Navigation – Plan du site
Varia

La peine après la peine

Le syndrome du sorti de prison
Loup Noali

Résumés

Parce que la prison ne se limite pas, loin s’en faut, à la privation de liberté, la libération du prisonnier met fin à la sanction mais non au châtiment. Il existe ainsi une peine après la peine pouvant s’étendre sur le très long terme, voire à vie. Notre réflexion qui s’appuie sur une expérience prolongée de l’enfermement et de la vie après la peine, propose une analyse des retombées psychiques et comportementales de l’incarcération, celles d’un état de stress post-traumatique (ESPT) consécutif à l’incarcération. Il est non seulement déterminé par de gros chocs carcéraux et un mode de vie profondément dénormalisant mais également par une forte stigmatisation et, en interaction étroite, une conscience coupable souvent vive et répandue. L’article en décrit les conséquences collatérales, tant pour les proches des anciens condamnés que pour la communauté, mais aussi divers modes de coping qui visent à atténuer les blessures psychiques et leurs effets désinsérants.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

France

Chronologique :

XXIe siècle
Haut de page

Texte intégral

La véritable prison, celle dont on ne parle pas, commence lorsque vous êtes libéré. C’est la pire ! Enfermé entre quatre murs, vous idéalisez la liberté, mais après dix, vingt ou trente ans de prison, la sortie est le moment le plus difficile ! (Jacques Lerouge)

Introduction

  • 1 Sans prétendre à l'exhaustivité, citons plus particulièrement pour les travaux américains, Goffman (...)
  • 2 Par longues peines, notion fort relative, indépendamment de la question des seuils, à l’instar de G (...)
  • 3 Mentionnons spécialement pourtant aux États-Unis Haney (2001, 2003, 2005) qui s'est particulièremen (...)
  • 4 Cf. toutefois sur ce sujet Murray, 2005.
  • 5 They should (longitudinal studies) include parallel study and follow-up of families so as to map co (...)

1À ce jour les recherches les plus récentes relatives au stress causé par l’enfermement se sont particulièrement focalisées sur le choc à l’entrée en prison (Le Choc carcéral de Lhuilier, Lemiszewska, 2001 ; Harvey, 2004, 2005, 2007) et les enquêtes ont surtout porté sur le temps de l’incarcération ainsi que sur l’impact de la détention en termes de récidive et de désistance du crime1. En revanche, les effets psychosociaux des longues peines d’emprisonnement2 (Goethals, 1980b) ont insuffisamment retenu l’attention3. En tout cas les études de cohortes dans ce domaine restent limitées, tant pour les anciens prisonniers de droit commun que pour leur proches4 auxquels il importerait non moins de s’intéresser si l’on veut prendre toute la mesure des effets collatéraux de la peine de prison5.

2Alors que les traitements inhumains en prison ont été bien analysés (notamment par Austin, Irwin, 2001 ; Ross, Richards, 2003 ; Liebling, Maruna 2005a, 2005b ; Archer, 2008), la thèse d’un prolongement indéfini de la peine après la peine, que nous nous proposons de soutenir ici, ne peut donc guère être étayée. En tout état de cause, les recherches en ce domaine ne soutiennent pas la comparaison avec les nombreuses monographies réalisées pour d’autres types de reclus (prisonniers de guerre, rescapés des camps de la mort, otages...).

  • 6 Convict Criminology, 2003.
  • 7 Pour ces auteurs (2005b, 3), les effets de l’emprisonnement englobent à la fois l’impact social, ps (...)
  • 8 Le cas de Natascha Kampusch qui portait encore le deuil de son ravisseur huit ans après la mort de (...)
  • 9 La situation des otages politiques dont la détention peut se prolonger a sans doute changé profondé (...)
  • 10 Citons, outre les rescapés de la Shoah (Matussek, 1971 ; Eitinger, 1962, 1964, 1980), les blessés p (...)
  • 11 Sur le sujet cf., outre Liebling et Maruna (2005b, 15-16) selon qui les effets du trauma ont été dé (...)

3Cette carence justifierait déjà pleinement l’importance de l’ouvrage de Ross, Richards et al. (2003)6 ou des travaux de Haney, 2001, 2005 ; Visher, Travis (2003) ; Visher, LaVigne et Travis (2004) aux États-Unis, comme ceux coordonnés par Liebling et Maruna, 2005a7 au Royaume-Uni. Leur intérêt est d’autant plus fort qu’à la différence des traumatismes subis par exemple par des otages, dont les effets cessent ordinairement peu de temps après la libération8 - pour les rapts de courte durée au moins9 - les droits communs sont susceptibles, à l’instar des victimes de détentions prolongées de tout autres natures10, de présenter tous les symptômes cliniques de l’état de stress post-traumatique (ESPT), lequel ne menace pas seulement d’affecter lourdement et irréversiblement leur équilibre, mais également leurs chances de (ré)insertion11 et de désistance du crime. Ainsi, une meilleure connaissance de l’impact psychologique de l’incarcération sur le long terme permettrait sans doute de mieux appréhender les effets secondaires de toute sanction privative de liberté et de justifier l’intérêt d’une meilleure modulation de la peine par le juge.

  • 12 Anciens condamnés devenus criminologues.
  • 13 Autoethnography is a form or method of research that involves self-observation and reflexive invest (...)
  • 14 Les relations carcérales ne survivent guère au temps de la peine et la population des anciens priso (...)
  • 15 Pour ce concept, cf. Schnapper, 2011. Les difficultés singulières d'une démarche prospective de dét (...)

4Concernant la méthode, nous avons fait largement appel à notre regard du dedans en tant que condamné, puis à celui de libéré. À l’instar des Convicts Criminologists américains12, mettant à profit l’expérience de la peine, nous nous sommes ainsi appuyé sur une participation observante complète et une démarche introspective et donc réflexive, autrement dit une autoethnographie13. Concernant l’expérience du libéré, l’observation a cependant dû être beaucoup plus réduite. Elle a dû en effet se cantonner à des conversations à bâtons rompus avec un très petit nombre d’anciens collègues14, dans la mesure où il nous était impossible de recueillir suffisamment de témoignages pour corroborer nos informations et notre perception. Ces limites nous permettent d’autant moins de tirer des conclusions fermes et définitives à elles seules que notre ancien statut de prisonnier avait lui-même posé de sérieux obstacles à notre expérience-enquête15.

  • 16 Les convicts criminologists ne prétendent pas avoir le dernier mot concernant la criminologie ou dé (...)
  • 17 Cf. notamment Kaminski, Kokoreff, 2004, 11-12 ; Devresse, 2004 ; Pires, 2004.

5Par ailleurs, le fait qu’il se soit longtemps agi pour nous de traduire sur le plan conceptuel des choses vues et vécues ne permet pas de soutenir, comme un certain nombre de Convicts Criminologists, qu’il n’y aurait de connaissance de la réalité carcérale et post-carcérale véritable que celle procurée par le seul vécu de l’emprisonnement16. Sans doute l’intérêt de témoignages du dedans, et en particulier ceux des usagers du système pénitentiaire, est-il aujourd’hui reconnu17. Mais l’expérience individuelle, nécessairement enfermée dans un point de vue, est de ce fait empreinte de subjectivité. Nous avons donc rapidement acquis la conviction que la compréhension de phénomènes complexes comme la quête de l’objectivité exigeait de mobiliser une approche plurielle et pluridisciplinaire de ce vécu, de tenir compte autrement dit d’observations et de réflexions de chercheurs venus d’horizons divers (sociologues, psychologues, psychiatres, médecins, juristes,…).

6Il nous a par ailleurs semblé que toute recherche dans un champ donné ne peut que gagner à se référer à des situations et des milieux divers pour faire ressortir - au-delà de ses spécificités - certaines constantes de nature à élargir la compréhension du phénomène analysé tout en le relativisant.

  • 18 Dans le même sens, Ricordeau (2003, 187) par exemple se réfère aux travaux de Matussek (1971) ; Bar (...)
  • 19 Parmi les travaux pionniers notables, on peut citer les Américains Glaser (1964), Ericson et al. (1 (...)

7Ainsi, le déplacement du regard sur d’autres vécus de l’enfermement permet-il de mieux mettre en évidence, avec ses effets destructeurs, les particularités de l’état de stress post-traumatique carcéral (ESPTC). Mais en essayant de tenir compte de ces autres expériences, si notre propos vise toujours à mettre en évidence des constantes de nature à confirmer certains de nos constats18, il sert autant à pallier les limites de nos propres observations et la carence de travaux sur le destin des anciens condamnés19.

  • 20 Soit celles supérieures à une année selon la définition et les raisons qu’en donne Goethals (1980a, (...)
  • 21 However, what is of most importance and relevance is how the effects of long-term imprisonment are (...)
  • 22 The research littérature that most closely describes the adjustment and relationship difficulties i (...)
  • 23 Nous ne prétendons bien sûr pas à l’exhaustivité.
  • 24 Nous empruntons cette expression à Vitry, 2002.

8Quant à ses finalités, la présente réflexion vise à tenter de mieux comprendre pourquoi et en quoi les longues peines20, auxquelles nous nous intéressons exclusivement ici, sont de nature à affecter gravement et durablement21 la personnalité, les comportements et les relations sociales des prisonniers libérés22. Pour ce faire, nous définirons d’abord un certain nombre de traits cliniques23 de l’ESPTC, ainsi que ses facteurs aggravants pour mieux complexifier le champ problématique. Seront ensuite répertoriées et discutées quelques formes majeures de coping spécifiques auxquelles les anciens détenus recourent ordinairement pour tenter de vivre avec leurs blessures invisibles24.

I - L’état de stress post-traumatique carcéral (ESPTC)

  • 25 Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux, trad. française, Elsevier Masson, 2015.
  • 26 Encore désigné par les sigles de SSPT (Syndrome de Stress Post-Traumatique), ou de TSPT (Trouble St (...)

9L’exposition même rapide des traits généraux de l’état de stress post-traumatique tels que décrits dans le DSM-V25 permettra de mieux appréhender les facteurs et les manifestations d’un état de stress post-traumatique carcéral et d’en cerner les spécificités. L’ESPT26, d’abord étudié à propos des traumatismes causés par la guerre avant que le concept en soit étendu à des situations variées (catastrophes naturelles, scènes de violences, accidents, abus sexuels, maltraitances...), présuppose une expérience psychosomatique impliquant un événement potentiellement psycho-traumatisant (c’est-à-dire un événement exceptionnel, violent et menaçant pour la vie ou bien l’intégrité physique ou psychique de l’individu… vécu sur le mode du trauma, dans l’effroi, l’horreur, et le sentiment d’impuissance et d’absence de secours (Crocq, 2014a [2007], 39).

10Selon les critères du DSM-V (320), il peut être causé par une exposition à la mort effective ou à une menace de mort, à une blessure grave ou à des violences sexuelles… Et ceci, d’au moins trois façons : en étant directement exposé à un ou plusieurs événements traumatiques ; en étant le témoin direct d’un ou plusieurs événements traumatiques survenus à d’autres personnes ; ou en apprenant qu’un ou plusieurs événements traumatiques sont arrivés (....), à un ami proche. Dans les cas de mort effective ou de menace de mort… ou d’un ami, le ou les événements doivent avoir été violents ou accidentels."

  • 27 Précisément de la medulla qui permettrait la fuite ou l’affrontement.
  • 28 En ce sens encore, selon l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail le stress surv (...)

11Il fait suite à des épreuves exceptionnelles de l’existence qui ont en commun de dépasser les capacités individuelles (cf. sur cet aspect Waddington et al., 2003, 1), aboutissant ainsi à l’épuisement des ressources hormonales27. Ses manifestations se traduisent par une phase d’anéantissement parfois prolongée, voire par l’absence de réactions, le sujet étant alors physiquement et moralement dépassé28. Divers signes cliniques, somatiques et psychiques susceptibles de perdurer plus ou moins longtemps après le choc apparaissent, composant un tableau clinique articulé autour d’une réaction psychologique de type traumatique.

12En cela l’ESPT se distingue du stress qui ne revêt quant à lui qu’un caractère transitoire n’entraînant pas de séquelles (Cremniter, Laurent, 2005, 178-179). Par sa violence, le syndrome psychotraumatique exprime une véritable blessure de l’appareil psychique (Ibid., 179) car, ajoutent ces auteurs, c’est l’image de la mort qui vient faire effraction dans le psychisme et s’y incruster. À plus ou moins long terme peuvent être observés divers signes cliniques, tant somatiques que psychiques. L’impossibilité d’en décrire la diversité oblige ici à se limiter aux plus courants d’entre eux, plus ou moins aigus selon la gravité des épreuves endurées et la résistance personnelle de chaque sujet.

  • 29 Pour un résumé des critères diagnostiques, trop nombreux pour être ici énumérés, cf. Crocq, 2014a [ (...)
  • 30 Le syndrome de répétition se traduit par la reviviscence de l’expérience traumatique vécue lors de (...)
  • 31 Ainsi Debray et al. (2010) ont observé qu’il peut exister en certains cas un attrait compulsif para (...)

13Apparaissent notamment des troubles de la personnalité et du comportement29 plus ou moins graves et durables. L’un d’entre eux, qui en est une manifestation majeure, est le syndrome de répétition30 lequel se traduit notamment par des reviviscences hallucinatoires (Crocq, 2014b, 39), intrusives ( Ibid) et récurrentes du trauma. Celles-ci peuvent prendre la forme de flashbacks, de troubles du sommeil, dont des cauchemars à répétition (DSM-V, 423, 483), autant de manifestations à l’origine de multiples décharges émotionnelles différées (Ibid., 30). Par-là s’exprime l’impossibilité, ou la grande difficulté, d’oublier l’expérience traumatisante qui ne cesse d’occuper l’esprit du sujet au point de l’obséder, le plus souvent malgré lui mais parfois aussi volontairement31.

14Ajoutons encore à ce tableau l’incapacité de reconnaître ou d’exprimer des émotions (alexithymie), l’anxiété sociale généralisée, des comportements de retrait et l’évitement persistant des stimuli associés à un ou plusieurs événements traumatiques. De sorte que l’individu fait généralement des efforts délibérés pour éviter des pensées, des souvenirs, des sentiments ou des conversations associés à l’événement traumatique... et éviter des activités, des objets, des situations ou des gens qui en réveillent le souvenir (Ibid., 321).

  • 32 Évitement des relations proches ou sentimentales, des attachements interpersonnels et des relations (...)

15Mais il s’agit encore pour la personne traumatisée d’éviter à titre préventif (on pourrait ici parler d’un principe de précaution) toute intimité32 qui pourrait conduire à trahir les actes infâmants d’un passé fortement dénié. On observe aussi des troubles dépressifs ou la survenue de schémas de comportements aberrants, comme par exemple la soumission aux intérêts et aux désirs d’autrui, réels ou perçus, même si se conduire de la sorte va à l’encontre de ses propres intérêts, besoins ou désirs (Ibid., 912), des troubles de l’adaptation et des troubles dissociatifs (déréalisation, perte de mémoire), des idéations suicidaires. Toujours selon Cremniter, Laurent (2005, 181) peuvent se manifester encore chez un même sujet des troubles psychosomatiques, multiples et variés, ou au contraire paucisymptomatiques.

16À des degrés divers, ces symptômes de l’ESPT, relevés notamment chez les prisonniers ou les rescapés des guerres et des camps notamment, peuvent se retrouver chez les anciens droits communs, les mêmes causes produisant les mêmes effets en dépit de situations parfois fort différentes. Mais, s’agissant de la population qui nous intéresse ici, il existe bien sûr des spécificités, tenant entre autres, au choc carcéral que nous allons maintenant tenter de cerner.

1) Facteurs et manifestations de l’ESPT chez l’ancien prisonnier

17Envisageons tour à tour les facteurs puis les manifestations singulières de cet état afin de déterminer si, et alors dans quelle mesure, celles-ci permettent de dégager les spécificités d’un ESPTC.

1.1. Quant aux facteurs

  • 33 Toutefois sont listés dans le chapitre traitant d’Autres situations pouvant faire l’objet d’un exam (...)
  • 34 Les événements traumatiques directement vécus… Incluent mais ne sont pas limités à… (DSM-V, 324).

18Bien que la prison soit un milieu stressant à bien des égards, comme les auteurs l’ont souligné à l’envi, et qu’elle constitue un terrain particulièrement propice à causer et développer l’ESPT parmi ses usagers, observons d’entrée de jeu que le DSM-V (2015, 324) ne mentionne pour sa part que l’hypothèse de l’incarcération du prisonnier de guerre33. Si d’autres événements traumatiques que ceux dont traite expressément l’ouvrage ne sont pas systématiquement exclus34, le cas des détenus de droit commun n’est pas directement traité par cet ouvrage de référence.

  • 35 La prison qu'imprègne l'esprit de fermeture demeure fondamentalement une institution totale (Goffma (...)

19Sans doute, les circonstances de la détention offrent-elles dans les divers types d’enfermement un certain nombre de facteurs traumatisants tributaires de la privation de liberté et de l’enveloppe totale toujours étroitement associée à celle-ci35.

  • 36 Ainsi peut-il arriver qu’un prisonnier soit directement confronté à des violences psychiques et phy (...)

20Mais concernant l’enfermement pénal, si les personnes détenues dans les pays libéraux ne sont pas amenées à finir leurs jours derrière les murs - sauf le cas de vieillesse, de maladie grave ou, exceptionnellement, de mort brutale ou subite - elles sont sans doute plus souvent que les sujets libres confrontées à la mort et à des scènes de violence pour en être l’objet ou, plus banalement, les témoins privilégiés36.

  • 37 Auteurs d’infractions à caractère sexuel.
  • 38 Les entrepreneurs de morale évoqués par Becker (1985, 158 et 171-187).
  • 39 Entendu ici comme l’acte juridique plaçant une personne dans un établissement pénitentiaire sous la (...)
  • 40 Le rapport Terra (2003, 38) avait ainsi établi que l’approche de la sortie constituait un facteur h (...)

