Navigation – Plan du site
Dossier : Sexualité et institutions pénales

Dits et non-dits sur la sexualité dans la relation entre jeunes et professionnels de la Protection Judiciaire de la Jeunesse

Yaëlle Amsellem-Mainguy et Marie Dumollard

Résumés

Cet article se propose d’analyser le poids de la catégorisation de la sexualité des mineurs suivis au pénal par l’institution judiciaire. L’enjeu est de saisir le caractère normatif des prises en charge sur la sexualité des jeunes présents dans huit types de structures de milieu ouvert de la Protection judiciaire de la jeunesse. Alors qu’elles n’enferment ni ne mettent à l’écart des mineurs, elles encadrent cependant des comportements juvéniles notamment sur les représentations et pratiques de leur sexualité.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour faciliter la lecture de l’article, la forme non marquée (c'est-à-dire le masculin singulier) e (...)
  • 2 Si la jeunesse n’est pourtant pas un « état », et si nous convenons de l’hétérogénéité qui compose (...)
  • 3 Voir en 2016 les rapports du Haut conseil à la santé publique et du Haut conseil à l’égalité, respe (...)

1Lorsqu’ils font l’objet d’une condamnation pénale par le juge des enfants, les mineurs présents dans les structures de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) traversent la période de l’adolescence et les débuts du passage à l’âge adulte accompagnés par des professionnels1 du système judiciaire2. Malgré des parcours hétérogènes et des manières multiples de les aborder, les mineurs connaissent des phases de construction identitaire ponctuées d’expériences diverses, marquées par la transmission de croyances et de valeurs (Révenin, 2015). Lors de ces étapes, la sexualité représente pour ce public, comme pour l’ensemble des jeunes de leur génération, une préoccupation majeure, et marque leur trajectoire biographique. Les expériences sexuelles constituent un moment inédit, largement façonné par la société, eu égard aux dispositifs mis en place verticalement pour « apprendre » et « éduquer » à la sexualité3, ainsi que par l’entourage du groupe des pairs (Clair, 2008), rôle tout aussi décisif de la socialisation horizontale. C’est parce que la sexualité des jeunes a de multiples incidences sur leurs sorties, leurs relations amicales, familiales (et plus strictement parentales) et médicales, qu’elle constitue un bon indicateur des éventuelles contradictions entre attentes individuelles et représentations collectives. L’approche développée dans cet article analyse les représentations et attentes des jeunes pris en charge au pénal par la PJJ et celles des professionnels au sujet de la vie affective et sexuelle des premiers. Il cherche à mettre en lumière comment les modalités d’entrée dans la sexualité des jeunes sont comprises, prises en compte et accompagnées ou bien ignorées et délibérément entravées, dans le contexte des dispositifs pénaux du milieu ouvert.

1) Méthodologie

  • 4 Voir notamment la thèse d’Arthur Vuattoux (2016).

2Dans cet article, la « sexualité » est entendue dans son acception la plus large, à partir du sens que jeunes et professionnels ayant accepté de participer à l’enquête lui ont donné. Elle est donc appréhendée à la fois à partir des représentations, comportements, relations, parcours et biographies affectives et sexuelles des jeunes rencontrés, mais aussi à partir des interprétations qu’en ont les professionnels. L’originalité de cette enquête réside dans la prise en compte à la fois des jeunes mais aussi des professionnels dans le même terrain. L’analyse s’appuie sur une enquête qualitative exploratoire réalisée entre septembre et décembre 2014 sur le territoire d’une inter-région (selon le découpage institutionnel de la Direction de la PJJ) de la France métropolitaine. Les entretiens individuels (un ou une jeune et une sociologue) ont été conduits auprès de jeunes et de professionnels au sein de huit structures de milieu ouvert (UEMO), d’insertion (UEAJ, STEI) et d’hébergement (collectif ou individuel), dans des salles dédiées garantissant la confidentialité des propos. Rappelons que contrairement aux Centres éducatifs renforcés ou fermés (CER, CEF) ou à la détention, dans chacune de ces structures, les jeunes sortent et ont un accès à l’extérieur (même si certains font l’objet de mesures d’éloignement de leur lieu d’habitation). Au total, nous avons retenu pour l’analyse 23 entretiens individuels menés auprès de jeunes suivis au pénal, 4 filles et 19 garçons âgés de 13 à 19 ans (à l’image de la tendance nationale, les filles étaient très peu nombreuses dans les structures enquêtées, réalité non sans lien avec la question du genre dans les jugements au tribunal pour enfants4). Si les garçons constituent l’essentiel de la population interrogée et prise en charge, les filles ne sont pas absentes dans le corpus d’enquêtés, ni dans les propos des jeunes et des professionnels. L’enquête a été présentée quelques jours avant les entretiens aux jeunes par les éducateurs référents comme portant sur la santé des adolescents, et plus spécifiquement sur la sexualité. Seuls les jeunes ayant accepté au préalable de participer ont donc pu être rencontrés en entretien, nous n’avons pas eu connaissance des motifs et du nombre de refus. Pour partie, la motivation à participer à l’enquête a été « pour passer le temps », ou parce que « l’éducateur [leur] a demandé », parce qu’ils avaient des questions sur la sexualité, enfin par « simple curiosité ». Tous les entretiens cités dans l’article ont été enregistrés après acceptation des participants. Ils se sont donc déroulés dans le cadre d’une participation volontaire des jeunes, qui ne leur apportait aucune gratification en termes de mesure pénale.

  • 5 Il s’agit ici d’une estimation basée sur les déclarations des jeunes interviewés. Le protocole d’en (...)
  • 6 Préalable à la sélection des jeunes et condition stricte d’accès au terrain par la PJJ, pour ne pas (...)

3Les jeunes enquêtés sont issus dans leur grande majorité d’un milieu social défavorisé. Ils ont, pour 15 d’entre eux, arrêté l’école en classe de 3e ou avant (pour au moins 5 d’entre eux dès la fin de l’école primaire, et très peu ont pu bénéficier des séances d’éducation à la sexualité en milieu scolaire). Un tiers d’entre eux a déclaré avoir été pris en charge par l’Aide Sociale à l’Enfance (ASE) antérieurement à la mesure pénale5. L’ancienneté dans la structure de prise en charge au moment de l’enquête variait de quelques jours à plus de 4 mois. Précisons que les jeunes pris en charge pour des infractions à caractère sexuel n’ont pas été inclus dans l’enquête6. Hormis ce cas particulier, la population étudiée n’a donc pas été constituée à partir des caractéristiques de l’infraction ayant donné lieu à une condamnation judiciaire, mais bel et bien à partir d’une tranche d’âge et de sa prise en charge par l’institution judiciaire (la PJJ).

  • 7 Les prénoms de tous les enquêtés ainsi que les territoires d’enquête ont été anonymisés.

4Dans le même temps, 23 professionnels ont été rencontrés individuellement, 15 femmes et 8 hommes, d’une ancienneté professionnelle de 1 à 30 ans à la PJJ : 13 éducateurs et professeurs techniques, professionnels en lien direct avec les jeunes au cours de leur suivi de mesure en milieu ouvert ; 8 infirmiers conseillers techniques santé, davantage en lien avec les professionnels, en vue de les accompagner dans leur démarche éducative ; 2 psychologues réalisant des entretiens individuels (d’une fois par semaine à une fois par mois) avec les jeunes pris en charge. Parmi les éducateurs et professeurs techniques rencontrés, 6 occupaient la fonction de référents-santé. 8 entretiens informels ont également été réalisés avec des éducateurs et des éducatrices (lors des temps de trajet ou de repas par exemple) et nous avons pu mener des observations in situ entre professionnels dans les salles de pause, de réunion ou durant les repas dans 4 des structures enquêtées7.

5Cet article se veut une contribution à la réflexion sur un sujet relativement peu étudié. La question spécifique de la sexualité du public pris en charge par la PJJ reste en effet peu documentée (Bantigny, 2007 ; Blanchard et al., 2010 ; Chantraine, Sallée, 2013 ; Révenin, 2015), alors que des travaux épidémiologiques ont, par le passé, montré que ce public était plus précoce que les autres jeunes non concernés par un suivi judiciaire (Choquet et al., 1998, 2005). Nous cherchons ici à saisir comment est abordée la sexualité des jeunes condamnés par le système judiciaire dans les structures visitées, et comment cela participe à l’encadrement des comportements juvéniles (par les professionnels). Ainsi, nous montrons comment la sexualité des jeunes garçons et filles suivis par la PJJ est globalement prise en compte par le biais d’une « approche par les risques ». Elle tendrait à reléguer au second plan le sens attribué à leurs actes par le public des jeunes pris en charge en privilégiant la position de « l’expert-professionnel » dans les modalités de prises en charge, d’écoute et de prévention. L’inquiétude à l’égard des conduites à risque adolescentes n’est du reste pas nouvelle (Bantigny, Jablonka, 2009) ; elle peut se comprendre en référence à des tensions intergénérationnelles, qui réactivent au sein de la société adulte le mythe de la jeunesse en perdition qu’il conviendrait d’abord de sauver d’elle-même (Tétard, 1993 ; Perrot, 2001 ; Peretti-Watel, 2002, 2010).

2) Contexte de prise en charge de la sexualité des jeunes parmi les professionnels de la PJJ

  • 8 La question de la vie affective et sexuelle est abordée à travers le prisme de la santé au cours de (...)
  • 9 Ils bénéficient à ce titre de formations spécifiques à la méthodologie de projets animées par les I (...)

