Navigation – Plan du site
Varia

Sociologie d’une spécialité scientifique. Les désaccords entre les chercheurs ‘pro-génétique’ et ‘pro-environnement’ dans la criminologie biosociale états-unienne

Julien Larregue

Résumés

Cet article analyse la structure de la criminologie bio-sociale états-unienne. Apparemment homogène, la criminologie bio-sociale se divise en réalité en deux branches principales. Si certains criminologues bio-sociaux renouent avec une conception naturaliste du phénomène criminel, d’autres ne voient dans la génétique qu’un moyen de peaufiner les théories structuro-culturalistes dominantes. Ces deux branches sont elles-mêmes associées à des positions plus ou moins dominantes dans le champ criminologique, et donc à un intérêt plus ou moins grand à produire une criminologie subversive et hétérodoxe.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Sacha Raoult et les relecteurs anonymes de Champ Pénal pour leurs précieux commentaires.

Introduction

1L’histoire de la criminologie états-unienne veut que les explications biologiques aient été abandonnées dans la première moitié du XXe siècle pour être remplacées par des schémas structuralistes et culturalistes (Laub, Sampson, 1991). En fait, une historienne de la criminologie biologique écrivait il y a quelques années que les explications sociologiques [ont] dominé le travail théorique dans l’académie pendant toute la seconde moitié du XXe siècle (Rafter, 2008a, 199 [Notre traduction (NT)]). Cette domination du champ criminologique par les sociologues a de facto repoussé à la périphérie les compréhensions biologiques du comportement criminel. Ainsi, les manuels de criminologie ne couvraient que très peu les travaux qui pouvaient s’inscrire dans une perspective naturaliste (Wright, Miller, 1998), et les quelques chercheurs qui s’inspiraient de travaux menés en dehors des sciences sociales se retrouvaient ostracisés.

  • 1 La création de bases de données extensives a permis aux chercheurs en science sociale d’accéder à d (...)

2Pourtant, trois facteurs principaux ont conduit à la remise en cause partielle du monopole des sociologues. La biologisation croissante des actions humaines tout d’abord (Rafter, 2008a, 199 ; Rose, 2000), notamment depuis la découverte de l’ADN par Watson et Crick en 1953 (Nelkin, Lindee, 1995). Ensuite, la culture du contrôle du risque (Garland, 2001) qui a abouti outre-Atlantique à une « nouvelle pénologie » se concentrant sur la considération actuarielle d’agrégats […] de groupes dangereux (Feeley, Simon, 1992, 449 [NT]). Enfin, la création de facultés de criminologie autonomes dans les universités états-uniennes, ce qui a conduit au développement d’un corps de chercheurs docteurs en criminologie (Larregue, 2017). À la faveur de ces évolutions, et en parallèle avec la croissance exponentielle de la recherche en génétique comportementale (Plomin et al., 2013, 4)1, un courant de recherche appelé biosocial criminology datant des années 1980-1990 et cristallisé au cours des années 2000 s’est progressivement imposé comme un des acteurs majeurs de la criminologie états-unienne contemporaine. À tel point que cette branche de la criminologie états-unienne qui se propose d’étudier les effets de la génétique, de la physiologie, et des facteurs neurologiques, ainsi que les influences de la société et de la famille (Eichelberger, Barnes, 2016, 1 [NT]), pourrait bel et bien devenir le modèle dominant de la criminologie au XXIe siècle (Rafter, 2008a, 250 [NT]).

3Il serait pourtant réducteur de voir dans le développement de la criminologie bio-sociale un phénomène microsocial localisé. En effet, la criminologie n’est pas le seul champ des sciences sociales à avoir été récemment infusé par la recherche génétique, pas plus que les criminologues bio-sociaux ne sont les seuls à s’être attaqués à ce que Steven Pinker a appelé la théorie de la table rase, c’est-à-dire à cette conception de la nature humaine qui prétend qu’elle n’existe guère (2005, 19). Récemment, un éditorial paru dans Nature recommandait aux historiens de collaborer avec les généticiens, pensant que cela pourrait permettre, par exemple, de répondre à la question de savoir qui avait entraîné la chute de Rome (Nature, 2016 533, 437-438). Les généticiens, expliquait l’auteur, promettent des réponses : utiliser des analyses ADN pour découvrir ce qu’il s’est ‘réellement’ passé pendant l’Âge de Bronze et les sagas Viking, et remplacer des histoires ‘biaisées’ par des données brutes et froides (438 [NT]). Cette poursuite d’une science pure débarrassée d’un subjectivisme rationaliste rejoint l’idée que les criminologues bio-sociaux se font de la science du crime, eux qui se plaisent à rappeler qu’il n’y a pas de place pour l’opinion subjective […] : il n’y a que l’algèbre (Wright et al., 2015, 114 [NT]).

4Par le passé, les travaux de compréhension biologique du crime ont été régulièrement qualifiés de racistes (Rafter, 2008b) ou tabous (Karmen, 1980) par les criminologues qui n’y adhéraient pas, notamment en raison de leur utilisation politique par les régimes totalitaires (Rafter, 2008b). Surtout, certains des biologistes les plus respectés ont adressé des critiques dévastatrices à ces travaux. Par exemple, Stephen Jay Gould a décortiqué les recherches de Cesare Lombroso en relevant toutes les erreurs et contradictions qui pouvaient s’y trouver (1996). Bien que débarrassée de ces connotations racistes (Carrier, Walby, 2014, 8 [NT]), la criminologie bio-sociale n’en est pas moins critiquée pour Ptoléméiser Lombroso (Ibid. [NT]). Ainsi, les recherches menées par ces chercheurs demeurent-elles suspectes aux yeux d’une partie au moins des socio-criminologues, tant et si bien qu’elles ont fait l’objet d’un débat dans un numéro spécial de la revue principale du champ, Criminology.

5Notre objectif n’est pas de venir trancher la question controversée de la pertinence scientifique et conceptuelle de la criminologie bio-sociale, pas plus que d’effectuer une recension de tous les articles d’inspiration biologique qui ont pu être écrits sur le crime. Cet article ne prétend pas non plus à la systématicité ou à l’exhaustivité, puisque nous nous concentrerons sur une partie seulement de la criminologie bio-sociale états-unienne et sur quelques exemples qui nous ont paru mériter une attention particulière. En nous appuyant sur les travaux de sociologie du savoir de Andrew Abbott (2006) et sur la théorie du champ de Bourdieu (1976), nous souhaitons montrer que la spécialité génétique qui s’est développée au sein du champ criminologique états-unien n’est pas homogène et qu’elle constitue un exemple de ce que Abbott appelle distinction fractale (2006, 41) ; ce que nous y ajoutons, c’est qu’à cette distinction correspondent des positions différentes dans le champ criminologique et donc des approches différentes du crime. Nous verrons ainsi que si certains criminologues bio-sociaux rompent d’avec la conception sociale qui a dominé le travail criminologique états-unien durant le XXe siècle pour renouer avec une conception naturaliste du phénomène criminel, d’autres ne voient dans la génétique qu’un moyen de peaufiner les théories structuro-culturalistes dominantes. L’on se trouve ainsi avec une branche pro-génétique, et une autre pro-environnementale.

