Navigation – Plan du site
Dossier : Sexualité et institutions pénales

Approcher la sexualité dans les institutions pénales

Gwénola Ricordeau et Régis Schlagdenhauffen
Traduction(s) :
Approaching Sexuality in Prisons

Texte intégral

  • 1 Avec le soutien du Clersé, de l’Université de Lille 1 et du Laboratoire d’excellence « Écrire une H (...)

1L’idée de consacrer un numéro de Champ Pénal/Penal Field au thème de la sexualité dans les institutions pénales fait suite aux journées « Sexualité(s) et enfermement en Europe1 » organisées à l’Université de Lille 1, les 11 et 12 décembre 2014, par les deux coordinateurs dont les travaux respectifs se retrouvaient à l’intersection de l’étude des lieux d’enfermement et de la sexualité. Une douzaine de participant(e)s à ces journées ont exposé des résultats souvent peu valorisés en raison de l’absence d’espace pour les diffuser et les discuter. Comme si poser la question de la sexualité dans ces espaces signifiait se situer à la marge de la marge, y compris dans le monde académique, un peu comme le sort fait à Claude Gueux, la nouvelle de Victor Hugo, (2004 [1834]) : on ne veut généralement y voir que la prison, alors que la sexualité y est là, bien que dite de manière voilée pour les standards d’aujourd’hui.

2Malgré ce constat d’un positionnement à la marge de thématiques considérées comme plus centrales, il apparaît que les recherches existent et qu’elles sont souvent portées par de jeunes chercheur(e)s. L’émergence de ces travaux s’inscrit dans le contexte plus général d’un champ profondément renouvelé par les approches en termes de genre, qu’ils aient porté sur le crime (notamment Messerschmidt, 1993) ou sur la prison. La multiplication des recherches sur les masculinités en prison (Sabo et al., 2001 ; Jewkes, 2002, 2005 ; Bandyopadhyay, 2006 ; Evans, Wallace, 2008 ; Ricciardelli et al., 2015), mais aussi le développement des approches féministes (par exemple Chesney-Lind, 2006) et queer (voir Woods, 2014) en criminologie, a permis de renouveler les questions classiquement adressées au système pénal.

3Les travaux sur la sexualité dans les institutions pénales sont confrontés à des questions méthodologiques et déontologiques classiques inhérentes aux travaux menés sur la sexualité d’une part, et aux travaux sur les institutions pénales d’autre part. Nous savons bien, du côté de la recherche sur la sexualité, la difficulté à investiguer des pratiques généralement tues. Du côté des institutions pénales, nous savons aussi qu’elles répugnent généralement à s’ouvrir à la recherche. Les difficultés propres aux investigations sur la sexualité dans les institutions pénales expliquent sans doute que nombre de travaux précurseurs sur le sujet ont été menés par des détenus eux-mêmes et par des personnels médicaux. En outre, en raison des formes de répression dont la sexualité fait généralement l’objet dans les institutions pénales, les recherches sur cet objet se heurtent à des problèmes déontologiques spécifiques.

4Mais la richesse des approches possibles illustre comment ces difficultés peuvent être dépassées. Nous allons le voir, les angles sous lesquels la sexualité peut être saisie sont en effet nombreux : la prise en charge et le traitement institutionnels de la sexualité, les pratiques et la morale sexuelle, les violences à caractère sexuel, la santé sexuelle ou encore les représentations des sexualités incarcérées (notamment dans le cinéma et la littérature).

5Si le bilan des neuf contributions retenues fait la part belle à des travaux développés en Amérique du Nord (voir également dans la rubrique Lectures, notre recension de trois ouvrages récents) : nous explorons aussi les dynamiques de ce champ de recherche dans l’espace francophone, sans oublier de revenir sur la manière dont la sexualité a été abordée auparavant, au sein même de cette revue. Forts d’une meilleure connaissance des limites de ces diverses approches, nous insistons sur les zones d’ombre ou les manques comme autant d’invitations à développer de nouvelles recherches dans ce domaine.

I - Sexualité et champ pénal

6La loi mosaïque et la formulation d’interdits et de châtiments relatifs à certaines unions sexuelles (Lévitique 18.1-30) suggère que les liens entre sexualité et système pénal sont anciens. Sans aller chercher jusque dans l’Antiquité nos exemples, nous pouvons citer le cas d’une catégorie particulière et emblématique de la théologie juridique, la sodomie, fixée au Moyen-âge. Elle a servi à désigner un certain nombre d’actes et de pratiques qui ont pour point commun de ne pas servir la voie ordinaire. Comme le rappelle Julie Mazaleigue Labaste (2010), dès 1764, Beccaria, dont on sait l’influence qu’il eut en Europe sur les réformes pénales, appelait à la décriminalisation de l’adultère, de la sodomie et de la bestialité. Ces crimes étaient jusqu’alors punis de mort. La peine du bûcher était préférée en vertu du droit canon. Le condamné, une fois réduit en cendre, se voyait privé de toute sépulture (Billoré et al., 2012).

7Avec l’avènement de l’anthropologie criminelle et en raison des réformes pénales entreprises tout au long du XIXe siècle en Europe, sexualité et institutions pénales connaissent un nouveau type de relation. Il est de plus en plus considéré que l’illégalisme sexuel – exhibition, viol avec violence, crime de sexe et de sang – peut être l’effet tant du vice que de la maladie (Mazaleigue Labaste, 2010, 50). Les discours des sciences sociales à portée juridique, dont nous connaissons encore aujourd’hui les effets, ont conduit au remaniement et à la création de diverses institutions. Il en va ainsi de la prison moderne qui s’est réellement instituée au cours du XIXe siècle (Foucault, 1975), des camps d’internement, camps de concentration et centres de rétention établis dans le sillage du déclenchement de la Première Guerre mondiale (Farcy, 1995), tout comme des institutions de protection de la jeunesse et des mineur(e)s, dont l’Éducation Surveillée instituée en France durant l’entre-deux-guerres (Bourquin, Robin, 2007). Ces lieux de promiscuité établis à l’ombre de la clôture ont permis l’institution de régimes spécifiques de la sexualité, dont une histoire générale reste à écrire.

II - Organisation de la sexualité dans les institutions pénales

8Dès le milieu du XIXe siècle, l’union de la médecine et de la justice, notamment à travers le champ médico-légal, se prolonge à travers des préoccupations morales liées à la conservation et à la réhabilitation de celles et ceux qui sont incarcérés.

9Des médecins tels qu’Alexandre Lacassagne recueillent des confessions de prisonniers. Des directeurs de prison s’inquiètent de la propagation de l’homosexualité qui conduirait à la dépravation des mœurs des détenus ; des récits de nature autobiographique nous renseignent sur les pratiques en vigueur tant dans les quartiers d’hommes que de femmes, laissant apparaître une hiérarchie des sexualités, mais aussi les difficultés qu’éprouve l’institution à contenir les pratiques sexuelles entre ses murs.

10Comme l’a montré Jacques-Guy Petit (1990), dans les premiers temps de l’organisation des prisons, au XIXe siècle, le comportement sexuel des prisonniers ne préoccupe que médiocrement les autorités. Ce n’est qu’à partir de 1845, au moment où se développe un intérêt pour la criminalité urbaine que naît l’inquiétude au sujet de la sexualité des prisonniers, qui va servir à justifier la mise en place du régime cellulaire. Concernant les prisonnières, les inquiétudes sont tout aussi vives, la plupart des directeurs de maison centrale considèrent que les passions amoureuses des femmes sont beaucoup plus vives que celles des hommes (Petit, 1990, 507). Au cœur des débats, sont dénoncés les abus des gardiens à l’encontre de prisonnières. Des abus qui tendent à disparaître avec la généralisation, dans le courant du siècle, de la surveillance des femmes incarcérées par des religieuses. Quoi qu’il en soit, l’attention publique se focalise généralement sur l’homosexualité. D’aucuns estiment que les prisons favorisent son expansion alors qu’il convient de faire disparaître le « vice contre nature ». À la fin du XIXe siècle, plusieurs experts, dont Édouard Desprez (1868), suggèrent ainsi la mise à la disposition des prisonniers de cabanons afin qu’ils puissent avoir des relations sexuelles avec leur conjointe.