6En théorie, les enjeux relatifs à la santé, au bien-être et à la vie affective et sexuelle des jeunes de la PJJ font partie de la prise en charge globale, au même titre que d’autres problématiques marquant les parcours des jeunes (sexualité, discriminations, ou encore handicaps). Conformément aux fondements de l’ordonnance du 2 février 1945 relative à la justice des mineurs et à la doctrine d’intervention qui en découle (Youf, 2009), l’institution privilégie une approche socio-éducative globale qui concerne les différentes dimensions des trajectoires juvéniles, au-delà des nombreuses évolutions qu’a connues le système de traitement judiciaire de la délinquance juvénile depuis une trentaine d’années, et qui auraient tendu progressivement à recentrer le cœur des activités de la PJJ autour de la dimension punitive (Bailleau, Cartuyvels, 2002 ; Bailleau, Milburn, 2011 ; Sallée, 2010 ; Mucchielli, 2014). Ainsi, l’intervention des professionnels de la PJJ dans les structures de milieu ouvert, d’hébergement et d’insertion se concentrerait désormais plus sur le sens et la portée de la mesure ou sanction pénale. Mais, alors qu’en théorie, le primat est toujours donné « à l’éducatif », la mesure prise pour justifier le milieu ouvert aurait pour effet de savoir intégrer par les professionnels un « travail » sur la trajectoire globale du jeune et de son projet d’insertion. Concernant le champ de la santé, les éducateurs et professeurs techniques de la PJJ n’ont pas de formation spécifique sur ces questions8 ; les professionnels de santé (infirmiers conseillers techniques) n’exercent plus d’activité directement auprès des jeunes qui auraient besoin de leurs services, de sorte qu’ils sont envoyés vers d’autres professionnels extérieurs à la PJJ. Certains professionnels jouent toutefois un rôle privilégié au sein des équipes socio-éducatives : les référents santé chargés de développer et porter des projets thématiques en matière de santé en direction des jeunes. Ceux que nous avons rencontrés traitaient notamment des conduites addictives, de la sexualité et de la contraception ou encore du sommeil ; ils s’efforcent de sensibiliser leurs collègues sur ces dimensions éducatives9. Notons que dans le cadre de cette enquête, le rôle de référent santé était occupé uniquement par des femmes, non sans lien avec des conceptions genrées de la division du travail en matière de santé dans les équipes.

7Dans le souci d’éclairer la question de la sexualité, nous reviendrons tout d’abord sur la mise en discours des normes et représentations de la vie affective et sexuelle de ce public pris en charge, à la fois des « jeunes PJJ » eux-mêmes comme ils se nomment en référence à l’étiquette de « cas sociaux » qu’ils subissent, et des professionnels qui les accompagnent (éducateurs et professeurs techniques). La prise en charge judicaire laisse alors entrevoir les stratégies des deux groupes, jeunes et professionnels, pour tenir à l’écart la question affective et sexuelle. Cependant, jeunes comme professionnels ne semblent pas parvenir à la mettre totalement à l’écart, et le traitement qui en est fait révèle la permanence de normes éducatives genrées, légalistes et hygiénistes en la matière.

I - Normes, représentations et pratiques des jeunes de la PJJ en matière de sexualité

8L’enquête montre combien la sexualité n’est pas appréhendée de la même manière selon le sexe et le profil des enquêtés rencontrés. Un consensus tacite est perceptible à travers une conception bicatégorielle des sexes et des rôles sociaux attendus à l’égard de chacun (masculinité, féminité), à partir d’une adéquation très forte entre sexe et genre où les rapports de domination sont peu contestés. Cela se retrouve dans la majorité des entretiens et des conversations informelles, même si ce n’est pas exprimé de la même manière parmi les jeunes et les professionnels (ni d’ailleurs entre les différents professionnels eux-mêmes). Dans des dispositifs de prise en charge mixtes, où l’interaction fille/garçon est possible, cette interaction n’est apparemment pas appréhendée comme un souci, ni pour les jeunes par les professionnels, ni pour les professionnels par l’institution. À l’inverse, se dessine dans la prise en charge non mixte un objectif sous-jacent de contrôle des relations sexuelles, y compris de prévention des risques de maternités précoces (le plus souvent considérées, par les professionnels, comme non désirées). Dans ce contexte, émergent alors des représentations sociales fortement marquées autour du « masculin » et du « féminin ». Contrairement aux élèves du milieu scolaire considérés par l’Éducation nationale comme des apprenants asexués (Duru-Bellat, 2010), les jeunes de la PJJ sont d’abord décrits et catégorisés en fonction de leur sexe et de leur genre à partir des actes qu’ils ont commis. Et comme l’ont déjà montré Pierre et Niget (2002), il est possible de formuler à nouveau l’hypothèse que les instances normatives de prise en charge sont très marquées par une approche sexuée de leur public : filles et garçons ne sont pas concernés par les mêmes types d’intervention. Les professionnels comme les jeunes recourent d’ailleurs fréquemment aux oppositions entre garçons et filles pour décrire les spécificités de chacun des sexes pour raconter et implicitement justifier les modalités de prise en charge. Or, les jeunes suivis par la PJJ n’ont pas des pratiques très différentes des autres jeunes des milieux populaires, dont ils sont issus pour la grande majorité d’entre eux. Les résultats confirment ceux des travaux menés sur les questions de stéréotypes de genre, auprès de jeunes filles et garçons de milieux populaires (Hamel, 2002 ; Rubi, 2005 ; Clair, 2008).

1) Des garçons hyperactifs sexuellement, hétérosexuels et dominants

  • 10 La situation d’enquête n’est pas à minorer dans cette mise en scène du palmarès sexuel : les entret (...)

9En effet, « virilité » et « masculinité » se présentent comme des synonymes dans les entretiens, où le masculin se confond avec l’homme viril (on utilisera ici le terme de « virilité » dans son sens commun, tel qu’il en est fait usage dans les entretiens par les enquêtés). Le rôle de l’homme est présenté comme devant être plus fort, plus grand, plus actif, plus agressif, plus désireux (Clair, 2008), et ce, à la fois par les garçons et par les filles, mais aussi par les professionnels. Par exemple, quand les hommes en général sont présentés par les filles et les garçons comme susceptibles « d’aller voir ailleurs », ils sont considérés comme infidèles par nature en raison de « besoins sexuels » spécifiques inhérents à leur sexe. Les filles sont, quant à elles, renvoyées par les mêmes à leur aspiration à une sexualité relationnelle s’inscrivant dans un cadre conjugal. Cette conception, assez partagée par les jeunes et les professionnels, confortent les garçons dans leur incapacité à réfréner leur désir sexuel, voire à l’inscrire dans la justification d’une sexualité hyperactive. Ainsi, à la manière de Ryan, quelques garçons ont laissé entendre qu’ils avaient eu plus d’une centaine de partenaires10 :

Ouais, ça m’est arrivé de réfléchir, et sans me vanter, après, je sais ce que je fais, au moins 100 (Ryan, 16 ans).

10Dans un contexte de forte disqualification sociale et de vulnérabilité, se vanter de multiples aventures est une manière de se redonner une image positive (Hamel, 2002). La sexualité des garçons, telle qu’ils la racontent, ne veut pas dire que la pratique s’exercerait en dehors de toute norme, mais les formes de contrôles sont plus intériorisées et indirectes. C’est le cas par exemple de celle imposée par les pairs quant à la place des sentiments dans les relations : un garçon qui laisserait entrevoir ses sentiments devant ses pairs prendrait le risque de voir remises en question sa masculinité et son appartenance au groupe des garçons.

Parce que j’étais pas vraiment tombé amoureux, mais genre, y avait, genre des petits sentiments qui se créaient. Mais dans ma tête, à un moment et au fil du temps, plus je la captais, plus je lâchais mes potes, et ils m’ont dit : « Wesch, t’es sérieux ? Tu nous lâches pour cette meuf ?! » (Jessy, 16 ans)

11Il s’agit surtout pour eux de ne pas être assimilés à des « canards », l’image redoutée d'un garçon trop guidé par ses émotions et soumis à sa copine : lui offrir des cadeaux, l'inviter au cinéma ou au restaurant, l'appeler régulièrement, ou lui envoyer des SMS toute la journée passent pour des formes de faiblesse morale inévitablement raillées par les membres du groupe de garçons. Il s’agit en somme de faire correspondre présentation de soi et représentations dominantes de la masculinité. Car l’image du garçon sentimental, symbolisant une probabilité d’inversion des genres en le rapprochant par trop des filles et surtout de la figure redoutée de l'homosexuel (Clair, 2008), induit l'obligation d’être hyper vigilant à ne pas donner l’impression de se « féminiser ».

C’est pas bien les trucs comme ça [tomber amoureux] ! Après, t’es dans un engrenage ! Tu te fais piéger partout ! Tu t’en sors jamais ! […] Je peux pas dire tu t’en sors jamais parce que je suis jamais tombé amoureux. Mais j’ai vu des gens, ils sont partis en couille à cause de ça. […] Ça rend fou, l’amour ! C’est un truc de ouf ! T’arraches la page, tu refais les mêmes fautes ! Non, c’est mort, je veux pas de ça, moi ! Je suis bien comme je suis. Les meufs, elles se plaignent pas. Et puis si par exemple j’ai pas de meuf, je peux très bien recapter une meuf que j’ai déjà captée avant. C’est ça qui est bien aussi quand je fais pas le bâtard avec elles, c’est que je peux les capter un peu comme je veux (Jessy, 16 ans).

12Les propos de Jessy montrent comment il conçoit le rôle des hommes dans les attentes sociales au sujet des relations affectives qui les traversent, et, indirectement, les attentes des garçons et des filles à l’égard des relations affectives et sexuelles. Les garçons révèlent leur difficulté à composer avec des injonctions contradictoires : celles du groupe de copains qui imposent de ne pas exprimer ouvertement ses sentiments, et celles des petites amies qui attendent avant tout des marques d’attention. Il faut être en mesure de prendre soin d’elles […], avoir des petites attentions, reconnaît Ryan.

13À cette construction de la masculinité idéologiquement ancrée s’ajoute chez les garçons l’impératif d’une sexualité active, comme si c’était une fatalité même pour les filles interrogées :

Un gars, c’est un gars. Pour moi, c’est pas pareil. J’ai l’impression de nos jours que c’est devenu tellement naturel pour un gars [d’avoir des rapports sexuels]. […] J’ai l’impression que ça a toujours été comme ça quand même, pour les gars de notre âge, adolescents on va dire (Mélina, 16 ans).