I - Le cadre théorique

  • 2 Nous n’aborderons que celles qui nous intéressent directement.

6Le concept de distinction fractale désigne les distinctions qui répètent un motif identique à l’intérieur d’elles-mêmes, comme c’est le cas pour les fractales géométriques (Abbott, 2006, 41). Ainsi, les choix scientifiques dichotomiques que les chercheurs effectuent (tels que nature-culture ou quantitatif-qualitatif) se subdivisent eux-mêmes en fonction de la même dichotomie. Apparaît alors un arbre à plusieurs niveaux au sein duquel peuvent être répartis institutions, disciplines, chercheurs, et savoirs. Andrew Abbott mentionne plusieurs corollaires de ces divisions2.

7Le fait, tout d’abord, que les subdivisions médianes d’une distinction fractale soient souvent plus proches entre elles que des subdivisions de leur branche respective. Pour illustrer son propos, Abbott donne l’exemple de la dichotomie histoire-sociologie (2006, 46-47). L’approche sociologique qui s’est développée en histoire et l’approche historique qui s’est développée en sociologie partagent plus d’affinités entre elles qu’avec les courants principaux de leur discipline respective (l’histoire et la sociologie). Cela explique que les branches qui se situent à l’extérieur, et qui effectuent donc le même choix à chaque niveau (par exemple, histoire puis histoire), soient plus isolées que les branches médianes qui partagent entre elles des points communs.

8Un second corollaire concerne les affinités qui existent entre plusieurs distinctions fractales apparemment indépendantes. Par exemple, le positivisme scientifique est souvent associé aux analyses structurales, tandis que l’interprétativisme sera plus généralement utilisé pour étudier la culture (Abbott, 2006, 62). En d’autres termes, il existe une cohérence entre les divers choix méthodologiques et théoriques qu’un chercheur effectue, si bien que des décisions apparemment indépendantes s’influencent en réalité mutuellement. Cette idée est à rapprocher des travaux de Noah Friedkin sur les contraintes logiques qui pèsent sur les divers éléments d’un système de pensée (Friedkin et al., 2016). En effet, lorsqu’un système de croyances est composé de plusieurs éléments interdépendants, la modification de l’un des composants impose une contrainte logique sur le système qui doit dès lors s’adapter au changement intervenu. Par exemple, lorsque il s’est avéré que le discours tenu par Colin Powell aux Nations Unies était basé sur des rapports biaisés des services de renseignements et que Saddam Hussein ne possédait pas d’armes de destruction massive, la croyance dans le caractère justifié de la guerre en Irak s’est effondrée (Friedkin et al., 2016, 322-323).

9Cela n’éclaire cependant pas la question de savoir pourquoi certains types de chercheurs effectuent tels choix théoriques, méthodologiques, conceptuels, etc. La théorie du champ de Bourdieu constitue à cet égard un complément intéressant (1976). Les distinctions fractales sont-elles associées à des positions particulières dans un champ scientifique donné ? Est-il possible de comprendre les choix dichotomiques que les chercheurs effectuent comme une déclinaison particulière de la lutte pour la domination du champ scientifique à laquelle ils prennent part ? Selon Bourdieu, il n'est pas de "choix" scientifique - choix du domaine de recherche, choix des méthodes employées, choix du lieu de publication […] qui ne soit, par un de ses aspects, le moins avoué et le moins avouable évidemment, une stratégie politique de placement au moins objectivement orientée vers la maximisation du profit proprement scientifique (1976, 91). Il est aujourd’hui acquis que les choix des chercheurs peuvent être placés sur une échelle graduée allant de la tradition à l’innovation, de la conservation à la subversion (Foster et al., 2015).

10Aussi est-il envisageable que les choix dichotomiques qui forment les distinctions fractales soient corrélés à la position des chercheurs dans le champ. En d’autres termes, en reprenant le second corollaire des distinctions fractales, l’on peut légitimement se demander si des affinités plus ou moins fortes existent non seulement entre les choix scientifiques opérés, mais encore entre ces décisions et le profil des chercheurs qui les prennent. De même, il est raisonnable d’envisager une cohérence entre les différents niveaux de l’entreprise scientifique : thèmes de recherche, méthodes employées, ou encore concepts déployés. Nous posons ainsi les hypothèses suivantes :

  1. La position d’un chercheur dans le champ criminologique états-unien influe sur son approche du phénomène criminel. Ainsi un sociologue devrait-il voir dans le crime un problème principalement social, tandis qu’un docteur en criminologie ne sera pas lié par une identité disciplinaire spécifique.

  2. De l’approche globale du crime ainsi adoptée découlent logiquement un ensemble de conséquences pratiques à propos du choix des thèmes de recherche, des méthodes et des concepts employés. En d’autres termes, chaque chercheur est en présence d’un système logiquement contraint de choix scientifiques.

11Pour tester ces hypothèses à propos de la criminologie bio-sociale, nous commencerons par aborder le caractère hétérogène de la criminologie bio-sociale. Nous verrons ensuite comment cette hétérogénéité se traduit par une division fractale laissant plus ou moins de place aux facteurs environnementaux et génétiques.

II - L’hétérogénéité de la criminologie bio-sociale

  • 3 Par exemple, une recherche effectuée le 8 novembre 2016 sur Web of Science fait apparaître 61 résul (...)
  • 4 Choix que nous avons fait pour cet article.

12Comme l’a écrit Frédéric Lebaron à propos des économistes, l’étiquette de criminologie bio-sociale est plus l’indice d’un travail intense – mais jamais achevé de construction sociale du groupe que la preuve d’une unité réelle bien établie, fondée sur un corpus de connaissances clairement délimité et constitué, des normes scientifiques, des procédures professionnelles partagées (2000, 17-18). Preuve en est par exemple que l’étude de Caspi et al., publiée dans Science, considérée comme l’un des travaux fondateurs du courant (Dufresne, 2015), ne comporte pas une seule fois le terme « bio-social ». Il suffit d’ailleurs d’effectuer une rapide recherche sur une base de données scientifique pour se rendre compte que le nombre d’articles publiés dans des journaux de criminologie et comportant le terme « bio-social » est bien inférieur au nombre d’articles qui étudient les composants biologiques du crime3. En d’autres termes, l’on peut soit envisager la criminologie bio-sociale comme une étiquette formelle et n’inclure que les chercheurs et les productions qui se définissent comme étant « bio-social », soit approcher ce courant de recherche comme un milieu composite au sein duquel l’on produit parfois de la criminologie bio-sociale sans lui en donner expressément le nom4.

13La criminologie bio-sociale est généralement identifiée à un petit groupe de chercheurs controversés qui se présentent comme « criminologues bio-sociaux » et qui ont écrit plusieurs articles et ouvrages s’attaquant directement au paradigme sociologique dominant le champ criminologique états-unien (DeLisi et al., 2009 ; Walsh, Ellis, 2003 ; Wright, Boisvert, 2009). La position hétérodoxe de ces chercheurs se traduit également par le fait qu’ils se réclament de la lignée intellectuelle du criminologue italien du XIXe siècle Cesare Lombroso et reprochent aux socio-criminologues d’avoir négligé ses apports (Wright et al., 2008). Il n’est ainsi pas très surprenant que les critiques émises à l’égard de la criminologie bio-sociale soient directement adressées à ce groupe (voir par exemple Carrier, Walby, 2014, ainsi que Burt, Simons, 2014). Les travaux de ce groupe passent notamment par l’élaboration de théories criminologiques bio-sociales vouées à remplacer les théories sociologiques dominantes (Boutwell, Beaver, 2008 ; Ratchford, Beaver, 2008), lesquelles ne résisteraient pas aux tests empiriques une fois que des variables biologiques sont prises en compte. John Paul Wright et Kevin Beaver ont par exemple testé la Théorie Générale du Crime développée par Gottfredson et Hirschi afin de montrer que le self-control n’était pas déterminé, comme ils le prétendaient, par l’éducation fournie par les parents (Wright, Beaver, 2005).