11Concernant l’organisation contemporaine de la sexualité en détention, Carole Cardon (2002) note que la sexualité est redevenue un thème de réflexion et de polémique à partir des années 1980. Ce moment est marqué par une volonté politique, celle d’humaniser la prison (Cardon, 2002). La réapparition de la question de la sexualité en prison se manifeste notamment dans le rapport du Comité européen pour la Prévention de la Torture (1993) qui souligne les conditions dégradantes et humiliantes dans lesquelles ont lieu les relations sexuelles dans les prisons françaises. Malgré certaines inflexions – notamment l’organisation de l’accès aux préservatifs des personnes détenues, ce qui constitue une forme de reconnaissance de l’existence de relations sexuelles en prison –, celles-ci demeurent interdites et répréhensibles, hormis dans le cadre de certains aménagements tels que les Unités de vie familiale (UVF).

12Par ailleurs, la prison constitue l’un des derniers bastions de la non-mixité, alors même qu’un mouvement de « mixité » s’est propagé depuis les années 1970 dans l’ensemble des institutions scolaires et médico-sociales (Ricordeau, 2009a). Institution devenue exceptionnelle du point de vue de la non-mixité, la prison repose de facto sur une conception du genre binaire et essentialiste de sa population – une conception dont les premières victimes sont les personnes trans*, auxquelles est généralement refusée l’affectation dans un quartier de détention dédié aux personnes de leur genre.

III - Pratiques sexuelles dans les détentions masculines

  • 2 Notons toutefois l’ouvrage précurseur de Joseph F. Fishman (1935), ainsi que l’article de Cindy Str (...)

13À partir des années 1980, la recherche en sciences sociales sur la sexualité des personnes emprisonnées2 se développe nettement. Comme le rappelle Christopher Hensley (2002) dans Prison Sex, trois ouvrages publiés entre 1980 et 1982 examinent pour la première fois la question en Amérique du Nord : Il s’agit de ceux de Daniel Lockwood (1980), de Lovett Bowker (1980) et de Wayne S. Wooden et Jay Parker (1982). Si on y rajoute l’ouvrage pionnier d’Anthony Scacco (1975), le prisme dominant y est alors celui de la sexualité masculine incarcérée explorée à travers le prisme de la violence.

  • 3  Pour une synthèse de ces théories, Forsyth et al., 2002.

14Souvent envisagées sous l’angle du consentement et des rapports de force ou de leur dimension parfois prostitutionnelle (ce qui informe de certains préjugés associés à l’homosexualité masculine), les pratiques homosexuelles en prison ont également beaucoup attiré l’attention des chercheur(e)s dans la mesure où l’enfermement non-mixte apparaissait comme un laboratoire où mettre à l’épreuve certaines théories sur l’homosexualité. Il n’est pas très étonnant que John Gagnon et William Simon (1968), deux précurseurs des études sur la sexualité, aient consacré un article aux pratiques sexuelles entre hommes en prison. De plus, les pratiques homosexuelles viennent questionner un concept central de la sociologie carcérale, celui de prisonization. Les débats, récurrents depuis la naissance de la prison, sur les pratiques homosexuelles qui ont lieu en son sein ont fait apparaître quatre modèles interprétatifs3 : la théorie de la sous-culture ; de l’adaptation (deprivation model) ; de l’importation ; et, enfin, plus récemment, celle de la fluidité des genres (gender fluidity), introduite par Karlene Faith (1993). Les trois premières théories conçoivent les pratiques homosexuelles comme des substituts aux pratiques hétérosexuelles.

15Les pratiques hétérosexuelles ont moins attiré l’attention des chercheur(e)s que les pratiques homosexuelles. Néanmoins, le développement des recherches sur les relations conjugales des hommes détenus ont permis de les mieux comprendre, bien qu’elles ne soient pas forcément plus faciles à saisir, notamment lorsqu’elles sont, comme en France, interdites et se déroulent secrètement au parloir (Touraut, 2012 ; Ricordeau, 2012). Quelques travaux ont toutefois permis de mieux renseigner ces pratiques dans le contexte des parloirs intimes, comme les UVF en France (Lancelevée, 2011).

  • 4 Pour la France, voir néanmoins Ricordeau, 2005, 238-240.

16Si enfin, la prostitution est rapportée dans de nombreux systèmes d’enfermement, y compris les camps de concentration (Schlagdenhauffen, 2007), il s’agit là certainement d’une des pratiques les plus méconnues4, d’autant qu’au stigmate de la sexualité prostitutionnelle s’ajoute le secret de l’économie clandestine.

IV - Pratiques sexuelles dans les détentions féminines

  • 5 Pour la France des années 1930, par exemple Boucard (1930, 197, 206) ; Choisy (1930) ; Carco (1931) (...)
  • 6 Voir notamment Heffernan, 1972 ; Beer et al., 2007.

17Si les récits et reportages sur les prisons de femmes ont rarement laissé dans l’ombre la question de la sexualité5, il faut attendre les années 1960 pour voir apparaître les premiers travaux scientifiques sur ce sujet (notamment, Giallombardo, 1966 ; Ward, Kassebaum, 1965). Formulés de façon assez différente de ceux dédiés à la sexualité masculine en prison, ils soulignent en particulier l’inscription de la sexualité dans les homosociabilités féminines (Moyer, 1978 ; Propper, 1982) au sein des établissements destinés aux femmes, ainsi que le modèle familial6 sur lequel s’organisent généralement les relations affectives et sexuelles entre elles.

18Les recherches conduites sur les femmes en prison dans l’espace francophone sont relativement récentes. À partir de sa thèse de doctorat (2012), Myriam Joël-Lauf a contribué de manière décisive à ouvrir ce champ (Joël-Lauf, 2013, 2014). Il est à noter, qu’à l’instar des travaux sur la sexualité des hommes détenus, la recherche a privilégié l’entrée par la sexualité entre femmes (également : Forsyth et al., 2002, et pour une approche historique, Potter, 2004). Nous disposons de peu de travaux sur les pratiques hétérosexuelles (sur les parloirs intimes au Pérou, Constant, 2013) ou d’autres aspects liés à l’intimité comme les menstruations (Smith, 2009).

  • 7 Sur la manière dont les normes liées à la féminité affectent directement les lesbiennes surreprésen (...)

19Les femmes occupent une place à part dans un univers carcéral avant tout pensé par les hommes et pour les hommes. Nettement moins nombreuses en prison que les hommes, les femmes détenues sont moins souvent prises en considération dans les recherches : elles en sont le continent noir (Ricordeau, 2005). Comme le montrent les travaux de Coline Cardi (2007), le maternel joue donc le rôle de valeur de référence absolue, tout comme la définition de la féminité7 par rapport à laquelle est évaluée la déviance des femmes. En effet, lorsque les institutions pénales pensent le sort des femmes, c’est avant tout en tant que futures mères. Dans certains cas, il s’agit d’éviter à tout prix une grossesse, dans d’autres de préserver ce lien « unique » et merveilleux qui unirait la mère et son enfant.

V - Viols et agressions à caractère sexuel

  • 8 Voir néanmoins Tewksbury, 1989 ; Saum et al., 1995 ; Struckman-Johnson, Struckman-Johnson, 2000.

20Les viols et les agressions à caractère sexuel au sein des institutions pénales sont encore insuffisamment renseignés8. Ce phénomène est particulièrement difficile à quantifier en raison de la sous-déclaration habituelle de ces faits, à laquelle s’ajoute la sous-culture carcérale qui rend plus difficile encore la dénonciation des abus dont les personnes peuvent être victimes.

21Il est établi que les violences à caractère sexuel existent dans les détentions féminines, mais elles sont en proportion moins nombreuses que dans les détentions masculines. Si ce type de violence reste rare entre femmes détenues, il est particulièrement difficile de rendre compte des violences à caractère sexuel commises par les personnels de surveillance.

