Navigation – Plan du site
Lectures

David Pichonnaz, Devenirs policiers, une socialisation professionnelle en contrastes

Lausanne, 2017, Antipodes, 248 pages.
Frédéric Ocqueteau
Référence(s) :

David Pichonnaz, Devenirs policiers, une socialisation professionnelle en contrastes, Lausanne, 2017, Antipodes, 248 pages. ISBN : 978-2889011087

Texte intégral

1Voici la première étude suisse novatrice sur une question largement débattue théoriquement, quoique peu étudiée empiriquement : une sociologie des recrues entrant dans la police. Cette étude vise explicitement à déboulonner le postulat d’une « culture professionnelle » spécifique aux métiers policiers, dont les agents adhéreraient d’emblée à une représentation unifiée d’un rôle professionnel qui les distinguerait du reste du monde. Elle puise principalement dans la boîte à outils de Pierre Bourdieu des concepts tels qu’habitus professionnel importé et doxa professionnelle (ensemble de représentations admises et partagées de tout ce qui irait de soi dans le sous-champ, entre l’intéressant et le sans intérêt) et dans celle de la sociologie des professions spécialisées (police, comme groupe professionnel appartenant au sous-champ administratif partiellement autonome de l’État). Fort de cet appareillage, l’auteur campe une nouvelle hypothèse de travail selon laquelle les investissements politico-moraux des recrues entrant dans le métier sont éminemment pluriels, ce qui tendrait à neutraliser le postulat culturaliste de leur homogénéité ou de leur homogénéisation par le biais de la socialisation dans les apprentissages scolaires communs. D’après David Pichonnaz, au vu d’expériences heureuses ou malheureuses repérables dans leurs trajectoires sociales antérieures, les recrues adhéreraient ou resteraient distantes à l’égard de la doxa dominante de la bonne police de la « loi et de l’ordre ».

2Le protocole de l’enquête met en scène des recrues qui, face aux messages émis dans les écoles de police, persistent à opposer des attitudes pessimistes ou neutres à l’égard de leur nouveau métier. Pour les un-e-s, c’est après avoir connu une perte de statut par l’effet d’un déclassement intergénérationnel, une période de chômage, l’échec d’une autre formation, ou bien encore à la suite d’une stratégie d’ascension sociale contrariée dans la création d’une entreprise ; pour les autres, c’est l’aboutissement d’un processus de mobilité sociale ascendante sans heurts, par accumulation de capital social, fréquentation d’individus au sein de classes plus favorisées, ou dans une visée de sécurité d’emploi au vu de la précarité du marché.

3L’auteur appuie sa démonstration d’ensemble sur l’observation d’une cohorte durant 33 journées de leur formation sur une année, la passation d’un questionnaire administré en fin de formation, 32 entretiens avec 21 recrues (huit en fin de formation, neuf après un an et quinze après deux ans d’exercice), et 47 entretiens avec des formateurs (policiers en majorité) dans diverses écoles de la Suisse romande et à l’Académie de police de Savatan.

4Dans les deux premiers chapitres, il montre un étonnant paradoxe. Tous les messages des formateurs en école, de plus en plus unifiés par un plan d’action commun pour l’acquisition possible d’un brevet fédéral, tendraient à casser le stéréotype de l’excellence professionnelle du bon policier (patrouilleur et enquêteur) en tant qu’agent au service d’une mission axée sur la défense de la loi et de l’ordre, avec son cortège de soupçon et de méfiance envers les populations contrôlées. Contre cette vision orthodoxe, serait sans cesse valorisée une vision hétérodoxe de la « bonne police », avant tout axée sur un enjeu de résolution de problèmes, mobilisant l’autonomie du discernement, les habilités réflexives, de meilleures compétences pour des prises en charge compassionnelles de la souffrance, et la mise en avant de valeurs à cultiver telles que l’ouverture d’esprit, la compréhension ou encore la proximité. Or, des observations minutieuses de l’auteur, il ressort que l’introduction des matières réformatrices valorisant ces aspects (psychologie, sciences humaines) demeure minoritaire, la force de la tradition militaire conduisant à pérenniser la valorisation de la violence dans les exercices pratiques ou l’apprentissage des interactions verbales en situation. Nombre d’indices attesteraient par ailleurs, dans la documentation professionnelle interne, de la place toujours centrale des normes et valeurs d’obéissance à l’autorité hiérarchique, ainsi que des stéréotypes de genre entourant la représentation viriliste du métier.