14Après des débuts marqués par des collaborations relativement informelles comme le Biosocial Criminology Research Group (composé de John Paul Wright, Kevin Beaver, Matt DeLisi et Michael Vaughn), une association académique appelée Biosocial Criminology Association a vu le jour en 2014. L’une des caractéristiques principales de ce réseau est d’être majoritairement composé de jeunes docteurs provenant de facultés de criminologie peu prestigieuses, si bien que l’on a pu voir dans le développement de cette spécialité une action stratégique destinée à remettre en cause la domination des sociologues au sein du champ criminologique états-unien (Larregue, 2017). En effet, l’apparition de facultés de criminologie statutairement indépendantes des disciplines classiques (sociologie, psychologie, etc.) a donné lieu à l’apparition d’un corps de chercheurs dont l’identité disciplinaire n’était pas fixée. Alors que le statut de la criminologie, et notamment la question de savoir si l’étude du crime peut constituer une discipline autonome, pose problème depuis plusieurs décennies, les criminologues bio-sociaux militent pour la reconnaissance de la criminologie comme discipline scientifique à part entière (voir par exemple Walsh, Beaver, 2009).

15À côté de ce réseau « bruyant », l’on trouve un certain nombre de chercheurs états-uniens qui utilisent la biologie afin d’étudier le comportement criminel sans se présenter comme des criminologues bio-sociaux, ni remettre en cause l’importance de la sociologie pour la compréhension du phénomène criminel. C’est notamment le cas de Ronald Simons et de Callie Burt qui, nous le verrons, se sont publiquement opposés aux travaux du réseau précédent. À la différence du réseau étiqueté bio-social, ces chercheurs ont des profils plus hétérogènes et sont moins connectés les uns aux autres. L’on sait aussi que certains occupent une position plus confortable dans le champ criminologique états-unien. Par exemple, plusieurs ont été formés à la sociologie, si bien qu’ils ont moins intérêt à remettre en cause le paradigme dominant. Ronald Simons est par exemple Professeur de Sociologie à l’Université de Georgie et Fellow de l’American Society of Criminology, tandis que Callie Burt est Assistant Professor de Sociologie à l’Université de Washington.

  • 5 Cette affinité entre les théories culturalistes du crime et la biologie n’est pas nouvelle. On la r (...)

16Surtout, ces chercheurs ne remettent pas en cause le rattachement de la criminologie aux disciplines classiques. La criminologie bio-sociale n’est ainsi pas vue comme un nouveau paradigme censé remplacer l’approche dominante, mais simplement comme un outil supplémentaire à la disposition des théories sociologiques. Ronald Simons et ses collègues ont ainsi eu recours à la génétique pour faire avancer la compréhension de la théorie culturaliste du code de la rue (Simons et al., 2011a, 2011b). Cette théorie, élaborée par le sociologue Elijah Anderson à partir de l’ethnographie d’un ghetto afro-américain de Philadelphie, postule notamment que lorsque les emplois disparaissent et où les gens sont pauvres, fortement concentrés, et sans espoir, la route est toute tracée pour que l’économie souterraine devienne un mode de vie, un mode de vie sans pitié organisé autour d’un code de la violence (Anderson, 2000, 325). L’utilisation de la génétique par Ronald Simons et ses collègues, loin de fragiliser ou de relativiser l’importance de cette théorie, permet en réalité d’apporter une réponse aux critiques qui lui ont été adressées. En particulier, l’on a pu se demander pourquoi certains résidents du ghetto adoptaient le code de la rue, tandis que d’autres se conformaient aux règles sociales dominantes. À cette question, Ronald Simons et ses collègues apportent une réponse claire : certains individus sont génétiquement plus plastiques et donc plus sensibles aux influences environnementales5. En somme, alors que le réseau controversé tente de réduire le champ d’application des travaux sociologiques, les recherches de Ronald Simons ont pour effet d’étendre ce champ d’application et de renforcer l’assise théorique de théories parfois critiquées. Ceci explique que Ronald Simons et ses collègues soient en désaccord avec le réseau étiqueté « bio-social » tout en se montrant enthousiastes à propos des programmes de recherche vraiment bio-sociaux (Burt, Simons, 2014, 251 [NT]).

III - La répartition fractale de la criminologie bio-sociale

17Afin de mettre en avant le caractère fractal de la criminologie bio-sociale, nous nous pencherons sur deux questions qui ont opposé le réseau étiqueté bio-social à Ronald Simons et ses collègues : l’importance respective de la génétique et de l’environnement dans l’explication du crime d’une part, et les méthodes employées pour quantifier l’héritabilité des comportements criminels d’autre part.

1) Le modèle GxE : sociologie d’un désaccord scientifique

18La génétique moléculaire consiste à identifier les gènes spécifiques qui sont corrélés à certains comportements humains (Plomin et al., 2013, XVII). Par exemple, de nombreuses recherches ont été menées sur le gène MAOA, surnommé le warrior gene (McDermott et al., 2009, 2218) en raison des corrélations établies entre certaines de ses variantes et les comportements agressifs (pour une méta-analyse récente de ces recherches, voir Byrd, Manuck, 2014) Comme l’a déjà relevé Martin Dufresne dans son analyse de l’étude de Caspi et al. parue dans Science (2002), la criminologie bio-sociale fouille les marqueurs génétiques, biologiques, et neurologiques à la recherche de variables de risque (2015, 41). Les polymorphismes génétiques intégrés dans les analyses de régression ne constituent pas à proprement parler des causes directes de la délinquance. Il faut plutôt y voir des « facilitateurs », des désinhibiteurs. En d’autres termes, l’idée n’est pas d’identifier les « gènes du crime », mais de situer les variantes génétiques qui sont généralement plus associées aux phénotypes antisociaux. Par exemple, le polymorphisme problématique du gène MAOA n’influence pas directement la délinquance, ni même des facteurs de la délinquance tel que le self-control (Illustration 1). L’effet de ce polymorphisme ne se comprend qu’en interaction avec d’éventuels désordres neuropsychologiques, et l’imagerie génétique commence seulement à fournir une image plus précise du processus neurogénétique qui est à l’œuvre (Beaver et al., 2008, 6).

Illustration 1. Exemple de schématisation de l’influence possible du gène MAOA

Illustration 1. Exemple de schématisation de l’influence possible du gène MAOA

Source : Beaver et al., 2008, 7

  • 6 Ces résultats doivent être interprétés avec précaution. En effet, une méta-analyse des travaux psyc (...)