  • 9 Dans le contexte français, on pense à l’évocation par Le Floch-Prigent (Le Nouvel Observateur, 23 j (...)
  • 10 Sa traduction en français dans la revue Esprit indique le retentissement de ce texte.
  • 11 Pour une approche de ces politiques, notamment du Prison Rape Elimination Act de 2003, Jackson, 201 (...)
  • 12 Kimmel, 1994. Sur l’Afrique du Sud par exemple, Gear, 2007.

22Les violences à caractère sexuel sont un peu mieux connues pour ce qui concerne les détentions masculines, mais les témoignages9 restent bien plus nombreux que les travaux scientifiques. Aux États-Unis, c’est la publication du témoignage d’Alan Davis10, en 1968, qui a provoqué l’émergence de quelques travaux, dont celui de Stephen Donaldson (1990), mais aussi la mise en place d’une politique11 de lutte contre les agressions sexuelles. Les recherches menées ont alors permis de montrer leur articulation avec certaines valeurs viriles et homophobes12. La dimension raciale des violences sexuelles dans les prisons états-uniennes a été souvent soulignée (Carroll, 1974, 182-186).

  • 13 Stauffer, 1991, 77, cité dans Sternweiler, 2000, 38.

23La « théorie de l’adaptation » à propos des comportements homosexuels dans les lieux d’enfermement était relativement commune sous le régime nazi et c’est précisément pour cette raison que l’administration concentrationnaire décida de placer les homosexuels dans des baraquements séparés. Selon l’historien Andreas Sternweiler, l’isolement des homosexuels à partir de 1938 fut impulsé à la suite du scandale provoqué par Carl Burckhardt, représentant de la Croix-Rouge internationale, après sa visite dans les camps d’Esterwegen, Dachau et Lichtenburg, en octobre 1935, qui s’indigna de que l’on mélangeait les genres13.

VI - Santé sexuelle

24La « détotalisation » de la prison a contribué à l’émergence de la prise en compte de la santé sexuelle des personnes détenues en France (Cardon, 2002). Ce mouvement, qui s’amorça dans les années 1980, est contemporain du développement de l’épidémie du VIH/sida, laquelle confronta les institutions pénales à de nouveaux enjeux, dont ceux de la prise en charge des personnes atteintes de maladies sexuellement transmissibles. En effet, plusieurs études, tant françaises qu’étrangères, ont montré que la prévalence de l’infection au VIH et des hépatites virales était nettement plus élevée au sein de la population carcérale que dans la population générale (Rotily et al., 2001). Par exemple, aux États-Unis, la prévalence du VIH/sida est quatre fois plus importante en prison qu’au sein de la population générale (Krebs, Simmons, 2002).

  • 14 Sur l’hépatite C, Hagège, Ségéral, 2013.
  • 15 Pour un exemple d’auto-organisation de femmes détenues contre le VIH, Collectif, 1998.

25Les recherches entreprises sur le sujet montrent que, d’une manière générale, les détenu(e)s infecté(e)s sont peu ou plutôt mal pris(e)s en charge : non seulement, ils et elles restent victimes de préjugés tenaces de la part des personnels (Rotily, Weilandt, 2000), mais on remarque surtout que l’infection par une IST/MST14 est généralement vécue sur le mode du secret (Rotily et al., 2001). Par ailleurs, dans un contexte où la sexualité est officiellement interdite en prison, l’accès au matériel de prévention reste des plus limités. Dans l’ensemble, l’objet reste essentiellement abordé sous un angle médical alors que l’expérience des malades, notamment du point de vue des formes d’auto-organisation et de lutte15, mériterait d’être davantage renseignée.

26L’une des questions récurrentes posées par les viols et agressions sexuelles en prison (ainsi que dans d’autres institutions pénales) reste celle de la transmission de maladies sexuellement transmissibles. Comme le montre Tawandra L. Rowell (2010, 609 sq.), cette question mériterait plutôt d’être appréhendée de manière différentielle selon le genre des personnes incarcérées. Ainsi, les abus sexuels, pratiqués la plupart du temps sans protection, peuvent avoir des conséquences médicales désastreuses pour les victimes, outre les traumatismes psychiques provoqués.

VII - Hiérarchies des genres et catégories sexuelles

27Les recherches menées à partir des années 1970 sur les prisons – tout particulièrement aux États-Unis – ont permis de mettre au jour des formes de catégorisations et de hiérarchisations à l’intérieur des classes de sexe. L’enquête ethnographique menée dans les années 1930 par Joseph Fishman (1935) avait déjà permis de rendre visible une opposition très nette, au sein des prisons d’hommes de New York, entre les détenus considérés comme passifs (et qui pour la plupart avaient été arrêtés pour homosexualité), qualifiés de punks, fags, pansies (pensées) ou fairies (fées) et les autres hommes considérés comme actifs, qualifiés de top men, wolves (loups) qui usaient et abusaient des premiers.

28Gresham Sykes (1958) corrobore les observations de Joseph Fishman en distinguant les prédateurs des proies, considérant que les auteurs de viols affirment de la sorte leur masculinité et leur suprématie à l’intérieur de la hiérarchie carcérale. Selon Stephen Donaldson (2001), les punks partageraient des caractéristiques communes : ils sont généralement jeunes, issus de la classe moyenne et souvent grêles. Un tel point de vue a déjà été mis en avant par Gresham Sykes ainsi que par George L. Kirkham (1971) pour qui les punks se situaient au bas de la hiérarchie carcérale. Cette situation en évoque d’autres (notamment les camps de concentration) dans lesquelles de telles catégories et leur hiérarchisation ont existé.

  • 16  Eigenberg, 1992 ; Propper, 1981 ; Van Wormer, 1984.
  • 17 En allemand, un Puppenjunge désigne une poupée de sexe masculin et par extension un jeune homme pro (...)

29Selon Hermann Langbein (2011), résistant communiste autrichien interné à Auschwitz, la sexualité masculine en camp relevait avant tout du registre de la violence causée par les besoins sexuels des internés, comme le soulignent les travaux sociologiques actuels dans les lieux de détention masculine16. Nombreux sont les témoignages de survivants qui s’accordent à dire que les internés détenteurs de fonctions usaient de leur statut pour avoir des relations sexuelles avec de jeunes prisonniers, généralement polonais ou juifs, désignés comme Puppenjunge, Pipels ou encore jeunots17. Le statut de « protégé » que ces derniers acquièrent en fait des êtres à la fois privilégiés et jalousés des autres détenus. Toutefois, ce statut apparemment privilégié restait éminemment précaire, car les intéressés causaient leur propre perte s’ils révélaient les préférences sexuelles de leur compagnon de couche.

30S’agissant des femmes en prison et de l’usage de catégories sexuelles les désignant, Rose Giallombardo (1966, 282) note, aux États-Unis, l’existence de hiérarchies similaires à celles que connaissent les prisons d’hommes. D’après elle, on distingue les femmes (ou mommy) des butch ou des daddy, ces dernières protégeant les premières en échange d’une stabilité émotionnelle et sociale au sein de l’institution. De tels appellatifs, souligne Rose Giallombardo, accentuent l’aspect familial de l’homosexualité féminine en prison (un trait typique des prisons de femmes).

VIII - État de la recherche en France

31Au tournant des décennies 1970 et 1980, un certain nombre de travaux consacrés à la sexualité en prison apparaissent en France, dans une temporalité assez proche de celle qui se dégage aux États-Unis. Il est remarquable que, parmi ces travaux pionniers, deux d’entre eux émanèrent de personnes ayant été détenues. C’est d’abord le cas de La Guillotine du sexe, de Jacques Lesage de La Haye, publié en 1978. L’ouvrage, issu de sa thèse de doctorat en psychologie, fut initialement refusé par son éditeur et finalement édité à compte d’auteur. Selon lui, la privation de relations affectives et sexuelles en détention relève d’une forme de castration à laquelle la masturbation et les relations homosexuelles, certes vécues dans la honte et le secret, constituent des échappatoires. À sa suite, une première enquête réalisée par questionnaires sur la sexualité des hommes dans les prisons en France fut publiée par un autre ancien prisonnier, Alain Monnereau (1984, 1986).

