Navigation – Plan du site
Lectures

Alice Jaspart, Aux rythmes de l’enfermement. Enquête ethnographique en institution pour jeunes délinquants

Bruxelles, Bruylant, 2015, 302 pages.
Catherine Lenzi
Référence(s) :

Alice Jaspart, Aux rythmes de l’enfermement. Enquête ethnographique en institution pour jeunes délinquants, Bruxelles, Bruylant, 2015, 302 pages. ISBN : 2802742825.

Texte intégral

1Aux rythmes de l’enfermement. Enquête ethnographique en institution pour jeunes délinquants, le titre de cet ouvrage résume parfaitement l’approche inductive et empirique qu’emprunte l’auteure, Alice Jaspart, pour conduire pas à pas le lecteur à franchir, à partir d’un long travail d’enquête ethnographique, les portes de trois institutions spécialisées d’enfermement pour garçons en communautés francophones belges et à progresser dans le dévoilement et la compréhension de leur fonctionnement réel et quotidien.

2Faisant suite à un travail de recherche doctorale en criminologie, l’ouvrage s’inscrit dans la continuité de récents travaux sociologiques menés sur les transformations contemporaines de la justice pénale des mineurs, à travers l’émergence, dans une majeure partie des pays occidentaux, d’une nouvelle catégorie d’action publique – l’action éducative contrainte ou l’aide contrainte – fondée sur une résurgence des mesures sanctionnelles dans les processus éducatifs. Par conséquent, l’invitation faite par l’auteure à explorer du dedans un nouveau modèle de prise en charge fortement controversé et, qui plus est peu investi scientifiquement, qui réhabilite la contrainte dans ses supposées vertus éducatives, permet un dépassement de ce qui, de prime abord, constitue un paradoxe : sanctionner et aider dans le même temps ou isoler pour réinsérer.

  • 1 Exposé des motifs, Projet de loi modifiant la législation relative à la protection de la jeunesse e (...)

3Avant de nous conduire dans cette direction, l’auteure propose un éclairage retraçant quelques éléments du cadre légal et du contexte institutionnel en Belgique. Avec ce préambule sont présentés quelques balises légales et repères historiques relatifs au placement en institution publique de protection de la jeunesse (IPJJ) et au placement provisoire en centre fédéral (CF). Le cadre institutionnel et légal des IPPJ qui concerne deux des terrains enquêtés par Alice Jaspart relève de la loi relative à la protection de la jeunesse (Loi du 8 avril 1965). Réformée en 2006, la loi protectionnelle qui organise la justice des mineurs en Belgique vise désormais deux objectifs : 1/ une meilleure protection des jeunes en leur « accordant toutes les chances et toute l’aide pour s’intégrer dans notre société exigeante1 » et 2/ une meilleure protection de la société par l’imposition d’un régime punitif à l’encontre des jeunes « multirécidivistes ». Les IPPJ présentées ici s’intègrent parfaitement dans le nouveau paradigme de la justice pénale des mineurs, qui en Belgique, comme dans l’ensemble des pays occidentaux, se caractérise par l’enchâssement de logiques d’action où la philosophie protectionnelle et réhabilitative (Social Welfare Model) cohabite désormais avec des mesures à la fois sanctionnelles et restauratives sous-tendues par une philosophie pénale de la responsabilisation.

  • 2 Les IPJJ sont l’équivalent en France des Centres éducatifs fermés (CEF) et le Centre Fédéral des Ét (...)
  • 3 Projet pédagogique du Centre « De Grubbe » Eveberg (cité dans Alice Jaspart, page 15).