19Il peut a priori sembler étonnant que les criminologues bio-sociaux aient investi tant de ressources dans la génétique moléculaire alors que l’état actuel du savoir tendrait à montrer que l’interaction entre les composants génétiques et l’environnement social est beaucoup plus complexe que ne le laissent penser les recherches fondées sur un gène spécifique. En fait, une méta-analyse récente des polymorphismes génétiques associés à la violence et à l’agression se montrait très sceptique quant à l’utilisation de tels gènes pour prédire la dangerosité ou comme marqueurs pour des interventions thérapeutiques (Vassos et al., 2014, 471 [NT]). Par contre, les résultats intégrants des éléments environnementaux semblent plus prometteurs. Par exemple, une méta-analyse centrée sur l’interaction MAOA x environnement confirmait l’étude séminale de Caspi et al. (2002) : le gène MAOA modère bien l’effet de la maltraitance infantile sur l’apparition de comportements antisociaux6.

20De façon intéressante, une controverse existe précisément quant à la place à accorder à l’environnement. Les recherches de criminologie qui mobilisent la génétique moléculaire ne sont pas complètement homogènes. En particulier, les liens entre les « faits génétiques » et les « faits environnementaux » posent problème. Si personne ne semble remettre en cause l’enseignement classique de la génétique selon lequel le génotype et l’environnement s’influencent mutuellement (voir par exemple Griffiths et al., 2000, chapitre 25), relation généralement symbolisée par la formule GxE, en revanche les termes exacts de cette relation restent à déterminer. S’agit-il d’une relation égalitaire (50-50), ou déséquilibrée en faveur de l’un ou l’autre des constituants ?

21La conceptualisation GxE met en scène une interaction entre le génotype d’un individu et l’environnement dans lequel ce même individu évolue. Cette interaction est plus que la somme des influences respectives des gènes et de l’environnement, « valeur ajoutée » qui est parfaitement visible dans l’illustration 2 : l’adoption du code de la rue, qui influence elle-même les comportements agressifs, est plus courante au sein des environnements hostiles ou chez les gens qui présentent une plasticité génétique plus importante, effets qui sont multipliés chez les personnes qui ont une plasticité génétique plus importante et qui vivent dans un environnement hostile (case « GxE », en bas à gauche). Il devient ainsi relativement difficile de « désarticuler » les deux composants et d’estimer leur contribution respective au comportement criminel. Le « G » de l’équation était originellement entendu comme une vulnérabilité génétique, une déficience en quelque sorte (Simons et al., 2011a), tandis que le « E » est quant à lui un « facilitateur », un déclencheur de la vulnérabilité génétique latente. Ce consensus apparent recèle en réalité un désaccord quant à l’importance respective de G et de E. Si bien que cette acception classique du schéma interactionnel génétique-environnement s’est divisée en deux branches laissant chacune plus ou moins de place à l’un des deux termes de l’équation.

Illustration 2. Exemple de schématisation du modèle GxE

Illustration 2. Exemple de schématisation du modèle GxE

Source : Simons et al., 2011a, 16

22La première branche, que l’on appellera pro-environnementale, repose sur le concept de plasticité (plasticity). Plutôt que de se rallier à l’acceptation classique du G comme vulnérabilité génétique, certains chercheurs ont commencé à envisager l’hypothèse d’une plasticité génétique. Le problème n’est donc plus que certains génotypes soient plus vulnérables ou déficients que d’autres, mais plutôt qu’ils sont plus réceptifs aux influences extérieures (notamment sociales). Loin d’être sémantique, cette reconceptualisation des termes classiques de la formule GxE a des conséquences concrètes quant à l’importance respective de G et de E. En effet, si le G n’est plus qu’une plasticité accrue, alors les individus les plus vulnérables à des environnements sociaux défavorables sont les mêmes que ceux qui tirent parti du support environnemental (Simons et al., 2011b, 883 [NT]). En d’autres termes, un déplacement social vertical en partant des classes les moins favorisées vers celles qui évoluent dans les environnements les plus bénéfiques inverserait l’effet de la plasticité. Rien ne distinguerait donc les délinquants des individus qui ont réussi socialement, sinon un environnement de départ plus ou moins défavorable. Si bien que cette criminologie empruntant à la génétique comportementale en revient à l’enseignement orthodoxe classique des crime studies états-uniennes : observer et toucher au « social ». L’importance de la tradition dans les choix de recherche (Foster et al., 2015) se reflète au sein-même d’un courant qui, vu de haut, apparaît particulièrement hétérodoxe vis-à-vis des productions dominantes. Tout se passe comme si l’on n’acceptait les idées nouvelles que dans la mesure où elles ne remettent pas en cause les idées anciennes (James, 2011), en l’occurrence l’importance des facteurs sociaux dans l’explication du comportement criminel. D’ailleurs, si l’on revient à l’illustration 2, l’on s’aperçoit que le génétique sert simplement d’outil pour peaufiner une théorie structuro-culturaliste déjà bien établie, le code de la rue (Anderson, 2000). Surtout, l’on verra que le débat portant sur les twin studies trouve son origine dans la surprise éprouvée à la lecture de résultats minorant la part du social (Burt, Simons, 2014).

23C’est que cette branche pro-environnementale n’est pas celle qui se montre la plus subversive vis-à-vis de la socio-criminologie dominante. L’autre variante du modèle GxE, que l’on appellera pro-génétique, est plus marquée dans sa relativisation des facteurs sociologiques. Sous la plume de ces auteurs, l’interaction mutuelle qu’était la relation GxE est devenue une corrélation à sens unique : une personne choisit son environnement en fonction de ses propensions génétiques (Barnes, Beaver, 2012, 22 [NT]). Qu’on leur oppose le social matters, ils nous rétorqueront que nous cherchons tous des environnements qui sont compatibles avec nos dispositions génétiques (Walsh, 2002, 173 [NT]). En faisant toujours le choix de l’échelle micrologique et du biologique, les criminologues bio-sociaux pro-génétique adoptent une position extrémiste qu’il est difficile d’attaquer intellectuellement (Abbott, 2006, 45). L’illustration 3 est à ce titre révélatrice : le génotype G influence simultanément la variable Y à expliquer (en l’occurrence, la délinquance auto-reportée) et le facteur environnemental E (en l’occurrence, la fréquentation de délinquants) qui lui-même influence à son tour la variable Y. L’éventualité inverse, que le facteur E puisse influer sur le facteur G, n’est pas même abordée. En somme, si l’on remonte jusqu’à la source première du phénomène criminel, l’on trouvera le facteur G. L’on aboutit donc à la solution inverse que celle qui découlait du concept de plasticité employé par la branche pro-environnementale : le génétique prime sur l’environnement, et le dernier se retrouve vidé de sa substance étiologique.

Illustration 3. Exemple de schématisation du modèle rGE

Illustration 3. Exemple de schématisation du modèle rGE

Source : TenEyck, Barnes, 2015, 7

  • 7 La très grande majorité des articles de criminologie bio-sociale ayant été écrits par des chercheur (...)