21Ainsi encore, alors qu’ils ne sont bien sûr pas en situation d’otages, l’Administration Pénitentiaire (AP) n’étant que l’exécutrice des décisions de justice, certains prisonniers, dont les AICS37, peuvent se trouver tout le temps de leur peine sous pression, inquiétés et persécutés par des codétenus souvent tyranniques, justiciers improvisés38 aux méthodes souvent musclées. Les violences sexuelles, favorisées par la loi du silence, sont aussi le triste lot de bien des sujets parmi les plus vulnérables, nous y reviendrons. Mais en dehors de ces abus au quotidien d’une détention ordinaire, la prison sur le long terme impose trois passages fort éprouvants. Après le choc carcéral provoqué par le placement sous écrou39, il y a la phase du procès et du jugement avec sa forte charge d’incertitude puis, en fin de peine, le choc de la sortie qui conduit lui aussi à une prévalence de suicides40.

  • 41 Le rapport Archer, 2008, Annexes, 80) cite à cet égard le témoignage du détenu Bernard C. selon qui (...)
  • 42 Pour Crocq (2014a, 13) encore l’événement violent… met subitement et directement en contact avec le (...)

22Si le traumatisme psychique se définit comme phénomène de choc émotionnel grave qui se manifeste par une effraction subite des défenses du psychisme (Crocq, 2014a, 1), le choc de l’incarcération surtout, par ce bouleversement brutal qu’il apporte dans la vie, est bien en effet de nature à constituer un trauma41. Dans le cas des arrestations les plus violentes, l’incarcération provoque de façon aiguë le sentiment de la perte de l’objet (Freud, 2014 [1965] ; Klein, 1998 (1968]). Elle signe encore au sens lacanien du terme une confrontation inopinée avec le réel et la mort (Briole et al., 1994)42. Soulignons aussi que le choc carcéral peut encore être aggravé par la prise de conscience brutale d’avoir commis une transgression majeure.

23Indépendamment de ces étapes délicates, la vie de détenu est remplie d’événements aussi rudes qu’imprévisibles, par conséquent de nature à entretenir un sentiment d’insécurité permanent et à compromettre parfois durablement son équilibre. Par exemple, le fait d’avoir été témoin d’une scène d’horreur (torture morale ou physique d’un codétenu ; suicide ou tentative ; actes auto-mutilatoires plus ou moins spectaculaires ; agressions verbales ou physiques) est-il de nature à frapper fortement la conscience, au point de provoquer ultérieurement, parfois même des années plus tard, certaines réminiscences intrusives à répétition.

  • 43 Soulignons en effet l'importance de cette recherche pionnière en France conduite sur une période de (...)
  • 44 Parmi de nombreux constats en ce sens, citons encore Désesquelles (2003, 31) selon qui Le séjour en (...)

24De nombreux travaux ont décrit les chocs produits par de tels événements dont, en particulier, le rapport Archer (2008, 75) que nous serons souvent amené à évoquer43. Selon celui-ci, la prison exerce un effet délétère, anxiogène, déprimant et déstructurantpas vraiment de nature à améliorer l’équilibre psychologique et la santé mentale... avec des conséquences psychiques dont l’ampleur et le prolongement sont faciles à comprendre44.

  • 45 En ce sens encore cf. Grounds (2004), ainsi que Liebling, Maruna (2005b, 15-16).

25Rappelons à ce propos que le choc causé par l’emprisonnement, a été chiffré à 63 par l’échelle de Holmes et Rahe (1967) qui évalue le stress causé par à l’adaptation au changement. Ce traumatisme serait ainsi équivalent à celui provoqué par la mort d’un proche, et se situe ainsi en 4e position parmi une quarantaine d’événements stressants évalués entre 11 et 100 selon la même grille d’évaluation45.

26Mais en quoi consistent formellement ces troubles de l’ESPTC ?

1.2. Quant aux manifestations

  • 46 Selon qui la prise de décision est une fonction qui, comme les nerfs et les muscles, s’atrophie si (...)

27Observons après Escobar Molina (1989, 128) qui se réfère à Bettelheim traitant des camps de la mort (1977, 84)46 que tout enfermement conduit à la dépersonnalisation par le biais de la régression obligée et imposée par le pouvoir afin d’aboutir à un assujettissement et à un avilissement de l’homme enfermé. S’ensuivent notamment une coupure affective et une régression orale. Les séquelles en sont d’autant plus durables que la détention aura été longue. Plus généralement, si l’incarcération ne marque guère physiquement - même si l’épreuve carcérale peut aussi laisser exceptionnellement des séquelles corporelles - elle s’avère pourtant à l’origine de troubles psychologiques plus ou moins persistants laissant alors des blessures psychiques (Crocq, 2014a, 1 et 2014c, 10-12) bien difficile à guérir.

  • 47 Selon l’étude citée de Rouillon et al., (2004), 35 à 42% des détenus étaient manifestement malades, (...)
  • 48 Cf. notamment sur la question Macheret-Christe, Gravier, 2001 ; Visher, Travis (2003, 94-95) ainsi (...)

28D’autant plus qu’antérieurement au placement en détention on observe assez souvent des histoires individuelles chargées et des vulnérabilités diverses47 (cf. notamment Désesquelles, 2003 ; Fazel, Danesh, 2002 ; Rouillon et al., 2004 ; Barbier et al., 2010) que l’impact destructeur d’une longue peine ne peut qu’aggraver48 Archer (Ibid., 45-46) a par ailleurs observé que si les effets du stress se dissipent dès la fin de l’action de l’agent stresseur (en fonction des capacités de coping)... dans le PTSD, bien que l’agent stresseur ne soit plus présent dans l’environnement du sujet, l’image ou la représentation de l’agent stresseur reste présente Or, cette perduration est de nature à compromettre plus ou moins sérieusement l’équilibre des anciens condamnés et à affecter leurs comportements, tant à l’égard de leur entourage le plus immédiat que de la société.

29Leur impact est au demeurant d’autant plus lourd qu’ils traduisent ordinairement, plus qu’une perturbation temporaire, des altérations durables du caractère et de la personnalité, celle-ci pouvant être définie en termes de variables psychologiques (Goethals, 1980, 84). On relève notamment à ce sujet de grandes difficultés à créer des liens ou à rétablir des relations normales avec les personnes connues antérieurement à l’incarcération. Ces divers traits ont été relevés dans une étude longitudinales d’Albrecht (1977) ayant porté sur 80 anciens prisonniers plus de six ans après leur libération.

  • 49 Some men recognised permanent changes in their personnalities (Jamieson, Grounds, 2005, 50) : (Cert (...)
  • 50 Cité par Jamieson et Grounds (ibid., 50), un ancien prisonnier déclare : I just don’t feel like I b (...)

30Du fait d’une filtration de la réalité, peut encore se manifester une perception perturbée de l’environnement, imputable quant à elle à une régression de la présence au monde et de la relation à l’autre (Fenichel, 1987). Tout se passe en fait comme si l’ancien prisonnier, en dépit du temps écoulé depuis son élargissement définitif, continuait de vivre ailleurs. Il peut en tout cas manifester une forme de détachement de la réalité, voire même une profonde désimplication. D’où encore l’impression pour certains d’être devenus autres49, un peu comme des étrangers au monde (Jamieson, Grounds (2005, 34)50. En ce sens, Mathieu, ancien détenu, 46 ans, déclarait quelque temps après sa sortie :

Maintenant, moi je me sens plus trop concerné par tous les sujets quotidiens qui agitent les gens et qui m’intéressaient tellement avant.

  • 51 Après sa sortie de prison Giovanna, citée par Portelli et Chanel (2014, 53), déclarait Il y a des m (...)

31Comme Crocq (2014 c[2007], 42) l’a constaté, Le traumatisé a perdu sa volonté de présence dans le monde. Le monde lui paraît lointain, irréel et sans intérêt. Si ce n’est donc pas là un trait spécifique aux anciens condamnés, beaucoup y semblent néanmoins particulièrement exposés du fait d’une incarcération prolongée, mais sans doute aussi en raison de troubles antérieurs à celle-ci, lesquels peuvent renforcer cette déréalisation observée par Rouillon et al. (2004). À telle enseigne que les sortants de prison ont pu eux aussi évoquer, au moins dans les premiers temps de la libération, l’image de ressuscités, particulièrement exposés au syndrome du survivant51.

  • 52 Portelli et Chanel (2014, 24) citent le détenu Guillemin évoquant son hébétement lors de sa sortie  (...)
  • 53 Lorsque je suis tombé la première fois j’avais dix-sept ans et mon frère quinze ans… Et quand je su (...)
  • 54 Traitant du cas des condamnés par erreur, Jamieson et Grounds (2005, 34-35) ont relevé un changemen (...)

32À l’instar de Lazare (d’où le nom parfois donné à ce syndrome), les sujets déstabilisés ne vivent plus tout à fait dans le même univers que les autres. Par moments, ils sont ailleurs, au point que le retour sur terre peut se faire dans un véritable chaos. Ayant perdu tous leurs repères familiers, ils sont alors plongés dans un sentiment d’étrangeté vis-à-vis du monde52, de la famille53, mais non moins d’eux-mêmes. Leurs proches ne sont d’ailleurs pas moins frappés par ce changement54.

  • 55 L’ESPT étudié chez les survivants des camps de prisonniers du Viêt-Minh (Richard, 1975 ; Kulka et a (...)

33C’est particulièrement le cas des sujets ayant été témoins ou objets de violences intra-muros (Liebling, Maruna, 2005b, 15) pour qui l’enfer du retour fait suite alors à un autre enfer55.

  • 56 La prison cultive la paranoïa (Chauvenet et al. 2005, 4; Chauvenet, 2006, 379-380).
  • 57 Some prisoners learn to find safety in social invisibility

34À l’origine du syndrome se manifestent également des troubles différés, effets collatéraux d’une longue incarcération ; certaines épreuves psycho-traumatiques conduisent à une altération sensible de la relation à l’autre (famille, relations anciennes, milieu de travail). Ainsi, pour avoir été souvent éprouvé en prison, le sentiment d’isolement social peut-il perdurer longtemps après la peine. D’autant que les contacts, souvent perçus comme autant d’occasions de se trahir, paraissent risqués. Ce type d’appréhension amène souvent à des conduites d’évitement et de retrait, l’inconnu inspirant méfiance et suspicion56. C’est alors que Certains prisonniers apprennent à trouver la sécurité dans l’invisibilité sociale57 (Haney, 2001, 7).

Moi je cause pas avec les gens, surtout les voisins ! Moins que t’en dis mieux ça vaut, vu que les questions tombent vite. Plus que t’en dis et plus ils veulent en savoir. D’ailleurs ils savent tout! Je vois bien ça comme ils me zyeutent. Alors moi, c’est bonjour, bonsoir, point barre (René, 58 ans, condamné pour délits sexuels).

35Il s’ensuit encore, bien décrit dans un tout autre contexte (Abalan, 1997, 539), un état chronique fait de tension avec hypervigilance, irritabilité, hyperactivité, nervosité, peurs, insomnie, cauchemars, souvenirs récurrents de la période de persécution, symptômes diffus d’anxiété, dépression, plaintes somatiques de céphalées, fatigue, sueurs, vertiges… et isolement social. Peuvent également s’observer des crises d’angoisse liées au vécu de l’enfermement, des troubles dépressifs, voire le syndrome de la paranoïa. La tension plus ou moins durable liée à ces troubles entraîne de l’irritabilité et de la nervosité, des frayeurs et, la nuit, des insomnies souvent chroniques. Sont aussi fréquentes une grande difficulté à se concentrer, une hyper-vigilance de tous les instants, autant de maux ayant de lourdes répercussions sur les relations familiales, sociales et professionnelles.

  • 58 Crocq (2014a, 39) cite : 1°) la reviviscence hallucinatoire, 2°) celle par illusion, 3°) le souveni (...)

36Le syndrome de répétition peut revêtir quant à lui des modalités variées58. Involontaire il se manifeste par des souvenirs récurrents (brèves intrusions visuelles liées à l’événement traumatique (DSM-V, 325). Lucien, 51 ans, ancien séminariste avec qui nous avions pu garder le contact un certain temps, déclarait :

Me croiras-tu si je te dis que huit ans après, moi je me sens toujours agressé par certains souvenirs de moments difficiles jusqu’à les revivre comme si j’étais encore là-bas ! Parfois je me dis qu’après l’enfer, c’est du purgatoire en moins. C’est une idée qui m’aide. Mais toi, dis-moi, est-ce que toi aussi tu connais tout ça ?

37Jean-Bernard, 58 ans, rencontré fortuitement dans les rues de Nantes, confiait ceci :

  • 59 Dans le même sens Jamieson et Grounds (2005, 53) écrivent Et après la libération, le temps passé en (...)
  • 60 Entendons les pointeurs.

Moi j’ai quitté la taule y a presque 12 piges, mais elle me quitte pas !59 C’est comme si qu’elle me collait à la peau ! Des fois, je revois tout de là-bas comme si j’y étais toujours ! Si tu veux mon avis, les mecs comme nous60, on ne peut vraiment sortir de prison que les pieds devant.

  • 61 C’est ainsi que nous l'avons manifesté nous-même par un travail auto-ethnographique. En ce sens, la (...)
  • 62 Soit un État dissociatif au cours duquel les aspects d’un événement traumatique sont revécus comme (...)
  • 63 Ces représentations apparaissent en concordance avec celles relevées après de tout autres situation (...)

38Certains n’auront de cesse de ressasser leurs souvenirs, tels l’ancien combattant qui ne peut quant à lui s’empêcher de raconter ses guerres. Loin de ne se produire que chez les auto-persécuteurs comme un besoin d’entretenir l’expérience douloureuse61, cette obsession évoque le mode de fonctionnement de la victime tournée vers le deuil, ou la dette du deuil Mais le passé revient aussi de façon encore involontaire sous la forme de flashbacks62 ou encore de cauchemars. Dans ses nuits agitées, Nicolas (51 ans) dit ainsi revivre régulièrement le moment de son incarcération qui le réveille en sursaut, ou d’autres scènes traumatisantes de la vie là-bas63. Toujours à titre d’illustration, citons encore Jean-François D., libéré conditionnel après 5 ans de détention, qui déclarait sur le blog prison2 France 

Il y a des nuits où me réveille en sursaut, croyant avoir perçu la lumière inquisitrice du surveillant de ronde ; il y a aussi ces bruits auxquels personne ne fait attention mais qui sont pour moi autant de verrous qui claquent. Il y a le regard soutenu de cet individu anonyme qui me met mal à l’aise. La voiture du flic qui déboule alors que je sors d’une grande surface, et je me demande ce que j’ai fait… Il y a ces silences assourdissants, le soir… Ma peine est vraiment inusable !

39S’observe aussi, au gré de perceptions sensorielles, une excessive réactivité à tout ce qui, de près ou de loin, peut rappeler l’épreuve. Ainsi en est-il de la vue de hauts murs sans ouvertures, de certaines sensations auditives ou olfactives qui amènent à revivre intensément des scènes éprouvantes, sources intarissables d’angoisse et de détresse. C’est un peu là, en noir, l’histoire de la madeleine de Proust. Hubert, 66 ans, perçoit encore périodiquement, sept ans après sa libération, la menace proférée à son encontre par un jeune codétenu après qu’il eut tenté de prendre la défense de son ami.

Toi, je vais faire de ta vie un enfer !

40Et il revit toujours, obsédante et culpabilisante, la scène pitoyable du jeune Francis introduit dans sa cellule la veille de son suicide, lequel ne cessait de ramper au sol en gémissant.

Dis, tu crois pas que j’aurais dû faire quelque chose en le voyant dans cet état ? Les autres mecs dans la cellule, ça les faisait bien se marrer. Mais moi j’avais trop peur. Par ma lâcheté, il est parti !

41À côté de ces réminiscences intrusives, évoquons une tout autre manifestation du syndrome de répétition, volontaire celle-ci, avec le cas de Jean-René. Ce dernier est en effet coutumier de retours réguliers devant le site de sa détention.

  • 64 Debray et al. (2010, 179) a relevé en ce sens que si l’évitement est de règle… Dans certains cas, i (...)

42Un autre encore (Jean-Luc, 71 ans) qui, se trouvant résider, par hasard dit-il, dans la proximité d’une maison d’arrêt, confie son besoin d’éprouver une étrange excitation à repasser devant ses murailles à l’occasion de ses courses64. Il se complaît à écouter ces cris d’outre-mur qui font écho en lui à des événements lointains. Et quand il n’entend rien, cela lui manque.

43Nous avons encore remarqué - sur un nombre trop limité de sujets toutefois - une réduction sensible des affects, dont par exemple l’incapacité persistante d’éprouver des émotions positives (par exemple incapacité d’éprouver bonheur, satisfaction ou sentiments affectueux) (DSM V, 321, D7). Ceci est lié, là encore, à des conduites de repli et d’isolement social qu’Haney (2001, 7) considère comme étant un héritage direct de l’enfermement. Dans le même ordre d’idée, Grounds (2004) relève la difficulté à rétablir et à maintenir des relations intimes, l’insensibilité affective, le détachement (trouble de la personnalité visé dans le DSM-V, 2015, 906) qui marquent une relative impuissance à nouer des liens sociaux stables.

  • 65 Le DSM-V (322) utilise l’expression retardée si l’ensemble des critères diagnostiques n’est présent (...)
  • 66 Dans les heures ou les jours qui suivent l’événement traumatique, il est fréquent que la victime re (...)
  • 67 Comme constaté dans d’autres situations consécutives à un enfermement, s’observe ainsi souvent une (...)
  • 68 Ainsi qu’observé chez des vétérans de guerre.

