font naître des vocations. Un roturier, Jean Bart, corsaire de Dunkerque au service de Sa Majesté Louis XIV, triomphe des Hollandais à la bataille du Texel en 1694. Il est anobli. En 1696, Bart brise le blocus du port de Dunkerque verrouillé par les Anglais et Hollandais, et brûle plus d’une quarantaine de navires ennemis. Le Roi le récompense en le nommant chef d’escadre en 1697 (De Wismes, 1999, 133). La même année, le Traité de paix de Ryswick est signé par Louis XIV et l’empereur Léopold Ier, qui met fin à la guerre de course entre Français, Anglais, Hollandais et Espagnols. La paix ne dure que quelques années. Dès 1701, la guerre de Succession d’Espagne débute et entraîne dans son sillage une armée de corsaires (Tracy, 1993, 95).

II - La criminalisation de la piraterie en lien avec la monopolisation étatique de la violence légitime en haute mer (1701-1856)

26Même si les États européens interdisent l’émission des lettres de marque en temps de paix (Rediker, 2004, 26), ils éprouvent des difficultés à démobiliser pacifiquement les corsaires une fois la guerre terminée. En conséquence, les corsaires employés par le souverain en temps de guerre deviennent pirates et attaquent indistinctement les convois de marchandises. Pour remédier à ce problème, les États prolongent leurs juridictions nationales en haute mer pour tenter de réprimer la piraterie. Mais la criminalisation des corsaires démobilisés contribue à radicaliser le comportement des pirates : il s’agit de l’Âge d’or de la piraterie. Cet Âge d’or n’est que de courte durée (1713-1725) puisque, confrontés à la radicalité des pirates, les États européens s’entendent pour organiser la répression internationale de la piraterie au nom du libéralisme économique. C’est alors que la lutte contre la piraterie s’universalise.

1) Effectivité du droit pénal interne et ineffectivité de la répression internationale de la piraterie (1700-1713)

27Il n’est pas rare qu’au cours de sa carrière un corsaire entre et sorte de la légalité à de multiples reprises (Rediker, 1987, 83). Tantôt matelot d’un bâtiment royal, mercenaire d’un pavillon marchand, ou pirate de frégate, le marin a des compétences techniques transversales qui facilitent sa mobilité (Glete, 1999). Lorsqu’il n’est pas employé par le Prince pour saborder les navires ennemis, le corsaire assure la sécurité des convois marchands des compagnies à charte, ou procède à la contrebande de marchandises entre les comptoirs coloniaux et les ports européens (Mabee, 2009, 147). Versé dans l’art du pillage, de la guerre et du commerce, le corsaire démobilisé trouvera souvent le moyen d’obtenir une autorisation légale auprès d’un souverain, d’un gouverneur ou d’une compagnie à charte pour accomplir ses actes de prédation (Benton, 2005). En conséquence, les catégories de matelots, corsaires, pirates et marchands sont souvent indistinctes et pour remédier à cette indistinction, les juridictions nationales précisent les contours de la légalité en mer. Le souverain punit de mort l’atteinte à ses intérêts en mer. Est désormais qualifiée de piraterie toute destruction ou confiscation de la propriété commerciale du souverain en mer, quelle que soit la nationalité du contrevenant.

  • 4 Trial of Captain William Kidd, at the Old Bailey, for Murder and Piracy upon the High Seas; and of (...)

28Au retour de la guerre, les États adoptent leur propre législation anti-pirate. Puisque les Traités européens ne sont pas respectés en haute mer, réputée incontrôlable, c’est le droit interne qui rend effective la répression de la piraterie. Dans ce contexte, la juridiction des États se prolonge en haute mer au nom de la répression du crime de piraterie. Les souverains investissent l’espace maritime en déplaçant sur celui-ci des tribunaux itinérants que sont les navires. Par exemple, la loi anglaise de 1700 – Act for the More Effectual Suppression of Piracy – autorise, en vue de protéger le commerce, le jugement de pirates en mer sur les navires de Sa Majesté. Les tribunaux de l’Amirauté sont également compétents pour juger des actes de piraterie dans les colonies et les plantations de l’Amérique du Nord et des Antilles (Gosse, 1952, 375). C’est sur le fondement de cette nouvelle législation qu’un des procès les plus retentissants de l’histoire de la piraterie, le procès de William Kidd à Boston, sera tranché en faveur des compagnies royales4.

29Situons en premier lieu l’affaire. En l’absence de contrôle souverain des mers, William Kidd, un corsaire au service de Sa Majesté le roi d’Angleterre, se propose, en temps de guerre de course avec la France, de lancer une contre-offensive ciblant les pirates français. Muni de lettres de marque, il longe les côtes américaines à partir de 1696, sans succès, mais bifurque ensuite vers l’Océan Indien. Au nom de la Couronne, Kidd prétend débarrasser les mers des pirates, alors qu’il en est un lui-même. William Kidd, pirate, devient Captain Kidd, chasseur de pirates, même s’il ne tient pas parole et confisque, sans autorisation, les trésors de l’Inde dans la région de Madagascar. Ayant subi des pertes conséquentes en raison d’attaques indiscriminées contre ses navires, la Compagnie britannique des Indes Orientales demande sa tête. Le 23 mai 1701, Kidd est condamné à mort pour piraterie et pendu au bord de la Tamise. L’histoire de Captain Kidd révèle l’évolution des politiques publiques en matière de répression de la piraterie : les juridictions nationales s’emparent du problème pirate en raison des pertes économiques qu’il fait subir aux compagnies royales.

Gravure sur bois. « The body of William Kidd hangs in a gibbet at Tilbury Point, on the River Thames, 1701 ».