4Ainsi et au regard d’une relation à construire avec les mineurs davantage « impliquante », le préambule permet de situer le rôle des équipes pluridisciplinaires organisées autour d’une pédagogie du projet qui vise une mobilisation du mineur et sa responsabilisation au cours du placement. L’action pédagogique en vue de l’insertion sociale du jeune, inscrite dans le récent « Code des IPJJ » comme principe premier, participe également des logiques d’action affichées par le premier centre fédéral fermé pour mineurs délinquants créé en 2002 en Belgique, et qui a constitué le troisième terrain d’enquête d’Alice Jaspart. Le Centre fédéral (CF) dont il est question repose sur un accord de coopération entre l’État fédéral et les trois Communautés belges (francophone, flamande, germanophone). À la différence des IPJJ qui dépendent des Communautés, l’infrastructure de type carcéral du CF est gérée par l’Administration pénitentiaire. En outre, la présence d’agents pénitentiaires lui donne un ton plus sécuritaire et le rapproche d’une prison pour mineurs2. Pour autant, le projet pédagogique des sections francophones étudiées au cours de la recherche, de la même façon que pour les IPJJ, vise la responsabilisation du jeune, sa réflexion relative au « pourquoi il est là3 » et sa prise de conscience des actes commis à l’égard des victimes. Parce qu’il permet de saisir le cadre « prescrit » de l’action, cet éclairage liminaire est d’autant plus précieux pour décoder par la suite ce qui se passe dans les coulisses et les interstices de l’action où s’inventent et se bricolent en permanence des façons de faire pour tenir malgré tout le pari d’une combinaison des missions.

  • 4 Favret-Saada J., Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977.

5Enfin, l’auteure s’attarde au cours du propos introductif sur le déroulement de l’enquête et la place qu’elle a prise dans celle-ci, entre distance et proximité d’avec son objet. Par la description qui en est faite, on saisit mieux l’univers sectionnaire qui sera le terrain d’enquête et la place que l’auteure a occupée dans le terrain étudié. Une place ‘entre-deux’ pleinement assumée où l’on découvre avec beaucoup d’intérêt la façon dont elle a mis l’écoute de son corps (outil corporel) et de ses émotions au service du décodage. On peut souligner ici le caractère tout à fait heuristique de la démarche où, par la perception de ses propres émotions, la chercheuse parvient à décoder celles des autres (intervenant, comme mineur), à l’image de ce que Jeanne Favret-Saada4rapportait dans son étude sur la sorcellerie dans le bocage normand.

6Clairement muni de ces clés multiples et ainsi pris par la main, le lecteur explore la traversée des univers clos et contraints de la justice pénale des mineurs pour en saisir toute la complexité et la dynamique. Des espaces de l’enfermement aux espaces sectionnaires et symboliques qui marquent la séparation dedans/dehors (chapitre 1) ; de la rencontre des acteurs, professionnels et jeunes placés, aux rôles qu’ils incarnent de part et d’autre de ces lieux clos (chapitre 2) ; du temps long et court du placement dans le quotidien sectionnaire (chapitre 3), aux regards « des uns et des autres » et « des uns sur les autres » qui organisent les interactions et les expertises de chacun (chapitre 4) ; de la force de l’humour (chapitre 5) aux rencontres « hors tensions » qui prennent forme dans les dégagements des espaces de l’enfermement (chapitre 6), partout et sans répit, l’auteure traque le « réel » de l’activité et du vécu des acteurs et révèle la combinaison tactique des missions, plus que leur opposition.

  • 5 Milburn, P., Quelle justice pour les mineurs ? Entre enfance menacée et adolescence menaçante, Toul (...)

7Ainsi, parce que l’impératif de « contrôle » n’est pas la seule mission conférée à ces établissements, il s’agit bien pour l’auteure de déceler les ficelles du métier à travers la conjugaison complexe des missions. Bien que systématiquement présentés comme incarnant une logique davantage sanctionnelle que réhabilitatrice, les dispositifs dont il est question ne se réduisent pas à une action de contrôle et de sanction puisqu’ils visent à faire évoluer le comportement des mineurs et à leur faire acquérir un certain nombre de normes dans un processus d’adhésion et de responsabilisation. Il en résulte la nécessité d’une pédagogie de la responsabilisation, décrite par de nombreux auteurs5. En ce sens, l’un des apports fondamentaux de l’ouvrage est d’une part de permettre de rendre compte de la délicate alliance entre une mission punitive et d’insertion, mais également de dévoiler un pan essentiel du métier : l’évaluation de la progression réalisée par les mineurs.

