Navigation – Plan du site
Dossier : Sexualité et institutions pénales

La sexualité en milieu carcéral : au cœur des représentations de personnes incarcérées

Axelle François

Résumés

Dans cet article, nous présentons les principaux résultats obtenus à l’issue d’une étude sur la sexualité en milieu carcéral au sein de dix établissements pénitentiaires belges entre 2012 et 2013. Recourant à une méthodologie quantitative et prenant un appui théorique sur les découvertes de Sykes (1958), et plus particulièrement le modèle de privation, notre recherche se centre sur l’étude de la sexualité incarcérée non seulement à travers les enjeux majeurs qu’elle revêt pour les individus concernés mais aussi à travers son impact sur la dynamique institutionnelle. Découvrant la permanence du désir sexuel malgré les contraintes privatives de la prison, notre étude met en évidence que les personnes incarcérées cherchent à s’adapter pour compenser l’absence de sexualité. Sous l’impact de l’âge et de la durée d’incarcération, ce processus d’adaptation se spécifie en trois styles de conceptions privilégiant tantôt un positionnement plus rigide, tantôt plus édulcoré ou encore un positionnement plus tolérant à l’égard des valeurs et des pratiques en lien avec la sexualité incarcérée.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Rassembler au sein d’une même recherche sexualité et prison peut paraître un défi insensé tant il s’agit d’unir des dimensions à la fois secrètes et publiques, à la fois personnelles et normées. Lieu de grandes privations (Sykes, 1958), les prisons contemporaines engendrent bien d’autres privations que celle faisant obstacle à la liberté d’aller et venir. Soumis à une surveillance accrue, le détenu est non seulement dépossédé du contrôle de son existence mais aussi de toute possibilité de vivre ses relations personnelles de façon libre. Notre société, a fortiori celle organisée dans nos prisons, vit une sexualité contrôlée par l’État intervenant sur la base d’un contrat social, réel ou symbolique, lequel cherche à régulariser les rapports sociaux et à réduire les conflits.

2Le présent article rend compte des principaux résultats obtenus à l’issue d’une étude s’intéressant à la sexualité incarcérée au sein de dix établissements pénitentiaires belges francophones. Prenant son appui théorique sur le modèle de privation de Sykes transposé dans son ouvrage The Society of Captives (Sykes, 1958), notre recherche étudie la sexualité à travers les enjeux majeurs qu’elle revêt non seulement pour les individus concernés mais examine aussi son impact sur les dynamiques carcérales et la culture institutionnelle. Nous penchant sur les représentations des personnes incarcérées à l’égard de la sexualité, nous avons opté pour une méthodologie de recherche de type quantitatif et la passation d’une enquête par questionnaire qui s’est déroulée entre juillet 2012 et août 2013.

  • 1 Cette double posture soulève de nombreux enjeux méthodologiques que nous aborderons ultérieurement (...)

3Pendant la durée de cette étude, nous avons professionnellement occupé une fonction de direction au sein d’un établissement pénitentiaire belge de haute sécurité et ce, pendant près de 5 ans1. Chargée de l’exécution des peines de personnes condamnées à un emprisonnement de plus de 3 ans et donc fortement impliquée dans l’organisation du régime pénitentiaire, il nous a été donné de découvrir les questions ainsi que les souffrances liées à la vie affective et sexuelle des personnes incarcérées. Le constat quotidien de ces souffrances et le peu d’intérêt manifeste de l’Administration pénitentiaire à leur égard ont guidé, en partie, notre démarche scientifique avec l’espoir, relevant peut-être de l’utopie, d’une prise de conscience des responsables politiques.

4Par ailleurs, la sexualité incarcérée se voit rarement abordée dans la recherche criminologique belge s’intéressant aux dynamiques carcérales. Elle semble parfois être prise en considération de manière indirecte dans le cadre d’études dont les thèmes ont des répercussions sur la vie sexuelle et carcérale. Ainsi, c’est par le biais de recherches relatives aux congés pénitentiaires (De Coninck, Campioli, 1976), au dispositif de visites conjugales (Swinnen, 1981, 1982a, 1982b, 1982c ; Coumanne, 2001 ; Van Havere, Vansteenwegen, 2005), aux effets de l’usage de drogues (De Maere et al., 2000), aux maladies sexuellement transmissibles et à la prostitution en détention que la sexualité s’offre indirectement au regard des chercheurs, des professionnels de terrain et de la communauté.

  • 2 En 2012-2013, au moment de la passation de notre enquête, la Belgique comptait 33 établissements pé (...)
  • 3 Au 3 janvier 2013, la population carcérale s’élevait à 11 746 personnes pour une capacité de 9 401 (...)

5Au cours de la présente étude où la sexualité constitue la porte d’entrée que nous avons privilégiée, la réflexion interroge constamment, en toile de fond, le sens actuel de l’enfermement. Il faut se rendre à l’évidence, elle prend place dans un contexte pénitentiaire2 sombre et destructeur. Le phénomène de surpopulation carcérale3, expliqué entre autres par l’allongement de la durée moyenne des peines, le recours croissant à la détention préventive et la réticence à l’égard des mesures de libération anticipée (Cartuyvels, 2002, 117) entraîne une promiscuité de plus en plus importante, limitant considérablement l’intimité des personnes détenues. Les infrastructures vieillissantes rendent les conditions matérielles de vie en détention difficiles et l’émergence de situations conflictuelles et violentes devient inévitable dans un tel environnement. Enfin, dans un climat d’hyper-réactivité (Mary, 2012, 26) et d’importantes économies budgétaires, l’application de politiques pénitentiaires de plus en plus axées sur la surveillance et le contrôle de groupes à risque et de populations dangereuses (Mary, 2001, 33) est à l’origine d’une grande instabilité, confrontant tant les personnes incarcérées que le personnel pénitentiaire à des situations difficiles à vivre au quotidien.

6Produire une définition de la sexualité est une démarche extrêmement complexe. Pour nous permettre toutefois d’être plus précise quant à l’orientation choisie dans cette recherche, nous empruntons à Bozon sa définition de la sexualité selon lequel il s’agit de constructions sociales désignant des constellations très diverses de pratiques, d’interactions, d’émotions et de représentations, qui délimitent des territoires de relations d’ampleur plus ou moins grande et donnent lieu à des processus de construction de soi variés (Bozon, 2001, 15). Cette définition a le précieux avantage de ne pas restreindre la sexualité à des pratiques et d’y intégrer les aspects de représentations et d’émotions spécifiques à l’histoire de vie de chacun. La sexualité humaine englobe à la fois une dimension biologique et une dimension culturelle liée à la socialisation qui permet le dépassement d’une sexualité stéréotypée et exclusivement déterminée par les organes reproducteurs.

7Comme le précise Pillant, tandis que le sexe est de nature, la sexualité inscrit le sexe dans un ensemble de représentations (Pillant, 2014, 34). En prison, la sexualité emporte des représentations qui ne peuvent être isolées de l’histoire humaine, des croyances et des pratiques en milieu carcéral. La définition du concept de représentation conçue par Jodelet est éclairante pour notre étude. S’agissant d’une forme de connaissance socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d'une réalité commune à un ensemble social ou culturel (Jodelet, 1994, 36-37), les représentations des détenus constituent le prisme à travers lequel l’objet de l’étude a été abordé, laissant ainsi entrevoir leurs discours et leurs attitudes à l’égard de la sexualité dans un contexte de privation. Ainsi, Mendras distingue les notions d’opinions et d’attitudes : l’expression d’une opinion est la formule nuancée qui, sur une question déterminée, à un moment donné, reçoit l’adhésion sans réserve d’un sujet (Mendras, 1967, 69) et l’attitude est une disposition plus ou moins permanente qui est à la source d’un grand nombre de comportements et d’opinions sur un sujet (Mendras, 1967, 71). Nous considérons que les données collectées lors de notre recherche ont le mérite de refléter non seulement les attitudes collectives des détenus à l’égard de la sexualité incarcérée mais également d’en décrire certaines pratiques individuelles. Ce terme de pratiques est notamment utilisé par Goffman lorsqu’il propose d’étudier les adaptations secondaires intégrées à toute institution sociale et permettant aux individus assujettis à celle-ci de trouver les gratifications nécessaires pour y survivre (Goffman, 1968, 256).

8Nous rappelant l’ouverture progressive de l’institution carcérale sur le monde extérieur et confrontant la prison d’aujourd’hui au modèle de privation tel que décrit par Sykes il y a plus de 50 ans, notre étude se fonde sur l’hypothèse que la privation de relations hétérosexuelles engendre chez le détenu un sentiment de frustration et qu’en réponse à ce sentiment, l’individu incarcéré cherche à s’adapter. Cette adaptation suit différentes trajectoires allant de pratiques sexuelles solitaires à des pratiques sexuelles de substitution impliquant un rapport à l’autre, influencées non seulement par les représentations des individus mais aussi par leurs caractéristiques personnelles, carcérales et familiales.

9Afin de répondre à cette hypothèse générale, après avoir présenté notre corpus théorique et explicité la méthodologie de recherche, notre cheminement empirique se divisera en 4 objectifs plus spécifiques. Le premier investigue, dans un contexte carcéral privatif, la question du désir sexuel ou libido entendu, selon la définition proposée par Lejeune et al. (2013, 622), comme une pulsion psychobiologique qui s’alimente de deux sources : sensorielle exogène et endogène correspondant aux fantasmes et aux idées sexuelles. Le second interroge l’identité masculine et les valeurs sexuelles véhiculées en prison. En troisième lieu, nous envisageons l’existence de relations sexuelles, consenties ou non, entre détenus et la réalité de l’homosexualité de circonstance. Enfin, nous examinons la rencontre sexuelle avec le personnel pénitentiaire.

10Du travail d’analyse des données statistiques collectées, nous exposerons les principaux résultats significatifs et plus particulièrement les résultats liés à deux prédicteurs d’importance : l’âge et la durée d’incarcération des répondants. L’impact prépondérant de ces deux variables posées comme explicatives des différentes représentations nous amènera à distinguer trois styles de conceptions, dans un spectre d’attitudes allant d’un positionnement plus rigide vers un positionnement plus tolérant à l’égard de la sexualité.

I - Prison et sexualité : considérations théoriques préalables

1) Les prisons d’hommes : lieu de privation sexuelle

11À travers Clemmer (1940) et Sykes (1958), les premières études sociologiques sur la prison livrent leurs représentations prépondérantes de la sexualité incarcérée. Clemmer conclut à une régression sexuelle de la population pénitentiaire dans un environnement exclusivement masculin et à une dépersonnalisation des relations sociales (Clemmer, 1940). De son côté, Sykes développe le modèle de privation où l’absence de relations hétérosexuelles apparaît comme l’une des grandes privations à laquelle l’individu incarcéré se trouve confronté. Les pratiques sexuelles entre détenus deviennent alors une réponse situationnelle à l’absence de mixité qui conduit à une radicalisation des discours et des comportements. Définis comme des êtres castrés par un célibat involontaire, les détenus vivent une expérience de frustrations lourde à porter (Sykes, 1958, 70-71). Des récits d’anciens prisonniers relatent avec force cette misère sexuelle vécue par les personnes incarcérées (Lesage de La Haye, 1978 ; Monnereau, 1986). Ce portrait plutôt sombre a été confirmé quelques années plus tard dans le rapport du Docteur Gonin qui dressait un état des lieux sanitaires des prisons françaises plutôt alarmant (Gonin, 1991).

  • 4 Ces chercheurs ont mis en évidence que la satisfaction est corrélée avec une augmentation de la fré (...)

