Navigation – Plan du site
Dossier : Sexualité et institutions pénales

L’expérience carcérale religieuse des pointeurs, ou la recherche du salut

Rachel Sarg

Résumés

Cet article analyse la place spécifique de la religion en tant que ressource permettant de contourner les stigmates carcéraux à la fois sur le plan spatial et identitaire. Il définit les hiérarchies carcérales au prisme de la religion et montre comment la fréquentation de l’aumônerie chrétienne offre d’une part, la possibilité de créer un espace protégé et d’autre part, de mobiliser des croyances à des fins de réhabilitation individuelle.

Haut de page

Texte intégral

L’auteur tient à remercier les évaluateurs, le comité de rédaction et les coordinateurs du dossier pour leurs conseils et commentaires constructifs qui ont contribué à améliorer cet article.

Introduction

  • 1 La virilité est appréhendée ici par les attributs sociaux associés aux hommes et au masculin : la f (...)
  • 2 Cette expression utilisée par Maurice Godelier (1982) dans son étude des Baruyas en Nouvelle-Guinée (...)

1L’incarcération constitue une situation sociale particulière d’un point de vue identitaire dans laquelle les individus se confrontent à de nouveaux modèles de sens et d’identifications marqués par des modes d’organisation sociale propre au milieu carcéral. L’enfermement entraîne la stigmatisation de la personne comme délinquante, un changement intervient alors dans la manière dont elle se perçoit, dont elle est perçue par les autres et dans la façon dont elle est traitée (Rostaing, 2006, 39). Dans chaque établissement, des groupes se forment, se défont ; des espaces se créent, se restreignent ; des relations s’organisent à partir de catégorisations et d’assignations identitaires spécifiques. Ces dernières sont souvent liées à la place de chacun dans l’espace et le temps carcéral et dépendent des catégories pénales fondées sur le délit, le statut, l’ancienneté, la réputation, la relation avec le personnel pénitentiaire, la position dans la hiérarchie carcérale ou encore la capacité à maîtriser le fonctionnement de l’univers carcéral. À cela s’ajoute un certain nombre de catégories fondées sur des critères indépendants de la prison comme la réputation à l’extérieur. Mais dans de nombreux cas et notamment dans l’analyse des pratiques religieuses, ces critères ne font qu’alimenter une opposition importante entre d’une part, les détenus virils1, les « grands hommes2 » et d’autre part, les faibles. Ces derniers sont communément qualifiés par le terme de pointeurs qui désigne les personnes incarcérées pour des infractions à caractère sexuel. Mais, plus généralement, la figure du pointeur, terme générique, s’étend à tout homme qui s’attaque à plus faible que lui : femmes, enfants, et vieillards, familiers ou non, qu’il se contente de les frapper, les viole ou les tue (Le Caisne, 2000, 107). Les pointeurs constituent une catégorie carcérale souvent sujette au rejet, voire aux maltraitances des autres détenus (Welzer-Lang et al. 1996 ; Cardon, 1999, 2002 ; Le Caisne, 2000).

2Ma contribution repose sur une recherche réalisée sur les croyances et les pratiques religieuses des détenus dans trois établissements pénitentiaires de la région Nord–Est. Si le focus sur l’organisation et l’investissement du religieux a permis de mettre en lumière les processus sociologiques qui sous-tendent l'adhésion et la mobilisation des ressources religieuses dans ce contexte (Sarg, 2014), cet objet d’étude a également révélé la prégnance du poids des hiérarchies carcérales dans ces établissements. De nombreux résultats dans notre enquête illustrent la situation particulière des pointeurs soumis au rejet ou à la mise à distance des autres détenus et parfois même du personnel pénitentiaire. Comme le montre mon étude, selon les représentations communément partagées en prison, ces hommes posséderaient un profil type permettant aux autres détenus de les identifier facilement : ils sont souvent plus âgés que la moyenne des détenus, appartiennent à un milieu socioprofessionnel élevé et sont blancs. Les auteurs de l’ouvrage Sexualités et violences en prison (Welzer-Lang et al., 1996) ont bien décrit de quelle façon ces personnes subissent de nombreuses brimades (insultes, menaces, racket et violences physiques) qui sont justifiées par le reste de la population carcérale comme une manière de leur faire payer une seconde fois leur délit ou crime : Les pointeurs sont en quelque sorte les parias de l’univers carcéral, des individus infréquentables pour les autres (Ibid., 134).

3Un certain nombre de travaux ont déjà mis en lumière l’image de la virilité et de l’infraction commise comme génératrice de différenciation sociale et spatiale au sein de la détention. L’analyse des violences sexuelles (Welzer-Lang et al., 1996 ; de Cardon, 1999, 2002 ; Lecaisne 2000), des violences carcérales (Chauvenet et al., 2008) ou encore de la sexualisation des espaces (Ricordeau, Milhaud, 2012) ont démontré la hiérarchie symbolique en prison qui s’opère par la domination et l’imposition de valeurs liées à l’imaginaire viril. Des analyses effectuées dans le contexte nord-américain rejoignent ces constats où l’on observe une hiérarchie entre d’un côté les hommes dominants appelés wolf (les loups) ou daddy (les papas) et de l’autre les détenus faibles et soumis, surnommés punk ou fags (les tapettes) qui deviennent parfois des esclaves à la merci des détenus puissants (Pollock, 2005).

4Dans le fil de ces analyses, cet article examine plus spécifiquement la place de la religion en tant que ressource permettant de contourner les stigmates carcéraux à la fois sur le plan spatial et identitaire. L’incarcération intervient comme une expérience particulière dans les parcours carcéraux de chaque individu dont les enjeux diffèrent selon l’histoire, la position sociale, le type d’infraction pour laquelle la personne est poursuivie / condamnée, la sociabilité ou encore les liens avec l’extérieur et à l’intérieur. L’expérience carcérale des pointeurs se caractérise souvent par une gestion spécifique de l’espace carcéral et renvoie à des processus d’assignation et de remaniement identitaires. L’identité d’homme et de détenu peut être appréhendée dans une perspective interactionniste, c’est-à-dire comme un processus non figé se construisant et se modifiant en fonction des parcours, des contextes, des rencontres et s’inscrivant toujours dans une relation interactive à autrui (Mead, 1963 [1934]).

5Ces dernières années, l’augmentation d’approches microsociologiques en sociologie carcérale en France et en Europe, notamment dans un contexte de plus grande ouverture de la prison, a contribué au développement d’études thématiques centrées sur les détenus et leur environnement. La pluralisation religieuse des sociétés occidentales et en particulier les défis que pose l’arrivée de nouvelles demandes religieuses participent à l’intérêt croissant d’un questionnement sur la place de la religion en prison, comme en témoignent les nombreuses études sur l’islam dans les prisons (Beckford, Gilliat, 1998 ; Khosrokhavar, 2004) ou sur l’organisation et les usages du religieux (Becci, 2011 ; Furseth, Kühle, 2011 ; Béraud et al., 2016). Cependant, peu de travaux ont analysé la question de la position et du statut des détenus au prisme de leurs pratiques religieuses. De même, on sait peu de choses de l’expérience carcérale des pointeurs et des ressources dont ils disposent. Cet article propose donc une approche originale ouvrant la problématique du religieux en prison à la question du vécu et des conséquences au sein des hiérarchies carcérales.

6L’analyse proposée repose sur des observations menées durant plusieurs mois et des entretiens qualitatifs réalisés dans une maison d’arrêt, un centre de détention et une maison centrale. Dans le cadre de cette recherche, plusieurs méthodes de recueil de données sont retenues qui s’inscrivent dans la sociologie compréhensive partant du principe que les actions sociales ne peuvent être comprises qu’en accédant au sens subjectif que les individus donnent à leurs actions et à leurs croyances. Ainsi, dans la perspective weberienne, l’explication sociologique des croyances et des phénomènes religieux relève d’une méthode compréhensive et d’une théorie continuiste comme le rappelle Raymond Boudon : L’adhésion à tout type de croyances, religieuses comme juridiques ou scientifiques, s’explique par le fait que le sujet a des raisons fortes d’y croire, et que ces croyances font par suite sens pour lui. Il s’agit donc pour le sociologue de reconstruire (nachbilden) ces raisons. Cela suppose que l’observateur et l’observé obéissent aux mêmes règles de la pensée (Boudon, 2001, 11-12). La technique de l’entretien est la plus appropriée pour récolter les discours sur les actions et sur les croyances individuelles même s’il convient de ne pas en absolutiser la méthode.

7L’enquête se compose de 60 entretiens semi-directifs menés auprès d’hommes détenus déclarant pratiquer une religion en prison. Près de la moitié des personnes interrogées est incarcérée en maison d’arrêt et l’autre moitié en établissement pour peine. La durée des peines des personnes interrogées varie en fonction du type d’établissement et des infractions commises ; la plus petite peine étant de 7 mois et la plus longue une perpétuité avec 25 ans de sûreté. Par ailleurs, 29 entretiens semi-directifs ont été réalisés auprès de personnels pénitentiaires (surveillants, Conseillers Pénitentiaires d’Insertion et de Probation, membres de la direction de l’Administration pénitentiaire) et des aumôniers catholiques, musulmans, protestants et juifs.