24Alors qu’on le pensait dépassé à la lecture des écrits de criminologues bio-sociaux (Beaver, Walsh, 2011, 5), le débat nature-nurture resurgit sous une forme nouvelle, celle d’une division fractale (graphique 1). Nous avons vu qu’une opposition existe entre ceux qui privilégient le social et les chercheurs qui se concentrent sur les variables biologiques. En d’autres termes, l’on peut distinguer de façon fractale entre une criminologie bio-sociale sociologique, qui part du social pour en arriver à la biologie (top-down approach), et une criminologie bio-sociale biologique, qui part du biologique pour en arriver au social (bottom-up approach)7. La distinction n’est pas purement sémantique : tandis que les premiers ne font « que » reconnaître l’influence potentielle des facteurs biologiques sur la corrélation entre les facteurs sociaux et le crime, les seconds considèrent que les facteurs biologiques ont autant d’importance – sinon plus – que les facteurs sociaux (voir ci-après, illustration 4). Ainsi, de même que la sociologie historique est plus proche de l’histoire comme science sociale que de la sociologie mainstream (Abbott, 2006, 47), la criminologie bio-sociale pro-environnementale présente plus d’affinités avec la criminologie macrosociale qu’avec les travaux des criminologues bio-sociaux pro-génétique. Cela se perçoit très clairement dans leurs objets d’étude, eux qui mêlent les sciences naturelles à la théorie structuro-culturaliste du code de la rue (Simons et al., 2011a).

Graphique 1. La distinction fractale de la criminologie bio-sociale états-unienne

Graphique 1. La distinction fractale de la criminologie bio-sociale états-unienne

25Cette affinité de certains criminologues bio-sociaux avec les approches macrosociales, et donc avec la socio-criminologie mainstream, est d’ailleurs apparue au grand jour dans le débat sur les twin studies orchestré dans le numéro spécial de Criminology. En effet, les criminologues bio-sociaux pro-environnementaux que sont Ronald Simons et Callie Burt s’y posent en adversaires des criminologues bio-sociaux les plus portés vers l’échelle micrologique et le biologique.

2) Quantifier l’héritabilité des comportements antisociaux ? La question controversée des twin studies

26L’un des enseignements classiques de l’analyse génétique quantitative est qu’il est pratiquement impossible de séparer l’effet du génétique de celui de l’environnement dans un organisme qui ne peut être manipulé de façon expérimentale (Griffiths et al., 2000, 745 [NT]). D’autant que le caractère éventuellement héritable d’un phénotype donné (i.e., agressivité, taille, couleur des yeux, etc.), ne signifie pas qu’il ne subit pas l’influence de l’environnement et du social. En effet, il convient de distinguer entre l’héritabilité d’un phénotype donné et la plasticité de ce même phénotype. La plasticité correspond à l’influence qu’a l’environnement sur l’expression et l’évolution d’un phénotype. En d’autres termes, un phénotype très héritable peut également être très plastique et donc être influencé par l’environnement de la personne qui le présente. Cette complexité inhérente au fonctionnement génétique n’a pas empêché les chercheurs en génétique quantitative d’interroger l’influence des facteurs génétiques et environnementaux (Plomin et al., 2013, XVII [NT]) sur le comportement humain. Pour ce faire, les chercheurs en génétique comportementale recourent notamment à des études de jumeaux.

27C’est précisément la complexité propre à l’expression et à la transmissibilité génétique qui a provoqué la réaction de criminologues bio-sociaux pro-environnement face aux recherches d’héritabilité sur jumeaux pratiquées par certains criminologues bio-sociaux pro-génétique. Il n’est pas étonnant que la controverse publique orchestrée dans un numéro spécial du journal principal du champ criminologique états-unien (Criminology, journal officiel de l’American Society of Criminology) se soit concentrée sur cette question : c’est là qu’apparaît le plus clairement l’opposition social/biologique, et que l’on confronte l’importance respective de ces deux types de facteurs dans l’explication du phénomène criminel. En d’autres termes, c’est là que transparaît le mieux la question de la légitimité de la domination des sociologues sur le travail théorique criminologique depuis la seconde moitié du XXe siècle. D’ailleurs, les criminologues bio-sociaux pro-environnement ne manqueront pas de souligner leur surprise face à des résultats qui leur semblent implausibles (Burt, Simons, 2014, 223 [NT]) et étonnants (Ibid., 224 [NT]), tant ils remettent en cause ce que l’on savait jusque-là. Ceci ne fait que confirmer une nouvelle fois qu’une controverse, tant scientifique que publique, a plus de chances d’éclater si elle remet en cause des interprétations dominantes (Gingras, 2014, 445).

28Le débat publié dans Criminology peut être résumé ainsi. L’idée de fond des twin studies paraît simple. Les jumeaux monozygotes (MZ) auraient une génétique identique, alors que les jumeaux dizygotes (DZ) partagent seulement 50% de leur matériel génétique. En intégrant également les frères, demi-frères, et cousins, l’on obtient l’ordre suivant en allant de la plus grande corrélation génétique à la plus faible (Barnes, Beaver, 2012, 27) :

MZ > DZ > frères > demi-frères > cousins

29Si bien qu’il semble possible, en comparant jumeaux MZ et DZ et en gardant en tête cette répartition proportionnelle, de déduire la variance du phénotype qui est due à l’environnement plutôt qu’aux gènes. En particulier, les twin studies partent de l’idée que l’on peut partitionner trois sources de variance phénotypique : la génétique (A), l’environnement partagé (C), et l’environnement non partagé (E). Plus la variance phénotypique (Vp) est expliquée par A, plus le caractère concerné est héritable, et inversement. C’est le modèle ACE classique (Illustration 4). L’on obtient ainsi l’équation suivante :

Vp = A + C + E

30Le problème, c’est que l’équation comporte deux inconnues : C et E. Aussi avait-on besoin de quelque chose de plus que ce postulat de départ sur la composition génétique des jumeaux MZ et DZ qui ne fait que neutraliser A. L’on avait besoin de l’equal environment assumption (EEA) : les environnements des jumeaux MZ ne sont pas plus similaires que ceux des jumeaux DZ. En d’autres termes, l’on neutralise le facteur environnement partagé (C), et l’on se retrouve avec une seule inconnue, l’environnement non partagé (E). L’illustration 4 fournit un exemple schématique de ce modèle : A et C se neutralisent mutuellement.

Illustration 4. Exemple de schématisation du modèle ACE

Illustration 4. Exemple de schématisation du modèle ACE

Source : Barnes et al., 2011, 936

31Ce que Callie Burt et Ronald Simons reprochent aux criminologues bio-sociaux pro-génétique, c’est précisément de fonder leurs recherches sur l’EEA qui, selon eux, est erroné. En effet, écrivent-ils, ce postulat central est catégoriquement contredit tant par les données empiriques que par le sens commun. La recherche a clairement démontré que les jumeaux MZ connaissent des environnements sociaux plus similaires que les jumeaux DZ (Burt, Simons, 2014, 231 [NT]). Burt et Simons poursuivent en citant des recherches qui montrent que les jumeaux MZ ont plus de chance d’être traités similairement par leurs parents, d’avoir les mêmes amis, de passer du temps ensemble, etc. (Burt, Simons, 2014, 232). À cette critique, la réponse des criminologues bio-sociaux pro-génétique est tout aussi simple. Tout d’abord, ils soulignent que n’importe quel modèle statistique contient des postulats implicites (Barnes et al., 2014, 4). Surtout, ajoutent-ils, les nombreux tests de l’EEA réalisés à ce jour pointent tous dans une même direction : les éventuelles violations de l’EEA ne produisent pas d’effets significatifs. En fait, la part attribuée au génétique serait tout au plus surévaluée d’environ 1% (Barnes et al., 2014, 12).