12Antichambre de la mort ou vieillesse prématurée qui toucherait une population encore jeune et demandeuse, ce sont des termes forts qu’utilise Gaillard pour définir l’absence de relations sexuelles en prison (Gaillard, 2009, 103). Considérée par les détenus comme un moyen de destruction de la personnalité (Ricordeau, 2008a, 149), la privation sexuelle entraîne des conséquences ravageuses à la fois sur la santé psychique, physique et sexuelle d’un individu, ce qui ne peut manquer d’interférer sur ses relations personnelles et sa manière de se comporter dans l’environnement carcéral. Dans le cadre d’une étude menée au sein d’un établissement pénitentiaire espagnol, une équipe de chercheurs s’est questionnée sur les besoins interpersonnels et la santé psychologique de personnes incarcérées (Carcedo et al., 2008). Ayant interrogé 118 hommes et 70 femmes, âgés de 21 à 62 ans (53,6% de nationalité espagnole et 46,4% de nationalité étrangère, leurs conclusions sont éclairantes quant à l’impact de la privation sexuelle sur la santé psychologique des personnes incarcérées : être satisfait sexuellement contribue à un mieux-être psychologique et l’augmentation de la fréquence de contacts sexuels4 et relationnels réduit les souffrances de l’incarcération.

13La prison, et le contexte de privation qu’elle impose à la sexualité, affecte la santé physique et psychique des détenus en les touchant au cœur de leur potentialité désirante. Elle entraîne des répercussions néfastes sur un état de santé sexuelle fonctionnelle dans la mesure où chez elles, des perturbations organiques peuvent apparaître. Certains auteurs ont en effet mis en évidence l’apparition de dysfonctions sexuelles (éjaculation prématurée, perte du désir sexuel, impossibilité d’obtenir l’érection souhaitée, etc.) chez les détenus privés de sexualité en raison d’une incarcération de longue durée (Buffard, 1973 ; Monnereau, 1986 ; Gonin, 1991 ; Welzer-Lang et al., 1996 ; Marchetti, 2001 ; Ricordeau, 2008a ; Gaillard, 2009).

2) L’identité masculine pour affirmer son existence en prison

14Dans un contexte de privation sexuelle, exclusivement masculin, adhérer aux valeurs et aux normes de la virilité masculine semble constituer une condition sine qua non de survie. Car infantilisé et déresponsabilisé, l’individu incarcéré tend à perdre le contrôle de sa propre existence. Le détenu est celui qui se définit tout entier par l’absence de phallus, il est celui à qui le pouvoir a été retiré, celui qui est à tout instant sous le pouvoir d’autres hommes (Buffard, 1973, 47). Régressant dans leur rapport à eux-mêmes mais également dans leur rapport aux autres, la manifestation d’une virilité exacerbée ou le recours aux violences sexuelles et aux attitudes homophobes sont autant de manières permettant aux individus placés sous le pouvoir coercitif d’autres hommes de réaffirmer leur identité. En revendiquant une position de pouvoir et de maîtrise, le détenu possède une identité sociale (Dejours, 2000) à travers laquelle il se donne à voir dans la collectivité carcérale.

15Trouvant sa source dans les représentations sociétales extérieures, le regard porté sur l’homosexualité en détention fait écho à un pouvoir conservateur de valeurs sociétales lié à une dimension pénale qui se permet de juger ce qui est acceptable et ne l’est pas dans la sphère sexuelle des individus (Gaillard, 2009). Welzer-Lang, Mathieu et Faure parlent d’une redéfinition de la frontière entre le normal et l’anormal au sein de la culture carcérale. En évitant de donner aux autres une image stéréotypée de faiblesse, la création d’un moi viril assure une forme de protection. En prison, les homosexuels, les travestis, les transsexuels, les délinquants sexuels constituent une catégorie d’individus dans l’irrespect des frontières rigides de genres (Welzer-Lang et al., 1996). Génératrice de taux importants d’agressions sexuelles internes, l’homophobie carcérale participe au renforcement de normes hétérosexuelles dominantes (O’Donnell, 2004) et devient un instrument de manifestation de pouvoir. Elle peut encore traduire chez les personnes incarcérées une forme de résistance à l’institution pénitentiaire (Marchetti, 2001, 260-261), à laquelle on peut prouver que l’on possède encore une certaine liberté d’action en choisissant ses modes d’expression sexuelle.

3) L’homosexualité carcérale

16La pratique de relations sexuelles entre détenus est susceptible de prendre diverses formes : une sexualité consentie, des pratiques homosexuelles de circonstance, une sexualité d’échange et de contrainte (Sagarin, 1976 ; Wooden, Parker, 1982 ; Nacci, Kane, 1983 ; Chonco, 1989 ; Saum, et al., 1995 ; Hensley et al., 2003). Toutefois, peu importe sa forme, en prison, l’homosexualité y est considérée comme une tendance déviante touchant l’homme incarcéré dans son identité masculine de laquelle il doit se tenir éloigné. Prolongeant cette idée, Ricordeau parle d’hétérosexisme pour qualifier la position d’une grande partie des détenus mettant l’accent sur les normes hétérosexuelles et entraînant la présence de haines spécifiques à l’égard des personnes homosexuelles, bisexuelles ou transsexuelles (Ricordeau, 2008a, 157). Dans une institution binaire où coexistent d’une part, la norme hétérosexuelle et d’autre part, les perversions (Gaillard, 2009, 161-162), l’homosexualité carcérale doit se comprendre dans le cadre d’un rapport de domination où le rôle d’actif y est particulièrement valorisé et où, inversement, le rôle du passif, le pénétré, se trouve dans une position de soumission. Le risque que ce statut de soumis achemine le détenu vers une stigmatisation dont il est impossible de sortir devient alors beaucoup plus important qu’ailleurs (Ricordeau, 2004, 2008a ; Gaillard, 2009).

17En prison d’hommes, violence et sexualité entre détenus sont fortement corrélées (Sagarin, 1976). Les violences sexuelles poussent en effet l’ego masculin à s’exprimer dans sa noirceur la plus profonde sur la scène carcérale et cela, en réaction au contrôle totalisant auquel chaque détenu est soumis. D’une part, il s’agit de s’affirmer en rapport au pouvoir coercitif de l’institution carcérale et d’autre part, de s’imposer en tant qu’homme méritant sa place au sein de la population détenue. Dans leur étude sur la sexualité et les violences dans les prisons françaises, Welzer-Lang et al. (1996) découvrent la présence d’une hiérarchie de pouvoir informelle et officieuse au sein de la population carcérale. Aux grands hommes se voient attribuées des qualités de virilité et de pouvoir leur accordant une certaine légitimité pour entrer facilement dans un jeu de privilèges en détention. Les sous-hommes sont, quant à eux, situés au bas de l’échelle et exclus de la normalité carcérale. On y retrouve les détenus délinquants sexuels, encore appelés les pointeurs qui font alors l’objet d’insultes, de violences psychiques, physiques et sexuelles.

4) Une sexualité disciplinée par des hommes et… des femmes

  • 5 Lettre collective n°124 datant du 6 septembre 2013 portant sur le régime disciplinaire des détenus (...)

18Au sein des institutions, quelles qu’elles soient, le traitement de la sexualité résulte toujours d’une tension entre son déni, sa répression et sa réduction à un problème à résoudre (Moulin, 2007, 65). En prison, une des manières utilisées pour discipliner la sexualité consiste à recourir à des réglementations intérieures et à l’application de sanctions disciplinaires lorsque les dispositions réglementaires ne sont pas respectées par la personne incarcérée. En Belgique, toute attitude sexuelle inappropriée est considérée comme une infraction disciplinaire de seconde catégorie. La réglementation5 en vigueur parle d’ailleurs de contacts non réglementaires avec un codétenu ou avec une personne étrangère à la prison. Dimension personnelle et limitée théoriquement à un exercice discret, l’étude de la sexualité en milieu carcéral ne peut ignorer le rapport aux acteurs de terrain directement impliqués dans la garde de la population détenue. La question de l’introduction de la mixité au sein du personnel des prisons s’impose au chercheur.

19Si l’introduction de la mixité au sein du personnel pénitentiaire a progressivement mis fin au régime d’apartheid sexuel et permis à l’individu incarcéré de se positionner en tant qu’homme face à une personne de l’autre sexe, elle n’a nullement aidé les détenus à trouver une réponse aux frustrations sexuelles, leurs relations avec ces différents intervenants n’étant pas a priori de nature intime (Marchetti, 2001, 223-224). En prison d’hommes, en termes de désir, un jeu mesuré s’organise entre la population détenue et les acteurs professionnels de la vie pénitentiaire (Gaillard, 2009, 114). Dans un milieu où toutes les situations d’exhibition sont atteintes en raison des fouilles, de la surveillance et des contrôles visuels réguliers, les frontières de l’intimité sont supprimées. La rencontre avec le personnel féminin s’envisage dans un rapport de séduction rassurant pour le détenu. Les interactions toutefois limitées entre ces deux groupes conduisent les détenus à considérer qu’il y a les femmes que l’on aime en tant qu’objet d’affection et les femmes que l’on baise en tant qu’objet de plaisir (Gaillard, 2009, 115).

20Dans ce contexte, un des aspects les plus compliqués de la relation professionnelle entre un surveillant et un détenu réside dans la gestion de la bonne distance (Moulin, Sevin, 2012). Il s’agit en effet de trouver un juste milieu entre les attitudes de proximité et d’éloignement à adopter pour mener à bien la double mission confiée au professionnel, à savoir le maintien de la sécurité et la préparation de la réinsertion (Moulin, Sevin, 2012, 166). En d’autres termes, cela renvoie à ce que Goffman (1968) appelle le piège de la compassion et que Lemire et Vacheret définissent encore par le piège des sentiments (Vacheret, Lemire, 2007). Entre hostilité et compassion, l’agent pénitentiaire doit trouver un sentiment d’équilibre lorsqu’il examine la relation professionnelle qu’il instaure avec la personne dont il a la garde. Pour Ricordeau, dans les cas de transgression de cette bonne distance, l’agent concerné risque d’affronter une forte réprobation sociale et morale, celle qui tombe amoureuse d’un détenu est amorale et surtout passe de l’autre côté (du mur) (Ricordeau, 2008b, 39). La prison, par son côté clos, favorise cependant l’expression de sentiments, parfois amoureux, que l’Administration pénitentiaire doit apprendre non seulement à gérer mais aussi à prévenir.

21Après ce détour théorique et en raison de la sensibilité de notre objet d’étude, de la complexité du milieu dans lequel il s’actualise et de notre position de chercheur « professionnellement dans la place », nous nous attarderons plus longuement dans le point suivant sur la méthodologie de cette recherche.

II - Choix, collecte de données et autres considérations méthodologiques

22Réaliser une recherche sur une thématique aussi intime et personnelle que la sexualité en milieu carcéral invite à de nombreuses considérations méthodologiques liminaires. Comme le soulignent Bajos, Beltzer et Bozon à propos de la méthodologique engagée dans l’enquête sur le contexte de la sexualité en France en 2006, les enjeux spécifiques d’une recherche sur la sexualité et la production de résultats appuyant des discours normatifs imposent d’expliciter non seulement les choix théoriques de l’équipe, (…), mais aussi les choix méthodologiques et les conditions de recueil des données pour qu’un regard critique puisse être porté sur les résultats produits (Bajos et al., 2008, 27). Dans cette perspective, nous allons exposer nos choix méthodologiques, qui intègrent à la fois une description des aspects concrets de la méthodologie de recherche quantitative, une présentation de l’échantillon et de ses caractéristiques et enfin, un aperçu des difficultés rencontrées tout au long du recueil de données sur le terrain pénitentiaire.