14Dans le contexte institutionnel où ces questions sont abordées à la marge, l’absence de relations sexuelles est peu abordée autant par les jeunes que par les professionnels. Les jeunes inexpérimentés, présentés comme une minorité dans les entretiens, expliquent ne pas pouvoir en parler autour d’eux, pour précisément préserver leur masculinité supposée et, surtout, ne pas prendre le risque de se voir étiquetés comme « homosexuels ». Mais dans leurs propos mêmes, la virginité reste construite comme une problématique spécifiquement féminine. Si aucun garçon n’évoque ce terme de virginité pour qualifier sa sexualité, les filles rencontrées peuvent à l’inverse se décrire comme vierges, en en revendiquant l’état qui fait parfois l’objet d’une certaine fierté. Les propos de Morgan entrent en résonance avec cette attitude, permettant de comprendre chez lui la difficulté à « se trouver » par le biais de représentations dominantes de la sexualité des garçons, perçues chez ses pairs et chez les professionnels comme nécessairement débordante et précoce. Dans son parcours, l’absence de rapport sexuel et son désintérêt relatif pour la sexualité entre en contradiction directe avec ces représentations dominantes.

Nan, pour le moment non. J’ai eu des copines, mais la sexualité, ça ne m’intéresse pas trop. Ça veut pas dire que je suis un pédé, hein… Mais là non […] Ici je dis juste rien, ça les regarde pas (Morgan, 17 ans).

2) Des filles soumises, sérieuses et à préserver

15« Féminité », « émotions » et « sentiments » sont souvent associés dans les propos des jeunes rencontrés. Si ces termes servent avant tout à définir les attendus des rôles sociaux implicitement attribués aux filles, c’est bien en creux que le reproche ou l’injonction en est fait aux filles prises en charge par la PJJ. Autant chez les professionnels que parmi les jeunes pris en charge (filles et garçons), il est attendu qu’elles doivent prendre leur temps avant de s’investir dans une relation, « se préserver » et « savoir faire patienter » leurs partenaires. On observe des points de dissemblance entre les filles et les garçons quant à la perception et à la représentation de la sexualité des garçons, mais beaucoup moins autour des attendus de la sexualité des filles. Ces dernières doivent se préserver et se tenir à l’écart (une constante des entretiens) de la figure de la « salope » ou de la « pute ». Cette attente sociale revient avant tout à ne pas trop donner à voir leur intérêt pour la sexualité (marque d’intérêt passant classiquement par l’apparence et les fréquentations, masculines notamment). Leur assignation implicite à une « sexualité réservée » rappelle une fois de plus le poids de la moralisation de la sexualité féminine et l’asymétrie des rapports sociaux de sexe auxquelles les jeunes filles sont soumises (Clair, 2008). Mélina évoque avec beaucoup de mépris des filles de son âge qui ne se respectent pas en ce qu’elles n’adoptent pas les comportements adéquats avec les garçons :

Elles ont une sale réputation. À partir du moment où un gars, il va me parler d’une fille mal, en me disant : « Je l’ai baisée », pour moi, c’est une fille qui se respecte pas. […] Peut-être que c’est des filles super gentilles, mais je n’aime pas les filles qui se respectent pas. Par rapport à la dignité, tout ça (Mélina, 16 ans).

16Cette différenciation des attentes sociales envers les filles et les garçons est explicite dans les entretiens menés avec les jeunes et ils se trouvent généralement dans l’incapacité de les expliquer, et moins encore de les relativiser ou de les renverser. Cela revient à s’interroger sur l’adhésion des jeunes au processus de perpétuation ou de reproduction de la domination masculine (Bourdieu, 1998) à laquelle ils semblent participer.

Coucher ensemble, ouais, ça m’est arrivé au bout d’une semaine. Mais après, c’est débile que la fille au bout d’une semaine, elle montre son sexe. Je ne sais pas… […] Ce que je veux dire, c’est que la fille, elle connaît même pas le mec, elle couche avec lui au bout d’une semaine. Ça m’est arrivé. Après, je lui ai dit : « Attends, t’es qui toi ? Tu couches pas avec moi au bout d’une semaine ! » (Ryan, 17 ans).

17Un garçon pourrait cumuler les relations (même les relations d’un soir), à la différence des filles à qui l’on reproche de s’attacher trop vite aux garçons. En opposition à l’image de la virilité masculine exacerbée, celle attribuée aux filles renvoie à l’idée qu’elles sont trop sensibles, se projettent rapidement dans une relation et annoncent au bout de deux semaines sur Facebook : lui, c’est ma vie (Jessy, 16 ans). Mais, au-delà du canal de l’expression des sentiments, la préservation des filles passe, dans les discours des jeunes, par celui de la virginité en tant que critère central de démarcation des un(e)s et des autres. Alors que cet aspect reste tabou chez les garçons, il devient un critère essentiel pour les filles en ce qu’il permettrait de distinguer les filles sérieuses (celles qui se respectent selon les propos de Mélina, voire qui se préservent pour « le bon » – c'est-à-dire leur futur mari), des putes ou autres salopes supposées avoir une sexualité active, faire les premiers pas et draguer, ou encore dont les apparences vestimentaires suffiraient amplement à les classer dans cette catégorie.

[à propos de son petit-copain] C’est à cause de ça aussi qu’il continue de parler à des filles et tout, parce qu’il a tellement eu l’habitude avant. […] Parce qu’en général, les filles avec qui il parle, c’est tout le temps des filles un peu… qui s’habillent de façon un peu vulgaire, des filles minces et tout. Du coup, j’ai toujours peur que quand je sois pas là, il dise des trucs bizarres par message ou qu’il aille les voir, qu’il fasse des trucs bizarres. […] Des fois, il demande : « T’es chaude ? Tu veux faire des cams ? Envoie une photo de toi en sous-vêtements ». Ça me fait chier, mais bon… […] C’est pour ça que j’aime pas qu’il parle à des filles comme ça parce que c’est toutes des filles faciles (Sala, 17 ans).

18Les propos de Jessy, Ryan, Mélina ou Sala rapportés paraîtront stéréotypés ; ils sont pourtant une manière d’exprimer dans leur langage ce que la société valorise toujours comme comportements acceptables pour les filles/femmes, rappelant le rapport de sujétion de ces dernières vis-à-vis des hommes, une idée qui reste répandue dans tous les milieux sociaux (Hamel, 2002 ; Bajos, Bozon, 2008).

19Les filles ne demeurent cependant pas inactives face à de telles représentations dévalorisantes, même s’il s’agit avant tout de préserver son image et sa réputation dans un environnement où la reproduction de la hiérarchisation des sexes est particulièrement visible (Clair, 2008). On note à cet égard des disparités au sein même du groupe des filles prises en charge par la PJJ : certaines assument de fréquenter des garçons tout en montrant qu’elles ne subissent pas comme le dit Sala (17 ans), autrement dit qu’elles ne se laissent pas manipuler, car elles n’entendent pas être considérées comme des putes (Clair, 2012). Leur enjeu est parfois de trouver une certaine valorisation dans la gestion de cet écart : il s’agit alors d’échapper à une mauvaise réputation en adoptant explicitement les normes de la hiérarchie entre les sexes auxquelles elles s’astreignent elles-mêmes pour ne pas être rejetées par la communauté des garçons (Rubi, 2003, 2005). Faire partie d’un « groupe de garçons » est d’ailleurs davantage valorisé que faire partie d’un « groupe de filles », en ce que cela permet de maintenir à distance les rumeurs et réputations qu’elles sont nombreuses à redouter. Soulignons que si l’inverse n’est pas vrai – il n’est pas valorisé pour un garçon de faire partie d’un « groupe de filles » – y avoir ses entrées et y avoir une place sans en faire partie est valorisé en termes de virilité (à travers l’image du dragueur, du playboy) et contribue à parfaire la masculinité de ces garçons.

20Du côté des professionnels, les mêmes attentes envers les comportements des garçons et des filles apparaissent en filigrane des entretiens. Ils décrivent une réalité dans laquelle la violence, quasiment toujours exercée par les garçons et subie par les filles, fait partie de l’histoire des jeunes dont ils ont la charge. Et cela ne se fait pas sans lien avec l’évolution du regard de la place de la jeune fille dans la société, où des travaux montrent que les « filles perdues » de jadis ont progressivement perdu leur statut de perverses pour ne garder que celui de victimes (Knibiehler et al., 1983). Les mises en récits des acteurs adultes concourent à montrer du doigt des conduites jugées anormales en raison avant tout de l’écart au rôle sexué auquel les filles appartiennent de par leur sexe. Les situations de violences de genre, bien que non considérées comme « normales » par les professionnels, sont d’ailleurs considérées comme un fait immuable, spécifique à cette jeunesse en situation de vulnérabilité sociale et économique, une représentation analogue à celle que l’on retrouve chez les mineurs pris en charge par l’ASE.

21Dans un contexte où, depuis l’ordonnance de 1945, la justice des mineurs souhaite se consacrer à la personnalité de l’enfant autant, si ce n’est plus, qu’à l’acte commis, on comprend comment les professionnels cherchent à exercer un contrôle direct sur la sexualité des filles, et sur tout signe extérieur qui exprimerait une sexualité. Comme le souligne Véronique Blanchard, tous les regards sont portés sur l’activité sexuelle de la jeune fille. Est-elle, ou va-t-elle devenir une débauchée ? Comment éviter sa chute ? (Blanchard, 2008, 47). Sous prétexte de protéger ces filles d’elles-mêmes, de leur entourage, de la rue, les professionnels participent au renforcement des « droits et devoirs » des filles dans la vie publique : ils rappellent les comportements socialement attendus et valorisés pour chaque sexe, et notamment pour les filles. L’aspect physique, parce qu’il est visible, serait révélateur de la moralité sexuelle des filles.

On a eu une jeune fille qui est arrivée chez nous pour du racolage. […] C’était une jeune fille qui physiquement, se maquillait outrageusement. […] Moi, j’ai commencé à aborder avec elle déjà son aspect physique. Moi, je me maquille pas et elle, elle se maquillait beaucoup. […] Elle me demandait : « Mais pourquoi tu te maquilles pas ? » Et petit à petit, je lui ai dit : « Écoute, moi, j’accepte qu’un jour tu me maquilles (mais pas comme toi). Et ce jour-là, toi, tu te maquilles pas ». Elle me dit : « C’est pas possible. » Je lui dis : « Si ! tu vas voir… Pour moi non plus, c’est pas possible de me maquiller. » Donc elle m’a maquillée, pas de soucis. Et elle, elle s’était complètement démaquillée. On s’est mises devant la glace toutes les deux, et je lui ai dit : « Tu as vu comme tu es jolie ! » Elle m’a dit : « Non. » Je lui ai dit : « Regarde-toi. » Elle me dit : « Ah ouais ouais ouais ! Et toi aussi, le maquillage te met en valeur. » Je lui ai dit : « Ok, mais tu vois la différence ? » Et à partir de ce moment-là, elle s’est beaucoup moins maquillée, et petit à petit, après, on a continué à travailler le reste (Gwenaëlle, éducatrice).