32À l’instar de ce que l’on peut remarquer pour d’autres pays et d’une manière générale, les recherches sur la sexualité en prison ont, en France, d’abord intéressé des médecins et des psychologues. Il convient de citer la thèse de médecine de F. Huard (1981) sur la sexualité des femmes en prison, l’article de Perrin (1985) ou encore le livre de Daniel Gonin (1991). La décennie 1990 voit ensuite émerger dans l’espace francophone les premières recherches sociologiques sur la sexualité en prison. Il en est allé ainsi des travaux de Daniel Welzer-Lang et al. (1996), puis de celui de Carole Cardon (1999), suivis d’une recherche sur l’intimité des détenus d’un point de vue juridique (Herzog-Evans, 2000). Leur succédèrent la thèse de Gwénola Ricordeau (2005) dédiée aux liens conjugaux et la sexualité en prison. Ce travail a donné lieux à plusieurs articles traitant de l’homosexualité et des violences sexuelles dans les détentions masculines (Ricordeau, 2004), de la prévalence de la norme hétérosexuelle en prison (Ricordeau, 2009a), ainsi que de la sexualité dans les détentions féminines (Ricordeau, 2009b). Ce dernier aspect, généralement laissé pour compte dans la recherche (notamment française), a été explorée plus récemment par Myriam Joël-Lauf (2012, 2013, 2014). Cette auteure propose dans ce numéro une synthèse de ses propres travaux. Notons enfin, dans l’espace francophone de la recherche, un intérêt récent de la sexologie pour les questions de sexualité en prison (Merotte, 2012 ; Ben Ammar et al., 2015).

33Si la rétention administrative ne relève pas formellement du pénal, l’alignement des conditions de détention avec celles du régime pénal (Weber, 1996) justifie que l’on évoque, au moins brièvement, les travaux menés dans les centres de rétention administrative. Mathilde Darley (2012) a, par exemple, montré comment la sexualité pouvait être une ressource dans le parcours des demandeurs d’asile. Nicolas Fisher (2010) a analysé, dans une étude ethnographique, la gestion des conduites sexuelles dans un centre de rétention administrative. Il y montre que les agressions, les viols et la prostitution y ont cours selon des modalités qui se distinguent de celles que l’on connaît en prison, avec notamment l’exercice de formes de domination masculine sur les femmes en raison du caractère mixte des espaces.

IX - La sexualité dans Champ Pénal/Penal Field

34Avant même la parution de ce numéro, plusieurs contributions de cette revue ont traité des relations entre sexualité et institutions pénales, que ce soit en pleine lumière ou en creux. Patrice Corriveau (2007) a ainsi analysé l’une des évolutions majeures de la pensée pénale occidentale, relativement à l’homosexualité. Appuyant son analyse sur l’évolution législative au Québec, il a souligné un renversement complet de la logique pénale en matière de gestion des mœurs homoérotiques. Tandis que le tout premier Code criminel canadien témoignait de la domination d’un discours religieux depuis la fondation de la colonie, à partir des années 1950, il fut supplanté par un discours médical pathologisant les mœurs homoérotiques. Cependant, selon l’auteur, c’est précisément la pathologisation de l’homosexualité par le discours médical qui facilita sa « dépathologisation » ultérieure et contribua à sa décriminalisation.

35Le volume VIII de la revue (2011) a proposé plusieurs articles articulant directement sexualité et institutions pénales. Véronique Blanchard (2011) a proposé une analyse historique des « filles violentes » durant les Trente Glorieuses en montrant que l’une des plus grandes craintes formulées par les institutions était alors de voir ces jeunes filles se prostituer : le corps de la jeune fille n’est pas menaçant parce qu’il est doté de force, mais parce qu’il peut se livrer à la débauche. Elle indiquait que le comportement sexuel de ces jeunes filles était le motif privilégié de la prise de mesures judiciaires et soulignait le traitement différentiel de « l’immoralité » des filles et des garçons, l’immoralité des garçons n’étant réellement prise en compte comme un problème que lorsqu’il s’agissait d’homosexualité (Revenin, 2009). De son côté, Cédric Le Bodic (2011) interrogeait la violence des femmes. Après avoir postulé que les auteurs contribuent à ontologiser la différence des sexes par le genre, il explorait la manière dont Cesare Lombroso, dans sa célèbre étude sur les femmes criminelles, liait la violence et la criminalité des femmes à des traits virils. Plus récemment, Lilian Mathieu (2015) a consacré un article à la construction du problème de la prostitution, montrant comment les abolitionnistes et certains courants féministes se rejoignaient pour dépeindre les clients de la prostitution comme des « monstres ordinaires », devant être considérés et punis en tant que tels.

36Si le thème de la sexualité n’a donc pas été absent de la revue Champ Pénal/Penal Field, dédier un dossier à la sexualité et aux institutions pénales est une démarche relativement novatrice dans l’espace scientifique francophone. Non seulement il contribue à la visibilité de divers travaux menés sur cet objet, mais également à leur dialogue avec l’ensemble du champ académique spécialisé sur les institutions pénales.

X - Présentation du dossier

37Afin de prolonger les réflexions préalablement engagées, les neuf articles de ce nouveau dossier proposent d’explorer la question des sexualités dans les institutions pénales selon différentes approches disciplinaires (histoire, sociologie, anthropologie et études cinématographiques notamment) et dans plusieurs espaces et configurations nationales (Belgique, Brésil, États-Unis, France, Québec et Suisse). Outre les perspectives comparatistes ainsi ouvertes, les articles offrent des éclairages variés débouchant de manière novatrice sur les mineurs incarcérés, la sexualité des femmes et la nature des rapports entre sexualité et violences.

38Marie Dumollard et Yaëlle Amsellem-Mainguy explorent les relations entre jeunes et professionnels de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), une contribution qu’il est intéressant de lire à la lumière de l’article de Véronique Blanchard (2011) évoqué précédemment. Selon les auteures, le milieu pénal ouvert procède à un traitement différentiel de la sexualité des garçons et des filles, puisqu’il est permis aux garçons d’afficher une identité sexuelle hyperactive, dominante et hétérosexuelle, tandis que les professionnels de la PJJ attendent des filles qu’elles soient soumises et « sérieuses ». Ces attentes différentielles, liées à certains stéréotypes de genre, créent alors un jeu complexe entre les jeunes et les professionnels.

39Adoptant une approche intersectionnelle, Sonja McKenzie, Emma Rubin et Cynthia Gómez étudient la population des hommes noirs ayant des pratiques bisexuelles au sein des prisons états-uniennes. Elles décrivent comment ces hommes disent éviter d’avoir des relations sexuelles en prison, afin de privilégier des formes de masculinité agressive qui leur permettent de s’élever dans la hiérarchie des détenus et de se prémunir des violences à caractère sexuel. Non seulement cet article porte sur une population peu étudiée (des personnes ayant des pratiques bisexuelles), mais il souligne également comment la race influence à la fois l’expérience de la détention et de la sexualité.

40La sexualité hétérosexuelle est explorée dans l’article de Rafael Godoi à partir du cas des visites dans les prisons brésiliennes. Il met en lumière le caractère dégradant des procédures de contrôle auxquelles les femmes qui rendent visite à leur conjoint doivent se soumettre, un même sentiment d’humiliation affectant les hommes incarcérés, en raison notamment des fouilles à corps opérées avant et après leurs visites.

41Axelle François propose les résultats d’une enquête quantitative menée auprès de personnes détenues dans des prisons belges au sujet de leurs pratiques sexuelles et les représentations qui y sont associées. La richesse des données recueillies permet d’approfondir et de compléter des réflexions menées jusqu’ici à partir d’enquêtes essentiellement qualitatives.

42Deux articles portent spécifiquement sur la sexualité dans les détentions féminines. Comme l’observe Myriam Joël-Lauf dans son enquête réalisée en France, les femmes incarcérées sont souvent confrontées à un discours valorisant des formes d’émancipation (ce qui présume qu’elles ont, dans leur ensemble, subi la domination masculine). Il s’agirait néanmoins d’une émancipation toute relative, puisqu’elle ne serait jamais étrangère à un contrôle institutionnel de leurs conduites sexuelles. Julie Beaulieu explore le traitement des sexualités féminines incarcérées dans la série télévisée québécoise Unité 9. Elle montre comment un certain nombre de scènes, à commencer par la « fouille de bienvenue », sont érotisées. Cette érotisation des sociabilités féminines en prison se lit également dans le traitement, sous l’angle de l’ambivalence sexuelle, des amitiés féminines.