23Réaliser une recherche sur la sexualité incarcérée et assurer parallèlement une fonction d’autorité au sein d’un établissement pénitentiaire interroge notre positionnement en tant que chercheur. L’objectivité exigée pour l’observation, le recueil, l’analyse et l’interprétation des données peut paraître quelque peu équivoque dans cette situation personnelle. Constamment préoccupée par la nécessité de tracer une frontière claire entre notre double fonction de chercheur-directeur, nous avons été amenée à orienter nos choix méthodologiques à la lumière de cette contrainte.

1) Les prisons concernées, leur population et notre échantillon

24Optant pour une méthodologie de recherche quantitative, nous avons administré un questionnaire à la population incarcérée de dix établissements pénitentiaires francophones entre juillet 2012 et août 2013. L’échantillon retenu (530 détenus) représentait 4,8% de la population moyenne carcérale masculine au niveau national, celle-ci s’élevant à 10 847 détenus en 2012. La totalité des dix établissements pénitentiaires concernés par notre enquête comptait 2 926 détenus (moyenne annuelle) et le pourcentage de répondants par rapport à cette population masculine moyenne s’élevait à 18,1%.

25Dans le cadre de la procédure d’échantillonnage, deux niveaux doivent être considérés. Le premier porte sur le choix des établissements pénitentiaires. Le second renvoie aux personnes incarcérées composant l’échantillon. Initialement, la requête adressée à la Direction Générale des établissements pénitentiaires en vue de recueillir les données portait sur six prisons sélectionnées sur la base des spécificités de chacun de ces établissements (maison d’arrêt, maison pour peines, milieu fermé, milieu ouvert, à grande et à petite capacité). Cette sélection permettait d’obtenir au moins une institution représentative de chaque grande catégorie des établissements pénitentiaires francophones. Lorsque la recherche a commencé à être connue au sein de l’administration pénitentiaire, d’autres directions locales ont manifesté un intérêt, ce qui a permis d’obtenir l’accès à dix lieux d’investigation. Des contacts préalables à la passation de l’enquête ont été engagés avec chaque direction locale afin d’harmoniser les règles de distribution des questionnaires.

26Quant au second niveau de la procédure d’échantillonnage, nous avons opté pour une technique de sondage auprès de toute la population incarcérée de chaque prison retenue. Nous avons décidé de ne pas participer directement à la passation de l’enquête, mais de la présenter comme émanant de l’École de Criminologie de Liège, les coordonnées du directeur de cette recherche se trouvant en première page du document. Les questionnaires distribués étaient glissés dans des enveloppes avec le logo de l’Université de Liège et afin de garantir l’anonymat, le détenu était invité à refermer l’enveloppe une fois le questionnaire complété.

  • 6 En l’absence de financement pour cette étape de la recherche, il nous a été impossible d’engager de (...)
  • 7 Des membres de commissions de surveillance (organisme indépendant chargé de la surveillance des con (...)

27Devant tenir compte des exigences et contraintes de chaque établissement pénitentiaire et afin de garantir un anonymat par rapport au personnel de la prison, la passation matérielle des questionnaires s’est déroulée de manière spécifique 6 privilégiant le recours à des personnes considérées comme neutres et intermédiaires7 pour le dépôt et la reprise des documents auprès des participants. Concrètement, chaque intermédiaire engagé dans la distribution des questionnaires passait de cellule en cellule, présentait les objectifs de l’enquête et invitait chaque détenu à y répondre individuellement pour une date ultérieure convenue. Nous avions au préalable communiqué des indications précises et uniformes à ces bénévoles pour les rencontrer, au terme de l’enquête, dans le cadre d’un entretien visant à contextualiser le déroulement du processus.

28Au total, 719 questionnaires furent remis sous pli fermé et 530 d’entre eux furent utilement utilisables pour l’encodage et le traitement des réponses.

  • 8 Personnes condamnées par un jugement passé en force de chose jugée.
  • 9 Cette catégorie concerne les vols, les cambriolages, les dégradations et les incendies volontaires.

29L’âge moyen des répondants est 36,6 ans. Les groupes d’âge les plus représentés sont, par ordre d’importance, les 30-34 ans (19,6%), les 25-29 ans (17,8%), les 20-24 ans (12,7%) et les 35-39 ans (12,3%). La majorité de détenus est de nationalité belge (77%), puis les nationalités marocaine (6,2%), française (5%), algérienne (3%) et italienne (2,6%). La durée moyenne d’incarcération des répondants est de 1 140 jours et leur statut carcéral est majoritairement celui de personnes condamnées à titre définitif8. Les principaux délits à l’origine des incarcérations concernent des atteintes aux biens9 (39,6%), des coups et blessures (30,1%) et des infractions en lien avec les stupéfiants (32,3%). Près de 70% (69,6%) avaient déjà fait l’objet d’une incarcération et 18,6% seulement bénéficiaient de permissions de sortie et/ou de congés pénitentiaires au cours de leur détention actuelle. Au niveau de l’hébergement carcéral, 38,8% étaient seuls en cellule. Ce faible pourcentage d’occupation cellulaire s’explique essentiellement par un phénomène de surpopulation présent en Belgique, comme dans de nombreux pays. Les taux d’activités occupationnelles en détention sont également faibles : 36,6% disent avoir un travail en prison, 17,1% suivre une formation en groupe, 17,1% une formation individuelle (cours par correspondance, cours donnés par des visiteurs) et 21,6% s’investissaient dans des activités sportives. Quant aux statuts familiaux, 60,2% ont déclaré avoir des enfants, 77,3% avoir eu un partenaire affectif avant la détention, et 49,3% se sont déclarés être engagés dans une relation affective avec un partenaire pendant leur actuelle période d’incarcération. Sur l’ensemble de notre échantillon, 75,1% des détenus avec partenaire bénéficiaient des visites de celui-ci et 60,4% le recevaient dans le cadre du dispositif des visites dans l’intimité. Il est raisonnable de penser que la promiscuité et les carences affectives objectives ont eu un impact important sur l’implication des détenus dans ce type de questionnaire.

2) Concevoir et analyser les données récoltées

30Dans le cadre d’une recherche par questionnaire, ainsi que le précise Albarello, l’élaboration et l’énoncé des questions représentent une phase essentielle. Le questionnaire exprime tout autant un point d’arrivée d’une réflexion que le point de départ vers des analyses ultérieures (Albarello, 1995, 36). Concernant l’objet de cette enquête, le recours à de nombreux ouvrages et recherches spécialisés (Buffard, 1973 ; Monnereau, 1986 ; Lesage de La Haye, 1978 ; Marchetti, 2001 ; Ricordeau, 2004, 2008a, 2008b, 2012 ; Gaillard, 2009 ; Touraut, 2009, 2012a, 2012b) a été une source d’inspiration précieuse pour la construction du questionnaire qui se divise en deux parties. La première est constituée de données administratives qui regroupent 22 items sous la forme de questions fermées ou à choix multiples, les variables indépendantes. Conçues comme des prédicteurs répartis en trois grandes catégories : caractéristiques individuelles ; caractéristiques pénitentiaires ; situation familiale et conjugale. La seconde comporte 85 items construits à partir de variables à expliquer, se présentant sous la forme d’affirmations où chaque répondant était invité à formuler ses accords et désaccords sur un spectre de notes allant de 1 à 10. Ces items renvoient d’une part, aux différents aspects de la sexualité en milieu carcéral tels qu’on les rencontre dans la littérature spécialisée et d’autre part, aux représentations générales à l’égard de la sexualité : il s’agit des conceptions personnelles du détenu face à la sexualité en général, face à la sexualité en prison, au vécu de la sexualité en prison en début de détention, au vécu de la sexualité en détention (au quotidien, les difficultés rencontrées et les comportements sexuels dont le détenu aurait été éventuellement le témoin), des perceptions face aux attitudes du personnel à l’égard de la sexualité en prison, des perceptions concernant le dispositif des visites hors surveillance, des perceptions de l’impact de la détention sur le partenaire, des éventuelles propositions de changements pour une vie sexuelle en détention.

31Considérant a priori que l’implication personnelle et intime à l’égard des réponses attendues pouvait provoquer des évitements massifs, la sexualité incarcérée étant par principe un sujet éminemment sensible et tabou, nous nous sommes efforcée d’anticiper ce piège par l’énoncé de formulations prudentes, d’autant que nous n’étions pas aidée par de nombreux précédents. Néanmoins, nous avons eu conscience que certaines questions telles que Avez-vous été témoin de… ? des relations sexuelles ont-elles lieu entre détenus… ?, nécessitaient une interprétation prudente.

  • 10 D’un point de vue statistique, une échelle présente un indice de cohérence interne acceptable si so (...)

32Quant à l’analyse statistique des données collectées, plusieurs étapes ont été parcourues au moyen du logiciel SPSS Statistics 17.0. Au vu de l’importante quantité d’informations recueillies, nous avons au préalable effectué une analyse factorielle sur l’ensemble des 85 affirmations proposées, opération qui a permis le regroupement de certains items sous la forme d’échelles de représentations plus cohérentes des réponses. Présentant un indice de cohérence interne statistiquement adéquat (Alpha de Cronbach)10, ces échelles sont devenues des variables dépendantes au sein de notre étude.

33La suite du traitement statistique des données a permis des analyses descriptives et bivariées. En analyse descriptive, les affirmations ont été recodées en 4 groupes : (1 à 2= en total désaccord), (3 à 5= plutôt en désaccord), (6 à 8= plutôt en accord), (9 à 10= en accord total). Pour chaque affirmation mobilisée dans cet article, les résultats qui seront exposés en pourcentage reflèteront une dichotomisation entre les réponses des deux groupes de répondants situés de 1 à 5 vs de 6 à 10. En analyse statistique bivariée, les tests utilisés ont consisté en des tests de comparaison de moyennes et des corrélations. Dans l’impossibilité de respecter le postulat de la normalité des distributions pour une grande majorité des variables dépendantes, des techniques d’analyses statistiques non paramétriques ont été utilisées (U de Mann Whitney, Kruskal Wallis, Corrélation de Spearman). Nous avons également eu recours à une technique de classification disponible sur le programme statistique SPSS 17.00 (Classification Two Step). (Voir tableaux 1 et 2 en annexe).

3) Les limites de la démarche face aux conditions de la passation et au contenu

34Au regard des contraintes objectives que le milieu pénitentiaire fait subir à la recherche, nous entendons émettre une dernière réserve au sujet de la représentativité de l’échantillon étudié.

  • 11 À cette base volontaire de renvoi du questionnaire, il faut noter que le questionnaire était rédigé (...)