II - La sexualité, un non-dit à la PJJ ? Une mise à distance par les jeunes et par les professionnels

  • 11 Pour rappel, pour des raisons d’accès au terrain, et pour ne pas interférer avec l’instruction en c (...)

22Les récits des jeunes et des professionnels sur la sexualité concourent à produire un régime d’exceptionnalité des jeunes auteurs de violences sexuelles sur lesquels reposent une grande partie des attentions et des actions éducatives et de prévention11. Ainsi, pour les jeunes rencontrés non pris en charge au pénal par la PJJ pour des raisons de violences sexuelles commises, leur vie affective et sexuelle se situe a priori hors de la prise en charge. Nombre de professionnels partagent également cet avis. Cette situation de mise à l’écart collective de la vie affective et sexuelle des jeunes est révélatrice de la place ambiguë qu’occupe cette question dans le quotidien de la prise en charge des structures enquêtées, bien que les pratiques et interactions quotidiennes viennent nuancer ces propos.

1) La mise à distance des professionnels par les jeunes

  • 12 L’acceptation à participer à une enquête sociologique sur la santé et la sexualité à l’adolescence (...)

23La tendance par les jeunes rencontrés à ne pas évoquer les questions de sexualité avec les professionnels demeure la norme et est avant tout à comprendre au regard des parcours individuels antérieurs, notamment des parcours de placement. La diversité des structures fréquentées tout au long des trajectoires des jeunes dits délinquants – structures de l’ASE et de la PJJ – rappelle qu’ils connaissent des parcours variés. Pour une grande partie d’entre eux, la PJJ n’est alors qu’une institution supplémentaire de prise en charge dans leur carrière institutionnelle de jeunes suivis (Darmon, 2008). La multiplicité des intervenants, des acteurs, la diversité des postures et le turn-over des professionnels imposent aux jeunes de devoir répéter, réexpliquer leur vie, ce qui fait écho aux expériences déjà étudiées des adolescents pris en charge par l’ASE (Robin, 2010). Comme Steeven, les jeunes enquêtés vont même jusqu’à dire que [leur] vie est écrite partout. En réaction aux multiples intrusions de leur biographie institutionnelle, ils insistent sur leur besoin et leur volonté de préserver une part de leur existence hors des rapports institutionnels, du « dossier » qui les suit d’année en année. Dans ce contexte, les informations sur leur vie personnelle – a fortiori sur leur vie sexuelle et affective ‒ sont diffusées a minima et se méritent (l’adulte-professionnel doit faire ses preuves en matière de confidentialité, respect des secrets, capacité d’écoute, ouverture d’esprit, partage d’informations sur sa propre vie, etc.12).

J’ai l’habitude de raconter ma vie, parce qu’avec les psychologues tu fais que ça. Donc j’ai dû raconter ma vie à une centaine de personnes qui s’en foutent totalement, mais c’est juste pour essayer de m’aider. […] Ma vie, c’est un livre ouvert, donc en parler avec un psychiatre ou avec une éducatrice, c’est pareil. […] Q/ Mais par contre, toi, tu vas pas aller raconter ta vie à l’éducatrice si elle te pose pas la question ? R/ Non. […] Après, c’est clair que je rentrerai pas dans les détails, mais je m’en fous moi si elle me dit : « C’est qui ta dernière copine ? » Là, elle est au courant que je sors avec une fille (Steeven, 17 ans).

24Pour la majorité des jeunes rencontrés, filles et garçons, la rétention d’informations à l’égard des éducateurs est un principe relativement partagé, et les jeunes développent alors des aptitudes pour se raconter à l’ensemble des professionnels qu’ils rencontrent. Ils opèrent ainsi une distinction claire entre le type d’informations et le niveau de précisions qu’ils acceptent ou non de mettre en discussion avec eux : d’une part les informations légitimes, relevant de la prise en charge socio-judiciaire au sens strict du terme (le projet professionnel, les relations avec les parents, les obligations pénales, etc.), pour lesquelles les jeunes considèrent que les professionnels ont un mandat judiciaire et dont ces derniers peuvent avoir connaissance ; d’autre part, les informations personnelles, où l’on trouve en priorité les relations amoureuses, affectives et sexuelles, les relations familiales et amicales etc., auxquelles les professionnels ne peuvent avoir légitimement accès. C’est la distinction qu’opère Ryan entre [ses] trucs à [lui], en global – ce qui concerne son insertion sociale et professionnelle – et tout ce qui est dans sa vie – sous-entendu, personnelle, intime, privée.

Non, non, non. J’aime pas. Je vais lui raconter quoi à lui ? Lui dire : « Ça va pas dans ma vie ? Est-ce que tu peux venir m’aider ? ». Non, laisse-moi… Tu m’aides pour mes trucs à moi, et voilà. Pas plus. Q/ Quand tu dis « mes trucs à moi », tu parles de ta formation, de ton orientation, tout ça ? R/ En global. Tout ce qui est dans ma vie, personne ne sait (Ryan, 17 ans).

25Pour l’ensemble des jeunes rencontrés, la mise à distance du monde professionnel est une forme de revendication de sa sphère intime et privée, et la protection de leur vie sexuelle et affective agit comme une forme d’appropriation de leur vie dont des pans entiers auraient été décidés indépendamment de leur volonté. Tristan, 16 ans, suivi par l’ASE avant sa prise en charge à la PJJ, rappelle ainsi qu’avec les autres jeunes du foyer, ils sont forcé[s] à se supporter : on est pas là parce qu’on veut. La non-divulgation des relations affectives, amoureuses et sexuelles leur permet dès lors de mettre en place la distance nécessaire en tant qu’individus à part entière dotés d’un libre-choix (Robin, Séverac, 2013). L’hostilité affichée à toute discussion sur leur vie intime peut aussi se comprendre comme une forme de résistance à la contrainte, à l’encadrement et à l’administration de leur vie. Le discours sur sa propre sexualité et le refus d’en parler peuvent finalement se lire comme une résistance à la situation de domination et à la détention d’informations les concernant, dans le sens où ils ont le sentiment de garder la maîtrise d’une partie de leur vie en se prémunissant contre des intrusions institutionnelles permanentes. Le maintien à distance des affects et des adultes participe également de la crédibilité au sein du groupe de pairs et de l’affirmation d’une appartenance intragénérationnelle au groupe de garçons, de jeunes, d’un territoire donné.

Q/ Et tu racontes un peu tout ça avec les éducs ici ? R/ Ça va pas ! [rires] Ici nan, à mes potes pourquoi pas, mais pas dans les détails. Mais les éducateurs, nan ! Ça les regarde pas ! C’est ma vie ça… et puis, j’suis pas une meuf, j’ai pas besoin de raconter ma vie. Je gère tout seul. Nan, je parle pas. J’aime pas… y’a que les meufs qui jactent… trop d’ailleurs [rires] (Pierre, 16 ans).

26Du côté des filles, cette attitude de mutisme est bien moins fréquente : il est attendu qu’elles soient prolixes à propos de leur vie sentimentale, pour peu qu’elles n’aient pas à entrer dans les détails du déroulement de leurs rapports sexuels. La plupart de celles que nous avons rencontrées (en entretiens ou lors de discussions informelles) ont reconnu que les éducateurs connaissaient leur situation amoureuse. À l’inverse des garçons, la visibilité de leurs relations sentimentales (supposées également sexuelles) et leur aisance à en parler correspondent aux attentes de genre les concernant. Toutefois, deux conditions doivent être remplies : la relation doit être considérée comme stable et conforme aux normes sociales (de la conjugalité hétérosexuelle).

2) La mise à distance de la sexualité des jeunes par les professionnels

  • 13 Lancée en 2013 par la DPJJ, la démarche « PJJ promotrice de santé » vise à réactiver la prise en co (...)

27Du côté des professionnels, la question de la vie affective et sexuelle fait l’objet des mêmes hésitations quant à la place à lui accorder dans le quotidien de la prise en charge. Ils maintiennent en apparence une distance analogue à celles des jeunes, en la justifiant par le fait qu’elle ne les regarderait pas. Cette position se comprend d’abord d’un point de vue institutionnel puisque les questions de sexualité demandent d’abord à être abordées sous le prisme de la santé publique (depuis l’émergence de l’épidémie VIH/Sida en France). De ce point de vue, la démarche « PJJ, promotrice de santé » a été portée au niveau central par le ministère de la Justice13. Dans les structures enquêtées, de fait, ce sont prioritairement les référentes santé et les infirmiers qui cherchent à impulser des projets traitant de la vie affective et sexuelle et à y sensibiliser leurs collègues. Toutefois, au vu des transformations institutionnelles récentes qui ont notamment conduit à ce que les infirmiers deviennent des conseillers techniques santé, les fonctions médicales initiales sont progressivement délaissées pour se transformer en des fonctions d’animation de réseau local de partenaires, comme l’explique bien Agnès à travers le récit des réorientations de sa propre trajectoire.

C’est ce qui a fait que j’ai arrêté de travailler sur la sexualité, quand l’infirmière s’est retirée, parce que je trouvais important d’avoir une personne référente santé, mais vraiment dans la santé, pour être crédible sur cette action. Et le jour où on lui a demandé de s’occuper uniquement des politiques publiques, je me suis dit que j’avais plus envie de le faire. Je pourrais, mais j’avais plus son apport en tant que vécu hospitalier, ses connaissances d’infirmière. Moi, j’ai beau avoir des connaissances anatomiques, biologiques, j’ai pas cette approche médicale (Agnès, professeure technique).

  • 14 Le référentiel métier « éducateur PJJ » précise les contours des trois compétences attendues :1- pr (...)