8Dans la première partie, il s’agit d’investiguer, au prisme de la religion, la question des hiérarchies carcérales en prison autour de l’opposition entre la catégorie des hommes virils et celles des faibles. Dans la seconde partie, j’examine la façon dont les pointeurs, qui appartiennent à la catégorie des hommes faibles, sont privés de l’accès à certains espaces et d’une certaine liberté de mouvement. Dans ce cadre, la fréquentation de l’aumônerie chrétienne paraît leur offrir la possibilité de créer un espace protégé et de rencontre collective. Enfin, la dernière partie appréhende la façon dont cette catégorie de détenus mobilise les croyances et les valeurs religieuses comme un moyen de réhabilitation de soi. Ce rapport spécifique au religieux apparaît pour un certain nombre de membres du personnel comme une instrumentalisation de cette ressource en vue de certaines finalités et un chemin facilité vers le pardon des aumôniers et de Dieu.

I - Hiérarchies carcérales

1) Catégories carcérales

  • 3 Welzer-Lang et al. (1996) analysent la question du classement hiérarchique des détenus selon plusie (...)

9L’incarcération place les individus dans une situation très contrainte en les soumettant au rythme carcéral (activité, promenade, heure de sortie des cellules, etc.). Les détenus coexistent avec des individus parfois totalement étrangers à leur milieu socioculturel d’origine. Les rapports interindividuels sont structurés en partie par la capacité au « vivre ensemble » au sein du groupe de détenus et au niveau de l’institution. Les rapports au groupe sont souvent marqués par des relations verticales qui classent les individus dans des sous-groupes3 (le groupe des forts, celui des faibles, etc.) et peuvent les isoler selon plusieurs enjeux : la capacité de l’individu à s’intégrer à un groupe, la capacité à s’adapter à la sociabilité et à la norme carcérale et le type de délit ou de crime commis.

10Dans ce contexte, l’individu doit faire face à de nouveaux modèles de sens et d’identification marqués par des modes d’organisation sociale propres au cadre carcéral. Si les individus évoluent et se reconstruisent, dans des logiques sociales spécifiques et des systèmes de contraintes qui s’imposent à eux, ils restent néanmoins capables de réagir face à ces contraintes et peuvent avoir une conception d’eux-mêmes différente de cette hiérarchie carcérale. Ainsi, il convient tout d’abord de préciser les logiques de la catégorisation sociale telles que nous les avons observées en prison. Elles ne sont pas figées et n’impliquent pas l’existence d’une « culture carcérale », comme certaines recherches l’ont présumé (Clemmer, 1940 ; Sykes, 1958). En effet, l’analyse des identités carcérales à travers le concept de « culture carcérale » implique deux problèmes majeurs. Premièrement, ce concept implique une conception figée des logiques d’identifications où les individus subiraient à leur arrivée en prison une forme d’acculturation : le problème réside en ce qu’en concevant la sociabilité interne à la prison comme une forme de “culture”, l’analyse est conduite à occulter la logique des pratiques concrètes qui construisent la réalité quotidienne de la prison et les conditions de leur actualisation estiment Welzer-Lang, Mathieu et Faure (ibid., 73-74).

11Deuxièmement, il est important, comme le rappelle Chantraine, de prendre en considération des critères « décarcérisés », tels l’identité de mères chez les femmes détenues ou une série de sous-critères dont le statut pénal et l’origine ethnique qui complexifient les classifications. Chaque catégorie peut être à son tour divisée « en sous-catégories» (Chantraine, 2004). Il convient alors d’analyser les catégories carcérales comme des processus dynamiques et non figés qui se construisent et se déconstruisent en fonction d’une multiplicité de critères et d’actions individuelles laissant plus ou moins de marge de manœuvre dans les parcours carcéraux. À partir de l’analyse de mon terrain, certaines catégories identitaires apparaissent plus fortes que d’autres : les jeunes, les vieux, les jeunes de quartier, de même que des critères ethniques et religieux qui leur sont associés (gitans, turcs, arabes, catholiques, musulmans et juifs en particulier). Mais dans beaucoup de cas (et notamment dans l’appréhension des pratiques religieuses), ces critères ne font qu’alimenter une opposition forte entre les détenus qui ont du pouvoir et qui représentent la catégorie des forts, des virils, des grands hommes (ayant commis les infractions les mieux cotées dans la hiérarchie de prestige des détenus) et les sous-hommes, les faibles, les isolés. Les pointeurs appartiennent, bien souvent, dans l’échelle des valeurs des hommes de la prison à la catégorie des sous-hommes, c’est-à-dire à ceux qui ne répondent pas aux codes de l’honneur et de la virilité. Or, ces derniers possèdent un certain nombre de caractéristiques spécifiques et parfois imaginées qui permettent leur identification spontanée par les autres détenus : ils sont pour la majorité blancs, chrétiens, plus âgés et possèdent des niveaux socioprofessionnels plus élevés que la moyenne du reste de la population carcérale. Nous précisons que nous forçons les traits typiques de ces catégories de détenus et que bien évidemment ils ne sont pas figés et séparés de façon aussi binaire dans les vécus carcéraux. En effet, les pointeurs sont parfois issus des catégories associées aux forts mais, de par cette appartenance ou apparence, ils ont la possibilité d’échapper à cette désignation.

2) Religion et hiérarchie des hommes

12La catégorisation et le rejet des pointeurs, des « sous-hommes » et des homosexuels sont révélateurs des normes hétérosexuelles dominantes en prison et apparaissent comme un constat partagé par les travaux qui se sont penchés sur les questions de l’identité, de la sexualité et des normes carcérales. Cependant, le prisme du religieux carcéral, avec notamment l’arrivée de l’islam dans les prisons à la fin des années 1980 (Ascaride, Meyer, 1988 ; De Galembert, 2004 ; Beckford, Joly, Khosrokhavar, 2005 ; Sarg, 2014b), permet de préciser la façon dont certaines pratiques religieuses semblent épouser les normes liées à la virilité, quand d’autres représentent celles des faibles et des dominés. Le groupe des forts est souvent constitué de personnes plus jeunes, issues des banlieues et ayant commis des infractions « bien cotées » (braquages, atteintes aux biens, trafic de stupéfiants, etc.). Parmi eux, on retrouve une partie de jeunes issus de l’immigration maghrébine, turque et africaine de confession musulmane. Ce groupe détient une grande partie du pouvoir en prison, notamment parce qu’il fédère autour de lui des valeurs et des conduites associées à une forte estime de soi qui passent notamment par la défense de l’honneur et du respect, et par la valorisation du courage par le recours à la force physique pour régler des conflits.

  • 4 Pour chaque extrait d’entretien avec une personne détenue, un certain nombre d’éléments sont précis (...)

« Les jeunes n'ont pas de problème par rapport à la nature du délit parce que la plupart du temps ils sont là pour des affaires de stup’, en règle générale de vols, bon des fois pour d'autres choses, mais ils cachent, ils cachent certaines affaires, aussi y’a des affaires de mœurs aussi chez les jeunes, hein, qui se cachent derrière des affaires de stup’…. et globalement, ils font toujours valoir leurs affaires de stup’, ce qui fait que cette espèce de petit ensemble qui se forme, enfin même un grand ensemble qui se forme dans la prison et ils sont très solidaires, ils sont bien, ce sont des gens qui se sentent bien ! Puis, il y a tous les autres qui sont là soit pour des affaires de mœurs, soit pour des affaires de crimes un peu un peu litigieux [sic], on dira un petit peu difficile à supporter et qui ont peur de parler quoi, qui ont peur de dire parce qu'ils sont peut-être passés dans les journaux parce que ci, parce que ça ! Et, le plus difficile à gérer, c'est bien évidemment la scission complète entre le monde de dehors où on est quelqu'un, et le monde de l'intérieur où on n’est plus rien du tout, c'est des injures, c'est une violence terrible, la maison d'arrêt » [Patrick4, 50 ans, affaires de mœurs, 8 ans, CD].

13En prison, la religion musulmane, en raison de son statut de religion des opprimés (Khosrokhavar, 2004), perçue comme potentiellement dangereuse, semble être la seule religion à offrir une ressource contestataire notamment dans sa forme collective. De ce fait, elle apparaît comme un attracteur important en détention. Ma recherche a également analysé l’expérience religieuse des détenus pratiquant la religion musulmane (Sarg, 2014b). Dans les établissements enquêtés, elle montre la façon dont des groupes de détenus musulmans s’organisent parfois pour exercer des pressions ou mener des actions contre l’institution (refus de serrer la main aux femmes surveillantes, refus de regagner leur cellule, etc.). La religion s’inscrit parfois dans une démarche de résistance ou d’opposition à l’autorité. Ce rapport est quasiment absent pour les détenus appartenant aux aumôneries chrétiennes, notamment les pointeurs, qui tentent davantage de réguler leur comportement en acceptant leur peine et en devenant des détenus « modèles » selon les critères de l’institution. L’islam est une religion d’autant plus séduisante qu’elle mobilise les valeurs des « forts » et des « virils » et qu’elle induit de la peur et la crainte parmi les autorités mêmes. Cela lui confère une place élevée dans la hiérarchie des valeurs carcérales.