35Il n’est pas représentatif à proprement parler, car il s’apparente plutôt à un questionnaire d’allure « auto-révélée ». Dans un contexte pas toujours favorable à la recherche scientifique, la participation des détenus à l’étude s’effectuait sur la base du volontariat11. Ce qui veut dire que dans ce genre d’enquête, le taux de participation et la qualité des réponses sont en lien direct avec la motivation des personnes interrogées comme le suggèrent Jurgen-Tas et Marshall (Jurgen-Tas, Marshall, 1999). D’après eux, les facteurs influençant la motivation à y répondre peuvent se diviser en 4 catégories : i) facteurs sociétaux (qui renvoient au sentiment de responsabilité, au nombre d’enquêtes auxquelles l’individu a déjà participé, à sa perception de la légitimité de l’enquête), ii) facteurs liés à l’enquête elle-même (le sujet traité, le temps à y consacrer, le côté intrusif des questions,….), iii) facteurs liés au « potentiel » des participants (homme, femme, niveau socio-économique, volonté de bien « paraître » à travers les réponses données,) et iv), facteurs liés aux caractéristiques de l’enquêteur (Jurgen-Tas, Marshall, 1999, 314). Même si les enquêtes auto-révélées n’échappent pas à la critique quant à leur validité méthodologique, elles s’avèrent néanmoins être des instruments de mesure ayant fait leurs preuves auprès de populations particulières et permettant une compréhension plus large de certains phénomènes étudiés (Jurgen-Tas, Marshall, 1999, 354). Notre enquête et la validité des réponses obtenues nous semblent aller vers ces constats plus positifs. Et bien que les résultats ne puissent être extrapolés à l’ensemble de la population carcérale belge, nous pensons être en mesure de dessiner une première image d’une réalité encore méconnue en Belgique.

III - Sexualité et prison : découvertes dans des prisons d’hommes

1) Le désir sexuel à l’ombre des murs

36En étudiant la sexualité en milieu carcéral, nous ne pouvions délaisser la question du désir sexuel. Dans sa recherche sur la sexualité en prison, Gaillard définit l’intensité de la libido comme une notion quantitative exprimant le désir et l’ensemble des pulsions sexuelles. Il constate que cette notion s’amenuise dans la première période de l’incarcération et connaît par la suite une perturbation cyclique liée aux sentiments de haine engendrés par la condamnation et ressentis contre l’institution (Gaillard, 2009, 120-123). Il n’est pas le seul auteur à constater l’effet destructeur du contexte carcéral sur le désir des individus qui, pour reprendre les termes de Buffard, est tué par la prison, précisant qu’en veillant de si près à supprimer le plaisir ou à le mutiler, en réduisant sans cesse la marge d’autonomie des individus et la richesse des relations humaines, la prison tue le désir, seule force capable de hisser l’homme déviant au niveau de l’apprentissage social (…) (Buffard, 1973, 213).

  • 12 Définition présentée dans l’introduction de cet article.

37Suivant la définition du désir sexuel telle que proposée par Lejeune, Huyghe et Droupy12, il faut reconnaître dans le désir sexuel, d’une part, une composante biologique, neuroendocrinienne et, d’autre part, dans l’espèce humaine, une composante psychoaffective venant moduler la composante biologique de manière stimulante ou inhibitrice (Lejeune et al., 2013, 622). En tant que déclencheur de l’excitation sexuelle, soumis à des stimulations internes ou externes et physiques ou psychiques, le désir sexuel pousse l’individu à adopter des stratégies comportementales en vue d’atteindre la satisfaction du plaisir sexuel (Ortigue, Bianchi-Demicheli, 2008, 768 ; Lejeune et al., 2013, 622). La diminution du désir sexuel pouvant correspondre non seulement à une altération de la composante biologique mais aussi de la composante psychoaffective (Lejeune et al., 2013, 622), le contexte de privation imposé par la prison conduit alors au développement de sentiments de frustration chez des individus ne parvenant pas à trouver les moyens de répondre à leur désir de sexualité. Dans la continuité de ces propos, comme le souligne Dubanchet, la pulsion sexuelle, ou libido, non satisfaite aboutit à un ensemble de réactions complexes appelé frustration, cet auteur précisant encore que le sentiment de non-satisfaction va être refoulé du conscient à l’inconscient, mais, comme la tension existe toujours, elle va se manifester d’une autre manière (Dubanchet cité par Brenot, 2004, 357).

38Dans notre étude, en référence à la question du désir sexuel, les participant se sont positionnés à l’égard de trois affirmations suivantes : Depuis que je suis incarcéré, j’ai perdu tout désir pour la sexualité ; En prison, je ne ressens pas le besoin de faire l’amour et Je n’ai pas pensé à la sexualité les premiers jours suivant mon incarcération. Les résultats indiquent que près de 76,4% des détenus se révèlent « êtres désirants » malgré l’incarcération et près de 70,8% disent ressentir un besoin de sexualité. L’entrée en prison semble toutefois apporter une nuance. En effet, la majorité (70,3%) ont déclaré ne pas s’être préoccupés de leur sexualité à leur entrée en prison. L’appréhension du fonctionnement carcéral et la rupture sociale engendrée par l’incarcération représentant un tel choc (Lhuillier, 2001), qu’il se conçoit assez aisément que des hommes vivant une expérience aussi déstabilisante accordent moins d’intérêt à la sexualité.

39Approfondissant les analyses statistiques sur la question du désir sexuel, des liaisons significatives sont apparues entre l’âge des répondants et les affirmations suivantes : Depuis que je suis incarcéré, j’ai perdu tout désir pour la sexualité et En prison, je ne ressens pas le besoin de faire l’amour. Même si ces relations s’avèrent statistiquement faibles, plus l’âge des répondants augmente, plus ils tendent à manifester leur accord à ces deux propositions. Plus le détenu avancerait en âge, plus il perdrait du désir sexuel. Toutefois, ce constat n’est pas spécifique à la sphère carcérale et certaines études consacrées à l’effet du vieillissement sur la sexualité permettent d’apporter quelques nuances (Delamater, Sill, 2005 ; Trudel, Goldfarb, 2006 ; Bondil, 2008 ; Lejeune et al., 2013). Selon elles, l’impact du vieillissement sur une sexualité qualifiée de fonctionnelle serait réel mais comme le précise Bondil, à condition de le considérer dans toutes ses interactions complexes via une approche globale intégrant composantes biologiques, pathologiques, psychocognitives et environnementales (Bondil, 2008, 160).

40Nos résultats confirmant toutefois l’expression d’un désir pour la sexualité chez une majorité des répondants, nous souhaitions tester l’hypothèse de l’effet de la privation de sexualité. Pour appréhender cette dimension, il était indispensable de connaître les habitudes sexuelles avant l’incarcération. Les scores obtenus à l’affirmation Quand je suis arrivé en prison, j’étais habitué à faire l’amour de manière régulière (2 fois par semaine) laissent apparaître des habitudes témoignant d’une certaine activité sexuelle avant l’incarcération. En effet, 77,5% évoquent des pratiques sexuelles régulières et antérieures à l’entrée en prison. Une relation statistique négative significative trouvée entre ces habitudes antérieures et l’âge des répondants permet de spécifier qu’elles concernent davantage les détenus les plus jeunes. Analysant ensuite les réponses à l’affirmation Je me satisfais de l’expression affective de mon partenaire lors des visites à table, les résultats témoignent d’une frustration affective ressentie par un peu plus de la moitié de notre échantillon. 53,6% estiment que l’expression affective de leur partenaire lors de visites communes ne répond pas suffisamment à leurs attentes. Cette insatisfaction est statistiquement reliée avec le temps d’incarcération vécu par l’individu qui trouve de moins en moins de satisfaction dans la seule expression affective de son partenaire autorisée lors de ses visites.

41Dans ce même souci d’évaluer le sentiment de privation des sondés, nous avons formulé l’hypothèse que, s’ils reconnaissent que des stratégies de substitution développées en prison compensent l’absence de pratiques sexuelles, leur vécu du sentiment de privation devait s’avérer plus supportable s’ils ne recouraient à une autre manière de répondre à leur désir sexuel. Partant de cette hypothèse, nous nous sommes intéressée à la diffusion de films pornographiques et à la pratique masturbatoire en tant que réponses à l’absence de relations sexuelles. Proposant aux détenus de se positionner face aux affirmations Les films pornographiques à la télévision compensent le manque de relations sexuelles et La masturbation permet du plaisir facilement en prison, nous observons que pour 75,7% des répondants, les films pornographiques ne compensent en rien le manque de relations sexuelles, et pour 54,2% d’entre eux que la pratique masturbatoire ne répond pas à leur recherche de plaisir sexuel. Pour ces deux affirmations, les résultats mettent en évidence des relations statistiques significatives avec la variable temps d’incarcération : plus le temps de détention est long, plus les répondants sont enclins à reconnaître dans la diffusion de la pornographie ou dans la masturbation une forme de compensation au manque de relations sexuelles. Les répondants seuls en cellule et bénéficiant d’un peu plus d’intimité se manifestent également plus que proportionnellement en faveur des films pornographiques en tant que pratique de substitution.

42Détournant notre regard de la sexualité en milieu carcéral, l’enquête sur le contexte de la sexualité en France, réalisée en 2006, nous apprend que sur 4 642 hommes interrogés, la masturbation a été expérimentée au moins une fois par 90% des hommes (toutes générations confondues) et est encore régulièrement pratiquée par près de la moitié des hommes (40%) jusqu’à 40 ans (Bozon, 2008, 274-275). Le recours régulier aux films ou sites pornographiques concernait dans cette étude près de 52,1% des hommes avec une consommation plus importante chez les hommes de moins de 40 ans (Bozon, 2008, 280-281). Comme nous le suggère Bozon, ces pratiques viennent élargir le registre sexuel des individus où la masturbation, pratique banale et universelle chez les hommes, qui débute pendant l’adolescence mais se poursuit toute la vie, apparaît associée à une autre pratique commune, qui est la consommation de pornographie, sous formes de films, ou à travers les visites à des sites pornographiques sur Internet (Bozon, 2008, 290-291). À la lumière de ces constats en population générale, nos résultats ne révèlent-ils pas la priorité accordée par les détenus à une sexualité en recherche d’altérité plutôt qu’un recours à la pornographie ou à la masturbation comme mécanisme de compensation à la privation ? Sachant que plus de 68,8% des répondants se sont prononcés favorablement au sujet de l’affirmation selon laquelle Ma plus grande souffrance est de vivre sans amour, un questionnement allant au-delà des apparences quantitatives n’est en soi nullement une démarche vaine.

43Pour bon nombre de détenus, l’investissement dans le sport constitue par ailleurs une méthode de compensation en réponse à la privation de la sexualité. Cette idée de canalisation de l’énergie sexuelle dans le sport soulignée par certains chercheurs semble inscrire le détenu dans une dynamique de réaffirmation de sa virilité (Marchetti, 2001 ; Gaillard, 2009). De fait, un peu moins de la moitié des répondants (45,6%) se sont exprimés en faveur de l’affirmation Pour compenser l’absence de sexualité, je m’investis dans la pratique du sport, ce qui conduit à penser que la pratique sportive ne constitue pas en soi une activité de compensation sexuelle importante.

44En somme, nous découvrons une population détenue affirmant un désir et un besoin de sexualité et pour lesquels les réponses apportées aux privations sexuelles laissent apparaître les traces d’un sentiment de frustration bien réelles.

2) La rigidification de l’identité masculine et la valorisation hétérosexuelle

45Dans une prison d’hommes, l’identité masculine apparaît profondément associée à cette nécessité de paraître viril et fort pour affronter l’expérience carcérale. En nous interrogeant sur l’existence d’un processus d’identification des détenus aux valeurs masculines telles que celles de virilité et de la force, nous avons observé qu’un peu plus de la moitié (55,4%) des enquêtés s’accordait sur l’affirmation Pour être respecté en prison, paraître viril et fort est nécessaire. Un détenu le précise d’ailleurs en ces termes : pour certains, ce n’est pas vrai, mais si vous êtes trop gentil, on vous mange tout cru.