44Toutefois ces changements et ces troubles du comportement ne se révèlent ordinairement pas immédiatement après la sortie de prison65. La liberté recouvrée agit en effet à ses débuts comme un vin généreux, provoquant une sorte d’euphorie. Cette période de répit peut même permettre de retrouver un certain naturel et d’éprouver un éphémère bien-être (Archer, 2008, 46)66. L’état de santé, qui a souvent pu se dégrader de façon sensible en fin d’incarcération, peut alors s’améliorer67 bien que de façon éphémère. Assez vite pourtant se manifestent des conduites d’évitement de stimuli évoquant l’enfermement et des efforts pour chasser les pensées et sentiments associés ou des situations propres à réveiller des souvenirs pénibles. Quoi qu’il en soit, le passé douloureux ou peu glorieux finit assez vite par rattraper le libéré. C’est alors qu’apparaissent des effets-retards plus ou moins lourds, susceptibles en certains cas de se chroniciser68 au point d’accabler l’ancien prisonnier jusqu’à la fin de ses jours. S’agissant toujours des séquelles psychiques, des altérations durables du caractère ont été relevées par Liebling et Maruna (2005b, 15-16) ; Jones (2003) ; Jamieson, Grounds (2005).

  • 69 Traitant quant à lui des camps de la mort, Eitinger (1972, 190) a observé : The most predominant se (...)

45Parmi les traits les plus notables, qui affectent sans doute davantage des sujets particulièrement malmenés et tyrannisés durant leur détention, mentionnons encore, sinon un véritable changement69, du moins des formes d’altération de la personnalité, manifestée essentiellement par de l’évitement phobique, de l’incapacité à percevoir l’environnement comme familier et par l’impossibilité d’établir des relations affectives équilibrées avec autrui.

46Sans compter les effets induits sur le long terme de la sexualité carcérale, qu’elle ait été faite de pratiques sexuelles consentantes ou non (agressions sexuelles dont les viols et leur tentative). En l’absence d’études longitudinales concernant leur impact sur le long terme, il ne semble pas que, circonstancielles et de substitution, des pratiques sexuelles déviantes librement consenties, passives comme actives, occasionnelles ou répétées, soient de nature à modifier durablement, ni a fortiori, l’orientation sexuelle des détenus, même s’il advient aussi que l’expérience carcérale ait pu actualiser la révélation d’une orientation sexuelle plus ou moins longtemps refoulée avant la détention.

  • 70 Cf. notamment sur cette question Weltzer-Lang et al. (1996) ainsi que Just Detention International.
  • 71 La loi du silence expose les plaignants à de redoutables représailles, souvent plus redoutables que (...)
  • 72 Mais n’est-ce pas déjà le cas à l’extérieur où, selon le rapport de l'Observatoire National de la D (...)
  • 73 Nous faisons référence ici à deux ouvrages au titre évocateur à cet égard : La castration pénitenti (...)
  • 74 Ainsi le jeune Rodney (cité par Walshe, 2012, 2) déclarait : My way of thinking about myself and my (...)

47En revanche, dans le cas une sexualité subie par des prisonniers souvent vulnérables, a fortiori de façon répétitive et prolongée, les conséquences sont assurément lourdes70. D’autant que ces victimes, sensiblement plus nombreuses que les statistiques pénitentiaires le révèlent du fait de la honte éprouvée et de la force de l’omertà71, ne portent guère plainte72. Il y a sans doute là une circonstance aggravante car à défaut de ne pouvoir même s’en confier, à quiconque, ces sujets fortement traumatisés auront de fortes chances de garder une sexualité qui aura pour effet de les invalider ad vitam. Si les violences sexuelles en détention n’aboutissent pas littéralement à tuer le sexe73, les violences sexuelles de tous degrés sont ainsi de nature à causer une impuissance radicale et définitive74, soit bel et bien alors une forme de castration.

  • 75 DSM-V, 2015, 995. 81 5T74.11XA et T74.11XD), 851-2. Sur le sujet, cf. notamment Salmona, 2010, 2013

48À la source jamais tarie de ces blessures invisibles autant qu’indicibles, et donc insondables, de telles violences sont de nature à ouvrir des plaies que le temps ne saurait refermer. (cf. à ce sujet, in Marchetti, 2001, 255-256, le témoignage d’un détenu). Ces grandes douleurs muettes ne cessent en effet de renvoyer les abusés au sentiment de leur impuissance et, fussent-ils même innocents, à la tache originelle. À n’en pas douter, elles constituent ainsi une source majeure de l’état de stress traumatique post-carcéral dont les signes cliniques multiples (troubles psychiques, du comportement et de la relation à l’autre, dysfonctions sexuelles irréversibles75...) n’épargnent pas non plus les proches. Elles réalisent ainsi une dimension assurément majeure, non seulement de la peine de prison, mais de la peine après la peine.

49Quant aux séquelles somatiques, si les marques de maltraitance corporelle à proprement dire restent exceptionnelles, nous avons pour notre part éprouvé dans les débuts de notre libération des céphalées multiples, des vertiges et de la fatigue au moindre effort, signes relevés dans d’autres situations post-traumatiques.

  • 76 Beaucoup manifestant en effet les signes du syndrome de Rambo que Lebigot (2009, 201) pointe en rel (...)

50Ces diverses séquelles de la prison posent bien des questions dont celle de savoir si elles peuvent être à l’origine d’actes aussi graves que ceux relevés par exemple, parmi des GI de retour du Vietnam76 ?

  • 77 Concentration camp syndroma.
  • 78 S’agissant de l’image de soi, des constats contradictoires (Kerns, 1958 ; Heskin et al., 1974) ont (...)
  • 79 Les recherches longitudinales portant sur la détérioration mentale consécutive à un enfermement pro (...)
  • 80 Ceci semblant, selon la même source, imputable à la probabilité plus grande d’exposition à certains (...)

51Constitueraient-elles alors un facteur notoire de la récidive ? A minima, emporteraient-elles une incapacité sociale importante à l’instar de celle observé par Abalan (1997, 539) avec le KZ syndrome77 ? D’autre part, existe-t-il une proportionnalité directe et inéluctable entre la durée de la peine et l’ESPTC ?78 L’âge comme le sexe sont-ils encore des facteurs déterminants et si oui, en quel sens ?79 On pourrait le supposer si l’on admet avec Archer (2008, 49) que les variables interindividuelles ont une incidence sur l’expression de la souffrance psychique Concernant le genre, il semble par ailleurs acquis que Les femmes en population générale souffrent de TSPT sur une durée plus longue que les hommes (DSM-V (329) et que l’état de stress serait aussi plus répandu chez celles-ci que chez les hommes sur la vie entière. Cette prévalence pourrait-elle aussi se vérifier s’agissant de l’ESPTC ? Ses méfaits sont probablement pour les mêmes motifs80 plus conséquents également parmi les AICS incarcérés en raison des mauvais traitements auxquels leur peine les expose particulièrement.

  • 81 A ce sujet Crocq (2014a, 47) estime le départ à la retraite qui prive le patient des activités de d (...)

52Par ailleurs, l’inactivité et le chômage, fort répandus dans la population considérée, semblent bien de nature à favoriser le développement du syndrome81, comme la recherche d’occupations à tout prix (workhaholisme) semble en témoigner. Suggérons aussi que les composantes de la personnalité sont tout à fait déterminantes dans son apparition et surtout dans son évolution. Mais en l’état de nos connaissances et de nos observations trop limitées, nous ne pouvons guère formuler ici que des questions et des hypothèses.

53Si les divers signes traumatiques que nous venons d’évoquer apparaissent dans l’ensemble assez comparables à ceux décrits par le DSM-V et dans d’autres contextes d’enfermement, la prison offre en revanche un certain nombre de traits spécifiques constituant le lot de toute détention ordinaire. Mais les particularités de l’ESPTC sont davantage à rechercher dans la condition carcérale, puis d’ancien condamné de droit commun. C’est pourquoi il convient de nous intéresser ici aux effets aggravants d’un sentiment de culpabilité très répandu, voire d’un syndrome de la stigmatisation.

2) Les effets aggravants de la condamnation

54À partir d’une recherche portant sur une soixantaine de sujets, Albrecht (1977) avait observé que le symptôme de la stigmatisation n’était pas un simple phénomène de transition.

55Caractérisé par l’anxiété et l’incertitude qu’inspirent les personnes rencontrées par le prisonnier après sa libération, il constitue en effet une source majeure et durable de stress, d’autant plus déterminant qu’il interagit avec la conscience coupable pour générer cette identité abîmée (Spoiled Identity) décrite par Goffman (1975 ; 2009) ; Warren (1980) et Jones (2003).

2.1. La part du stigmate carcéral

56Le stigmate carcéral rend compte de la vulnérabilité particulière à tout individu ayant à son passif un parcours judiciaire. En effet, celui-ci le marque définitivement, qu’il l’expose aux jugements négatifs s’il est connu, ou l’en menace en permanence dans le cas contraire. Parce que l’emprisonnement et la condamnation sont en quelque sorte la preuve de la culpabilité, ce par quoi la réputation est à jamais publiquement ruinée, le stigmate est d’abord causé par la prison. Comme l’observe Giovanna, citée par Portelli et Chanel (2014, 38) La détention, ça marque à l’intérieur et ça marque à l’extérieur. Ce n’est pas marqué sur votre front, non, mais ceux qui savent ont un autre regard, c’est obligé…

  • 82 Remarquons toutefois que, s’agissant des AICS, l’expérience de la stigmatisation se produit souvent (...)

57Observons aussi que c’est la sanction pénale, condamnation publique, et non les actes, qui reste perceptible pour l’autre, d’autant qu’aujourd’hui le développement des technologies de l’information et d’Internet menacent en permanence chaque ancien détenu de devenir à son détriment, l’objet d’une pesante notoriété (Ibid., 2014, 315). Cependant, à l’exception des AICS, bien repérés en détention, le plein effet de la stigmatisation sociale ne se fait véritablement sentir qu’avec la libération82, quand l’ancien condamné se retrouve parmi des gens normaux. En effet, alors même qu’ils ignorent tout de son passé, ceux-ci le confortent en permanence dans sa différence. À telle enseigne qu’il se sent désormais tout autre que de ce qu’il était avant la chute, prenant ainsi pleine conscience que l’on n’existe plus que dans et par le regard de l’autre.

  • 83 La stigmatisation est en partie un phénomène d’autosuggestion : les ex-détenus pensent que, évidemm (...)
  • 84 Le manuel de l’UNODC (2014, 80) mentionne expressément le stress dû à la surveillance et à la stigm (...)
  • 85 Sauf, bien sûr, dans le cas où il était une personnalité publique, un « people » au faciès connu de (...)
  • 86 Comme observé cependant par Goffman (1977, 65), il faudrait préférer le terme plus général de perce (...)
  • 87 Si l’on exclut le cas des condamnés ayant joui avant leur condamnation d’une notoriété, voire de cé (...)
  • 88 The longer the oppression lasts, the more profoundly it affects him (the oppressed) (Memmi, 1965).
  • 89 Soit celle fondée sur des actes enfreignant la loi et/ou la morale, voire des comportements concern (...)

58Ainsi la peine va-t-elle le poursuivre d’une autre façon, par la mise au ban effective ou supposée notamment, une modalité d’exclusion non moins forte que l’enfermement. Même s’il n’est généralement pas visible, le stigmate carcéral comporte donc une dimension subjective importante. En d’autres termes, il existe d’abord par et pour soi car l’auto-stigmatisation semble habiter le stigmatisé. Mais la perte de l’estime de soi comme perte de substance douloureuse de l’image de soi que l’on avait pu se forger avant la détention n’est pas purement et simplement une construction du fait d’autrui. La conscience tourmentée de l’ancien condamné reste un facteur essentiel83. Dans tous les cas, virtuel ou réel, le stigmate pesant sur l’ancien prisonnier s’avère la source de sérieuses difficultés (Jones, 2003,198-200 ; Manuel de l’UNODC84). Concrètement, le sentiment de dévaluation lié à l’atteinte à l’ego influe non seulement sur le rapport à l’autre, mais encore sur la recherche de travail qui requiert pour aboutir une certaine confiance en soi (Idem, 86). Parce que le stigmate opère sur un double plan (Irwin, 1970, 135-138) : celui de la perception subjective qu’il a de son stigmate (soit le niveau subjectif) et celui, plus objectif, de l’opinion d’autrui il s’ensuit que l’ancien droit commun est discréditable plutôt que discrédité (Goffman, 1975, 14)85 quand il s’efforce et parvient tant bien que mal à dissimuler son identité souillée. Sans doute, à la différence d’une infirmité, de traits corporels désavantageux, de comportements déviants ou encore d’une déficience mentale, ces stigmates qui sautent aux yeux86, le "passé pénal" n’est en principe inscrit que dans le casier judiciaire87. Cette invisibilité distingue précisément selon Goffman (1975, 14) le discréditable, dont le stigmate est ignoré de l’entourage mais susceptible d’être dissimulé et découvert à tout moment, du discrédité, dont le stigmate n’est plus un secret pour personne. Dans tous les cas, il s’ensuit Un sentiment d’étiquetage ad vitam, qui va de pair avec des réflexes conditionnés propres aux anciens détenus (Portelli, Chanel, 2014, 164) et l’ancien condamné doit s’efforcer de faire avec une représentation de soi définitivement gâtée. D’autant plus si, comme l’a remarqué Memmi88 traitant de l’emprisonnement pour motif racial, le stigmate est redoublé d’une oppression persistante, la peine infamante89 vient le fortifier.

59Enfin, mentionnons un facteur aggravant de la stigmatisation sociale, celui qui est lié au vécu de la prison où chacun sachant tout de l’autre, l’ancien prisonnier continue à se croire aussi transparent au dehors qu’intra-muros. José, 68 ans, confiait récemment :

J’ai de nouveaux voisins de palier depuis un mois et, dès le début, on a bien sympathisé. Venez manger avec nous quand c’est que tu veux, qu’il m’a même dit le Jérémie après avoir pris un drink chez mois avec sa copine. Et depuis plus rien, waalou ! Je les vois même plus ! Ils m’évitent, ça c’est clair ! Alors là moi je m’ai dit : Bon, c’est clair, ils savent ! Comme en taule quoi avec radio-couloir !

60Ceci renvoie à une propriété majeure du stigmate. Si la transgression en est bien sûr la raison première, elle ne l’explique évidemment pas en totalité. Encore faut-il que l’acte punissable se soit soldé par une publicité dénonçant une atteinte à l’ordre public et aux valeurs. Cette publicité qui débute par l’arrestation et le placement en détention va ultérieurement renforcer la légitimité du stigmate par un procès public. Une fois réalisée cette double condition d’un acte blâmable dévoilé au grand jour et légalement sanctionné, un processus d’étiquetage se met en place (labellisation de Tannenbaum, 1938, et de Lemert, 1951), lequel colle à la peau et pourra s’entretenir ad vitam par la rumeur et des fuites.

61Le jugement d’autrui n’est cependant pas toujours une raison suffisante, ni même nécessaire, le sentiment de culpabilité (l’œil qui regardait Caïn jusque dans sa tombe) étant souvent, lui aussi, un facteur important de la stigmatisation.

2.2. La conscience coupable

  • 90 Il peut bien suffire en effet pour déclencher cette stigmatisation sociale que l’auteur d’un acte c (...)

62À la limite, la condamnation n’est pas toujours une condition indispensable à l’imposition du stigmate90.

  • 91 À cette exception près toutefois du jeune des quartiers qui peut bien tirer gloire de l’aura que co (...)
  • 92 Dans cet ordre d’idée, Ricordeau (2003, 190) observe que, du point de vue des détenus Dans beaucoup (...)

63Quoi qu’il en soit, l’ancien condamné se sent assez souvent peu glorieux91 et le sentiment de culpabilité, voire des remords que le temps peut bien réveiller, sont sans aucun doute de nature à alourdir considérablement le poids de sa condition. Ce sentiment est au demeurant d’autant plus enraciné dans le psychisme et les comportements qu’il est en étroite interaction avec le poids de la stigmatisation sociale. La question se pose alors de savoir si c’est davantage la condamnation et la peine socialement visibles qui inspirent la honte de soi - ce que nos propres constats nous inclinent à le penser dans la plupart des cas92 - ou les actes à l’origine du processus judiciaire ?

64Les recherches font sans doute défaut sur ce sujet que les psychothérapeutes peuvent au moins éclairer s’agissant de certains types de délinquants (les pointeurs) dont ils assurent le suivi post-pénal. Notre conviction intime, qui n’engage donc que nous bien sûr, est que ni la peine ni le temps ne sauraient venir à bout du sentiment de culpabilité, des tourments de la conscience, voire de cette honte que la prison a d’ailleurs pu entretenir chez les auteurs des crimes les plus odieux notamment. Étroitement liée à la nature infamante de certains actes, mais non moins sans doute à la personnalité de l’ancien condamné, la stigmatisation pesant sur lui peut aussi décupler le sentiment de la faute.

Ce qui m’est arrivé, cette honte et cette dégringolade, je sais bien que ce n’est pas la faute à pas de chance. C’est ma mienne de faute ! Et je sais que je paierai jamais et que, moi aussi, l’Oeil continuera à me regarder jusque dans ma tombe, comme l’a dit Victor Hugo, je crois (Julien, 66 ans).

65Et dans le même sens pour Bernard (41 ans) :

Les autres qui savent tout sur toi, tu peux bien les fuir, et leur regard sur toi, mais ta conscience, elle te laissera jamais en paix ! Ça c’est clair !

66Ce n’est pas tant l’œil de Jéhovah qui poursuit sans répit que le regard des autres et de la société. Ce regard social fonctionne comme une sorte de miroir réfléchissant pour partie la conscience coupable. Or, quels que soient les efforts déployés par l’ancien détenu pour se recomposer une nouvelle image de soi, ce travail est vain car tout se passe bien souvent comme si les actions entreprises n’avaient qu’un impact limité sur le regard d’autrui.

