Navigation – Plan du site
Dossier : Sexualité et institutions pénales

Inciter des auteurs d’infractions à caractère sexuel incarcérés à se soigner

Ethnographie d’un établissement pénitentiaire et d’un service de soins spécialisés
Sébastien Saetta

Résumés

La loi du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles, qui a introduit en France l'injonction de soin à la place ou en complément d'une peine d'emprisonnement ferme, a également introduit la notion d'« incitation aux soins » pour les auteurs d'infractions à caractère sexuel incarcérés. Ces derniers sont regroupés au sein d'établissements pénitentiaires spécifiques disposant notamment d'une unité de soins spécialisée. Dans cet article, sont d'abord décrits et analysés les dispositifs et stratégies par lesquels le législateur, les juges, le personnel pénitentiaire et les thérapeutes de cet établissement et de cette unité s'y prennent pour amener cette catégorie de détenus – a priori peu enclins à demander des soins – dans le bureau des thérapeutes. Y sont ensuite décrites et analysées les techniques mobilisées par ces derniers pour modifier le fonctionnement psychique des détenus, et les amener à réfléchir sur eux, à manifester de l'empathie et à comprendre le sens des interdits. La médicalisation des auteurs d'infractions à caractère sexuel, entre « gestion des risques » et « tutelle de l'intime », constitue ainsi une forme de socialisation autoritaire, les thérapeutes participant à la fabrique d'un sujet contemporain enjoint de travailler sur lui et renvoyé à lui-même dans la gestion de ses désirs et comportements.

Haut de page

Plan

Haut de page

Notes de l’auteur

La recherche à laquelle s’adosse cet article a été réalisée dans le cadre du programme de recherche Contrast, financé par l’Agence Nationale de la Recherche, et coordonné par Livia Velpry et Benoît Eyraud. Ce programme prend pour objet d’étude la régulation des pratiques de contrainte dans le champ de la santé mentale. Cf. Collectif Contrast, 2014 et Velpry, Eyraud, 2014.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Cette augmentation est liée à celle des AICS incarcérés. Selon les sources de l’administration péni (...)
  • 2 Ces thérapeutes, comme par exemple Claude Balier, André Ciavaldini et Roland Coutanceau, ont tout à (...)
  • 3 Cf. le rapport Balier et al. (1995), dans lequel est par exemple énoncé que la confrontation à la j (...)

1L’idée de soigner spécifiquement les auteurs d’infractions à caractère sexuel (AICS) émerge dans le contexte français durant les décennies 1980 et 1990. Ce sont d’abord des thérapeutes exerçant en milieu pénitentiaire qui, confrontés à l’augmentation du nombre d’AICS au sein de leur service1, suggèrent, par leurs pratiques et leurs écrits2, que ces derniers peuvent être soignés. Cette évolution du côté de la prison et du soin se déroule de façon concomitante à la construction d’un nouveau problème public et d’une nouvelle menace : la criminalité pédophile (Boussaguet, 2008). Le législateur se mobilise ainsi à partir de 1993, et met notamment en place plusieurs commissions et groupes de travail susceptibles de le guider dans l’élaboration d’une nouvelle loi visant à résoudre ce problème. Des thérapeutes sont alors mobilisés au sein d’un groupe de travail sur le traitement et le suivi médical des auteurs de délits et de crimes sexuels, et arrivent notamment à la conclusion que la confrontation à la justice, le rappel à la loi et l’incarcération peuvent constituer des moments propices à l’amorce d’une thérapie3.

2Ces réflexions aboutissent à la Loi n° 98-468 du 17 juin 1998 relative à la prévention et à la répression des infractions sexuelles ainsi qu’à la protection des mineurs, qui pose les grandes lignes de la prise en charge de cette catégorie d’infracteurs et crée notamment l’injonction de soins (IS), susceptible d’être prononcée dans le cadre d’un suivi socio-judiciaire (SSJ), et ce, à la place ou à la suite d’une peine privative de liberté. Dans le second cas de figure, i.e. dans le cas où la personne est incarcérée, la loi de juin 1998 a également introduit la possibilité, pour la personne condamnée de commencer à se soigner en prison. C’est à ces soins, tels qu’ils sont susceptibles de se mettre en place en prison, et non à l’injonction de soins proprement dite, qu’est consacré cet article.

  • 4 Le consentement a été introduit par la loi du 17 juin 1998 dans le Code Pénal via l’article 136-36- (...)
  • 5 Dans le cadre d’une peine privative de liberté, le traitement constitue une “possibilité” dont le c (...)

3À ce sujet, les acteurs en charge de cette population se trouvent confrontés à un problème : bien qu’il ne soit pas possible de forcer les AICS à se soigner et que la mise en place des soins nécessite leur consentement – et ce, tant à l’extérieur4 qu’à l’intérieur de la prison5, il faut pourtant bien protéger la société et tout mettre en œuvre pour qu’ils se rendent dans le bureau des thérapeutes. Bien que le consentement constitue un prérequis de toute prise en charge sanitaire au sein de la prison et qu’il ne soit pas possible d’aller chercher les AICS dans leurs cellules pour les soigner, une pression s’exerce sur le thérapeute, le juge et le législateur qui doivent tout mettre en œuvre pour qu’ils s’engagent dans un processus de soin. Le problème apparaît d’autant plus épineux que, de l’avis des thérapeutes, cette population n’est ni demandeuse, ni souffrante. Dans un article où il commence par énoncer une partie de ce problème – à savoir l’absence de demande et de souffrance de cette population –, Doron met en exergue l’idéologie thérapeutique par laquelle les soignants le résolvent. Il montre que cette idéologie, imprégnée de psychanalyse, transforme la contrainte en soin et en attitude proprement thérapeutique, l’absence de souffrance en souffrance cachée, le manque de demande en acquiescement secret (Doron, 2011).

4Il s’impose toutefois de décrire et d’analyser plus en détail ce processus de médicalisation, et de décrire et analyser la façon dont thérapeutes, mais aussi juges et personnel de l’administration pénitentiaire résolvent – ensemble, mais également selon des logiques qui leur sont propres – ce problème que constitue l'absence de demande des AICS, et le solutionnent notamment en situation. La prise en charge de cette population se construit autour d’une articulation complexe et subtile de contrainte et de consentement, de refus et d’acquiescement, de réticence et d’adhésion qu’il s’agira de décrire. Quelles sont les stratégies et techniques par lesquelles les différents acteurs s’y prennent pour faire en sorte que des détenus, qui ne peuvent être formellement contraints et n’apparaissent pas demandeurs, amorcent néanmoins une thérapie ? Comment les thérapeutes s’y prennent-ils ensuite pour « guérir » les AICS et en quoi consiste exactement la thérapie ? Que s’agit-il de prendre en charge, de discipliner et de modifier ?

5C’est à une étude du processus de médicalisation en acte des AICS, i.e. tel qu’il déploie dans la pratique, que sont consacrés les développements ultérieurs dont voici la méthode suivie.

  • 6 Ma présence était tolérée à la condition que le patient soit d’accord et que je n’intervienne pas d (...)
  • 7 J’ai partagé durant trois mois et à raison de deux jours par semaine le quotidien des professionnel (...)

6J’ai procédé, au sein d’un Centre de Détention spécialisé dans la prise en charge des AICS, à l’ethnographie d’un service de soins spécialisé dans leur prise en charge : le Dispositif de Soins pour les Auteurs de Violences Sexuelles (DSAVS). Il m’a été permis d’assister à des entretiens individuels entre thérapeutes et patients ainsi qu’à l’intégralité des séances (n=5) d’un groupe de parole6 et à des réunions cliniques. Je me suis régulièrement entretenu avec les thérapeutes, la secrétaire du service et un agent de l’administration pénitentiaire spécialement affecté à ce service7. En complément de ce terrain au DSAVS, et afin d’observer la façon dont la thématique des soins est discutée au sein de l’administration pénitentiaire, j’ai également observé des réunions de l’administration pénitentiaire telles que la Commission de Parcours d’Exécution des Peines ou la Commission Pluridisciplinaire Unique. Il s’agissait de rester au plus près des pratiques des acteurs afin de comprendre comment se déroule concrètement le processus de médicalisation d’une population ne relevant pas initialement du soin.

  • 8 Conseil d’État, Étude annuelle du Conseil d’État Le droit souple, 2013, Paris, La Documentation f (...)

7L’ethnographie pratiquée fut toutefois une ethnographie attentive aux différents contextes (législatif, institutionnel, organisationnel, professionnel, déontologique et éthique) dans lesquels les thérapeutes et les autres acteurs de la prise en charge travaillent et évoluent. Je m’appuie ici sur les mises en garde de Cicourel qui énonce que la stratégie méthodologique consistant à ne s’appuyer sur aucune autre information que les conversations locales médecins-patients peut s’avérer fallacieuse. Quand le “contexte” est défini de façon aussi restrictive, non seulement les contraintes ou facilités organisationnelles et institutionnelles préexistantes sont ignorées par le chercheur, mais les types de données à analyser sont restreints eux aussi (Cicourel, 2002, 34). La prise en charge s’organise en effet tant sous la coupe du droit, que de celle de l’institution ou organisation au sein de laquelle elle se déploie, de la déontologie et de l’éthique médicale ou de ce que le Conseil d’État a récemment désigné par l’expression « droit souple »8, et comprenant notamment les recommandations de bonnes pratiques énoncées par la Haute Autorité de Santé. Ces différentes instances et institutions se montrent prescriptives, et énoncent des règles et normes supposées organiser la prise en charge et guider les professionnels dans leurs activités quotidiennes. Ces règles se matérialisent et apparaissent notamment dans des écrits locaux, des « écrits en situation » (guides méthodologiques à destination des professionnels ou divers documents internes au service, projet médical, notes de services, cartons de rendez-vous, attestations, questionnaire d’accueil, et cætera.) auxquels j’ai porté une attention particulière, dans la mesure où ils permettent de reconnecter et réarticuler deux dimensions trop souvent séparées dans les analyses : les activités situées d’une part, les fonctionnements organisationnels de l’autre (Rot et al., 2014).

  • 9 Tandis que Claude Balier écrit que se donner un objectif de réparation du fonctionnement des proces (...)
  • 10 Bien que principalement organisé autour des idées des précurseurs et de Balier, ce champ est depuis (...)
  • 11 Un temps important des thérapeutes du DSAVS est consacré à la formation. Le projet médical indique (...)

8Une attention privilégiée a été portée à la littérature soignante et professionnelle dans la mesure où elle s’avère particulièrement régulatrice et prescriptive, et joue un rôle prépondérant dans ce champ de la prise en charge des AICS. Cette littérature, constituée de nombreux articles, ouvrages et rapports parus au cours des trois dernières décennies, ont été rédigés par des psychiatres, psychologues et psychothérapeutes à tendance psychanalytique. C’est ainsi que Freud, mais aussi Winnicot, Roussillon ou d’autres psychanalystes y sont mobilisés. Il s’agit toutefois d’un infléchissement de la posture psychanalytique9. Or, on remarque, à l’observation du service, que les thérapeutes connaissent cette littérature, et que leurs pratiques en sont imprégnées. Ces derniers font fréquemment référence aux travaux ou idées de Balier, Ciavaldini ou d’autres thérapeutes tout à la fois lus et rencontrés. Ce champ de la prise en charge des AICS se caractérise également par l’existence d’associations ou de centres de formations spécifiques tels que l’Association pour la Recherche et le Traitement des Auteurs d’Agressions Sexuelles (ARTAAS) et les Centres Ressources auprès des Intervenants de Violences Sexuelles (CRIAVS) chargés de diffuser ces savoirs et de former les professionnels à la prise en charge de ce public. Bien que traversé de conflits et de désaccords10, le champ de la prise en charge des AICS s’organise autour des idées et règles énoncées au sein de cette littérature, et diffusées lors de formations, de conférences et de colloques, et qui participent à la socialisation professionnelle des thérapeutes amenés à prendre en charge cette catégorie d’infracteurs11.