28Face à ce traitement spécifique de la sexualité, pour celles et ceux des éducateurs qui ne s’estiment pas spécialistes du champ de la santé, là ne serait pas le cœur de leurs missions. Pourtant, comme le souligne Michel Bozon, depuis la seconde moitié du XXe siècle, les appels à la protection de la jeunesse sont inséparablement des appels à un meilleur contrôle des jeunes. [...] Le caractère ambigu de la notion de protection se note à l’élévation historique de l’âge juridique du consentement aux actes sexuels, en deçà duquel nul n’est censé pouvoir donner un consentement aux actes sexuels, qui s’effectue parallèlement à l’abaissement historique de l’âge à l’initiation sexuelle (Bozon, 2010, 7). Dès lors, si évoquer la sexualité des jeunes pris en charge est en dehors du noyau dur de ce qu’ils estiment revenir à leurs compétences14 d’éducateurs, ces derniers perçoivent bien l’injonction institutionnelle qui leur est faite de la prendre en compte. Certains y résistent cependant comme le montre Philippe, un éducateur :

On nous dit : « Faites-le ». Non ! Moi, j’ai pas cette compétence-là. […] Même si on va un peu au-delà de l’insertion, on fait de l’insertion d’abord, même si on s’occupe un peu de la santé (Philippe, éducateur).

29Dans un contexte de prise en charge en milieu ouvert où il n’y a ni lieu, ni professionnel spécifique dédié à la santé, et encore moins à la sexualité, il n’existe pas de division très nette entre le « médical » et « l’éducatif », à la différence de ce que l’on peut observer en détention (Chantraine et al., 2011). Dans une perspective d’insertion sociale et professionnelle des jeunes, il est donc attendu des éducateurs qu’ils prennent en compte la santé « globale » dont fait partie la sexualité pour la PJJ, au besoin en jouant les relais avec les professionnels de santé locaux. Refuser d’investir cette partie du champ de la santé (contrairement aux questions relatives à l’hygiène ou à la consommation d’alcool régulière par exemple, qui semblent poser moins de problème pour les éducateurs) symbolise alors la marge de manœuvre que s’octroient ces professionnels dans un contexte institutionnel mouvant, qui leur paraît multiplier leurs tâches et les éloigner du travail direct avec les jeunes (Jamet, 2010).

30Bien qu’une grande partie des professionnels estime ne pas prendre en compte les questions de sexualité dans le travail éducatif, les récits mettent cependant en lumière l’importance de connaître le cadre affectif et amoureux ou sexuel des jeunes pris en charge. Ces informations peuvent en effet servir de levier dans le travail socio-éducatif ou dans la projection dans la vie à l’issue de la prise en charge judiciaire. La sexualité des jeunes pris en charge par la PJJ semble alors occuper un statut à part. Les récits des éducateurs montrent qu’avec les garçons, se tenir éloigné des questions inhérentes à leur sexualité s’expliquerait avant tout par la gêne que créerait la sollicitation de certaines confidences, au risque de décentrer le travail éducatif de la mesure judiciaire justifiant la prise en charge. Il en irait un peu différemment avec les filles dans la mesure où la sexualité ferait plus fréquemment l’objet de discussions spontanées ou provoquées, et de mises en garde. Il ne s’agirait alors pas tant de connaître la réalité de la sexualité des filles (au sens de leurs pratiques sexuelles) que de les prévenir et de vouloir les protéger des dangers et risques liés à la prostitution, dans le droit fil d’une préoccupation historiquement constante à la PJJ (Blanchard, 2008).

31Si les résistances des professionnels à s’emparer frontalement de la sexualité comme préoccupation des mineurs pris en charge renvoient à la nécessité d’une claire distinction des diverses compétences dans les équipes (professionnels de santé versus professionnels du social), elles s’expliquent aussi par la manière dont la question de la sexualité a été construite institutionnellement à la PJJ. Ils se sentent héritiers d’une tradition qui avait fait de la question sexuelle un objet relevant d’une dimension sanitaire ; et peu ou pas pensé dans une « dimension globale », cet héritage pèserait encore aujourd’hui. Le cœur du travail des éducateurs et professeurs techniques, comme celui des infirmiers ou des psychologues, se réunit en effet autour de la notion d’insertion sociale et professionnelle des jeunes… de sorte que les questions de santé et de sexualité tendent à y être reléguées.

III - La sexualité, une réalité qui s’impose dans le quotidien de la prise en charge

32Malgré les tactiques de mise à distance des jeunes et des professionnels, la question de la vie affective et sexuelle n’est pas absente des interactions quotidiennes. Les moments collectifs ou les entretiens individuels entre jeunes et professionnels offrent des occasions pour les premiers d’aborder directement, de leur initiative ou de celle du professionnel, le sujet. La relation individuelle, confidentielle, protégée du regard des autres jeunes, peut d’ailleurs être facilitatrice. Comme l’explique dans un entretien individuel Céline, éducatrice, certains garçons osent poser des questions qui risqueraient d’ébranler leur image de la masculinité adolescente si elles étaient abordées devant les pairs de la structure :

[Leurs questions renvoient] plus au doute au niveau des sentiments, du regard des autres copains. C’est : « Ah beh, [cette fille] m’envoie 10 textos par jour. Est-ce que ça te paraît trop ? Est-ce qu’elle est chiante ou pas ? ». [Ils me demandent] ce qui est de la norme et ce qui l’est pas (Céline, éducatrice).

33Des situations problématiques peuvent amener certaines filles ou certains garçons à briser les frontières de leur « jardin secret ». Il s’agit le plus souvent de situations d’urgence, faisant suite par exemple à une prise de risque (lorsqu’une relation est exposée et connue de tous, tandis qu’elle est proscrite par l’entourage familial), à un rapport sexuel non / mal protégé (absence ou craquage de préservatif, et plus fréquemment retrait mal contrôlé), ou encore la survenue d’une grossesse (qu’elle soit désirée ou non). Les professionnels de la PJJ sont alors sollicités en tant qu’intermédiaires avec le monde adulte et le monde institutionnel, pour orienter les jeunes vers les structures et interlocuteurs adéquats.

34Les questions des jeunes sur la sexualité peuvent survenir d’une autre façon, plus ponctuellement, notamment dans le cadre d’ateliers collectifs de prévention, animés par des associations spécialisées. Les éducateurs assistent aux séances et peuvent alors reconsidérer leur propre projet éducatif, au vu des échanges qui ont lieu.

35Un clivage s’opère au sein des équipes entre des professionnels qui reconnaissent évoquer la sexualité, de leur propre initiative ou de celle des jeunes, et ceux qui refusent de le faire. Les premiers sont surtout les professionnels nouvellement arrivés dans l’institution et les plus jeunes, généralement des femmes, davantage sensibilisés que leurs aînés ; un conseiller technique santé parle en entretien d’ouverture d’esprit chez des professionnels pas formatés par la PJJ comme cela existait il y a quelques années. Les seconds sont davantage dans l’attente de se trouver dans la situation particulière avec le jeune pour traiter de la sexualité, et par extension de la santé. Ces questions sont abordées de manière ponctuelle, le plus souvent à l’initiative directe ou indirecte du jeune, et noyées dans les maux du quotidien (des douleurs dentaires, de l’absence de lunettes, de malnutrition, de problèmes vestimentaires). Les professionnels qui acceptent ces questionnements en tant que tels rapportent des signaux émis de manière détournée, tels par exemple que demander régulièrement des préservatifs, interprété comme une invitation à vouloir aborder la question de leur vie affective et/ou sexuelle. Ce n’est qu’à ce titre de l’intervention dans le champ de l’hygiène du corps, de l’hygiène de vie, du bien-être général que, pour un éducateur ou un professeur technique, la question devient acceptable, sinon légitime. La condition unique sous-jacente suppose que l’enjeu non réglé puisse à terme constituer un obstacle à la prise en charge éducative. Être en bonne santé est en effet présenté par une grande partie des personnels enquêtés comme un préalable à l’insertion sociale et professionnelle, ainsi que l’explique Philippe rapportant le cas d’un jeune concerné par des problèmes d’acné. S’il a bien voulu effectuer les démarches nécessaires pour l’orienter et l’accompagner vers le professionnel spécialiste, il considère néanmoins que cette dimension ne relève pas de sa mission principale d’éducateur : l’insertion.

ça, c’est un travail supplémentaire. […] C’est du temps en moins dans des recherches de partenaires, du temps en moins auprès des jeunes qu’on pourrait voir deux fois la semaine au lieu d’une fois. Et puis peut-être que si on n’avait pas tout ça, au lieu d’en prendre cinq, je pourrais en prendre six, avoir un jeune supplémentaire, parce que c’est quand même mon objectif, de les sortir de là-dedans (Philippe, éducateur).

1) Un partage genré des compétences

36Les pratiques développées par les professionnels sur la vie affective et sexuelle des jeunes s’inscrivent dans une approche générale qui perpétue des stéréotypes de genre, alors que le champ du travail social s’est historiquement construit comme un secteur majoritairement féminin (Bessin, 2009). Malgré des discours théoriques à résonance égalitariste en termes de rôles sociaux attribués aux hommes comme aux femmes, les propos d’une partie importante des professionnels rencontrés renvoient à l’idée que les filles seraient du côté des sentiments et les garçons du côté de l'action et de la performance sexuelle, et cela, dans une perspective différentialiste et complémentaire (Bessin, 2013 ; Jeannet et al., 2015).

C’est difficile de leur faire comprendre qu’il faut respecter les femmes. Que dans la vie, une fille a besoin de câlins, de douceur… aussi qu’elle a besoin de temps. Que ça fonctionne pas pareil une fille et un garçon ! (Marie, éducatrice).

37Ici, l’égalité des sexes est abordée conjointement à une conception différentielle des sexes. Pourtant, la naturalisation des comportements individuels par une étiologie des différences biologiques, psychiques et physiques entre les sexes contribue à enfermer les filles et les garçons dans des comportements sociaux conformes à leur sexe attendus.

38Ce discours des professionnels intervient alors même que leurs pratiques professionnelles révèlent une répartition genrée des compétences, en fonction des champs d’activité notamment, qui n’est pas sans rappeler une distinction de ce type entre ce qui relèverait du privé (et pris en charge par les professionnelles) et du public (compétence des professionnels masculins) (Bessin, 2013). Les questions de santé et de sexualité sont particulièrement investies par les femmes, pour preuve la surreprésentation féminine au poste de référent santé au sein des équipes. Certaines en justifient le constat de la sorte :

C’est pas qu’on n’a pas souhaité, c’est qu’il y a personne qui s’est intéressé à ça niveau masculin. Mais je pense qu’il y a une gêne de leur part aussi qui n’est pas évidente. C’est bizarre, mais c’est comme ça. Je pense que nous, les filles, on est habitué très jeunes à en parler, et que c’est un sujet comme un autre (Agnès, professeure technique, référente santé).

