Navigation – Plan du site
Lectures

Tobias Singelnstein, Peer Stolle (eds.), Die Sicherheitsgesellschaft. Soziale Kontrolle im 21. Jahrhundert

Wiesbaden, VS Verlag, 2012, 3e édition, 196 pages.
Fabien Jobard
Référence(s) :

Tobias Singelnstein, Peer Stolle (eds.), Die Sicherheitsgesellschaft. Soziale Kontrolle im 21. Jahrhundert, Wiesbaden, VS Verlag, 2012, 3e édition, 196 pages. ISBN : 3531175319

Texte intégral

  • 1 Beck U., 1986, Risikogesellschaft. Auf dem Weg in die andere Moderne, Francfort, Suhrkamp.
  • 2 Le nuage de Tchernobyl s’étant arrêté, on s’en souvient, à la frontière alsacienne, l’ouvrage ne fu (...)

1L’ouvrage La société de sécurité. Contrôle social au XXIe siècle a connu un succès inhabituel en Allemagne, où les livres de sociologie du droit publiés chez un éditeur de sciences sociales soulèvent peu souvent l’enthousiasme des foules. On sait qu’un ouvrage presque éponyme, Die Risikogesellschaft, publié en 1986 par le sociologue récemment décédé Ulrich Beck, avait été un succès planétaire1 ; mais on pouvait imputer cette faveur, au-delà du caractère novateur de l’imposant ouvrage, à sa sortie quelques semaines après la catastrophe de Tchernobyl2. Publié pour la première fois en 2006, Die Sicherheitsgesellschaft a fait l’objet d’une première réédition en 2008 puis d’une deuxième, entièrement révisée, en 2012. Ce livre est donc un des rares succès d’édition de sociologie pénale en Allemagne et mérite à ce titre que l’on y prête attention.

  • 3 Sur l’émergence de cette qualification en Allemagne, voir Salle G., 2014, Histoire et historiograph (...)

2L’ouvrage est une synthèse des propositions avancées par la criminologie critique contemporaine3 pour rendre compte des mutations du contrôle social survenues dans nos sociétés depuis les années 1990. La « société de sécurité » est cette forme de société dans laquelle de nouvelles modalités de contrôle social se sont imposées, du fait de « l’importance sociale massive de la sécurité individuelle aux dépens d’une sécurité perçue comme un bien social » (p. 171). Dans cette nouvelle société, le contrôle social ne s’exerce plus au moyen de la discipline, ne poursuit plus l’objectif de réintégration du délinquant dans la société, mais repose sur la gestion et l’administration de la déviance et du risque par des formes de contrôle à distance qui aspirent à l’identification la plus précoce possible des individus à risque, afin de les tenir éloignés des circuits ordinaires de la société.

  • 4 En l’espèce, la version allemande de Punir les pauvres, sortie en 2009 chez Barbara Budrich Verlag, (...)

3Cette mutation du contrôle social s’inscrit dans des évolutions sociales et étatiques générales, que les deux auteurs résument dans le chapitre 2, et plus particulièrement dans des transformations propres au contrôle social lui-même, présentées dans le chapitre 3. Y sont détaillées d’une part l’érosion des structures de l’État-providence (la toute première référence de l’ouvrage est significativement Loïc Wacquant4, et son hypothèse du passage de l’État-providence à l’État pénal), et d’autre part l’émergence de dispositifs d’insécurisation des individus et l’omniprésence conséquente d’un idéal de sécurité individuelle, avant d’évoquer les « protagonistes de la transformation » (p. 45-59) que sont, avec les médias, l’idéologie néo-libérale, le retour du conservatisme moral et religieux et le travail des institutions sécuritaires elles-mêmes. Les auteurs passent ensuite en revue (au chapitre 4) les manifestations du contrôle social contemporain, en insistant sur les techniques et technologies de ce contrôle (techniques de conduite de soi, de contrôle ou d’exclusion) et sur les transformations institutionnelles qui en sont soit le substrat, soit la conséquence, notamment en termes de formation des normes juridiques et de contrôle démocratique des mécaniques en jeu.

  • 5 La majuscule à l’adjectif réfère ici à un courant bien déterminé, qui relève en partie de la recons (...)
  • 6 Castel R., 1983, De la dangerosité au risque, Actes de la recherche en sciences sociales, 47-48, 11 (...)