(Source : Ellms Ch., 1837, The Pirates Own Book. Authentic Narratives of the Most Celebrated Sea Robbers, Portland, Sanborn & Carter)

30Si Captain Kidd est exécuté en public, c’est par l’entremise de la Compagnie britannique des Indes Orientales qui réussit à faire de son procès une affaire d’État (Ritchie, 1986). En alimentant les caisses du roi grâce au lucratif commerce esclavagiste, les compagnies royales sont en mesure d’inciter le Parlement anglais à condamner les actes de piraterie internationale préjudiciables à leurs intérêts (Pérotin-Dumon, 1991, 217). En commanditant d’impitoyables campagnes judiciaires contre les actes de piraterie, les compagnies à charte bénéficient de la protection souveraine de Sa Majesté aux quatre coins du globe (Ibid., 199). Leur monopolisation du commerce des plantations a pour conséquence la perte d’immunité nationale du pirate anglais, devenu parasitaire. Pareillement, la législation française permet aux autorités locales de poursuivre leurs propres ressortissants pour piraterie (Ibid., 218). Si le crime est commis en haute mer, la juridiction nationale dans les colonies est compétente selon le principe d’extraterritorialité (Ibid., 202). Ainsi, la répression nationale de la piraterie devient plus féroce à mesure que se constituent les monopoles commerciaux des compagnies d’État. Un autre facteur explique le durcissement de la législation anti-pirate : la consolidation des marines royales durant la Guerre de succession au trône d’Espagne (1689-1713) permet de projeter la force souveraine en haute mer pour détruire les repères pirates (Lane, 2015). Entre 1700 et 1800, la marine navale assiste les convois de compagnies à charte, assure la capture de navires ennemis et partage une partie des prises avec les compagnies nationales (Anderson, Tollison, 1983, 560).

31Suivant le précédent espagnol, l’Angleterre et la France répriment sévèrement les attaques de leurs couloirs maritimes en période d’ascension militaire et commerciale. Toutefois, malgré le durcissement des législations pénales nationales, la piraterie subsiste. Détail important, la législation anglaise n’interdit pas l’emploi de corsaires à la solde de l’Angleterre visant la destruction du commerce ennemi (Garrod, 2014, 201). Les Actes de Navigation précités codifient le monopole commercial de l’Angleterre dans ses colonies sans prohiber l’usage de privateers et de freebooters. Les tribunaux domestiques punissent les atteintes aux intérêts commerciaux de Sa Majesté, mais garantissent l’impunité des sujets anglais à l’étranger (Harding, 1999). En France aussi, le vol est interdit lorsqu’il menace les intérêts nationaux, et autorisé lorsqu’il alimente les caisses du roi. En 1697, des boucaniers sous commandement du Gouverneur de Saint Domingue, possession française, participent au raid de Carthage (Pérotin-Dumon, 1991, 221). Le butin est alors partagé entre l’État commanditaire et l’équipage corsaire. La piraterie est inscrite dans un jeu mercantile à somme nulle, où l’enrichissement des uns passe par l’appauvrissement des autres, et où tous les moyens sont permis pour arriver à cette fin, surtout en temps de guerre. Durant la Guerre de succession au trône d’Espagne, 2 000 prises sont effectuées en mer. Le Conseil des prises en France (1702-1713) et les prize courts en Angleterre régulent la redistribution des biens étrangers confisqués par les corsaires au nom du Roi (Bromley, 1987 ; Harding, 1999). L’English Prize Act (1708) autorise même le corsaire à garder la totalité de ses prises afin d’encourager le mercenariat (Thomson, 1996, 23).

32Dans les colonies, le même double jeu persiste : au nom de la liberté et de la protection du commerce, les gouverneurs des colonies et les vice-amiraux sont compétents pour capturer les pirates et les juger d’après les lois en vigueur en Angleterre. Mais ces mêmes personnalités disposent simultanément du droit de signer des lettres de marque ordonnant la destruction de navires commerciaux ennemis. Enfin, les compagnies à charte sont autorisées par le Souverain à recourir aux mercenaires et corsaires pour assurer la protection de leurs biens marchands et de l’équipage. En l’absence de police maritime, les marchands assurent leur propre protection par des moyens privés. De nombreux marins accusés de piraterie par l’Angleterre sont en vérité des capitaines marchands accrédités par les Provinces Unies et la France (Blond, 2014, 34). Pour toutes ces raisons, les pirates persistent à infliger des pertes considérables en mer.

33En 1713, la paix d’Utrecht met fin à la guerre coloniale. Elle marque le passage à l’organisation de marines royales, qui tirent une rente de la protection des compagnies à charte. Entre 1714 et 1750, les grandes familles marchandes estiment que le commerce maritime devient plus profitable et fiable s’il est placé sous la sécurité militaire de l’État (Pérotin-Dumon, 1991, 218). La signature du Traité d’Utrecht consacre une nouvelle configuration du pouvoir au sommet de l’État : l’alliance entre la noblesse militaire et la classe marchande qui chacune se spécialise pour pacifier les couloirs maritimes au nom du souverain (Policante, 2013, 61). En vertu des dispositions du Traité d’Utrecht, les corsaires sont démobilisés, contraints de se reconvertir en colons ou dans le négoce maritime. Entre 1712 et 1714, la British Royal Navy démobilise plus de trente-six mille marins (Rediker, 2004, 55), soit soixante-quatorze pour cent de sa flotte.

  • 5 Voir articles 10 à 15 du Traité de paix et d'amitié entre la France et la Grande-Bretagne pour conc (...)

34Le Traité d’Utrecht5 établit des relations d’égalité et de non-discrimination entre les principales puissances économiques, la France, la Grande-Bretagne, l’Espagne et les Provinces Unies. Les Français obtiennent le maintien de leurs droits de pêche à Terre Neuve, une liberté réciproque de commerce et de navigation en Europe, une liberté de séjour et de déplacement dans les deux pays ; alors que les Anglais obtiennent le désarmement du port de Dunkerque, qui signe l’arrêt de mort des flibustiers hollandais, dont la reconversion est difficile.