43L’historien Yves Collaud revient sur une affaire de pédophilie qui s’est déroulée durant les années 1940 dans une maison d’éducation suisse. L’affaire, qui fut étouffée durant de nombreuses années, montre le peu de crédit accordé à la parole des enfants et des jeunes à une époque où la société était bien moins sensibilisée qu’aujourd’hui aux violences à caractère sexuel commises sur des mineurs. Cet article contribue à la fois à la connaissance historique des abus à caractère sexuel sur les mineurs, mais dévoile aussi le fonctionnement réel des institutions d’enfermement des mineurs.

44Afin d’apporter un éclairage plus contemporain sur la question de la gestion des auteurs de délits et crimes à caractère sexuel, l’anthropologue Sébastien Saetta propose une ethnographie d’un établissement de soins spécialisé (en France) dans leur prise en charge. Il révèle notamment comment ce type d’institution cherche à faire entrer dans un processus de soins des acteurs peu enclins à s’y prêter, tout en les invitant à réfléchir sur eux-mêmes et aux actes qu’ils ont perpétrés.

45La stigmatisation des auteurs de délits/crimes à caractère sexuel, généralement qualifiés de « pointeurs » en prison, est analysée par Rachel Sarg au prisme de la religion. Elle souligne que les hiérarchies du masculin sont adossées à une hiérarchie des religions (essentiellement l’islam et le christianisme) présentes dans les prisons françaises. Ainsi, selon elle, les hommes virils (et qui exhibent une identité hétérosexuelle) sont majoritairement jeunes et musulmans. À eux, s’opposent des hommes blancs, plus âgés, généralement chrétiens et considérés comme des « pointeurs ». Le stigmate de « pointeur » permettrait de mieux saisir comment les normes de masculinités en prison se révèlent à la lumière de l’articulation des hiérarchies liées aux délits/crimes et des formes de présentation d’un soi viril.

XI - Zones d’ombre et horizons en attente de recherche

46Si les travaux réunis dans ce numéro témoignent du dynamisme des recherches entreprises dans le champ constitué au croisement des études sur la sexualité et de l’univers du système pénal, ils indiquent également, en creux, les chemins encore à découvrir laissés en suspens ou les thèmes restant à investiguer. D’autant que notre état de la littérature présente le défaut majeur de ne quasiment pas évoquer les systèmes pénaux des pays non-occidentaux.

  • 18 Néanmoins, sur les policiers, voir : Burke, 1994 ; Miller et al., 2003. Pour une synthèse sur l’ens (...)
  • 19 Sur l’attitude des surveillants à l’égard de la sexualité entre personnes détenues, voir : Coehlo, (...)

47Tout d’abord, si le champ pénal a été investi sous l’angle de la sexualité des personnes soumises à son filet, celui des personnels (de la Police, de l’Administration pénitentiaire, etc.) reste encore largement inexploré18. Même si l’on commence à disposer de travaux étayés sur les préjugés des personnels à l’égard des minorités sexuelles (Bernstein, Kostelac, 2002 ; Freedman, 1996) et sur les relations entre hommes détenus et personnels pénitentiaires féminins (Crewe, 2006 ; Malochet, 2007), la sexualité entre elles/eux reste peu investiguée, en dehors de celle qui concernent les personnes détenues elles-mêmes. La sexualité entre personnes détenues et personnels pénitentiaires reste peu renseignée19 et l’un des très rares écrits sur ce sujet (Bensimon, 2016) adopte une perspective pathologisante en la disqualifiant comme une curiosité labellisée « hybristophilie ».

  • 20 Sur l’intégration de ce thème dans le curriculum des parcours de premier cycle universitaire en cri (...)

48En termes de populations étudiées, nous avons signalé que les recherches se sont, jusqu’à présent, davantage intéressées aux hommes qu’aux femmes. Nous pouvons également noter, depuis l’ouvrage séminal de Robson, Sappho goes to law school (1998) un intérêt croissant pour les LGBT (Lesbiennes, Gays, Bi et Trans) et la justice criminelle20. Si les personnes trans font de plus en plus souvent l’objet d’investigations (notamment, Stanley, Smith, 2015), elles restent peu étudiées sous l’angle de leur sexualité, bien que de nombreux travaux évoquent les formes de contraintes à la prostitution que subissent les femmes trans incarcérées dans des détentions masculines.

49Par ailleurs, la question raciale, qui apparaît dans de nombreux travaux états-uniens, n’a pas été, à notre connaissance, encore travaillée en France. De plus, la manière dont les pratiques religieuses peuvent s’articuler aux pratiques sexuelles, perspective ouverte par l’article de Rachel Sarg, mériterait d’être approfondie.

  • 21 Outre l’exemple emblématique de Midnight Express (Alan Parker, 1978), on pense notamment à des film (...)
  • 22 Voir notamment Mayne, 2000 ; Walters, 2001.
  • 23 Sur les représentations filmographiques des violences à caractère sexuel dans les détentions mascul (...)
  • 24 Pour une recherche sur les croyances associées aux viols en prison parmi les étudiants, King, Hanra (...)

50Si la sexualité et des violences à caractère sexuel sont des thèmes récurrents dans les productions cinématographiques21 évoquant la vie en prison, les travaux sur le traitement filmographique de la sexualité incarcérée restent rares, en dépit du dynamisme des cultural studies. Si la manière dont la prison peut être fétichisée et érotisée a été analysée dans la pornographie gay (Mercer, 2004) et dans les « films de femmes en prison » (ou « WIP films »)22, les « films de prison » constituent un sous-genre encore peu étudié sous l’angle des sexualités23. De tels travaux pourraient s’inscrire dans le cadre plus large d’une réflexion sur les représentations sociales et médiatiques de la sexualité incarcérée et des violences à caractère sexuel24 en prison.

51L’histoire des rapports entre sphère pénale et sexualités reste encore lacunaire. Au-delà d’un mouvement général de décriminalisation des pratiques sexuelles qui n’est pas achevé, il reste d’importants enjeux mémoriels autour des formes de répression (sur la déportation pour faits d’homosexualité sous le régime nazi, voir notamment Schlagdenhauffen, 2011). De manière plus spécifique, une histoire des sexualités dans les lieux d’enfermement reste à écrire même si des jalons en ont été posés (Rafter, 1985 ; Kunzel, 2008).

52Les approches comparatistes restent encore très lacunaires. Il s’agit d’un vaste chantier. En effet, les espaces carcéraux étant sexualisés de manières variées, les sexualités sont diversement tolérées ou réprimées selon les types d’établissements et les espaces carcéraux (Ricordeau, Milhaud, 2012).

53Il manque notamment un travail comparatif de grande ampleur des systèmes pénaux (depuis les galères et les bagnes en passant par les camps de rétention et les camps de prisonniers) qui permettrait de départager les spécificités du pénal et du réclusionnaire. Par ailleurs, la multitude des travaux états-uniens référencés dans cet article atteste du relatif « retard » de la recherche française, voire francophone. Il est d’autant plus problématique que les réalités décrites aux États-Unis sont assez différentes de celles que nous connaissons dans les prisons françaises, ce qui plaide assez pour y mener de rigoureux travaux de comparaison.

54Un autre champ de recherche fécond concerne les liens entre dedans et dehors, c’est-à-dire la question de la continuité de l’expérience carcérale (Chantraine, 2003). Or, du point de vue de la sexualité, la prison est encore généralement pensée comme un lieu de pratiques exceptionnelles et où les valeurs associées à la sexualité seraient plus conservatrices qu’à l’extérieur. Mais pour le prouver de manière bien plus assurée, encore faudrait-il également évaluer la manière dont des évolutions législatives (notamment l’extension aux couples de même sexe du droit au mariage) et l’évolution des mentalités en général se reflètent et se traduisent concrètement en détention. Que signifie pratiquement l’évolution vers davantage de reconnaissance d’un « droit à l’intimité », si ce n’est à la sexualité (un enjeu capable de faire bouger les lignes instituées).