  • 8 L’on peut donner en guise d’exemple la loi suivante : un corps en chute libre près de la surface de (...)
  • 9 Ceasing the search for explanations with social facts may be true to Durkheim’s (1982) social facti (...)

32Ce débat peut être traduit en termes plus généraux. En fait, la question des lois de la nature, c’est-à-dire des énoncés nomologiques, est un problème classique de la philosophie des sciences (Barberousse et al., 2000, chapitre IV). Or, il se trouve que l’EEA n’est rien d’autre qu’une loi, c’est-à-dire une relation régulière dont la portée est universelle entre différents types de phénomènes, ou entre différents aspects d’un type de phénomène8 (Barberousse et al., 2000, 80). La question de la véracité des lois de la nature est précisément l’objet d’une controverse entre philosophes des sciences, reproduisant ainsi l’opposition entre criminologues bio-sociaux pro-environnement et pro-génétique. Pour les philosophes des sciences dits « antiréalistes », c’est une erreur de penser que les énoncés universels traditionnellement considérés comme nomologiques expriment des états de choses réels (Barberousse et al., 2000, 82). Les réalistes, à l’inverse, soulignent que le succès de la science justifie l’idée selon laquelle ces hypothèses sont néanmoins de bonnes approximations des lois réelles (Ibid., 82). Les criminologues bio-sociaux pro-génétique ne disent rien d’autre : quand bien même l’EEA surestimerait parfois le rôle du facteur génétique, cette violation ne remet pas en cause le résultat obtenu, lequel constitue malgré tout une très bonne estimation du rôle réel des gènes. En somme, les travaux des criminologues bio-sociaux pro-génétique adoptent la conception contemporaine de l’explication dite déductive-nomologique (Hempel, Oppenheim, 1948). Cette conception aristotélicienne de la connaissance scientifique qui s’appuie sur un certain nombre de prémisses (l’EEA par exemple) permet de parvenir à la compréhension d’un phénomène donné (la transmissibilité des comportements antisociaux par exemple). L’on comprend ainsi mieux pourquoi les criminologues bio-sociaux pro-génétique fustigent les descriptions empiriques du type de celles que l’on retrouve chez Durkheim, lesquelles soulèveraient davantage de questions qu’elles n’en résoudraient, en somme une science médiocre9 (Walsh, Wright, 2015, 129 [NT]). C’est que pour eux, l’objet de la science doit être de répondre à la question du « pourquoi ».

33Si l’on en revient à la question strictement criminologique, ce débat réplique ce que l’on avait déjà rencontré s’agissant de l’interaction GxE. Il est intéressant de relever que l’enjeu véritable du débat, qui réside dans la redéfinition de l’espace des possibles (Bourdieu, 2000, 238) au sein du champ criminologique états-unien, c’est-à-dire dans un éventuel changement de paradigme (Rudo-Hutt et al., 2014, 22 [NT]), est relégué au second plan. L’on ne voit plus que la question des modèles ACE et GxE, lesquels, nous l’avons vu, interrogent en réalité en dernier lieu le rôle du social dans la science du crime. Les uns adoptent une approche bio-sociale qui ne remet pas en cause le savoir accumulé jusque-là, en particulier l’importance des facteurs sociaux dans l’explication du comportement antisocial. Cela explique leur surprise à la lecture des travaux des criminologues bio-sociaux pro-génétique. En effet, à l’inverse des premiers, ces derniers produisent un savoir véritablement hétérodoxe et subversif : il y a de quoi revoir le rôle de la sociologie dans le champ criminologique états-unien. Si bien que l’on peut transposer aux criminologues bio-sociaux, selon qu’ils font du social ou du bios le facteur privilégié de leur science, ce qu’écrivait déjà André Breton à propos des théoriciens du rêve : les uns et les autres nous renseignent déjà plus qu’ils ne veulent sur leur façon profonde de penser et de sentir (1996, 19-20).

Conclusion : la production du savoir criminologique entre choix et contraintes

34La place plus ou moins grande accordée au « social » au sein des productions de la criminologie bio-sociale dépend au moins partiellement de la discipline de formation des auteurs, et donc de leur intérêt plus ou moins grand à adopter des stratégies de conservation ou de subversion. Nous savons que toute activité scientifique recèle un savant dosage entre innovation et tradition (Foster et al., 2015). Les sociologues ont un intérêt évident à conserver les variables sociales au cœur de leur analyse et donc à proposer une criminologie bio-sociale modérée, comme le font Ronald Simons et ses collègues. Leur innovation, vouée à la conservation de l’état du champ criminologique états-unien, est en réalité tout à fait orthodoxe. À l’inverse, les docteurs en criminologie ont tout intérêt à se présenter comme une alternative fiable aux travaux effectués à l’échelle macrologique par les socio-criminologues en adoptant une perspective plus interdisciplinaire et présentée comme « scientifique ». La mobilisation d’un corpus littéraire jusque-là inconnu des criminologues états-uniens peut ainsi être analysée comme un mouvement stratégique destiné à remettre en cause la domination des sociologues (Larregue, 2017), de la même façon que des figures classiques de la socio-criminologie états-unienne se sont attaquées aux compréhensions non sociologiques du crime afin d’imposer leurs travaux sur la scène scientifique (Laub, Sampson, 1991 ; Snodgrass, 1972). L’innovation est cette fois-ci subversive et hétérodoxe.

35L’on comprend mieux les conflits qui opposent les criminologues bio-sociaux pro-environnement et pro-génétique si l’on reconstitue le système de choix logiques qu’ils ont formés (Friedkin et al., 2016). La reconnaissance de l’indépendance disciplinaire de la criminologie conduit les seconds à adopter une conceptualisation qui met en avant le facteur génétique au détriment du facteur environnemental (et donc des sociologues). Si le facteur génétique est plus important, alors l’on peut également mesurer l’héritabilité des comportements criminels en utilisant des jumeaux, ce que l’on ne pourrait pas faire si les sources du crime étaient principalement environnementales. À l’inverse, les sociologues que sont Ronald Simons et Callie Burt ne contestent pas le rattachement de l’entreprise criminologique à la sociologie. Il n’est ainsi pas surprenant qu’ils adoptent une vision pro-environnementale de la criminologie bio-sociale où le facteur E est prépondérant. La prépondérance du facteur environnemental explique leur surprise à l’idée que l’on puisse quantifier le caractère héritable des comportements criminels. En somme, tout se passe comme si la position dans le champ criminologique et l’approche globale du crime qui en découle entraînaient une logique systémique contraignant les choix conceptuels et méthodologiques subséquents.