35Forte de sa puissance maritime, l’Angleterre tire de nombreux avantages économiques de la Paix d’Utrecht. Elle obtient la liberté de commerce dans tous les ports français et espagnols, notamment en Amérique, et le privilège de l’asiento, c’est-à-dire le monopole du commerce de quatre mille huit cents esclaves par an dans les colonies espagnoles, pour une durée de trente ans (Colin, 1981, 59). Reposant sur l’esclavage et les gains d’échelle, la culture du coton sur de grands domaines de plantations est le prélude à la révolution industrielle britannique. La transformation des rapports économiques a d’importantes conséquences juridiques et politiques, car elle inaugure une nouvelle ère de Trade by Diplomacy (Garrod, 2014, 197). Notons au passage que cette normalisation diplomatique entre États européens contraste avec l’inégalité de traitement qu’ils font subir aux Africains. La transition du mercantilisme au libéralisme « pacifie » le commerce colonial et rend la piraterie superflue. La South Sea Company et la Royal African Company n’étant plus menacées par la guerre avec l’Espagne, elles se prémunissent contre leurs anciens mercenaires qui, en temps de paix, perturbent le trafic d’esclaves (Rediker, 2008, 228). Dans le commerce triangulaire, les pirates européens sont déclassés par les compagnies à charte (Gosse, 1952, 91-111).

  • 6 Voir article 10, Tratado de Paz bilateral entre España e Inglaterra en ejecución de los acuerdos de (...)

36Profitant des garanties du Traité d’Utrecht6, l’Espagne oppose une meilleure résistance aux boucaniers et contrebandiers qui autrefois sévissaient avec impunité sur ses routes commerciales. Avec le soutien de corsaires de Porto Rico et du Vénézuéla, les patrouilles navales empêchent la contrebande anglaise et hollandaise en Jamaïque et à Curaçao. L’Espagne tente également de freiner la contrebande de ses propres ressortissants sur le passage entre Lima et Panama (Pérotin-Dumon, 1991, 226). Chassées des Caraïbes, les bandes pirates se réfugieront en Afrique, à Madagascar, en Inde, au sud de Bombay, dans le Golfe du Bengale et en Perse (Pérotin-Dumon, 1991, 211).

37En période de paix, les marins sans emploi sont menacés d’exécution s’ils persistent à perpétrer des actes de piraterie. Les États criminalisent ce qui autrefois relevait de la contrebande mercantile. C’est alors que se déclinent des politiques nationales de répression systématique de la piraterie pour protéger le commerce maritime. Si le pirate refuse l’offre de pardon royal, il sera pourchassé. C’est le cas du Major Stede Bonnet, un planteur de bonne réputation à La Barbade, mais qui, assoiffé d’aventures, sera exécuté pour piraterie en 1718. Un mélange de mises à mort, de punitions et de pardons officiels est improvisé pour juguler l’activité indiscriminée des pirates.

38Dans les Caraïbes, certains pirates acceptent de se reconvertir. C’est le cas de Woodes Rogers, ancien corsaire rentré dans le rang de la marine royale, qui devient Gouverneur de Nassau et de Nouvelle Providence (Bahamas) entre 1718 et 1732. Il est financé sur initiative privée, et investi de pouvoirs de représentation de Sa Majesté britannique en l’absence de résolution du Gouvernement à Londres (Bialuschewski, 2008, 57). Muni de treize navires armés, il capture, juge et pend sur l’île plus de 150 maraudeurs ayant refusé l’offre d’amnistie britannique. Sa maxime Piracy expelled, commerce restored deviendra plus tard la devise officielle des Bahamas. Ailleurs, en 1720, le Gouverneur de l’île de Bourbon reçoit l’ordre de Versailles de disperser les pirates et forbans à Madagascar. En échange du dépôt des armes, il leur offre l’amnistie, leur attribue des terres et des pensions. Ceux qui, comme Labuse, refusent la sédentarisation sont capturés en mer et pendus à l’entrée du port (Pérotin-Dumon, 1991, 219).

39Un épisode tragique éclaire la nouvelle condition des pirates en cette période de paix entre royaumes. Le 24 juillet 1715, onze navires espagnols, remplis d’or et d’argent, quittent la Havane pour Cadiz. En raison d’un violent orage, les navires, dont les coques sont percées, échouent en Floride, sur la plage de Palmar de Ayes. Le trésor qu’ils contenaient est dispersé en mer, ce qui suscite la convoitise des pirates environnants. Parmi eux, Henry Jennings écume le littoral et tente de récupérer le trésor. Auparavant corsaire, il devient pirate, faute de trouver un emploi. Il réussit à mettre la main sur le magot en terrorisant les soldats espagnols chargés de surveiller le butin en attente de renforts. Lorsque, chargé d’or, Jennings retourne en Jamaïque, il s’attend à être reçu favorablement par le Gouverneur anglais. Or, les autorités sur l’île lui interdisent de fouler le territoire anglais au nom du respect des engagements contractés à Utrecht entre l’Angleterre et l’Espagne. Le voilà contraint à l’exil. Persona non grata, les pirates seront refoulés en mer par leurs anciens commanditaires (Johnson, 2002, 9). Il s’agit là d’un véritable tournant dans l’histoire de la piraterie : pour la première fois dans l’histoire européenne, un Traité interdisant la capture et le recel de biens battant pavillon étranger est respecté par les parties contractantes. Les États européens s’accordent enfin pour éradiquer la pratique des lettres de marque et la contrebande pirate.