J’ai souvent l’impression de me voir dans le regard que les autres jettent sur moi vu que c’est le reflet de mon regard, qu’est-ce que je dis ! Mon regard sur moi, même s’ils ne connaissent pas et ne savent donc pas ! (Julien, cité).

67Bien que marginal, il convient de mentionner le cas particulier de ces sujets auto-flagellants qui n’ont de cesse, comme ils l’ont fait tout au long de leur peine, de se mortifier et d’en rajouter (Noali, 2012, 93-4, 358). Ils sont quant à eux une illustration un peu caricaturale de ce que peut provoquer la culpabilité morbide, laquelle repose sur cette conviction que, même des années après la sortie, la faute ne saurait s’effacer dans la conscience du coupable. Or, cette disposition d’esprit est renforcée par la stigmatisation, celle-ci restât-elle-virtuelle quand le passé pénal demeure insoupçonné.

68Ceci étant, il est peu de prisonniers libérés qui restent durablement désarmés face à la stigmatisation et au sentiment de culpabilité. Plus ou moins résilients, tout comme en détention, ils s’efforcent ordinairement de souffrir le moins possible, tentant de faire avec, ou malgré, l’autre et soi-même. Par quels moyens ?

II – Des modalités du coping

  • 93 C’est en cela que nous les incluons dans les manifestations de l’ESPTC.
  • 94 Reintegrative shaming is shaming which is followed by efforts to reintegrate the offender back into (...)

69Parce que le stigmate pesant sur le repris de justice et le sentiment de culpabilité s’avèrent sources de mal-être et de souffrance psychique93, l’objet de l’action est de s’efforcer d’apaiser le remords lié à la marque d’infamie. Se manifestent alors diverses modalités du coping, mécanisme d’adaptation visant à souffrir moins et privilégiant les voies ordinaires de l’escapisme dès lors que le passé ne peut être changé. Si le sentiment de honte peut parfois s’avérer un moteur de réintégration94, ce sont bien plus souvent les modalités de résistances habituellement suivies antérieurement qui se manifestent. Par le jeu des habitudes et d’une pratique plus ou moins longue, le sujet incline ordinairement à transposer des façons d’être et de paraître qui se sont révélées efficaces.

  • 95 Des études américaines ont pu montrer que ce ne sont pas les détenus au comportement le plus exempl (...)
  • 96 Comme l'a observé Bourdieu (1992, 97), l’habitus n’a rien d’automatique, les actes conscients au mo (...)

70S’agissant du caractère positif ou négatif des modalités de résistance déployées pour combattre l’état de stress post-traumatique, précisons toutefois qu’elles ne sont pas nécessairement le reflet fidèle des comportements d’adaptation mis en place en détention95. Elles peuvent être aussi fonction de modifications qu’imposent ou que favorisent des conditions de vie totalement nouvelles, dont l’anonymat exclu par l’espace carcéral réduit96.

71Évoquons ces diverses modalités de résistances, constructives pour certaines, neutres, voire franchement négatives pour d’autres.

1) Les formes positives

  • 97 Criminologues ayant à leur passif un casier judiciaire.
  • 98 Cf. à cet égard l'exemple charismatique de Terry (2003, 95-119). Goffman (1975, 38) observe qu’en A (...)

72S’agissant des modalités constructives, l’entreprise de revalorisation de soi par un travail sur l’apparence peut incliner l’ancien condamné à sortir d’une identité d’autant plus réductrice que la peine a été longue. Plus fondamentalement, comme l’a observé Goffman (1975 , 20) L’individu stigmatisé peut... chercher à améliorer indirectement sa condition en consacrant en privé beaucoup d’efforts à maîtriser certains domaines d’activité…. Ainsi, le fait d’acquérir une expertise dans un domaine réputé fermé ou difficile peut aider, sinon à éliminer le stigmate, du moins à le surmonter, l’identité entachée par la condamnation étant fort tenace, comme l’observe Jones (2003, 204). À cet égard, le cas assez documenté de ces Convict Criminologists97, parfois devenus universitaires de renom, constitue sans doute l’illustration emblématique d’une véritable résurrection98.

  • 99 Once the ex convict is established in the profession, he takes on a new identity as professor. … I (...)

73À propos d’un condamné à de lourdes peines de prison devenu criminologue réputé, Jones encore (Ibid., 207) estime ainsi qu’Une fois que l’ancien condamné s’est professionnellement affirmé, il acquiert une nouvelle identité en tant que professeur J’ose dire que le grade de docteur enlève le stigmate99.

  • 100 Dans cet ordre d’idée, Goffman (1977, 19-20), parlant de handicapés physiques, observe que la victi (...)

74Poursuivant parfois fort longtemps après la libération une interminable réflexion (comme d’autres une interminable analyse) sur une expérience carcérale jamais vraiment surmontée, certains d’entre eux peuvent même éventuellement réaliser ainsi, de surcroît, un avatar du syndrome de répétition. Mais, en tout état de cause, toute action tendant à s’affirmer socialement peut s’avérer gratifiante si le travail entrepris réhabilite l’image pour soi comme pour les autres100.

  • 101 Portelli et Chanel (2014, 244) citent le cas de Lucien Léger qui, lors de sa longue détention s’éta (...)

75Pareille entreprise peut encore traduire une volonté globale de "se tenir coûte que coûte" qui a pu déjà trouver à s’exprimer en détention (Chantraine, 2004a, 176). Il est même possible pour l’ancien condamné, dans des cas certes exceptionnels, de se retrouver plus fort qu’avant (Crocq, Cremniter, 2014, 95), la résilience poussant, éventuellement au prix d’une certaine déréalisation, au dépassement de soi. Le comportement est constructeur dès lors que le sujet s’investit pour progresser. Sa finalité vise, par la voie de la sublimation, à se prouver à soi-même autant qu’aux autres que l’on ne saurait plus être réduit à ses anciens errements, si graves auraient-ils été, que le phénix peut toujours renaître de ses cendres101.

76De surcroît, comme l’a observé Goffman (1977, 22), il se peut aussi qu’il (le handicapé) voie dans les épreuves qu’il a subies une bénédiction déguisée, pour cette raison en particulier que, estime-t-on, la souffrance est capable d’enseigner certaines choses sur la vie et les hommes. Ainsi, avons-nous pour notre part connu un sujet bien convaincu (Norbert, 51 ans) que ses démêlés avec la justice avaient au bout du compte été pour lui un mal nécessaire, inconsciemment voulu pour permettre le salut de son âme.

77Plus exceptionnellement sans doute, l’ancien condamné parvient parfois à assumer sinon à accepter le bien-fondé de son stigmate. L’un d’eux déclarait en ce sens :

J’assume pleinement ce que j’ai été et ce que je suis. Je ne tiens pas à vivre en reclus et à me cacher sachant qu’un jour ou l’autre mon nom circulerait (cela a déjà été le cas) et mon passé resurgirait. Au moins je « maîtrise » la situation et personne n’a sur moi le pouvoir de me faire taire parce que j’ai été un délinquant… (Loustalet, in la Dépêche du 19 janvier 2015).

78À l’opposé de ces formes positives plus ou moins volontaristes, envisageons maintenant les modalités de coping neutres, voire pernicieuses.

2) Les formes neutres et négatives

2.1. Les modalités neutres du coping

79Les modalités neutres du coping de l’ancien détenu sont celles qui, tout en ne nuisant ni à soi, ni à autrui, ne permettent pas une évolution positive du sujet.

80C’est ainsi que la relativisation de ses malheurs peut s’avérer un moyen efficace de faire avec ce que l’on est. Il sera par exemple constaté qu’il y a toujours plus malheureux ou pire que soi, plus stigmatisable ou plus stigmatisé. Ainsi, Claude, 68 ans, condamné pour viols sur mineur, nous faisait valoir que de nombreux AICS échappent à la justice qui auraient pourtant mérité plus grave peine que lui. Façon de dire qu’il avait manqué de chance ou constat qui l’amènerait, plutôt qu’à éprouver des regrets à banaliser sa perversion ? Il y a là en tout cas un argument pour tenter d’atténuer la responsabilité pénale ?

  • 102 Cf. sur cet aspect Chantraine, 2004a, 19-132.

81Voie sans doute plus pragmatique, l’ancien condamné pourra chercher à tirer parti de son stigmate pour de petits profits. À l’instar du mendiant handicapé parvenant à faire de son infirmité son fonds de commerce, ou encore du détenu persécuté qui tente de bénéficier d’un soutien moral régulier auprès de l’aumônier ou d’un pair, le pécheur affligé et contrit peut toujours rechercher et obtenir, avec diverses retombées bénéfiques, la commisération de certaines âmes sensibles parce que la repentance a cette vertu. De même, bon nombre d’arguments et attitudes peuvent être avancés ou déployés pour se disculper à moindre coût tout en tendant à neutraliser là encore les processus de coping : le fatalisme (C’est mon destin, je n’y pouvais rien) ou, plus fréquente, la victimisation (Je suis coupable mais pas responsable ! (Loïc, 51 ans)..: J’ai payé pour un autre (Jean-Claude, 39 ans), ou encore : Mon éducation, mon enfance sont en cause ! Je suis victime d’un engrenage de circonstances malheureuses102, je n’ai pas de chance, voilà tout ! (Hubert, 57 ans), autant d’arguments pour se disculper pour partie et au moindre coût.

  • 103 Poujol, Poujol [www.relation-aide.com/dossiers/description.php?rech=ok&id=498cat=12], 7.
  • 104 Le retrait, trouble de la personnalité défini dans le DSM-V, 912, par les termes : Préfère être seu (...)

82Parmi les sujets culpabilisant indéfiniment, l’autopunition peut aussi, comme durant la détention, réaliser une forme de rachat tout autant que court-circuiter ou invalider la sanction sociale. Ce peut être là encore une manière de dévaluer la justice des hommes au profit de la sienne et de reprendre ainsi la main : Moi seul je suis capable de me punir comme je le mérite ! (Noali, 2012, 94). Mais une autre option peut encore résider dans la confession au premier venu103, laquelle enfreint alors ostensiblement et explicitement les présupposés du stigmatisé ordinaire honteux. C’est cependant la position de retrait104 qui reste probablement la plus répandue. Elle permet quant à elle une forme de fuite vécue comme également salutaire puisqu’elle confère une certaine invisibilité (Haney, 2001, 11). Portelli et Chanel (2014, 39) en donnent un exemple avec Giovanna citée :

Quand je suis rentrée chez moi, dit-elle, je ne sortais pas, je me suis renfermée sur moi-même. Je me suis isolée, je ne voyais que ma famille.

83Dans cet ordre d’idée, Goffman (1975, 120) cite l’épouse d’un interné psychiatrique déclarant avoir coupé avec tous nos autres amis (hormis ceux qui « savent »… Je ne me suis pas montrée trop aimable avec les gens du bureau, parce que je ne veux pas qu’ils sachent où se trouve mon mari (Ibid., 120). Pour vivre heureux vivons cachés, telle est sans doute une règle de vie que se sont imposés nombre d’anciens détenus dès lors que les moindres contacts apparaissaient potentiellement compromettants, sinon dangereux. Pourtant, cet "art de vivre" caché n’est guère soutenable sur le long terme.

Un jour ou l’autre tu finis par te trahir. Un regard déplacé, un geste, des mots surtout. Alors t’as plus qu’à déménager ! Moins que t’en dit, mon frère, mieux que ça vaut, vu qu’un simple mot ça peut amener des questions... Ou que t’en dis trop ou pas assez ! Alors moi c’est bonjour bonsoir, point barre (Jean-Luc, 71 ans).

  • 105 En ce sens Jose-Kampfner (1990, 1) traitant des femmes détenues qui adoptent cette attitude parce q (...)
  • 106 Ainsi, l’ancien condamné tend-il à s’isoler, et donc à se désocialiser, pour ne pas risquer de dévo (...)
  • 107 En ce sens encore Georges Cipriani, ancien détenu selon qui  c’est hypercompréhensible que les mecs (...)

84Ce comportement de repli sur soi manifeste toujours « l’héritage » de la prison105 où le confinement cellulaire constituait le meilleur moyen d’échapper au regard soupçonneux et de prévenir les ennuis. À la différence du stigmatisé pour cause de handicap physique ou mental qui chercherait plutôt son intégration dans des associations ou des réseaux, l’ancien détenu aurait plutôt tendance, quant à lui, à échapper au stigmate par de l’isolement social volontaire. Le confinement est vécu comme un moindre mal puisqu’il facilite la dissimulation d’une information discréditable106... plus ou moins durable, réflexive et incarnée (Goffman, 1975, 58-9). D’autant qu’une personne qui a été incarcérée s’est habituée à la solitude et rencontre des difficultés d’adaptation en groupe dans le monde extérieur (Archer, 2008, 35)107.

  • 108Institutionaliztion has taught most people to cover their internal states, and not to openly or e (...)

85Mais la recherche de la solitude et les comportements de retrait s’expliquent encore par l’expérience prolongée en détention d’une absence totale d’intimité car La promiscuité est une violence à l’encontre de l’espace personnel qui a été si souvent violé dedans, on ne sait plus comment se protéger dehors (Ibid.). En ce sens encore Haney (2001, 7) a remarqué que la culture du prisonnier qui exclut tout signe de faiblesse et de vulnérabilité empêche l’expression d’émotions spontanées ou de l’intimité108. S’ensuit donc logiquement l’évitement de l’intimité dans les relations, même avec les proches ou sentimentales, des attachements interpersonnels et des relations sexuelles intimes (DSM-V, 912).

86Plus généralement, l’évitement peut se manifester par l’éloignement des lieux de vie antérieurs à l’incarcération : … j’ai préféré partir de chez moi, déménager… Le regard des gens, le regard des gens… ici, je ne connais personne… (Giovanna, citée in Portelli, Chanel, 2014, 41), ou encore par de la dissimulation permanente, comme le montre le cas de Simon qui s’emploie à camoufler ses antécédents judiciaires face aux collègues de travail, taire l’affaire dans son couple, garder une réserve face aux inconnus, en toute circonstance (Ibid., 203). Or, un tel comportement conduit à se désengager de toute participation sociale, comme par exemple le refus de prendre part aux consultations électorales, ainsi qu’à une nette réduction de l’intérêt pour des activités précédemment appréciées, ou une diminution de la participation à ces mêmes activités (Critère D 5 du DSM-V, 325).

  • 109 Anglicisme définissant une addiction correcte, soit une connotation de dépendance psychique que ne (...)

87D’autres chercheront au contraire à s’investir au maximum dans le présent pour ne pas penser. L’alexythymie secondaire, état style défensif (Archer, 2008, 51) comme mode d’adaptation contribue ainsi à réaliser Une focalisation de l’attention sur le quotidien. Cette redistribution de l’attention aboutit à la création de préoccupations quotidiennes qui permet de rester sourd à la souffrance et à la frustration ressentie (Ibid.). Il en va de même du workhaholisme109, occupation exercée non pour son intérêt ou comme mode d’enrichissement personnel, mais comme un moyen de s’étourdir au sens pascalien de ce terme.

  • 110 L’apathie pourrait se définir, mutatis mutandis, comme une forme d’anorexie de l’action, résistance(...)

88Ce qui importe alors, c’est de ne plus penser pour tenter d’échapper aussi bien au passé qu’à un avenir anxiogène. À cet égard, si l’hyperactivité est pour certains une voie de salut, le sentiment de l’à quoi bon peut toutefois en inciter d’autres à l’apathie110. Ces deux voies opposées pour "tenir bon" constituent assurément des formes majeures de résistance souvent éprouvées en détention (Chantraine, 2004b, 266, 267 ; Noali, 2012, pp. 99, 138-139, 373, 502, 523, 530-531). Mais au bout du compte, elles manifestent peut-être moins la prégnance de l’empreinte carcérale qu’une constante plus ou moins contraignante de la personnalité.

2.2. Les modalités de coping franchement pernicieuses

  • 111 À ce sujet, Cremniter et Laurent (2005, 181) considèrent l'installation de l'alcoolisme ou de la to (...)

89Beaucoup de celles qui sont mises en œuvre pour lutter contre le stigmate carcéral et la conscience coupable relèvent essentiellement de l’escapisme dans ses formes les plus négatives auxquelles il est volontiers recouru en détention. Citons avec le suicide, qui est évidemment le mode d’échappatoire absolue, la provocation et les conduites addictives. Ces dernières sont répandues parmi les anciens prisonniers bien qu’elles ne soient à notre connaissance révélées par la moindre statistique. Mais l’alcoolisme qui accompagne souvent les troubles psychosomatiques (Archer, 2008, 47) en est sans doute la voie la plus banale car la plus facile pour oublier ses soucis. Quant à la toxicomanie, la prison a pu la conforter quand elle ne l’a pas installée111. Au plan de l’étiologie, se retrouvent là encore les mêmes motivations qu’en détention. Lorsque l’existence n’apparaît plus que comme un interminable purgatoire, voire un cauchemar, les paradis artificiels offrent une voie d’escapisme efficace dans la mesure où l’oubli et le rêve peuvent être atteints par la seule consommation.

  • 112 Cf. Chauvenet, 2004, 291 ; 2006, 379.
  • 113 Par la victimisation encore, le sujet se décharge ainsi partiellement sur autrui de sa culpabilité. (...)

90Pour d’autres encore, la paranoïa souvent fortifiée dans l’enfermement112 pourrait constituer un moyen de lutte inconscient contre le sentiment de culpabilité113. En rejetant la responsabilité sur autrui, volontiers accusé de tous les maux, s’opèrerait de fait le transfert de la faute sur l’autre dont la dangerosité souvent fabriquée de toutes pièces permettrait ainsi d’esquiver ou d’atténuer la sienne propre.