  • 25 Sur la non-mixité dans les prisons, Pemberton, 2013.

55On l’aura compris, à travers ce dossier thématique de Champ Pénal/Penal Field, nous souhaitons surtout montrer que les recherches sur les sexualités et les institutions pénales ont autant à nous apprendre sur la sexualité que sur le pénal. La ségrégation selon le sexe25 des populations enfermées a, pour nous, valeur d’exemple dans une société hétéronormée au sein de laquelle le genre a encore « mauvais genre ».

Haut de page

Bibliographie

Bandyopadhyay M., 2006, Competing Masculinities in a Prison, Men and Masculinities, 9, 186-203.

Becker H., 2002 [1998], Les ficelles du métier, Paris, La Découverte.

Beer A., Morgan R., Garland J., Spanierman L., 2007, The Role of the Romantic Intimate Relationships in the Well Being of Incarcerated Females, The American Psychological Association, 4, 250-261.

Ben Ammar H., Moula O., Ellini S., Dougaz K., Mami H., Bouasker A., Ghachem R., 2015, Étude descriptive de comportements sexuels de femmes incarcérées en Tunisie, Sexologies, 24, 2, 41-43.

Bensimon P., 2016, Un phénomène tabou en milieu carcéral : l’hybristophilie ou les relations amoureuses entre détenus et membres du personnel, Délinquance, justice et autres questions de société [En ligne]. [https://www.laurent-mucchielli.org/public/Un_phenomene_tabou_en_milieu_carceral_Hybristophilie.pdf]

Bernstein M., Kostelac C., 2002, Lavender and Blue: Attitudes about Homosexuality and Behavior towards Lesbians and Gay Men among Police Officers, Journal of Contemporary Criminal Justice, 18, 302-328.

Billoré M., Mathieu I., Avignon C., 2012, La justice dans la France médiévale (VIIIe-XVe siècles), Paris, Armand Colin.

Blanchard V., 2011, Qui sont les filles violentes dans le Paris des Trente Glorieuses ?, Champ pénal/Penal field [En ligne], 8. [https://champpenal.revues.org/8071].

Boucard R., 1930, Les dessous des prisons de femmes, Paris, éd. de France.

Bourquin J., Robin M., 2007, De l’Éducation surveillée à la Protection judiciaire de la jeunesse, Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », Hors-série, 327-333.

Bowker L., 1980, Prison Victimization, Amsterdam, Elsevier.

Burke M., 1994, Homosexuality as Deviance. The Case of Gay Police Officers, British Journal of Criminology, 34, 192-203.

Carco F., 1931, Prisons de femmes, Paris, Les éditions de France.

Cardi C., 2007, Trajectoires de femmes incarcérées. Prison, ordre social et ordre sexué, Cahiers de la sécurité, 60, 41-68.

Cardon C., 1999, L’organisation de la sexualité en prison comme instrument de gestion des longues peines, Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, 52, 3, 315-321.

Cardon C., 2002, Relations conjugales en situation carcérale, Ethnologie française, 32, 1, 81-88.

Carroll L., 1974, Hacks, Blacks, and Cons. Race Relations in a Maximum Security Prison, Prospect heights, Waveland Press.

Chantraine G., 2003, Prison, désaffiliation, stigmates. L'engrenage carcéral de l'« inutile au monde » contemporain, Déviance et Société, 27, 4, 363-387.

Chesney-Lind M., 2006, Patriarchy, Crime and Justice: Feminist Criminology in an Era of Backlash, Feminist Criminology, 1, 6-26.

Choisy M., 1930, L’amour dans les prisons, Paris, éd. Montaigne.

Coehlo C., Gonçalves R.A., 2010, Prison Guards' Attitudes Towards the Prevention of Sexual Contacts Between Inmates, The Howard Journal of Crime and Justice, 49, 4, 361-374.

Collectif, 1998, Breaking the Walls of Silence. Aids and Women in a New York State Maximum-Security Prison, Woodstock/New York, The Overlook Press.

Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants (CTP), 1993, Rapport au gouvernement de la République française relatif à la visite en France par le Comité européen pour la prévention de la torture et des peines ou traitements inhumains ou dégradants du 27 octobre au 8 novembre 1991 avec la réponse du gouvernement de la République française.

Constant C., 2013, Sexe(s) derrière les barreaux : inégalités d’accès à la visite intime et hétérogénéité des pratiques sexuelles, Revue Interdisciplinaire de Travaux sur les Amériques (RITA), 6 [en ligne]. [http://www.revue-rita.com/notes-de-recherche6/chloeconstant.html]

Corriveau P., 2007, Discours religieux et médical au cœur du processus de légitimation du droit pénal, Champ pénal/Penal field [En ligne], 4. [https://champpenal.revues.org/2282].

Crewe B., 2006, Male Prisoners’ Orientations towards Female Officers in an English Prison, Punishment and Society, 8, 4, 395-421.

Crewe B., 2014, Not Looking hard enough. Masculinity, Emotion, and Prison Research, Qualitative Inquiry, 20, 4, 392-403.

Darley M., 2012, « Trouvez-vous une femme ici et tout s’arrangera… » L’intervention religieuse auprès d’étrangers placés en rétention, Genre, Sexualité & Société, 8 [en ligne]. [https://gss.revues.org/2523].

Davis A. J., 1972 [1968], Les agressions sexuelles dans les prisons de Philadelphie, Esprit, 415, 55-69.

Desprez E., 1868, De l’abolition à l’emprisonnement, Paris, Dentu.

Donaldson S., 1990, Prisons, Jails, and Reformatories, in Dynes W. R. (ed.), Encyclopaedia of Homosexuality, New York, Garland, 1035-1048.

Donaldson S., 2001 [1993], A million jockers, punks and queens, in Sabo D., Kupers T., London W. (Eds), Prison Masculinities, Philadelphie, Temple University Press, 118-127.

Eigenberg H., 1992, Homosexuality in Male Prisons: Demonstrating the Need for a Social Constructionist Approach, Criminal Justice Review, 17, 2, 219-234.

Eigenberg H., Baro A., 2003, “If you Drop the Soap in the Shower you are on your own”: Images of Male Rape in Selected Prison Movies, Sexuality and Culture, 7, 4, 56-89.

Evans T., Wallace P., 2008, A Prison within a Prison? The Masculinity Narratives of Male Prisoners, Men and Masculinities, 10, 4, 484-507.

Faith K., 1993. Unruly Women. The Politics of Confinement & Resistance, Vancouver, Press Gang Publishers.

Farcy J.-C., 1995, Les camps de concentration français de la Première Guerre mondiale (1914-1919), Paris, Éd. Anthropos.

Farr K., 2000, Defeminising and Dehumanising Female Murderers: Depictions of Lesbians on Death Row, Women and criminal justice, 11, 49-66.

Fischer N., 2010, L’usage normal du sexe. Qualification et gestion des déviances sexuelles dans un centre de rétention administrative, Déviance et Société, 34, 2, 241-252.

Fishman J. F., 1935, Sex in Prison: Revealing Sex Conditions in American Prisons, Londres, Lane.

Forsyth C. J., Evans R. D., Foster D. B., 2002, An Analysis of Inmate Explanations for Lesbian Relationships in Prison, International Journal of Sociology of the Family, 30, 1, 66-77.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir, Paris, Gallimard.

Fradella H.F., Owen S.S., Burke T.W., 2009, Integrating Gay, Lesbian, Bisexual and Transgender. Issues into the Undergraduate Criminal Justice Curriculum, Journal of Criminal Justice Education, 20, 2, 127-156.

Freedman E., 1996, The Prison Lesbian. Race, Class and the Construction of the Aggressive Female Homosexual, Feminist Studies, 22, 397-422.

French L., 1979, Prison Sexualization: Inmate Adaptation to Psycho-Sexual Stress, Corrective and social Psychiatry and Journal of Behaviour Technology, Methods and theory, 25, 2, 64-69.

Gagnon J. H., Simon W., 1968, The Social Meaning of Prison Homosexuality, Federal Probation, 32, 1.

Gear S., 2007, Behind the Bars of Masculinity: Male Rape and Homophobia in and about South African Men’s Prisons, Sexualities, 10, 2, 209-227.