40Toutefois, l’interdiction de commercer avec les pirates dans les colonies produit un effet pervers, celui de réunir les conditions favorables à la radicalisation de la piraterie. Une « armée de réserve » de marins se retrouve soudainement sans emploi après avoir été sollicitée durant les guerres dynastiques : ces marins se reconvertissent souvent dans des activités pirates une fois la paix retrouvée. Les pirates n’ont plus aucune allégeance, sinon à leur bourse personnelle. Au lieu de piller pour le compte d’autrui, ils pillent pour eux-mêmes (Atkins, 1970, 226). Dépossédés de leurs moyens de subsistance (Mabee, 2009, 147), les parias arraisonnent des navires sans souci d’en distinguer l’origine. Coupés de leur relation de réciprocité avec les souverains, et faute de trouver du travail en temps de relative paix commerciale, les pirates orchestrent des attaques indiscriminées contre les intérêts de leurs anciens employeurs. Il s’agit de l’Âge d’or de la piraterie, qui sévit jusqu’en 1725.

2) L’Âge d’or de la piraterie en période de démobilisation militaire (1713-1725)

41En temps de paix, l’interdiction de la piraterie plonge des catégories entières de populations dans les filets de la criminalité. Les démobilisations massives présentent un risque à la sécurité du convoyage en mer. Ironiquement, la répression de la piraterie enclenche un nouveau cycle de violence maritime. Le corsaire sans emploi devient pirate hors-la-loi. Les souverains ayant généralisé la pratique corsaire en temps de guerre tombent victimes de leurs propres méthodes et perdent le contrôle sur leurs marins démobilisés qui cherchent fortune en mer (Thomson, 1996, 154).

42La haute mer constitue alors le grand dépotoir humain des politiques impériales. Les anciens corsaires deviennent des éléments excédentaires et indésirables, des loups de mer à la dérive. Dans les Caraïbes, la piraterie regroupe des exilés de toutes origines, la lie de la société qui est désormais en mesure de se passer de leurs services (Weber, 2004, 320). En conséquence, la piraterie se radicalise. C’est précisément à ce moment-là que la piraterie devient synonyme d’antiétatisme, que l’idéologie pirate est construite en antithèse à la centralisation du pouvoir. Les bandes de marins désœuvrés et plongés dans l’illégalité développent alors une contre-culture offrant une vision communautaire et horizontale des rapports sociaux en opposition à la hiérarchisation des corps de métier que leur inflige l’État absolutiste. Parias des nations, « monstres des mers », les matelots se révoltent. Se considérant tour à tour « princes libres », « souverains autonomes », « seigneurs des mers », les pirates utilisent la terreur contre le régime disciplinaire des voiliers en haute mer (Rediker, 2004, 61). Leur radicalisation est à la mesure de leur dépossession, car voilà leurs activités de contrebande criminalisées par l’alliance entre l’État et les marchands. Au début du XVIIIe siècle, de nombreux marins se mutinent en raison de la spécialisation des corps de métier. Certains matelots, soumis aux pénibles conditions de travail dans la marine marchande et royale, gonflent les rangs des pirates (Rediker, 1987). L’Âge d’or de la piraterie est le résultat des tensions croissantes entre les capitaines et leurs équipages en période de rationalisation des marines modernes. Ceux qui refusent de rentrer dans le rang réagissent violemment à leur déclassement en attaquant indistinctement le commerce atlantique.

  • 7 Tryals of Eight Persons Indicted for Piracy &c., held in Boston within His Majesty’s Province of th (...)

43La recrudescence de la piraterie menace la prospérité des colonies anglaises en Amérique : outre les dommages au transport maritime, elle augmente les coûts d’assurance, les taux d’intérêt, les commissions de courtage et autres frais de service (Bialuschewski, 2008, 58). Le montant des dommages au commerce d’esclaves atteint des centaines de milliers de Livres par an (Ibid., 63). Les Gouverneurs des plantations et les marchands à Londres envoient de nombreuses pétitions au roi pour obtenir une protection efficace de leurs intérêts contre la piraterie en haute mer. Lors du Procès des Huit de 1717, l’avocat général de la Couronne anglaise juge que la piraterie en Amérique menace d’interrompre le commerce7. Et puisque les atteintes au commerce nuisent à la bonne gouverne et violent le droit des Nations, la piraterie doit être sévèrement punie (Garrod, 2014, 202). Le pirate devient alors en haute mer ce que le nomade est sur terre : une menace à la sécurité des droits acquis. Tout comme l’Indien qui est chassé des colonies américaines, le pirate est chassé des couloirs maritimes. À la positivité du Mare liberum des États correspond le principe négatif de Mare clausum appliqué aux bandes non étatiques.

44Cette recrudescence de la piraterie criminalisée plonge les États européens dans une crise commerciale maritime à partir de 1715 (Rediker, 2004, 14). Rapidement, les États emploient les grands moyens pour la réprimer. Une campagne d’extermination mène plus de cinq cents pirates à la potence durant la décennie suivant la signature du Traité d’Utrecht, entre 1716 et 1726 (Lane, Levine, 2015, 7). Un épisode illustre à la fois la radicalisation des pirates et la brutalité de la répression. Barbe Noire est un des derniers grands pirates de l’Âge d’or. Fuyant les marines royales, il migre des Caraïbes vers le Nord et longe la côte de la Nouvelle Angleterre (Bialuschewski, 2008, 56). Imprévisible, il confisque de nombreux navires et sème la zizanie en Caroline et en Virginie. En 1716, une frégate française venant de Guinée est saisie, avec à son bord un magistrat qui est pris en otage. La ville de Charleston est terrorisée. Les notables de la ville sont obligés de négocier et de payer la rançon. Il s’agit d’un affront que Barbe Noire paiera au prix de sa vie, deux ans plus tard, sous les coups de canon et d’épée de la marine anglaise (Moore, 1997). Suite à l’exécution sommaire de Barbe Noire, l’ancien entrepôt pirate de Providence est alors passé au peigne fin et sa « dignité » restaurée par l’escadre de la Royal Navy. La répression de la piraterie dans les colonies anglaises porte ses fruits : dès 1718, le nombre d’actes de piraterie décline (Bialuschewski, 2008, 59).