91Concernant in fine la voie de la violence dirigée contre autrui ou contre soi-même, elle peut traduire la difficulté qu’éprouve le repris de justice à accepter une sanction qui s’avère souvent plus lourde de conséquences qu’il n’aurait jamais pu l’imaginer. L’agressivité la plus violente peut alors traduire une volonté de revanche face au sentiment d’injustice et au désespoir que peut inspirer une situation de galère, ou encore l’impuissance de ne pouvoir changer le cours de sa vie une fois la peine accomplie.

  • 114 En ce sens pour Feudis (1976, 345) la violence consécutive à l’incarcération n'en serait que la rés (...)

92Mais si ces perceptions extrêmes peuvent apparaître comme autant d’injustes engrenages consécutifs à une transgression devenue très lointaine, c’est que se manifestent, encore et toujours, les pesanteurs d’histoires personnelles sans cesse réactivées par une incarcération prolongée et tout aussi rémanentes durant la vie post-carcérale114.

Conclusion

  • 115 Cf. le rapport Archer, 2008, 73-75 pour l’analyse de ses facteurs.

93La prison ne s’avère pas simplement, ni même essentiellement, privation temporaire de liberté. On l’imagine d’autant mieux que la libération ouvre non seulement une phase temporairement délicate à franchir, mais également parce qu’elle entretient sur le long terme un haut degré de souffrance psychique chez le libéré115. Véritable peine plus, elle perpétue notamment l’expérience de l’incertitude qui domine la vie carcérale (Combessie, 1996, 47 ; Melas, Ménard, 2001 ; Chantraine, 2004a, 41 ; Liebling, Maruna, 2005b, 3).

94De fait, cette peine après la peine fait alors écho à des souffrances préalablement endurées qui s’actualisent souvent dans des reviviscences anxiogènes récurrentes après la sortie. Tout se passe comme si un enfermement prolongé, pour beaucoup l’expérience de la solitude involontaire, dût nécessairement aboutir à secréter à son terme une nouvelle forme de solitude et d’exclusion, volontaire ou non, pour le reste du temps. Ces blessures invisibles et indicibles ne sont avivées dans bien des cas par la chape de plomb de la culpabilité-stigmatisation. Par ses effets à retardement, la peine de prison évoque ainsi ces membres amputés qui laissent subsister, parfois longtemps, des sensations douloureuses (Noali, 2012, 548). Ce ne sont pourtant pas des illusions car l’ESPTC peut à tout moment être alimenté par des flashbacks répétitifs et obsédants.

  • 116 Comme par exemple un amour, une amitié, des études, une activité sportive ou artistique....

95C’est parfois pour le meilleur, comme chez ces acteurs enfermés (qui) réussissent parfois à transcender la structure coercitive de l’institution et, puisant dans différents types de ressources sociales et symboliques116, à (re)construire des perspectives existentielles (Chantraine, 2004b, 271), quand d’anciens prisonniers s’appuyant sur l’expérience carcérale parviennent à exploiter des atouts longuement éprouvés intra-muros pour affronter les défis de la liberté retrouvée au point de se dépasser.

  • 117 En ce sens, Bettelheim, 1979, 84.

96Pourtant cela reste l’exception. Le retour dans le monde libre pose en effet des difficultés de taille, et pas essentiellement matérielles. La (re)conquête de la liberté est un long et laborieux apprentissage qu’un enfermement durable a pu insidieusement désapprendre117, lequel ne saurait s’improviser du jour au lendemain. Or, cette liberté recouvrée est de nature à générer des souffrances d’autant plus cachées qu’entretenues par les effets conjugués de la culpabilité et de l’étiquetage, ces marques de fabrique de l’ancien droit commun.

97Les ravages de la peine après la peine interpellent d’abord au plan de la pénologie puisqu’elle ne cesse de poursuivre sous une forme occulte ses effets afflictifs et infamants bien au-delà des murs. Taulard d’un jour, taulard toujours ! nous répétait le défunt René. Aussi bien, une telle sanction ne saurait se mesurer à la seule aune d’un quantum de jours, de mois et d’années. Sans doute, les sociétés n’ont-elles cure de la souffrance de leurs repris de justice. Et en l’état du droit, la sanction sociale des crimes et délits a toujours une composante de rétribution majeure. Non seulement la peine du coupable vise à rendre le mal pour le mal, mais elle se justifie plus encore par l’enracinement de ce mythe fondamental de la rédemption judéo-chrétienne du pécheur qui veut que le rachat de toute faute passe par la souffrance.

98Pourtant, dès lors qu’elle réalise un dépassement totalement incontrôlé de la sanction pénale, la peine après la peine va assurément à l’encontre de l’idée de justice et même fort au-delà de la loi du talion.

  • 118 La Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a en effet rappelé en son article 3 qu’il incombe à (...)
  • 119 Notamment sous la pression des règles européennes.
  • 120 Selon une expression de Crocq, 2014a, 1.
  • 121 D’autant moins qu'au plan de l'indemnisation du préjudice, le concept de blessé psychique en France (...)

99Si la réparation du préjudice moral (trouble apporté à l’existence et/ou à l’image) est un principe inscrit dans le droit118 et si, par conséquent, des personnes détenues peuvent aussi en bénéficier de la part de l’État119 (au cas de faute par action ou par omission de l’AP) comme l’attestent de nombreuses décisions de juridictions nationales et européennes, la réparation publique au bénéfice d’anciens condamnés victimes traumatisées120 n’est pas quant à elle ni envisagée121, ni même envisageable.

  • 122 La définition donnée par l’ONU (Résolution 40/34, du 29 nov. 1985, 1) identifie en effet comme vict (...)
  • 123 These « hidden », but everywhere apparent, features of prison life have not been measured or taken (...)
  • 124 En ce sens Irwin (1980, 240) estime que les effets les plus désastreux de la peine de prison ont à (...)
  • 125 Archer, 2008, note de synthèse, 7.

100Si la blessure, psychique ou physique n’est en soi ni noble, ni ignoble au regard de qui la subit122, il n’est donc pas évident d’en admettre pleinement la portée aux personnes détenues victimes de mauvais traitements. D’autant moins sans doute que, le plus souvent occultes123, les effets collatéraux de la condamnation - même s’ils peuvent s’avérer plus lourds que la sanction sociale124 - restent malaisés à appréhender et, a fortiori, à évaluer. En effet, la souffrance générée par la prison après la libération est non seulement imperceptible et imprévisible, mais encore difficile à "calculer" en raison de la mortalité expérimentale et des perdus de vue en cours d’enquête125, lesquels faits ne permettent guère un suivi des sortants. Ainsi, la peine après la peine ne peut-elle guère être décelée que sur des cas isolés et de façon le plus souvent indirecte.

  • 126 Sauf à adhérer à la théorie du monde juste de Lerner (2003 [1980]) qui pose que toute peine est mér (...)

101À ces constats il peut certainement être objecté que les victimes connaissent bien elles-mêmes des tourments à vie, ce qui renvoie encore à l’idée de souffrances justifiées parce que justifiables, conviction intrinsèque à la conception même de la justice. Mais outre le fait que le mal ne saurait répondre aveuglément au mal, qu’il ne résout jamais rien per se et que la peine est nécessairement conditionnée par le principe de proportionnalité, on doit bien convenir que si la punition infligée ne peut se limiter par la force des choses au seul temps de l’incarcération, dans ce souci d’une juste peine elle devrait idéalement tenir compte des blessures invisibles que le temps ne cautérise pas126.

  • 127 Cf. sur ce sujet, outre Murray et al., 1983.
  • 128 Le DSM-V (2015, 329) indique d’ailleurs à ce sujet que Le TSPT est associé à un haut niveau de hand (...)

102Remarquons encore que le coût social de la souffrance en cause est d’autant plus élevé que l’impact de l’ESPTC, loin de se limiter aux seuls anciens condamnés s’étend bien souvent, faisant alors boule de neige, à toutes ces victimes cachées (Murray, 2005) que sont les proches, les familles127, mais encore à la communauté tout entière. Au total les coûts du crime et de la détention, comme les surcoûts occasionnés par les dysfonctionnements de la prison (condamnations de l’AP pour traitements inhumains ou violation des droits de l’homme), relativement chiffrables quant à eux (Landreville et al., 1981 ; Cohen, 1988), ne sont que l’arbre cachant la forêt128.

  • 129 Selon la théorie de la psychiatrie de l'avant, élaborée lors de la Grande Guerre de 14-18, les chan (...)

103Quant à la prévention de tourments qui ne se justifient plus une fois la peine accomplie, elle semble bien relever de l’utopie. Elle exigerait, avec une appréhension moins traumatisante des prévenus, une détention plus humaine, un meilleur suivi psychologique et psychiatrique, une meilleure préparation à la sortie. Elle supposerait aussi une modulation de la sanction qui puisse mieux anticiper les effets collatéraux de la prison, c’est-à-dire de parvenir à prendre en compte l’impact effectif de la condamnation et de la sanction sur le justiciable, laquelle est fonction à la fois de ses facultés d’ajustement et de ses vulnérabilités personnelles. À l’évidence, une tâche aussi complexe et exigeante en temps relèverait plutôt des arts divinatoires alors que l’on ne saurait demander au meilleur des juges de jouer les pythies. De surcroît, toutes ces mesures n’auraient sans doute guère d’incidence sur la conscience coupable et la stigmatisation, impondérables qui font qu’à la différence de la sanction carcérale sujette à une certaine usure (Noali, 2014) la peine après la peine affirme bien souvent sa pérennité. Ne rêvons pas non plus des prouesses fort improbables d’une psychiatrie de l’avant129 face aux dommages causés par une privation de liberté prolongée.

104S’il existe donc bien une vie après la peine (Portelli, Chanel, 2014, 344) quelle est la qualité de cette vie pour le plus grand nombre des anciens condamnés ? Mais alors, en dehors de la protection de la société : Prison, où est ta victoire ?

Haut de page

Bibliographie

ABALAN, F., 1997, Les conséquences neuropsychiatriques de la déportation dans les camps de concentration nazis, in Albernhe T. (dir.), Criminologie et psychiatrie, Paris, Ellipses, 535-544.

ALBRECHT P. A., 1977, Zur Socialen Situation entlassen Lebenslanglichen, Stuggart, Enke.

ARCHER E., (dir.) 2008, Recherche sur L’évaluation de la souffrance psychique liée à la détention, Note de synthèse, Recherche réalisée avec le soutien de la Mission de recherche « Droit et Justice », Loos, CRESP.

ARCHER E., LAMEYRE X., 2003, Souffrance en détention, la prise en charge sanitaire des personnes détenues, Synthèse, SYN. A. PSE n° 10, Agen, ENAP.

AUSTIN J., 2003, The Use of Science to Justify, the Imprisonment Binge, in Ross J. I., Richards S. C. (eds), Convict Criminology, Belmont, CA, Wadsworth, 17-36.

AUSTIN J., IRWIN J., 2012 [2001], It’s About Time: America Imprisonment Binge, Wadsworth, Cengage learning.

BAJOIT G., 1988, Exit, voice, loyalty… and apathy. Les réactions individuelles au mécontentement, Revue française de sociologie, 29, 325-345.

BANISTER P. A., SMITH F. V., HESKIN J., BOLTON N., 1973, Psychological correlates of long-term imprisonment, Cognitives variables, British Journal of Criminology, 13, 4, 312-323.

BAROCAS H. A., BAROCAS C. B., 1973, Manifestations of concentration camps effects on the second generation, American Journal of Psychiatry, 130, 7, 820-821.

BECKER H. S., 1985, Outsiders, New York, Free Press Paris, Métailié.

BEIGEL A., RUSSEL H. E., 1973, Suicidal Behaviour in jail: Prognostic considerations, in B. L. Danto B. L. (ed.), Jail House Blues: Studies of Suicidal Behavior in Jail and Prison, Orchard Lake, MI, Epic Publications, 107-118.

BERINBAUM R. N., 2009, Bridging the gap between prison and the community, an exploration of resettlement and desistance among female offenders in England and Canada, www.internetjournalofcriminology.com, 1-27.

BETTELHEIM B., 1977, Le coeur conscient, Paris, Robert Laffont.

BETTELHEIM B., 1979 [1952], Survivre, Paris, Laffont, trad. L. Carlier.

BEUCLER J.-J., 1977, Quatre années chez les Viêts, Paris, Éditions Les Lettres du Monde.

BOURDIEU P., WACQUANT L. J. D., 1992, Réponses, Paris, Le Seuil.

BRAITHWAITE J., 1989, Crime, Shame and Reintegration, New-York, Cambridge University Press.

BRIOLE G., LEBIGOT F., LAFONT B., FAVRE J.-D., VALLET D., 1994, Le traumatisme psychique, Rencontre et devenir, 92e congrès de psychologie et de neurologie de langue française, Toulouse, 13-17 juin 1994, Paris, Masson.

CHANTRAINE G., 2004a, Par-delà les murs, Expériences et trajectoires en maison d’arrêt, Paris, PUF, Collection Partage et Savoir.

CHANTRAINE G., 2004b, La mécanique du temps vide, Structure sécuritaire et réactions individuelles au temps carcéral en maison d’arrêt, in Kaminski D., Kokoreff M., Sociologie pénale : système et expérience, pour Claude Faugeron, Ramonville, Érès, coll. Trajets, 257-271.

CHAUVENET A., 2004, Démocratie et violence en prison, in Kaminski D., Kokoreff M., Sociologie pénale : système et expérience, pour Claude Faugeron, Ramonville, Érès, coll. Trajets, 273-294.

CHAUVENET A., 2006, Privation de liberté et violence : le despotisme ordinaire en prison, Déviance et Société, 30, 3, 373-388.

CHAUVENET A., MONCEAU M., ROSTAING C., 2005, La violence carcérale en question, Synthèse 132, GIP Mission de Recherche Droit et Justice, CNRS, EHESS.

CLIQUENNOIS G., 2006, Problèmes méthodologiques inhérents à une recherche sociologique qualitative menée sur les politiques carcérales belges et françaises, Socio_logos, Revue de l’association française de sociologie, 1/2006, Varia, Actualités, URL: http://socio-logos.revues.org/28

COHEN M. A., 1988, Pain, Suffering and Jury Awards: A study of Cost of crime to Victims, Law and Society Review, 22, 537-555.

COMBESSIE P., FAUGERON C., CHAUVENET A. (dir.) 1996, Approches de la prison, Bruxelles, Montréal et Ottawa.

COMBESSIE P., 2009 [2001] Sociologie de la prison, Paris, La Découverte, Coll. Repères Sociologie.

CORMIER B., KENNEDY M., SENDBUEHLER M., 1967, Cell breakage and gate fever, British Journal of Criminology, 7, 317-324.

CREMNITER D., LAURENT A., 2005, Syndrome de stress post-traumatique : clinique et thérapie, EMC- Toxicologie Pathologie, 2, 178-184.

CROCQ L., 2002, Expression des émotions et aspect cathartique du debriefing, in De Soir E., Vermeirein E. (dir.), Les Debriefings psychologiques en question, Anvers, Garant édit., 163-174.

CROCQ L. 2014a [2007], Traumatismes psychiques, prise en charge psychologique des victimes, Paris, Elsevier Masson, Coll. Psychologie,

CROCQ L. 2014b [2007], Clinique du syndrome psychotraumatique chronique. Névrose traumatique, état de stress post-traumatique et autres séquelles, in CROCQ L., in Traumatismes psychiques, prise en charge psychologique des victimes, Paris, Elsevier Masson, Coll. Psychologie, 37-51.

CROCQ L., 2014c, Les Blessés psychiques de la Grande Guerre, Paris, O. Jacob.

CROCQ L., CREMNITER D., 2014 [2007], Psychologie de l’otage et syndrome de Stockholm, in Crocq L., in Traumatismes psychiques, Prise en charge psychologique des victimes, Paris, Elsevier-Masson, 81-99.

DEBRAY Q., GRANGER B., AZAIS F., 2010 (4e édit.), Psychopathologie de l’adulte, Issy-les-Moulineaux, Elsevier-Masson, Coll. Les âges de la vie.

DEPREEUW W., 1978, De reintegratie van langestrafen, een onderzook naar het verloop van de invrijheidsstelling, Tidschrift Criminologie, 20, 303-307.

DESESQUELLES A., 2003, Handicap et incapacités en milieu carcéral en France : quelles différences avec la population générale, La santé en prison, Santé, inégalités, ruptures sociales en Île-de-France, INSERM-U 444, oct., 14-17.

DEVRESSE M.-S., 2004, « Le désert des tartares », Attentes et incertitudes des usagers de drogues dans la justice pénale », in Kaminski D., Kokoreff M. (dir.), Sociologie pénale : système et expérience, Ramonville, Érès, Coll. Trajets, 133-150.

EITINGER L, 1962, Concentration Camps Survivors in the Post-War World, American Journal of Orthopsychiatry, 32, 67, 367-375.

EITINGER L., 1964, Concentration Camp Survivors in Norway and Israël, Londres, Allen et Unwin edit.

EITINGER L., 1972, Concentration Camp Survivors in Norway and Israël, Martinus Nijhoff, La Haye.

EITINGER L., 1980, The Concentration Camp Syndrom and its late Sequelae, in Dimsdale J. Survivors, Victims and Perpetrators: Essays on the Nazi Holocaust, New-York : Hemisphere Publishing Corporation, 127-162.

ERICSON R. J., 1975, Young Offenders and Their Social Work, Massachusetts, Lexington Books.

ERICSON R. J., CROW W. J., ZURCHER L. A., CONNET A., 1973, Paroled but not Free, Ex-Offenders look at what they Need Outside, New York, Behavioral Publications.

ESCOBAR MOLINA A., 1989, L’enfermement, Espace temps clôture, Paris, Klincksieck.

ESPARZA R., 1973, Attempted and committed suicide in county jails, in Danto B. (ed.), Jail House Blues: Studies of Suicidal Behavior in Jail and Prison, Orchard Lake, Epic Publications, 27-46.

FAWCETT J., MARRS B. 1973, Suicide at the county jail, in Danto B. (ed.), Jail House Blues: Studies of Suicidal Behavior in Jail and Prison, Orchard Lake, Epic Publications, 83-106.