9Cet article est construit autour de trois parties. Une première partie fait état du cadre législatif et pénitentiaire visant à spécialiser la prise en charge de cette catégorie d’infracteurs et à instaurer un régime de chantage dont on remarque qu’il ne suscite pas la désapprobation des thérapeutes constituant l’objet de cette recherche. Les deux parties suivantes décrivent plus précisément le travail des thérapeutes : la première montre de quelle façon ces derniers, lors d’une phase que nous qualifions de « pré-thérapeutique », cherchent à faire venir les AICS dans leur bureau et à provoquer l’émergence d’une demande de soins, la deuxième décrit le travail thérapeutique proprement dit, i.e. le travail consistant non pas simplement, à rappeler des interdits, ou à agir sur des comportements en vue de les corriger, mais également à provoquer une modification du fonctionnement psychique des patients.

I - Entre spécialisation de la prise en charge et institution d’un régime de chantage

  • 12 Souligné par nos soins, tout comme l’ensemble des termes en italiques qui ne sont pas des termes d’ (...)

10Le législateur, par la loi du 17 juin 1998, a esquissé le cadre permettant de soigner les AICS pendant leur détention. Il a notamment énoncé la possibilité12, pour les AICS condamnés à une peine privative de liberté et à une peine de suivi socio-judiciaire comprenant une injonction de soin (IS), d’amorcer un traitement en prison, et a aussi émis l’idée qu’ils devaient, pour ce faire, être orientés vers des établissements pénitentiaires disposant d’un service de soin adapté.

11De nombreux textes législatifs, qu’il s’agisse de lois, de circulaires ou de décrets, ont, à la suite de la loi du 17 juin 1998 précisé et épaissi ce cadre afin de tout mettre en œuvre pour amener les AICS à se soigner. Ces textes ont tant contribué à la création d’une filière spécialisée au sein de laquelle les AICS sont informés de la possibilité d’amorcer une thérapie qu’à l’institution d’un régime de chantage visant à faire sortir plus tôt et à octroyer des privilèges aux détenus entreprenant les soins. Les thérapeutes travaillent ainsi dans un cadre spécifique, estimé salutaire et nécessaire mais au sein duquel ils souhaitent malgré tout bénéficier d’une certaine autonomie.

1) Une spécialisation de la prise en charge des AICS

1.1. La création d’établissements labellisés

  • 13 Plus âgés que le reste de la population pénale, ces détenus sont aussi généralement décrits comme t (...)
  • 14 Comme par exemple les Centres de Détention de Casabianda, Mauzac et Caen, qui, respectivement, en a (...)
  • 15 Circulaire DHOS/F2/F3/DSS/1A n°2008-356 du 8 décembre 2008 relative à la campagne tarifaire 2008 de (...)
  • 16 Dotation de 1 850 000€, majorée en fonction du nombre d’établissements et d’auteurs d’AICS dans cha (...)
  • 17 Le renforcement des équipes de psychiatrie existantes est à ce jour la modalité principale de mise (...)

12L’idée de spécialiser la prise en charge des AICS était en germe dans la loi du 17 juin 1998 dans la mesure où fut créé un article énonçant que « lorsqu’une personne condamnée à un suivi socio-judiciaire comprenant une injonction de soins doit subir une peine privative de liberté, elle exécute cette peine dans un établissement pénitentiaire (...) permettant de lui assurer un suivi médical et psychologique adapté » (art. 763-7 du Code de Procédure Pénale). Cela signifiait que l’établissement devait être doté d’un service de soins susceptible de les prendre en charge, comme par exemple un Service Médico-Psychologique Régional (SMPR). Parallèlement à cette évolution, émerge l’idée de regrouper les AICS au sein d’établissements spécialisés tant pour les soigner que pour les protéger des autres détenus, mais aussi du fait de leur profil, estimé spécifique13. Tandis que des établissements s’étaient, de fait, déjà spécialisés dans la prise en charge de cette catégorie d’infracteurs14, la notion d’établissement spécialisé et labélisé émerge en 2008 via une circulaire énonçant la nécessité de « renforcer et de structurer l’offre de soins en direction des auteurs de violences sexuelles incarcérés, par la mise en place d’une organisation régionale coordonnée, articulée avec la spécialisation de certains établissements pénitentiaires dans l’accueil de ce type de personnes détenues »15. Cette spécialisation s’est concrétisée en 2009 par l’établissement d’une liste de 22 établissements labellisés, et par l’octroi d’un complément de dotation pour chaque région accueillant un tel établissement16. Les établissements de santé désignés par l’Agence Régionale de Santé (ARS) pour intervenir dans ces établissements pénitentiaires reçoivent désormais des budgets supplémentaires permettant de recruter du personnel et de couvrir les frais de fonctionnement des services. L’ARS laissent toutefois aux établissements le soin d’organiser cette prise en charge, la circulaire de 2008 précisant que « l’organisation régionale pourra se traduire par le renforcement des équipes de psychiatrie (...), la création d’équipes mobiles rattachées à des services médico-psychologiques régionaux ou toute autre organisation qui paraîtrait plus appropriée à la situation régionale »17.

  • 18 Les trois unités, au moment de l’enquête, étaient en effet gérées par trois établissements de santé (...)

13Le Centre de Détention (CD) où a été effectuée cette étude - et qui sera appelé le CD de Nil - constitue l’un des 22 établissements labellisés en 2009, et contenait, au moment de l’enquête, environ 80% d’AICS. Il s’agit d’un établissement où l’accent - comme dans tout CD - est davantage mis sur la réinsertion et la resocialisation des détenus que sur leur surveillance, avec divers ateliers de travail (métallerie, menuiserie, reliure et façonnage), un service des sports, un potager, des espaces extérieurs, une salle de musique, un dispositif de formation professionnelle et un système dit de « portes ouvertes », permettant aux détenus d’évoluer librement au sein du CD la majeure partie de la journée. Il s’agit également d’un établissement doté de trois services de soins, distincts administrativement18 : le Dispositif de Soins Psychiatriques (DSP), le Dispositif de Soins Somatiques, et le DSAVS, la création de ce dernier relevant du choix de l’établissement chargé par l’ARS d’intervenir au sein du CD de Nil.

1.2. La création d’un service de soins dédié à la prise en charge des AICS

  • 19 « Projet médical du dispositif de soins pour auteurs de violence sexuelle (DSAVS) au centre de déte (...)

14L’établissement de santé chargé par l’ARS d’intervenir au CD auprès des AICS a fait le choix, en 2012, de mettre en place une unité spécialement dédiée aux AICS incarcérés, dénommé DSAVS, et constitué d’environ trois Équivalent Temps Plein (ETP) de psychologues, d’un ETP infirmier, d’un demi ETP de secrétariat et d’un demi ETP de médecin. Bien que le DSAVS partage avec les deux autres dispositifs le même couloir, il occupe des locaux spécifiques, ce fait étant justifié ainsi dans le projet médical : « les particularités du public accueilli exigent des locaux spécifiques, dans une zone sécurisée par l’administration pénitentiaire afin d’éviter toute discrimination par le reste de la population pénale et permettre une confidentialité renforcée »19. Le DSAVS, situé au bout du couloir, possède donc ses propres locaux (cinq bureaux, un secrétariat, une salle d’activité), sa propre secrétaire et ses propres dossiers médicaux. Il possède également son propre surveillant, ce choix étant justifié, dans la convention cadre signée entre le CD et l’établissement de santé par la nécessité de « renforcer la surveillance lors des mouvements d’entrée et sortie des patients au sein de l’unité de soins et pour assurer la sécurité ».

15La notion de consentement est alors rappelée dans le projet médial, y étant précisé que le DSAVS « a pour objectif de permettre à la personne détenue pour des faits de cette nature, de s’engager dans des soins de façon librement consentie, en correspondance avec la notion d’incitation aux soins telle qu’évoquée dans les articles 717-1 et 163-7 du Code de Procédure Pénale ». Il est précisé que ces soins s’intègrent sur indication médicale et « selon un projet personnalisé et individualisé pour chaque AICS » établi après un entretien d’évaluation réalisé par un membre du DSAVS ou de façon collégiale et pluridisciplinaire pour les situations les plus complexes ». Le projet médical DSAVS propose des entretiens individuels avec des infirmiers, des psychologues et des médecins ainsi que des « prises en charge groupales » sous la forme de « groupes de parole ».

1.3. L’accueil au CD de Nil

16Les AICS, placés comme tous les autres détenus lors de leur arrivée au « quartier arrivants », se voient remis un « Livret arrivant » dans lequel sont présentés les différents services de l’établissement, dont le DSAVS : « Le Centre de Détention de Nil fait partie des 22 établissements pénitentiaires désignés comme spécialisés dans l’accueil des Auteurs d’Infractions à Caractère Sexuel. Le DSAVS propose des prises en charge spécifiques et adaptées aux besoins de patients. Toute personne condamnée et incarcérée pour une infraction à caractère sexuel (...) peut demander une prise en charge personnalisée (...). Cette prise en charge est différente et complémentaire à celles proposées par l’équipe de soins psychiatriques de l’unité sanitaire ». Le détenu incarcéré pour des faits de nature sexuelle est donc, dès son arrivée, informé de la possibilité de demander une prise en charge, cette possibilité lui étant rappelée oralement par la psychologue du Parcours d’Exécution des Peines dont les missions seront détaillées infra.

17La prise en charge pénitentiaire des AICS s’est donc progressivement organisée autour des soins, différents événements législatifs ayant participé à définir un cadre visant à prendre en charge ce public de façon spécifique. Ces dispositions législatives se sont concrétisées au sein de de la région et de l’établissement observés par la mise en place d’un service de soins spécialisé dans la prise en charge de ce public. Il s’agit donc ici de l’un des aspects du processus de médicalisation : l’augmentation et l’extension des institutions de santé et du personnel médical et paramédical (Aïach, Delanoë, 1998). Toutefois, cette augmentation ne résout pas en elle-même le problème, et ces soins restent présentés au détenu comme une possibilité. Bien qu’informé de l’existence du DSAVS, celui-ci peut très bien décider de ne pas se rendre dans le bureau du thérapeute. Or, le soin, comme le montre Doron, est devenu l’un des rouages principaux qui permet le fonctionnement de la machine pénale, au point que celle-ci vient buter sur le refus de soin comme sur un obstacle qu’elle s’efforce de dépasser par tous les moyens (Doron, 2010, 285). C’est ainsi que, parallèlement à ce cadre, a été institué, tant par le législateur et la justice que par l’administration pénitentiaire, tous trois animés par la « volonté de soigner » (Ibid.), un régime de « chantage » ne laissant pas vraiment le choix aux détenus.

2) L’institution d’un régime de « chantage »

2.1. Suivre une thérapie afin de sortir plus rapidement de prison

  • 20 Assemblée nationale, séance du 27 septembre 1997.
  • 21 Cf. aussi Renard, 2013, qui parle plus globalement d’une responsabilisation en trompe l’œil.
  • 22 Rapport du Comité européen pour les problèmes criminels, Instruments et activités du conseil de l’E (...)