14A contrario, les aumôneries chrétiennes apparaissent comme un refuge plus individualiste par le fait qu’elles s’adressent souvent majoritairement à des personnes rejetées au sein de la détention et qu’elles offrent moins la possibilité d’un sentiment d’appartenance et d’entraide communautaire. En conséquence, les aumôneries chrétiennes valorisent une image et des valeurs davantage associées à la faiblesse :

« Quand un détenu fréquente l’aumônerie catholique, protestante voilà je veux dire, il peut… on peut se moquer de lui ! C’est un aveu de faiblesse, on a besoin des autres un petit peu pour vivre, c’est pas le cours d’aérobic ! C’est pas le cours où on se muscle et on devient un gros dur ! Donc, c’est aussi, c’est aussi le fait que souvent les aumôneries sont des lieux qui sont fréquentés par des pointeurs ! » [Aumônier protestant, MA, aumônier régional].

15Si les détenus catégorisés comme pointeurs peuvent s’écarter de l’assignation identitaire opérée par le groupe des forts, cette désignation a néanmoins des effets réels dans la gestion de l’espace des individus et parfois dans leur assignation à une identité différente de la population pénitentiaire générale. Ainsi en va-t-il de certains espaces comme les ateliers collectifs qui se voient souvent de facto interdits à certaines catégories par les hommes virils de la détention.

16Parfois, la religion n’est qu’un prétexte pour instaurer un rapport de force vis-à-vis de la direction et des personnels de l’établissement et pour mettre en place toute sorte d’adaptations secondaires (Goffman, 1968) : il s’agit alors pour les personnes détenues d’accroître leurs marges de manœuvre, de renverser les rapports de force à leur avantage ou encore de déjouer le contrôle de l’institution. Par exemple, des personnes utilisent les moments collectifs pour échanger des produits illicites sous couvert d’appartenance religieuse. Dans une des prisons enquêtées, un groupe de détenus musulmans se positionnait clairement comme un contre-pouvoir vis-à-vis de la direction. Selon le chef de détention, l’islam dans cet établissement ne serait qu’un « prétexte pour fédérer » :

« C’est des tensions, mais ça ne se voit pas trop, ou on invoque le motif de la religion, mais c’est pas toujours ça. C’est plus les gens qui veulent prendre le pouvoir, mais c’est…, quand on gratte un peu, il n’y a pas la religion derrière ; mais bon, ça peut arriver hein ! Les religions, ça forme des groupes et les groupes forment un pouvoir euh, quoi qu’on veuille, quoi qu’on veuille ! Donc, si les musulmans se réalisent, c’est pour avoir un certain poids et un certain pouvoir, ce qui se retrouve moins chez les catholiques où c’est un peu plus individualiste ! » [Chef de détention, MC].

  • 5 Cette hiérarchie est d’abord établie et imposée par les hommes forts en détention. Cependant, le rô (...)

17Mais une caractéristique ne peut à elle seule constituer une catégorie, car c’est bien la combinaison de plusieurs facteurs qui entraînent une classification dans l’échelle et la hiérarchie5 pénale des hommes forts : ainsi un musulman âgé sera souvent traité avec respect et, s’il pratique assidument, associé à une certaine forme de sagesse religieuse. À l’inverse, un individu « blanc » et âgé est fortement susceptible, pour peu qu’il ne partage pas une culture du « grand banditisme », d’être identifié comme pointeur. Inversement, un jeune de quartier ayant commis un délit à caractère sexuel aura plus de facilité d’échapper au stigmate infamant du pointeur parce qu’il partagera les mêmes codes de virilité que le groupe des forts. Ainsi, certains stigmates sont plus difficilement contournables que d’autres et plusieurs détenus plus âgés et « blancs » nous ont révélé devoir se rendre en cour de promenade munis de leur mandat de dépôt pour prouver qu’ils n’appartenaient pas à la catégorie des pointeurs. Cette hiérarchisation carcérale implicite et quasi instituée des différences entre des populations majoritaires et minoritaires nous paraît avoir un impact important sur l’offre religieuse. En effet, comme nous allons le voir, le protestantisme et le catholicisme sont souvent associés à la religion des pointeurs et des hommes faibles dans la mesure où les aumôneries chrétiennes sont fréquentées en grande partie par ce type de personnes, alors que l’islam apparaît davantage comme la religion des hommes virils, contestataires en raison notamment des infractions commises par ces personnes (atteintes aux biens, voleurs professionnels, braquage, etc.) et de la dangerosité associée à cette religion par l’institution.

18Ces critères entraînent parfois la catégorisation comme pointeurs de personnes n’ayant pas commis de délits ou de crimes à caractère sexuel. C’est le cas de Robert qui partage certains « critères types », notamment d’être blanc et plus âgé que la moyenne de la population carcérale. Il ne sort quasiment jamais en promenade en raison de son assimilation, par les autres détenus, aux pointeurs :

« Mais j’aime pas trop sortir dehors me promener parce que les gens ils demandent pourquoi je suis là et alors ils croient que je suis pédophile, vous voyez, alors si y’en a un qui me dit ça deux fois, j’évite la bagarre, vous voyez » [Robert, 55 ans, tentative de meurtre, 5 ans, MA].

19Ainsi deux figures carcérales archétypales, mobilisant les pratiques religieuses, se dégagent progressivement. Elles opposent le sous-homme , associé à la figure du vieux, blanc, délinquant sexuel, catholique ou protestant et isolé, à l’homme viril, associé à la figure du jeune, délinquant d’atteintes aux biens avec violence, voleur, braqueur, trafiquant de stupéfiants sinon « terroriste », musulman et intégré à l’univers carcéral. Or, ces stéréotypes, qui ont tendance à se renforcer notablement, sont intériorisés par tous les protagonistes et ils génèrent donc une gestion spécifique des espaces de la détention dont l’offre religieuse fait de plus en plus partie d’une stratégique intégrante.

II - L’espace carcéral : la religion refuge

1) L’espace replié

20Les pointeurs subissent de nombreuses brimades, violences et formes de rejet de la part des autres détenus. Ils incarnent ainsi les « boucs émissaires » idéaux, d’autant que leurs ressources, notamment pour se protéger, sont quasi nulles (Chauvenet et al., 2008, 217-227). Ils sont contraints à faire l’objet d’une gestion spécifique de leurs territoires en raison du fait qu’ils sont souvent écartés des espaces publics de la détention, comme la cour de promenade et les lieux d’activités socioculturelles. L’Administration pénitentiaire essaye en effet de prévenir les agressions à leur encontre par le biais de deux politiques de protection : soit elle les mélange avec les autres détenus, pour leur éviter une identification collective à leur délit/crime (mais les caractéristiques typiques de ces figures entraînent très souvent une assignation des autres détenus), soit elle les isole du reste des détenus, pour mieux les en protéger au risque de redoubler leur stigmatisation et de réduire plus encore leur liberté de se déplacer dans les espaces communs. Dans la maison d’arrêt enquêtée, un étage est dédié aux personnes incarcérées pour des infractions à caractère sexuel. Ce quartier isolé permet à l’évidence de faciliter leur protection tout en leur assurant une certaine autonomie de fonctionnement : par exemple, une cour de promenade leur est réservée. La réputation de cet étage est celle des « infréquentables », une réputation assumée par certains agents et les autres détenus. Lorsque la politique de l’établissement consiste à mélanger les détenus, l’Administration est alors soupçonnée et accusée de pratiquer du favoritisme. Les protéger équivaudrait en effet à cautionner la spécificité de leurs délits. Dans la maison centrale enquêtée, les pointeurs évoluent dans les mêmes lieux que les autres détenus (mêmes cours de promenade, mêmes ailes de bâtiment, mêmes activités). Or, cette organisation oblige le personnel de surveillance à prêter une grande attention à l’égard desdits pointeurs afin de prévenir les agressions dont ils feraient nécessairement plus souvent l’objet, provoquant du même coup, le mécontentement de nombreux détenus.

21Au-delà d’être généralement obligés à réduire leur mobilité au sein de l’espace carcéral, les pointeurs font effectivement l’objet d’agressions verbales et physiques. Violences et insultes sont d’autant plus fréquentes lorsqu’ils évoluent dans des espaces séparés. Elles résultent parfois « d’explosions » non préméditées : par exemple, un pointeur qui se retrouve sur le chemin d’un autre détenu et être l’objet d’un défoulement. Elles peuvent aussi être le résultat de « passages à tabac organisés ». Ainsi, il n’est pas rare que le moment et les lieux opportuns pour de telles expéditions punitives soient mûrement concertés : comme les douches, coursives, cours de promenade.