Giallombardo R., 1966, Society of Women: A Study of a Women's Prison, New York, John Wiley & Sons.

Gonin D., 1991, La santé incarcérée. Médecine et conditions de vie en détention, Paris, L’Archipel.

Hagège M., Ségéral O., 2013, L’hépatite C dans les établissements pénitentiaires français, Soins, 780, 43-45.

Heffernan E., 1972, Making it in Prison. The Square, The Cool and The Life, New York, Wiley Interscience Press.

Hensley C. (ed.), 2002, Prison Sex: Practice and Policy, Boulder, Lynne Riener.

Herman D., 2003, ‘‘Bad Girls Changed My Life”: Homonormativity in a Women’s Prison Drama, Critical Studies in Media Communication, 20, 141-159.

Herzog-Evans M., 2000, L’intimité du détenu et de ses proches en droit comparé, Paris, L’Harmattan.

Huard F., 1981, Sexualité des femmes en prison, Journées Internationales Universitaires de Médecine Pénitentiaire, Paris, Faculté de Médecine Lariboisière Saint-Louis.

Hugo V., 2004 [1834], Claude Gueux, Paris, Gallimard.

Jackson J. L., 2013, Sexual Necropolitics and Prison Rape Elimination, Signs: Journal of Women in Culture and Society, 39, 1, 197-220.

Jewkes Y., 2002, Captive Audience. Media, Masculinity and Power in prisons, Cullompton, Willan.

Jewkes Y., 2005, Men behind Bars: « Doing » Masculinity as an Adaptation to Imprisonment, Men & Masculinities Journal, 8, 44-63.

Joël-Lauf M., 2012, La sexualité en prison de femmes, Thèse de doctorat, Paris, Université Paris 10.

Joël-Lauf M., 2013, Coûts et bénéfices de l'homosexualité dans les prisons de femmes, Ethnologie française, 43, 3, 469-476.

Joël-Lauf M., 2014, Conduites sexualisées et pouvoir dans les prisons de femmes, Hermès, La Revue, 69, 2, 65-70.

King L.L., Hanrahan K.J., 2015, University student beliefs about sexual violence in prison: rape myth acceptance, punitiveness and empathy, Journal of Sexual Aggression, 21, 2, 179-193.

Kimmel M. S., 1994, Masculinity as Homophobia: Fear, Shame, and Silence in the Construction of Gender Identity, in Brod H. H., Kaufman M. (Eds), Theorizing Masculinities, Thousand Oaks/London, Sage, 213-219.

Kirkham G. L., 1971, Homosexuality in Prison, in Henslin J. M. (ed.), Studies in the Sociology of Sex, New York, Appleton-Century-Crofts, 325-349.

Knight C., Wilson K., 2016, LGBT People and the Criminal Justice, London, Palgrave.

Kogon E., 1970 [1946], L’État SS, Paris, Seuil.

Krebs C., Simmons M., 2002, Intraprison HIV Transmission, AIDS Education and Prevention, 14, 595-606.

Kunzel R., 2008, Criminal Intimacy. Prison and the Uneven History of Modern American Sexuality, Chicago, University of Chicago Press.

Lancelevée C., 2011, Une sexualité à l'étroit. Les unités de visite familiale et la réorganisation carcérale de l'intime, Sociétés contemporaines, 83, 107-130.

Langbein H., 2011 [1980], Hommes et femmes à Auschwitz, Paris, Tallandier.

Le Bodic C., 2011, Peut-on penser la violence des femmes sans ontologiser la différence des sexes ?, Champ Pénal/Penal Field [En ligne], 8. [https://champpenal.revues.org/8092].

Lesage de La Haye J., 1998 [1978], La Guillotine du sexe : la vie affective et sexuelle des prisonniers, Paris, éd. de l’Atelier.

Levi P., 1987, Si c’est un homme, Paris, Julliard.

Lockwood D., 1980, Prison sexual violence, Amsterdam, Elsevier.

Malochet G., 2007, Des femmes dans la maison des hommes. L'exemple des surveillantes de prison, Travail, genre et sociétés, 17, 105-121.

Mathieu L., 2015, Des monstres ordinaires, Champ Pénal/Penal Field [En ligne], 12. [http://champpenal.revues.org/9093].

Mayne J., 2000, Caged and framed. The women-in-prison film, in Mayne J. (ed.), Framed: lesbians, feminists, and media culture, Minneapolis, University of Minnesota Press, 115-147.

Mazaleigue Labaste J., 2010, Histoire de la perversion sexuelle. Émergence et transformations du concept de perversion sexuelle dans la psychiatrie de 1797 à 1912, Thèse de doctorat, Amiens, UPJV.

Mercer J., 2004, In the Slammer: the Myth of the Prison in American Gay Pornographic Video, Journal of homosexuality, 47, 3-4, 151-166.

Merotte L., 2012, La sexualité en détention : analyse de trois méthodes d’investigation, Sexologies, 21, 3, 157-160.

Messerschmidt J., 1993, Masculinities and Crime, Lanham, Rowman & Littlefield.

Miller S., Forest K., Junk N., 2003, Diversity in Blue. Lesbian and Gay Police Officers in a Masculine Occupation, Men and Masculinities, 5, 355-385.

Monnereau A., 1984, La Privation sexuelle et affective du prisonnier, Promovere, 38, 71-77.

Monnereau A., 1986, La Castration pénitentiaire, Paris, Lumière et justice.

Moyer I. L., 1978, Differential Social Structure and Homosexuality Among Women in Prison, Virginia Social Science Journal, 13, 13-19.

Pemberton S., 2013, Enforcing Gender: The Constitution of Sex and Gender in Prison Regimes, Signs: Journal of Women in Culture and Society, 39, 1, 151-175.

Perrin Mme, 1985, La sexualité en prison, Revue pénitentiaire et de droit pénal, 109, 1, 81-90.

Petit J.-G., 1990, Ces peines obscures. La Prison pénale en France, 1780-1875, Paris, Fayard.

Potter S., 2004, « Undesirable Relations »: Same-Sex Relationships and the Meaning of Sexual Desire at a Women's Reformatory during the Progressive Era, Feminist Studies, 30, 2, 394-415.

Propper A. M., 1981, Prison Homosexuality: Myths and Reality, Toronto, Lexington.

Propper A. M., 1982, Make-Believe Families and Homosexuality Among Imprisoned Girls, Criminology, 20, 1, 127-139.

Rafter N.H., 1985, Gender, Prisons, and Prison History, Social Science History, 9, 3, 233-247.

Revenin R., 2009, Adolescence, genre et sexualité masculine dans la France des Trente Glorieuses, à partir d’archives inédites de l’Éducation surveillée, Sextant, 27, 165-175.

Ricciardelli R., Maier K., Hannah-Moffat K., 2015, Strategic Masculinities: Vulnerabilities, Risk and the Production of Prison Masculinities, Theoretical Criminology, 19, 4, 491-513.

Ricordeau G., 2004, Enquêter sur l’homosexualité et les violences sexuelles en détention, Déviance et Société, 28, 2, 233-253.

Ricordeau G., 2005, Les relations familiales à l’épreuve de l’incarcération. Sentiments et solidarités à l’ombre des murs, Thèse de doctorat, Paris, Université Paris-IV.

Ricordeau G., 2009a, L’hétéronormalité confrontée à une présomption d’homosexualité : la sexualité masculine incarcérée, in Deschamps C., Gaissad L., Taraud C. (dir.), Hétéros. Discours, lieux, pratiques, Paris, éd. EPEL, 205-214.

Ricordeau G., 2009b, Sexualités féminines en prison : pratiques, discours et représentations, Genre, sexualité et société, 1 [en ligne]. [http://gss.revues.org/index830.html].

Ricordeau G., 2012, Entre dehors et dedans : les parloirs des prisons, Politix, 25, 97, 101-123.

Ricordeau G., Milhaud O., 2012, Prisons : espaces du sexe et sexualisation des espaces, Géographie et cultures, 83, 66-82.

Robson R., 1998, Sappho goes to Law School, New York, Columbia University Press.