18Comment concilier éthique médicale et lutte contre la récidive, et respecter le consentement d’une personne condamnée tout en cherchant à protéger la société et à faire en sorte que celle-ci soit soignée ? Tel est le problème qui s’est posé au législateur au moment de la rédaction de la loi du 17 juin 1998. Voici comment Élisabeth Guigou, Garde des Sceaux de l’époque, s’est proposé de le résoudre : Bien évidemment, aucun traitement ne pourra être entrepris sans le consentement du condamné. Toutefois, si celui-ci refuse les soins qui lui sont proposés, l’emprisonnement prononcé par la juridiction comme sanction de l’inobservation du suivi socio-judiciaire pourra être ramené à exécution par le juge d’application des peines20. C’est ainsi que fut introduit dans le code pénal un article reprenant quasiment mot pour mot les propos de la ministre : « Le président avertit alors le condamné qu'aucun traitement ne pourra être entrepris sans son consentement, mais que, s'il refuse les soins qui lui seront proposés, l'emprisonnement (...) pourra être mis à exécution » (art. 131-36-4 du Code Pénal). Bien que l’injonction de soins nécessite le consentement du condamné, celui-ci n’a donc pas vraiment intérêt à refuser les soins et à faire valoir son droit au consentement. Cela a conduit le juriste Mistretta, dans un article où il analyse la valeur du consentement tel qu’il a été introduit dans le code pénal et dans le cadre des soins pénalement ordonnés (Mistretta, 2011), à parler de « chantage » et à qualifier ce consentement de « consentement pression » et de « consentement extorqué »21. L’injonction de soins rentre de ce fait dans la catégorie de ce que le Conseil de l’Europe dénomme « les mesures quasi forcées », définies comme une « alternative spécifique à l’incarcération [qui se] réfère au choix proposé à un délinquant de suivre un traitement ou de se voir infliger une sanction pénale pour les infractions pour lesquelles il a été (ou pourrait être) condamné »22.

  • 23 « Lorsque la personne a été condamnée pour un crime ou un délit pour lequel le suivi socio-judiciai (...)
  • 24 Les Crédits de Réduction de Peine (CRP), appelés autrefois « réductions de peine ordinaires » sont (...)

19À ce texte, concernant l’IS telle qu’elle est censée se mettre en place à l’extérieur, ont été ajoutés d’autres textes de droit sur l’incitation aux soins. Le premier texte est intégré par la loi du 17 juin 1998 et concerne les réductions supplémentaires de la peine. Tandis que l’article 721-1 du Code de Procédure Pénale énonce que ces réductions peuvent être octroyées aux « condamnés qui manifestent des efforts sérieux de réadaptation sociale », la loi du 17 juin 1998 a précisé que « les personnes condamnées à un suivi socio-judiciaire comprenant une injonction de soins, et qui refusent un traitement pendant leur incarcération, ne sont pas considérés comme manifestant des efforts sérieux de réadaptation sociale ». Le risque n’est donc pas, dans ce cas, d’être (ré)incarcéré, mais de rester plus longtemps en prison. De nombreuses lois et circulaires entre 2005 et 2012 ont ensuite précisé ce cadre et fait de la poursuite d’une thérapie l’une des conditions à l’octroi d’une libération conditionnelle23 et au bénéfice du crédit de réduction de peine24. Bien que la loi ne l’énonce pas, les observations et entretiens effectués auprès du personnel pénitentiaire et des thérapeutes permettent également de remarquer que le fait de suivre un traitement constitue l’une des conditions aux permissions de sortir.

  • 25 La notion de régularité a été introduite par la Loi n°2012-409 du 27 mars 2012 de programmation rel (...)

20C’est par le biais d’attestations établies par le DSAVS et remises au détenu que le juge d’application des peines s’assure du fait que la personne suit son traitement. Le DSAVS dispose pour ce faire de trois attestations types : une attestation dans laquelle est mentionné que le détenu a été reçu un jour donné (« Monsieur..., né le…, a été reçu par le DSAVS le… »), une attestation dans laquelle est stipulé qu’il a été ou est suivi régulièrement25 (« Monsieur…, né le…, a été suivi régulièrement du… au… » ; « Monsieur…, né le…, est suivi régulièrement depuis le… ») et une attestation expliquant que le détenu a été reçu mais qu’il a été décidé de ne pas poursuivre la prise en charge en raison de son « manque d’implication » (« Monsieur…, né le…, a été reçu les…. À l’issue de ces entretiens d’évaluation, et au regard du manque d’implication de Monsieur… dans les soins proposés, nous avons décidé de ne pas poursuivre la prise en charge. Cependant, toute nouvelle demande de sa part sera réévaluée au regard des nouveaux éléments de sa situation »).

2.2. Suivre une thérapie : un indicateur de bonne conduite pour la pénitentiaire

21Le fait de suivre des soins procure également des privilèges au sein de la détention. Les détenus qui ont un comportement exemplaire et remplissent une série de critères (indemniser les parties civiles, travailler, suivre une thérapie, ne pas être impliqué dans des incidents) peuvent être placés au « quartier de confiance ». Il s’agit d’un quartier du CD sans surveillant, équipé de caméra, et composé de chambres tout à la fois spacieuses et individuelles. Le fait de suivre des soins constituent donc, parmi d’autres critères, un indicateur de bonne conduite. Le CD de Nil, comme l’ensemble des CD mais aussi désormais des maisons d’arrêt, a également mis en place un dispositif de « parcours d’exécution des peines » (PEP) ayant pour but d’accompagner le condamné tout au long de sa peine afin de « l’aider à s’investir dans un projet réévalué tous les ans » (Livret arrivant). Les soins peuvent aussi faire partie de ce projet, le condamné pouvant être interrogé à ce sujet lors des commissions visant à faire le point sur sa situation : « Vous voyez toujours Mme Gilbert du DSAVS ? Car la dernière fois, vous m’aviez dit que vous vouliez arrêter... Aller se faire soigner, au même titre qu’indemniser, de travailler ou de suivre une formation, peut ainsi faire partie de ce projet, et permet d’être globalement perçu comme un « bon » détenu par l’administration pénitentiaire et l’équipe PEP » (psychologue PEP, Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation, chefs de bâtiments, chef de détention, directeur adjoint). Ces acteurs peuvent notamment constituer des appuis lors des différentes confrontations avec les juges de l’application des peines, et peuvent aussi participer à rendre la détention plus agréable et supportable.

3) Les thérapeutes et le cadre juridico-pénal : entre convergence et distinction

  • 26 On peut par exemple citer le psychanalyste Bourillon qui, dans un ouvrage consacré à la prise en ch (...)
  • 27 Citons par exemple le psychiatre Coutanceau, qui se déclare également criminologue et pense, par ex (...)

22Comment les thérapeutes se situent-ils au sein de ce cadre et envisagent-ils leur mission ? Est-il notamment envisageable, pour eux, de soigner des personnes dont le consentement a été « extorqué » ? Il s’impose, avant toute chose, de préciser l’absence de consensus à ce sujet. On repère, au sein des thérapeutes impliquées dans la prise en charge des AICS, des divergences dans la façon de se positionner vis-à-vis de la justice et des soins pénalement ordonnés. Tandis que des thérapeutes se sont montrés hostiles à l’injonction de soins et à toute forme de collaboration avec la justice26, d’autres, à l’opposé, se sont montrés favorables à une collaboration plus étroite27. L’analyse repose ici sur les écrits de thérapeutes adoptant une position intermédiaire, qui a fini par constituer, en France, la position dominante et s’est notamment concrétisée dans les dispositifs décrits et analysés ici.

3.1. Une finalité commune et un cadre estimé salutaire

23L’analyse d’une partie de la littérature professionnelle permet d’abord de remarquer que les thérapeutes inscrivent leur travail dans une perspective de santé publique visant à lutter contre la récidive. Balier et al. énoncent dans leur rapport remis en 1995 au législateur que s’il convient de laisser au psychiatre sa pleine et entière responsabilité en matière d’éthique et de déontologie, il ne devra toutefois pas oublier que sa mission n'est pas réductible au seul individu mais comporte une dimension collective de santé publique, et qu'en conséquence, il doit mesurer l'impact que pourraient avoir des comportements destructeurs de tels patients, et notamment d'éventuelles rechutes (Balier et al., 1995). Les auteurs témoignent ainsi de leur volonté de participer à résoudre ce problème public que constituent les violences sexuelles et la réitération de leurs auteurs.

24Il est également affirmé, dans cette littérature professionnelle, que le cadre pénitentiaire et judiciaire est tout à la fois utile et nécessaire. Tandis qu’André Ciavaldini énonce par exemple que l’incarcération permet [aux AICS] de trouver une ébauche d’organisation psychique les rendant a minima accessible à une procédure de soin (Ciavaldini, 1999, 217), Balier et ses collègues énoncent que la confrontation à la justice pour l'acte commis et prouvé est chose nécessaire pour lever le déni et contraindre le mis en cause à s'interroger sur son propre fonctionnement (Balier et al., Ibid.). Dans un autre rapport, rédigé dans le cadre d’une recherche détaillée infra, il est écrit « qu’il s’agira donc d’utiliser ce temps perceptif où pèsera sur le sujet le percept judiciaire (tel une main sur l’épaule qui guide le non-voyant) pour le placer sur des bases où pourraient s’établir les pré-conditions d’une mise en représentation psychique de son acte et de ses incidences, c’est-à-dire les conditions d’une mise en absence de l’objet, seule voie pour accéder à un symboliquement partageable, autrement dit pour instaurer un traitement psychothérapique efficace (Balier et al., 1996, 267). La judiciarisation et l’incarcération sont donc envisagées par les thérapeutes comme des moments particulièrement opportuns et propices à l’amorce d’une thérapie.

3.2. Un opportunisme qui ne constitue pas nécessairement une contre-indication

  • 28 Propos d’un détenu relevé lors d’un entretien individuel.
  • 29 Conférence de consensus organisée les 22 et 23 novembre 2001 suite à la loi du 17 juin 1998 et inti (...)

25On a vu, dans la partie précédente, que les détenus étaient susceptibles de venir voir les thérapeutes en vue d’obtenir divers avantages. Il est ainsi fréquent de repérer une forme d’opportunisme chez certains d’entre eux qui, lors de leurs échanges avec les thérapeutes du DSAVS, ne cachent pas le caractère intéressé de leur demande (je viens car, à la fin de l’année, je suis permissionnable28). On peut citer le cas de ce détenu qui, dans le courrier adressé à la psychologue pour avoir un rendez-vous, écrit : « je vous adresse ce courrier afin d’avoir un entretien avec vous car on m’a demandé de faire un suivi psychologique ». Nous sommes donc loin d’une demande spontanée, prérequis de la relation de soins « classique ». Il s’agit ainsi bien d’un consentement pression, extorqué, très éloigné de toute idée de liberté (Mistretta, Ibid., 2011, 28). Ce fait constitue-t-il, pour les thérapeutes, et notamment ceux du DSAVS, une contre-indication à l’amorce d’une thérapie ? L’analyse de la littérature professionnelle et des entretiens avec les thérapeutes du DSAVS permet d’y répondre par la négative, et de constater que cet opportunisme des patients ne constitue pas une contre-indication à l’amorce d’une thérapie. Dans les recommandations énoncées dans le cadre d’une conférence de consensus impulsée en 2001 par la Fédération Française de Psychiatrie29, il est écrit que « le caractère opportuniste du consentement n’est pas obligatoirement une contre-indication à l’engagement d’une relation thérapeutique ». Cette idée est également énoncée par l’une des thérapeutes du DSAVS qui, lors de l’entretien collectif, explique : [Il ne] faut pas oublier que cette carotte et ces récompenses par rapport aux soins, c’est ce qui fait que des patients passent le pas de notre porte, et que certains saisissent l'opportunité de faire un travail sur eux. S’il n'y avait pas eu ça, cet aiguillage, ils ne seraient jamais venus.