45Simultanément, des centaines de pirates sont traqués et pendus dans les Caraïbes (Norton, 2014, 1538). Les Gouverneurs qui se livrent encore aux pratiques illégales de contrebande avec les boucaniers et flibustiers sont révoqués, comme c’est le cas du Gouverneur de Port Royal en 1717 (Ibid., 57). En 1721, la nouvelle législation anglaise interdit aux capitaines de commercer avec les pirates (Gosse, 1952, 376). L’année suivante, la Jamaïque punit de mort tout sujet jugé coupable de contrebande et d’association avec un pirate (Bialuschewski, 2008, 61). Les condamnés sont pendus par centaines à Gallows Point, lieu de potence à l’entrée de Port Royal où les corps sont exhibés en guise d’avertissement aux visiteurs (Cordingly, 2006, 145). Alors qu’auparavant les corsaires étaient récompensés pour avoir capturé le butin de l’ennemi, ce sont désormais les chasseurs de pirates qui sont anoblis. En 1723, Challoner Ogle devient le premier capitaine de marine militaire anobli pour son action contre les pirates (Rediker, 2008, 227).

46À partir de 1726, l’âge d’or de la piraterie vire au pourpre (Rankin, 1969, 146). Une coalition embryonnaire d’États européens réprime la piraterie, devenue préjudiciable au commerce triangulaire. L’accroissement des richesses, qui va de pair avec les gains d’échelle sur les plantations coloniales, contribue à alimenter les caisses de l’État, capable désormais de lever une force navale permanente et de tenir les pirates à distance (Pérotin-Dumon, 1991, 204). L’« armée de réserve » des marins « prolétarisés », pris dans les filets de l’État impérial, pousse alors un dernier « cri de révolte » avant de disparaître. Ce chant du cygne précède la monopolisation étatique de la violence légitime en haute mer. Finalement, l’Âge d’or de la piraterie est le signe avant-coureur de son déclin et le prélude à sa répression systématique.

3) La répression internationale de la piraterie au nom du libéralisme économique (1726-1856) : la lutte contre la piraterie s’universalise

47Progressivement, les États européens assurent la sécurité maritime au nom de la liberté de commerce. Si la piraterie était autrefois timidement ou partiellement sanctionnée, sa répression devient plus efficace avec la consolidation des marines royales. Soumises à l’influence croissante de la bourgeoisie d’État, les politiques européennes portent une attention particulière à la propriété privée, laquelle est sous surveillance navale en haute mer. En contrepartie de sa protection navale, l’État prélève des taxes sur les marchandises qui transitent par ses zones portuaires. Les marchands déposent les armes et acceptent d’être protégés et imposés par l’État. La monopolisation par l’État de la violence légitime en haute mer n’est assurée qu’à partir du moment où l’économie est séparée du politique : marchands et souverains se spécialisent dans leurs tâches respectives et complémentaires (Mabee, 2009, 146).

48À partir du XIXe siècle, la piraterie mercantile devient caduque. La piraterie atlantique n’avait été tolérée que dans la mesure où elle pouvait affaiblir la puissance commerciale de l’adversaire espagnol ou français. Or, dès que la piraterie bouleverse le commerce inter-impérial entre grandes puissances converties au libéralisme économique, elle n’est plus tolérée (Earle, 2004). Toute menace au droit de commercer des États européens est systématiquement réprimée par le droit pénal national au nom de « valeurs universelles », sans que les tribunaux aient besoin de prouver l’existence d’un lien rationae territoriae entre le crime commis par les pirates en haute mer et leur compétence juridictionnelle. Sur le fondement de cette compétence universelle des États, la marine anglaise annihile toute entité osant interférer avec le commerce maritime de Sa Majesté (Rubin, 2006, 312). Le discours du droit international justifie l’expansion des juridictions impériales au-delà du territoire souverain en définissant les actes de piraterie comme des violations du droit des gens. D’après Benton, il s’agit là d’un discours davantage qu’une pratique cohérente, puisque la piraterie est réprimée en vertu du droit domestique, et non en référence à un crime universel défini par la communauté des États (Benton, 2011, 237).

  • 8 Admiral Nelson Dispatches, Vol. VI, à la p. 79.

49Après la défaite cinglante de la flotte française à Trafalgar, l’Angleterre s’équipe d’une force navale capable d’assurer une maîtrise totale des mers (Pérotin-Dumon, 1991, 201). L’artisan de la victoire anglaise sur Napoléon, l’Amiral Nelson (1758-1805), déclare que la conduite des privés est si analogue à celle des pirates que je me demande comment toute Nation civilisée peut les autoriser8. Exauçant les vœux de Nelson, la Déclaration de Paris de 1856, qui met fin à la Guerre de Crimée, abolit les lettres de marque et les guerres de course. Sont interdites la prise de biens ennemis sur des bâtiments neutres, ainsi que la prise de possession de biens neutres sur des bâtiments ennemis. En conséquence, aucune atteinte à la « liberté des mers » ne sera tolérée, dans l’Océan Atlantique ou ailleurs.

50Pour que la piraterie disparaisse, les puissances réunies à Paris abandonnent les monopoles commerciaux et remplacent les corsaires par des armées régulières (Kempe, 2010, 369). La distinction entre corsaires et pirates devient caduque. D’après Benton, la répression systématique de la piraterie, codifiée dans la Déclaration de Paris, est le produit de la puissance impériale et maritime de l’Empire britannique au XIXe siècle (Benton, 2011, 233-236). Résumé par l’adage Rule, Britannia! Britannia, rule the waves!, le règne de Victoria consacre la domination britannique des mers qui organise le nouveau système de libre-échange (Kempe, 2010, 359).Un adversaire du libre-échange est désormais l’ennemi de toutes les nations (Rediker, 2004), comme l’illustre la mise au ban des corsaires français par le Traité de commerce franco-anglais de 1860 (Mabee, 2009, 142).