8À partir de cette entrée cruciale, Alice Jaspart décrit de façon remarquable la manière dont les trois unités de vie qui font l’objet d’une investigation empirique agile et minutieuse, inscrivent les intervenants dans une mission triple : sanctionner, responsabiliser et évaluer. La richesse de son propos est d’entrer progressivement dans la complexité, à la fois des espaces d’enfermement que des relations qui s’y établissent afin d’y déceler la façon dont les personnels concernés parviennent à dépasser les oppositions et paradoxes apparents de leur mission. L’auteure pointe ainsi l’importance de développer une démarche qui puisse scruter de l’intérieur la façon dont ces questions se posent aux acteurs et se conjuguent dans leur quotidien.

9C’est précisément face à la nature de ces oppositions, qu’Alice Jaspart a souhaité « pousser la porte des institutions d’enfermement pour jeunes garçons afin d’aller voir ce qui s’y passe et comprendre ce qui s’y fait ». À cette fin, elle emprunte son cadre d’analyse à la sociologie de Chicago qui considère le « social » comme un ensemble de processus qui doivent se comprendre à partir de ce que disent les acteurs eux-mêmes, de l’observation de leurs interactions et non pas d’un point de vue surplombant. D’où l’importance qu’elle donne au « terrain » et à l’approche ethnographique qui procède par induction, sans « échafaudage théorique influent » et hypothèses construites en amont qu’il s’agirait de vérifier, mais plutôt qui rend compte des expériences vécues des acteurs en situation, dans leur contexte et dynamique propres. Par cette voie, Alice Jaspart réussit le pari d’un dévoilement des logiques d’acteurs à partir du sens et des significations qu’ils donnent aux réalités dans lesquelles ils s’inscrivent et qui naissent des multiples confrontations et espaces de jeu et de possibles qui échappent aux schémas institutionnels préconstruits. Pour y parvenir, le recueil ethnographique met remarquablement en scène les acteurs, décrit précisément leur quotidien et restitue méticuleusement leurs discours.

10Pour autant, à côté de l’intérêt significatif que l’auteure porte à l’expérience des acteurs et à l’action située, la comparaison de trois institutions entre ce qui est divergent et convergent lui permet d’accéder à un exercice de généralisation, tout en gardant en ligne de mire les nuances fortes. Ainsi, l’ambition générale de l’ouvrage est d’inscrire, même si ce n’est pas énoncé comme tel, l’analyse dans une démarche pragmatique attentive aux capacités et marges de manœuvre des acteurs dans leur interprétation des situations et des pratiques, mais également contextualisée par la volonté affichée de resituer les processus dans les contextes organisationnels susceptibles de les influencer. A. Jaspart présente ainsi une démarche tout autant attentive aux ressources des acteurs pris dans le jeu des interactions sociales qu’au contexte qui oriente et parfois limite l’action. Ce n’est donc pas seulement une approche subjectiviste fixée sur les seules logiques d’acteurs que l’auteure poursuit, mais également objectivante, qui tient compte des influences du contexte, extérieures aux « personnes ». L’expérience directe, ainsi restituée permet de bien saisir la combinaison de ces deux dimensions.

  • 6 Ce constat rejoint celui formulé par Lenzi et Milburn dans un récent rapport réalisé sur les Centre (...)

11Incontestablement, par sa composition, sa progression et ses prises de vue inattendues, l’ouvrage éclaire, de façon tout à fait novatrice, la complexité du travail éducatif contraint en régime fermé. Celui-ci suppose, de la part des intervenants, une maîtrise de multiples savoirs et savoir-faire spécifiques, dont le plus central, la compétence pédagogique, qui vise à projeter le mineur dans un espace social élargi et dans une temporalité biographique. Au cours des chapitres 4, 5 et 6, c’est dans l’examen du jeu des regards, de la fonction sociale de l’humour et des éléments de rencontre et d’établissement du lien de confiance, que l’analyse est la plus originale et convaincante. Dans cette dernière partie de l’ouvrage, Alice Jaspart livre de façon saisissante une analyse inédite de la construction des solidarités qui lient (et relient), au-delà des espaces clos de l’enfermement, les mineurs avec le monde du dehors et des possibles. Avec l’évocation de ces espaces symboliques d’ouverture, l’auteure apporte les clés de lecture essentielles pour saisir la dimension spécifique de l’aide contrainte. Elle consiste à fournir au mineur les ressources pour prendre en main son destin et réaliser des choix à moyen ou long terme, qui soient conformes à ses convictions et à ses intérêts tels qu’il les apprécie. Il s’agit donc pour les intervenants de développer chez lui une capacité de projection de soi dans un espace-temps qui dépasse le périmètre de la mesure ; puis, de construire une trame de sens cohérente qui associe le passé du mineur, son présent et son avenir. Trame qui viendra alimenter la valeur qu’il pourra donner à l’accompagnement socio-éducatif. Cette dimension pédagogique constitue de la sorte la clé de voûte de l’ensemble du processus éducatif auquel le jeune est soumis6. Elle suppose de la part des intervenants, une approche individuelle et évaluative auprès du mineur.