4Dans les deux parties les plus originales de l’ouvrage, les auteurs tracent des pistes en vue d’une critique des évolutions actuelles (chapitres 5 et 6). Leur plaidoyer est celui d’une reconsidération de ce qu’ils appellent la « Kritische Kriminologie5 des années 1960 et 1970 » (p. 166), qui était parvenue à « déconstruire les scénarios » portés alors par les théories hégémoniques du contrôle social. Dans ce cadre, ils défendent un contrôle social dont la finalité est celle d’une intégration de l’individu à la société et non son exclusion (l’article de 1983 de Robert Castel est maintes fois rappelé)6 ; une démocratisation de l’enjeu du contrôle par le biais d’une participation accrue des citoyens (tout en veillant à ne pas contribuer à l’un des instruments majeurs du contrôle social contemporain, qui confie à l’individu la conduite de ses propres conduites) ; la conquête d’une contre-hégémonie à même de briser la mise en scène de la sécurité et de l’insécurité, ces deux fictions contemporaines, et la compréhension du doit à la sécurité comme un droit à la protection de la liberté individuelle contre l’oppression décuplée aujourd’hui par les dispositifs technologiques dont dispose l’État.

  • 7 Voir à ce propos le passage éclairant consacré à l’outil policier de « l’interdiction de paraître » (...)
  • 8 L’influence en la matière des travaux du criminologue italien Alessandro Baratta est ici revendiqué (...)
  • 9 Le manuel de criminologie de ce professeur de Berne est l’un des plus diffusés dans les pays de lan (...)

5C’est notamment sur ce dernier point qu’ils se font le plus précis (p. 110-116 et 146-151). Ils observent combien le droit et la procédure pénale allemands ont étendu leur emprise : d’abord par le biais d’une pénalisation croissante des rapports sociaux et une re-criminalisation de tout un ensemble de délits pourtant abrogés dans les années 1970 (délits que l’on qualifierait en France d’incivilités)7, ensuite par un renversement de la légitimation de la procédure pénale qui, d’instrument de défense de la liberté contre l’oppression, est devenu un outil de légitimation de l’intervention de l’État dans la sphère privée au motif de la lutte contre l’insécurité8. Les auteurs plaident alors, à la suite du pénaliste et criminologue suisse Karl-Ludwig Kunz9, pour une stratégie de « double minimalisation » du droit pénal : moins de pénal (ôter au pénal son emprise croissante sur les rapports sociaux) et un autre pénal (penser la peine dans son efficacité sociale, et non à l’aune de ses bénéfices électoraux).

  • 10 Pour un exemple de comparaison des inquiétudes et mobilisations collectives en Allemagne et en Fran (...)
  • 11 Schlepper Ch., 2014, Strafgesetzgebung in der Spätmoderne. Eine empirische Analyse legislativer Pun (...)
  • 12 Salle G., Bauduin B., 2014, Sur la baisse récente de la population carcérale en Allemagne. Éléments (...)

6L’ouvrage de Singelnstein et Stolle offre au public germanophone un remarquable condensé des théories sociologiques du pénal et de la déviance, ancrées dans une critique sociale de plus large portée que la seule criminologie, et orientées dans une perspective, y compris pratique, de réforme pénale. Il montre l’impact sur la criminologie critique allemande contemporaine d’auteurs tels que David Garland, Michel Foucault ou Zygmunt Bauman, outre Castel et Wacquant déjà cités. Le succès de l’ouvrage témoigne de l’audience d’une jeune criminologie qui parvient à rendre accessible une synthèse brillante de sociologie pénale et de théorie sociale. Il témoigne aussi, en miroir, de l’inquiétude d’une partie de la société allemande face aux mutations du contrôle social, inquiétude qui, vue de France, est plutôt une surprise10. En effet, si le succès de Ulrich Beck s’expliquait aisément par la conjoncture, celui de Singelnstein et Stolle est plutôt contra-cyclique. Le droit pénal a en effet de plus en plus les faveurs du législateur en Allemagne, comme le montre la thèse récente de sociologie de Christiane Schlepper11. Mais l’emprise du pénal sur le quotidien est sans doute bien moindre que ce qu’elle est en France ou aux États-Unis. Au contraire, l’Allemagne témoigne, surtout depuis une dizaine d’années, d’une certaine tempérance pénale, que traduit notamment la stabilité, voire la décrue de ses taux de détention12 , et l’on pourrait même avancer que, contrairement à l’idée selon laquelle le néo-libéralisme nourrit la répression, les prisons allemandes ne se sont pas remplies sous l’effet des politiques sociales de la deuxième mandature Schröder (incarnées notamment par les réformes Hartz IV et la dégradation des indicateurs sociaux). Ainsi, Die Sicherheitsgesellschaft est une synthèse remarquable des apports d’un champ international de savoir critique particulièrement riche et vivant, qui appelle à présent une série de mises à l’épreuve comparatistes resserrées.