22Un exemple significatif est celui d’Antoine, incarcéré dans le cadre d’une affaire de viol. Il est très vite repéré comme pointeur et traité comme tel puisque, à son arrivée en maison d’arrêt, il est affecté à l’étage réservé à cette catégorie de détenus. Les insultes et les brimades dont il est victime continuent lors de son transfert en établissement pour peine où la politique d’affectation prévoit de mélanger les pointeurs avec les autres détenus. Son témoignage montre bien la souffrance liée à cette relégation où, dans la plupart des cas, ses pairs se trouvent dans l’incapacité de riposter en dépit d’un réel sentiment de révolte. Antoine adopte alors une attitude de soumission.

C’étaient des agressions verbales ?- Ah oui c’est terrible “fils de merde on devrait tous vous…”, attends comment ils disent ? “On devrait vous prendre, on devrait vous arrachez les trucs, vous ne devriez plus vivre !” Des trucs comme, hein, c’est terrible ! Tu passes à côté, c’est « ouuuh… » Tu sais même plus quoi dire, ils ne savent pas ce que tu as fait, ils ne savent rien, mais bon pour eux, tu fais partie d’un style de détenus et comme il faut qu’ils se défoulent sur quelqu’un, ben ils se défoulent sur toi. Quant à la société dehors c’est pareil, quand tu as touché un enfant c’est… euh, t’es rayé à vie quoi, alors qu’on ne sait pas ce qui s’est passé, on ne sait rien, mais bon c’est ça, et ils ne se gênent pas. Dehors, ils se taisent, alors qu’ici y’a rien à faire, donc ça, c’est pas évident ces choses-là tu le sais, tu l’oublies et puis le surveillant passe à côté il l’entend, mais ils ne disent rien du tout ! Donc, des fois t’as des choses assez violentes quoi ! […] Donc voilà, tu prends sur toi, et la plupart des personnes qui sont concernées, elles me disent : « Moi je n’écoute même plus, ça me passe par là ! » Mais moi je ne fonctionne pas comme ça, ça me… On me planterait un couteau, ça serait pareil quoi ! Et des fois, t’as envie de riposter, c’est des jeunes, même des très jeunes, tu leur foutrais une claque et tu leur dirais : mais tu te rends compte de ce que tu as dit au moins ? Tu sais ce que j’ai fait ? Tu sais pourquoi je suis là ? […] Donc, quand tu as des trucs comme ça, c’est terrible et à X (MA), pareil à X, c’était une catastrophe, là-bas ! Oh là, là les jeunes qui se mettaient des fois dans les couloirs et nous on passait : des insultes, mais à haute voix, hein ! C’était horrible : « Il faudrait vous pendre », qu’ils disaient ! [Antoine, 47 ans, condamné pour viol, 5 ans, CD].

23L’attitude de rejet ou de mise à distance est parfois ressentie de la part des personnels de surveillance et plus particulièrement des femmes qui sembleraient, d’après les détenus, plus sensibles à manifester leur désapprobation morale :

Y a certaines femmes surveillantes qui nous font des réflexions et qui nous disent : « Si vous êtes là, c'est que vous l'avez cherché ». Les femmes sont moins sympas peut-être parce qu'elles savent que c'est des affaires de mœurs. Alain [48 ans, détenu pour viol et attouchement sur mineurs, pas encore jugé, MA].

24À l’instar d’Antoine, Claude est obligé de réduire son espace de vie – d’autant qu’il est un détenu médiatiquement connu ‒, accusé notamment de meurtre à caractère sexuel sur de jeunes enfants. Il purge sa peine dans la maison centrale enquêtée et se retrouve pour la première fois au contact d’autres détenus. Lors de ses précédentes peines, Claude avait été placé en quartier d’isolement. Si, d’après lui, la cohabitation avec les autres détenus se passe plutôt bien, il explique devoir néanmoins rester attentif à son environnement, « raser les murs » et se « dépêcher » quand il se retrouve dans les lieux communs de la détention, ce qui lui aurait permis d’éviter de justesse une agression physique.

  • 6 Pièces de la prison où se déroulent les activités socioculturelles.

Et c’est vous qui demandez à être en isolement ? Non, non c’est eux ! Je vois le directeur : « On vous met en isolement ». Je suis trop médiatisé. Et ici, c’est la première fois que vous n’êtes pas en régime isolé ? Oui. Le premier jour où je suis arrivé ici, j’étais perdu et je ne voulais pas aller dehors euh, parce que tout le monde me connaît alors, euh… […]. Et la prison comment ça se passe ? Pff c’est très dur ! Je ne connaissais pas cette prison alors euh… Ici, ça va, je ne suis pas harcelé ni racketté, mais ici on parle pas d’affaire [du motif de l’incarcération]… Mais dans les maisons d’arrêt, on me faisait la misère ! Les surveillants, les détenus… Très, très dur ! Et comment ça se passait ? Ben comment dire, ils insultaient à travers la porte, mais quand on était ensemble, c’était autre chose, ils disaient rien ! J’ai même eu des agressions physiques… […] L’autre fois, j’étais en bas et puis le surveillant il me dit : « X écartez-vous ! » Je m’écarte, il y avait un gars derrière moi avec un truc en nylon, il voulait me planter ! Le surveillant n’aurait pas vu ça, ben j’y serais passé ! En plein couloir ? Et devant tout le monde ! Pff. C’est pour ça que quand je vais au « socio »6, je me fous dans le coin, je me mets dans le coin et quand ils ouvrent la porte, hop, je me dépêche parce que moi je marche vite ! [Claude, 49 ans, condamné plusieurs fois à la perpétuité pour meurtres à caractère sexuel, MC].

25L’identification des détenus aux quartiers réservés aux pointeurs implique très souvent, lorsque ces derniers sont amenés à croiser les autres détenus, des insultes :

Le fait de venir du B1 ça vous pose des problèmes ? Ouais. C’est quoi, c’est des remarques ? Ouais, c’est des remarques, c’est plein de trucs ! Des remarques euh, c’est : t’as pas le droit de regarder ça, t’as pas le droit de regarder ça et y’a plein de trucs, mais pour moi c’est dur la prison ! C’est au niveau des détenus ou des surveillants ? Des détenus ! Des fois quand on est en promenade, quand les autres étages ils descendent, voilà des trucs comme ça [Joël, 31 ans, viol, 3 ans, MA].

26La position du pointeur en prison implique bien une gestion spécifique de l’espace carcéral. Elle entraîne des situations incertaines où la peur de se mélanger aux « autres » accentue les difficultés de l’incarcération. Les personnes concernées sont contraintes de replier leur espace en évitant certaines activités, en faisant attention à leurs déplacements et à leurs fréquentations, notamment lorsqu’elles sont mélangées aux autres. Peu importe la politique de l’établissement vis-à-vis de cette population, chacune d’entre elles conduit, à des degrés différents, à une gestion spécifique de l’espace avec pour effet de le rétrécir. Les pointeurs perdent une grande partie de leur autonomie et, encore plus vulnérabilisés, sont souvent incapables d’instaurer un rapport de force. Très souvent, la peur de l’agression les empêche d’évoluer au sein de la détention. Les personnes refusent de sortir de leur cellule et de participer aux activités, alors que lorsqu’elles surmontent ce sentiment, certaines d’entre elles parviennent à se glisser dans l’univers des hommes virils. En effet, si cette marge de manœuvre reste dans une proportion de cas assez faible, il serait toutefois faux d’alléguer qu’ils seraient tous uniment soumis aux caprices de ceux qui détiendraient le pouvoir formel dans la hiérarchie carcérale des détenus. Certains pointeurs comme Stéphane essaient d’atténuer le handicap du stigmate par la pratique du sport. Il ne se soumet pas, mais accepte plutôt de louvoyer en jouant également avec la majorité qui pratique le foot.

Ce qui était dur, c’était entre détenus quoi, ils voient des arrivants tout de suite c’est des pointeurs, je sais pas si on vous en a parlé, mais c’est terrible ! C’était à X (MA) et ici aussi un peu ! E. : Et ça se traduit comment ? Des insultes, ouais des insultes ! Ou des jets de savons ou des jets d’œufs, des trucs comme ça ! C’est pas terrible hein bon, bon il faut se protéger quoi faut pas… Moi j’ai fonctionné, j’ai fonctionné comme eux enfin j’ai pas insulté, mais j’ai essayé de m’intégrer par exemple au groupe de foot c’est quand même la majorité ici et puis donc euh, j’ai été très vite accepté en fait ! Malgré qu’on me rejetait hein on m’engueulait parce que j’étais nul et en fin de compte, ils me rappellent parce qu’ils ont besoin de moi. Et à S (autre MA), ça se passait comment ? Ben pareil, le problème c’est qu’on était dans un étage spécial qui a une réputation alors qu’il y a plusieurs affaires, y’avait pas que des affaires de mœurs. Mais bon, il suffit de pas répondre aux insultes et puis voilà ! Plus on répond, plus on essaye de se justifier et plus ils vont croire qu’ils ont raison, donc… [Stéphane, 35 ans, détournement de mineur, 4 ans, CD].