39La déconstruction de cette répartition par autocritique demeure cependant une exception. Cette aptitude minoritaire provient de professionnelles ayant une appétence pour le sujet santé, et par extension sexualité, ayant par le passé porté des projets dans le champ de la santé, et étant désormais référente santé. En revanche, la plupart des discours des autres professionnels dépassent difficilement cette répartition des rôles institués, induisant que les professionnelles seraient naturellement tournées vers la gestion des questions de sexualité de par leur « nature maternante ». D’après Gwenaëlle, en matière de sexualité, elles seraient également plus portées à parler des sentiments alors que leurs collègues masculins seraient naturellement moins à l’aise, et plutôt là pour évoquer le côté technique de la sexualité.

Peut-être que comme je suis une femme, avec les jeunes filles, c’est plus facile. Les garçons vont pas forcément m’en parler spontanément. […] Mes collègues [hommes] vont l’aborder différemment. Moi, je vais plutôt l’aborder sur le côté sentiments, respect, pas forcément sur la mécanique, même si à un moment donné, on va en parler de la différence des hommes et des femmes dans le rapport sexuel (Gwenaëlle, éducatrice).

40Les catégories de genre fonctionnent donc aussi comme une plus-value professionnelle. Il convient de noter qu’à aucun moment de l’enquête, l’identité sexuée des éducateurs ne fut présentée comme une variable déterminante de la prise en charge des jeunes en général tandis qu’elle le fut quasi systématiquement pour la prise en charge des questions de santé en particulier, et plus encore pour les questions liées à la sexualité. À travers les divers entretiens menés, il apparaît que les éducatrices font preuve d’une incorporation des stéréotypes de genre, où l’écoute et l’empathie s’opposent à la virilité et à l’action (Cardi, 2009). Parler de santé ou de sexualité devient une compétence d’autant plus genrée que la mobilisation de l’identité sexuelle comme compétence professionnelle serait bel et bien une manière de reconstruire a posteriori la légitimité d’un pouvoir massivement investi dans cette spécialité (Guyard, 2008). Le fait d’être une femme présenterait enfin l’avantage non négligeable, aux yeux de l’institution, de retirer toute ambiguïté sexuelle liée à la relation éducateur/jeune, un risque que la présence d’un homme introduirait malgré lui.

41Dans les équipes éducatives de la PJJ, femmes et hommes mettent ainsi en place toute une série d’accommodements de genre qui peu à peu prennent la forme d’une spécialisation sexuée (Fortino, 2009). Par exemple, les éducateurs se déchargent volontiers sur leurs collègues féminines des activités d’écoute, de soutien, d’attention au corps… et, à l’inverse, les femmes se déchargent pour partie des activités physiques et des conflits sur leurs collègues masculins. La répartition genrée des missions des professionnels en matière de santé n’est pas sans conséquence sur la manière dont ils anticipent leurs relations avec les jeunes. On le voit dans les propos des jeunes enquêtés qui révèlent une forte tendance à citer davantage des éducatrices que des éducateurs parmi les professionnels avec lesquels ils peuvent évoquer leur vie affective et sexuelle. S’ils n’entendent pas se confier à leur éducatrice, ils font prévaloir une raison liée au métier plutôt qu’au sexe : l’objectif reste avant tout de se couper de l’environnement de la prise en charge, d’y cloisonner de façon étanche motifs de la prise en charge institutionnelle et vie affective et sexuelle.

2) Discours normatifs et encadrement des comportements juvéniles

42Dans ce contexte, les professionnels, et plus spécifiquement les éducateurs, développent une approche particulière de la sexualité – un sujet difficile à aborder rappelle Philippe, éducateur – qui leur permet de conserver, voire de renforcer, une certaine distance institutionnelle. Ils reconnaissent que c’est tout un autre « travail » sur l’infraction, le rapport à soi, au corps, aux rôles masculins et féminins, au respect de l’autre, à l’interdit, aux fantasmes qu’il faudrait mettre en place, alors que beaucoup gardent l’image d’une sexualité des jeunes violente, complexe, faite d’attitudes et de pratiques répréhensibles.

Dans votre enquête, vous voyez les plus cool en quelque sorte, les autres, ils sont là pour des histoires vraiment violentes, des histoires où la sexualité, c’est violent ! C’est quand même une grande partie d’entre eux où la sexualité c’est violent (Jacques, infirmier, conseiller technique santé).

43En mettant l’accent sur les violences, à la fois commises et subies, dans la sexualité des jeunes, l’intervention institutionnelle est légitimée afin de rappeler aux jeunes ce qu’ils ne peuvent et ne doivent pas faire. Au sein même de leurs pratiques éducatives, c’est la lecture légaliste qui prime alors dans les discussions. D’après les éducateurs, les jeunes ne sont pas toujours en mesure de distinguer le bien du mal, notamment sur le volet sexualité. Les éducateurs produisent alors un discours sur ce qui est « bien » pour un jeune garçon et une jeune fille en matière de sexualité, autrement dit le respect de la loi et la responsabilité de chacun face à ses actes. De ce discours, découle une distinction claire entre un « eux » (les jeunes à risque, en difficulté, n’ayant pas encore accédé à l’autonomie) et un « nous autres » (les adultes, les professionnels, les experts). La posture d’entrepreneurs de morale (Becker, 1985 [1963]) est parfaitement assumée ; ils savent ce qui est bon pour les jeunes et ils tirent de ce savoir leur légitimité pour transmettre les normes sociales et juridiques. La mission des professionnels trouve sur ce point tout son sens dans le cadre rassurant de la mesure pénale.

C’est peut-être moi, mais c’est pour qu’il n’y ait pas trop de proximité qui se crée aussi. […] C’est un peu le problème de nos missions à un moment donné : ce n’est pas très défini, donc on fait un peu tout, mais non, on ne peut pas tout faire. Et ce cadre pénal, c’est un confort justement pour borner notre intervention (Céline, éducatrice, référente santé).

  • 15 Les violences sexuelles subies concernaient 6% des garçons et 41% des filles de l’enquête de 2004 ( (...)

44Cette pratique s’inscrit dans une idéologie plus globale de la PJJ selon laquelle les jeunes condamnés au pénal par la justice des mineurs seraient d’abord et avant tout des « victimes » de leur entourage, du contexte dans lequel ils ont grandi. Une large partie des professionnels rencontrés n'est pas sans méconnaître l'éventualité d'actes de violences sexuelles subis par les jeunes dont ils assurent le suivi, que les faits soient inscrits ou non dans leur dossier15. Mais, parallèlement, cela ne les conduit pas pour autant à chercher à devoir les responsabiliser selon le modèle pédagogique en vigueur depuis plus d’une dizaine d’années (Youf, 2009 ; Chantraine, Sallée, 2013). Ils assument le bien-fondé d’une certaine forme de domestication des comportements jugés « à risque », en partant non pas du sens que les jeunes donneraient à leurs conduites, mais des conduites qu’ils pourraient avoir : une sexualité hétérosexuelle, épisodique, non violente, protégée (par l’usage du préservatif et d’un contraceptif féminin), basée sur un principe de complémentarité des rôles sociaux attendus des partenaires respectifs (aux garçons de se montrer entreprenants sans être insistants, aux filles d’être entreprises sans trop accepter facilement).

45Des travaux antérieurs ont montré qu’une attitude moralisatrice éloigne pourtant bien souvent les jeunes des pratiques contraceptives et des professionnels médicaux (Durand, 2002). Ainsi l’enjeu, reste d’éduquer les garçons à l’égalité entre les sexes, alors même que les pratiques des professionnels de la prise en charge des questions de santé ne prennent en compte qu’en partie ce postulat. Et dans le même temps, il s’agit d’amener les filles à contrôler l’image qu’elles renvoient d’elles-mêmes et à contrôler leur sexualité : car dans les discours, c’est bien aux filles qu’incombe toujours la responsabilité de la parentalité et le contrôle de la fécondité. Ce contrôle sexué de la sexualité se situe finalement dans la continuité de celui observé dans des structures de la protection de l’enfance où s’exerce un contrôle de la sexualité des filles habituellement exercé par les parents (Fréchon, Boujut, 2009). Les mises en récits des jeunes et des professionnels se confortent les uns les autres : ils montrent combien la reproduction est largement associée au genre féminin sans réciprocité dans la paternité, les garçons étant pour la plupart exclus de toute question relative à leur éventuel désir de paternité.

Conclusion

46Dans ce contexte d’évolution institutionnelle (avec le recentrage au pénal de la PJJ et l’importance du champ de la santé dans les prises en charge), la question de la sexualité devient un révélateur des enjeux qui traversent l’institution PJJ. Ses professionnels doivent apprendre à y composer avec un nouveau cadre qui (re)place notamment les questions de la santé au cœur des missions (avec la démarche institutionnelle « PJJ Promotrice de santé »). L’aspiration à une certaine « démédicalisation » des questions de sexualité et de santé globale, entendue comme tout ce qui a trait au bien-être de l’individu pour lequel les professionnels (hors professionnels médicaux), contribue à cette mutation. Dans le même temps, on constate une tendance à réinvestir des enjeux spécifiques autour du sommeil, de l’alimentation ou encore de la sexualité dans le champ de la santé et de la prévention, avec cet objectif hygiéniste de permettre aux jeunes d’adopter des conduites saines ou bonnes pour eux (Peretti-Watel, 2004). Si les résistances sont nombreuses, les pratiques révèlent cependant que les professionnels s’y confrontent de facto dans le quotidien des prises en charge. La prise en compte de la sexualité des jeunes est avant tout régie par une suite de négociations entre acteurs aux intérêts parfois divergents, obligés d’élaborer des compromis et des arrangements (Vuattoux, 2011 ; Chantraine, Sallée, 2013 ; Bailleau, Milburn, 2014). Ceci se traduit par une oscillation permanente entre plusieurs registres lorsqu’il s’agit de la sexualité des mineurs : pratiques éducatives, pratiques de soins et de contrôle.