FAZEL S., DANESH J., 2002, Serious mental disorder in 23 000 prisoners: a systematic review of 62 surveys, The Lancet, 359, 545-550.

FEUDIS (de) F. V., 1976, La psychologie de la solitude, La Recherche, 6, 66, 345.

FENICHEL O., 1987, La théorie psychanalytique des névroses, T. 1 : Introduction. Le développement mental. Les névroses traumatiques et les psychothérapies, Paris, PUF.

FERRARO K. J., JOHNSON J. M., JORGENSEN S. R., BOLTON F. G., 1983, Problems of Prisoners’Families, The hidden costs of imprisonment, Arizona State University.

FREUD S., 2014 [1965], Inhibition, Symptôme et Angoisse, Paris, Petite Bibliothèque Payot.

GENDREAU P., GOGGIN C., 1994, The Effect of Prison Sentences on Recidivism, Ottawa, Canada, Dep. Solicit. Gen.

GIBBS J. J., 1982a, Disruption and distress, Going from the street to the jail, in Parisi N. (ed.), Coping with Imprisonment, Londres, Sage Publications, 29-44.

GIBBS J. J., 1982b, The first cut is the deepest: Psychological breakdown and survival in the detention centre, in Johnson R., Toch H. (eds), The Pains of Imprisonment, Londres, Sage Publications, 97-114.

GIBBS J. J., 1987, Symptoms of psychopathology among jail prisoners: The effects of exposure to the jail environment, Criminal Justice and Behaviour, 14, 3, 288-310.

GIBBS J. J., 1991, Environmental congruence and symptoms of psychopathology: A further exploration of the effects of exposure to the jail environment, Criminal Justice and Behaviour, 18, 351-374.

GLASER D. 1964, The Effectiveness of a Prison and Parol Systm, New York, Bob Merrill.

GOETHALS J., 1980a, Psychosociale gevolgen van de gevangenisstraf, Verslag van een literatuur studie en een empirisch onderzoek naar gedragsveranderingen tijdens de vrijheidsberoving als straf, Thèse de doctorat, Leuven, 1979, Kluwer, Anvers.

GOETHALS J., 1980b, Actualités bibliographiques: Les effets psychosociaux des longues peines d’emprisonnement, Déviance et Société, 4, 1, 81-101.

GOFFMAN E., 2009 (1963), Stigma: Notes on the Management of a Spoiled Identity, Englelwood Cliffs, NJ, Prentice Hall.

GOFFMAN E., 1968, Asiles, études sur la condition sociale des malades mentaux et autres reclus, trad. et C. Lainé, Paris, Les Éditions de Minuit.

GOFFMAN E., 1973, La mise en scène de la vie quotidienne, tome 1, La présentation de soi, Paris, Les Éditions de Minuit, Coll. Le Sens Commun.

GOFFMAN E., 1975 [1963], Stigmate, Les usages sociaux des handicaps, Paris, Les Éditions de Minuit.

GOODSTEIN L., 1979, Inmate Adjustment to prison and post release outcome, Journal of Research in Crime and Delinquency, 16, 2, 246-272.

GROUNDS A. T., 2004, Psychological consequences of wrongful conviction and imprisonment, Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice, 46, 2, 165-182.

GROUNDS A. T., 2005, Understanding the effects of wrongful imprisonment, in Tonry M. (ed.), Crime and Justice, A Review of Research, 32, Chicago, University of Chicago Press, 1-58.

GROUNDS A.T. , JAMIESON R., 2003, No sense of an ending: Researching the experience of imprisonment and release among Republican ex-prisoners, Theoretical Criminology, 7, 347-362.

HAJMAN E., 2014, Témoignage in Union Sociale, Août-Septembre, n° 73, 25.

HANEY C.W., 2001, The psychological impact of incarceration: Implications for post-prison adjustment, in Travis L. (ed.), Prisoners Once Removed: The Impact of Incarceration and Reentry on Children, Families and Communities, ASPE, Office of the assistant secretary for planning and evaluation, U.S. Department of Health & Human Services, https://aspe.hhs.gov/basic-report/psychological-impact-incarceration-implications-post-prison-adjustment

HANEY C. W., 2005, The contextual revolution in psychology and the question of prison effects, in Liebling A., Maruna S. (eds), The Effects of Imprisonment, Portland, Oregon, Cullompton, Devon, Willan Publishing, 66-93.

HARVEY J., 2004, Transition and adaptation to prison life: A study of young adults aged 18 to 21 ; Unpublished Ph. D thesis, University of Cambridge.

HARVEY J., 2005, Crossing the boundary: the transition of young adults into prison, in Liebling A., Maruna S. (eds), The Effects of Imprisonment, Portland, Oregon, Collumpton, Devon, Willan Publishing, 232-254.

HARVEY J., 2007 [1973], Young Men in Prison, Surviving and Adapting to Life inside, Londres-New-York, Routledge, Taylor & Francis Group.

HEILIG S., 1973, Suicide in jails, in Danto B. (ed.), Jail House Blues: Studies of Suicidal Behavior in Jail and Prison, Orchard Lake, Epic Publications, 47-56.

HESKIN K. J., BOLTON N., SMITH F. V., BANISTER, P. A., 1973, Psychological correlates of long-term imprisonment II: Personality variables, British Journal of Criminology, XIII, 323-330.

HESKIN K. J., BOLTON N., SMITH F. V., BANISTER, P. A., 1974, Psychological correlates of long-term imprisonment III; Attitudinal variables, British Journal of Criminology, XIV, 150-157.

HESKIN K. J., BOLTON N., SMITH F. V., BANISTER, P. A., 1976, Psychological correlates of long-term imprisonment IV; a longitudinal analysis, British Journal of Criminology, XVI, 38-47.

HESKIN K. J., BOLTON N., SMITH F. V., BANISTER P. A., 1977, Prisoners’ personality. A factor analytically derived structure, British Journal of Social and Clinical Psychology, 16, 3, 203-206.

HIRSCHMAN A. O., 2011 [1970], Exit, voice, loyalty, Défection et prise de parole, Bruxelles, Édit. de l’Université de Bruxelles (trad. C. Besseyrias).

HOLLEY C. S. D., MABLI J., 1978, Shortitis pre-release anxiety among prison inmates, Crime and Justice, 5, 4, 329-338.

HOLMES T. H., RAHE R. H., 1967, The Social Readjustment Rating Scale, Journal of Psychosomatic Research, 11, 2, 213-218.

IRWIN J., 1970, The Felon, New Jersey, Prentice Hall.

IRWIN J., 1980, Prisons in the turmoil, Boston, MA, Little, Brown.

JAMIESON R., GROUNDS A. T., 2005, Release and adjustment: perspectives from studies of wrongly convicted and politically motivated prisoners, in Liebling A., Maruna S., The Effects of Imprisonment, London, Willan Publishing, 33-65.

JONES R. S., 2003, Excon: Managing a spoiled identity, in Ross J. I., Richards S. C., Convict Criminology, Belmont, CA: Wadsworth, 191-208.

JONES R. S., SCHMIDT T. J., 2000, Doing Time: Prison Experience and Identity among First-Time Inmates, Stamford, CT, Jai Press.

JOSE-KAMPFNER C., 1990, Coming to Terms with Existential Death, An Analysis of Women’s Adaptation to life in Prison, Social Justice, 17, 2, 110-125.

KAMINSKI D., KOKOREFF M. (dir.), 2004, Sociologie pénale : système et expérience, Ramonville, Érès, Coll. Trajets.

KERNS, R., 1958, Changes in concept of self and others as a function of incarceration in a correctional institution, thèse PhD, University of Pittsburg.

KLEIN M., 1998 [1968], Essais de psychanalyse : 1921-1945, Paris, Payot.

KULKA R. A., SCHLENGER W. E., FAIRBANK J. A., HOUGH R. L., JORDAN B. K., MARMAR C. R., WEISS D. S., GRADY D. A., 1990, Trauma And The Vietnam War Generation: Report of Findings From The National Vietnam Veterans Readjustment Study, New York, Brunner et Maze.

LANDREVILLE P., BLANKEVOORT V., PIRES A. P., 1981, Les coûts sociaux du système pénal, Montréal, École de criminologie, Université de Montréal.

LAPLANCHE J., PONTALIS J.-B., 2007 [1967], Vocabulaire de la psychanalyse, Paris, PUF, Coll., Quadrige.

LAURIN P., 2015, La mise en place d’un répertoire public de délinquants sexuels aux États-Unis, Champ pénal/Penal field, Vol. XII [http://champpenal.revues.org/9030].

LAZZARI R., FERRACUTI E., RIZZO G. B., 1958, Applicazione della scala WB Forma 1 su un gruppo di detenuti italiani, Rasssegna di studi penitenziari, 3, 449-456.

LEBIGOT F., 2009, Le traumatisme psychique, Stress et trauma, 9, 4, 201-204.

LE CAISNE L., 2000, Prison, Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob.

LE CAISNE L., 2008, Avoir 16 ans à Fleury, Ethnographie d’un centre de jeunes détenus, Paris, Le Seuil.

LEMERT E., 1951, Social Pathology, New York, Mcgraw-Hill.

LERNER M. J., SIMMONS C. H., 1971 [1966], Observer’s Reaction to the "innocent victim": Compassion or Rejection?, Journal of Personnality and Social Psychology, 4, 203-210.

LERNER M. J., 2003 [1980], The justice motive: Where social psychologists found it, how the lost it, and why they may not find it again, Personnality and Social Psychology Review, 7, 388-99.

LESAGE de la HAYE J., 1998 [1978], La guillotine du sexe : la vie affective et sexuelle des prisonniers, Paris, Éditions de l’Atelier.

LIEBLING A., MARUNA S., 2005a, The Effects of Imprisonnment, Portland, Oregon, Cullompton, Devon, Willan Publishing.

LIEBLING A., MARUNA S., 2005b, Introduction: the effects of imprisonment revisited, in Liebling A., Maruna S. (eds), The Effects of Imprisonnment, Portland, Oregon, Cullompton, Devon, Willan Publishing, 1-29.

LHUILIER D., LEMISZEWSKA A., 2001, Le choc carcéral, Survivre en prison, Paris, Bayard.

LY B.H., 1991, Mes 4 584 jours de rééducation au Viet Nam, Chez l’auteur.

MACHERET-CHRISTE F., GRAVIER B., 2001, Schizophrénie, psychose et prison, Lettre de la schizophrénie, n° 23, juin.

MARCHETTI A.-M., 2001, Perpétuités : Le temps infini des longues peines, Annexe II, L’allongement des peines : quelques données politiques et juridiques…, Paris, Plon, Coll. Terre humaine.

MARÉCHAL G., 2010, Autoethnography, in Mills A. J., Durepos G., Wiebe E. (eds), Encyclopedia of Case Study Research, CA, Sage Publications, 2, 43-45.

MARTIN J.-P., WEBSTER D., 1971, Social Consequences of Conviction, Londres, Heinemann.

MARY R., 1986, Les Bagnards d’Hô Chi Minh, Paris, Albin Michel.

MATUSSEK P., 1971, Die Konzentrationslagerhaft und ihre Folgen, Berlin, Springer Verlag.

McARTHUR V., 1974, Coming out cold, Toronto, Lexington.

MELAS L., MENARD F., 2001, Production et régulation de la violence en prison : avancées et contradictions, Rapport final GIP, Mission de recherche droit et justice, Fondation pour la recherche sociale, Paris.

MEMMI A., 1965, The Colonizer and the Colonized, Boston, MA, Beacon Press.

MILLER W. B., 1973, Adaptation of young men to prison, Corrective and Social Psychiatry Journal of Applied Behavior Therapy, 19, 15-26.

MOREAU R., 1982, Huit ans chez les Viêts, Paris, Éditions Pygmalion.

MOERING M., 1977, De gevangenis uit, de maatschappig in, Sampson, Alphen, Rijn.

MONNEREAU A., 1986, La castration pénitentiaire : droit à la sexualité pour les personnes incarcérées, Paris, Lumière et justice.

MUCCHIELLI A. (dir.), 2014, Dictionnaire de méthodes qualitatives en sciences humaines, 3e édit., Paris, Armand Colin.

MURRAY J., 2005, The effects of imprisonment on families and children of prisoners, The Effects of Imprisonment, Portland, Oregon, Cullompton, Devon,Willan Publishing, 442-462.

NEUSTATTER A., 2002, Locked In Locked Out. The Experience of Young Offenders Out of Society and in Prison, Londres, Calouste Gulbenkian Foundation.

NEWBOLD G., ROSS J. I., JONES R. S., RICHARDS S. C., LENZA M., 2014, Prison Research From the Inside: The Role of Convict Autoethnography, Qualitative Inquiry, 20, 4, 439-448.

NOALI L., 2012, Les résistances carcérales, du comment au pourquoi, Une approche juridique et pluridisciplinaire, Paris, L’Harmattan.

NOALI L., 2014, La peine de prison à l’usure ? Obstacles à la loi normale de l’habituation en détention, Champpenal/Penal field, Vol. XI, mis en ligne le 21 janvier 2014. URL [http://champpenal.revues.org/8987] ; DOI : 10.4000/champpenal.8987.

PIRES A. P., 2004, La recherche qualitative et le système pénal. Peut-on interroger les systèmes sociaux ? in Kaminski D., Kokoreff M. (dir.), Sociologie pénale : système et expérience, Ramonville, Erès, Coll. Trajets, 173-198.

PONSETTI–GAILLACHON A., DUCHET Cl., MOLENDA S., 2009, Le debriefing psychologique : Pratique, bilan et évolution des soins précoces, Paris, Dunod.

PORTELLI S., CHANEL M., 2014, La vie après la peine, document, Paris, Grasset.

POUJOL J., POUJOL C., 1998, Manuel de relation d’aide, l’accompagnement spirituel et psychologique, Empreinte Temps présent [www.relation-aide.com/dossiers/description.php?rech=ok&id=498cat=12].

RASCH W., 1977, Observations of psychological changes in persons sentenced to life imprisonment, paper congres Montréal.

RICHARD P., 1975, Cinq ans prisonnier chez les Viêts, Le Vaumain, Paris, Nouvelles Éditions Latines.

RICORDEAU G., 2003, La solidarité familiale à l’épreuve de l’incarcération. Une analyse comparative, Paris, GIP Droit et Justice, Ministère de la Justice.

ROSS J. I., RICHARDS S. C. (eds.), 2003, Convict Criminology, Wadsworth/Thomson Learning, Belmont, CA, États-Unis.

ROUILLON F., DUBURCQ A., FAGNANI F., FALISSARD B., 2004, Étude épidémiologique sur la santé mentale des personnes détenues en prison [http://psydocfr.broca.inserm.fr/conf§rm/conf/expertise/textesexperts/rouillonVD.rtf].

SCHNAPPER D., 2011, L’expérience-enquête au Conseil constitutionnel, Réflexion sur la méthode, Sociologie, 3, vol. 2/2011, URL [http://sociologie.revues.org/1035, sociologie.revues.org/1035]

TANNENBAUM F., 1938, Crime and community, Londres, New York, Columbia University Press.

TERRY C. M., 2003, From C-Block to Academia: You can’t get there from here, in Ross J. I., Richards S. C. (eds), Convict Criminology, Wadsworth/Thomson Learning, Belmont, CA, États-Unis, 95-119.

THEVENET A., 1997, Goulags indochinois, Paris, Éditions France Empire.

SALMONA M., 2010, Violences sexuelles [www.memoiretraumatique.org/memoire-traumatique-et-violences/violences- sexuelles.html].

SALMONA M., 2013, Le livre noir des violences sexuelles, Paris, Dunod.

SARGENT D. A., 1974, Confinement and ego regression, some consequences of enforced passivity, International Journal of Psychiatry in medicine, 3, 243-252.

SOLOMON Z., 1993, Combat Stress Reaction: The Enduring Toll of War, New York, Plenum Press.

SYKES G. M., 1958, The Society of Captives: A Study of a Maximum Security Prison, Princeton, New Jersey, Princeton University Press.

VERRIDJT J., 1978, Ik zat in de gevangenis en ge hebt me (niet) bezocht, Strafuitvoering in close-up, Leuwen, Acco.

VISHER C.A., LaVIGNE N., TRAVIS J., 2004, Returning Home: Understanding the Challenges of Prisoner Reentry, Maryland pilot study: Findings from Baltimore, Urban Institute.

VISHER C. A., TRAVIS J., 2003, Transitions from Prison to Community: Understanding Individual Pathways, Annual Review of Sociology, 29, 89-113.

VITRY M., 2002, L’écoute des blessures invisibles, Paris, L’Harmattan, Coll. Éthique, Handicap et Société.

WACQUANT L., 1999, Traque des ex-délinquants sexuels aux États-Unis, Le Monde Diplomatique, décembre.

WADDINGTON A., AMPELAS J.-F., MAURIAC F., BRONCHARD M., ZELTNER L., MALLAT V., 2003, État de stress post-traumatique : le syndrome aux différents visages, L’encéphale, 29, 1, 20-27.

WALLER I., 1974, Men Released from prison, Toronto, University of Toronto Press.

WALSHE S., 2012, The grim truth of being gay in prison, The Guardian [www.theguardian.com/commentistfree/cifamerica/2012/mar/07/grim-truth-gay-in-prison].

WARREN C. A., 1980, Destigmatization of Identity: From Deviance to Charismatic, Qualitative Sociology, 59-72.

WELTZER-LANG D., MATHIEU L., FAURE M. 1996, Sexualités et violences en prison, ces abus qu’on dit sexuels, Lyon, Aléas/Observatoire International des Prisons.

ZAMBLE E., 1992, Behaviour and Adaptation in long-term prison inmates: Descriptive longitudinal results, Criminal Justice and Behaviour, 19, 409-425.