46Élargissant l’analyse, plusieurs relations statistiques significatives intéressantes sont apparues comme celle, notamment, d’une corrélation négative entre l’âge et cette instrumentalisation de l’image virile. Plus le répondant est jeune, plus celui-ci s’accorde sur l’extériorisation d’une image empreinte de virilité et de force en détention. L’adhésion à cette image se retrouve également chez les détenus ayant un statut légal de prévenus et chez ceux qui sont incarcérés pour des faits liés aux stupéfiants. Les analyses montrent par ailleurs des relations statistiques encore plus significatives d’une part, entre le fait d’être jeune et incarcéré sous le statut de prévenu et, d’autre part entre le fait d’être jeune et incarcéré pour des faits liés aux stupéfiants. Cette tendance des plus jeunes détenus à croire davantage en la manifestation d’une identité masculine se voit renforcée par d’autres résultats statistiques au sein de l’enquête, notamment à propos de la question de l’investissement sportif : plus le détenu est jeune, plus s’accroît la probabilité qu’il cherche à acquérir par le sport une image de virilité indispensable au sein d’un univers exclusivement masculin. En outre et toujours en s’attardant sur la variable des tranches d’âge, les analyses départagent deux groupes de détenus particuliers, les détenus bénéficiant d’un travail en détention et les détenus bénéficiant de permissions de sorties. Ceux-ci connaissent une probabilité plus grande d’être d’un âge plus avancé et se montrent moins préoccupés par la nécessité d’apparaître virils aux yeux des autres détenus.

47Ayant observé l’adhésion des détenus plus jeunes à une posture virile, il nous semblait que la recherche d’une affirmation virile pouvait également déterminer la manière dont les détenus posaient leur regard normatif sur l’hétérosexualité en général et l’homosexualité carcérale en particulier. Ainsi, ont été sollicités des réponses aux trois affirmations suivantes : La femme permet d’avoir une réponse à mes désirs sexuels ; Pour moi, l’homosexualité permet de vivre sa sexualité et Il est normal qu’un détenu ait des relations sexuelles avec un autre détenu.

48Les résultats laissent apparaître que plus des deux tiers des répondants (78,4%) privilégient un cadre normatif hétérosexuel en détention, pensant qu’une femme permettrait de combler leurs désirs sexuels. Par ailleurs, 86,4% ne reconnaissent pas en l’homosexualité une pratique permettant de vivre sa sexualité et 95% la désapprouvent comme pratique entre codétenus. Ces résultats confirment un profil général également dressé par nos prédécesseurs : la prédominance de valeurs hétérosexuelles et le rejet de l’homosexualité au sein des populations incarcérées (Welzer-Lang et al., 1996 ; Ricordeau, 2004, 2008a ; Gaillard, 2009).

  • 13 Cette échelle de perceptions présente un indice de cohérence interne de 0,653 (Alpha de Cronbach) e (...)
  • 14 Cette échelle de perceptions présente un indice de cohérence interne de 0,778 (Alpha de Cronbach) e (...)

49L’adhésion au cadre hétéronormatif ambiant emporte cependant quelques différences parmi les personnes interrogées. Pour rappel, la factorielle avaient permis de dégager et de répartir des représentations des détenus sous une dimension plus générale d’adhésion à la valorisation de l’orientation hétérosexuelle 13 et à celle de l’orientation homosexuelle14 en prison. Il est apparu que plus les détenus subissaient une période d’incarcération longue ou plus ils étaient âgés, plus ils témoignaient d’un attachement moindre à l’orientation hétérosexuelle et d’une plus grande ouverture à l’égard de l’homosexualité en détention. Indiquant l’apparition d’une certaine tolérance à l’égard de l’homosexualité chez les détenus âgés et ceux incarcérés depuis longtemps, ces résultats confirment les études qui expliquent la rationalisation de ces attitudes chez des détenus condamnés à de longues peines, comme celle de Ricordeau qui voit en l’homosexualité la solution à l’impossibilité d’établir des relations affectives hétérosexuelles (Ricordeau, 2004, 243-244).

50Dans un contexte de privation sexuelle, les résultats de l’enquête dénotent l’expression d’une rigidification identitaire chez les personnes incarcérées. Cette rigidification identitaire procède de la nécessité de paraître viril et fort mais également du rejet de tout ce qui peut toucher à l’homosexualité et aux valeurs sexuelles déviantes s’écartant d’un cadre normatif hétérosexuel. Le surinvestissement de valeurs hétérosexuelles trouve son origine dans un même mécanisme présent chez les individus souhaitant à tout prix afficher leur virilité, à la fois dans leur manière de paraître mais aussi dans leur mode d’entrer en relation avec les personnes de sexe féminin. Au sein de la population enquêtée, ce processus de rigidification identitaire est particulièrement attesté parmi la tranche la plus jeune des détenus.

3) Des relations sexuelles, consenties ou non… à une homosexualité de circonstance

51L’enquête s’est également efforcée d’interroger l’existence de relations sexuelles, consenties ou non, entre détenus et leur recours à ces pratiques sexuelles comme réponse à la privation sexuelle. 26,4% se disent en accord avec l’affirmation : Des relations sexuelles entre détenus ont lieu et 17% avec l’affirmation : Un détenu peut accepter des relations homosexuelles en prison et reprendre une vie hétérosexuelle à sa libération. Une très faible minorité de 3,9% se déclare en accord avec l’affirmation : En prison, j’ai été victime d’une agression sexuelle et 7% avec l’affirmation : En prison, je me suis déjà senti menacé sexuellement.

  • 15 Cette échelle de perceptions présente un indice de cohérence interne de 0,761 et se compose de 8 af (...)

52En approfondissant nos analyses statistiques bivariées, des relations significatives sont apparues entre certains prédicteurs et l’échelle de perceptions Existence de relations sexuelles entre détenus15. À nouveau, l’âge et le temps d’incarcération paraissent influencer les représentations générales. Les détenus plus âgés et ceux qui connaissent une plus longue période d’incarcération se montrent plus en accord avec l’existence de relations sexuelles entre personnes incarcérées. À ce propos, rappelons les résultats obtenus par Nacci et Kane (1983) qui, réalisant une étude sur les pratiques sexuelles consenties et contraintes en prison sur la base d’un échantillon de 330 détenus sélectionnés au sein de 17 établissements pénitentiaires fédéraux de Pennsylvanie, ont fait état d’un pourcentage de 12% d’activités homosexuelles consenties au sein des établissements pénitentiaires à faible niveau de sécurité. Ces chercheurs constatèrent également un pourcentage plus élevé de près de 20%, d’activités sexuelles consenties au sein des prisons ayant un niveau de sécurité plus important. Dans ces institutions, se retrouvaient les délinquants les plus dangereux et incarcérés pour de plus longues périodes (Nacci, Kane, 1983, 35). Nos résultats convergent vers ce dernier constat dans la mesure où les détenus incarcérés pour de plus longues périodes se disent être plus en accord avec l’existence de relations sexuelles en détention. Les résultats suggèrent encore que les détenus occupant seuls leur cellule, ainsi que les répondants incarcérés pour délinquance sexuelle reconnaissent l’existence de relations sexuelles entre détenus. Cependant, d’autres résultats témoignent d’un degré d’accord moindre quant à l’existence de relations sexuelles et, ce pour certaines catégories de détenus : les détenus incarcérés pour des infractions en lien avec les stupéfiants, les détenus connaissant une incarcération antérieure et ceux s’investissant dans le sport. Enfin, les personnes se déclarant être en couple pendant leur détention et ceux bénéficiant de visites hors surveillance avec leur partenaire obtiennent également un score moins élevé, laissant entrevoir qu’ils ne se préoccupent pas de l’existence de relations sexuelles entre détenus et/ou que la présence d’un partenaire extérieur les conduit à une plus grande indifférence à l’égard de cette question.

  • 16 Cette échelle de perceptions « situation de violences sexuelles en détention » présente un alpha de (...)

53Interrogeant les situations de violence sexuelle, nous avons créé une échelle de perceptions16 sur la base de 4 affirmations proposées à nos répondants : En prison, j’ai été victime d’une agression sexuelle ; Je sors le moins possible de cellule par crainte d’être agressé sexuellement ; En prison, je me suis déjà senti menacé sexuellement et En détention, j’ai vu un détenu obligé d’accepter des relations sexuelles. La confrontation statistique de prédicteurs à cette échelle met en exergue que les détenus plus âgés, les détenus incarcérés pour infraction à caractère sexuel et les détenus ayant déclaré avoir des problèmes de santé physique et psychologique se sentent davantage concernés par les situations de violence sexuelle. Les résultats vont à l’encontre de conclusions d’études antérieures mettant en avant le jeune âge des victimes d’agressions sexuelles en détention (Chonco, 1989 ; Eigenberg, 2000 ; Stewart, 2007) ; ils rencontrent en revanche ceux des études ayant mis à jour la position fragile et menacée qu’occupent les condamnés pour délinquance sexuelle dans la hiérarchie carcérale (Struckman-Johnson et al., 1996 ; Welzer-Lang et al., 1996).

54Les analyses statistiques montrent par ailleurs l’existence de relations fortement et positivement significatives d’association entre d’une part, les échelles de perceptions : Existence de relations sexuelles entre détenus et Valorisation de l’orientation homosexuelle en détention, et d’autre part, entre les échelles de perceptions Existence de relations sexuelles entre détenus et Situation de violences sexuelles en détention. Ces liaisons attestent que les répondants croyant en l’existence de relations sexuelles entre détenus comme d’une nécessité, ont aussi tendance à valoriser l’orientation homosexuelle en détention et à penser que des situations de violences sexuelles existent à leur encontre. Ce constat, aussi ténu soit-il, indique un univers bien plus complexe de relations entre représentations et pratiques.

55Enfin, en considérant à part l’affirmation selon laquelle Un détenu peut accepter des relations homosexuelles en prison et reprendre une vie hétérosexuelle à sa libération, des relations statistiques significatives révèlent encore une influence de l’âge et de la période d’incarcération sur les réponses d’adhésion. Les détenus plus âgés et incarcérés depuis une plus longue période présentent une plus forte probabilité de se prononcer en faveur d’une homosexualité de substitution. Les détenus condamnés, incarcérés pour assassinat et placés seuls en cellule se démarquent également en faveur d’une homosexualité de circonstance. Tenant compte des structures pénitentiaires et des différents niveaux de sécurité présents dans chacune d’elles, les détenus dépendant du niveau de sécurité le plus élevé (niveau 4) se détachent de ceux des niveaux de sécurité plus faibles (niveaux 2 et 3) en affichant une opinion plus favorable à l’égard d’une homosexualité carcérale de circonstance. Sachant que les établissements pénitentiaires les plus sécuritaires sont les plus enclins à engendrer un contexte de privation chez les personnes incarcérées (Vacheret, Lemire, 2007, 42), il était effectivement attendu des détenus se retrouvant dans un tel environnement qu’ils se positionnent davantage en faveur de pratiques sexuelles de substitution. Toutefois, les résultats obtenus à l’issue de l’impact des niveaux de sécurité des structures pénitentiaires sur cette attitude ne permettent pas de conclure avec certitude à une conversion notable des sondés les plus « sécurisés » à faire d’une sexualité de substitution une nécessité.