3.3. La volonté de distinguer les champs professionnels

  • 30 André Ciavaldini se démarque à ce sujet de ses « collègues étrangers » (comprendre canadiens et ang (...)
  • 31 Je fus en effet fréquemment pris à parti par divers acteurs qui se montraient agacés du fait que le (...)

26Balier et al. (1995) affirment toutefois que si la finalité sociale est commune, il est impératif de distinguer les champs d'intervention judiciaire et psychiatrique. Il est notamment fréquemment expliqué dans la littérature à tendance psychanalytique30, que si la justice et l’administration pénitentiaire ont pour cible la récidive, le thérapeute, lui cherche à éviter la répétition. La loi du 17 juin 1998, respectueuse de ce point de vue, a organisé la prise en charge thérapeutique des AICS de façon à distinguer les deux espaces et à créer un cadre dans le cadre. Le projet médical du DSAVS indique à ce sujet que, bien que le DSAVS doive « entretenir des relations étroites avec différents partenaires », cela doit se faire « dans le respect des obligations professionnelles du secret professionnel ». J’ai remarqué que le personnel du DSAVS se montre particulièrement attaché au secret professionnel, cet attachement lui valant d’ailleurs des reproches de l’ensemble des acteurs de la détention31. Le DSAVS se présente ainsi comme un cadre dans le cadre. Il fonctionne de façon relativement autonome des autres services, limitant ses échanges avec les juges et le personnel pénitentiaire. La prise en charge s’organise ainsi autour d’un subtil équilibre entre collaboration et distinction.

27On voit que les thérapeutes n’ont pas besoin d’un consentement complètement libre et éclairé pour amorcer une prise en charge et se satisfont, dans un premier temps, d’un consentement « extorqué » et de la venue des détenus dans leur bureau, et ce, quel qu’en soit le motif. Il est fréquent de rencontrer ou d’entendre parler de détenus initialement réticents ou venus par opportunisme, et qui auraient fini par tirer profit de la rencontre avec le thérapeute. Nonobstant, l’enjeu, pour les thérapeutes, est ensuite de convertir ces AICS rétifs ou opportunistes en personnes demandeuses et enclines à travailler sur elles-mêmes. Nous allons désormais pénétrer dans les locaux du DSAVS afin de décrire et analyser les stratégies et techniques mobilisées à cet effet par les thérapeutes du DSAVS.

II - Les pratiques et stratégies des thérapeutes pour enclencher des soins : entre convocation, évaluation et contractualisation

  • 32 Propos de l’une des thérapeutes du service recueillis lors d’un entretien collectif.

Le patient arrive avec cette obligation, qui est dictée par un autre, et nous, on peut lui permettre ou pas de se saisir de quelque chose de lui et pas de quelque chose qui vient de l’extérieur32.

1) Un infléchissement de la posture psychanalytique

Il ne s’agit pas d’attendre une demande de soins psychiques, il faut impérativement chercher à la susciter (Ciavaldini, 1999, 202)

  • 33 Le clivage constitue en psychanalyse un mécanisme de défense mobilisé par exemple par Claude Balier (...)
  • 34 Cette recherche, financée par la Direction Générale de la Santé et coordonnée par Balier et al., s’ (...)

28La prise en charge des AICS, notamment au DSAVS, s’organise autour d’une idée maîtresse : il faut impérativement chercher à susciter une demande de soins et se montrer particulièrement interventionniste. Cette idée constitue un infléchissement de la posture psychanalytique, justifié notamment par Balier dans l’ensemble de son œuvre mais tout particulièrement dans l’un de ses articles sur la prise en charge en prison (Balier, 1998). Il faut, selon lui, que le thérapeute y ait une position plus active, et ce, pour franchir la barre du clivage33 (Balier, 1998, 58). Sur le plan psychopathologique, les AICS constituent, pour les thérapeutes, une population particulière, du fait de mécanismes défensifs tels que le clivage et le déni de réalité nécessitant d’ajuster leurs pratiques. Ces mécanismes de défense expliqueraient qu’une partie des AICS n’apparaissent ni souffrants, ni demandeurs, ce qui, pour les thérapeutes, ne signifie pas pour autant qu’ils ne le sont pas. Ce dernier constat et l’infléchissement de la posture psychanalytique qui en découle, s’adosse également à une recherche-action, entreprise par Balier et al. (1996)34, fréquemment mobilisée dans la littérature.

29Cette recherche, dont les principaux résultats sont présentés dans l’ouvrage d’André Ciavaldini (1999), a notamment permis de montrer qu’à l’issue de la passation d’un questionnaire auprès de 172 auteurs d’agressions sexuelles, 50% d’entre eux ont énoncé une demande de thérapie et que 62% d’entre eux ont jugé cette expérience positive. Cela conduit Ciavaldini à conclure : Tous ces points nous amènent à proposer une ligne de conduite générale avec ce type d’agresseur il ne s’agit pas d’attendre une demande de soins psychiques, il faut impérativement chercher à la susciter (Ibid., 202).

30Cette littérature justifie ainsi une posture plus active et interventionniste. Il ne s’agit pas, pour les thérapeutes, d’attendre dans leur bureau que les AICS viennent à eux. Il convient plutôt de provoquer la rencontre et de se montrer proactif. Or, les entretiens et observations réalisés au DSAVS permettent de constater que non seulement cette littérature est bien connue des thérapeutes, mais que cette ligne de conduite oriente et guide tant l’organisation du service que les pratiques des thérapeutes.

2) Convoquer systématiquement et à plusieurs reprises

S’autoriser à proposer une rencontre systématique aux détenus condamnés pour des faits de cette nature et qui n’ont pas, jusque-là, débuté des soins ou qui les ont interrompus ou encore qui niaient, peut permettre à certains d’amorcer une relation thérapeutique. (Baron-Laforêt, 2000, 119).

  • 35 Entretien avec la secrétaire du DSAVS.
  • 36 Les détenus sont en effet également convoqués par les deux autres unités de soin.

31Les AICS sont d’abord systématiquement convoqués au DSVAS peu de temps après leur arrivée : voyez, celui-là, il arrive le 2 juin et je vais programmer un rendez-vous à partir du 23 juin35. Avertie par la direction interrégionale des services pénitentiaires de l’ensemble des arrivées au CD de Nil, la secrétaire a pour mission de repérer les AICS et de répartir les entretiens d’accueil entre les différents thérapeutes du service. Elle constitue pour chaque AICS un dossier médical, transformant ainsi symboliquement et administrativement chaque AICS en ‘patient’. Chaque AICS est ainsi convoqué peu de temps après son arrivée au CD, cette visite s’avérant distincte des autres visites médicales36. Les thérapeutes du DSAVS n’attendent donc pas que les détenus viennent à eux et ont mis en place un dispositif rigoureux de convocation.

32On relève, au sujet de ces convocations, une spécificité relative à leur distribution. La convention cadre a décrété l’affectation d’un agent de l’administration pénitentiaire au DSAVS afin, on l’a vu, de renforcer la surveillance lors des mouvements d’entrée et sortie des patients au sein de l’unité de soins. Toutefois, une présence prolongée au sein du service permet de remarquer que ses missions ne visent pas uniquement à surveiller mais concernent également le dispositif d’incitation aux soins. Un document, retrouvé dans une pochette de l’étagère du bureau de la secrétaire et intitulé « Attentes au niveau des missions du surveillant pénitentiaire », la charge de la « distribution quotidienne dans les quartiers de la détention des bons de rendez-vous, remis en main propre aux patients ». Le surveillant, lors d’une discussion informelle, m’explique l’intérêt de cette pratique : Comme ça, on est sûr que le gars a eu le carton. Il peut pas dire, 'je l'ai pas eu'... S'il vient pas, c'est donc, soit qu'il veut pas venir, soit qu'il a oublié. Parfois, il y en a qui ne prennent pas le carton, je reviens en disant qu'il a refusé. Ce dispositif de distribution des cartons vise à s’assurer de la remise du carton de rendez-vous au détenu et à résoudre le problème, maintes fois mentionné lors des discussions avec l’ensemble des acteurs, de cartons de rendez-vous ou de courriers qui, par négligence ou malveillance, n’arrivent jamais entre les mains des détenus. On voit qu’il peut également permettre de repérer les détenus rétifs.

33En plus d’avoir été informé de l’existence du DSVAS et du fait que les soins pourront lui procurer une série d’avantages, le détenu est ainsi convoqué systématiquement. Or, il arrive que des détenus ne se rendent pas à ce premier rendez-vous. Un « protocole d’incitation aux soins » a alors été envisagé par l’équipe afin de remédier à ce problème. Ce protocole repose sur l’idée qu’il faut solliciter régulièrement le détenu et indique aux thérapeutes la conduite à tenir. Ce protocole, qui n’a fait l’objet d’aucune formalisation écrite m’est expliqué lors des différentes discussions et entretiens avec les thérapeutes, et m’est aussi exposé lors de l’entretien collectif par l’un d’entre eux : Si le gars ne vient pas au premier rendez-vous, on se dit, ‘il s’est peut-être pas réveillé ou était je ne sais où’, et on lui remet donc un rendez-vous dans les jours qui suivent. S’il ne vient pas au deuxième, on le convoque pour une troisième fois et après, on dit, bon, c’est bon, on arrête là pour l’instant, mais on le reconvoque un an plus tard. Ce protocole, comme le précise ce thérapeute, repose notamment sur l’idée que le détenu peut évoluer, et qu’il faut « laisser la porte ouverte » : Et on a vu qu'il y en a qui s’en saisissent… Parfois, tu revois un mec et tu te dis, ‘il ne correspond pas au mec que j’ai vu il y deux ans et qui m’a envoyé bouler alors que là, il est en demande’. Donc, le principe, c'est toujours laisser la porte ouverte. Je découvre alors que l’incitation aux soins, dans ce service ne désigne pas l’ensemble des actes de soins, mais seulement cette pratique visant à solliciter régulièrement les réfractaires.

3) Scruter et susciter un désir de changement

  • 37 Il existe à ce sujet des questionnaires d’évaluation, comme l’URICA (University of Rhode Island Cha (...)

34La prise en charge de ceux qui ont accepté de venir débute par une phase d’accueil et d’évaluation réalisée à l’aide d’un questionnaire et visant à définir un « projet personnalisé et individualisé ». On remarque que cette phase a moins pour fonction d’effectuer un diagnostic que d’évaluer l'attitude de l’individu et notamment son désir de soin37. Un item, dans le questionnaire d’entretien d’accueil vise notamment à sonder le détenu à ce sujet : Pensez-vous qu’une prise en charge pourrait vous apporter quelque chose ? Dans certains cas, les thérapeutes, outre ce questionnaire, mobilisent le Questionnaire d’Investigation Clinique pour les Auteurs d’Agressions Sexuelles (QICPAAS), beaucoup plus long et nécessitant généralement plusieurs séances. Il s’agit d’un long questionnaire, défini par Ciavaldini, l’un de ses concepteurs, comme un « aménageur thérapeutique », visant tant à évaluer le détenu et s’en faire une idée, qu’à susciter une amorce de prise en conscience et un désir de prise en charge.