ZAMBLE E., PORPORINO F. J., 1988, Coping, imprisonment and rehabilitation: Some data and their implications, Criminal Justice and Behaviour, 17, 53-70.

YALOUM M., Libérer pour réinsérer, Pour une citoyenneté reconstruite [http://www.asile.org/citoyens/numero03/liberationconditionnelle/yaloum.htm], 1-10.

* * *

blog prison2 france.

CIM-10-MC, Classification Internationale des Maladies, 2010, 10e révision, OMS.

DSM IV-TR, 2013, Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux, 4e édit., Paris, Masson.

DSM-V, 2015, Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux, trad., 5e édit., Issy-les-Moulineaux, Elsevier Masson édit.

Ban Public, Le portail d’information sur les prisons, 24 nov. 2007, 52, Sort-on jamais de prison ? [http://prison.eu.org/spip.php?article10103].

ONU, 1985, Déclaration des principes fondamentaux de justice relatifs aux victimes de la criminalité et aux victimes d’abus de pouvoir, Résolution 40/34 du 29 novembre.

Décret du 10 janvier 1992, NOR: ACVP 91200 15D (version consolidée au 14 février 2016), JOAN du 12 janvier 1992.

Observatoire National de la Pauvreté et de l’Exclusion Sociale (ONPES), Août-Septembre 2014, 73.

Rapport Barbier G., Demontès Ch., Lecerf J-F., Michel, J-P., 2010 Rapport sénatorial d’information n° 434 (2009-2010) sur la prise en charge des personnes atteintes de troubles mentaux condamnées pour des infractions, fait au nom de la commission des lois et de la commission des affaires sociales [www.senat.fr/rap/r09-4342.html].

Rapport Burgelin J.-F. Rapport de la commission Santé Justice, 2005, Santé, justice et dangerosités : pour une meilleure prévention de la récidive, ministère de la Justice, ministère de la Santé et des Solidarités.

Rapport Terra, J-L, 2003, Prévention du suicide des personnes détenues, Evaluation des actions mises en place et propositions pour développer un programme complet de prévention, Rapport de mission à la demande du garde des Sceaux, ministre de la Justice et du ministre de la Santé, de la Famille et des Personnes Handicapées, déc. 2003.

UNODC (Office des Nations-Unies Contre la Drogue et le Crime, 2014, Manuel d’introduction pour la Prévention de la Récidive et la Réinsertion Sociale des Délinquants, Série des manuels de la justice pénale Vienne [www.unodc.org].

Just Detention International, Rape is not part of the penalty, (Publication), Los Angeles-Washington.

Wikistrike, Rien ni personne n’est supérieur à la vérité, 2014 [www.wikistrike.com/2014/06/la-france-dissimule-l-ampleur-dramatique-de la-pedocriminalite.html].

Haut de page

Notes

1 Sans prétendre à l'exhaustivité, citons plus particulièrement pour les travaux américains, Goffman (1968, 57-58) ; Zamble (1992) ; Zamble, Porporino (1988) ; Esparza (1973) ; Heilig (1973) ; Fawcett, Marss (1973) ; Beigel, Russel (1973) ; Ericson (1975) ; Harvey (2007 [1973]) ; Jones, Schmidt (2000) ; Austin (2003, 34) ; Haney (2001, 2003, 2005) ; pour le Canada: Gendreau, Goggin (1994) ; pour le Royaume-Uni, Gibbs (1982a et b) ; Neustatter (2002) ; Haney (2005) ; Grounds (2005) ; pour l'Allemagne Albrecht, 1977 ; pour les Pays-Bas, outre Goethals cité, Moerings (1977) ; Depreeuw (1978) et pour la France, outre Lhuilier et Lemiszewska précitées, Archer, Lameyre, 2003 ; Archer (dir.) (2008). Pour plus de précisions, cf. notamment, bien qu'ancien, l'inventaire bibliographique détaillé de Goethals (1980a).

2 Par longues peines, notion fort relative, indépendamment de la question des seuils, à l’instar de Goethals, (1980b, 82), nous entendons les peines d'emprisonnement supérieures à un an, estimant que le seuil minimal de 5 ans souvent retenu pour la France ne permet pas de rendre suffisamment compte des effets psycho-sociaux des peines inférieures.

3 Mentionnons spécialement pourtant aux États-Unis Haney (2001, 2003, 2005) qui s'est particulièrement intéressé à l'impact psychologique de l'incarcération et à ses implications pour la réinsertion, ainsi qu'au Canada Gendreau et Goggin (1994) qui ont étudié les effets des condamnations sur le récidivisme.

4 Cf. toutefois sur ce sujet Murray, 2005.

5 They should (longitudinal studies) include parallel study and follow-up of families so as to map comprehensively the effects on them of the imprisonment (Jamieson, Grounds, 2005, 58).

6 Convict Criminology, 2003.

7 Pour ces auteurs (2005b, 3), les effets de l’emprisonnement englobent à la fois l’impact social, psychologique, comportemental et émotionnel de l’épreuve carcérale (Liebling, Maruna (Ibid, 1-29), après l’incarcération, pour les prisonniers, mais aussi pour les familles (Murray, 2005) et les personnels investis dans l’action.

8 Le cas de Natascha Kampusch qui portait encore le deuil de son ravisseur huit ans après la mort de celui-ci paraît à cet égard exceptionnel.

9 La situation des otages politiques dont la détention peut se prolonger a sans doute changé profondément la donne quant aux répercussions dudit syndrome et paraît a priori de nature à établir un lien entre la durée de l’épreuve et son impact psychique.

10 Citons, outre les rescapés de la Shoah (Matussek, 1971 ; Eitinger, 1962, 1964, 1980), les blessés psychiques de la Grande guerre (Crocq, 2014b), les anciens prisonniers de guerre dont, plus près de nous, les vétérans de la guerre du Vietnam (Lebigot, 2009).

11 Sur le sujet cf., outre Liebling et Maruna (2005b, 15-16) selon qui les effets du trauma ont été démontrés pour certains groupes de prisonniers ayant manifesté les symptômes de l’ESPT selon des bases médico-légales, Archer (2008).

12 Anciens condamnés devenus criminologues.

13 Autoethnography is a form or method of research that involves self-observation and reflexive investigation in the context of ethnographic field work and writing (Maréchal, 2010, 43) : L'autoethnographie est une forme ou méthode de recherche qui comporte avec l'observation de soi l'exploration réflexive dans le contexte du travail ethnographique de terrain aussi bien que dans l'écriture (notre traduction).

14 Les relations carcérales ne survivent guère au temps de la peine et la population des anciens prisonniers est quasiment invisible car Ce public ne souhaite pas le plus souvent faire état de son statut passé, sans doute par crainte de stigmatisation (Hajman, 2014).

15 Pour ce concept, cf. Schnapper, 2011. Les difficultés singulières d'une démarche prospective de détenu à la peine ne permettaient pas en effet de recourir aux outils classiques de la recherche (enregistrements et prise de notes, interviews…). Il en est notamment résulté l’absence d’un fichier de données primaires (questionnaires, comptes rendus d’interviews…) qui aurait permis de reproduire notre démarche analytique à des fins critiques (Cf. Mucchielli, 2014, 96).

16 Les convicts criminologists ne prétendent pas avoir le dernier mot concernant la criminologie ou détenir des opinions inattaquables. Ils ne contestent pas que les fonctionnaires pénitentiaires ainsi que les autres chercheurs ont aussi des perspectives valables qui peuvent différer des leurs (Newbold et al., 2014, 443, notre traduction.)

17 Cf. notamment Kaminski, Kokoreff, 2004, 11-12 ; Devresse, 2004 ; Pires, 2004.

18 Dans le même sens, Ricordeau (2003, 187) par exemple se réfère aux travaux de Matussek (1971) ; Barocas, Barocas (1973) ou encore à Eitinger (1962, 1964, 1980) pour analyser les modifications de la personnalité causées par l'enfermement pénal.

19 Parmi les travaux pionniers notables, on peut citer les Américains Glaser (1964), Ericson et al. (1973) ; Irwin (1970) ; de Haney C. (2001, 2005); pour les Britanniques Martin, Webster (1971) ; Heskin et al. (1973, 1974, 1976); Banister et al., 1973  ; Liebling, Maruna (dir.), 2005a ; Gibbs (1982, 1987, 1991), Harvey J. (2007) ; le Belge Goethals (1979, 1981) ; les Canadiens Waller (1974) ; Mc Arthur (1974) ; Rasch (1977) ; Moerings (1977) ; les Hollandais Verrijdt (1978), Depreeuw (1978) ; pour l'Allemagne Albrecht (1977) dont la recherche a porté sur près de 80 anciens détenus plus de 6 ans après leur libération et, pour l'Italie, Lazzari et al., 1958.

20 Soit celles supérieures à une année selon la définition et les raisons qu’en donne Goethals (1980a, 82).

21 However, what is of most importance and relevance is how the effects of long-term imprisonment are manifested after release from prison (Jamieson, Grounds, 2005, 54).

22 The research littérature that most closely describes the adjustment and relationship difficulties in these cases is the psychiatric litterature on war veterans. It documents both the characteristic clinical syndrome that may follow chronic psychological trauma and the difficulties of adjustment among soldiers returning home so many soldiers returned from the Second War with an unrealistic, idealised view of the family, but experienced restlessness, irritability and severe difficulties in restoring intimate relationships (Jamieson, Grounds, 2005, 39).

23 Nous ne prétendons bien sûr pas à l’exhaustivité.

24 Nous empruntons cette expression à Vitry, 2002.

25 Manuel Diagnostique et Statistique des Troubles Mentaux, trad. française, Elsevier Masson, 2015.

26 Encore désigné par les sigles de SSPT (Syndrome de Stress Post-Traumatique), ou de TSPT (Trouble Stress Post-Traumatique) dans la traduction du DSM-V.

27 Précisément de la medulla qui permettrait la fuite ou l’affrontement.

28 En ce sens encore, selon l’Agence Européenne pour la Sécurité et la Santé au Travail le stress survient lorsqu’il y a déséquilibre entre la perception qu’une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu’elle a de ses propres ressources pour y faire face.

29 Pour un résumé des critères diagnostiques, trop nombreux pour être ici énumérés, cf. Crocq, 2014a [2007], 46.

30 Le syndrome de répétition se traduit par la reviviscence de l’expérience traumatique vécue lors de l’événement. C’est le noyau spécifique de cette clinique qui réalise, de la façon la plus directe, une forme de retour au réel des manifestations qui se sont déroulées lors de l’événement (Cremniter, Laurent, 2005, 179)

31 Ainsi Debray et al. (2010) ont observé qu’il peut exister en certains cas un attrait compulsif paradoxal pour ce qui rappelle les événements traumatisants.

32 Évitement des relations proches ou sentimentales, des attachements interpersonnels et des relations sexuelles intimes (DSM-V, 912), l'évitement des activités et des contacts sociaux (Ibid.), l'introversion ("retrait des interactions interpersonnelles allant des interactions quotidiennes épisodiques aux relations amicales intimes) et le restriction de l'expérience et de l'expression affectives (Ibid., 321).

33 Toutefois sont listés dans le chapitre traitant d’Autres situations pouvant faire l’objet d’un examen clinique ou affecter d’une façon ou d’une autre le diagnostic, l’évolution, le pronostic ou le traitement du trouble mental d’un patient (DSM-V, 843) sous les codes V62.5 (Z65.2 CIM-10-MC, les problèmes liés à la criminalité ou aux interactions avec la justice ainsi que les problèmes liés à la libération de prison (DSM-V, 855) dont la spécificité est ainsi bien reconnue.

34 Les événements traumatiques directement vécus… Incluent mais ne sont pas limités à… (DSM-V, 324).

35 La prison qu'imprègne l'esprit de fermeture demeure fondamentalement une institution totale (Goffman, 1968), étroitement conditionnée dans ses pratiques quotidiennes par la prévalence des finalités de contention (Cliquennois, 2006, 5)

36 Ainsi peut-il arriver qu’un prisonnier soit directement confronté à des violences psychiques et physiques sur des collègues, voire qu’un de ces derniers soit assassiné par un compagnon de cellule déséquilibré.

37 Auteurs d’infractions à caractère sexuel.

38 Les entrepreneurs de morale évoqués par Becker (1985, 158 et 171-187).

39 Entendu ici comme l’acte juridique plaçant une personne dans un établissement pénitentiaire sous la responsabilité du directeur de l’établissement puisque l’écrou ne correspond pas nécessairement à une entrée en détention.

40 Le rapport Terra (2003, 38) avait ainsi établi que l’approche de la sortie constituait un facteur hautement suicidogène, précisant à ce sujet que 27% des suicidés en prison avaient un reliquat de peine inférieur à 6 mois et 7% un reliquat de peine inférieur à 1 mois (contre 9% dans les premières semaines de la détention, 17% pendant le premier mois et 34% dans les trois premiers mois).

41 Le rapport Archer, 2008, Annexes, 80) cite à cet égard le témoignage du détenu Bernard C. selon qui pour la grande majorité, l’incarcération, telle qu’elle se présente actuellement, relève bien plus d’un traumatisme que d’un choc.

42 Pour Crocq (2014a, 13) encore l’événement violent… met subitement et directement en contact avec le "réel de la mort".

43 Soulignons en effet l'importance de cette recherche pionnière en France conduite sur une période de deux ans (2006-2008) à la demande du ministère de la Justice (Mission Droit et Justice). Placée sous la direction du Dr Evry Archer, alors Président des Psychiatres intervenant en prison et Chef du SMPR de Lille-Loos-Sequedin, elle avait pour objet l'évaluation de la souffrance psychique causée par la détention.

44 Parmi de nombreux constats en ce sens, citons encore Désesquelles (2003, 31) selon qui Le séjour en prison est susceptible d’avoir des répercussions sur l’état de santé physique et psychique des personnes et par conséquent sur l’existence de déficiences ou d’incapacités ainsi que le rapport sénatorial d’information Barbier et al., 2010, note 39.

45 En ce sens encore cf. Grounds (2004), ainsi que Liebling, Maruna (2005b, 15-16).

46 Selon qui la prise de décision est une fonction qui, comme les nerfs et les muscles, s’atrophie si elle ne s’exerce pas.

47 Selon l’étude citée de Rouillon et al., (2004), 35 à 42% des détenus étaient manifestement malades, 39,2% présentaient un syndrome dépressif qui était grave pour 22,8%; 7,9% étaient atteints d’une névrose d’angoisse et 21,6% d’une névrose traumatique. 55% des entrants en prison souffraient d’un trouble psychiatrique de gravité variable, 1/5 avaient un suivi psychiatrique avant leur arrestation; 8% présentant des troubles psychotiques.

48 Cf. notamment sur la question Macheret-Christe, Gravier, 2001 ; Visher, Travis (2003, 94-95) ainsi qu' Archer (2008, 37) qui estime quant à lui que Chez certains sujets particulièrement vulnérables, les stress déclenchants peuvent être minimes.

49 Some men recognised permanent changes in their personnalities (Jamieson, Grounds, 2005, 50) : (Certains reconnaissent des changements permanents dans leur personnalité. Notre traduction).

50 Cité par Jamieson et Grounds (ibid., 50), un ancien prisonnier déclare : I just don’t feel like I belong (j’ai l’impression que je ne m’appartiens plus). Toujours selon ces auteurs (Ibid., 34-35) Most of the men changed in personality in ways that caused distress to them and their families. They had marked features of estrangement, loss of capacity for intimacy, moodiness, inability to settle and loss of a sense of purpose and direction. They were withdrawn, unable to relate properly (La plupart ont changé de personnalité à un point tel qu’eux-mêmes et leur famille en éprouvent de la détresse. Ils manifestent des traits de dépaysement, une perte d’aptitude à l’intimité, des troubles de l’humeur, de l’instabilité, n’ont plus la notion de projet et de but. En retrait, ils sont incapables d’avoir de véritables relations).

51 Après sa sortie de prison Giovanna, citée par Portelli et Chanel (2014, 53), déclarait Il y a des moments, je n’arrive pas à réaliser (nous soulignons), je me dis que ce n’est pas possible

52 Portelli et Chanel (2014, 24) citent le détenu Guillemin évoquant son hébétement lors de sa sortie : À la sortie, les gens vous regardent, et vous, vous vous regardez différemment. On se dit : Oh ! J’ai vieilli, j’avais pas fait gaffe. C’est terrible, c’est terrible… Quand on sort, on est assez décalé, c’est sûr.

53 Lorsque je suis tombé la première fois j’avais dix-sept ans et mon frère quinze ans… Et quand je suis sorti, on était comme deux étrangers. C’était de la folie (Jean-François, in Ban Public, 2007, 52, 7)

54 Traitant du cas des condamnés par erreur, Jamieson et Grounds (2005, 34-35) ont relevé un changement durable de la personnalité, des attitudes de méfiance et de retrait. Ce phénomène a encore été observé chez les vétérans de guerre The family often remains bewildered by the veteran’s unusual behaviour, whereas the veteran, locked in his silence, become even more detached and cut off (Solomon, 1993, 109-111) : La famille paraît souvent abasourdie par le comportement inhabituel du vétéran, alors que celui-ci reste enfermé dans son silence et devient toujours plus indifférent et coupé du monde (notre traduction).

55 L’ESPT étudié chez les survivants des camps de prisonniers du Viêt-Minh (Richard, 1975 ; Kulka et al., 1990 ; Beucler, 1977 ; Moreau, 1982 ; Mary, 1986 ; Ly Bahy, 1991 ; Thévenet, 1997) ainsi que chez ceux de la Shoah (Eitinger (1962, 1964, 1980) ; Lebigot (2009), ou encore parmi les soldats israéliens rentrés de la guerre du Liban (Solomon, 1993) peut aussi fournir des éléments de comparaison intéressants.