5Le troisième chapitre sonde le degré d’identification des recrues à leur futur rôle de gardiens de l’ordre politique et moral, autrement dit à cette configuration qui les prédisposerait à se représenter comme appartenant au monde moralement supérieur des gentils par rapport aux méchants et, de manière générale, en surplomb des justiciables. Sans grande surprise, l’hypothèse est confirmée à partir du décorticage serré de quatre cas emblématiques : les deux recrues les plus investies dans le modèle orthodoxe sont les plus sensibles au gain de statut que représente leur entrée dans la police. L’auteur évoque à leur sujet un habitus professionnel orthodoxe fait d’une posture normative de supériorité où il importe peu que le métier reste incompréhensible aux outsiders, d’un fort sentiment de distinction à l’autre, du délinquant, et d’une mauvaise tolérance à la mise en cause de l’autorité policière par les justiciables, sans compter un très fort ressentiment contre la justice. Les deux autres s’en démarquent par un habitus professionnel plus hétérodoxe : elles se montrent moins sensibles à la valeur du capital policier et rejettent des attitudes trop normatives envers les justiciables. Dotées d’un capital social plus conséquent grâce à l’acquisition de diplômes scolaires plus élevés, bien que provenant de milieux très modestes, elles cherchent avant tout la sécurité d’emploi. L’éventuel gain de statut social à entrer dans la police n’est aucunement lié à l’espoir de récupérer un statut auparavant perdu.

6Le quatrième chapitre examine le poids de la socialisation du genre et de l’origine ethnique face au supposé goût du pouvoir et au rapport à la violence. Les recrues féminines, dotées des habitus les plus hétérodoxes dans la cohorte, auraient tendance à produire des représentations plus tournées vers le care que vers la répression. Et parmi les recrues masculines adhérentes à l’orthodoxie loi et ordre, un clivage démarque les hommes issus de milieux populaires très précaires d’origine maghrébine. Ils adhèrent bien plus facilement aux messages psycho-sociaux les plus hétérodoxes de l’école, valorisant la prise en charge des situations problématiques complexes, dans la mesure où les solutions coercitives leur paraissent plutôt inefficaces ou insuffisantes et que, à leurs yeux, l’éthique de la parole est supérieure au langage de la force.

7Le cinquième chapitre interroge enfin la weltanschauung des recrues liée au politique, au sociétal, aux migrants et à la justice pénale. Un incontournable. Elles ne sont pas toutes prédisposées à adopter des visions pessimistes, conservatrices et autoritaires, ou portées à des jugements négatifs sur la nature humaine et les évolutions sociales, sinon à faire montre d’une franche hostilité aux migrants, autant de traits classiques de la vulgate culturaliste durcis au point d’en être devenus paradigmatiques. Si l’auteur repère bien des traces de pessimisme policier (par nostalgie ou idéalisation du passé), il montre à nouveau comment elles se sont largement construites avant l’entrée dans le métier, quitte à risquer de se renforcer, notamment chez des ruraux affectés dans des milieux fortement urbanisés. Et s’il repère également des traces de racialisation des comportements délinquants dans les pratiques, le constat en est propre à toutes les recrues. Cette tendance prendrait son sens dans une optique pragmatique très précise : le fruit d’un message accepté de la nécessité professionnelle du profilage ethnique en police d’enquête. Mais tout autre est l’attitude, éclatée, envers les migrants et les migrations. Si d’aucun-e-s estiment peu problématique le débordement du profilage racial sur des populations ethniques en légitimant un soupçon plus général envers elles (des Yougoslaves, par ex.), c’est à cause d’un ressentiment antérieur lié à des déconvenues de type chômage et sentiment de déclassement, un facile exutoire, en somme, sur les migrants perçus comme vecteurs de « problèmes d’insécurité ». Autrement dit, ce ressentiment proviendrait d’une souffrance vécue auparavant, liée à des mécanismes d’infériorisation ressentis par rapport au sort (plus enviable ?) de populations immigrées. Quand le ressentiment n’est pas palpable, ce genre de menace est bien plus relativisé, et cela serait d’autant plus méritoire, d’après l’auteur, que les écoles de formation n’aideraient pas à prendre de la distance en ne délivrant pas de savoirs généralistes sur les enjeux migratoires. Un autre test consiste à montrer que, parmi les recrues d’origine maghrébine, il y aurait bien une tendance explicite à vouloir lutter contre l’éventuel racisme interne des pairs (« on ne laissera pas passer ce que font les collègues »), bien que ne soit jamais remis en cause le bien-fondé de l’équation ou du lien associant migration à délinquance. Enfin, l’interprétation de l’autre bouc émissaire très présent chez les recrues, à savoir le « laxisme de la justice », qui génèrerait un sentiment général d’inutilité de leur travail, résiderait moins dans le stéréotype de juges « pro-délinquants et anti-flics » que dans le vécu d’une mauvaise récompense symbolique des interpellateurs et enquêteurs à la hauteur du fruit de leurs efforts. On aurait bien là, en gésine, un trait de ressentiment professionnel partagé d’une corporation par rapport à une autre, amenant à une adhésion progressive des hétérodoxes à l’univers des partisans de la « loi et ordre ».