4) De la rencontre sexuelle avec le personnel pénitentiaire

56Une approche de la dynamique carcérale impose d’examiner encore l’influence du contexte environnemental sur la vie sexuelle des enquêtés, et plus particulièrement celle des rapports sociaux entre les détenus et le personnel pénitentiaire. Dans leurs relations quotidiennes, les détenus et les surveillants sont constamment appelés à échanger, à négocier, à lutter pour atteindre des objectifs opposés (maintenir l’ordre d’une part, sauvegarder le maximum de liberté d’autre part). Ces rapports sociaux engendrent des inégalités soumises à des menaces constantes. S’agissant des pratiques sexuelles, les dimensions du désir et du plaisir physiques ne peuvent s’exprimer ouvertement dans le cadre inter-relationnel légitime. Les règlements exigent en effet des surveillants une juste distance afin de pouvoir imposer leur autorité et de maintenir le détenu dans une position de dominé excluant dès lors toute possibilité de relations amoureuses et d’intimité physique. Dans la réalité de la détention il en va autrement. À partir des informations recueillies, nous avons tenté d’explorer la sexualité en tant qu’objet d’échanges entre les détenus et le personnel de surveillance. L’étude de cette dimension permet d’approcher la délicate question des relations sexuelles survenant entre des détenus et des membres du personnel. Relevant du mythe ou de la réalité, cette question se situe au cœur d’un débat qui sur le terrain carcéral devient un sujet sensible.

57Notre première démarche visant à percevoir l'existence de telles relations a d’abord montré qu’une majorité de répondants (85%) désapprouvait l’idée d’un échange verbal avec le personnel de surveillance sur le thème de la sexualité. 84,2% d’entre eux affichent un désaccord explicite avec l’affirmation selon laquelle certains détenus font l’objet de propositions sexuelles de la part des agents pénitentiaires. A priori, il y aurait là un non objet. Toutefois, les choses ne sont pas aussi radicales, car lorsque les détenus sont invités à prendre position par rapport à l’affirmation : Il arrive que certains détenus aient des relations sexuelles avec un membre du personnel, plus d’un tiers de d’entre eux (36,8%) le croient fermement.

58Afin de spécifier ces premières observations, d’autres analyses statistiques ont été effectuées, mettant en confrontation différents prédicteurs avec l’échelle globale de perceptions des répondants relatives aux contacts de nature sexuelle avec le personnel pénitentiaire. Cette échelle dont l’indice de cohérence s’élevait à 0,693 regroupait les affirmations suivantes : Certains détenus font l’objet de propositions sexuelles de la part d’agents pénitentiaires ; La sexualité est un sujet dont je discute avec les agents pénitentiaires ; Il m’arrive que certains agents me parlent de leur vie sexuelle ; Il arrive que certains détenus aient des relations sexuelles avec un membre du personnel.

59Une analyse plus fouillée montre que plus l’incarcération du détenu est longue, plus celui-ci tend à s’accorder avec la conviction de l’existence de contacts de nature sexuelle entre détenus et personnel de surveillance. Un répondant précise d’ailleurs qu’il discute plus ou moins de sexualité selon l’agent pénitentiaire rencontré sur sa section et selon la qualité du rapport de confiance qu’il a établi avec lui au fil du temps. L’individualisation de la relation ouvrirait alors la possibilité de dialoguer sur des sujets plus intimes. De manière identique, les détenus plus jeunes, les détenus incarcérés en raison d’atteintes aux biens, de coups et blessures ou d’infractions au code de la route, des détenus s’investissant dans le sport et les détenus déjà incarcérés précédemment se distinguent des autres en manifestant une approbation plus ample avec « l’idée des contacts de nature sexuelle » avec le personnel de surveillance. Les détenus les plus jeunes manifestent également davantage d’intérêt à la défense de leur identité masculine et aux valeurs hétérosexuelles.

60Les constats permettent de dresser un portrait des relations mettant en jeu la sexualité entre les agents pénitentiaires et les détenus. Ainsi, les discussions entre agents et détenus portant sur la sexualité (parler de sa vie sexuelle, faire ou être l’objet de propositions verbales) ne sont pas considérées comme une réalité par les trois quarts des détenus. Plus de 30% des répondants signalent croire néanmoins à l’existence de « relations sexuelles » entre les détenus et les agents pénitentiaires. Plus l’incarcération du détenu est longue, plus celui-ci tend à se montrer en accord avec l’existence de contacts de nature sexuelle entre les détenus et les représentants de l’ordre carcéral. Une explication pourrait se trouver dans le fait qu’une plus longue période d’incarcération, ou bien donne lieu à une plus grande expérience carcérale, donc une évaluation plus juste de la situation, ou bien favorise le besoin d’une personnalisation de la relation entre le détenu et l’agent pénitentiaire, ouvrant dès lors la possibilité de dialoguer sur des sujets plus intimes et avec une confiance fondée sur la connaissance mutuelle. À nouveau, l’impact de l’âge de nos répondants se révèle essentiel. Plus les détenus sont jeunes, plus ils approuvent l’idée des contacts de nature sexuelle avec le personnel pénitentiaire. Reflètent-ils pour autant la réalité des pratiques sexuelles en prison, relèvent-ils de la vie fantasmatique ou encore manifestent-ils le désir de s’affirmer face à une autorité carcérale toute-puissance incarnée par ses agents pénitentiaires ? Nous sommes dans l’incapacité d’en décider. L’existence d’une sexualité ou encore d’une vie amoureuse entre détenus et personnel pénitentiaire, bien que réelle, demeure un sujet trop sensible dont on parle peu ou pas en détention, même lorsque des cas apparaissent au grand jour et s’expriment parfois sur le mode de la nécessité, de la confiance ou de l’hostilité déclarée.

61Près de 26,4% des répondants pensent qu’il existe, en prison, des relations sexuelles entre détenus ; 36,8% croient en l’existence de ces relations sexuelles entre détenus et personnel pénitentiaire. Dans le droit fil de Durkheim (1898), nous sommes évidemment confrontée à deux niveaux de subjectivités parmi les individus interrogés : un niveau de subjectivité individuelle (représentation individuelle) et un niveau de subjectivité collective (représentation collective). La subjectivité individuelle renvoie à ce que la personne interrogée elle-même peut penser d’un phénomène. La subjectivité collective renvoie à l’influence que peut avoir le code des valeurs des détenus sur le niveau de subjectivité individuelle. Si nous pouvons raisonnablement concevoir que les personnes interrogées ont effectivement répondu à notre questionnaire en recourant à leur niveau de subjectivité individuelle, nous n’ignorons nullement l’influence de la subjectivité collective sur les données recueillies. La réalité des relations sexuelles entre détenus peut dès lors être assez sensiblement éloignée des représentations. Cette distance avait été relevée par plusieurs chercheurs lors d’une étude réalisée en 1994 consacrée à la sexualité au sein d’un établissement pénitentiaire du Delaware (Saum et al., 1995). Après avoir effectué des entrevues auprès de détenus s’étant portés volontaires, ces chercheurs mirent en évidence que plus de 70% d’entre eux pensaient que des relations sexuelles entre détenus avaient bel et bien lieu. Or, seulement 2% des répondants de l’échantillon avaient rapporté avoir eu des pratiques homosexuelles effectives au cours de leurs années d’incarcération. Ces chercheurs en conclurent que des relations homosexuelles consenties existaient bien en détention, mais qu’elles reflétaient surtout les représentations fantasmées des personnes incarcérées, beaucoup moins la réalité carcérale. Pour ces chercheurs, la sexualité elle-même représentait un mythe intégré par les personnes détenues (Saum et al., 1995, 427). Cette conclusion nous paraît également s’imposer au regard des données de notre recherche en Belgique.

IV - Des styles de conceptions vis-à-vis de la sexualité incarcérée

  • 17 Pour cette opération statistique, les variables dépendantes mobilisées sont d’une part, les affirma (...)

62Posant un regard d’ensemble sur nos résultats, nous avons souligné que deux variables indépendantes détenaient un impact déterminant sur les représentations des enquêtés : l’âge et la durée de leur incarcération. À la différence des autres prédicateurs mobilisés, ceux-ci entretiennent de nombreuses relations statistiques significatives avec les variables dépendantes exploitées au sein de l’étude. Au cours du tri statistique des données, un fossé est apparu d’une part, entre les représentations des détenus plus jeunes au temps d’incarcération plus limité et d’autre part, celles des détenus plus âgés au temps d’incarcération plus long. Ce fossé était-il réel ou une simple vue d’esprit ? Nous en avons vérifié statistiquement la consistance en faisant appel à une technique de classification et en effectuant des tests de différence de moyennes entre les différents groupes de détenus créés et les variables dépendantes17. Ce faisant, nous avons ainsi découvert que se formaient au sein de la population enquêtée trois groupes de détenus, chacun véhiculant en propre un style de conceptions à l’égard de la sexualité incarcérée. Cette classification nécessite d’être regardée avec un certain recul puisque dans la réalité, sous l’effet d’événements vécus en détention, d’influences extérieures et d’expériences personnelles, chaque individu peut être conduit à revoir et à modifier ses perceptions et ses pratiques. L’adhésion à un groupe plutôt qu’à un autre ne peut dès lors jamais être définitive pour chacun des membres que l’analyse y réunit.

63Sous l’impact de l’âge et du temps d’incarcération, les personnes interrogées privilégient tantôt un positionnement plus rigide et tantôt un positionnement plus tolérant à l’égard des valeurs et des pratiques en lien avec la sexualité carcérale. Trois styles de conceptions peuvent être retenus que nous décrivons brièvement avant de les interpréter.

1) Styles de conceptions à l’égard de la sexualité incarcérée

64Le premier style de conceptions renvoie à un groupe de détenus qui sont en moyenne plus jeunes (28,4 ans) et subissent un temps d’incarcération plus limité (653,6 jours) au moment de la passation de l’enquête. Ces détenus témoignent d’un réel besoin de sexualité et d’une énergie sexuelle qu’ils n’hésitent pas à affirmer clairement. Il leur paraît toutefois inconcevable de répondre à ce besoin de sexualité dans le cadre de relations sexuelles avec d’autres détenus. S’affirmant en tant qu’hommes, pour eux, un homme, un vrai ne peut entretenir de relations sexuelles avec un autre homme. Dans ce contexte, d’une part, ils affichent un attachement sécurisant à l’hétérosexualité et aux pratiques sexuelles qu’elle autorise et d’autre part, ils se montrent en opposition à tout ce qui peut concerner de près ou de loin l’homosexualité en prison. Enfin, ce groupe de détenus affirme encore sa fougue masculine à l’égard du personnel pénitentiaire en pensant que des contacts de nature sexuelle avec ces derniers sont rendus possibles en détention et permettent même de reprendre un certain contrôle de sa vie sexuelle tout en réduisant la dimension autoritaire confiée aux agents.

65Un deuxième style de conceptions s’extrêmise nettement du premier. Il regroupe des personnes plus âgées (44 ans) et incarcérées en moyenne depuis une plus longue période (6 926,4 jours). Ces détenus se caractérisent par une attitude généralement plus positive à l’égard des pratiques sexuelles de substitution étudiées. Comparativement aux autres, ils s’accordent davantage sur la présence de contacts de nature sexuelle avec le personnel pénitentiaire et le recours à des relations sexuelles entre détenus. Affichant une attitude plus positive à l’égard de l’orientation homosexuelle, ils semblent être plus enclins à penser que les pratiques homosexuelles peuvent être une réponse de substitution temporaire à un contexte de longue privation sexuelle.