56 La prison cultive la paranoïa (Chauvenet et al. 2005, 4; Chauvenet, 2006, 379-380).

57 Some prisoners learn to find safety in social invisibility

58 Crocq (2014a, 39) cite : 1°) la reviviscence hallucinatoire, 2°) celle par illusion, 3°) le souvenir forcé, 4°) la rumination mentale ; 5°) le vécu comme si l’événement allait se reproduire, 6°) l’agir comme si l’événement se reproduisait, et 7°) le cauchemar de répétition.

59 Dans le même sens Jamieson et Grounds (2005, 53) écrivent Et après la libération, le temps passé en prison ne peut être de l'histoire ancienne mais reste actuel : je ne peux toujours pas lui échapper. Il n'y a pas d'issue... Ces choses ne sont pas oubliées - elles demeurent en moi (And after release the time in prison cannot be put in the past but stays in the present: I can't get away from it. There is no way out of it... Those things have not gone - They are still in me).

60 Entendons les pointeurs.

61 C’est ainsi que nous l'avons manifesté nous-même par un travail auto-ethnographique. En ce sens, la préparation de notre thèse (Noali, 2012) revêtait pour partie un caractère cathartique et quasi thérapeutique en même temps que, contradictoirement sans doute, notre réflexion sur la prison conduisait à retourner le couteau dans la plaie et, par-là aussi, illustrait la difficulté à sortir de prison.

62 Soit un État dissociatif au cours duquel les aspects d’un événement traumatique sont revécus comme s’ils avaient lieu au moment même (DSM,-V, 967).

63 Ces représentations apparaissent en concordance avec celles relevées après de tout autres situations, celles vécues par d'anciens otages, des vétérans de guerre, des prisonniers politiques, ou encore de rescapés des camps de la mort.

64 Debray et al. (2010, 179) a relevé en ce sens que si l’évitement est de règle… Dans certains cas, il peut exister à l’inverse un attrait compulsif pour tout ce qui rappelle l’événement.

65 Le DSM-V (322) utilise l’expression retardée si l’ensemble des critères diagnostiques n’est présent que 6 mois après l’événement.

66 Dans les heures ou les jours qui suivent l’événement traumatique, il est fréquent que la victime ressente un certain bien-être, voire une euphorie… les cognitions associées correspondent souvent à un vécu de joie d’avoir traversé cette situation catastrophique : c’est un retour du monde des morts, c’est la sortie de l’enfer.

67 Comme constaté dans d’autres situations consécutives à un enfermement, s’observe ainsi souvent une phase de latence (DSM IV-TR, 2013, 537) ou d’expression retardée (DSM-V, 322), de durée fort variable, mais pouvant exceptionnellement se prolonger pendant plusieurs années.

68 Ainsi qu’observé chez des vétérans de guerre.

69 Traitant quant à lui des camps de la mort, Eitinger (1972, 190) a observé : The most predominant sequel to the Concentration Camp Captivity seems to be the deep changes in personality, a mental disability which affects every side of the personality’s psychic life… in short their inhability to live in a normal way. (La séquelle prédominante de la captivité en camps de concentration semble tenir en un profond changement de la personnalité, une incapacité mentale affectant tous les aspects de la vie psychique personnelle… bref, l’inaptitude à mener une vie normale, <notre traduction>).

70 Cf. notamment sur cette question Weltzer-Lang et al. (1996) ainsi que Just Detention International.

71 La loi du silence expose les plaignants à de redoutables représailles, souvent plus redoutables que le mal.

72 Mais n’est-ce pas déjà le cas à l’extérieur où, selon le rapport de l'Observatoire National de la Délinquance pour 2009, sur la criminalité en France seulement 10% des viols (12 000 sur 120 000) font l'objet d'une plainte chaque année, 3% font l'objet d'un jugement et 1% d'une condamnation (1 200 sur 120 000). Cf. Wikistrike, 2014, 5.

73 Nous faisons référence ici à deux ouvrages au titre évocateur à cet égard : La castration pénitentiaire (Lesage de la Haye, 1986) et La Guillotine du sexe (Monnereau, 1998).

74 Ainsi le jeune Rodney (cité par Walshe, 2012, 2) déclarait : My way of thinking about myself and my sexuality have been permanently altered (Ma façon de me voir et ma sexualité ont été définitivement altérées).

75 DSM-V, 2015, 995. 81 5T74.11XA et T74.11XD), 851-2. Sur le sujet, cf. notamment Salmona, 2010, 2013.

76 Beaucoup manifestant en effet les signes du syndrome de Rambo que Lebigot (2009, 201) pointe en relevant que Dix ans après la guerre du Viêt-Nam un grand nombre d’entre eux se suicidaient ou commettaient des actes antisociaux graves.

77 Concentration camp syndroma.

78 S’agissant de l’image de soi, des constats contradictoires (Kerns, 1958 ; Heskin et al., 1974) ont en tout cas été émis (Goethals, 1980b, 87).

79 Les recherches longitudinales portant sur la détérioration mentale consécutive à un enfermement prolongé (Lazzari et al. , 1958), Banister et al. (1976), Rasch (1977) présentent des conclusions diverses, voire contradictoires, mais les premiers ont observé une plus forte détérioration psychique chez les 19-31 ans. Concernant la stigmatisation, Ricordeau (2003, 191) a estimé pour sa part que les femmes sont beaucoup plus stigmatisées que les hommes par l’incarcération.

80 Ceci semblant, selon la même source, imputable à la probabilité plus grande d’exposition à certains événements traumatiques, comme le viol et d’autres formes de violence interpersonnelle.

81 A ce sujet Crocq (2014a, 47) estime le départ à la retraite qui prive le patient des activités de dérivation comme un facteur de nature à favoriser une éventuelle reprise du trauma.

82 Remarquons toutefois que, s’agissant des AICS, l’expérience de la stigmatisation se produit souvent de façon exacerbée dans le cours de l’incarcération.

83 La stigmatisation est en partie un phénomène d’autosuggestion : les ex-détenus pensent que, évidemment, les autres « savent », puisque nous, on se renifle de loin… (Ban Public, nov. 2007, 52, 4). Observons toutefois qu’un tel ressenti a pu être éprouvé longuement en prison, s’agissant notamment des prisonniers qui y sont vilipendés en raison de leurs mœurs.

84 Le manuel de l’UNODC (2014, 80) mentionne expressément le stress dû à la surveillance et à la stigmatisation que rencontrent les ex-détenus après la libération.

85 Sauf, bien sûr, dans le cas où il était une personnalité publique, un « people » au faciès connu de tous et qui ne peut donc, où qu’il se trouve dans un lieu public, passer inaperçu.

86 Comme observé cependant par Goffman (1977, 65), il faudrait préférer le terme plus général de perceptibilité à celui de visibilité. C’est le cas s’agissant d’un stigmate qui nous occupe ici.

87 Si l’on exclut le cas des condamnés ayant joui avant leur condamnation d’une notoriété, voire de célébrité. Cette invisibilité distingue précisément selon Goffman (1975, 14) Il en va différemment quand il est fait injonction aux autorités de signaler publiquement certaines catégories de délinquants à leur libération pour prévenir la récidive. Ainsi les lois de Megan en vigueur depuis 1993 dans certains États américains ont pu porter la stigmatisation à son plus haut degré en désignant d’anciens criminels à la vindicte publique (Wacquant, 1999 ; Laurin, 2015).

88 The longer the oppression lasts, the more profoundly it affects him (the oppressed) (Memmi, 1965).

89 Soit celle fondée sur des actes enfreignant la loi et/ou la morale, voire des comportements concernant des tabous ou, plus fondamentalement, les commandements du décalogue.

90 Il peut bien suffire en effet pour déclencher cette stigmatisation sociale que l’auteur d’un acte condamnable ait été surpris et dévoilé publiquement.

91 À cette exception près toutefois du jeune des quartiers qui peut bien tirer gloire de l’aura que confère parfois aux yeux de ses cadets son passage à la Case Prison, dès lors, bien sûr, que les actes sanctionnés ne sont pas jugés méprisables selon le code des banlieues, qui est aussi largement celui des prisonniers, soit des actes qui n’appartiennent pas aux pratiques de sa communauté (Le Caisne, 2008, 101).

92 Dans cet ordre d’idée, Ricordeau (2003, 190) observe que, du point de vue des détenus Dans beaucoup de cas, il s’agit plus de l’acte qui a amené en prison qui est indicible que la prison elle-même mais que, pour les proches… il semble que dans beaucoup de cas, ce soit la prison elle-même qui stigmatise, et non les faits reprochés (Ibid., 71).

93 C’est en cela que nous les incluons dans les manifestations de l’ESPTC.

94 Reintegrative shaming is shaming which is followed by efforts to reintegrate the offender back into the community (Braithwaite, 1989, 100) en opposition au « Stigmatizing shaming (Id., 101).

95 Des études américaines ont pu montrer que ce ne sont pas les détenus au comportement le plus exemplaire qui s’en sortent forcément le mieux une fois libérés. Ainsi Goodstein (1979) écrit qu’Il est possible que les détenus rebelles (….) s’adaptent plus aisément à la vie libre parce qu’ils ont gardé leur autonomie et leur libre-arbitre en dépit de l’enfermement. Dans le même sens encore cf. Yaloum [http://www.asile.org/citoyens/numero03/liberation-conditionnelle/yaloum.htm], ainsi que le rapport Burgelin (2005, 10) qui, partant aussi d’une observation de terrain, affirme que le fait qu’un détenu s’oppose au milieu carcéral serait le meilleur pronostic pour une réintégration dans la société.

96 Comme l'a observé Bourdieu (1992, 97), l’habitus n’a rien d’automatique, les actes conscients au moins étant là encore largement dictés par le tempérament du sujet et la nécessité.

97 Criminologues ayant à leur passif un casier judiciaire.

98 Cf. à cet égard l'exemple charismatique de Terry (2003, 95-119). Goffman (1975, 38) observe qu’en Amérique tout au moins, aussi limitée et aussi rejetée que soit une catégorie stigmatisée, ses membres ont presque toujours la possibilité de présenter leur point de vue en public, d’une façon ou d’une autreAinsi, non seulement la plupart des personnes stigmatisées peuvent profiter d’une version intellectuellement élaborée de leur point de vue. Dès lors reconnus par et pour leur valeur, certains font profession de leur stigmate… ce qui les amène à sortir du cercle de leurs semblables. Au lieu de s’appuyer sur leur béquille, ils s’en font une crosse de golf et cessent, du point de vue de la participation sociale, d’être représentatifs (Ibid., 40).

99 Once the ex convict is established in the profession, he takes on a new identity as professor. … I dare say that the Dr. Title cuts the stigma.

100 Dans cet ordre d’idée, Goffman (1977, 19-20), parlant de handicapés physiques, observe que la victimisation créée par la stigmatisation peut conduire à une certaine correction du stigmate : Lorsqu’une telle réparation est possible, il s’ensuit fréquemment, non pas l’acquisition d’un statut pleinement normal, mais une transformation de soi-même qui, de quelqu’un d’affligé d’une certaine tare, devient quelqu’un dont on sait qu’il a corrigé une certaine tare.

101 Portelli et Chanel (2014, 244) citent le cas de Lucien Léger qui, lors de sa longue détention s’était adonné à des études variées et qui avait ensuite servi à la Croix Rouge ou encore, non moins charismatiques, ceux de Jacques Lerouge voué pour le restant de ses jours à assister à leur sortie de prison des condamnés à de longues peines, et de Gabriel Mouesca parvenu un temps quant à lui à la tête de l’OIP (Ibid., 132).

102 Cf. sur cet aspect Chantraine, 2004a, 19-132.

103 Poujol, Poujol [www.relation-aide.com/dossiers/description.php?rech=ok&id=498cat=12], 7.

104 Le retrait, trouble de la personnalité défini dans le DSM-V, 912, par les termes : Préfère être seul plutôt qu’avec les autres ; réticence pour les situations sociales ; évitement des activités et des contacts sociaux, manque d’initiative de contact social, tend essentiellement à l’évitement systématique de l’autre.

105 En ce sens Jose-Kampfner (1990, 1) traitant des femmes détenues qui adoptent cette attitude parce qu’elle les aide à tenir le coup (to cope with « life » in prison).

106 Ainsi, l’ancien condamné tend-il à s’isoler, et donc à se désocialiser, pour ne pas risquer de dévoiler son stigmate (la socialisation lui apparaissant en somme une voie de perdition), alors que, pour le stigmatisé pour raison physique ou mentale, la socialisation, au moins parmi ses pairs, apparaît au contraire une voie de salut.

107 En ce sens encore Georges Cipriani, ancien détenu selon qui  c’est hypercompréhensible que les mecs qui sortent de prison veuillent se retrouver seuls, car ici (en prison) tu ne peux jamais être seul, avoir ton rythme, avoir tes pensées, il y a toujours cette présence ennemie.(Ban Public, 2007, n° 52, 3)

108Institutionaliztion has taught most people to cover their internal states, and not to openly or easily reveal intimate feelings or reactions (Haney, 2001, 9) (l’institutionnalisation a appris au plus grand nombre à taire leurs états d’âme, et à dissimuler leurs sentiments intimes ou leurs réactions spontanées).

109 Anglicisme définissant une addiction correcte, soit une connotation de dépendance psychique que ne traduit pas l’expression bourreau du travail.

110 L’apathie pourrait se définir, mutatis mutandis, comme une forme d’anorexie de l’action, résistance, par le morne assentiment, l’inaction et la résignation, selon Hirschman (1986, 62-3). Cf. toujours sur le sujet, outre Hirschman (2011), Bajoit (1988, 332).

111 À ce sujet, Cremniter et Laurent (2005, 181) considèrent l'installation de l'alcoolisme ou de la toxicomanie, comme mode de fixation de l'angoisse, soit lors du syndrome de répétition, soit lors de l'installation des manifestations phobiques.

112 Cf. Chauvenet, 2004, 291 ; 2006, 379.

113 Par la victimisation encore, le sujet se décharge ainsi partiellement sur autrui de sa culpabilité. Le DSM-V, (765) indique en ce sens que les paranoïaques peuvent reprocher aux autres leurs propres déficiences.

114 En ce sens pour Feudis (1976, 345) la violence consécutive à l’incarcération n'en serait que la résultante car la plupart des individus réagissent à la solitude par un état dépressif, mais lorsqu’ils sont de nouveau en contact avec les gens, ils deviennent généralement agressifs.

115 Cf. le rapport Archer, 2008, 73-75 pour l’analyse de ses facteurs.

116 Comme par exemple un amour, une amitié, des études, une activité sportive ou artistique....

117 En ce sens, Bettelheim, 1979, 84.

118 La Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) a en effet rappelé en son article 3 qu’il incombe à l’État de s’assurer que tout prisonnier est détenu dans des conditions qui sont compatibles avec le respect de la dignité humaine, que les modalités d’exécution de la mesure ne soumettent pas l’intéressé à une détresse ou à une épreuve d’une intensité qui excède le niveau inévitable de souffrance inhérent à la détention… Ainsi, au cas de violation des droits de l’Homme la personne détenue peut obtenir réparation de son préjudice comme le montrent de nombreux arrêts des cours de justice.

119 Notamment sous la pression des règles européennes.

120 Selon une expression de Crocq, 2014a, 1.

121 D’autant moins qu'au plan de l'indemnisation du préjudice, le concept de blessé psychique en France est assez nouveau et que son indemnisation sous cette qualification n’a été envisagée jusque-là que pour les seules victimes de la guerre (Décret du 10 janvier 1992 fixant les règles et barèmes pour la réparation des troubles psychiques de guerre de victimes tant militaires que civiles).

122 La définition donnée par l’ONU (Résolution 40/34, du 29 nov. 1985, 1) identifie en effet comme victimes les personnes qui, individuellement ou collectivement, ont subi un préjudice, notamment une atteinte à leur intégrité physique ou mentale, une souffrance morale, une perte matérielle, ou une atteinte grave à leurs droits fondamentaux, en raison d’actes ou d’omissions qui enfreignent les lois pénales en vigueur… ou constituent des violations des droits de l’homme.

123 These « hidden », but everywhere apparent, features of prison life have not been measured or taken seriously enough by those interested in the question of prison effects (Liebling, Maruna, 2005b , 3) (« Cachées », mais partout évidentes, ces marques de la vie carcérale, n’ont pas été mesurées ou prises suffisamment au sérieux par ceux qui s’intéressent à la question des effets de la prison (notre traduction).

124 En ce sens Irwin (1980, 240) estime que les effets les plus désastreux de la peine de prison ont à voir à ce qui se passe après la libération du détenu et selon Terry encore (2003, 115) : les personnes réussissant leur passage de la prison à la rue après des années de prison sont exceptionnelles (Stories of people making successful transitions to the streets after spending years behind the bars are unusual.

125 Archer, 2008, note de synthèse, 7.

126 Sauf à adhérer à la théorie du monde juste de Lerner (2003 [1980]) qui pose que toute peine est méritée : Chacun reçoit ce qu'il mérite et mérite ce qui lui arrive. Cf. aussi sur ce sujet Lerner, Simmons (1971 [1966]).

127 Cf. sur ce sujet, outre Murray et al., 1983.

128 Le DSM-V (2015, 329) indique d’ailleurs à ce sujet que Le TSPT est associé à un haut niveau de handicap physique, social et professionnel, ainsi qu’à des coûts économiques considérables et des niveaux élevés d’utilisation des soins de santé.

129 Selon la théorie de la psychiatrie de l'avant, élaborée lors de la Grande Guerre de 14-18, les chances de guérison d'un traumatisme sont d'autant plus grandes que celui-ci peut être traité immédiatement après sa survenue et près du front, dans une ambiance similaire à celle des unités (Crocq, 2014c, 133)... pour prévenir les ruminations solitaires propices à la chronicisation des troubles (Ibid., 143).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loup Noali, « La peine après la peine », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9314 ; DOI : 10.4000/champpenal.9314

Haut de page

Auteur

Loup Noali

Contact : loupnoali@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org