Haut de page

Notes

1 Beck U., 1986, Risikogesellschaft. Auf dem Weg in die andere Moderne, Francfort, Suhrkamp.

2 Le nuage de Tchernobyl s’étant arrêté, on s’en souvient, à la frontière alsacienne, l’ouvrage ne fut traduit en France que 15 ans après (chez Aubier en 2001).

3 Sur l’émergence de cette qualification en Allemagne, voir Salle G., 2014, Histoire et historiographie de la Kriminologie allemande. Une introduction, Cultures et Conflits, 94-96, 241-251.

4 En l’espèce, la version allemande de Punir les pauvres, sortie en 2009 chez Barbara Budrich Verlag, rééditée en 2013.

5 La majuscule à l’adjectif réfère ici à un courant bien déterminé, qui relève en partie de la reconstitution postérieure, pour les besoins de la cause.

6 Castel R., 1983, De la dangerosité au risque, Actes de la recherche en sciences sociales, 47-48, 119-127 (traduit en anglais en 1991).

7 Voir à ce propos le passage éclairant consacré à l’outil policier de « l’interdiction de paraître » (Platzverweis), p. 94.

8 L’influence en la matière des travaux du criminologue italien Alessandro Baratta est ici revendiquée (sur cet auteur, voir en français Dario Melossi : Une criminologie critique modernisatrice ? Développements sociaux et question criminologique, Déviance et Société, 2007, 31, 4, 405-419).

9 Le manuel de criminologie de ce professeur de Berne est l’un des plus diffusés dans les pays de langue allemande (Kriminologie chez UTB). Tobias Singelnstein en est désormais le coauteur, depuis la 7e édition qui vient de paraître.

10 Pour un exemple de comparaison des inquiétudes et mobilisations collectives en Allemagne et en France, voir D. Linhardt, 2005, La « question informationnelle ». Éléments pour une sociologie politique des fichiers de police et de population en Allemagne et en France (années 1970 et 1980), Déviance et Société, 29, 3, 259-272.

11 Schlepper Ch., 2014, Strafgesetzgebung in der Spätmoderne. Eine empirische Analyse legislativer Punitivität, Wiesbaden, VS Verlag.

12 Salle G., Bauduin B., 2014, Sur la baisse récente de la population carcérale en Allemagne. Éléments de mise en perspective. Revue de l’Institut français d’histoire en Allemagne, 6, URL [http://ifha.revues.org/8073] (consulté le 21 septembre, 2015). Conscients du problème soulevé par cette décorrélation entre les taux de détention et les politiques économiques (p. 41-42), Singelnstein et Stolle mettent en avant l’explosion des mesures de rétention de sûreté, la croissance des peines de longue durée, la détention des étrangers ou les rétentions policières prononcées contre les manifestants. Sur la limite du taux de détention comme indicateur de punitivité, voir Cl. Hamilton, 2014, Reconceptualizing Penality towards a Multidimensional Measure of Punitiveness, British Journal of Criminology, 54, 2, 321-343.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9428/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Jobard, « Tobias Singelnstein, Peer Stolle (eds.), Die Sicherheitsgesellschaft. Soziale Kontrolle im 21. Jahrhundert », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 17 octobre 2016, consulté le 29 mars 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9428

Haut de page

Auteur

Fabien Jobard

Centre Marc Bloch. Contact : fj@cmb.hu-berlin.de

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org