35Il arrive alors qu’à l’issue de l’entretien d’accueil et de la phase d’évaluation, que les thérapeutes estiment qu’une prise en charge n’est pas opportune. On peut prendre pour exemple le cas de Monsieur Bru qui, après s’être vu refusé une prise en charge, adresse un courrier au DSAVS afin d’en connaître les raisons : Je me permets de venir vers vous pour savoir s’il vous était possible de me remettre une copie de la synthèse que vous avez établie concernant le questionnaire auquel j’ai répondu. Il lui est alors adressé un compte rendu dans lequel les thérapeutes écrivent que « Monsieur Bru ne nous semble pas prêt à s’engager dans une thérapie en l’état actuel des choses ». Toutefois, ils ne lui ferment pas la porte pour autant, concluant : Nous laissons à monsieur B. l’initiative de reprendre contact avec nous quand il se sentira prêt à poursuivre son travail thérapeutique auprès de notre équipe. Nous le convoquerons, malgré tout, régulièrement dans le cadre de l’incitation aux soins. Le protocole d’incitation aux soins, s’il vise à relancer les réfractaires, vise également, on le voit à différer la prise en charge. Pour quelles raisons ?

36Dans le cas de Monsieur Bru, les thérapeutes évoquent, parmi d’autres arguments, « la forte résistance pour la construction d’un lien avec nous » ainsi qu’un manque d’investissement : « il n’a pas investi le QICPAAS ». Lors des discussions et entretiens, les thérapeutes disent différer la prise en charge dans le cas de patients vides, chez qui on n’entend rien et chez qui ils ne repèrent ni demande subjective, ni réflexion personnelle, ni questionnements, ni demande de soins pas plus que de souffrance. Une thérapeute lors d’une discussion collective, évoque l’une de ces situations où le patient s’est fait éconduire : Nous, les problématiques, on les voyait clignoter de partout, mais pas le patient… Et on ne peut pas faire le travail à sa place… Les thérapeutes réclament ainsi un minimum d’engagement et d’implication de la part des détenus, sans quoi ces derniers se voient provisoirement congédiés. Une interaction, rapportée par l’une des thérapeutes est à cet égard intéressante. Cette dernière explique avoir perdu son sang-froid et mis un patient à la porte. L’entretien aurait dérapé dans la mesure où, tandis qu’elle tentait de cerner son positionnement par rapport aux faits, le patient lui aurait dit : «Bon, il faut que je retourne au travail. Et la psychologue de rétorquer : Ah, bon, c’est pas du travail qu’on fait  ?! , pour le mettre ensuite à la porte, irritée par ce manque d’implication.

  • 38 Propos d’un thérapeute lors de l’entretien collectif.

37Ce monsieur, tout comme Monsieur Bru, ne constitue apparemment pas encore un “bon” candidat aux soins. Il lui faut, pour cela, faire preuve d’implication et manifester un désir de changement. Bien que les thérapeutes estiment qu’il est de leur rôle de susciter la demande, il faut malgré tout que la personne soit animée d’un minimum de désir de changement, l’évaluation de ce « minimum » relevant, aux dires de l’un d’entre eux, d’une démarche plutôt basée sur de l’intuition : Certaines choses ne sont pas superposables. Deux mecs qui vont tous les deux venir nous voir en entretien, qui vont tous les deux nous dire ‘je viens pour les remises de peine’, et bien il y en a un à qui on dira ‘dégagez’, puis un à qui on dira ‘on se voit’, avec l’intuition qu’il peut se passer quelque chose38.

4) Le groupe de parole : contractualisation de la relation de soin et gestion des absences

38Bien que l’on ne puisse pas forcer un détenu à se soigner dans l’enceinte de la prison, le DSAVS a toutefois énoncé l’obligation, pour les participants du groupe de parole, de se rendre aux séances. Le DSAVS a conçu une charte (« Règles du groupe de parole »), rédigée sur une feuille A4 et remise aux participants. La première règle concerne la question de la présence : « La présence à toutes les séances est obligatoire (sauf cas exceptionnel). Un calendrier vous est remis lors de la première séance ». Les patients signent également un document sur lequel est écrit : « Je soussigné, …, m’engage à participer à toutes les séances du groupe de parole et à en respecter les règles ». Il convient de noter que je fus moi-même, en tant qu’observateur du groupe de parole, enjoint tant par le chef de service que par les thérapeutes à respecter cette règle. C’est ainsi que je dus participer à l’ensemble des séances.

39Les professionnels du service se montrent particulièrement entreprenants lors des absences aux séances des groupes de parole. Lors de l’une d’entre elles, le surveillant du service, parti comme à l’accoutumée chercher les participants dans la salle d’attente, ne revient qu’avec deux patients au lieu de cinq... Sont-ils en retard ? Ont-ils oublié ? Leur absence pose tout à la fois question et problème ; il en va notamment de la tenue du groupe de parole dans la mesure où il apparaît difficile de conduire la séance avec seulement deux patients. Les psychologues, en se reposant sur le surveillant, cherchent à comprendre et à remédier à ces absences. Le surveillant prend le téléphone et appelle alors le bâtiment dans lequel réside un premier patient. Il n’obtient pas de réponse (il est pas encore 14h, ils sont en pause), mais parvient à joindre l’un des ateliers : Monsieur U., il est avec toi ? Car il a groupe de parole… Il avait zappé ?! Ben tu l’envoies s'il te plaît. Monsieur U. arrive quelques minutes plus tard, expliquant qu’il avait effectivement oublié. Le surveillant est ensuite informé que l’un des absents est en permission, et ne parvient toujours pas à joindre les surveillants de bâtiment pour savoir ce qu’il en est du troisième. Si vous voulez [en s'adressant aux psychologues], je vais voir au bâtiment C s'il y est pas. J'en ai pour 5 minutes… Les psychologues ne semblent pas emballées par l'idée. Finalement, la séance aura lieu avec trois des cinq participants.

40Toutefois, on remarque que les absences ponctuelles – je n’ai pas pu observer ce qu’il en était en cas d’absences répétées – ne sont pas véritablement sanctionnées. Elles donnent généralement lieu, la séance suivante, à des excuses et à des explications (je m’excuse de mon absence de la semaine dernière, j’étais en train de lire dans ma cellule, j’ai pas vu le temps passer), que les thérapeutes acceptent sans trop de problème. Cette obligation relève donc davantage d’une logique contractuelle à visée subjectivante que d’une logique de contrainte et de sanction. Il s’agit de faire en sorte que le patient respecte ses engagements et de susciter son adhésion.

  • 39 Il s’agit là d’une tendance dans la mesure où les pratiques des juges et de l’administration pénite (...)

41On repère donc une phase que l’on pourrait qualifier de « pré-thérapeutique », visant à faire venir le détenu, à l’évaluer, à susciter et entrevoir un désir de soin. Cette phase qui fait l’objet de discussions au sein du service fait également l’objet d’une forme de protocolisation. Comme le justifie l’un des acteurs, on est quand même dans une pathologie de la relation donc c’est important [ce protocole d’incitation aux soins]. Cette phase pré-thérapeutique vise notamment à repérer et susciter, derrière l’opportunisme de certains patients, une possibilité et un désir de changement. Elle vise ainsi à transformer l’opportunisme en désir de soin. La prise en charge des AICS est ainsi traversée par cette « logique du projet » irriguant désormais massivement les dispositifs d’intervention sur autrui (Cantelli, Génard, 2007) et, plus spécifiquement, les dispositifs de prise en charge de populations déviantes aux frontières de la justice et aux intersections de différents champs (Franssen, De Coninck, 2007). Les thérapeutes attendent que la personne fasse preuve de bonne volonté, s’implique et adhère à ce qui lui est proposé. La prise en charge des AICS telle qu’elle s’organise au DSAVS relève ainsi d’une tutelle de l’intime (Ibid.) d’une défense sociale nouvelle de type managérial (Saetta, 2012) dans la mesure où le détenu, s’il est envisagé notamment dans la perspective judiciaire et pénitentiaire, comme un objet à classer, neutraliser, enfermer et contraindre, est également envisagé dans le cadre du soin comme un sujet réflexif, enjoint de travailler sur lui (Vrancken, Macquet, 2006), de se prendre en charge et de devenir l’acteur de sa peine39.

III - Le travail thérapeutique proprement dit : un « forçage » de la parole en vue de modifier le fonctionnement psychique

42Ce troisième et dernier temps, nous fait entrer au cœur de la relation thérapeutique. En quoi consiste exactement la thérapie auprès des AICS ? Il s’agit, on le verra, de provoquer une modification du fonctionnement psychique des patients. La prise en charge, qui repose sur le postulat d’un défaut de mentalisation, consiste à faire parler des patients estimés réticents et défaillants afin de de les aider à mentaliser, à exprimer leurs émotions, à réfléchir sur eux-mêmes et à faire une place à l’autre. Cette phase repose sur l’analyse effectuée du contenu des échanges recueillis lors de l’observation d’entretiens individuels ou du groupe de parole.

1) Un « forçage nécessaire de la parole »

Questionner représente un “forçage“, voire une violence, mais une violence symbolique nécessaire sans laquelle ces sujets ne pourraient se confronter au travail de représentance (Ciavaldini, 1999, 199).

43La prise en charge des AICS telle qu’elle a été envisagée en France, notamment par Balier et Ciavaldini, repose sur le constat d’un « défaut de mentalisation », le passage à l’acte étant envisagé comme un processus au cours duquel l’acte aurait remplacé la pensée. La thérapie doit ainsi consister à faire en sorte que le patient fasse l’expérience de la mentalisation : Établir des conditions de changement psychique, c’est mettre en place les prémisses pour que le sujet incarcéré puisse faire l’expérience de la mentalisation et par elle d’augmenter l’empan de sa capacité à mentaliser (Ciavaldini, Ibid., 194). Or, cette expérience nécessite une « mise en mots » permettant le passage de la perception à la prise de conscience (Ibid.). La prise en charge des AICS repose sur le postulat de l’importance de la parole. Comment susciter le dialogue, l’interaction et faire parler des patients qui ne sont pas initialement demandeurs et qui, de surcroît, sont souvent décrits comme ayant des difficultés à mentaliser et verbaliser ?

44Là encore, cela nécessiterait d’être davantage interventionniste et proactif. Balier énonce à ce sujet que bien des choses ne viendront pas dans le transfert du fait de l’organisation pathologique [des AICS]. Il faut donc procéder à une recherche active avec le patient, des faits et des vécus passés, ce qui est d’ailleurs conforme à l’adoption d’une position d’objet externe. Afin de légitimer cette position qu’il juge lui-même « peu orthodoxe », il s’appuie sur autre psychanalyste, Roussillon, ayant énoncé qu’il arrive toujours un moment où il nous faut prendre l’initiative d’aller à la rencontre de ce que le dispositif psychanalytique n’arrive pas à attirer dans le transfert ou à rendre manifeste dans le transfert, car attendre ne sert plus à rien, si ce n’est à désespérer l’analysant d’être jamais entendu là où il s’est perdu lui-même dans l’autre en lui (Balier, 1997 33). Cette attitude est justifiée par la thérapeute par la force des mécanismes de défense déjà décrits (clivage et déni de la réalité) qui nécessitent notamment de questionner plus activement le patient sur les faits ou sa biographie.

1.1. Une prise en charge consistant à questionner activement

  • 40 L’auteur, dans une note de bas de page explicite ce terme : le terme de “forçageˮ est issu du langa (...)

