Navigation – Plan du site

Les bureaucraties du secret

Dossier coordonné par Frédéric OCQUETEAU et Sébastien-Yves LAURENT

Argumentaire

  • 1 LAURENT Sébastien, Politiques de l’ombre. État, renseignement et surveillance en France, Paris, Fay (...)
  • 2 OCQUETEAU Frédéric, Avant-propos, Diagnostiquer et répondre aux désordres du monde, entre transpare (...)

Cet appel à proposition de la revue Champ Pénal/Penal Field est centré sur les enjeux d’une meilleure connaissance des activités et pratiques des services de renseignement dans les démocraties occidentales. Il semble que les valeurs dominantes de la démocratie libérale imposent des contraintes fortes aux États, principalement autour du triptyque contrôle/publicité/transparence. Les services de renseignement, composante majeure de « l’État secret »1 s’inscrivent dans une rationalité étatique singulière, désormais travaillée par des catégories et des disciplines nouvelles. Les présupposés en ont été largement formulés lors du 15e congrès de l’AICLF de Versailles en mai 2016, dans la continuation duquel cet appel entend prendre place2.

Longtemps resté un angle mort des sciences sociales, « l’État secret » a commencé à sortir de son opacité dans le monde francophone, alors que « l’anglosphère » avait accumulé un certain nombre d’acquis sur cet objet, sans que les interrogations sur l’État fussent au cœur de leur sujet. Si le droit et la science administrative sont restés relativement dogmatiques en France dans leur analyse de ses contours, ce sont les historiens, interrogeant désormais des matériaux archivistiques abondants, qui furent les premiers à casser les représentations essentialistes de « l’État secret ».

De nombreuses recherches historiques, loin d’être épuisées, montrent désormais plutôt des phénomènes de sédimentation successifs au sein des administrations dédiées. Elles introduisent et mettent en valeur, au sein de chaque espace national, d’importants phénomènes de rétroactions, tant du point de vue des glissements progressifs de « l’État secret clandestin » à « l’État secret légal », que de celui du renouvellement de leurs pratiques clandestines, dans le jeu mouvant de leur perpétuel chevauchement.

Face aux risques et aux menaces d’un monde toujours plus ouvert et interconnecté, de nouveaux défis scientifiques sont à l’ordre du jour pour l’analyse du fonctionnement des « bureaucraties secrètes », qui exigent de nous poser de nouvelles questions épistémologiques.

Jusqu’à quel point, par exemple, les sciences sociales critiques décryptant les modalités du policing international contemporain (sécuritisation, notamment) peuvent-elles également se montrer constructives dans la recherche d’une meilleure résilience militaire, policière et sociétale, quand les vulnérabilités des réseaux informatiques sont affectées de bas en haut ?

On observe qu’au-delà de l’immense question de la gestion des risques dits « naturels » et/ou « accidentels », les intelligence studies (le plus souvent issues des politistes, internationalistes et des criminologues du monde anglo-saxon) sont surtout mobilisées par les objectifs de lutte contre les terrorismes, et bien souvent annexées par des lobbies « d’experts » ou de think tanks associés à des intérêts industriels puissants. Or, il n’est pas certain que les sciences sociales critiques sachent résister elles-mêmes à ces tentations. Il importe au moins qu’elles interrogent leurs propres postulats de neutralité à l’égard des États ou des ONG, et consentent un effort particulier pour mieux positionner leur savoir au sein de la gouvernance de la sécurité globale, aux échelons infra et supra nationaux.

Face à l’apparition et l’expansion d’un cyberespace conflictuel où s’exerce une lutte acharnée contre le cyberterrorisme, la cybercriminalité, la déstabilisation des entreprises vitales, l’espionnage industriel, ou encore le sabotage, les sciences sociales critiques ont à se demander non seulement s’il existe encore une pensée en actes possible autour des innombrables atteintes à la vie privée des populations civiles que ces menaces semblent permettre (à l’heure du « bulk access » et d’un renseignement désormais algorithmique), mais aussi ce que signifient désormais les notions de « sphères privées ». S’agissant de la lutte contre la cybercriminalité par exemple, si des instances internationales ont joué assez tôt leur rôle de lanceurs d’alerte au sujet des dangers afférents, la recherche scientifique critique a semblé prendre du retard en Europe continentale sur ce thème, à la différence d’autres contextes, américain, canadien et britannique.

Il convient de combler ce retard relatif en nous demandant également si le désenchantement lié à la levée du voile lié au fonctionnement concret des « bureaucraties secrètes » et/ou des polices de renseignements » aide à les rendre plus efficaces, parce que moins opaques, moins cloisonnées, plus discutées. Et à quel prix ?

En résumé, trois grandes entrées structurent cet appel à propositions :

1/ Quand le « renseignement » est, historiquement, de plus en plus saisi par les enjeux propres à la sécurité nationale, comment se recomposent les « bureaucraties du renseignement » avec les autres agences de police ou agences militaires (polices aux frontières, polices criminelles, stratèges militaires de la paix extérieure, etc.) ?

2/ Que sait-on du fonctionnement actuel des bureaucraties du renseignement et de l’action secrète aujourd’hui, et quel sens faut-il donner aux questions éthiques et de responsabilité parmi les membres de la « communauté du renseignement » ?

3/ Qu’apporte aujourd’hui le renseignement en milieu ouvert, par le truchement des médias et des réseaux sociaux ? Une déstabilisation liée à une plus grande transparence sur l’inflation des menaces et/ou des stratégies inédites d’adaptation et de renforcement de la sécurité nationale ? Lesquelles ?

Bilinguisme

Les propositions d’article peuvent être soumises en anglais ou en français.

Propositions de contribution

La taille attendue pour un article se situe entre 8 000 et 15 000 mots, soit entre environ 45 000 et 85 000 signes. Les articles doivent se conformer aux règles de présentation de la revue qui peuvent être consultées à l’adresse suivante : http://champpenal.revues.org/13

Soumission des articles

Un titre et résumé de la proposition d’article (+ 5 mots clés) doivent être soumis au plus tard le 15 novembre 2017 (environ 500 signes).

Une proposition d’article devra être soumise au plus tard le 31 mars 2018.

Dans les deux cas, merci de faire parvenir les textes aux deux adresses suivantes :

ocqueteau@cesdip.fr

metisseb@gmail.com

Notes

1 LAURENT Sébastien, Politiques de l’ombre. État, renseignement et surveillance en France, Paris, Fayard, 2009.

2 OCQUETEAU Frédéric, Avant-propos, Diagnostiquer et répondre aux désordres du monde, entre transparence démocratique et secret des États, RICPTS, 2016, 3, 259-280.

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org