51La Déclaration de Paris est ratifiée par de nombreux États, à l’exception notable des États-Unis, dont la position est précisée par le Secrétaire d’État Marcy durant les négociations : le Gouvernement américain craint que l’abolition de la course ne livre l’empire des mers aux puissances qui ont les moyens et la politique d’entretenir de grandes flottes de guerre (Merrien, 1996, 339). Les États-Unis, encore activement engagés dans le processus de construction nationale, continuent à faire appel à la guerre de course dans le Pacifique et n’entendent pas criminaliser l’activité corsaire. La position américaine aux négociations de Paris illustre la continuité des pratiques pirates dans l’espace extra-Atlantique. Dans le monde extra-européen du XIXe siècle, le droit des Nations ne s’applique pas, ce qui permet aux puissances coloniales de se livrer à des actes de violence qui auraient été qualifiés de pirates dans l’espace juridique européen (Policante, 2013).

52Ayant prouvé son efficacité à l’ouest, la pratique européenne consistant à réprimer la piraterie adverse se déplace à l’est. La piraterie étant désormais interdite entre puissances européennes, la violence étatique sera projetée sur les « pirates indigènes » dans les régions reculées. Au nom du jus publicum europeanum, les États européens instrumentalisent le crime universel de piraterie pour nier aux communautés extra-européennes le titre de souveraineté (Pérotin-Dumon, 1991, 197). Les violences concurrentes à la violence européenne sont alors regroupées sous un même étendard : la catégorie négative de piraterie, prise dans les filets de la compétence « universelle » des États. Le crime universel de piraterie devient alors un crime de nature instrumentale servant les intérêts particuliers des États européens pour refuser à d’autres seigneurs des mers la capacité souveraine. La répression internationale de la piraterie contribue alors à étendre les souverainetés domestiques au nom d’une compétence pénale universelle. L’aventure coloniale aura pour conséquence de porter toute autre forme de violence politique dans l’illégalité, y compris celle des puissances navales extra-européennes en Méditerranée et dans l’Océan Indien.

  • 9 Voir General treaty between the East India Company (Great Britain) and the friendly Arabs (trucial (...)

53En réduisant le sujet colonisé au statut de « pirate » dépourvu de légitimité politique, les puissances maritimes européennes font passer leur entreprise de colonisation pour de simples opérations de police internationale (Policante, 2013). En 1820 par exemple, les activités de police maritime permettent aux Britanniques de conforter leurs intérêts commerciaux dans le Golfe persique (Pérotin-Dumon, 1991, 197). Les tribus bédouines qui s’opposent à l’influence britannique dans la région d’Oman sont soudainement qualifiées de bandes pirates et chassées des couloirs maritimes indiens dont elles menaçaient la sécurité (Davies, 1997). L’Article 1 du Traité entre la Compagnie britannique des Indes Orientales et les Principautés d’Oman et du Bahreïn place le Golfe persique sous protectorat britannique et interdit la résistance locale, qualifiée de « piraterie »9. Si l’espace commercial transatlantique est sous domination européenne, il n’en est pas de même dans les Océans Indien et Pacifique. Dans ce contexte, la mise en œuvre du droit universel de poursuivre les activités de piraterie permet à la Grande-Bretagne de légitimer sa souveraineté extraterritoriale sur le Golfe persique et d’assurer son hégémonie commerciale sur celui-ci (Kempe, 2010, 370 ; Davies, 1997). Toute entité politique faisant obstacle à l’expansion maritime de la Grande-Bretagne est qualifiée de pirate, la fiction juridique de souveraineté étant réservée aux seules puissances européennes. Ayant fait ses preuves dans l’Atlantique, la répression internationale de la piraterie continuera de légitimer les politiques d’expansion européennes au Moyen-Orient, en Inde, et en Asie du Sud-est.

Conclusion

54Les épisodes relatés dans notre étude offrent un aperçu de la diversité des parcours pirates, devenus tour à tour marchands d’esclaves, puis gouverneurs et enfin parias. Ils illustrent également la criminalisation progressive d’une classe de marins ayant au préalable contribué à l’édification des États. La piraterie a principalement servi la politique des Princes à deux titres : tout d’abord, elle a facilité l’« accumulation primitive de capital » dans les colonies. Ensuite, sa criminalisation a permis la répression de tout mouvement de résistance maritime aux politiques hégémoniques des puissances marchandes (Kempe, 2010, 353). Démobilisés, sans emploi, les corsaires adoptèrent alors un comportement soit de fuite (des Caraïbes vers l’Afrique), soit de lutte (la radicalisation), soit encore d’inhibition (l’acceptation du pardon royal et la reconversion forcée). Les zones d’activité pirate se sont alors déplacées ailleurs, dans les espaces maritimes extra-européens marqués par des conflits de souverainetés émergentes.

55Plus généralement, l’histoire de la piraterie atlantique nous rappelle à quel point la monopolisation de la violence par les États est le fruit d’une pratique criminelle organisée (Spruyt, 2007 ; Tilly, 2000). Si la piraterie européenne a initialement participé, entre les XVIe et XVIIIe siècles, à la formation des États modernes, elle est ensuite disqualifiée pour parachever la monopolisation de la violence souveraine en mer (Pérotin-Dumon, 1991, 197). La piraterie est donc à la politique d’expansion impériale ce que le terrorisme sera plus tard aux politiques répressives des mouvements d’indépendance nationale : une qualification juridique permettant de regrouper, d’occulter et d’écarter les obstacles au commerce des Empires coloniaux européens. Avec le temps, la piraterie est devenue la catégorie résiduelle légitimant l’expansion extraterritoriale des souverainetés étatiques (Policante, 2013).

  • 10 Du latin hostis humani generis. Voir Matthew Garrod, (2014 Diplomacy & Statecraft 25:2, 195 à la p. (...)