47Ces trois dimensions se retrouvent finalement à travers le discours hygiéniste et légaliste que les professionnels développent en matière de sexualité. Il leur garantit une réelle prise de distance vis-à-vis des questions pratiques et identitaires liées aux enjeux de la sexualité des jeunes. S’ils rejettent a priori les pratiques de soins considérées comme ne relevant pas de leur champ de compétences, ils n’hésitent cependant pas à se cacher derrière un discours de type hygiéniste révélateur de leur propension à médicaliser les questions liées à la sexualité. Ce cadre hygiéniste contribue à justifier l’approche par ses dimensions techniques et une lecture par les risques, tenant à bonne distance les aspects relationnels inhérents à la vie affective et sexuelle, pourtant au cœur des questionnements des jeunes. Cette mise à distance est par ailleurs renforcée par le cadre pénal qui impacte la relation établie entre les professionnels et les jeunes : la lecture légaliste de la sexualité parfois mise en œuvre par les éducateurs correspond sans doute aussi à leur perception de l’environnement social et affectif des jeunes, environnement dont les jeunes seraient à la fois victimes et responsables (puisqu’on les imagine reproduire un rapport violent à la sexualité, ce qui constitue même parfois le motif de leur mesure judiciaire).

48Ce difficile positionnement des professionnels et l’injection dans leurs interventions de discours relativement normatifs donnent lieu à deux visions opposées de la vie affective et sexuelle dans les unités de la PJJ. Les professionnels se réfèrent à une vision conjugalisée, hétéronormative et égalitaire du couple, quand les jeunes se réfèrent à une réalité qui est la leur (ou celle de leurs amis) : hétérosexiste, composée de relations affectives et sexuelles variées – durables ou non – où la domination masculine au sein de la relation prédomine dans la plupart de leurs discours, confortés par les quelques filles rencontrées dans le cadre de cette enquête.

49La sexualité représente pour les uns comme pour les autres une « épreuve » à surmonter dans le quotidien de la prise en charge : pour les jeunes, il s’agit de repousser ce qui relève de leur sphère intime hors de portée de l’institution et de son regard normatif ; pour les professionnels, l’enjeu est de la contenir éloignée des interventions autant que possible sans la repousser quand la demande en est explicite.

50Cette enquête amène finalement à interroger d’une manière plus générale les pratiques et normes dans les démarches de prévention mises en place par les professionnels de la PJJ (ou auxquelles ils assistent parfois malgré eux). Il en ressort que la valorisation de l’estime de soi des jeunes paraît un préalable nécessaire à toute intervention sur les registres de leur vie affective et sexuelle. Il conviendrait donc de tenter de dissoudre préalablement le stigmate du cas social encore trop souvent mobilisé par les jeunes pour parler d’eux-mêmes.

Haut de page

Bibliographie

Bailleau F., Cartuyvels Y. (dir.), 2002, La Justice pénale des mineurs en Europe, Déviance et Société, 26, 3, numéro spécial.

Bailleau F., Milburn P., 2014, Éduquer les mineurs en milieu carcéral en France. Innovations institutionnelles et tensions professionnelles, Déviance et Société, 38, 133-156.

Bajos N., Bozon M. (dir), 2008, Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte.

Bajos N., Ferrand M., 2001, L’avortement à l’âge de raison, Mouvements, 17, 99-105 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-mouvements-2001-4-page-99.htm].

Bantigny L., 2007, Le plus bel âge ? – Jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard.

Bantigny L., Jablonka I., 2009, Jeunesse oblige. Une histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe siècles, Paris, Presses Universitaires de France.

Becker H., 1985 [1963], Outsiders. Étude de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bessin M., 2009, La division sexuée du travail social, Informations Sociales, 2, 152, 70-73 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2009-2-page-70.htm].

Bessin M., 2013, Quand la mixité ne suffit pas : où en est l'introduction du genre dans le travail social ?, Les Cahiers Dynamiques, 1, 58, 22-30 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-dynamiques-2013-1-page-22.htm].

Blanchard V., 2008, Les filles “perdues” sont-elles amendables ?, Revue d’histoire de l’enfance “irrégulière” », n°10 (en ligne) [https://rhei.revues.org/2878].

Blanchard V., Révenin R., Yvorel J.-J. (dir.), 2010, Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (XIXe-XXe siècles), Paris, Autrement.

Bourdieu P., 1998, La domination masculine, Paris, Seuil.

Bozon M., 2010, « Préface », in Blanchard V., Révenin R., Yvorel J.-J. (dir.), 2010, Les jeunes et la sexualité. Initiations, interdits, identités (XIXe-XXe siècles), Paris, Autrement, 4-11.

Bozon M., 2012, Autonomie sexuelle des jeunes et panique morale des adultes. Le garçon sans frein et la fille responsable, Agora débats/jeunesses, 60, 121-134 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2012-1-page-121.htm ].

Cardi C., 2009, Le féminin maternel ou la question du traitement pénal des femmes, Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, 128, 75-86.

Cardi C., Pruvost G., 2011, (coord.), « Le contrôle social des femmes violentes », Champ Pénal, vol VIII (en ligne) [https://champpenal.revues.org/7735].

Chantraine G., Sallée N., 2013, « Éduquer et punir » Travail éducatif, sécurité et discipline en établissement pénitentiaire pour mineurs, Revue française de sociologie, 3, 54, 437-464.

Chantraine G., Cliquennois G., Franssen A., Salle G., Sallée N., Scheer D., 2011, Les prisons pour mineurs. Controverses sociales, pratiques professionnelles, expériences de réclusion, Rapport de recherche pour la mission de recherche Droit et Justice, Clersé (en ligne) [http://www.gip-recherche-justice.fr/wp-content/uploads/2014/07/08-41-RF.pdf].

Choquet M., Hassler C., Morin D. (et al.), 2005, Santé des 14-20 ans de la Protection judiciaire de la jeunesse (secteur public). Sept ans après, rapport INSERM (en ligne) [www.inserm.fr/content/download/1433/.../file/choquet_santé_14_20ans_102005.pdf].

Choquet M., Ledoux S., Hassler C., Paré C., 1998, Adolescents (14-21 ans) de la protection judiciaire de la jeunesse et santé, Inserm, Rapport public, La Documentation Française (en ligne) [http://www.ladocumentationfrancaise.fr/var/storage/rapports-publics/004001254.pdf].

Clair I., 2008, Les jeunes et l’amour dans les cités, Paris, Armand Colin.

Clair I., 2012, Le pédé, la pute et l’ordre hétérosexuel, Agora débats/jeunesses, 60, 67-78.

Clair I., Descoutures V., 2009, Filles et garçons d’un quartier populaire parisien, CRESPPA-GTM, CNRS – Ville de Paris.

Darmon M., 2008, La notion de carrière : un instrument interactionniste d’objectivation, Politix, 82, 2, 149-167.

Deviehle E., 2013, Représentations du genre et des sexualités dans les méthodes d’éducation à la sexualité élaborées en France et en Suède, Thèse de doctorat, Université de Caen (en ligne) [https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-00974344/document].

Durand N., 2002, Contraception et IVG chez les jeunes femmes, in Bajos N., Ferrand M. (dir.), 2002, Sociologie des grossesses non prévues, Paris, INSERM éditions, 249-302.

Duru-Bellat M., 2010, Ce que la mixité fait aux élèves, Revue de l’OFCE, 114, 197-212.

Fortino S., 2009, Mixité au travail, genre et conditions de travail : la construction sociale d’un processus, in Chappert F. (coord.), Genre et conditions de travail, Études et documents, Lyon, ANACT, 24-43 (en ligne) [http://www.npdc.aract.fr/IMG/pdf/ETUDETDOCGENRE.pdf].

Fréchon I., Boujut S., 2009, Inégalités de genre en protection de l’enfance, Revue de droit sanitaire et social, 6, 1003-1015.

Fréchon I., Robette N., 2013, Les trajectoires de prise en charge par l’Aide sociale à l’enfance des jeunes ayant vécu un placement, Revue française des affaires sociales, 1-2, 122-143.

Gelly M., 2013, Les inégalités sociales, objet invisible pour l'éducation sexuelle ? Enquête ethnographique sur l'éducation sexuelle dans les collèges, Sciences sociales et santé, 4, 31, 73-96.

Goffman E., 1991 [1974], Les rites d’interactions, Paris, Les éditions de Minuit.

Guionnet C., Neveu É., 2004, Féminin/Masculin. Sociologie du genre, Paris, Armand Colin.

Guyard L., 2008, La médicalisation contemporaine du corps féminin : le cas de la consultation gynécologique, Thèse de doctorat en sociologie, Université Paris X Nanterre, IRIS.

Hamel C., 2002, entretien par Simon Patrick, Construction et pratiques de la sexualité des garçons d'origine maghrébine en quartier populaire, Mouvements, 2, 20, 57-65.

Hamel C., 2003, Faire tourner les meufs. Les viols collectifs : discours des médias et des agresseurs, Gradhiva, 33, 85-92.

Jamet L., 2010, Les mesures de placement de mineurs « délinquants » : entre logiques institutionnelles et stigmatisation du public, Sociétés et jeunesses en difficulté, 9 (en ligne) [https://sejed.revues.org/6689].

Jeannet M., Tournier P. V. (dir.), 2015, Genre et travail social, Le sociographe, 1, 49 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-le-sociographe-2015-1-page-7.htm].

Knibiehler Y., Bernos M., Ravoux-Rallo E., Richard E., 1983, De la pucelle à la midinette. Les jeunes filles de l’âge classique à nos jours, Paris, Messidor.

Lavoyer F., Marchand-Buttin F., Pâme P., Quintino N., Drouet P., Dewallers V., 2014, La synergie entre démarche qualité et promotion de la santé : l’exemple de la protection judiciaire de la jeunesse d’Île-de-France/Outre-Mer, Santé publique, 3, 26, 297-306 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-sante-publique-2014-3-page-297.htm].

Le Mat A., 2014, L’homosexualité, une question difficile. Distinction et hiérarchisation des sexualités dans l’éducation sexuelle en milieu scolaire, Genre, sexualité & société, 11 (en ligne) [http://gss.revues.org/3144].

