Navigation – Plan du site
Lectures

Philippe Mary, Probation. Histoires, normes, pratiques.

Bruxelles, Bruylant, 2015, 176 pages.
Philip Milburn
Référence(s) :

Philippe Mary, Probation. Histoires, normes, pratiques, Bruxelles, Bruylant, 2015, 176 pages. ISBN 10 : 2802752545. ISBN 13 : 9782802752547.

Texte intégral

1L’ouvrage signé par Philippe Mary et consacré à la probation réunit les résultats de plusieurs programmes de recherche dirigés par ce criminologue, professeur à l’Université Libre de Bruxelles. Il entreprend de balayer les principaux enjeux contemporains de cette pratique pénale en Belgique, compte tenu des évolutions législatives et politiques récentes dans ce pays. Cependant, pour bien les saisir, l’auteur propose une mise en perspective historique de ce domaine de l’action pénale : cette démarche va occuper le premier chapitre du livre, qui rappelle en détail les adaptations de la législation belge, enrichi de l’examen des principes de doctrine qui les sous-tendent. Le chapitre rapporte également le cadre juridique international de ces développements ainsi que leur mise en œuvre en termes de pratiques judiciaires. Les données statistiques relatives à la période récente indiquent clairement une montée en puissance progressive de la probation au fil des années, qui en fait un domaine majeur de l’action pénale, alternatif à l’incarcération.

2Le second chapitre s’intéresse à la mise en pratique de la probation dans la période actuelle dans son cadre organisationnel et professionnel. Il s’appuie sur une enquête empirique menée principalement auprès des agents de probation dénommés en Belgique « assistants de justice ». Depuis une dizaine d’années environ, ceux-ci exercent leur activité au sein de « maisons de justice » qui réunissent d’autres services judiciaires, dans le cadre d’une réforme visant à sortir une partie de ceux-ci des Palais et des prisons. Elle a eu comme effet de rationaliser leur activité et par conséquent d’appliquer des techniques de management dans l’organisation de la probation, notamment par l’introduction d’un dispositif informatisé de traitement et de transmission de l’information. Le chapitre examine, dans ces conditions innovantes, la réalité de la pratique et de ses enjeux autour des deux fonctions principales que remplissent les assistants de justice, à savoir les enquêtes sociales préalables aux décisions et la « guidance », c’est-à-dire le suivi et l’accompagnement des probationnaires. L’analyse de cette seconde dimension met en relief deux types d’approche des professionnels, l’une favorisant la mission de contrôle et l’autre s’engageant davantage dans une fonction d’accompagnement social. Celles-ci tiennent principalement à l’évolution de leur profil professionnel, où la formation en droit tend à prévaloir. Le chapitre souligne également les évolutions des logiques qui sous-tendent l’action pénale, suivant en cela les tendances internationales. La notion de responsabilisation apparaît comme une thématique majeure qui traverse la probation, visant à mobiliser la subjectivité et l’adhésion du justiciable. Combinée avec des contraintes fixées par le management, cette logique tend à surdéterminer les pratiques actuelles de probation en Belgique.

3Le troisième chapitre de l’ouvrage présente les résultats d’une enquête auprès des justiciables qui ont bénéficié de la probation. Il s’agit là de données particulièrement intéressantes dans la mesure où peu de travaux ont été menés en ce sens, y compris à l’échelle internationale. Il n’est pas tant question de saisir les appréciations que les probationnaires peuvent porter sur la mesure ou sur les assistants de justice, que de voir comment ils comprennent, ressentent et s’approprient la décision de justice et sa mise à exécution. Il en ressort une faible compréhension de la nature des jugements et des mesures qui se traduisent tantôt par des résistances, tantôt par une adhésion par défaut à leur contenu, même si certains en reconnaissent la pertinence. Une partie du chapitre consiste à mettre en parallèle les orientations fixées par des extraits du guide officiel de la probation avec les commentaires des personnes placées sous main de justice concernant les différentes dimensions de la mesure dont elles font l’objet, soulignant ainsi les discordances.