56Finalement, loin de constituer l’« ennemi commun de l’humanité 10», le pirate est bel et bien au fondement de notre système économique. Et si aujourd’hui les Caraïbes sont davantage un repaire à touristes qu’un foyer de pirates, ces mêmes îles sont devenues des juridictions de complaisance à l’abri desquelles fleurissent la fraude fiscale et le blanchiment d’argent. À l’ère de l’économie informelle dématérialisée, les couloirs d’escale pirate se sont transformés en corridors d’amnistie fiscale. Comme la piraterie esclavagiste en son temps, la piraterie financière globalisée bénéficie de l’assistance juridique du souverain pour obtenir l’immunité de juridiction et poursuivre la logique d’accumulation capitaliste. Les banksters  se glissent dans les interstices du droit, sciemment inoccupés par le souverain, ce dernier organisant la suspension de ses propres normes d’imposition (Garapon, 2009, 4). Les places financières sont une succession d’îles « déterritorialisées » qui « désarticulent » l’espace pour organiser l’évasion fiscale des corsaires financiers. Cinq siècles après leur découverte, les Caraïbes demeurent le sanctuaire pirate du crime mondialisé.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Anderson G., Tollison R.D., 1983, Apologiae for Chartered Monopolies in Foreign Trade, 1600–1800, History of Political Economy, 15, 549-66.

Atkins J., 1970, A Voyage to Guinea, Brazil and the West Indies in His Majesty’s ships, the Swallow and Weymouth, Londres, Frank Cass.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Benton L., 2005, Legal Spaces of Empire: Piracy and the Origins of Ocean Regionalism, Comparative Studies in Society and History, 47, 4, 700-724.
DOI : 10.1017/S0010417505000320

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Benton L., 2011, Toward A New Legal History of Piracy; Maritime Legalities and the Myth of Universal Jurisdiction, International Journal of Maritime History, 23, 1, 225-240.
DOI : 10.1177/084387141102300113

Bialuschewski A., 2008, Pirates, Markets and Imperial Authority: Economic Aspects of Maritime Depredations in the Atlantic World, 1716–1726, Global Crime, 9, 1-2, 52-65.

Blond G., 2014, Histoire de la flibuste [1969], Paris, Texto.

Bonnôt de Mably G., 1768, Le droit public de lEurope fondé sur les traités, Volume 2, Compagnie des Libraires.

Bradford A. S., Bradford P. M., 2007, Flying the Black Flag: A Brief History of Piracy, Santa Barbara, Praeger.

Bromley J. S., 1987, The French Privateering War, 1702–13, in Bromley J. S., Corsairs and Navies, 1660–1760, London, The Hambledon Press.

Colin A., 1981, Human Cargoes: The British Slave Trade to Spanish America, 1700-1739, University of Illinois Press.

Cordingly D., 2006, Under the Black Flag: The Romance and the Reality of Life Among the Pirates, New York, Random House.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Curtis I., 2013, Gens sans maîtres : les communes des Antilles et la production du commerce sous le régime colonial, Diacronie, 27, 13, 1-16.
DOI : 10.4000/diacronie.682

Davies C. E., 1997, The Blood-red Arab Flag: an Investigation into Qasimi Piracy 1797–1820, Exeter, University of Exeter Press.

De Wismes A., 1999, Pirates et corsaires, Paris, France-Empire.

Deschamps H., 1962, Pirates et flibustiers, Paris, Presses Universitaires de France.

Earle P., 2004, The Pirate Wars: Pirates vs. The Legitimate Navies of the World, London, Methuen.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Garapon A., 2009, L’imaginaire pirate de la mondialisation, Esprit, 356, 154-168.
DOI : 10.3917/espri.0907.0154

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Garrod M., 2014, Piracy, the Protection of Vital State Interests and the False Foundations of Universal Jurisdiction in International Law, Diplomacy & Statecraft, 25, 2, 195-213.
DOI : 10.1080/09592296.2014.907060

Glete J., 1999, Warfare at Sea, 1500-1650: Maritime Conflicts and the Transformation of Europe, London, Routledge.

Gosse P., 1952, Histoire de la piraterie, Paris, Payot.

Harding R., 1999, Seapower and Naval Warfare, 1650-1830, London, University College London Press.

Heller-Roazen D., 2009, The Enemy of All: Piracy and the Law of Nations, New York, Zone Books.

Johnson C., 2002, A General History of the Robberies and Murders of the Most Notorious Pirates [1726], London, Conway Maritime Press.

Kempe M., 2010, “Even in the Remotest Corners of the World”: Globalized Piracy and International Law (1500-1900), Journal of Global History, 5, 3, 353-372.

Konstam A., McBride A., 2000, Elizabethan Sea Dogs 1560-1605, Oxford, Osprey.

Lamborn Wilson P., 2003, Pirate Utopias – Moorish Corsairs & European Renegadoes, New York, Autonomedia.

Landreth H., Colander D. C., 2001, History of Economic Thought, Boston, Houghton Mifflin.

Lane K. E., 2015, Pillaging the Empire: Piracy in the Americas, 1500-1750, Routledge.

Le Ris M., 2001, D’or, de rêves et de sang – L’épopée de la flibuste (1494-1588), Paris, Hachette Littérature.

Mabee B., 2009, Pirates, Privateers and the Political Economy of Private Violence, Global Change, Peace & Security, 21, 2, 139-152.

Marley D. F., 1994, Pirates and Privateers in the Americas, Santa Barbara, ABC-Clio.

Marx K., 1867, Le Capital - Livre premier : Le développement de la production capitaliste VIIIe section : L’accumulation primitive, Œuvres, Économie, 535-1406.

Merrien J., 1992, Histoire des Corsaires, Saint Malo, Éditions L’Ancre de Marine.

Merrien J., 1996, Corsaires et Flibustiers, Saint Malo, Éditions L’Ancre de Marine.