27Se mélanger aux autres n’est pas sans risque et Stéphane se sent tout de même « rejeté ». Malgré tout, cet exemple montre bien les marges de manœuvre individuelles dont dispose cette catégorie de détenus. Dans une perspective plus collective, l’aumônerie chrétienne en prison leur permet d’investir un autre espace de vie collectif alternatif à ceux d’où ils ne sont pas bienvenus. D’un point de vue identitaire, cet espace offre une promesse de possible reconstruction de soi.

2) Le christianisme comme religion refuge

  • 7 Dans la maison d’arrêt en question, les célébrations dominicales de l’aumônerie chrétienne avaient (...)

28Dans tous les établissements enquêtés, les aumôneries catholiques et protestantes constituent des lieux où les pointeurs sont surreprésentés. Notamment dans les établissements pour peine où ils représentent parfois près des deux tiers des personnes fréquentant les aumôneries. Même lorsque l’établissement leur dédie un quartier de détention protégé, cela n’empêche pas certains de se rendre à l’aumônerie7. Les aumôniers sont particulièrement attentifs à cet enjeu. Nous avons assisté à la célébration de la fête de Noël organisée par l’aumônerie chrétienne dans la maison centrale enquêtée. Plusieurs détenus médiatisés et accusés d’affaires de mœurs ne sortaient jamais de leur cellule par peur de subir des agressions. Le jour de la célébration de Noël, les aumôniers se sont organisés pour aller les extraire et les ramener un à un dans leur cellule. L’aumônerie offre ainsi l’un des seuls espaces collectifs où ils ne se sentent pas « jugés », rejetés, et où leur parole est prise en compte. Elle permet d’évoluer au contact des autres détenus, tout en ayant le sentiment d’être en sécurité. Mais l’investissement de cet espace par un grand nombre de pointeurs soucieux de tranquillité contribue à leur stigmatisation et leur rejet par les autres détenus. Un certain nombre d’aumôniers sont parfaitement conscients de cette contradiction :

Il y a eu, peut-être euh, aussi une évolution, c’est-à-dire que comme il y a eu beaucoup de problèmes de mœurs et qu’ils pratiquent, ils ont une tendance à la pratique beaucoup plus…, ça a chassé un peu les autres, mais euh, je dirais aujourd’hui par exemple dans les maisons d’arrêt, euh, c’est très bien équilibré parce que je crois que l’aumônier doit avoir une ligne directrice là-dedans et refuser, je dirais, toute insulte envers quelqu’un à cause de son délit ! Et je pense qu’à partir du moment où euh, on est très clair et solide là-dessus, à ce moment-là la mixité revient à nouveau, mais on a à protéger ceux qui sont les plus faibles ! Et on a à le faire hein, je crois que c’est important et passer peut-être par ce moment où il y aura plus de gens de mœurs, parce qu’ils se sentiront protégés et les autres comprendront qu’ils, qu’ils ont à revenir, mais euh, qu’ils ne sont pas des juges ! Mais ils ont à être sauvés comme les autres ! [Aumônier catholique, MC et MA].

29Lors de mes visites dans un certain nombre d’établissements, plusieurs détenus nous ont pris à part afin de nous mettre en garde contre la présence des « violeurs » dans les aumôneries catholiques et protestantes : Madame, faites attention avec qui vous parlez ! Ici il y a que des violeurs ou des tueurs d’enfants ! Les témoignages qui suivent expriment le refus explicite de certains détenus de se rendre aux aumôneries, en raison précisément de la présence de « violeurs ». Lors de son arrivée en centre de détention, Julien assistait tous les mercredis aux réunions collectives de l’aumônerie chrétienne. Il ne s’y rend désormais plus, car il refuse de se mélanger aux pointeurs.

Vous venez à l’aumônerie ? Non, non je… Avant j’y allais des fois et après euh… Certaines personnes ont fait des actes et je peux pas me mélanger avec ces personnes-là, vous voyez ? Vous parlez des délinquants sexuels ? Oui, tout à fait, c’est pour ça que je viens plus [Julien, 28 ans, recel, 8 ans, CD].

30Pour les mêmes raisons, Jean-Baptiste ne fréquente pas l’aumônerie. Il dit ne pas supporter le contact physique et le regard des pointeurs :

Normalement y’a un groupe de prières, c’est au B1 il me semble ?Ah c’est au B1… Au B1 je suis déjà allé une fois, mais… Vous n’aimez pas ? Non. C’est par rapport au B1 ou à l’aumônerie ? Ben c’est par rapport au B1 parce que… Vous voyez. C’est à cause des pointeurs ? Ouais parce qu’ils sont là, y en a ils te regardent, ils s’assoient à côté de toi et tout, et voilà. Ça se voit, ils ont des trucs, ils ont des pensées obscènes et tout ça ! Ils s’assoient, « s’il te plaît, je suis pas du même bord ! » Si Dieu te pardonne euh, moi je parle à personne et j’évite quoi, j’évite, ça me stresse ça me… La dernière fois j’y étais, j’y étais une fois et y avait plus de pointeurs qu’autre chose quoi ! C’est ça et… Je sais pas, je sais pas s’ils sont croyants vraiment et je sais pas s’ils sont vraiment conscients de ce qu’ils ont fait euh, faire des attouchements sur leur fils ! Leur petit-fils, ça c’est pas… C’est pour ça que je n’y vais plus le mardi ! Bon c’est pas tous des pointeurs là-bas au B1 quoi, mais y en a que je connais et je sais que c’est pas des pointeurs, mais y en a, je le vois cash, hein ! De toute façon, on les repère, on voit comment ils sont ! À la chorale, parce que j’ai fait la chorale pour Pâques, il y en avait pas mal, il fallait faire deux groupes, la voix haute et la voix basse et moi j’étais voix grave et l’autre il vient à côté de moi : « Laisse-moi tranquille ! » J’ai pas envie, après ça me stresse, l’autre il est collé à moi, je suis pas… Je sais pas si Dieu pardonne ça ! Je sais pas moi… [Jean-Baptiste, 29 ans, vol, trafic de stupéfiants, 18 mois, MA].

31Les propos de Jean-Baptiste montrent bien comment s’opère la distinction entre le groupe des pointeurs, qu’il reconnaît de façon quasi instantanée (« Je le vois cash »), et les autres qui n’en font pas partie. Matthias, quant à lui, est placé dans le quartier des pointeurs. Cette mesure lui permet d’éviter les bagarres et de bien se tenir, dans la perspective de sa sortie prochaine de prison. Matthias ne se mélange pas avec les autres et a exigé de « ne recevoir aucun pédophile dans sa cellule ».

Mais moi, j’ai prévenu le chef, je lui ai dit « Je veux aucun pédophile dans ma cellule, j’ai d’autres soucis, j’ai d’autres tracas dans ma vie, si vous avez besoin par exemple que je vous dépanne pour une nuit ou deux nuits le temps que vous trouvez quelque chose d’autre, d’accord… » Mais depuis que je suis au B1, on m’a jamais ramené quelqu’un… [Matthias, 30 ans, violences, détention de stupéfiants, 8 ans, MA].

32La présence de détenus pour affaires de mœurs peut nuire à l’attractivité de l’offre religieuse et conduire au refus de certaines catégories de détenus de participer aux activités collectives. Pour d’autres, elle apparaît comme un refuge offrant la possibilité d’une activité collective protégée où ces personnes ne sont pas jugées.

3) L’appartenance religieuse comme attribut dans le rehaussement d’une estime de soi dégradée chez les pointeurs

33La pratique d’une religion en prison peut permettre une sociabilité carcérale. Elle redonne aux individus une dignité dans le groupe et dans les rapports carcéraux. Le détenu n’est plus seulement celui qui a commis une faute, il devient porteur d’un projet de vie et peut créer des liens. Du point de vue de l’apport de sens et de valeurs, l’adhésion à une croyance peut entraîner une sorte de retournement du stigmate par exemple, la certitude qu’il existerait un Jugement Dernier, que seuls les croyants pourraient être sauvés, etc. Ainsi, certains détenus renversent la hiérarchie et les normes du monde des hommes en plaçant leur foi et leurs croyances à leur summum. Ainsi, Paul, qui a été jugé pour des crimes graves (viol, séquestration, etc.), déclare que la découverte de la foi en prison lui a permis de ne pas se sentir jugé pour les actes qu’il a commis :

J'ai découvert qu'on n’était pas jugé dans la Bible par rapport à ma vie de dehors et par rapport à la prison. Ça a été un soulagement pour moi, par rapport à Jésus-Christ [Paul, 54 ans, viols et attouchements sur mineurs, 20 ans, MA].

34En dépit de ses crimes, Paul estime être digne de recevoir l’amour du Christ et d’entrer au royaume de Dieu, lieu où chaque homme serait accepté comme il est. La religion permet donc à la personne de se construire un avenir, notamment dans l’Au-delà, par un besoin de se sentir sauvé.

35Alain est accusé de viol et d’attouchements sur mineur. Il reconnaît les faits, mais sa version diffère de celle de la Justice qui le qualifie de « pervers », attribut dans lequel il ne se reconnaît pas. Selon lui, ses actes se sont déroulés dans le cadre d’un amour réciproque, qu’il partageait avec de jeunes garçons. Au moment de notre rencontre, Alain réalisait, grâce au soutien d’une association d’aide aux pédophiles, un documentaire explorant les pratiques pédophiles en proposant une approche « morale » de sa relation avec des jeunes mineurs. Il met son combat en parallèle avec celui de Jésus qui, comme lui, défendait ses convictions dans un milieu hostile.