36De façon plus générale, cet article illustre la complémentarité théorique des travaux de Bourdieu et Abbott en ce qui concerne la sociologie de la science et du savoir. En effet, la théorie du champ apporte un éclairage sur l’origine des choix dichotomiques opérés par les chercheurs et sur les distinctions fractales qui en découlent. Cela ne signifie cependant pas que la structure précède toujours les choix. En réalité, l’on a toutes les raisons de penser que les choix dichotomiques opérés, qu’ils soient plus ou moins conservateurs ou subversifs, influent eux-mêmes sur la structure du champ scientifique. Nous avons vu par exemple que l’approche des criminologues bio-sociaux pro-génétique est susceptible de remettre en cause la domination des sociologues au sein du champ criminologique états-unien. En même temps, cette attitude peut s’expliquer par la position dominée dans laquelle se trouvent les criminologues bio-sociaux pro-génétique, et donc en dernier lieu par l’état de la répartition des capitaux académique et scientifique au sein du champ criminologique états-unien à un instant t.

Haut de page

Bibliographie

Abbott A., 2006, Le chaos des disciplines, in Boutier J., Passeron J.-C., Revel J. (dir.), Qu'est-ce qu'une discipline ?, Paris, Éditions de l’EHESS, 35-67.

Anderson E., 2000, Code of the street: Decency, violence, and the moral life of the inner city, WW Norton & Company.

Barberousse A., Kistler M., Ludwig P., 2000, La philosophie des sciences au XXe siècle, Paris, Flammarion.

Barnes J. C., Beaver K. M., 2012, Marriage and desistance from crime: A consideration of gene–environment correlation, Journal of Marriage and Family, 74, 1, 19-33.

Barnes J. C., Beaver K. M., Boutwell B. B., 2011, Examining the genetic underpinnings to Moffitt's developmental taxonomy: A behavioral genetic analysis, Criminology, 49, 4, 923-954.

Barnes J. C., Wright J. P., Boutwell B. B., Schwartz J. A., Connolly E. J., Nedelec J. L., Beaver K. M., 2014, Demonstrating the validity of twin research in criminology, Criminology, 52, 4, 588-626.

Beaver K. M., DeLisi M., Vaughn M. G., Wright J. P., 2008, The intersection of genes and neuropsychological deficits in the prediction of adolescent delinquency and low self-control, International Journal of Offender Therapy and Comparative Criminology, 54, 1, 22-42.

Beaver K. M., DeLisi M., Wright J. P., Vaughn M. G., 2009, Gene—Environment Interplay and Delinquent Involvement Evidence of Direct, Indirect, and Interactive Effects, Journal of Adolescent Research, 24, 2, 147-168.

Beaver K. M., Walsh A., 2011, The Ashgate Research Companion to Biosocial Theories of Crime, Farnham, Ashgate.

Bourdieu P., 1976, Le champ scientifique, Actes de la recherche en sciences sociales, 2, 2, 88-104.

Bourdieu P., 2000, Les structures sociales de l'économie, Paris, Seuil.

Boutwell B.B., Beaver K.M., 2008, A biosocial explanation of delinquency abstention, Criminal Behaviour and Mental Health, 18, 1, 59-74.

Breton, A., 1996, Les Vases communicants, Paris, Folio.

Burt C. H., Simons R. L., 2014, Pulling back the curtain on heritability studies: Biosocial criminology in the postgenomic era, Criminology, 52, 2, 223-262.

Byrd A. L., Manuck S. B., 2014, MAOA, childhood maltreatment, and antisocial behavior: Meta-analysis of a gene-environment interaction, Biological psychiatry, 75, 1, 9-17.

Carrier N., Walby K., 2014, Ptolemizing Lombroso the Pseudo-Revolution of Biosocial Criminology, Journal of Theoretical & Philosophical Criminology, 6, 1, 1-45.

Caspi A., McClay J., Moffitt T. E., Mill J., Martin J., Craig I. W., Taylor A, Poulton R., 2002, Role of genotype in the cycle of violence in maltreated children, Science, 297, 5582, 851-854.

DeLisi M., Wright J. P., Vaughn M. G., Beaver K. M., 2009, Copernican criminology, The Criminologist, 34, 1, 14-16.

Dufresne M., 2015, How Does a Gene in a Scientific Journal Affect My Future Behavior?, in Robert D., Dufresne M. (Eds), Actor-network Theory and Crime Studies: Explorations in Science and Technology, Ashgate Publishing, 37-50.

Duncan L. E., Keller M. C., 2011, A critical review of the first 10 years of candidate gene-by-environment interaction research in psychiatry, American Journal of Psychiatry, 168, 10, 1041-1049.

Eichelberger R., Barnes J. C., 2016, Biosocial Criminology, The Encyclopedia of Crime & Punishment,1-8. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1002/9781118519639.wbecpx185/abstract;jsessionid=639C16AD0CD30ECE71E42474DAE21B4D.f01t02

Feeley M. M., Simon J., 1992, The New Penology: Notes on the Emerging Strategy of Corrections and Its Implications, Criminology, 30, 4, 449-474.

Foster J. G., Rzhetsky A., Evans J. A., 2015, Tradition and innovation in scientists’ research strategies, American Sociological Review, 80, 5, 875-908.

Friedkin N.E., Proskurnikov A.V., Tempo R., Parsegov S.E., 2016, Network science on belief system dynamics under logic constraints, Science, 354, 6310, 321-326.

Garland D., 2001, The Culture of Control, Oxford, Oxford University Press.

Gingras Y., 2014, Controverses: Accords et désaccords en sciences humaines et sociales, Paris, Éditions CNRS.

Gould S. J., 1996, The mismeasure of man, WW Norton & Company.

Griffiths A. J., Miller J. H., Suzuki D. T., Lewontin R. C., Gelbart W. M., 2000, An introduction to genetic analysis, WH Freeman and Company.

Hempel C. G., Oppenheim P., 1948, Studies in the Logic of Explanation, Philosophy of science, 15, 2, 135-175.

James W., 2011, Le pragmatisme : un nouveau nom pour d'anciennes manières de penser, Paris, Flammarion.

Karmen A., 1980, Race, inferiority, crime, and research taboos, in Sagarin E. (Eds), Taboos in Criminology, Beverly Hills and London, Sage, 81-84.

Larregue J., 2017, La criminologie biosociale à l’aune de la théorie du champ. Ressources et stratégies d’un courant dominé de la criminologie états-unienne, Déviance et Société, sous presse.

Laub J. H., Sampson R. J., 1991, The Sutherland-Glueck debate: On the sociology of criminological knowledge, American Journal of Sociology, 96, 6, 1402-1440.

Lebaron F., 2000. La croyance économique : les économistes entre science et politique, Paris, Seuil.

McDermott R., Tingley D., Cowden J., Frazzetto G., Johnson D. D., 2009, Monoamine oxidase A gene (MAOA) predicts behavioral aggression following provocation, Proceedings of the National Academy of Sciences, 106, 7, 2118-2123.

Nelkin D., Lindee S., 1995, The DNA mystique, London, WH Freeman & Company.

Peltonen L., McKusick V. A., 2001, Dissecting human disease in the postgenomic era, Science, 291, 5507, 1224-1229.

Pinker S., 2005, Comprendre la nature humaine, Paris, Odile Jacob.

Plomin R., DeFries J. C., Knopik V. S., Neiderheiser J., 2013, Behavioral genetics, Palgrave Macmillan.

Rafter N., 2008a, The criminal brain: Understanding biological theories of crime, New York, New York University Press.