8La démonstration d’ensemble est novatrice à n’en point douter, et mérite d’être saluée. Elle n’invalide pas d’autres travaux sur cohortes ayant conclu à un effet général de cristallisation homogénéisateur des recrues au sein du modèle orthodoxe « loi et ordre », et notamment la cohorte de Monjardet-Gorgeon. On se rappelle que ces sociologues français, lors des première et deuxième phases de saisie des représentations de leur propre cohorte de gardiens de la paix, en avaient pointé la diversité sans pourtant l’expliquer, à défaut de s’être outillés d’hypothèses idoines. David Pichonnaz a comblé cette lacune avec talent et bonheur, même s’il concède in fine ne pas savoir lui-même si sa cohorte suisse subira le même sort que la cohorte française.

9Il peut néanmoins sembler dommage qu’il s’en soit tenu à cette appréhension dichotomique dont on pourrait à la fois regretter le caractère daté et douter de la pertinence (rapide effet de cristallisation général dans le modèle orthodoxe vs persistance à terme d’un heureux clivage). Car l’avenir à ce sujet pourrait bien passer par la naissance d’un modèle de police hybride invitant les écoles à reposer les fondamentaux de ses nouvelles finalités. On en veut pour preuve ce fragment d’entretien, p. 137, où un jeune policier fait, sans le savoir, une apologie de son adaptation à un nouveau modèle de led intelligence policing. Bien que l’auteur en épingle à juste titre la subtilité, il nous semble sous-estimer le potentiel de subversion des moyens et des finalités promus par le paradigme de cette police de proximité newlook : « les informations qu’il attend des commerçants ne visent pas à effectuer un travail d’évitement des infractions, affirme-t-il. De même, ce ne sont pas les compétences de négociation et de médiation qui définissent selon lui le policier de proximité. Les informations qu’il dit récolter visent à interpeller des auteurs d’infraction (des actes que les commerçants ont « vus » et à propos desquels ils détiennent des « tuyaux »). Il place donc en haut de la hiérarchie cette finalité orthodoxe de l’activité policière qu’est l’identification des infractions et l’interpellation de leurs auteurs ».

10Dans un contexte urbain où les menaces d’attentats terroristes sont devenues permanentes et tangibles, la sociologie du policing doit se demander désormais si la capture quotidienne du renseignement de terrain n’est pas en train de donner naissance à la structuration d’un modèle inédit de socialisation dans les savoir-faire et savoir-être policiers.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://champpenal.revues.org/docannexe/image/9621/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Ocqueteau, « David Pichonnaz, Devenirs policiers, une socialisation professionnelle en contrastes  », Champ pénal/Penal field [En ligne], Vol. XIV | 2017, mis en ligne le 01 novembre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://champpenal.revues.org/9621

Haut de page

Auteur

Frédéric Ocqueteau

CESDIP. Contact : ocqueteau@cesdip.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Champ pénal

Haut de page
  • cnrs
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org