Oui, j'ai le Nouveau Testament et je le lis plus que l'Ancien Testament parce qu'il est plus ancien et c'est plus par rapport à Dieu. Je trouve plus de réponses dans le Nouveau Testament, ça m'arrive de temps en temps de le lire, en particulier quand je me sens mal ! En fin de compte, Jésus-Christ a souffert par rapport à ses croyances, à ses idées, moi-même j'ai franchi la ligne blanche, mais je me considère en aucun cas comme pervers ! Mon producteur a été interrogé par la gendarmerie et j'ai eu l'autorisation de faire un scénario ici, c'est pour ça que j'ai un ordinateur dans ma cellule. Je lui ai demandé si ça le dérangeait pas de faire travailler un violeur d'enfant... Jésus, il est allé jusqu'au bout de ses convictions ! Je veux, par le biais de mon documentaire, essayer de raconter l'histoire […] c'est une histoire très triste cette histoire, c'est celle de ma vie et là, je me base sur Jésus-Christ : ne pas avoir peur de ses opinions, aller jusqu'au bout, quitte à déranger ! Par exemple, pour certains, des jeunes avec des adultes qui se caressent dans certains pays c'est nullement tabou alors qu'ici ça serait transformé en acte immoral, on se retrouverait en prison ! Qui a raison, nous ou les autres ? Question de philosophie ou de société ? [Alain, 48 ans, viol et attouchement sur mineur, pas encore jugé, MA].

36Le témoignage de certains aumôniers atteste de la fonction du religieux comme ressource porteuse de sens et d’espoir. La religion offre aux détenus une « certaine vision du monde » à travers la reconnaissance de la « brebis égarée », au-delà de l’acte qu’elle a commis :

Je crois que là, la première manière d’investir la religion c’est l’approche d’une certaine vision de… une certaine vision du monde. Enfin moi, j’ai vraiment l’impression que quand on discute avec eux, ce qui nous interroge le plus c’est, je parle bien de la religion, c’est vraiment le modèle de pensée qu’on peut leur proposer. C’est un modèle de pensée qu’ils n’ont pas connu ou qu’ils connaissent peu, il y a quand même une inculturation (sic) religieuse même avec… alors là, plus parce que c’est des gens dans la précarité hein, il y a quand même beaucoup de pauvres en prison, parce qu’il y a une forte inculturation (sic) religieuse, donc ils sont beaucoup demandeurs de connaissances, ils ont beaucoup de bribes de ce qu’ils ont eu dans l’enfance, mais souvent dans un sentiment de révolte. Et la deuxième chose, c’est aussi une certaine reconnaissance qu’ils n’ont pas à la maison centrale, quand on est en prison, on manque de reconnaissance de ce qu’on est, de ce qu’on…et donc ils ont aussi ce souhait de reconnaissance, d’être reconnus comme un être à part entière, alors que la prison généralement a plutôt tendance à les cantonner à leur acte » [Aumônier catholique (9), MC].

37L’adhésion à de nouvelles normes et à une vision du monde différente des normes du monde des hommes et de la Justice participe à une forme de reconnaissance sociale et de restauration identitaire. La recherche d’Anne-Marie Marchetti apporte un constat similaire aux phénomènes de réhabilitation identitaire : Comment ne pas se demander alors si l’investissement religieux d’un individu particulièrement noirci par son acte n’émane pas surtout d’un désir de restaurer sa propre image ? Ainsi, la mère “indigne” va-t-elle trouver dans la lecture de la Bible, souvent évoquée, un discours d’amour et de pardon qui peut la réhabiliter à ses propres yeux, même si cette réhabilitation ne semble jamais acquise une fois pour toutes. D’où la récurrence chez ces âmes pieuses de certains thèmes, comme le renversement du Mal transformé en Bien grâce à l’alchimie divine (Marchetti, 2001, 133-134).

38Les crimes et délits d’atteintes sexuelles, outre la forte réprobation sociale qu’ils suscitent, peuvent engendrer des situations de dissonance cognitive chez leur auteur, impliquant une contradiction entre l’infraction et les valeurs/croyances. Elles témoignent de leurs difficultés de reconstruction individuelle : comment redevenir à ses propres yeux quelqu’un de respectable ? La religion peut au moins participer à donner du sens à l’acte de l’individu en lui proposant une nouvelle identité plus acceptable. C’est pourquoi certains détenus tentent de trouver des explications à leurs actes transgressifs, ce qui peut leur prendre de nombreuses années. Par exemple, l’une des motivations de Gil à se rendre à l’aumônerie, alors qu’il ne pratiquait pas à l’extérieur, voire se désintéressait de la religion, est la recherche d’un sens au fait qui l’a conduit en prison. Son acte est d’autant plus douloureux et angoissant qu’il s’agit du viol de sa propre fille :

J’ai fait du mal entre guillemets, j’ai fait le Mal ! Je me suis déjà dit « c’est peut-être une épreuve… » Mais je me suis dit « je n’aurais jamais dû faire ça » et c’est vraiment horrible et monstrueux de faire ça donc euh… Ça peut pas être une épreuve, sinon il m’aurait fait faire autre chose au lieu de faire ça, mais bon… Après, y en a qui disent que c’est le destin, le destin, le destin on se le fait ! Je sais pas s’il est écrit ou enfin voilà après on peut rentrer dans des…, on peut parler pendant trois heures de ça ! Et vous arrivez à trouver des réponses à vos questions ? Non. Non, c’est pour ça que je vais à l’aumônerie, c’est pour ça que je me dis c’est peut-être une épreuve que… Mais y a aussi un truc je n’arrive pas à me pardonner à moi-même et je crois pas que je pourrais me pardonner un jour ce que j’ai fait ! [Gil, 37 ans, viol sur mineur, 16 ans, MA].

39Son récit indique bien les deux types de réponse qu’il peut trouver aux raisons de son acte criminel : être un « monstre » ou le destin. Enfreindre une valeur importante pour un individu, comme tuer ou agresser sexuellement un enfant, peut entraîner une dissonance cognitive, c’est-à-dire que l’action de l’individu est en contradiction avec ses propres valeurs. L’interprétation de son acte délinquant en des termes plus positifs, notamment face à l’étiquette de pervers qui lui a été apposée au cours de la procédure judiciaire, peut alors consister en une tactique cognitive de réduction de la dissonance à travers une rationalisation a posteriori.

40Les interrogations sur les raisons de l’acte criminel ou délictuel sont au cœur de nombreuses demandes adressées aux aumôniers. La réponse en terme de « possession » et de « forces maléfiques » permet à certains individus de réduire la dissonance entre les actes et les valeurs, notamment lorsque la question de la responsabilité s’impose dans leur recherche de sens, comme le montre le cas de Jean-Claude, qui regrette son passage à l’acte :

Je suis sûr que ce soir-là, ce dimanche soir quand j’ai fait cette bêtise, y avait quelqu’un qui m’avait poussé, comme si le diable m’avait poussé vous voyez euh, moi j’étais sur le lit et lui il est venu, il s’est assis sur mes cuisses et moi je me suis laissé faire vous, voyez euh… Je regrette, ça n’aurait jamais dû arriver et c’est arrivé et comme le psychologue a dit : « C’était un accident ». Mon frère m’a dit : « T’aurais dû lui donner une claque, mais je lui aurais donné une claque et ça aurait été encore plus dur vous voyez ! » [Jean-Claude, 53 ans, attouchements sur mineur, 7 ans, MA].

41Ce type de réponses semble à première vue facile, puisqu’elles permettent aux condamnés de se dédouaner, en quelque sorte, de leur responsabilité. Mais elles sont essentielles pour des personnes en situation d’incertitude, ce qui les amène à des moments de réflexivité profondément anxiogènes. En terme de coût cognitif, ces réponses entraînent un moindre coût, comparé à des réponses du type « si j’ai fait ça, c’est parce que je suis un monstre ». En outre, elles sont souvent une nécessité pour permettre un début de reconstruction cognitive et sociale les amenant progressivement à « passer à autre chose » ou, à tout le moins, à accepter leur passage à l’acte et à « se regarder dans un miroir ».