66Comparativement aux membres de ces deux groupes extrêmisés par leur âge et une durée de longévité carcérale, le style que l’on pourrait qualifier de positionnement intermédiaire sur le spectre de la population interrogée, rassemble des détenus plus âgés (47,9 ans) que le troisième mais connaissant un temps d’incarcération d’une durée approximativement comparable au premier (750,4 jours). Face à la question de la sexualité incarcérée, ces détenus se situent très souvent en demi-teinte. Ils se distinguent en affichant un attachement moins rigide à l’égard de l’hétérosexualité et de l’apparence virile. Contrairement aux premiers, leur besoin de sexualité en détention semble moins présent ou s’exprime avec moins de force. Ils se rapprochent des détenus du troisième style de conceptions en se montrant plus tolérants à l’égard de l’homosexualité et de l’existence de relations sexuelles entre détenus. Mais ils se montrent beaucoup plus réservés vis-à-vis des contacts de nature sexuelle avec le personnel de surveillance. À l’égard de la sexualité et de ces pratiques en prison, ces détenus se situent véritablement dans un entre-deux : entre d’une part, la position rigide caractérisant le premier style et d’autre part, la position plus tolérante caractérisant les détenus du troisième et dernier style de conceptions.

2) Des réponses sexuelles durant le temps de la détention

67Partant du postulat que la privation de sexualité était une conséquence de l’emprisonnement (Sykes, 1958), notre principal objectif a été de savoir si les détenus adaptaient leurs discours et leurs pratiques éventuelles à ce contexte de privation volontaire.

68À travers l’analyse des représentations des détenus s’esquisse un processus complexe et multiforme d’adaptation des personnes incarcérées dans un contexte de privation sexuelle. Ce processus d’adaptation transparaît entre autres à travers des attitudes de plus en plus tolérantes à l’égard de l’homosexualité et de relations homosexuelles en détention, principalement chez les personnes plus âgées et qui connaissent des périodes d’incarcération plus longues. Plus le temps d’incarcération est long, plus les détenus risquent en effet de subir les conséquences dommageables de l’enfermement et de la privation sexuelle, ce qui les pousse alors à rechercher des réponses possibles pour assouvir leurs besoins.

69Rapprochant nos résultats des différents processus d’adaptation de personnes incarcérées mis en exergue par Irwin dans son ouvrage The Felon (Irwin, 1970), Doing time apparaît comme étant le processus d’adaptation le plus en adéquation avec notre étude. En effet, le détenu qui fait son temps cherche à maximiser son bien-être et à minimiser son inconfort en détention (Irwin, 1970, 68). Appliquant ce constat à nos résultats, nous pouvons dire que plus le détenu fait son temps dans un contexte de privation sexuelle, plus celui-ci est amené au cours de son incarcération à adopter des stratégies efficaces pour répondre à son besoin de sexualité et maintenir son équilibre personnel.

70Enfin si, d’après nos résultats, l’âge et le temps d’incarcération jouent un rôle majeur dans l’adaptation des discours et des pratiques des détenus envers la sexualité, il convient de noter que ces deux prédicteurs sont également considérés comme fondamentaux dans d’autres recherches. Dans son étude sur la dynamique des processus de socialisation carcérale par exemple, Cabelguen a aussi mis en évidence l’intérêt essentiel de ces deux prédicteurs dans la compréhension du processus d’adaptation à la prison (Cabelguen, 2006). Selon ce chercheur, au niveau du temps d’incarcération d’abord, au fur et à mesure de la peine subie, la personne incarcérée semble de plus en plus s’accommoder de sa condition de détenu. D’autre part, il observe que les jeunes détenus cherchent davantage à adhérer aux valeurs de sous-cultures carcérales criminelles tandis que les détenus vieillissants s’éloignent de tout comportement déviant. Il énonce que plus le détenu est jeune, plus il s’intégrera sur un mode prisonniérisé alors que le détenu plus âgé s’intégrera plutôt sur un mode atomisé (Cabelguen, 2006, 11).

71À la lumière des conclusions de ce chercheur et en les appliquant plus spécifiquement à la sexualité incarcérée de notre enquête, nous serions tentée d’avancer que plus le détenu est jeune et connaît une incarcération courte, plus celui-ci adapte ses discours et ses pratiques sur un mode rigidifié. A contrario, plus le détenu est âgé et connaît une longue détention, plus celui-ci adapte ses discours et ses pratiques sur un mode de tolérance.

Conclusion

72Au terme de cette recherche, il nous faut observer que les prisons belges restent toujours, et malgré quelques mesures nouvelles, un lieu de privation sexuelle au sein duquel les personnes incarcérées, au nom de leur survie psychique et physique, adaptent leurs discours et leurs pratiques. Si la privation de sexualité imposée en prison modifie les conditions dans lesquelles les individus se représentent la sexualité, elle n’empêche nullement son expression.

73Le traitement que la prison réserve aujourd’hui à la sexualité des personnes incarcérées permet-il de déceler une faille dans sa dimension totalitaire et d’oser croire, un peu naïvement, en une réelle volonté de prendre en considération le besoin d’altérité et de sexualité présent chez l’être humain incarcéré ? Il nous est hélas permis de douter du bien-fondé de cette naïveté. Tiraillée en effet entre un absolu sécuritaire et la volonté de normalisation des conditions de détention, grâce au droit pénitentiaire, l’institution carcérale se voit contrainte de trouver, malgré elle, des solutions impensables il y a quelques décennies et qui consistent à offrir par exemple l’accès aux chaînes télévisées diffusant de la pornographie, la possibilité de se procurer des revues pornographiques via les cantines, l’octroi de visites intimes hors surveillance à certains « privilégiés ». Allant même jusqu’à inscrire les pratiques homosexuelles dans sa rationalité institutionnelle, nous comprenons que tous ces efforts déployés par la prison ne traduisent qu’une tendance forcenée à garantir sa survie et son maintien. Rarement déstabilisée par les tensions qui la traversent, la prison poursuit subtilement le façonnement des corps qu’elle s’est donnée pour mission de discipliner en imposant entre autres ses propres références morales à l’égard de la sexualité, à savoir la prédominance d’une hétérosexualité pratiquée dans le cadre d’une relation matrimoniale sincère et véritable. Au nom d’un impératif sécuritaire supérieur, elle apparaît toutefois disposée à trahir son cadre de référence, telle une moralité caméléon, et à fermer les yeux sur certaines pratiques si celles-ci contribuent au maintien de la paix sociale en ses murs.

74Sans désespérer des constats actuels, il faut reconnaître que beaucoup reste à faire dans les prisons belges si l’on veut réellement diminuer les conséquences dommageables de l’emprisonnement et rencontrer la dimension de la sexualité humaine. Outre une reconnaissance claire par la Cour européenne des droits de l’homme d’un droit à la sexualité qui obligerait les responsables politiques et pénitentiaires européens à prendre réellement en considération la spécificité de la sexualité en prison, il s’avèrerait urgent de former le personnel pénitentiaire dans le cadre d’une politique d’intervention cohérente autour des actes de violences sexuelles entre détenus. Même si notre enquête ne révèle pas un taux élevé d’agressions sexuelles, celles-ci sont réelles et causent chez les personnes incarcérées des dommages physiques et psychologiques qui aggravent ceux occasionnés par la détention même. Des services d’aide familiale et conjugale développant des programmes adaptés aux problèmes sexuels, conjugaux et familiaux habituellement rencontrés, devraient être créés afin d’aider une population qui reste à ce jour fortement démunie face à l’expérience carcérale. En outre, comme cela s’est développé en France ou au Canada, la création de structures de vie au sein des établissements pénitentiaires donnerait aux détenus et à leurs proches la possibilité de vivre réellement plusieurs jours dans un contexte respectueux des personnes et favorisant le maintien des liens où chaque membre de la famille est appelé à exercer son rôle de mari, d’épouse, d’enfant.

75Toutes ces considérations sur les efforts à déployer pour accorder davantage de respect envers l’humain incarcéré ne peuvent nous détourner de la priorité politique, à savoir faire de la prison la peine ultime. Même si elle s’adapte et parle de droit, la prison constitue une rupture, une exclusion alors que le but de toute peine devrait viser à rendre les délinquants responsables des conséquences de leurs actes tout en les encourageant à vivre dans la communauté dite libre.

Haut de page

Bibliographie

Albarello L., 1995, Pratiques et méthodes de recherche en sciences sociales, Paris, Armand Colin.

Bajos N., Beltzer N., Bozon M., 2008, Enjeux méthodologiques et recueil des données, in

Bajos N., Bozon M. (dir.), Enquête sur la sexualité en France, Paris, La Découverte « Hors Collection Social », 27-44 en ligne [http://www.cairn.info/enquete-sur-la-sexualite-en-france--9782707154293-page-27.htm].

Bondil P., 2008, Vieillissement sexuel : mythes et réalités biologiques, Sexologies, 17,3, 152-173.

Bozon M., 2001, Orientations intimes et constructions de soi. Pluralité dans les expressions de la sexualité. Sociétés contemporaines, 41-42, 11-40.

Bozon M., 2008, Pratiques et rencontres sexuelles : un répertoire qui s'élargit in Bajos N., Bozon M. (dir.), Enquête sur la sexualité en France, Paris, La Découverte, « Hors Collection Social », 273-295 en ligne [http://www.cairn.info/enquete-sur-la-sexualite-en-france--9782707154293-page-273.htm].

Brenot P. (dir.d), 2004, Dictionnaire de la Sexualité Humaine, Bordeaux, L’Esprit du Temps.

Buffard S., 1973, Le froid pénitentiaire. L’impossible réforme des prisons, Paris, Seuil.

Cabelguen M., 2006, Dynamique des processus de socialisation carcérale. Champ Pénal, Vol. III, mis en ligne le 12 novembre 2009, en ligne [http://champpenal.revues.org/513].

Carcedo R.J., Lopez F., Begona Orgaz M.B., Toth K., Fernandez-Rouco N., 2008, Men and Woman in the Same Prison, International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, 52, 641-657.

Cartuyvels, Y., 2002, Réformer ou supprimer : le dilemme des prisons, in De Schutter O., Kaminski D. (Dir.), L’institution du droit pénitentiaire. Enjeux de la reconnaissance de droits aux détenus, Paris, LGDJ, 113-132.

Cesaroni C., Alvi S., 2010, Masculinity and resistance in adolescent carceral settings, Canadian Journal of Criminology and Criminal Justice, 52, 3, 303-320.

Chonco N.R., 1989, Sexual assaults among male inmates: a descriptive study, The Prison Journal, 69, 1, 72-82.

Clemmer D., 1940, The Prison Community, Boston, Christopher Publishing.

Coumanne C., 2001, Les visites dans l’intimité en Belgique : application et enjeux, Revue de Droit pénal et de Criminologie, 2, 171-191.

De Coninck G., Campioli G., 1976, Congés en famille pour les détenus, Bulletin de l’Administration pénitentiaire, 1, 5-31.

Dejours C., 2000, Le masculin entre sexualité et société, in Welzer-Lang D. (dir.), Nouvelles approches des hommes et du masculin, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 263-289.

DeLamater J. D., Sill M., 2005, Sexual Desire in Later Life, The Journal of Sex Research, 42, 2, 138-149.

De Maere W., Hariga F., Bartholeyns F., Vanderveken M., 2000, Gezonhdeid en druggebruik in het penitentiair milieu: ontwikkeling van een epidemiologisch onderzoeksinstrument. Een onderzoek uitgevoerd in opdracht van de federale diensten voor wetenschappelijke, technische en culturele aangelegenheden, en ligne [http://www.belspo.be/belspo/fedra/acrobat/seD1003_nl.pdf].

Durkheim É., 1898, Représentations individuelles et représentations collectives, Revue de Métaphysique et de Morale, numéro de mai, 1-22, en ligne [http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/Socio_et_philo/ch_1_representations/representations.pdf].

Eigenberg H.M., 2000, Correctional Officers and Their Perceptions of Homosexuality, Rape, and Prostitutions in Male Prisons, The Prison Journal, 80, 4, 415-430.