45C’est ainsi que la prise en charge des AICS s’organise autour de l’acte de questionner, désigné par Ciavaldini par l’expression “forçageˮ40 nécessaire de la parole. On remarque en effet que la pratique visant à questionner, tant lors des entretiens thérapeutiques que lors d’entretiens réalisés à l’aide de questionnaires, est une pratique centrale au sein du DSAVS, et constitue le mode privilégié de communication avec les patients. Sur quarante-six interventions des thérapeutes relevées lors de l’une des séances du groupe de parole, neuf ont par exemple constitué des affirmations contre trente-sept questions.

46Ces questions ont tout d’abord pour fonction d’amorcer le dialogue, de provoquer l’interaction, de briser le silence. Les silences apparaissent en effet fréquents, que ce soit lors des séances du groupe de parole ou d’entretiens individuels. On peut prendre pour exemple un début d’entretien individuel où le patient ne s’avère pas loquace et manifeste même une certaine réticence à parler :

- Thérapeute : Alors, comment allez-vous ?
- Patient : Je suis sorti en permission 4 jours.
- Thérapeute : Vous voulez qu’on en parle ?
- Patient : Pas forcément.
- Thérapeute : De quoi voulez-vous que l’on parle alors ?
- Patient : De rien de spécial (long silence).

47Face à cet entretien qui commence mal, le thérapeute questionne le patient sur ce qu’il compte faire à sa sortie sur le plan professionnel. L’entretien démarre alors et s’enchaîne ensuite de façon fluide. Une grande partie des questions vise ainsi à amorcer le dialogue et il ne s’agit pas, là encore, d’attendre patiemment que le patient s’exprime.

48Ciavaldini, on l’a vu, fait de l’acte de questionner un forçage nécessaire potentiellement porteur d’une forme de violence. Or, cela apparaît à travers diverses observations et anecdotes recueillies lors des entretiens thérapeutiques. Alors que nous accueillons un patient et que l'infirmier lui demande si ma présence à l’entretien ne le dérange pas, celui-ci répond, en rigolant : non, non, puis comme ça, vous pourrez pas me maltraiter comme la dernière fois ! L’infirmier, après l’entretien, m’explique que cette réflexion aux allures de boutade s’explique par le fait que le patient, lors de l’entretien précédent, a trouvé ses questions intrusives et n’a pas souhaité y répondre. Lors d’une séance du groupe de parole où il est question du décès d’un codétenu, l’une des psychologues demande aux participants comment ils vivent cet événement. L’un d’entre eux répond alors : très mal, je préfère pas en parler. Tandis que la psychologue l’amène alors à analyser ses réticences (C’est difficile de mettre des mots ? Qu'est-ce que vous craignez à parler de ce que vous ressentez ?), celui-ci lui rétorque : mais vous êtes sadique vous ! Cet incident fait l’objet d’un échange en fin de séance : alors que la psychologue fait allusion à la remarque du participant (ben, comme je suis sadique... hein Monsieur B.?), ce dernier répond que les deux psychologues se sont distribué les rôles, l’une jouant la méchante, l’autre la gentille, concluant : mais vous, vous êtes souvent la méchante [rires]... Vous appuyez où ça fait mal !

1.2. Des prises en charge adaptées aux difficultés des patients

49Le silence de certains patients est davantage expliqué par les thérapeutes par des difficultés que par des réticences. Il est question de patients « frustes », qui auraient davantage de difficultés à s’exprimer et à mentaliser que les autres. Il a alors été envisagé, pour ces patients, des outils et prises en charge adaptés comme par exemple le « Qu’en dit-on » ou le groupe de parole.

50Le « Qu’en dit-on » est un jeu de cartes défini comme « un support à la parole et à la réflexion ». Sur la première page du livret accompagnant le jeu, il est fait mention du danger que cet outil est susceptible de présenter. On trouve un « avertissement » (accompagné d’un point d’interrogation dans un rectangle) : « Attention, cet outil mobilise des contenus psychiques inconscients, et doit donc être utilisé avec prudence en respectant les défenses du sujet ». Le jeu, se présente sous deux versions : une version composée d’images figuratives et une autre d’images abstraites (voir infra).

51Le patient tire une carte au sort, et est invité à exprimer son point de vue et son ressenti à la vue de cette carte. Il doit ensuite choisir l’une des quatre affichettes accompagnant le jeu : « non acceptable », « discutable », « interdit par la loi », « acceptable » et justifier son point de vue. Le thérapeute dispose avec lui d’un livret rappelant la façon dont la loi régule ces différents comportements.

52Le groupe de parole, dans le projet médical, est également indiqué auprès d’un public ne disposant que de « très faibles capacités d’élaboration ». Il peut, à l’inverse, être réservé à ceux qui, « au contraire, [ont] un niveau plus avancé dans la compréhension des mécanismes psychologiques à l’origine de leur passage à l’acte ».

2) Une modification du fonctionnement psychique des individus

53Il faut donc faire parler les patients. Mais les faire parler de quoi et dans quel but ? Il est apparu durant les observations qu’il y avait, pour les thérapeutes, parler et parler, et qu’il ne suffisait pas que la personne s’exprime. Le problème, s’il provient du silence des patients ou d’une certaine réticence à parler, provient aussi parfois de ce qu’ils ne parlent pas toujours de ce dont les thérapeutes souhaiteraient qu’ils parlent ou qu’ils n’en parlent pas de la façon dont ils aimeraient qu’ils en parlent. Qu’est-ce donc qu’une discussion thérapeutique et en quoi consistent finalement les soins dans le cadre de cette prise en charge spécialisée ? De quels changements est-il question et que cherchent à faire exactement les thérapeutes ?

2.1. « On peut parler du temps, mais ça n’a pas beaucoup d’intérêt »41

  • 41 Propos de l’une des thérapeutes lors d’une séance du groupe de parole.

54Il est arrivé que les thérapeutes, à l’issue d’un entretien ou d’une séance d’un groupe de parole, fassent part de leur insatisfaction. À l’issue d’une séance du groupe de parole, les psychologues la décrivent comme « ennuyante ». Outre les nombreux silences qu’elles se sont efforcées de souligner et de briser (C’est bien calme aujourd’hui ?/ Vous êtes bien silencieux, on entend l’horloge…), les rares propos échangés sont qualifiés de « discussions de coursives », de « blablatage », de bavardages et de « paroles creuses » - il est d’ailleurs souvent fait mention, par l’un des thérapeutes, de personnes « vides ». Ce qui fait notamment dire à l’une des psychologues : Ils ne s'entendent pas parler (...) et à mon sens, dans ce genre de cas, il faut couper. N'importe quel psychanalyste l'aurait fait... Si ça n'avait tenu qu'à moi, à 15H15 [i.e. au bout d’une demi-heure], j'aurais arrêté. Mais qu’est-ce que les psychologues entendent par « discussions de coursives » ? Et que seraient, selon elles, des discussions proprement thérapeutiques ?

2.2. La violence sexuelle : épiphénomène de la violence

55Il est apparu que peu de discussions et d’interactions furent axées sur la sexualité et le passage à l’acte. Au sein du groupe de parole, il ne fut qu’une seule fois question des faits et de sexualité, les échanges ayant tourné autour de la mort d’un codétenu, de la sortie imminente de l’un des participants du groupe de parole, des difficultés rencontrées par un autre dans ses démarches pour obtenir une libération conditionnelle. Toutefois, on remarque que cela ne pose pas nécessairement de problème aux thérapeutes, et que ce n’est pas ce fait qui les conduit à évoquer des « discussions de coursives ».

56La prise en charge des AICS repose en effet sur l’idée que la violence sexuelle est avant tout de la violence. Il est notamment précisé, dans le livret accompagnant le « Qu’en dit-on » que « ce jeu aborde la question de la violence sexuelle non par le biais de la sexualité, mais par le biais de valeurs qui fondent le lien social. En effet, la violence sexuelle serait un épiphénomène de la violence, l’hypothèse étant que la sexualité est mise au service de la violence. La violence sexuelle est une forme d’agression de l’autre et donc une attaque du lien social ». Bien que des cartes du jeu concernent directement la sexualité (Ma femme me repoussait, j’étais rabaissé et mes petites filles me donnaient de la tendresseIl se branle dans un jardin public), d’autres cartes concernent la façon de se comporter en société et vis-à-vis d’autrui (C’est un homme jaloux, il casse la gueule à ceux qui matent sa femme/Parce qu’elle lui a piqué la place de parking sous le nez, il lui rentre dedans).

57Parler des faits, de sexualité demeure ainsi important pour les thérapeutes, mais n’est pas l’unique sujet. Il n’est pas a priori inintéressant de parler des conditions de détention, de la sortie, et cætera. Ce qui suscite l’insatisfaction des thérapeutes et leur donne l’impression que les patients ne progressent pas, c’est donc autre chose.

2.3. Développer le registre de l’émotion, et les aider à mentaliser, à se remettre en question et à considérer autrui

58Doron, affinant et prolongeant des analyses de Foucault (Foucault, 1981) montre que la justice, agit à la surface de l’individu : elle peut l’amener à faire certains actes formels mais ne peut le contraindre dans son intériorité à éprouver certains affects, à modifier son rapport intime à tel ou tel acte. Il explique alors plus loin que le système d’incitation aux soins a ainsi été déployé afin de ne pas laisser le sujet s’enfermer et de le pousser à se remettre sans cesse en question et à travailler sur lui-même (Doron, 2010, 288). Par quelles techniques et stratégies les thérapeutes s’y prennent-ils concrètement pour susciter cette remise en question et en quoi consiste-t-elle exactement ? Là encore, il s’agit, sur le mode interrogatif et en questionnant le patient, de susciter un infléchissement dans sa façon d’appréhender les événements, de se penser et d’envisager autrui.

59On remarque tout d’abord que les thérapeutes cherchent à faire en sorte que les patients sortent du registre du factuel pour parler de ce qu’ils ressentent et de ce qui se passe dans leur for intérieur. Il ne s’agit pas, par exemple, de se contenter d’une discussion portant sur la sortie imminente, mais d’axer plutôt la discussion sur ce que le patient ressent face à cette sortie :

- Patient : Moi, je sors lundi, et on le fait bien comprendre… C’est ‘vite, vite, fais tes affaires’, tu sors lundi… 
- Thérapeute : Et comment vous vous sentez à quelques jours de la sortie ?

60Tandis que des questions des thérapeutes visent en effet à obtenir de l’information (Donc, vous allez emménager à Nil ?Ça fait combien de temps que vous êtes incarcéré ?), la majeure partie des questions visent, comme dans l’extrait précédent, à faire parler les patients de ce qu’ils ressentent : on sent de la colère dans ce que vous dites/C’est votre inquiétude ce que pensent les gens ?/Comment vous vous sentez par rapport à cette situation ?/Vous avez le sentiment d’être incompris, maltraité ?/C’est pas quelque chose qui vous inquiète ?/Et ça vous fait quelque chose d’autre ?/Et de ce que vous percevez de vous ? Vous percevez des changements ? Les occurrences « percevoir », « sentir », « ressentir » sont fréquentes. Au sujet de certains patients, un thérapeute me dit : ils racontent ça comme s’ils nous racontaient ‘je suis allé faire des courses’… Derrière, ça ne me mobilise rien chez eux…

61De nombreuses questions visent également à remédier au problème que constitue ce « défaut de mentalisation » mentionné supra. Il s’agit de susciter des images, des représentations : Qu’est-ce que vous associez à cette sortie ? Comment vous la voyez ?Ça vous fait penser à quoi la musique ?Ça vous fait penser à quoi cette métaphore ?Vous pensez à quoi à travers tout ça ?/ C’est difficile de vous projeter aussi loin ?