Rotily M., Prudhomme J., Dos Santos Pardal M., Hariga F., Iandolo E., Papadourakis A., Moatti J.-P., 2001, Connaissances et attitudes du personnel de surveillance pénitentiaire face au VIH et/ou sida : une enquête européenne, Santé Publique, 13, 325-338.

Rotily M., Weilandt C., 2000, HIV Infection and Viral Hepatitis in European Prisons, in Moatti J., Souteyrand S., Prieur A., Standford T., Aggleton P. (Eds), Aids in Europe. New Challenge for the Social Sciences, New York, Routledge, 149-164.

Rowell T.-L., 2010, Prison Sexual Assault, in Shally-Jensen M. (ed.), Encyclopedia of Contemporary American Social Issues, Denver/Oxford, Greenwood, 609-620.

Sabo D., Kupers T., London W. (Eds), 2001, Prison Masculinities, Philadelphie, Temple University Press.

Saum C. A., Surratt H. L., Inciardi J. A., Bennett R. F., 1995, Sex in Prison: Exploring the Myths and Realities, The Prison Journal, 75, 4, 413-430.

Scacco A., 1975, Rape in Prison, Springfield, Charles C. Thomas.

Schlagdenhauffen R., 2007, Promotion de la prostitution et lutte contre l’homosexualité dans les camps de concentration nazis, Trajectoire, 1, .60-73.

Schlagdenhauffen R., 2011, Triangle rose : La persécution nazie des homosexuels et sa mémoire, Paris, Autrement.

Smith C., 2009, A Period in Custody. Menstruation and the Imprisoned Body, Internet Journal of Criminology, 1-22.

Stanley E. A., Smith N., (Eds), 2015[2011], Captive Genders. Trans Embodiement and the Prison Industrial Complex, Oakland, AK Press.

Stauffer P., 1991, Zwischen Hofmannsthal und Hitler. Carl J. Burckhardt. Facetten einer ausserge wöhnlichen Existenz, Zurich, NZZ.

Sternweiler A., 2000, Chronologischer Versuch zur Situation der Homosexuellen im KZ Sachsenhausen, in Sternweiler A. (hrsg.), Homosexuelle Männer im KZ Sachsenhausen, Berlin, Verlag rosa Winkel, 5-16.

Struckman-Johnson C., Struckman-Johnson D., 2000, Sexual Coercion Rates in Seven Midwestern Prison Facilities for Men, The Prison Journal, 80, 4, 379-390.

Struckman-Johnson C., Struckman-Johnson D., Rucker L., Bumby K., Donaldson S., 1976, Sexual Coercion Reported by Men and Women in Prison, The Journal of Sex Research, 33, 67-76.

Sykes G., 1958, The Society of Captives: A Study of a Maximum Security Prison, Princeton, Princeton University Press.

Tewksbury R., 1989, Measures of Sexual Behavior in an Ohio Prison, Sociology and Social Research, 74, 1, 34-39.

Touraut C ., 2012, La famille à l'épreuve de la prison, Paris, Presses Universitaires de France.

Van Wormer K., 1984, Becoming Homosexual in Prison: A Socialization Process, Criminal Justice Review, 9, 1, 22-27.

Walters S. D., 2001, Caged Heat: the (R)evolution of Women-in-Prison Films, in Mc Caughey M., King N. (Eds), Reel knockouts : violent women in the movies, Austin, University of Texas Press, 106-123.

Ward D., Kassebaum G., 1965, Women’s Prison: Sex and Social Structure, New York, Aldine.

Weber F. P., 1996, Expulsion : genèse et pratique d’un contrôle en Allemagne (partie 2), Cultures & Conflits, 23, 107-153.

Welzer-Lang D., Faure M., Mathieu L., 1996, Sexualité et violences en prison : ces abus qu'on dit sexuels, Lyon, Arléas / O.I.P.

Wiesel E., 2007, La Nuit, Paris, Minuit.

Wooden W.S., Parker J., 1982, Men behind Bars: Sexual Exploitations in Prison, New York, Springer.

Woods J.B., 2014, Queering Criminology: Overview of the State of the Field, in Peterson D., Panfil V.R. (Eds), Handbook of LGBT Communities, Crime and Justice, London, Springer, 15-41.

Haut de page

Notes

1 Avec le soutien du Clersé, de l’Université de Lille 1 et du Laboratoire d’excellence « Écrire une Histoire nouvelle de l’Europe (LabEx EHNE).

2 Notons toutefois l’ouvrage précurseur de Joseph F. Fishman (1935), ainsi que l’article de Cindy Struckman-Johnson et al. (1976).

3  Pour une synthèse de ces théories, Forsyth et al., 2002.

4 Pour la France, voir néanmoins Ricordeau, 2005, 238-240.

5 Pour la France des années 1930, par exemple Boucard (1930, 197, 206) ; Choisy (1930) ; Carco (1931).

6 Voir notamment Heffernan, 1972 ; Beer et al., 2007.

7 Sur la manière dont les normes liées à la féminité affectent directement les lesbiennes surreprésentées parmi les condamnées à mort aux États-Unis, Farr, 2000.

8 Voir néanmoins Tewksbury, 1989 ; Saum et al., 1995 ; Struckman-Johnson, Struckman-Johnson, 2000.

9 Dans le contexte français, on pense à l’évocation par Le Floch-Prigent (Le Nouvel Observateur, 23 janvier 1997) des « hurlements de détenus violés la nuit ».

10 Sa traduction en français dans la revue Esprit indique le retentissement de ce texte.

11 Pour une approche de ces politiques, notamment du Prison Rape Elimination Act de 2003, Jackson, 2013.

12 Kimmel, 1994. Sur l’Afrique du Sud par exemple, Gear, 2007.

13 Stauffer, 1991, 77, cité dans Sternweiler, 2000, 38.

14 Sur l’hépatite C, Hagège, Ségéral, 2013.

15 Pour un exemple d’auto-organisation de femmes détenues contre le VIH, Collectif, 1998.

16  Eigenberg, 1992 ; Propper, 1981 ; Van Wormer, 1984.

17 En allemand, un Puppenjunge désigne une poupée de sexe masculin et par extension un jeune homme prostitué ; un Pipel ou Piepel (terme à l’étymologie incertaine) désigne, dans le langage des camps de concentration, un jeune homme destiné à satisfaire des besoins sexuels. Voir Wiesel, 2007, 99 ; Levi, 1987 ; Kogon, 1946, 213-214.

18 Néanmoins, sur les policiers, voir : Burke, 1994 ; Miller et al., 2003. Pour une synthèse sur l’ensemble des acteurs de la justice pénale, voir : Knight, Wilson, 2016, 113-145.

19 Sur l’attitude des surveillants à l’égard de la sexualité entre personnes détenues, voir : Coehlo, Gonçalves, 2010.

20 Sur l’intégration de ce thème dans le curriculum des parcours de premier cycle universitaire en criminologie, Fradella et al., 2009.

21 Outre l’exemple emblématique de Midnight Express (Alan Parker, 1978), on pense notamment à des films populaires récents comme Les évadés (Frank Darabont, 1994) et Animal factory (Steve Buscemi, 2000), mais aussi à de nombreuses séries télévisuelles (comme Oz et Prison Break).

22 Voir notamment Mayne, 2000 ; Walters, 2001.

23 Sur les représentations filmographiques des violences à caractère sexuel dans les détentions masculines, Eigenberg, Baro, 2003. Sur la sexualité entre femmes dans les films de prison, Herman, 2003 et Beaulieu dans ce numéro.

24 Pour une recherche sur les croyances associées aux viols en prison parmi les étudiants, King, Hanrahan, 2015.

25 Sur la non-mixité dans les prisons, Pemberton, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gwénola Ricordeau et Régis Schlagdenhauffen, « Approcher la sexualité dans les institutions pénales », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 05 octobre 2016, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9353 ; DOI : 10.4000/champpenal.9353

Haut de page

Auteurs

Gwénola Ricordeau

Maîtresse de conférences en sociologie, Université Lille 1/ Clersé. Contact : gwenola.ricordeau@univ-lille1.fr

Articles du même auteur

Régis Schlagdenhauffen

Maître de conférences à l’EHESS. Contact : rschlagd@ehess.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org