Le Van C., Ferrand M., Levinson S., 2008, L’absence d’activité sexuelle : une singularité plurielle, in Bajos N., Bozon M. (dir.), Enquête sur la sexualité en France. Pratiques, genre et santé, Paris, La Découverte, 333-355.

Messerschmidt J.W., 1999, Making bodies matter: adolescent masculinities, the body and varieties of violence, Theoretical Criminology, 3, 2, 197-220 (en ligne) [http://tcr.sagepub.com/content/3/2/197.short].

Mucchielli L., (dir.), 2014, La délinquance des jeunes, Paris, La Documentation française.

Peretti-Watel P., 2002, Les “conduites à risque” des jeunes : défi, myopie, ou déni ?, Agora débats/jeunesses, 27, 16-33 (en ligne) [http://www.persee.fr/doc/agora_1268-5666_2002_num_27_1_1994].

Peretti-Watel P., 2004, Du recours au paradigme épidémiologique pour l'étude des conduites à risque, Revue française de sociologie, 45, 1, 103-132 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-francaise-de-sociologie-2004-1-page-103.htm].

Peretti-Watel P., 2010, Morale, stigmate et prévention. La prévention des conduites à risque juvéniles, Agora débats/jeunesses, 56, 3, 73-85 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2010-3-page-73.htm].

Perrot M., 2001, Les ombres de l’histoire. Crime et châtiment au XIXe siècle, Paris, Flammarion.

Pierre E., Niget D., 2002, Filles et garçons devant le tribunal des enfants et adolescents d’Angers de 1914 à 1940 : un traitement différencié, in Bard C., Chavaud F., Perrot M., Petit J.-G. (dir.), Femmes et justice pénale, XIXe-XXe siècles, Rennes, PUR, 327-337.

Révenin R., 2015, Une histoire des garçons et des filles. Amour, genre et sexualité dans la France d’après-guerre, Paris, Vendémiaire.

Robin P., 2010, Comment les adolescents appréhendent-ils l'évaluation de leur situation familiale en protection de l'enfance ?, Informations sociales, 4, 160, 134-140 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-informations-sociales-2010-4-page-134.htm].

Robin P., Séverac N., 2013, Parcours de vie et récits biographiques des enfants de la protection de l'enfance : des récits performatifs ?, Recherches Familiales, 10, 91-102.

Rubi S., 2003, Les comportements « déviants » des adolescentes des quartiers populaires : être « crapuleuse », pourquoi et comment ?, Travail, genre et sociétés, 1, 9, 39-70 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2003-1-page-39.htm].

Rubi S., 2005, Les « Crapuleuses », ces adolescentes déviantes, Paris, PUF.

Rubi S., 2015, Des filles pires que les garçons ? Répartition sexuée des faits de violence et des réponses institutionnelles, International Journal of Violence and Schools, 16, 6-38 (en ligne) [http://www.ijvs.org/files/Revue-16/1-Rubi-S-.pdf].

Sallée N., 2010, Les éducateurs de la Protection judiciaire de la jeunesse à l’épreuve de l’évolution du traitement pénal des jeunes délinquants, Champ pénal, VII (en ligne) [https://champpenal.revues.org/7756].

Sallée N., 2013, Que faire de l'autorité ? Des éducateurs en centre éducatif fermé, Agora débats/jeunesse, 64, 105-119.

Sallée N., 2014, Les mineurs délinquants sous éducation contrainte. Responsabilisation, discipline et retour de l’utopie républicaine dans la justice française des mineurs, Déviance et Société, 38, 1, 77-101.

Singly F. de, 2006, Les adonaissants, Paris, Armand Colin.

Solini L., Neyrand G., 2011, Survirilisation des pratiques sportives en établissement pénitentiaire pour mineurs. Une remise en cause du principe de mixité, Agora Débats/Jeunesses, 59, 107-119 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-agora-debats-jeunesses-2011-3-page-107.htm].

Tétard F., 1993, “Sauver notre jeunesse, soigner nos adolescents…” Développement des politiques de moralisation et de pédagogie curative dans les années 50, in Tursz A. Souteyrand Y., Salmi R. (dir.), Adolescence et risque, Paris, Syros, 203-213.

Vuattoux A., 2011, « Ici, tout le monde est un peu éducateur ! ». Travail éducatif et pratiques de soin en centre éducatif fermé, Les Cahiers Dynamiques, 52, 54-60 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-dynamiques-2011-3-p-54.htm].

Vuattoux A., 2014, Adolescents, adolescentes face à la justice pénale, Genèses, 4, 97, 47-66.

Vuattoux A., 2016, Genre et rapports de pouvoir dans l'institution judiciaire. Enquête sur le traitement institutionnel des déviances adolescentes par la justice civile et pénale dans la France contemporaine, Thèse, Université Paris 13 – IRIS.

Youf D., 2009, Éduquer au pénal, Les cahiers dynamiques, 45, 3, 16-22 (en ligne) [https://www.cairn.info/revue-les-cahiers-dynamiques-2009-3-page-16.htm].

Haut de page

Notes

1 Pour faciliter la lecture de l’article, la forme non marquée (c'est-à-dire le masculin singulier) est utilisée sans discrimination et renvoie aussi bien à des femmes qu'à des hommes.

2 Si la jeunesse n’est pourtant pas un « état », et si nous convenons de l’hétérogénéité qui compose cette tranche d’âge, y compris parmi les jeunes pris en charge par la PJJ, nous utiliserons ici indifféremment les termes « adolescents », « jeunes » et « mineurs », mais aussi « filles » et « garçons » pour parler des jeunes rencontrés dans cette enquête.

3 Voir en 2016 les rapports du Haut conseil à la santé publique et du Haut conseil à l’égalité, respectivement sur la santé sexuelle et sur l’éducation à la sexualité ; et les travaux récents en sociologie (Gelly, 2013 ; Le Mat, 2014 ; Deviehle, 2013).

4 Voir notamment la thèse d’Arthur Vuattoux (2016).

5 Il s’agit ici d’une estimation basée sur les déclarations des jeunes interviewés. Le protocole d’enquête ne prévoyant pas la consultation des dossiers administratifs des jeunes, cette information n’a pas été confirmée par l’institution.

6 Préalable à la sélection des jeunes et condition stricte d’accès au terrain par la PJJ, pour ne pas entrer en conflit avec les enquêtes judiciaires ou jugements en cours.

7 Les prénoms de tous les enquêtés ainsi que les territoires d’enquête ont été anonymisés.

8 La question de la vie affective et sexuelle est abordée à travers le prisme de la santé au cours de la formation initiale des éducateurs, mais de manière ponctuelle et secondaire dans les modules de formation complémentaires, notamment à partir de l’entrée sur les « violences sexuelles » / « agresseurs sexuels ».

9 Ils bénéficient à ce titre de formations spécifiques à la méthodologie de projets animées par les Instances régionales d’éducation et de promotion de la santé (IREPS). La fonction repose sur la base du volontariat et vient en sus des missions premières exercées par les professionnels.

10 La situation d’enquête n’est pas à minorer dans cette mise en scène du palmarès sexuel : les entretiens ont été menés par deux femmes plus âgées, intellectuelles parisiennes, accordant à l’enquêté un intérêt particulier durant une à deux heures. Nous nous sommes interrogées sur cette mise en scène d’une sexualité très active en tant que marqueur de capital sexuel, ou en tant que forme de valorisation dans un contexte de disqualification (milieu social , stigmate de délinquant, « infériorité » scolaire, etc.) (outre leur placement judiciaire, en terme d’origines sociales et de parcours scolaire notamment).

11 Pour rappel, pour des raisons d’accès au terrain, et pour ne pas interférer avec l’instruction en cours, les jeunes pas encore condamnés n’ont pas été enquêtés. Pour autant, ils font partie intégrante d’une enquête en cours menée par les auteures sur la sexualité des mineur(e)s détenu(e)s (en mandat de dépôt ou condamnés) pour comprendre ce que vise cette exceptionnalité, et les sous-entendus des jeunes et des divers professionnels dans cette acception, afin de comprendre au mieux la distinction entre le normal et l’inattendu, l’acceptable et l’inconcevable (Rubi, 2015).

12 L’acceptation à participer à une enquête sociologique sur la santé et la sexualité à l’adolescence menée par des personnes extérieures à l’institution judiciaire et à l’interrégion enquêtée, n’évoquant pas les raisons de la prise en charge au pénal par la PJJ, a semble-t-il facilité le déroulement des entretiens. Le fait de ne pas interroger directement les pratiques sexuelles en tant que telles, mais davantage la vie affective et sexuelle a également été un argument important facilitant l’acceptation et le déroulement des entretiens.

13 Lancée en 2013 par la DPJJ, la démarche « PJJ promotrice de santé » vise à réactiver la prise en compte des questions de santé dans la démarche éducative de la PJJ et à valoriser leur intervention comme utile dans les parcours de santé des mineurs.

14 Le référentiel métier « éducateur PJJ » précise les contours des trois compétences attendues :1- préparer la prise en charge du jeune ; 2- assurer le suivi avec les magistrats ; 3- contribuer à l’action éducative. Le point 3.7 est plus explicite sur ces missions : l’éducateur doit être capable d’aider le mineur, en l’accompagnant si besoin est, dans toutes ses démarches scolaires, d’insertion sociale et professionnelle, de soins ; et le point 3-11 précise : (…) mettre en œuvre et/ou participer à des actions de prévention. Ce qui se traduit dans le document en aptitudes à « connaître et faire appliquer les mesures d’hygiène et de sécurité (document en ligne [http://www.justice.gouv.fr/art_pix/referentielrh.pdf], mise à jour 2013).

15 Les violences sexuelles subies concernaient 6% des garçons et 41% des filles de l’enquête de 2004 (Choquet et al., 2005).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaëlle Amsellem-Mainguy et Marie Dumollard, « Dits et non-dits sur la sexualité dans la relation entre jeunes et professionnels de la Protection Judiciaire de la Jeunesse », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 03 octobre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9379 ; DOI : 10.4000/champpenal.9379

Haut de page

Auteurs

Yaëlle Amsellem-Mainguy

Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire. Contact : amsellem.mainguy@injep.fr

Marie Dumollard

École nationale d’administration publique (Montréal). Contact : marie.dumollard@enap.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org