Rafter N., 2008b, Criminology's darkest hour: biocriminology in Nazi Germany, Australian & New Zealand Journal of Criminology, 41, 2, 287-306.

Ratchford M., Beaver K.M., 2008, Neuropsychological deficits, low self-control, and delinquent involvement: Toward a biosocial explanation of delinquency, Criminal Justice and Behavior, 36, 2, 147-162.

Rose N., 2000, The biology of culpability: Pathological identity and crime control in a biological culture, Theoretical criminology, 4, 1, 5-34.

Rudo-Hutt A. S., Portnoy J., Chen F. R., Raine A., 2014, Biosocial criminology as a paradigm shift, in DeLisi M., Vaughn M. G. (Eds), The Routledge International Handbook of Biosocial Criminology, Abingdon, Routledge, 22-31.

Simons R. L., Lei M. K., Beach S. R., Brody G. H., Philibert R. A., Gibbons F. X., 2011a, Social adversity, genetic variation, street code, and aggression: A genetically informed model of violent behavior, Youth Violence and Juvenile Justice, 10, 1, 3-24.

Simons R. L., Lei M. K., Beach S. R., Brody G. H., Philibert R. A., Gibbons F. X., 2011b, Social environmental variation, plasticity genes, and aggression: Evidence for the differential susceptibility hypothesis, American sociological review, 76, 6, 833-912.

Snodgrass J. D., 1972, The American criminological tradition: portraits of the men and ideology in a discipline, Thèse de doctorat, University of Pennsylvania.

Ten Eyck M., Barnes J. C., 2015, Examining the Impact of Peer Group Selection on Self-Reported Delinquency A Consideration of Active Gene–Environment Correlation, Criminal justice and behavior, 42, 7, 741-762.

Vassos E., Collier D. A., Fazel S., 2014, Systematic meta-analyses and field synopsis of genetic association studies of violence and aggression, Molecular psychiatry, 19, 4, 471-477.

Vaughn M., Beaver K. M., DeLisi M., 2009, A general biosocial paradigm of antisocial behavior: A preliminary test in a sample of adolescents, Youth Violence and Juvenile Justice, 7, 4, 279-298.

Walsh A., 2002, Essay review. Companions in crime: A biosocial perspective, Human Nature Review, 2, 169-178.

Walsh A., Beaver K. M., 2009, Biosocial criminology, Springer New York.

Walsh A., Ellis L., 2003, Biosocial criminology: Challenging environmentalism's supremacy, New York, Nova Science Publishers.

Walsh A., Wright J. P., 2015, Biosocial criminology and its discontents: a critical realist philosophical analysis, Criminal justice studies, 28, 1, 124-140.

Weir H., Kosloski A. E., 2015, Melding theoretical perspectives: a gendered look at low-resting heart rate and developmental trajectories of antisocial behavior, Criminal justice studies, 28, 1, 104-123.

Wright J.P., Beaver K.M., 2005, Do parents matter in creating self‐control in their children? A genetically informed test of Gottfredson and Hirschi's theory of low self‐control, Criminology, 43, 4, 1169-1202.

Wright J. P., Barnes J. C., Boutwell B. B., Schwartz J. A., Connolly E. J., Nedelec J. L., Beaver K. M., 2015, Mathematical proof is not minutiae and irreducible complexity is not a theory: a final response to Burt and Simons and a call to criminologists, Criminology, 53, 1, 113-120.

Wright J.P., Beaver K.M., DeLisi M., Vaughn M.G., Boisvert D. Vaske J., 2008, Lombroso's legacy: The miseducation of criminologists, Journal of Criminal Justice Education, 19, 3, 325-338.

Wright J.P., Boisvert D., 2009, What biosocial criminology offers criminology, Criminal Justice and Behavior, 36, 11, 1228-1240.

Wright R. A., Miller J. M., 1998, Taboo until today? The coverage of biological arguments in criminology textbooks, 1961 to 1970 and 1987 to 1996, Journal of Criminal Justice, 26, 1, 1-19.

Haut de page

Notes

1 La création de bases de données extensives a permis aux chercheurs en science sociale d’accéder à des matériaux jusque-là réservés aux laboratoires spécialisés. Comme des criminologues bio-sociaux l’expliquaient récemment, ce type de recherche ne requiert pas l’utilisation d’un équipement de laboratoire onéreux ou de bases de données restreintes (Weir, Kosloski, 2015, 104 [NT]).

2 Nous n’aborderons que celles qui nous intéressent directement.

3 Par exemple, une recherche effectuée le 8 novembre 2016 sur Web of Science fait apparaître 61 résultats dans les journaux de criminologie anglophones pour « biosocial », contre 178 pour « genetic » et 225 pour « biological ».

4 Choix que nous avons fait pour cet article.

5 Cette affinité entre les théories culturalistes du crime et la biologie n’est pas nouvelle. On la retrouve déjà dans l’ouvrage classique de Marvin Wolfgang et Franco Ferracuti intitulé The subculture of violence: towards an integrated theory in criminology. Toute une section est ainsi consacrée à une recension de travaux de biologie susceptibles de faire avancer la théorie de la sous-culture de la violence (191-200).

6 Ces résultats doivent être interprétés avec précaution. En effet, une méta-analyse des travaux psychiatriques utilisant une approche interactionnelle entre le génétique et l’environnement a révélé d’importants biais de publication en faveur des résultats positifs (Duncan, Keller, 2011).

7 La très grande majorité des articles de criminologie bio-sociale ayant été écrits par des chercheurs favorisant le biologique au détriment du social, les criminologues pro-environnement sont beaucoup moins visibles que les premiers. Cela explique également que les critiques identifient spontanément la criminologie bio-sociale à la branche pro-génétique.

8 L’on peut donner en guise d’exemple la loi suivante : un corps en chute libre près de la surface de la terre subit une accélération uniforme indépendante de sa masse (Barberousse et al., 2000, 81).

9 Ceasing the search for explanations with social facts may be true to Durkheim’s (1982) social factist dictum, but it is poor science.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1. Exemple de schématisation de l’influence possible du gène MAOA
Crédits Source : Beaver et al., 2008, 7
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9440/img-1.png
Fichier image/png, 53k
Titre Illustration 2. Exemple de schématisation du modèle GxE
Crédits Source : Simons et al., 2011a, 16
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9440/img-2.png
Fichier image/png, 67k
Titre Illustration 3. Exemple de schématisation du modèle rGE
Crédits Source : TenEyck, Barnes, 2015, 7
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9440/img-3.png
Fichier image/png, 70k
Titre Graphique 1. La distinction fractale de la criminologie bio-sociale états-unienne
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9440/img-4.png
Fichier image/png, 17k
Titre Illustration 4. Exemple de schématisation du modèle ACE
Crédits Source : Barnes et al., 2011, 936
URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9440/img-5.png
Fichier image/png, 87k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Larregue, « Sociologie d’une spécialité scientifique. Les désaccords entre les chercheurs ‘pro-génétique’ et ‘pro-environnement’ dans la criminologie biosociale états-unienne », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIII | 2016, mis en ligne le 11 décembre 2016, consulté le 22 avril 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9440 ; DOI : 10.4000/champpenal.9440

Haut de page

Auteur

Julien Larregue

Aix-Marseille Université, LDPSC EA 4690. Contact : julien.larregue@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org