62Les thérapeutes attendent également des patients qu’ils se remettent en question. À ce sujet, et lors d’un entretien individuel, un patient est invité par le thérapeute à me conter l’anecdote de la boîte à mouchoir : Vous pourriez raconter à Monsieur Saetta l’histoire de la boite à mouchoir ? Le patient m’explique alors que de l’endroit où il se trouve, il voit la boîte sous un certain angle et découvre notamment une partie des motifs tandis que moi, de là où je me trouve, je la vois autrement. J’apprends que cette image a été mobilisée par le thérapeute afin de faire prendre conscience à ce patient, décrit comme particulièrement sûr de lui et peu enclin à se remettre en question, de la diversité des points de vue et de la possibilité de se décentrer et d’envisager davantage ce que pense autrui. Ce patient, qui de l’avis du thérapeute a progressé, dit alors : C’est vrai qu’avant, je pensais qu’à ma gueule… Maintenant, je cherche moins à avoir raison.

63Lors des séances du groupe de parole, une partie des questions visent à développer les capacités d’empathie : Qu’est-ce que vous ressentez en écoutant Monsieur C. ?Qu’est-ce que vous pensez Monsieur R. de ce que disent les deux autres ?/ Est-ce que vous vous reconnaissez dans ce que dit Monsieur F. ?Vous êtes d’accord avec ce que dit Monsieur V. ? Comme l’expliquent des thérapeutes mettant en place des groupes de parole et ayant rédigé un article visant à en démontrer l’intérêt : le groupe facilite le processus associatif et le fait de s’appuyer sur le récit d’un autre alter ego (Réveillaud et al., 2013, 156). Ce qui est attendu c’est donc, au-delà de la prise en considération du point de vue de la victime, la prise en considération de celui d’autrui.

64On remarque à ce sujet que les thérapeutes, bien que questionnant sans cesse et pouvant donner l’impression d’être particulièrement interventionnistes, ne donnent finalement que peu de réponses et laissent en définitive les patients faire eux-mêmes les liens et associations, ce qui n’est d’ailleurs pas sans en agacer certains. Alors que l’un d’entre eux sollicite des conseils concernant une addiction qu’il a l’impression de développer par rapport à un jeu vidéo (Je suis complètement accro, et j’ai appris qu’il pouvait y avoir des dépendances, c’est vrai ça ?), la thérapeute ne lui donne pas vraiment de réponses (Qu’est-ce que vous en pensez ? Quel intérêt vous y trouvez ?Là, vous pensez que ça prend trop de place ?La solution, ça serait quoi ?). Ces questions finissent par irriter le patient, celui-ci rétorquant : mais, c’est à vous que je demande ! Et la psychologue de répondre, enfin sur un mode différent du mode interrogatif : Les réponses à ces questions, il n’y a que vous qui pouvez les avoir.

65Là encore, la prise en charge se construit autour d’un équilibre entre intervention, effraction et contrainte, d’un côté (nous avons les moyens de vous faire parler), et responsabilisation de l’autre (mais c’est à vous de faire les liens, c’est vous qui avez les réponses). Cette modification du fonctionnement psychique des patients ne peut donc se faire sans eux, et sans une contribution active de leur part. Les thérapeutes du DSAVS - mais cela est susceptible de s’appliquer à une grande partie des thérapeutes impliqués dans la prise en charge des AICS -, participent ainsi à une nouvelle fabrique du sujet (Franssen, De Coninck, 2007), et d’un « sujet » plus sensible et émotif, attentif à autrui, plus réflexif et capable de se remettre en question, et qui trouve lui-même les réponses à ses questions.

Conclusion

66La prise en charge des AICS au sein des établissements pénitentiaires consiste ainsi à faire rentrer dans un processus de soins des détenus a priori peu enclins à demander des soins. La justice et l’administration pénitentiaire constituent les premiers maillons de processus. Par l’institution d’un régime de chantage visant à contourner le problème que constitue l’exigence de consentement, la justice et l’administration pénitentiaire conduisent une grande partie des AICS devant la porte du thérapeute. Ce dernier, qui ouvre sa porte à ce patient potentiel mais la ferme à la justice et à l’administration pénitentiaire, est alors chargé, moins par le législateur et la justice que par ses pairs et selon une logique qui lui est propre, de faire adhérer les AICS aux soins.

67Ce travail consiste d’abord à évaluer leur motivation, leur désir d’amendement, et vise à repérer les ‘bons’ candidats à la thérapie. Les thérapeutes du DSAVS ne ferment pas pour autant la porte aux autres, leur laissant la possibilité de revenir s’ils se montrent plus coopérants et enclins à changer quelque chose de leur fonctionnement. La prise en charge des AICS ne s’organise donc pas seulement autour d’une contrainte extérieure ; elle vise à transformer la contrainte en acquiescement, et in fine, à l’intériorisation et l’euphémisation de la contrainte. Le patient idéal est celui qui, une fois dehors, n’aura plus besoin du bâton du gendarme, et, pour reprendre les termes de Norbert Elias, sera capable d’autocontrainte (Elias, 2003). La thérapie consiste d’ailleurs moins à rappeler les interdits autour de la sexualité – ce que les thérapeutes font finalement très peu – qu’à amener les AICS à réfléchir sur eux, à envisager le point de vue d’autrui, à comprendre le sens des interdits. La prise en charge des AICS, entre gestion des risques et tutelle de l’intime (Franssen, De Coninck, 2007), contrainte et responsabilisation, constitue ainsi une forme de socialisation secondaire tout à la fois accélérée et autoritaire, les thérapeutes participant de la fabrique d’un sujet contemporain enjoint de travailler sur lui (Vrancken, Macquet, 2006) et renvoyé à lui-même (de Gaulejac, 2011) dans la gestion de désirs et de comportements estimés interdits.

Haut de page

Bibliographie

Aïach P., Delanoë D., 1998, L’ère de la médicalisation, Paris, Economica, coll. « Sociologiques ».

Alvarez J., Gourmelon N., 2007, La prise en charge pénitentiaire des auteurs d'agressions sexuelles : état des lieux et analyse de nouvelles, Paris, La Documentation française.

Balier C., 1997, Psychanalyse des comportements sexuels violents : une pathologie de l'inachèvement, Paris, PUF.

Balier C., 1998, Rencontre en prison, Revue Française de Psychanalyse, 1, 62, 51-62.

Balier C., Ciavaldini A., Girard-Khayat M., 1996, Rapport de recherche sur les agresseurs sexuels, Paris, La Documentation française.

Balier C., Parayre C., Parpillon C., 1995, Traitement et suivi médical des auteurs de délits et crimes sexuels, Paris, Ministère du Travail et des Affaires Sociales – Ministère de la Justice. Baron-Laforêt S., 2000, Pratiques thérapeutiques en milieu carcéral, in Ciavaldini A., Balier C., Agressions sexuelles : pathologies, suivis thérapeutiques et cadre judiciaire, Paris, Masson, coll. « Pratiques en psychothérapie », 119-129.

Bourillon J., 1999, « Les criminels sexuels, Paris, L’Harmattan, coll. « Études psychanalytiques ».

Boussaguet L., 2008, La pédophilie, problème public. France, Belgique, Angleterre, Paris, Dalloz, coll. « Nouvelle bibliothèque de thèses sciences politique ».

Cantelli F., Génard J.L., 2007, Action publique et subjectivité, Paris, LGFJ, coll. « Droit et société ».

Ciavaldini A., 1999, Psychopathologie des agresseurs sexuels, Paris, Masson, coll. « Médecine et psychothérapie ».

Ciavaldini A., Balier C., 2000, Agressions sexuelles : pathologies, suivis thérapeutiques et cadre judiciaire, Paris, Masson, coll. « Pratiques en psychothérapie ».

Cicourel A., 2002, Le raisonnement médical, Paris, Le Seuil, coll. « Liber ».

Collectif Contrast, 2015, La régulation des pratiques contraignantes de soin en santé mentale : perspectives pour une approche interdisciplinaire, in Azimi V., Hennion-Jacquet P., Koubi G. (dir.), L’institution psychiatrique au prisme du droit. La folie entre administration et justice, Paris, Éditions Panthéon-Assas, 229-245.

Conseil de l’Europe, 2012, Rapport du Comité européen pour les problèmes criminels : instruments et activités du conseil de l’Europe relatifs aux mesures quasi forcées, Strasbourg.

Conseil d’État, 2013, Étude annuelle du Conseil d’État – Le droit souple, Paris, La Documentation française, coll. « Études et documents, Conseil d’État ».

Doron C.O., 2010, La volonté de soigner : d’un singulier désir de soin dans les politiques pénales, in Lefève C., Worms F. (dir.), La philosophie du soin, Paris, PUF, 283-300.

Doron C.O., 2011, Soigner par la souffrance : la prise en charge des auteurs de violences sexuelles, in Doron C.O., Lefève C., Masquelet A.-C. (dir.), Les Cahiers du Centre Canguilhem, n°4, Soin et subjectivité, Paris, PUF, coll. « Science, histoire et société ».

Elias N., 2003, La civilisation des mœurs, Paris, Agora, coll. « Pocket ».

Foucault, 1981, L'évolution de la notion d'"individu dangereux" dans la psychiatrie légale, Déviance et société, 5, 4, 403-422.

Franssen A., De Coninck F., 2007, Aux frontières de la justice : gestion des risques et tutelle de l’intime, in Cantelli F., Génard J.L., Action publique et subjectivité, Paris, LGFJ, coll. « Droit et société », 117-132.

Gaulejac V. de, 2011, L'injonction d'être sujet dans la société hypermoderne : la psychanalyse et l'idéologie de la réalisation de soi-même, Revue française de psychanalyse, 75, 4, 995-1006.

Hajbi M., Pinot A., Wagner R., Didier J.P., 2010, Motivation au changement et dimensions de personnalité chez des auteurs de violences sexuelles en injonction de soins, L’Information psychiatrique, 86, 7, 597-609.

Jaffard C., 2000, Relation d’étayage, in Ciavaldini A., Balier C Agressions sexuelles : pathologies, suivis thérapeutiques et cadre judiciaire, Paris, Masson, coll. « Pratiques en psychothérapie », 87-94.

Mistretta P., 2011, L’illusion du consentement du délinquant à l’acte médical et aux soins en droit pénal, Revue internationale de droit pénal, 82, 19-39.

Renard T., 2013, La contrainte : quelles contraintes ? Les condamnés et les soignants : d’une responsabilité à l’autre, Empan, 1, 89, 32-37.

Réveillaud M., Godet C., Smaniotto B., Guyod F., 2013, Libération provisoire de la parole en prison, l’expérience d’un groupe de parole thérapeutique pour les auteurs d’agressions sexuelles, Revue de psychothérapie, Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe, 1, 60, 153-170.

Rot G., Borzeix A., Demazière D, 2014, Introduction. Ce que les écrits font au travail, Sociologie du travail, 56, 4-15.

Saetta S., 2012, L’expertise psychiatrique dans les affaires criminelles : entre humanisme répressif et défense sociale de type managérial, Les Cahiers de la Justice, n°3, 105-123.

Velpry L., Eyraud B., 2014, Réguler les pratiques contraignantes de soin en santé mentale : recompositions et enjeux, in Pascal J.-C., Hanon C. (dir.), Consentement et contrainte dans les soins en psychiatrie, Paris, Doin, 193-209.

Vrancken D., Macquet C., 2006, Le travail sur soi. Vers une psychologisation de la société ?, Paris, Belin.

Haut de page

Notes

1 Cette augmentation est liée à celle des AICS incarcérés. Selon les sources de l’administration pénitentiaire, le nombre d’AICS incarcérés est passé d’environ 1 000 détenus dans les années 1970, à environ 4 000 dans les années 1995, pour atteindre environ 8 000 en 2005, chiffre à peu près stable bien qu’en légère diminution depuis cette date.