Moore D. D., 1997, Blackbeard the Pirate: Historical Background and the Beaufort Inlet Shipwrecks, Tributaries, 7, 31–39.

Moreau J.-P., 2006, Pirates. Flibuste et piraterie dans la Caraïbe et les Mers du Sud, 1522-1725, Paris, Tallandier.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Norton M., 2014, Classification and Coercion: The Destruction of Piracy in the English Maritime System, American Journal of Sociology, 119, 6, 1537-1575.
DOI : 10.1086/676041

Pérotin-Dumon A., 1991, The Pirate and the Emperor: Power and the Law on the Seas, 1450-1850, in Tracy J. D. (ed.), The Political Economy of Merchant Empires - State Power and World Trade, 1350–1750, Cambridge, Cambridge University Press, 196-227.

Pitiot M., 2009, Pirates, Grenoble, Glénat.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Policante A., 2013, The new pirate wars: the world market as imperial formation, Global Discourse 3, 1, 52-71.
DOI : 10.1080/23269995.2013.804760

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Puchala D.J., 2005, Of pirates and terrorists: what experience and history teach, Contemporary Security Policy, 26,1 1-24.
DOI : 10.1080/13523260500116059

Rankin H., 1969, Golden Age of Piracy, New York, Holt, Rinehart &Winston.

Rediker M., 1987, Between the Devil and the Deep Blue Sea: Merchant Seamen, Pirates, and the Anglo-American Maritime World, 1700–1750, Cambridge, Cambridge University Press.

Rediker M., 2004, Villains of All Nations: Atlantic Pirates in the Golden Age, Boston, Beacon.

Rediker M., 2008, Pirates de tous les pays, l’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726), Paris, Libertalia.

Ritchie R. C., 1986, Captain Kidd and the War Against the Pirates, Cambridge MA, Harvard University Press.

Rubin A. P., 2006, The Law of Piracy, Honolulu, University Press of the Pacific.

Schoell F., 1837, Histoire abrégée des traités de paix entre les puissances de l’Europe depuis la paix de Westphalie, de Christophe Guillaume Koch, Bruxelles, 1837, tome premier.

Spruyt H., 2007, War, Trade, and State Formation, in Boix C., Stokes S.C. (eds), The Oxford Handbook of Comparative Politics, Oxford, Oxford University Press, 211-235.

Starkey D. J., 1990, British Privateering Enterprise in the Eighteenth Century, Exeter, University of Exeter Press.

Thomson, J. E., 1996, Mercenaries, Pirates, and Sovereigns: State-Building and Extraterritorial Violence in Early Modern Europe, Princeton, Princeton University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Tilly Ch., 2000, La guerre et la construction de l’État en tant que crime organisé, Politix 1, 49, 97-117.
DOI : 10.3406/polix.2000.1075

Tracy J. D., 1993, The Rise of Merchant Empires: Long Distance Trade in the Early Modern World 1350-1750, Cambridge University Press.Weber D., 2004, Hobbes, les pirates et les corsaires. Le « Léviathan échoué » selon Carl Schmitt, Astérion, 2, 295-322.

Zahedieh N., 1990, A Frugal Prudential and Hopeful Trade: Privateering in Jamaica 1655-1689, Journal of Imperial and Commonwealth History, 18, 2, 145-168.

Haut de page

Notes

1 Du latin hostis humani generis (Cicéron).

2 C’est ainsi que le cardinal Granvella, ministre de Philippe II, les surnommait ; voir Gosse (1952, 143).

3 Voir l’article V du Traité de Münster, conclu le 30 janvier 1648 entre le Roi d'Espagne et les Seigneurs États Généraux des Provinces Unies : « Les Espagnols retiendront leur navigation de telle manière qu’ils la tiennent pour le présent dans les Indes Orientales, sans le pouvoir étendre plus avant ; de leur côté les Commerçants des Provinces Unies s’abstiendront de la fréquentation des Places que les Castillans ont dans les Indes Orientales ». Cf. également les articles VI & IXXV.

4 Trial of Captain William Kidd, at the Old Bailey, for Murder and Piracy upon the High Seas; and of Nicholas Churchill, James Hove, Robert Lamley, William Jenkins, Gabriel Loff, Hugh Parrot, Richard Barlicorn, Abel Owens, and Darby Mullins, for Piracy: 13 William III. A.D. 1701, 14 How. St. Tr. 123.

5 Voir articles 10 à 15 du Traité de paix et d'amitié entre la France et la Grande-Bretagne pour conclure la guerre de Succession d'Espagne du 11 avril 1713, dans Strupp K. (dir.), 1923, Documents pour servir à l'histoire du droit des gens. Vol. 1. H. Sack.

6 Voir article 10, Tratado de Paz bilateral entre España e Inglaterra en ejecución de los acuerdos de Utrecht, 13 de julio de 1713.

7 Tryals of Eight Persons Indicted for Piracy &c., held in Boston within His Majesty’s Province of the Massachusetts-Bay-in-New-England, on the 18th of October 1717, 13.

8 Admiral Nelson Dispatches, Vol. VI, à la p. 79.

9 Voir General treaty between the East India Company (Great Britain) and the friendly Arabs (trucial sheikhdoms of Oman and Bahrein), signed at Ras al Khaimah, 8 January 1820.

10 Du latin hostis humani generis. Voir Matthew Garrod, (2014 Diplomacy & Statecraft 25:2, 195 à la p. 201).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael Hennessy-Picard, « La piraterie atlantique au fondement de la construction des souverainetés coloniales européennes », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 29 février 2016, consulté le 29 septembre 2016. URL : http://champpenal.revues.org/9275 ; DOI : 10.4000/champpenal.9275

Haut de page

Auteur

Michael Hennessy-Picard

Université de Strasbourg, Université du Québec à Montréal. Contact : picard.michael_hennessy@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org