42 Patrick est confronté à une remise en question personnelle, une incertitude de sens qui passe par le besoin de comprendre son passage à l’acte. Or, pour les personnes qui le cherchent par le biais de la religion en prison, l’aumônier reste souvent la seule personne avec qui elles évoquent la question. Les échanges de Patrick avec l’aumônier semblent lui avoir permis d’obtenir des réponses:

Et puis bon, une fois je crois c'était M. [aumônier catholique] qui est rentré, qui a dit « bonjour » et puis je sais plus comment j'ai dit, j’ai besoin de parler, parce que j’ai envie de parler à quelqu'un, parce que j'en peux plus moi, je vais éclater, il faut que je fasse quelque chose parce que j'en peux plus, je n'en peux plus ! Ça allait jusqu'à l'envie de mourir, hein ! Même en centre de détention, l'envie de mourir elle est toujours la même, la détention de zéro jusqu'à N [sic], c'est l'envie de mourir ! Et, et j'ai découvert comme ça ben l'aumônerie, j'ai découvert des gens qui ont écouté, qui ne m'ont pas…à qui je me suis confié et j'ai expliqué mon histoire ça, ça me faisait un bien fou ! De pouvoir expliquer et puis parler du pourquoi, ça c'est dingue parce qu'il a fallu que je m'adresse à l'aumônerie pour parler du pourquoi ! Et avec la Justice, jamais ! En cinq ans de présence jamais, si, une fois j'ai peut-être une fois saisi, mais autrement l'aumônerie c'était, c'était le pourquoi, c'était un moment de, aussi on m’a regardé comme un être humain ! Ça c'était très important, pour moi très important ! On m'a regardé comme un être humain euh, sentir un peu l'espoir bon, ben ça c'est du domaine de la religion, c'est l'espoir ! » [Patrick, 50 ans, affaires de mœurs, 8 ans, CD].

43Étienne met directement l’accent sur l’aide « thérapeutique » de l’aumônerie dans sa reconstruction personnelle :

L’amour, l’espoir qui sont des choses qui me manquaient énormément quoi ! Euh, le fait de pouvoir poser un regard sur l’autre qui ne soit pas un regard euh, ou rempli de crainte et de peur parce, que j’étais quelqu’un d’assez perturbé euh, donc tout s’est fait en parallèle avec la thérapie aussi ! Je veux dire il y eu euh, différentes thérapies, la religion en est une quelque part même si il y a la foi en plus, mais c’est quelque chose qui m’a beaucoup apporté, quoi ! Euh, donc j’étais avec des tendances fortement paranos quoi (rire) à l’époque ! Voilà. Dès que quelqu’un parlait et m’avait regardé pendant 30 secondes et continué à discuter, j’étais persuadé qu’il était en train de, de préparer un coup contre moi, enfin voilà quoi ! [Étienne, 40 ans, meurtre, perpétuité avec 25 ans de sûreté, MC].

44Cependant, le besoin du pardon religieux peut, à l’inverse, être instrumentalisé, pour évincer la question de la responsabilité personnelle. On le perçoit bien dans l’exemple de Badal qui évacue la faute qu’il a commis. Il exprime, à travers la mise en avant du pardon de Jésus, une façon de gérer son sentiment de culpabilité : Jésus pardonnant tout, il suffirait de se confesser et on serait pardonné.

Maintenant je n’ai plus le sentiment de culpabilité parce que je suis jugé donc je sais que j’ai fait quelque chose, j’ai payé pour ça donc je ne me tourne pas en déprime, je ne prends pas les médicaments les antistress ou les antidépressions [antidépresseurs] ou les choses comme ça, pas du tout ! Je n’ai pas perdu ma tête et euh, je ne suis pas énervé, je ne suis pas angoissé. Écoutez, de toute façon dès qu’on a fait quelque chose il faut se confesser et puis le Jésus, il pardonne tout, le Dieu il pardonne tout donc, euh, voilà ! [Badal, 47 ans, triple meurtre, perpétuité avec 22 ans de sûreté, MC].

45Le sentiment d’une instrumentalisation de la croyance par les détenus est partagé par un certain nombre des agents du personnel pénitentiaire qui y voient une façon d’échapper à la culpabilité chez bon nombre, et un chemin peut-être trop facile vers le pardon.

4) Le christianisme comme voie d’accès au pardon, vu par les gestionnaires de l’espace carcéral

46La pratique de la religion chrétienne entraîne parfois des tensions entre certains détenus et le personnel pénitentiaire. On constate qu’elles sont, dans notre étude, contrairement aux tensions issues de la pratique de l’islam, moins axées dans un rapport de force vis-à-vis de l’institution. Elles apparaissent notamment lorsque certaines personnes développent des justifications élaborées qui remettent en question le sens de la peine, comme l’illustre l’extrait d’entretien suivant :

C’est-à-dire quelqu’un qui va développer tout, tout…comment je peux dire ça sans émettre de jugement de valeur, c’est ça qui est difficile, enfin quelqu’un qui va développer des concepts quoi de charité, de fraternité euh, comme c’est beau dans les textes et comme ça devrait l’être dans les faits quoi et qui en même temps euh, par rapport à l’acte qu’il a commis euh, a tendance à le gommer parce que finalement il a rendu service à sa victime en la plaçant à la droite de Dieu, c’est le discours ! […] Alors est-ce que c’est la manipulation qui rend la pratique de la religion euh, pervertie euh ? est-ce que c’est la religion qui l’empêche de… ?, moi j’ai pas la réponse à ces questions ! [Nicolas, conseiller d’insertion et de probation, MC].

47Les détenus tenant ce type de discours sont très souvent incarcérés pour des crimes d’atteintes à la personne, de sorte qu’ils suscitent ou accentuent le malaise ressenti par les CIP et les surveillants qui les entendent. La religion chrétienne leur apparaît alors comme une façon de se dédouaner trop facilement, devant la société et la Justice, de leur responsabilité dans les délits/crimes qu’ils ont commis :

Ce qui m’a le plus frappé dans le, dans le christianisme, c’est plus ce que je disais tout à l’heure des gens qui se servent du pardon de Dieu pour se dédouaner, c’est plus ça qui ressort chez eux ! […] Chez les chrétiens, c’est problématique aussi dans le sens où euh, ils ont l’impression pas d’être tout puissant, c’est peut-être pas ça le mot, mais en tout cas qu’ils peuvent faire un peu tout et n’importe quoi car de toute façon Dieu leur pardonnera euh, donc ils font du mal, certes, enfin j’veux dire la réflexion sur les faits qu’ils ont pu commettre ou sur d’autres agissements au quotidien et euh, c’est problématique quoi ! C’est plus problématique dans ce sens-là et vis-à-vis des victimes et des parties civiles… [Hélène, conseillère d’insertion et de probation, MC].

48Un autre CIP établit un lien plus précis entre délinquance sexuelle et recours à la religion :

Souvent c’est les délinquants sexuels qui sont les piliers de l'aumônerie ouais, tout à fait, et, et alors je me permets de dire que souvent, j'allais dire malheureusement non, ce sont des détenus qui ont souvent un profil en plus de détenus pédophiles pervers très souvent je trouve ou, je dis pervers c'est pas un jugement, c’est dans les expertises et très souvent que ça correspond en effet, mais c'est pas illogique quoi… Ça correspond à une façon de se défendre, à une façon de mettre en avant pas mal de choses pour répondre aussi aux accusations souvent quoi. On a souvent des gens qui sont dans le déni par rapport aux faits et souvent des détenus en effet qui sont dans les délinquants sexuels et qui sont classés pervers. Et 9 sur 10 mettent en avant la religion et leurs pratiques religieuses [François, conseiller d’insertion et de probation, CD].

49La question du pardon peut s’exprimer, par exemple, par certaines pratiques comme la prière et par une demande d’accéder aux rites catholiques de la confession et du sacrement de pénitence et de réconciliation. Les aumôniers qui entreprennent d’en convaincre les détenus ont conscience de la portée symbolique et psychologique que peut engendrer l’obtention du pardon, notamment lors des crimes les plus graves. Un long travail de discussion et d’analyse préalables est néanmoins nécessaire comme en témoigne l’un des aumôniers catholiques d’une maison centrale :

Donc le sacrement du pardon, ça va commencer à être le début d’une réconciliation, mais c’est un chemin qui ne va pas se faire euh, quelqu’un me demande ça je lui dis bon ben attends on va d’abord se voir, on va avancer, on va discuter, je vais te dire et aussi t’expliquer ce que c’est que le sacrement du pardon euh, bibliquement, etc., et donc ça produit un chemin qui est très fort. Et euh, sur ce plan-là, moi j’ai eu des, je dirais des… appelons ça une conversion des gens qui vont complètement commencer à réfléchir très fortement et à se reconstruire. Alors c’est long ça peut durer une année même plus ! [Aumônier catholique, MC et MA].

50Ainsi, la religion et la notion de « pardon » permettent une réduction de la dissonance cognitive en offrant la possibilité de se reconstruire par la conviction de la possibilité d’être repêchable. Si les exemples évoqués relèvent du christianisme ou du judaïsme, la recherche du pardon concerne également les détenus musulmans, avec cependant deux spécificités. Premièrement, l’institutionnalisation récente de l’islam dans les prisons françaises ne permet pas de disposer d’un nombre suffisant d’aumôniers pouvant répondre aux demandes de prises en charge religieuses des détenus pratiquants (Beckford et al., 2005 ; Sarg, 2014). Lors de mon enquête, leur intervention se limitait le plus souvent à la célébration de la prière du vendredi et peu d’entre eux entretenaient des relations longues et durables avec des détenus. Deuxièmement, l’islam, contrairement au catholicisme, n’a pas de sacrements, ni généralement de clergé intermédiaire entre les hommes et Dieu. L’obtention du pardon implique moins la relation d’un détenu à l’imam. L’islam offre cependant deux recours similaires. Le premier est la prière pour se racheter en vue du jugement dernier (allant de pair avec une conscience de la faute commise et une volonté d’agir positivement). La seconde option est le recours au mektoub (le destin, la prédestination) qui permet à certains de réduire le sentiment de culpabilité par rapport aux actes commis. On retrouve dans le christianisme, en particulier chez les protestants évangéliques, des conceptions similaires comme le plan de Dieu ou l’épreuve divine. Si les supports diffèrent selon les religions et leurs ressources, c’est principalement le rapport à l’acte qui est déterminant dans cette démarche et qui mobilise chez nombre de détenus en demande de pardon la recherche d’un support expiatoire, et singulièrement parmi les condamnés pour des crimes graves d’atteintes aux personnes.