12Si l’approche individuelle est indispensable pour que s’établisse un lien de confiance entre adultes et jeunes, la dimension évaluative qui tend à mesurer les modifications en lien avec l’attitude du mineur à partir de critères inspirés d’une approche comportementaliste semble, quant à elle, constituer un élément de tension important et de conflit identitaire au regard de la façon dont les intervenants se représentent leur métier. Sur ce point, l’auteure fait remarquer que c’est autour de cette fonction complexe d’évaluation et de communication auprès des magistrats que les incidents et confrontations les plus forts entre jeunes et intervenants ont lieu. Pour autant, parce que l’approche comportementaliste demeure insuffisante pour rendre compte des logiques de comportement des jeunes, c’est aussi au nom de cette même fonction d’évaluation que les intervenants sondent les jeunes dans leur intimité et dans ce qu’ils sont réellement « dans leur tête » et permettent l’expression des subjectivités et des rencontres interpersonnelles les plus significatives.

  • 7 Le placement en IPJJ est d’une durée de trois mois renouvelable une fois, puis de mois en mois. Mêm (...)

13C’est à n’en point douter, à l’éclairage de ce paradoxe qui consiste pour les intervenants à établir un lien de proximité suffisamment fort avec le mineur pour en percevoir une autre facette et être en capacité d’évaluer sa progression, qui leur fait endosser dans le même temps un conflit de loyauté, que la pertinence du raisonnement de l’auteure atteint son plus haut niveau. Ainsi, bien que cette mission provoque « haine » et « confiance » de la part des mineurs à l’endroit des intervenants qui les prennent en charge, la mission d’évaluation demeure pour Alice Jaspart un élément crucial de l’enfermement alors même qu’elle se trouve peu discutée dans les espaces collectifs de travail. En effet, alors qu’elle est centrale dans la prescription du travail (documents et textes réglementaires) et dans les pratiques quotidiennes, la chercheuse constate que cette fonction d’évaluation apparaît peu mise en réflexion au sein des équipes, de même que dans les débats publics et scientifiques. L’absence de mise en pensée collective de cette fonction apparaît d’autant plus préjudiciable selon l’auteure lorsque l’on sait le pouvoir de peser sur les décisions des juges et d’orienter les trajectoires des jeunes que recèle la mission d’évaluer leur progression et de communiquer sur les orientations possibles à l’issue du placement. Ainsi, Alice Jaspart clôt son propos par une interrogation quant à l’utilité de cette mission « évaluer-communiquer ». Au-delà du risque qu’elle contient d’entacher la relation de confiance avec le mineur, elle lui semble « estropiée » dans son versant dit « positif » quand la plupart des projets de réinsertion sont revus à la baisse à mesure du temps long du placement7. De fait, l’ultime questionnement de l’auteure porte sur la sortie des dispositifs de placement et sur l’absence de continuité entre les possibles projections et aspirations des mineurs dans un avenir proche et la capacité de l’offre sectorielle extérieure à les accueillir.