4Enfin, le quatrième chapitre est consacré à l’analyse de la préparation, de la promulgation et de la mise en place de la peine de probation récemment adoptée en Belgique (2014). Il retrace notamment les débats et les argumentaires qui ont précédé son adoption et en détaille le contenu. « Le juge détermine la durée de la peine, entre six mois et deux ans, et fixe obligatoirement la peine subsidiaire applicable en cas de non- exécution et qui peut être un emprisonnement. […] La loi a remplacé le terme de guidance par celui de suivi », ce qui induit, d’après l’auteur, « le risque d’une tendance au renforcement de la dimension de contrôle par les assistants de justice au détriment de ce qui ne peut qu’affaiblir, voire annihiler, toute prétention réhabilitative de la nouvelle peine » (144).

5La conclusion de l’ouvrage s’emploie à discuter trois scénarios possibles pour l’avenir de la probation en Belgique : la privatisation de la probation (telle qu’elle est en cours actuellement en Angleterre), l’uniformisation des pratiques de différentes régions linguistiques de Belgique, la valorisation du travail social et donc du versant réhabilitatif plutôt que de surveillance et de contrôle.

6L’ouvrage offre ainsi un panorama très complet de la probation en Belgique, combinant analyse juridique et données sociologiques, et mettant en perspective les dimensions politiques (la probation comme action publique), professionnelles et techniques mais aussi son appropriation par les justiciables. Il en ressort notamment que les pratiques professionnelles sont constamment tendues entre une exigence de contrôle et une mission sociale, schéma sans doute inhérent à cette fonction judiciaire, mais de plus en plus contraint et orienté par les mâchoires du management public et par les conceptions d’une pénalité hypermoderne davantage soucieuse de responsabilisation que de protection ou de réhabilitation, comme le montrent les principaux travaux de la criminologie critique actuelle.

7On exprimera simplement deux légers regrets à la lecture d’un ouvrage par ailleurs très riche et complet. La première tient à l’absence de présentation de la méthodologie sociologique ayant permis la constitution de plusieurs corpus de données discursives. De même, il est dommage que les extraits d’entretiens ne soient pas davantage mis en relief et que les caractéristiques des locuteurs ne soient pas précisées au fil du texte, selon les principes habituels des travaux sociologiques. Une telle démarche aurait contribué à renforcer la crédibilité scientifique de l’approche générale, qui n’est d’ailleurs pas contestable.

8Par ailleurs, l’ouvrage aurait gagné à rendre compte de l’état de l’art de la recherche sur la probation dans d’autres pays au sujet de la probation, et notamment dans les autres pays francophones. En effet, le constat réalisé par Philippe Mary recoupe parfaitement les analyses effectuées en France sur le même objet : on se référera par exemple au dossier consacré à la probation dans cette même revue en 2014. L’adoption d’une peine de probation en France aurait sans doute également mérité d’être mentionnée. Les évolutions et transformations que Ph. Mary observe comportent en effet une dimension internationale qu’il conviendrait d’inclure dans l’analyse : on pense notamment aux évolutions au Royaume-Uni, souvent considéré comme l’avant-garde en matière de réforme de l’action publique, dans le sens du néo-libéralisme.

9Mais ce sont là des péchés véniels pour un ouvrage qui s’adresse d’abord à un public de professionnels et de spécialistes de la question en Belgique, Ph. Mary ayant le souci majeur de mettre les résultats de recherche à la disposition des acteurs concernés. Or, ce livre y contribue largement en saisissant la probation à travers ses multiples facettes, y compris les moins connues, en particulier celles de la réception par les destinataires (ou faudrait-il dire bénéficiaires ?) des mesures de probation et d’accompagnement postpénal. Aussi participe-t-il, à n’en pas douter, à l’enrichissement de la connaissance scientifique de cet objet.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philip Milburn, « Philippe Mary, Probation. Histoires, normes, pratiques. », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 21 septembre 2016, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9340

Haut de page

Auteur

Philip Milburn

Université Rennes 2, ESO-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org