Conclusion

51Les croyances et les pratiques religieuses structurent en prison de nouveaux espaces spatiaux et identitaires dédiés. Les résultats de ma recherche attestent de différents rapports au religieux en prison pour tous les types de détenus, quelles que soient les catégories dans lesquelles ils se rangent spontanément ou les groupes dans lesquels ils sont affectés pour des raisons de protection et de sécurité. Ainsi, la pratique religieuse apparaît comme un usage motivé par une accumulation de spécificités et de besoins qui prennent sens et corps dans le parcours carcéral de chacun.

52Néanmoins, nous pouvons distinguer certaines caractéristiques spécifiques aux personnes incarcérées pour des infractions à caractère sexuel, souvent stigmatisées comme pointeurs et/ou à celles qui ont porté de graves atteintes aux personnes. Elles recherchent des moyens de réduire le « choc carcéral » et, dans le même temps, elles éprouvent le besoin élémentaire d’établir des liens socioaffectifs pour diminuer l’impact néfaste de leur isolement. Ces deux aspects démontrent une plus grande difficulté de ces personnes, au regard des autres catégories de détenus, à s’adapter à l’environnement carcéral, coextensive à la force du rejet lié à la réprobation morale et sociale des actes, tant intra-muros qu’extra-muros. La population la plus rejetée est plus souvent sujette à d’importantes dissonances cognitives que les autres et, de ce fait, plus souvent conduites à approfondir le besoin de trouver un sens et des solutions personnelles à leur acte et à la peine prononcée à leur encontre.

53Croyances et pratiques religieuses peuvent alors permettre une nouvelle identité capable de se restructurer sur un renversement du stigmate et de donner un nouveau sens aux échecs sociaux et cognitifs chez certains détenus. Elles permettent de réduire le poids des stigmates carcéraux chez les pointeurs en leur offrant un havre de protection et la possibilité d’investir des activités collectives. D’une part, comme un refuge nécessaire pour se préserver un temps de l’hostilité manifestée à leur égard. D’autre part, comme une occasion possible de réinvestir un autre espace carcéral de vie sociale quand tous les autres leur sont interdits.

Haut de page

Bibliographie

Ascaride G., Meyer M., 1988, Islam et prison : l’exemple des Baumettes, Annuaire de l’Afrique du Nord, Tome XXVII, Paris, Éditions du CNRS.

Becci I., 2011, Religion’s Multiple Locations in Prison. Germany, Italy, Swiss, Archives de Sciences Sociales des Religions, 153, 65-84.

Beckford J., Joly D., Khosrokhavar F., 2005, Les musulmans en prison en Grande-Bretagne et en France, Louvain, Presses Universitaires de Louvain.

Beckford J., Gilliat S., 1998, Religion in prison. Equal rites in a multi-faith society, Cambridge, Cambridge University Press.

Beraud C., De Galembert C., Rostaing C., 2016, De la religion en prison, Rennes, PUR.

Boudon R., 2001, La rationalité du religieux selon Max Weber, L’année sociologique, 51, 9-50.

Cardon C., 1999, L’organisation de la sexualité en prison comme instrument de gestion des longues peines, Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique, 52, 315-321.

Cardon C., 2002, Relations conjugales en situation carcérale, Ethnologie française, 32, 1, 81-88.

Chantraine G., 2004, Par-delà les murs, Paris, PUF, Partage du savoir.

Chauvenet A., Rostaing C., Orlic F., 2008, La violence carcérale en question, Paris, PUF, Le Lien Social.

Clemmer D., 1940, The Prison Community, New York, Holt, Rinehart Winston.

De Galembert C., 2004, La gestion publique de l’islam en Franc et en Allemagne. De l’improvisation de pratiques in situ à l’amorce d’un processus de régulation nationale, La Revue internationale et stratégique, 52, 67-78.

Furseth I., Kühle L. M., 2011, Prison Chaplaincy from a Scandinavian Perspective, Archives de Sciences Sociales des Religions, 153,123-141.

Godelier M., 1982, La production des grands hommes, Paris, Fayard.

Goffman E., 1975 [1963], Stigmate : les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit, Le Sens commun.

Goffman E., 1968 [1961], Asiles : études sur la condition sociale des malades mentaux, Paris, Éditions de Minuit, Le Sens commun.

Khosrokhavar F., 2004, L’islam dans les prisons, Paris, Balland, Voix et Regards.

Le Caisne L., 2000, Une ethnologue en centrale, Paris, Odile Jacob.

Marchetti A.-M., 2001, Perpétuités : le temps infini des longues peines, Paris, Plon, Terre Humaine.

Mead G.H., 1963 [1934], L’esprit, le soi et la société, Paris, PUF.

Milly B., 2001, Soigner en prison, Paris, PUF, Sociologies.

Molinier P., Welzer-Lang D., 2000, Féminité, Masculinité, Virilité, in Hirata H., Laborie F., Le Doaré H., Senotier D., Le dictionnaire du féminisme, Paris, PUF, 71-76.

Pollock J.M., 2005 [1997], Prisons: Today and tomorrow, Jones Bartlett Learning, Texas State University-San Marcos.

Ricordeau G., Milhaud O., 2012, Prisons. Espaces du sexe et sexualisation des espaces, Géographie et cultures, 83, 69-85.

Rostaing C., 2006, La compréhension sociologique de l’expérience carcérale, Revue européenne des sciences sociales, Tome XLIV, 135, 29-43.

Sarg R., 2014a, La pluralité religieuse en milieu carcéral : ajustements et gestion des conflits, in Lamine A.-S. (dir.), Quand le religieux fait conflit, Rennes, PUR, 63-76.

Sarg R., 2014b, Incertitudes et croyances : approche sociologique des phénomènes d’adhésions et de réadhésions religieuses en prison, Thèse de sociologie, Université Paris Diderot, Paris 7.

Sykes G. M., 1958, The Society of Captives. A study of a Maximum Security Prison, Princeton, Princeton University Press.

Welzer-Lang D., Mathieu L., Faure M., 1996, Sexualités et violence en prison, Lyon, Aleas.

Haut de page

Notes

1 La virilité est appréhendée ici par les attributs sociaux associés aux hommes et au masculin : la force, le courage, la capacité à se battre, le “droit” à la violence et aux privilèges associés à la domination de celles, et ceux, qui ne sont pas, et ne peuvent pas être virils (Molinier, Welzer-Lang, 2000, 77).

2 Cette expression utilisée par Maurice Godelier (1982) dans son étude des Baruyas en Nouvelle-Guinée renvoie à la hiérarchie observée dans cette communauté caractérisée par la supériorité des « grands hommes » virils exerçant leur domination sur les femmes et « les sous-hommes » se situant en bas de la hiérarchie.

3 Welzer-Lang et al. (1996) analysent la question du classement hiérarchique des détenus selon plusieurs critères, notamment la structuration sexuée, la position dans l’espace du banditisme, le motif de l’incarcération et la maîtrise ou non du fonctionnement de l’univers carcéral.

4 Pour chaque extrait d’entretien avec une personne détenue, un certain nombre d’éléments sont précisés entre crochets. Il s’agit, dans l’ordre d’apparition, du prénom, de l’âge, de l’infraction, de la durée de la peine et du type d’établissement (MA : Maison d’Arrêt ; CD : Centre de Détention et MC : Maison Centrale). Les prénoms sont changés afin de respecter l’anonymat des personnes.

5 Cette hiérarchie est d’abord établie et imposée par les hommes forts en détention. Cependant, le rôle de protection de l’institution envers les pointeurs entretient souvent, voire renforce, leur désignation comme faibles.

6 Pièces de la prison où se déroulent les activités socioculturelles.

7 Dans la maison d’arrêt en question, les célébrations dominicales de l’aumônerie chrétienne avaient lieu dans la salle polyvalente de l’établissement. Cette configuration obligeait les pointeurs à traverser les couloirs communs au reste de la détention.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rachel Sarg, « L’expérience carcérale religieuse des pointeurs, ou la recherche du salut », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 05 octobre 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9393 ; DOI : 10.4000/champpenal.9393

Haut de page

Auteur

Rachel Sarg

Université de Strasbourg / Chercheuse associée au CADIS (EHESS-CNRS). Contact : rachelsarg@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org