2 Ces thérapeutes, comme par exemple Claude Balier, André Ciavaldini et Roland Coutanceau, ont tout à la fois pris spécifiquement en charge ce type d’infracteurs, et rédigé articles et ouvrages à leur sujet.

3 Cf. le rapport Balier et al. (1995), dans lequel est par exemple énoncé que la confrontation à la justice pour l'acte commis et prouvé est chose nécessaire pour lever le déni et contraindre le mis en cause à s'interroger sur son propre fonctionnement. Le psychiatre est là pour aider le sujet dans cette réflexion.

4 Le consentement a été introduit par la loi du 17 juin 1998 dans le Code Pénal via l’article 136-36-34, énonçant que lors du prononcé de la peine, « le président avertit (...) le condamné qu'aucun traitement ne pourra être entrepris sans son consentement ».

5 Dans le cadre d’une peine privative de liberté, le traitement constitue une “possibilité” dont le condamné est censé être informé lors du jugement (« le président informe le condamné qu'il aura la possibilité de commencer un traitement pendant l'exécution de cette peine ») ou lors de sa rencontre avec le juge d’application des peines (« [la personne] est immédiatement informée par le juge de l'application des peines de la possibilité d'entreprendre un traitement »). Le consentement dans le cadre de la prison est notamment affirmé par l’article D362 du Code de Procédure Pénale : « Hors le cas où l'état de santé du détenu rend nécessaire un acte de diagnostic ou de soins auquel il n'est pas à même de consentir, celui-ci doit, conformément aux dispositions de l'article R. 4127-36du code de la santé publique, exprimer son consentement préalablement à tout acte médical et, en cas de refus, être informé par le médecin des conséquences de ce refus ».

6 Ma présence était tolérée à la condition que le patient soit d’accord et que je n’intervienne pas dans le cours de l’entretien. Il me fut permis de disposer d’un carnet de notes et de rédiger mes observations. Ma présence n’a jamais posé problème, les patients et les thérapeutes finissant par s’y habituer, voire par m’oublier.

7 J’ai partagé durant trois mois et à raison de deux jours par semaine le quotidien des professionnels du DSAVS. Je me suis donc entretenu de façon informelle avec eux tant lors des moments de travail au sein du DSAVS que lors des pauses café ou déjeuner. À l’issue de cette période d’observation, j’ai également effectué, enregistré et retranscrit un entretien collectif avec l’ensemble des professionnels du service visant à rendre compte de mes résultats intermédiaires, et à compléter, expliciter ou enrichir mes observations.

8 Conseil d’État, Étude annuelle du Conseil d’État Le droit souple, 2013, Paris, La Documentation française, coll. « Études et documents, Conseil d’État ».

9 Tandis que Claude Balier écrit que se donner un objectif de réparation du fonctionnement des processus qui sous-tendent la pensée et les activités de représentation nécessite la mise en place de pratiques psychanalytiques adaptées à la situation (Ciavaldini, Balier, 2000, 86), Jaffard, psychologue exerçant en prison énonce que l’exercice clinique auprès des agresseurs sexuels incite à penser que, pour leur prise en charge, il est nécessaire de recourir à d’autres modèles que celui traditionnel de la psychothérapie analytique (Jaffard, 2000, 87).

10 Bien que principalement organisé autour des idées des précurseurs et de Balier, ce champ est depuis quelques années concerné par l’introduction de principes et de méthodes comportementalistes ou neurobiologiques qui suscitent désaccords et débats. Il n’en reste pas moins qu’il demeure encore et principalement sous l’influence des idées de ses précurseurs.

11 Un temps important des thérapeutes du DSAVS est consacré à la formation. Le projet médical indique à ce sujet que « la complexité des prises en charge et surtout leur spécificité nécessitent une formation initiale renforcée de tous les professionnels du DSAVS et une formation continue. Le provisionnement des moyens nécessaires est donc à prévoir et doit intégrer une supervision par un intervenant extérieur ». C’est ainsi que, lors de ma recherche, il est arrivé à plusieurs reprises que les thérapeutes soient en colloque, en formation, ou consacrent une demi-journée à lire ou rédiger articles et communications.

12 Souligné par nos soins, tout comme l’ensemble des termes en italiques qui ne sont pas des termes d’une langue étrangère ou qui ne sont pas des lois.

13 Plus âgés que le reste de la population pénale, ces détenus sont aussi généralement décrits comme tranquilles, présentant de bonnes perspectives de réinsertion, solitaires et comme faisant l’objet de discriminations de la part des autres détenus et (Alvarez, Gourmelon, 2007).

14 Comme par exemple les Centres de Détention de Casabianda, Mauzac et Caen, qui, respectivement, en accueillaient dans les années 2000, 85%, 80% et 75% (Alvarez, Gourmelon, 2007).

15 Circulaire DHOS/F2/F3/DSS/1A n°2008-356 du 8 décembre 2008 relative à la campagne tarifaire 2008 des établissements de santé.

16 Dotation de 1 850 000€, majorée en fonction du nombre d’établissements et d’auteurs d’AICS dans chaque région.

17 Le renforcement des équipes de psychiatrie existantes est à ce jour la modalité principale de mise en place de ces soins, deux établissements seulement ayant fait le choix de créer des équipes spécialisées et deux autres ayant fait le choix d’équipes mobiles.

18 Les trois unités, au moment de l’enquête, étaient en effet gérées par trois établissements de santé différents.

19 « Projet médical du dispositif de soins pour auteurs de violence sexuelle (DSAVS) au centre de détention de Nil ».

20 Assemblée nationale, séance du 27 septembre 1997.

21 Cf. aussi Renard, 2013, qui parle plus globalement d’une responsabilisation en trompe l’œil.

22 Rapport du Comité européen pour les problèmes criminels, Instruments et activités du conseil de l’Europe relatifs aux mesures quasi forcées, Strasbourg, 2012.

23 « Lorsque la personne a été condamnée pour un crime ou un délit pour lequel le suivi socio-judiciaire est encouru, une libération conditionnelle ne peut lui être accordée si elle refuse pendant son incarcération de suivre le traitement qui lui est proposé par le juge de l'application des peines » (art. 729 du Code de Procédure Pénale).

24 Les Crédits de Réduction de Peine (CRP), appelés autrefois « réductions de peine ordinaires » sont à distinguer des réductions de peines supplémentaires. Il s’agit de réductions octroyées automatiquement mais qui peuvent toutefois être retirées en cas de « mauvaise conduite » et, notamment, « lorsque la personne a été condamnée pour les crimes ou délits, commis sur un mineur, de meurtre ou assassinat, torture ou actes de barbarie, viol, agression sexuelle ou atteinte sexuelle et qu'elle refuse pendant son incarcération de suivre le traitement qui lui est proposé par le juge de l'application des peines » (art. 721 du Code de Procédure Pénale).

25 La notion de régularité a été introduite par la Loi n°2012-409 du 27 mars 2012 de programmation relative à l’exécution des peines, qui a ajouté à l’article 717-1 du Code de Procédure Pénale un alinéa stipulant que « le médecin traitant du condamné délivre à ce dernier, au moins une fois par trimestre, des attestations indiquant si le patient suit de façon régulière le traitement proposé par le juge de l’application des peines ».

26 On peut par exemple citer le psychanalyste Bourillon qui, dans un ouvrage consacré à la prise en charge psychanalytique des AICS en milieu pénitentiaire écrit : le désir est celui de la société via le discours d’un juge ou d’un travailleur social, pas celui d’un sujet criminel. Il n’y a, dans ces conditions, aucun soin possible. L’obligation tue le soin (Bourillon, 1999, 38).

27 Citons par exemple le psychiatre Coutanceau, qui se déclare également criminologue et pense, par exemple, que le consentement n’est pas forcément nécessaire dans le cadre des soins pénalement ordonnés.

28 Propos d’un détenu relevé lors d’un entretien individuel.

29 Conférence de consensus organisée les 22 et 23 novembre 2001 suite à la loi du 17 juin 1998 et intitulée « Psychopathologies et traitements actuels des auteurs d'agressions sexuelles ».

30 André Ciavaldini se démarque à ce sujet de ses « collègues étrangers » (comprendre canadiens et anglo-saxons), qui, dans le cadre d’une position plus « comportementaliste » que psychanalytique s’inscriraient plus volontiers d’emblée dans une perspective judiciaire de lutte contre la récidive.

31 Je fus en effet fréquemment pris à parti par divers acteurs qui se montraient agacés du fait que le DSAVS ne collabore pas davantage et ne participe pas, par exemple, aux Commissions PEP.

32 Propos de l’une des thérapeutes du service recueillis lors d’un entretien collectif.

33 Le clivage constitue en psychanalyse un mécanisme de défense mobilisé par exemple par Claude Balier pour expliquer qu’un « homme ordinaire », bon mari, bon père, bon travailleur, se retrouve à étrangler des prostituées tout en continuant de vivre comme si de rien n’était (Balier, 1988). Ce comportement est possible, selon Balier du fait d’une forme de dissociation, de clivage, et de la présence de deux personnes en l’une : celle qui passe à l’acte sous l’influence de la pulsion, et celle qui vit comme tout le monde sous l’influence de la réalité. Cela a fait dire à Balier que le comportement de nombre d’AICS se rapproche d’une forme de psychose.

34 Cette recherche, financée par la Direction Générale de la Santé et coordonnée par Balier et al., s’est déroulée de mai 1993 jusqu’à la fin de l’année 1996. Elle visait une meilleure compréhension de la criminalité sexuelle afin d’améliorer la prise en charge des AICS.

35 Entretien avec la secrétaire du DSAVS.

36 Les détenus sont en effet également convoqués par les deux autres unités de soin.

37 Il existe à ce sujet des questionnaires d’évaluation, comme l’URICA (University of Rhode Island Change Assessment Scale), mobilisé par exemple par des thérapeutes/chercheurs dans le cadre d’une recherche visant à évaluer la relation entre la motivation au changement et les dimensions de la personnalité (Hajbi et al., 2010).

38 Propos d’un thérapeute lors de l’entretien collectif.

39 Il s’agit là d’une tendance dans la mesure où les pratiques des juges et de l’administration pénitentiaire peuvent aussi s’inscrire dans une « logique du projet », le détenu étant également incité à devenir l’acteur de sa peine. Il n’en reste pas moins que les pratiques des juges et de l’administration pénitentiaire consistent principalement, dans le cadre de cette prise en charge des AICS en détention, à enfermer et contraindre.

40 L’auteur, dans une note de bas de page explicite ce terme : le terme de “forçageˮ est issu du langage agronomique, il désigne l’action qui consiste à porter à maturation de manière artificielle. Il y a dans cet acte une violence, mais une violence nécessaire et certainement pas plus que lorsqu’on propose de donner à un enfant qui présente une carence de production d’hormone de croissance, un traitement par hormone de croissance qui supposera une injonction quotidienne (Ciavaldini, 1999).

41 Propos de l’une des thérapeutes lors d’une séance du groupe de parole.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9401/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sébastien Saetta, « Inciter des auteurs d’infractions à caractère sexuel incarcérés à se soigner », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 06 octobre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9401 ; DOI : 10.4000/champpenal.9401

Haut de page

Auteur

Sébastien Saetta

Centre de recherche médecine, science, santé et société - Cermes 3 (CNRS, Inserm, EHESS, Université Paris Descartes). Contact : saetta.sebastien@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org