14Pour finir, à l’issue d’une lecture fluide et très agréable de l’ouvrage, exemplaire tant sur la façon de rendre compte du fonctionnement réel et quotidien des services, des interactions qui se tissent, de la complexité des missions et de leur combinaison, que de l’expérience vécue des acteurs, on regrettera toutefois une moindre attention portée à la dimension collective du travail et à la façon dont les collectifs de travail construisent et organisent le champ des possibles. À l’aune de cet éclairage, il aurait été tout à fait intéressant d’observer dans quelle mesure les logiques organisationnelles et leurs recompositions incessantes permettent de dépasser les dilemmes du métier et les paradoxes apparents du triptyque aider/évaluer et communiquer. C’est le cas notamment quand l’auteure évoque que les espaces interstitiels et « détournements » privilégiés sont admis de tous et même encouragés pour que soit possible l’instauration d’un lien de proximité avec les mineurs.

  • 8 Champy F., La sociologie des professions, Paris, Quadrige / PUF (2e édition), 2012.

15Ainsi parce que la dimension pédagogique sous-jacente au travail éducatif contraint suppose des ressorts d’adaptation et une part d’appréciation ou de jugement expert (Florent Champy8 dirait une fonction prudentielle) qui requiert de mobiliser davantage que des outils relativement bien définis et comportant un mode d’emploi reproductible, il aurait été intéressant de regarder comment les collectifs de travail soutiennent ou non la part interprétative du métier, donc évaluative et à travers elle, la consolidation d’une expertise et d’une autonomie professionnelles. L’indication de cette voie apparaît toutefois en filigrane lorsqu’elle évoque l’absence de lieux collectifs où serait discutée et confrontée la fonction évaluative du métier. Notre remarque constitue donc davantage une invitation à poursuivre les nombreuses voies de réflexion ouvertes par Alice Jaspart dans un ouvrage, une fois encore, tout à fait remarquable.

Haut de page

Notes

1 Exposé des motifs, Projet de loi modifiant la législation relative à la protection de la jeunesse et à la prise en charge des mineurs ayant commis un fait qualifié infraction, Chambre des représentants 2004-2005, 29 novembre 2004, Doc. 51 1467/001, p. 4 (cité dans Alice Jaspart, page 10).

2 Les IPJJ sont l’équivalent en France des Centres éducatifs fermés (CEF) et le Centre Fédéral des Établissements pénitentiaires pour mineurs (EPM) créés, en France, dans la même période.

3 Projet pédagogique du Centre « De Grubbe » Eveberg (cité dans Alice Jaspart, page 15).

4 Favret-Saada J., Les mots, la mort, les sorts, Paris, Gallimard, 1977.

5 Milburn, P., Quelle justice pour les mineurs ? Entre enfance menacée et adolescence menaçante, Toulouse, Erès, 2009 ; Vaillant, M. « Grain de sel », Les Cahiers dynamiques, 2001, n° 18 ; Lazerges C., Balduyck J.-P., Réponses à la délinquance des mineurs, Rapport au Premier ministre, Paris, La Documentation française, 1998, tome 1, p. 232.

6 Ce constat rejoint celui formulé par Lenzi et Milburn dans un récent rapport réalisé sur les Centres éducatifs fermés français. Voir Lenzi C., Milburn P., Les Centres éducatifs fermés. La part cachée du travail éducatif en milieu contraint, rapport remis à la Mission de Recherche Droit et Justice (ministère de la Justice et CNRS), 2015.

7 Le placement en IPJJ est d’une durée de trois mois renouvelable une fois, puis de mois en mois. Même si toute prolongation dépend d’une nouvelle décision judiciaire, Alice Jaspart fait remarquer que la durée de placement « en éducation » est souvent envisagée dans le secteur de l’Aide à la jeunesse de façon indéterminée. En ce qui concerne le placement en CF, provisoire, celui-ci ne peut excéder deux mois et 5 jours.

8 Champy F., La sociologie des professions, Paris, Quadrige / PUF (2e édition), 2012.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9324/img-1.png
Fichier image/png, 90k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Lenzi, « Alice Jaspart, Aux rythmes de l’enfermement. Enquête ethnographique en institution pour jeunes délinquants », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 07 avril 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9324

Haut de page

Auteur

Catherine Lenzi

IREIS Rhône-Alpes, laboratoire Printemps CNRS. Contact : lenzi.catherine@ireis.org.

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org