Gaillard A., 2009, Sexualité et prison : désert affectif et désirs sous contrainte, Paris, Éditions Max Milo.

Goffman E., 1968, Asiles, Paris, Minuit.

Gonin D., 1991, La santé incarcérée, Paris, Éditions l’Archipel.

Hensley C., 2000, Attitudes Toward Homosexuality in a Male and Female Prison: An Exploratory Study, The Prison Journal, 80, 4, 434-441.

Hensley C., Koscheski M., Tewskbury R., 2003, The impact of institutional factors on officially reported sexual assaults in prisons, Sexuality and Culture, 7, 16-26.

Irwin J., 1970, The Felon, Prentice-Hall, Inc., Englewood Cliffs.

Jodelet D., 1994, Les Représentations sociales, Paris, Presses Universitaire de France.

Junger-Tas J., Marshall I.H., 1999, The Self-Report Methodology in Crime Research, Crime and Justice, 25, 291-367.

Lejeune, H., Huyghe, E., Droupy, S., 2013, Diminution du désir sexuel et déficit en testostérone chez l’homme, Progrès en urologie, 23, 9, 621-628.

Lesage de La Haye J., 1978, La guillotine du sexe : la vie affective et sexuelle des prisonniers, Paris, Éditions Ouvrières.

Lhuilier D., 2001, Le choc carcéral. Survivre en prison, Paris, Bayard.

MacKenzie D.L., 1987, Age and Adjustment to Prison: Interactions with Attitudes and Anxiety, Criminal Justice and Behaviour, 14, 427-447.

Marchetti A.-M., 2001, Perpétuités. Le temps infini des longues peines, Paris, Plon.

Mary P., 2001, Pénalité et gestion des risques : vers une justice actuarielle en Europe ?, Déviance et Société, 25, 33-51.

Mary P., 2012, La politique pénitentiaire en Belgique, Courrier hebdomadaire du CRISP, 2137, 5-47.

Mendras H., 1967, Eléments de sociologie, Paris, Armand Colin.

Monnereau A., 1986. La castration pénitentiaire. Droit à la sexualité pour les prisonniers, Paris, Lumière et Justice.

Moulin P., 2007, La construction de la sexualité chez les professionnels de santé et du travail social ou la normalisation des conduites profanes, Nouvelle revue de psychosociologie, 2, 59-88.

Moulin V., Sevin A.-S., 2012, Souffrance au travail en milieu carcéral : les épreuves de l’exercice professionnel au parloir pénitentiaire, Le travail humain, 75, 147-178.

Nacci P.L., Kane T.R., 1983, The Incidence of Sex and Sexual Aggression in Federal Prisons, Federal Probation, 47, 31-36.

O’Donnell I., 2004, Prison Rape in Context, British Journal of Criminology, 44, 241-255.

Ortigue S., Bianchi-Demicheli F., 2008, Approche sociocognitive du désir sexuel, Revue médicale suisse, 4, 150, 768-771.

Pillant Y., 2014, La sexualité n'est pas un besoin, Le sociographe, 3, 47, 33-40.

Ricordeau G., 2004, Enquêter sur l’homosexualité et les violences sexuelles en détention, Déviance et Société, 28, 233-253.

Ricordeau G., 2008a, Les détenus et leurs proches : solidarités et sentiments à l’ombre des murs, Paris, Autrement.

Ricordeau G., 2008b, Les prisonniers ont-ils (encore) une sexualité ?, Le sociographe, 27, 32-42.

Ricordeau G., 2012, Entre dedans et dehors : les parloirs, Politix, 97, 101-123.

Sagarin E., 1976, Prison Homosexuality and Its Effect on Post-Prison Sexual Behaviour, Psychiatry, 39, 375-387.

Saum C.A., Surratt H.L., Inciardi J.A., Bennett, R.E., 1995, Sex in prison: Exploring the Myths and Realities, The Prison Journal, 75, 4, 413-430.

Stewart E.C., 2007, The Sexual Health and Behaviour of Male Prisoners: The Need for Research, The Howard Journal, 46, 43-59.

Struckman-Johnson C., Struckman-Johnson D., Rucker L., Bumby S., Donaldson S., 1996, Sexual coercion reported by men and women in prison, The Journal of Sex Research, 33, 67-76.

Swinnen E., 1981, La sexualité en prison : le régime du célibat en prison, Bulletin de l’Administration pénitentiaire, 4, 259-281.

Swinnen E., 1982a, La sexualité en prison : la visite conjugale et la prison mixte dans les pays américains, Bulletin de l’Administration pénitentiaire, 1, 15-41.

Swinnen E., 1982b, La sexualité en prison : la visite conjugale et la prison mixte dans les pays européens, Bulletin de l’Administration pénitentiaire, 2, 129-150.

Swinnen E., 1982c, La sexualité en prison, Bulletin de l’Administration pénitentiaire, 3, 187-200.

Sykes G., 1958, The society of Captives. A study of a maximum Security Prison, Princeton, Princeton University Press.

Touraut C., 2009, Entre détenu figé et proches en mouvement. « L’expérience carcérale élargie » : une épreuve de mobilité, Recherches familiales, 6, 81-88.

Touraut C., 2012a, La famille à l'épreuve de la prison, Paris, Presses Universitaires de France.

Touraut C., 2012b, Vers une ouverture des prisons aux proches des personnes détenues ? in Tournier P. (dir.), Dialectique carcérale : quand la prison s’ouvre et résiste au changement, Paris, L’Harmattan, 161-173.

Trudel G., Goldfarb, M. R., 2006, L'effet de l'âge sur le répertoire et le plaisir sexuel, Sexologies, 15, 4, 266-272.

Vacheret M, Lemire, G., 2007, Anatomie de la prison contemporaine (2e éd.), Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal.

Van Havere I., Vansteenwegen, A., 2005, Seksualiteitsbeleving bij (lang) gedetineerden, Tijdschrift voor Seksuologie, 29, 63-68.

Welzer-Lang D., Mathieu L., Faure M., 1996, Sexualités et violences en prison, Lyon, Aleas Éditeur.

Wooden W.S., Parker J., 1982, Men Behind Bars. Sexual Exploitation in Prison, New York, Plenum Press.

Haut de page

Notes

1 Cette double posture soulève de nombreux enjeux méthodologiques que nous aborderons ultérieurement dans le développement de la méthodologie de recherche.

2 En 2012-2013, au moment de la passation de notre enquête, la Belgique comptait 33 établissements pénitentiaires dont 15 en Flandre, 2 à Bruxelles et 16 en Wallonie (y compris l’Établissement de défense sociale de Paifve destiné aux internés considérés comme irresponsables de leurs actes délictueux). En raison de sa population carcérale, l’État belge a établi avec les Pays-Bas une convention de location de la prison de Tilburg depuis le 31octobre 2009. Cette convention se terminera à la fin de l’année 2016. En 2016, la Belgique compte 35 établissements pénitentiaires dont 17 en Flandre, 3 à Bruxelles et 15 en Wallonie.

3 Au 3 janvier 2013, la population carcérale s’élevait à 11 746 personnes pour une capacité de 9 401 places. Chiffres obtenus auprès de la Direction Générale des Établissements Pénitentiaires.

4 Ces chercheurs ont mis en évidence que la satisfaction est corrélée avec une augmentation de la fréquence des contacts sexuels.

5 Lettre collective n°124 datant du 6 septembre 2013 portant sur le régime disciplinaire des détenus et émise par la Direction Générale des Établissements pénitentiaires.

6 En l’absence de financement pour cette étape de la recherche, il nous a été impossible d’engager des personnes chargées de mener un processus de passation uniforme sur le terrain.

7 Des membres de commissions de surveillance (organisme indépendant chargé de la surveillance des conditions de détention), des intervenants de service d’aide aux détenus, du personnel administratif engagé dans le projet Agent Relais Santé.

8 Personnes condamnées par un jugement passé en force de chose jugée.

9 Cette catégorie concerne les vols, les cambriolages, les dégradations et les incendies volontaires.

10 D’un point de vue statistique, une échelle présente un indice de cohérence interne acceptable si son Alpha de Cronbach atteint 0.70.

11 À cette base volontaire de renvoi du questionnaire, il faut noter que le questionnaire était rédigé en français et excluait automatiquement les personnes ne sachant ni lire, ni écrire ou comprendre cette langue.

12 Définition présentée dans l’introduction de cet article.

13 Cette échelle de perceptions présente un indice de cohérence interne de 0,653 (Alpha de Cronbach) et se compose de 8 affirmations présentes : La sexualité est nécessaire pour mon bien-être personnel ; Pour son équilibre personnel, il faut beaucoup d’expériences sexuelles ; Le plus important dans une relation sexuelle, c’est le plaisir ressenti  ; Au niveau sexuel, il ne faut rien interdire ; La création de prisons mixtes devrait être envisagée ; Les prostituées font un travail indispensable pour éviter des problèmes sociaux graves ; Les détenus sans partenaire devraient pouvoir bénéficier de visites hors surveillances avec des prostituées ; La femme permet d’avoir une réponse à mes désirs sexuels.

14 Cette échelle de perceptions présente un indice de cohérence interne de 0,778 (Alpha de Cronbach) et se compose de 6 affirmations : Un détenu peut accepter des relations homosexuelles en prison et reprendre une vie exclusivement hétérosexuelle à sa libération ; Un détenu peut découvrir son homosexualité en prison pour l’assumer ensuite toute sa vie ; En prison, je ne fais pas de différence entre une personne homosexuelle et une personne hétérosexuelle ; Il est normal qu’un détenu ait des relations sexuelles avec un autre détenu ; En prison, les couples homosexuels devraient bénéficier de visites hors surveillance comme les couples hétérosexuels ; Pour moi, l’homosexualité permet de vivre sa sexualité.

15 Cette échelle de perceptions présente un indice de cohérence interne de 0,761 et se compose de 8 affirmations présentes : Aux douches, il est important de savoir quels détenus y sont ; J’ai reçu à mon arrivée des propositions sexuelles de la part d’autres détenus ; J’ai vu un détenu faire l’objet de propositions sexuelles de la part d’autres détenus ; Un détenu qui a de l’argent peut acheter de la sexualité en prison ; Certains détenus acceptent des relations homosexuelles pour se protéger de la violence des autres ; Des relations sexuelles ont lieu entre détenus ; Il n’est pas rare qu’un détenu ait à la fois des relations sexuelles avec un codétenu et avec son partenaire ; J’ai accepté des relations sexuelles avec d’autres détenus en échange de drogues.

16 Cette échelle de perceptions « situation de violences sexuelles en détention » présente un alpha de Cronbach de 0,672.

17 Pour cette opération statistique, les variables dépendantes mobilisées sont d’une part, les affirmations Je ressens le besoin de faire l’amour en détention ; En prison, paraître viril et fort est nécessaire ; Un détenu peut accepter des relations homosexuelles en prison et reprendre une vie exclusivement hétérosexuelle à sa libération et d’autre part, les échelles de représentations Contacts de nature sexuelle entre le personnel pénitentiaire et les détenus ; Valorisation de l’orientation hétérosexuelle en détention ; Valorisation de l’orientation homosexuelle en détention et Existence de relations sexuelles entre détenus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Axelle François, « La sexualité en milieu carcéral : au cœur des représentations de personnes incarcérées », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 05 octobre 2016, consulté le 28 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9415 ; DOI : 10.4000/champpenal.9415

Haut de page

Auteur

Axelle François

Université de Liège. Contact : axelle_francois@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org